Ouvrir le menu principal

Tour d'Italie 2015

édition 2015 du Tour d'Italie, course cycliste italienne
Tour d'Italie 2015
Giro 2015 contador.jpg
Le vainqueur de cette édition, Alberto Contador avec le maillot rose
Généralités
Course
98e Tour d'Italie et 2.UWT (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Compétition
Étapes
21Voir et modifier les données sur Wikidata
Date
Distance
3 481,8 km
Pays
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Équipes
22Voir et modifier les données sur Wikidata
Partants
197Voir et modifier les données sur Wikidata
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième
Classement par points
Meilleur grimpeur
Meilleur sprinteur
Meilleur jeune
Super-combatif
Meilleure équipe

La 98e édition du Tour d'Italie, l'un des trois grands tours, s'est déroulée du 9 au . Il s'agit de la 15e épreuve de l'UCI World Tour 2015. Le Giro part de San Lorenzo al Mare, le 9 mai, avec un contre-la-montre par équipes de 17,6 km et se termine à Milan, le 31 mai, avec une étape de plaine de 185 km. 197 coureurs répartis en 22 équipes participent au premier grand tour de la saison. La course est remportée pour la deuxième fois de sa carrière par l'Espagnol Alberto Contador, de l'équipe Tinkoff-Saxo. Il devance deux coureurs de l'équipe Astana, l'Italien Fabio Aru et l'Espagnol Mikel Landa.

Contador s'empare de la tête du classement général à l'issue de la première arrivée au sommet de la course lors de la cinquième étape. Sa défense du maillot rose est remise en cause lorsqu'il se démet l'épaule gauche à la suite d'une chute au cours du sprint de la sixième étape. Il continue finalement la course et réussit à maintenir son avance jusqu'à la treizième étape où il est victime d'un autre accident. Il perd du temps et son maillot rose au profit de Fabio Aru. Cependant, lors du long contre-la-montre individuel de 59,4 km disputé le lendemain, il reprend un avantage considérable sur l'ensemble de ses rivaux et récupère le maillot rose, qu'il conserve jusqu'à l'arrivée à Milan. Il remporte son deuxième Giro, après le Tour d'Italie 2008. Il a aussi remporté la course 2011 avant d'être déclassé en raison d'un contrôle positif au clenbutérol. Comme en 2008, Contador n'a remporté aucune étape pendant le Giro, mais ses bons classements sur chaque étape de montagne lui ont permis de conserver une avance supérieure à deux minutes par rapport à son dauphin. La deuxième place revient à Fabio Aru, qui, en dépit d'une contre performance sur le contre-la-montre individuel et une mauvaise performance lors de l'ascension du col du Mortirolo, a remporté les 19e et 20e étapes. Le podium est complété par la révélation de la course, Mikel Landa, qui a également remporté deux étapes.

Parmi les autres classements de la course, l'Italien Giacomo Nizzolo de la Trek Factory Racing s'adjuge le classement par points, sans avoir gagné d'étape. Le coureur de la Movistar Giovanni Visconti remporte le classement de la montagne après s'être emparé du maillot bleu lors de la 19e étape composée de trois ascensions de première catégorie. Aru termine également meilleur jeune de ce Giro (coureur de 25 ans le mieux classé au classement général), avec près de deux heures d'avance sur son dauphin. Enfin, l'équipe kazakhe Astana remporte les deux classements par équipes (aux temps et aux points).

Sommaire

PrésentationModifier

ParcoursModifier

 
Les Dolomites, dans les environs de Madonna di Campiglio, où se terminent la quinzième étape.

L'épreuve débute par un contre-la-montre par équipe de 17,6 km, puis une étape de plaine. S'ensuivra une étape de moyenne montagne, dont les 25 derniers kilomètres sont plats, et une étape vraiment vallonnée, avec le sommet de la dernière côte à 10 km de l'arrivée. Après une arrivée au sommet de la longue montée vers Abetone, les sprinteurs auront une opportunité avec la 6e étape, puis ce sera au tour des puncheurs, avec une étape longue de 263 km et deux côtes non-répertoriées dans les 15 derniers kilomètres.

Pour le deuxième week-end de course, les organisateurs ont programmé deux nouvelles étapes difficiles : la 8e étape se termine au sommet de la montée vers Campitello Matese, après deux autres montées répertoriées, notamment le long Forca d'Acero dans la première moitié de l'étape ; la 9e étape comprend de nombreuses ascensions, dont la dernière répertoriée voit son sommet placé à 12 km de la ligne. Après le premier jour de repos et une étape de plaine, la 11e étape se termine par trois tours de circuit autour d'Imola, avec une ascension (Tre Monti) et une arrivée sur le circuit automobile. Les coureurs arriveront ensuite au sommet de la courte mais explosive montée vers le Sanctuaire de la Madone de Monte Berico, puis feront une étape toute plate.

Un contre-la-montre de près de 60 km avec deux bosses est ensuite au programme, puis ce sera la première étape de haute montagne, avec trois cols dont l'enchaînement du Passo Daone et de la montée finale vers Madonna di Campiglio. La deuxième journée de repos est suivie par l'étape-reine de la course : les coureurs enchaînent le Campo Carlo Magno, le Passo del Tonale, la montée versAprica, le très difficile Mortirolo (12,8 km à 10,1 %, une pente maximale de 18 %) et la montée finale vers Aprica. L'étape suivante est assez plate et arrive à Lugano, en Suisse. Le final de la 18e étape est marqué par le Monte Ologno et la descente vers l'arrivée à Verbania. Les coureurs affrontent alors deux nouvelles étapes très difficiles. La 19e étape comprend l'enchaînement du Saint-Barthélémy, le Col de Saint-Pantaléon et l'ascension finale vers Cervinia. La 20e étape enchaîne le Colle delle Finestre et ses portions non-asphaltées, Cima Coppi, et la montée finale vers Sestrières, comme en 2005 et 2011. La course se conclut par une étape de plaine entre Turin et Milan[1],[2]. Les 3 481,8 km de l'épreuve se répartissent donc entre sept étapes de plaine, sept étapes de moyenne montagne, cinq étapes de montagne, un contre-la-montre par équipe et un contre-la-montre individuel, avec une dernière semaine particulièrement difficile comme à l'accoutumée[3].

Dans les semaines précédant la présentation du parcours, Vincenzo Nibali et Alberto Contador ont fait part de leurs envies de doubler en 2015 le Giro avec le Tour de France. Le parcours ajouterait du piment à ce duel, car avec un très long contre-la-montre et de difficiles enchaînement de cols, il n'avantage aucun des deux coureurs. L'organisation a proposé un parcours varié et complet, « typique de grand tour » et qui avantage les grimpeurs grâce au fait que « dès la troisième étape, il devrait y avoir du tri au classement général, moins de tension et donc moins de danger »[4]. Pour les coureurs et l'organisation, les points-clé du parcours sont le contre-la-montre individuel particulièrement long et la dernière semaine très montagneuse : cela devrait favoriser des coureurs complets[5], permettre « une course fantastique » pour le président de l'UCI Brian Cookson, tandis que la météo aura aussi son importance selon Contador et pour Fabio Aru cela rendra la course « encore plus belle »[6].

ÉquipesModifier

L'organisateur RCS Sport a communiqué la liste des cinq équipes invitées le [7]. Vingt-deux équipes participent à ce Tour d'Italie - dix-sept WorldTeams et cinq équipes continentales professionnelles :

Équipes continentales professionnelles
Nom de l'équipe Pays Code
Androni Giocattoli-Sidermec   Italie AND
Bardiani CSF   Italie BAR
CCC Sprandi Polkowice   Pologne CCC
Nippo-Vini Fantini   Italie NIP
Southeast   Italie STH

CoureursModifier

HommageModifier

Le dossard 108 est retiré pour la quatrième année consécutive en hommage au Belge Wouter Weylandt décédé sur les routes du Tour d'Italie 2011 avec ce même dossard[8],[9].

Favoris pour le classement généralModifier

 
Fabio Aru est l'un des favoris de la course et la meilleure chance de victoire pour les Italiens.

Le tenant du titre, le Colombien Nairo Quintana a choisi de ne pas défendre son titre afin de se concentrer sur le Tour de France. Avant le début de la course, l'Espagnol Alberto Contador est considéré comme le principal favori pour gagner la course[10]. Contador espère gagner l'édition de cette année du Giro ainsi que le Tour de France (qui commence en juillet), pour succèder à l'Italien Marco Pantani dernier coureur à avoir réalisé le doublé Giro-Tour en 1998[11]. Néanmoins, son début de saison est jugé décevant, avec seulement une seule victoire lors de la troisième étape du Tour d'Andalousie, même si Contador « s'attendait à ne pas avoir des résultats aussi brillant que les années précédentes »[12]. Son principal adversaire sera l'Australien Richie Porte. Ce dernier réalise un début de saison solide en remportant le championnat d'Australie du contre-la-montre[13], Paris-Nice (plus deux victoires d'étapes), le Tour de Catalogne et le Tour du Trentin (plus une victoire d'étape). Porte est en très grande forme, dans « la forme de sa vie »[14], d'après Contador. Il bénéficie de la présence à ses côtés de Leopold König, septième du dernier Tour de France, et d'autres bons grimpeurs comme Mikel Nieve ou Sebastian Henao[15].

D'autres coureurs sont attendus pour se jouer la victoire au classement général. Parmi eux, le Colombien Rigoberto Urán, deuxième du Giro en 2013 et 2014 et l'Italien Fabio Aru, troisième de l'épreuve l'année dernière[16].

Les outsiders pour viser un bon classement sont l'Italien Domenico Pozzovivo (cinquième l'année dernière), le Belge Jurgen Van den Broeck (auteur d'un top 10 sur les trois grands tours), le Russe Ilnur Zakarin (vainqueur du récent Tour de Romandie) et le Canadien Ryder Hesjedal (vainqueur du Tour d'Italie en 2012)[17],[18].

Favoris pour le classement par pointsModifier

Pour le maillot rouge récompensant le vainqueur du classement par points, les favoris sont les sprinteurs.
Le principal sprinteur engagé dans la course est l'Allemand André Greipel. Ses principaux concurrents sont des sprinteurs italiens Elia Viviani, Sacha Modolo, Giacomo Nizzolo, Roberto Ferrari, Matteo Pelucchi ou Fabio Felline, l'Australien Michael Matthews, le Slovène Luka Mezgec ou le Néerlandais Moreno Hofland[19]. D'autres coureurs, plus complets, peuvent également faire de ce classement un objectif, comme le Belge Philippe Gilbert, l'Espagnol Juan José Lobato ou l'Italien Diego Ulissi[20].

Favoris pour le classement de la montagneModifier

 
Le chemin de terre qui mène au sommet du Col du Finestre.

Le Colombien Julián Arredondo a remporté le classement de la montagne lors du Tour d'Italie précédent. Il ne défend pas son titre puisqu'il vise le Tour de France cette année. Le maillot de meilleur grimpeur est souvent gagné par un bon grimpeur qui ne vise pas le classement général. De cette façon, le coureur obtient plus de liberté et peut lancer des attaques de loin, pour collecter les points sur les montées parsemées tout le long du parcours.

Parmi les principaux prétendants, on retrouve un ancien vainqueur l'Italien Stefano Pirazzi lauréat en 2013, ainsi que ses coéquipiers Francesco Manuel Bongiorno et Edoardo Zardini ou d'autres coureurs réputés bons grimpeurs comme Damiano Cunego, Giovanni Visconti, Igor Antón, Dayer Quintana voire Ryder Hesjedal s'il perd du temps au général.

Les principaux favoris pour le classement général Alberto Contador, Richie Porte, Fabio Aru, Rigoberto Urán et Domenico Pozzovivo sont des candidats naturels au maillot bleu grâce au nombre important d'arrivées au sommet[21],[22].

39 ascensions sont répertoriées pour le classement de la montagne. La Cima Coppi est le col du Finestre qui est au programme de l'avant dernière étape. En plus, les coureurs franchissent neuf cols de première catégorie, huit de deuxième catégorie, treize de troisième catégorie et huit de quatrième catégorie[23].

Favoris pour le classement du meilleur jeuneModifier

Le favori pour l'obtention du maillot blanc est l'Italien Fabio Aru, deuxième du classement du meilleur jeune (meilleur coureur de moins de 25 ans au classement général) l'année précédente et troisième du général. Les outsiders sont les Colombiens Esteban Chaves et Sebastián Henao, ainsi que l'Italien Davide Formolo[24],[25].

Récit de la courseModifier

 
Mikel Landa est la surprise de ce Giro, il remporte deux étapes de montagne et se classe troisième du classement général.

La course commence avec un contre-la-montre par équipes disputé le long de la piste cyclable de la Riviera del Flori dans Ligurie. Orica-GreenEDGE remporte cette première étape, tandis que l'Australien Simon Gerrans devient le premier porteur du maillot rose. La deuxième étape, qui est marquée par plusieurs chutes, est remportée au sprint par l'Italien Elia Viviani (Sky). Cette victoire lui permet de s'emparer du maillot rouge de leader du classement par points. L'Australien Michael Matthews, mieux classé sur l'étape, récupère le maillot rose à son coéquipier Gerrans. Lors d'une troisième étape très courte et nerveuse, l'Australien Michael Matthews, déjà en rose, s'impose au sprint alors que beaucoup des autres sprinters n'ont pas réussi à passer les difficultés du jour. Cette étape voit aussi l'abandon d'un outsider de ce Giro, Domenico Pozzovivo.

BilanModifier

En remportant ce Tour d'Italie, Alberto Contador ajoute un septième grand tour à son palmarès. Ce total égale celui de Miguel Indurain, vainqueur de cinq Tours de France et deux Tours d'Italie. Il confirme sa domination sur les coureurs de sa génération en ce qui concerne les courses à étapes : parmi les coureurs en activité en 2015, aucun à l'exception de son coéquipier Ivan Basso (vainqueur du Giro en 2006 et 2010) n'a remporté l'un des grands tours plus d'une fois, alors que Contador compte désormais plusieurs victoires sur chaque grand tour. Parmi les vainqueurs de grands tours, Contador se distingue désormais par sa longévité : ses succès s'étendant de 2007 à 2015, sa période de victoires est plus longue que celle des quintuples vainqueurs du Tour de France Jacques Anquetil (1957-1964), Eddy Merckx (1968-1974), Bernard Hinault (1978-1985) et Miguel Indurain (1991-1995)[26].

ÉtapesModifier

Étape[27] Date Villes étapes Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape Sam. 9 mai San Lorenzo al MareSan Remo
 
17,6   Orica-GreenEDGE   Simon Gerrans
2e étape Dim. 10 mai AlbengaGênes
 
177   Elia Viviani   Michael Matthews
3e étape Lun. 11 mai RapalloSestri Levante
 
136   Michael Matthews   Michael Matthews
4e étape Mar. 12 mai ChiavariLa Spezia
 
150   Davide Formolo   Simon Clarke
5e étape Mer. 13 mai La SpeziaAbetone
 
152   Jan Polanc   Alberto Contador
6e étape Jeu. 14 mai Montecatini TermeCastiglione della Pescaia
 
183   André Greipel   Alberto Contador
7e étape Ven. 15 mai GrossetoFiuggi
 
264   Diego Ulissi   Alberto Contador
8e étape Sam. 16 mai FiuggiCampitello Matese
 
186   Beñat Intxausti   Alberto Contador
9e étape Dim. 17 mai BénéventSan Giorgio del Sannio
 
215   Paolo Tiralongo   Alberto Contador
Lun. 18 mai
Journée de repos
10e étape Mar. 19 mai Civitanova MarcheForlì
 
200   Nicola Boem   Alberto Contador
11e étape Mer. 20 mai ForlìImola (Autodromo Ferrari)
 
153   Ilnur Zakarin   Alberto Contador
12e étape Jeu. 21 mai ImolaVicence
 
190   Philippe Gilbert   Alberto Contador
13e étape Ven. 22 mai Montecchio MaggioreJesolo
 
147   Sacha Modolo   Fabio Aru
14e étape Sam. 23 mai TréviseValdobbiadene
 
59,4   Vasil Kiryienka   Alberto Contador
15e étape Dim. 24 mai MarosticaMadonna di Campiglio
 
165   Mikel Landa   Alberto Contador
Lun. 25 mai
Journée de repos
16e étape Mar. 26 mai PinzoloAprica
 
174   Mikel Landa   Alberto Contador
17e étape Mer. 27 mai TiranoLugano (SUI)
 
134   Sacha Modolo   Alberto Contador
18e étape Jeu. 28 mai Melide (SUI)Verbania
 
170   Philippe Gilbert   Alberto Contador
19e étape Ven. 29 mai Gravellona ToceCervinia
 
236   Fabio Aru   Alberto Contador
20e étape Sam. 30 mai Saint-VincentSestrières
 
199   Fabio Aru   Alberto Contador
21e étape Dim. 31 mai TurinMilan
 
178   Iljo Keisse   Alberto Contador

Classements finalsModifier

Classement généralModifier

Classement final général
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Alberto Contador     Espagne Tinkoff-Saxo en 88 h 22 min 25 s
2e Fabio Aru   Italie Astana + min 53 s
3e Mikel Landa   Espagne Astana + min 5 s
4e Andrey Amador   Costa Rica Movistar + min 10 s
5e Ryder Hesjedal   Canada Cannondale-Garmin + min 52 s
6e Leopold König   République tchèque Sky + 10 min 41 s
7e Steven Kruijswijk   Pays-Bas Lotto NL-Jumbo + 10 min 53 s
8e Damiano Caruso   Italie BMC Racing + 12 min 8 s
9e Alexandre Geniez   France FDJ + 15 min 51 s
10e Yury Trofimov   Russie Katusha + 16 min 14 s
11e Maxime Monfort   Belgique Lotto-Soudal + 17 min 51 s
12e Jurgen Van den Broeck   Belgique Lotto-Soudal + 25 min 12 s
13e Tanel Kangert   Estonie Astana + 28 min 5 s
14e Rigoberto Urán   Colombie Etixx-Quick Step + 28 min 26 s
15e Amaël Moinard   France BMC Racing + 30 min 35 s
16e Darwin Atapuma   Colombie BMC Racing + 40 min 36 s
17e Mikel Nieve   Espagne Sky + 48 min 24 s
18e Giovanni Visconti   Italie Movistar + 50 min 32 s
19e Paolo Tiralongo   Italie Astana + h 3 min 38 s
20e Carlos Betancur   Colombie AG2R La Mondiale + h 17 min 27 s

Classements annexesModifier

Classement par pointsModifier

Classement du meilleur grimpeurModifier

Classement du meilleur grimpeur
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Giovanni Visconti     Italie Movistar 125 points
2e Mikel Landa   Espagne Astana 122 pts
3e Steven Kruijswijk   Pays-Bas Lotto NL-Jumbo 115 pts
4e Beñat Intxausti   Espagne Movistar 107 pts
5e Fabio Aru   Italie Astana 80 pts
6e Carlos Betancur   Colombie AG2R La Mondiale 75 pts
7e Ryder Hesjedal   Canada Cannondale-Garmin 70 pts
8e Simon Geschke   Allemagne Giant-Alpecin 53 pts
9e Pavel Kochetkov   Russie Katusha 52 pts
10e Alberto Contador     Espagne Tinkoff-Saxo 51 pts

Classement du meilleur jeuneModifier

Classement du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Fabio Aru     Italie Astana en 88 h 24 min 18 s
2e Davide Formolo   Italie Cannondale-Garmin + h 51 min 46 s
3e Fabio Felline   Italie Trek Factory Racing + h 54 min 4 s
4e Sebastián Henao   Colombie Sky + h 37 min 35 s
5e Kenny Elissonde   France FDJ + h 45 min 4 s
6e Silvan Dillier   Suisse BMC Racing + h 51 min 11 s
7e Jan Polanc   Slovénie Lampre-Merida + h 53 min 15 s
8e Esteban Chaves   Colombie Orica-GreenEDGE + h 59 min 44 s
9e F-M Bongiorno   Italie Bardiani CSF + h 10 min 43 s
10e Rubén Fernández   Espagne Movistar + h 16 min 23 s

Classement par équipes aux tempsModifier

Classement par équipes aux temps
  Équipe Pays Temps
1re Astana   Kazakhstan en 264 h 42 min 31 s
2e BMC Racing   États-Unis + 43 min 16 s
3e Sky   Royaume-Uni + h 13 min 51 s
4e Movistar   Espagne + h 20 min 16 s
5e Cannondale-Garmin   États-Unis + h 26 min 57 s
6e Lotto-Soudal   Belgique + h 2 min 42 s
7e Tinkoff-Saxo   Russie + h 14 min 36 s
8e Katusha   Russie + h 32 min 21 s
9e FDJ   France + h 27 min 13 s
10e Etixx-Quick Step   Belgique + h 43 min 52 s

Classement par équipes aux pointsModifier

Classement par équipes aux points
  Équipes Pays Point(s)
Vainqueur Astana   Kazakhstan 640
2e BMC Racing   États-Unis 334
3e Lampre-Merida   Italie 317
4e Sky   Royaume-Uni 284
5e Movistar   Espagne 272
6e Orica-GreenEDGE   Australie 251
7e Lotto NL-Jumbo   Pays-Bas 239
8e Bardiani CSF   Italie 238
9e Tinkoff-Saxo   Russie 233
10e Katusha   Russie 233

Autres classementsModifier

UCI World TourModifier

Ce Tour d'Italie attribue des points pour l'UCI World Tour 2015, par équipes uniquement aux équipes ayant un label WorldTeam, individuellement uniquement aux coureurs des équipes ayant un label WorldTeam.

Position[35],[36] 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e
Classement général 170 130 100 90 80 70 60 52 44 38 32 26 22 18 14 10 8 6 4 2
Par étape 16 8 4 2 1
Classement individuel
# Coureur Équipe Points
1   Alberto Contador Tinkoff-Saxo 193
2   Fabio Aru Astana 170
3   Mikel Landa Astana 142
4   Ryder Hesjedal Cannondale-Garmin 96
5   Andrey Amador Movistar 91
6   Steven Kruijswijk Lotto NL-Jumbo 80
7   Leopold König Sky 70
8   Damiano Caruso BMC Racing 64
9   Yury Trofimov Katusha 48
10   Alexandre Geniez FDJ 44

Évolution des classementsModifier

Le classement général, dont le leader porte le maillot rose, s'établit en additionnant les temps réalisés à chaque étape, puis en ôtant d'éventuelles bonifications (10, 6 et 4 s à l'arrivée des étapes en ligne et 3, 2 et 1 s à chaque sprint intermédiaire). En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : centièmes de seconde enregistrés lors des contre-la-montre, addition des places obtenues lors de chaque étape, place obtenue lors de la dernière étape. Ce classement est considéré comme le plus important de la course et le gagnant est le vainqueur du Giro.

Le leader du classement par points porte le maillot rouge. Pour la deuxième année consécutive, la répartition des points est différente selon le type d'étape. Ainsi, le classement par points est établi en fonction du barème suivant:

  • Pour les arrivées des étapes dites « sans difficultés » ou de « basse difficulté » : 50 points, 35, 25, 18, 14, 12, 10, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1 point pour les 15 premiers coureurs classés
  • Pour les arrivées des étapes dites de « moyenne montagne » : 25 points, 18, 12, 8, 6, 5, 4, 3, 2, 1 point pour les 10 premiers coureurs classés
  • Pour les arrivées des étapes dites de « haute montagne », les « contre-la-montre individuels » : 15 points, 12, 9, 7, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 point pour les 10 premiers coureurs classés
  • Pour les sprints intermédiaires des étapes de « sans difficultés » ou de « basse difficulté » : 20 points, 12, 8, 6, 4, 3, 2 et 1 point pour les 8 premiers coureurs classés
  • Pour les sprints intermédiaires des étapes de « moyenne difficulté » : 10 points, 6, 3, 2 et 1 point pour les 5 premiers coureurs classés
  • Pour les sprints intermédiaires des étapes de « haute montagne » : 8 points, 4 et 1 point pour les 3 premiers coureurs classés.

En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de victoires d'étape, nombre de sprints intermédiaires, classement général[37].

Le classement de la montagne, dont le leader porte le maillot bleu, change dans la répartition des points. Le nombre de catégories reste le même. Ainsi, le classement par points est établi en fonction du barème suivant:

  • Pour l'ascension dite Cima Coppi : 45, 30, 20, 14, 10, 6, 4, 2 et 1 point pour les 9 premiers coureurs classés
  • Pour les ascensions de 1re catégorie : 35, 18, 12, 9, 6, 4, 2 et 1 point pour les 8 premiers coureurs classés
  • Pour les ascensions de 2e catégorie : 15, 8, 6, 4, 2 et 1 point pour les 6 premiers coureurs classés
  • Pour les ascensions de 3e catégorie : 7, 4, 2 et 1 point pour les 4 premiers coureurs classés
  • Pour les ascensions de 4e catégorie : 3, 2 et 1 point pour les 3 premiers coureurs classés.

En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans la Cima Coppi, les ascensions de 1re, de 2e, de 3e, puis de 4e catégorie, classement général[37].

Le classement du meilleur jeune, dont le leader porte le maillot blanc, est le classement général des coureurs nés depuis le 1er janvier 1990.

Il existe également deux classements pour les équipes.

Le premier est le Trofeo Fast Team (classement par équipe au temps). Le classement par équipes de l'étape est l'addition des trois meilleurs temps individuels de chaque équipe, sauf lors du contre-la-montre par équipes, où l'on prend le temps de l'équipe. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : addition des places des 3 premiers coureurs des équipes concernées, place du meilleur coureur sur l'étape. Calculer le classement par équipes revient à additionner les classement par équipes de chaque étape. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans le classement par équipes du jour, nombre de deuxièmes places dans le classement par équipes du jour, etc., place au classement général du meilleur coureur des équipes concernées.

Le second est le classement Trofeo Super Team (classement par équipe par points). Après chaque étape,

  • L'équipe du premier marque 50 points, l'équipe du deuxième 35 points, 25, 18, 14, 12, 10, 8 et ainsi de suite jusqu'à l'équipe du quinzième qui marque 1 point, les points des différents coureurs d'une même équipe se cumulant.
  • En plus des points distribués à l'arrivée, des points sont distribués aux sprints intermédiaires, (8, 5, 3, 2 et 1 point pour les étapes « sans difficultés » ou de « basse difficulté »), (8, 5 et 3 points pour les étapes de « moyenne difficulté »).
Étape Vainqueur Classement général Classement par points Classement de la montagne Classement du meilleur jeune Classement par équipes
aux temps
Classement par équipes
aux points
1 Orica-GreenEDGE Simon Gerrans Non attribué Non attribué Michael Matthews Orica-GreenEDGE Orica-GreenEDGE
2 Elia Viviani Michael Matthews Elia Viviani Bert-Jan Lindeman
3 Michael Matthews Pavel Kochetkov
4 Davide Formolo Simon Clarke Esteban Chaves Astana
5 Jan Polanc Alberto Contador Jan Polanc Fabio Aru
6 André Greipel André Greipel
7 Diego Ulissi Elia Viviani
8 Beñat Intxausti Beñat Intxausti
9 Paolo Tiralongo Simon Geschke Astana
10 Nicola Boem Nicola Boem
11 Ilnur Zakarin Beñat Intxausti
12 Philippe Gilbert
13 Sacha Modolo Fabio Aru Elia Viviani
14 Vasil Kiryienka Alberto Contador
15 Mikel Landa
16 Mikel Landa Steven Kruijswijk
17 Sacha Modolo Giacomo Nizzolo
18 Philippe Gilbert
19 Fabio Aru Giovanni Visconti
20 Fabio Aru
21 Iljo Keisse
Classements finals Alberto Contador Giacomo Nizzolo Giovanni Visconti Fabio Aru Astana Astana

Liste des participantsModifier


Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur ce Tour d'Italie Pos Position finale au classement général
    Indique le vainqueur du classement général     Indique le vainqueur du classement par points
    Indique le vainqueur du classement de la montagne     Indique le vainqueur du classement du meilleur jeune
    Indique un maillot de champion national ou mondial,
suivi de sa spécialité
# Indique la meilleure équipe aux temps
NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ d'une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
HD Indique un coureur qui a terminé une étape hors des délais,
suivi du numéro de l'étape
EX Coureur exclu pour non-respect du règlement,
suivi du numéro de l'étape
* Indique un coureur en lice pour le classement du meilleur jeune
(coureurs nés après le 1er janvier 1990)
AG2R La Mondiale
ALM
Num Coureur Pos
1   Domenico Pozzovivo (ITA) AB-3
2   Julien Bérard (FRA) 105e
3   Carlos Betancur (COL) 20e
4   Axel Domont (FRA)* 75e
5   Hubert Dupont (FRA) 42e
6   Patrick Gretsch (GER) 94e
7   Hugo Houle (CAN)* 113e
8   Matteo Montaguti (ITA) 54e
9   Rinaldo Nocentini (ITA) 73e
Androni Giocattoli-Sidermec
AND
Num Coureur Pos
11   Franco Pellizotti (ITA) 24e
12   Davide Appollonio (ITA) 123e
13   Marco Bandiera (ITA) 155e
14   Tiziano Dall'Antonia (ITA) HD-5
15   Marco Frapporti (ITA) 98e
16   Oscar Gatto (ITA) NP-15
17   Simone Stortoni (ITA) 50e
18   Serghei Tvetcov (ROU) 139e
19   Gianfranco Zilioli (ITA)* 71e
Astana #
AST
Num Coureur Pos
21   Fabio Aru (ITA)*   2e
22   Dario Cataldo (ITA) 25e
23   Tanel Kangert (EST) 13e
24   Mikel Landa (ESP)* 3e
25   Davide Malacarne (ITA) 85e
26   Diego Rosa (ITA) 23e
27   Luis León Sánchez (ESP) 35e
28   Paolo Tiralongo (ITA) 19e
29   Andrey Zeits (KAZ) 59e
Bardiani CSF
BAR
Num Coureur Pos
31   Francesco Bongiorno (ITA)* 60e
32   Enrico Barbin (ITA)* AB-17
33   Enrico Battaglin (ITA) AB-19
34   Nicola Boem (ITA) 159e
35   Luca Chirico (ITA)* 88e
36   Sonny Colbrelli (ITA)* 100e
37   Stefano Pirazzi (ITA) 22e
38   Nicola Ruffoni (ITA)* AB-15
39   Edoardo Zardini (ITA) 82e
BMC
BMC
Num Coureur Pos
41   Philippe Gilbert (BEL) 39e
42   Darwin Atapuma (COL) 16e
43   Brent Bookwalter (USA) 66e
44   Marcus Burghardt (GER) 70e
45   Damiano Caruso (ITA) 8e
46   Silvan Dillier (SUI)* 52e
47   Stefan Küng (SUI)* AB-12
48   Amaël Moinard (FRA) 15e
49   Rick Zabel (GER)* 142e
CCC Sprandi Polkowice
CCC
Num Coureur Pos
51   Maciej Paterski (POL) 79e
52   Grega Bole (SLO) 61e
53   Jarosław Marycz (POL) AB-12
54   Bartłomiej Matysiak (POL) 140e
55   Nikolay Mihaylov (BUL) 129e
56   Łukasz Owsian (POL)* 118e
57   Marek Rutkiewicz (POL) 81e
58   Branislau Samoilau (BLR) 48e
59   Sylwester Szmyd (POL) 45e
Etixx-Quick Step
EQS
Num Coureur Pos
61   Rigoberto Urán (COL)   (Clm) 14e
62   Tom Boonen (BEL) NP-14
63   Maxime Bouet (FRA) 47e
64   David de la Cruz (ESP) 34e
65   Iljo Keisse (BEL) 145e
66   Gianni Meersman (BEL) AB-4
67   Fabio Sabatini (ITA) 110e
68   Pieter Serry (BEL) AB-2
69   Petr Vakoč (RTC) 116e
FDJ
FDJ
Num Coureur Pos
71   Alexandre Geniez (FRA) 9e
72   Arnaud Courteille (FRA) 124e
73   Kenny Elissonde (FRA)* 46e
74   Murilo Fischer (BRA) 130e
75   Francis Mourey (FRA) 43e
76   Cédric Pineau (FRA) 121e
77   Kévin Réza (FRA) 103e
78   Anthony Roux (FRA) 87e
79   Jussi Veikkanen (FIN)   (Route) 147e
IAM
IAM
Num Coureur Pos
81   Sylvain Chavanel (FRA)   (Clm) 36e
82   Clément Chevrier (FRA)* 69e
83   Stef Clement (NED) AB-15
84   Heinrich Haussler (AUS)   (Route) 107e
85   Roger Kluge (GER) 162e
86   Matteo Pelucchi (ITA) AB-10
87   Jérôme Pineau (FRA) AB-18
88   Sébastien Reichenbach (SUI) AB-16
89   Aleksejs Saramotins (LET) 161e
Lampre-Merida
LAM
Num Coureur Pos
91   Diego Ulissi (ITA) 64e
92   Roberto Ferrari (ITA) 133e
93   Tsgabu Grmay (ETH)*   (Route/Clm) 91e
94   Sacha Modolo (ITA) 126e
95   Manuele Mori (ITA) 80e
96   Przemysław Niemiec (POL) 40e
97   Jan Polanc (SLO)* 53e
98   Maximiliano Richeze (ARG) 127e
99   Xu Gang (CHN) AB-16
Lotto-Soudal
LTS
Num Coureur Pos
100   Jurgen Van den Broeck (BEL) 12e
101   Sander Armée (BEL) 65e
102   Lars Bak (DAN) 90e
103   Stig Broeckx (BEL)* AB-18
104   André Greipel (GER)   (Route) NP-14
105   Adam Hansen (AUS) 77e
106   Gregory Henderson (NZL) NP-14
107   Maxime Monfort (BEL) 11e
109   Louis Vervaeke (BEL) * AB-16
Movistar
MOV
Num Coureur Pos
111   Beñat Intxausti (ESP) 29e
112   Andrey Amador (CRC) 4e
113   Igor Antón (ESP) 38e
114   Rubén Fernández Andújar (ESP)* 62e
115   Jesús Herrada (ESP)* 74e
116   Ion Izagirre (ESP)   (Route) 27e
117   Juan José Lobato (ESP) AB-18
118   Dayer Quintana (COL)* 93e
119   Giovanni Visconti (ITA)   18e
Nippo-Vini Fantini
NIP
Num Coureur Pos
121   Damiano Cunego (ITA) AB-18
122   Giacomo Berlato (ITA)* 101e
123   Alessandro Bisolti (ITA) 49e
124   Daniele Colli (ITA) NP-7
125   Pierpaolo De Negri (ITA) 108e
126   Eduard-Michael Grosu (ROU)* 150e
127   Manabu Ishibashi (JPN)* AB-9
128   Alessandro Malaguti (ITA) 154e
129   Riccardo Stacchiotti (ITA)* 152e
Orica-GreenEDGE
OGE
Num Coureur Pos
131   Michael Matthews (AUS)* NP-14
132   Sam Bewley (NZL) 122e
133   Esteban Chaves (COL)* 55e
134   Simon Clarke (AUS) 63e
135   Luke Durbridge (AUS)* 109e
136   Simon Gerrans (AUS) NP-13
137   Michael Hepburn (AUS)* 160e
138   Brett Lancaster (AUS) 128e
139   Pieter Weening (NED) 92e
Southeast
STH
Num Coureur Pos
141   Manuel Belletti (ITA) AB-12
142   Matteo Busato (ITA) 106e
143   Elia Favilli (ITA) 104e
144   Mauro Finetto (ITA) 57e
145   Ramón Carretero (PAN)* AB-2
146   Francesco Gavazzi (ITA) 58e
147   Jonathan Monsalve (VEN) 30e
148   Alessandro Petacchi (ITA) AB-20
149   Eugert Zhupa (ALB)* 157e
Cannondale-Garmin
TCG
Num Coureur Pos
151   Ryder Hesjedal (CAN) 5e
152   Janier Acevedo (COL) 120e
153   Nathan Brown (USA)* 67e
154   André Cardoso (POR) 21e
155   Tom Danielson (USA) AB-15
156   Davide Formolo (ITA)* 31e
157   Alan Marangoni (ITA) 131e
158   Tom-Jelte Slagter (NED) 76e
159   Davide Villella (ITA)* 78e
Giant-Alpecin
TGA
Num Coureur Pos
161   Luka Mezgec (SLO) 138e
162   Nikias Arndt (GER)* 148e
163   Bert De Backer (BEL) 158e
164   Caleb Fairly (USA) 134e
165   Simon Geschke (GER) 89e
166   Chad Haga (USA) 99e
167   Ji Cheng (CHN) 156e
168   Tobias Ludvigsson (SUE)* 83e
169   Tom Stamsnijder (NED) 153e
Katusha
KAT
Num Coureur Pos
171   Luca Paolini (ITA) 111e
172   Maxim Belkov (RUS) 102e
173   Sergey Chernetskiy (RUS)* 114e
174   Sergueï Lagoutine (RUS) 72e
175   Alexander Porsev (RUS)   (Route) 132e
176   Pavel Kochetkov (RUS) 37e
177   Yury Trofimov (RUS) 10e
178   Anton Vorobyev (RUS)*   (Clm) NP-3
179   Ilnur Zakarin (RUS) 44e
Lotto NL-Jumbo
TLJ
Num Coureur Pos
181   Steven Kruijswijk (NED) 7e
182   George Bennett (NZL)* NP-1
183   Rick Flens (NED) 144e
184   Moreno Hofland (NED)* 136e
185   Martijn Keizer (NED) 56e
186   Bert-Jan Lindeman (NED) 95e
187   Maarten Tjallingii (NED) 119e
188   Nick van der Lijke (NED)* 86e
189   Robert Wagner (GER) AB-4
Sky
SKY
Num Coureur Pos
191   Richie Porte (AUS)   (Clm) NP-16
192   Sebastián Henao (COL)* 41e
193   Vasil Kiryienka (BLR) 84e
194   Leopold König (RTC) 6e
195   Bernhard Eisel (AUT) 143e
196   Mikel Nieve (ESP) 17e
197   Salvatore Puccio (ITA) 68e
198   Kanstantsin Siutsou (BLR) 26e
199   Elia Viviani (ITA) 125e
Tinkoff-Saxo
TCS
Num Coureur Pos
201   Alberto Contador (ESP)   1er
202   Ivan Basso (ITA) 51e
203   Manuele Boaro (ITA) 96e
204   Christopher Juul Jensen (DAN) 135e
205   Roman Kreuziger (RTC) 28e
206   Sérgio Paulinho (POR) 97e
207   Michael Rogers (AUS) 33e
208   Ivan Rovny (RUS) 115e
209   Matteo Tosatto (ITA) 112e
Trek Factory Racing
TFR
Num Coureur Pos
211   Giacomo Nizzolo (ITA)   137e
212   Eugenio Alafaci (ITA)* 141e
213   Fumiyuki Beppu (JPN)   (Clm) 117e
214   Marco Coledan (ITA) 163e
215   Fabio Felline (ITA)* 32e
216   Fábio Silvestre (POR)* 149e
217   Boy van Poppel (NED) 146e
218   Kristof Vandewalle (BEL)   (Clm) NP-15
219   Calvin Watson (AUS)* 151e

Notes et référencesModifier

  1. « Le parcours du Tour d'Italie 2015 », sur velochrono.fr,
  2. « Tour d'Italie - Un Giro nerveux et moins montagneux en 2015 », sur eurosport.fr,
  3. (es) « El recorrido del Giro 2015, presentado (Vídeo, perfiles y fotos) », sur biciciclismo.com,
  4. « Et maintenant, qui veut venir ? », sur velochrono.fr,
  5. (es) « Urán y Kwiatkowski dejan su participación en el Giro en el aire », sur biciciclismo.com,
  6. (en) « Giro d'Italia 2015 route: Reactions », sur cyclingnews.com,
  7. « 2015 : Les wild-cards délivrées par RCS », sur velo-club.net,
  8. « Plus jamais de dossard 108 », sur lequipe.fr,
  9. « Tour d'Italie — Giro J-5 : les chiffres », sur velo101.com,
  10. « Giro d'Italia: The Favourite », CyclingQuotes.com
  11. « Pour Alberto Contador, le doublé Giro-Tour est possible » (consulté le 4 mai 2015)
  12. « Contador le dit : il redoute beaucoup plus Porte que Froome, Nibali et Quintana » (consulté le 4 mai 2015)
  13. « Championnats d'Australie - Le titre du contre-la-montre à Richie Porte » (consulté le 4 mai 2015)
  14. « Contador le dit : il redoute beaucoup plus Porte que Froome, Nibali et Quintana » (consulté le 4 mai 2015)
  15. « Tour d'Italie : Contador et Porte seront bien entourés - Giro Cyclisme » (consulté le 4 mai 2015)
  16. « Giro d'Italia 2015 preview », velonews.competitor.com
  17. « Giro d'Italia 2015 - Overall Preview & Favourites », c-cycling.com
  18. « Giro 2015: Favourites and GC contenders », cyclingstage.com
  19. (en) Giro d’Italia 2015 Preview: Sprinters and the Points Classification cyclingupdates.com
  20. (it) Giro d'Italia 2015 - I favoriti per la maglia rossa: da Greipel a Gilbert ecco chi andrà in cerca di gloria nelle tappe direttaciclismo.it
  21. (en) Giro d’Italia 2015 Preview: The Mountain Classification cyclingupdates.com
  22. (it) Giro d'Italia 2015 - I favoriti per la maglia blu : un uomo da classifica o qualche cacciatore di fughe ? direttaciclismo.it
  23. [PDF](it) Guide officiel
  24. (en) Giro d’Italia 2015 Preview: Youth Classification cyclingupdates.com
  25. (it) Giro d'Italia 2015 - Maglia bianca, Aru favoritissimo su Chaves e Formolo direttaciclismo.it
  26. « Contador's legacy in the spotlight after Giro d'Italia win », sur cyclingnews.com, (consulté le 3 juin 2015)
  27. « Percorso », sur gazzetta.it
  28. Les 5 premiers de chaque sprint intermédiaire reçoivent 10, 6, 3, 2 et 1 point(s).
  29. Il s'agit en fait d'une forme de classement combiné. En effet, les points sont attribués selon le barème suivant :
    • arrivées des étapes : 6, 5, 4, 3, 2 et 1 aux six premiers ;
    • sprints intermédiaires : 5, 4, 3, 2 et 1 aux cinq premiers ;
    • Cima Coppi et ascensions de 1re catégorie : 4, 3, 2 et 1 aux quatre premiers ;
    • ascensions de 2e catégorie : 3, 2 et 1 aux trois premiers ;
    • ascensions de 3e catégorie : 2 et 1 aux deux premiers ;
    • ascensions de 4e catégorie : 1 au premier
  30. Azzurri d'Italia : le classement attribue 4, 2 et 1 point(s) aux trois premiers de chaque étape
  31. Fuga Pinarello : 1 point pour chaque kilomètre d'échappée
  32. Ce prix récompense les coureurs les plus rapides sur les trois derniers kilomètres de l'étape. Le plus rapide marque 4 points, le deuxième 2 points et le troisième 1 point
  33. L'équipe vainqueur de ce classement est celle qui obtient le moins de points. Le barème est le suivant :
    • Un avertissement coûte 0,5 point (accrochage à une voiture, coureur qui reste trop longtemps dans l'aspiration d'une voiture)
    • Une amende coûte 1 point tous les 10 francs Suisses
    • Une pénalité de temps coûte 2 points par seconde
    • Un déclassement coûte 100 points
    • Une disqualification coûte 1 000 points
    • Un contrôle positif coûte 2 000 points
  34. Prix attribué au coureur ayant franchi en premier le col le plus haut du Tour d'Italie
  35. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.017, Barème des points Femmes élites - version au 24 janvier 2015 » [PDF], sur uci.ch (consulté le 25 mars 2018)
  36. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.017, Barème des points Femmes élites - version au 1er novembre 2015 » [PDF], sur uci.ch (consulté le 25 mars 2018)
  37. a et b (it) « Regolamento Giro d'Italia 2015 », sur cyclingpro.net,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :