Ouvrir le menu principal
Tour d'Italie 2013
Giro2013.jpg
Parcours du Tour d'Italie 2013
Généralités
Course
96e Tour d’Italie
Compétition
Étapes
21
Date
4
Distance
3 500,8 km
3 340,8 km
Pays
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Pays traversé(s)
Équipes
19Voir et modifier les données sur Wikidata
Partants
207Voir et modifier les données sur Wikidata
Coureurs au départ
207
Coureurs à l'arrivée
168
Vitesse moyenne
39,354 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième
Classement par points
Meilleur grimpeur
Meilleur sprinteur
Meilleur jeune
Meilleure équipe
Giro2013.jpg

La 96e édition du Tour d'Italie s'est déroulée du 4 au . Pour la première fois depuis 1963, le Giro s'élance de Naples[1]. L’arrivée se tient à Brescia après 21 étapes. Il s'agit de la 15e épreuve de l'UCI World Tour 2013. Grâce notamment à ses deux victoires d'étape, Vincenzo Nibali (Astana) remporte le classement général. Il devance Rigoberto Urán (Sky), lui aussi gagnant d'une étape et qui obtient son premier podium sur un Grand Tour, et Cadel Evans (BMC Racing), qui est ainsi monté sur le podium des 3 Grands Tours. Carlos Betancur (AG2R La Mondiale), 5e du classement général, termine meilleur jeune de la course. Vainqueur de cinq étapes, Mark Cavendish (Omega Pharma-Quick Step) s'adjuge le maillot rouge, entrant ainsi dans le cercle très fermé des coureurs vainqueur du classement par points sur les 3 Grands Tours durant leur carrière. Stefano Pirazzi (Bardiani Valvole-CSF Inox) termine maillot bleu. Le classement par équipes au temps revient à la formation Sky et le classement par équipes aux points à l'équipe Movistar, qui remporte également quatre succès d'étape.

Cependant Mauro Santambrogio est disqualifié de ce Tour d'Italie après un contrôle positif à l'EPO effectué au terme de la première étape[n 1]. Sa place au général reste vacante, l'étape qu'il avait initialement remportée revient à Vincenzo Nibali.

PrésentationModifier

ParcoursModifier

Le Tour d’Italie 2013 démarre avec une étape de plaine disputée autour de Naples, puis un contre-la-montre par équipes de 17,4 km est disputé au deuxième jour de course. S'ensuivent deux étapes difficiles : la 3e étape, longue de 212 km, emprunte le Sella di Cantona puis une longue descente vers l'arrivée ; le final de la 4e étape est marqué par le Croce Ferrata, une ascension de 12,75 km à 5,5 %, suivi des 6,7 derniers kilomètres en faux plats descendants. L'arrivée du lendemain se fait après une bosse non-répertoriée, avant une étape de plaine. La 7e étape est vallonnée, avec notamment quatre ascensions répertoriées dans les 50 derniers kilomètres.

Vient ensuite un contre-la-montre de 54,8 km puis une étape de moyenne montagne, avec à 10 km de l'arrivée à Florence le sommet de la côte de Fiesole, au programme des prochains mondiaux[4]. Après le premier jour de repos, les coureurs font face à la première étape de montagne de ce Giro, avec l'enchaînement du Passo Cannon di Lanza et du Malghe del Montasio, en haut duquel est jugée l'arrivée.

Le lendemain, une nouvelle étape difficile est programmée, avec la très longue ascension du Siella Ciampigotto assez loin de l'arrivée, qui est placée en haut d'une ascension. La journée suivante a lieu une étape de plaine, puis une étape plutôt vallonnée dans le final.

La 14e étape est courte (156 km) mais comprend la très longue montée vers Sestrières et l'ascension finale du Jafferau. La 15e étape est marquée par le col du Mont-Cenis, le col du Télégraphe et l'arrivée à Valloire en haut du col du Galibier. Après le deuxième jour de repos, la course repart en Italie, via le col du Mont-Cenis. Le final de l'étape emprunte la montée vers Andrate à une quinzaine de kilomètres de la ligne. La difficulté de l'étape réside en outre dans sa longueur, 237 km. La 17e étape est plate, puis les coureurs prennent part à un contre-la-montre en côte vers Polsa. Sont ensuite programmées les deux étapes les plus dures de la course. La 19e étape ne fait que 138 km, mais les coureurs escaladent le Passo Gavia, le Stelvio (Cima Coppi) et la montée finale vers Val Martello. La 20e étape comprend cinq cols, dont le Passo Giau et l'arrivée au sommet des Tre Cime di Lavaredo. L'épreuve se conclut par une étape de plaine[5],[6].

Pour les coureurs, ce Tour d'Italie propose « vraiment un parcours pour des coureurs complets »[7], « un Giro équilibré »[8], « un Giro très difficile, en particulier lors de la dernière semaine »[9] et une dernière semaine « terrifiante, particulièrement les 19e et 20e étapes »[10]. De son côté, Mark Cavendish dénombre 5 à 7 étapes pour sprinteurs, ce qui « est une bonne chose » pour lui, et est satisfait de voir que la dernière étape n'est pas un contre-la-montre mais une étape de plaine[11].

ÉquipesModifier

L'organisateur RCS Sport a annoncé le la présence de l'équipe Androni Giocattoli-Venezuela vainqueur en 2012 de la coupe d'Italie de cyclisme sur route[12]. Puis, le , RCS Sport annonce la sélection des trois dernières équipes qui sont les formations Bardiani Valvole-CSF Inox, Colombia et Vini Fantini-Selle Italia[13]. Cependant, l'équipe Katusha est réintégrée à l'UCI World Tour par à une décision du Tribunal arbitral du sport le [14]. La direction du Giro fait alors part de son désarroi face à la situation puisque le nombre de coureurs augmenterait[15],[16]. Le , l'UCI décide finalement d'autoriser le Giro à se courir avec plus de 200 coureurs au départ[17]. 23 équipes participent à ce Tour d'Italie – 19 ProTeams et 4 équipes continentales professionnelles.

UCI ProTeams
Nom de l'équipe Pays Code
AG2R La Mondiale   France ALM
Argos-Shimano   Pays-Bas ARG
Astana   Kazakhstan AST
Blanco   Pays-Bas BLA
BMC Racing   États-Unis BMC
Cannondale   Italie CAN
Euskaltel Euskadi   Espagne EUS
FDJ   France FDJ
Garmin-Sharp   États-Unis GRS
Katusha   Russie KAT
Lampre-Merida   Italie LAM
Lotto-Belisol   Belgique LTB
Movistar   Espagne MOV
Omega Pharma-Quick Step   Belgique OPQ
Orica-GreenEDGE   Australie OGE
RadioShack-Leopard   Luxembourg RLT
Saxo-Tinkoff   Danemark TST
Sky   Royaume-Uni SKY
Vacansoleil-DCM   Pays-Bas VCD
Équipes invitées
Nom de l'équipe Pays Code
Androni Giocattoli-Venezuela   Italie AND
Bardiani Valvole-CSF Inox   Italie BAR
Colombia   Colombie COL
Vini Fantini-Selle Italia   Italie VIN

CoureursModifier

HommageModifier

Le dossard 108, qui aurait dû être porté par le Canadien Dominique Rollin (FDJ) est retiré pour la 2e année consécutive en hommage au Belge Wouter Weylandt décédé sur les routes du Tour d'Italie 2011 avec ce même dossard.

Favoris pour le classement généralModifier

Bradley Wiggins (Sky), vainqueur du dernier Tour de France, et Vincenzo Nibali (Astana), vainqueur en 2013 de Tirreno-Adriatico et du Tour du Trentin, sont les deux principaux favoris de la course[18],[19]. En vue sur Liège-Bastogne-Liège, le tenant du titre, Ryder Hesjedal (Garmin-Sharp)[20] et Michele Scarponi (Lampre-Merida), vainqueur en 2011 et régulièrement bien placé au classement général[21], sont également candidats à la victoire finale. Auteur d'un début de saison plus discret, Cadel Evans (BMC Racing)[22], Robert Gesink (Blanco) et Samuel Sánchez (Euskaltel Euskadi), toujours placé mais jamais vainqueur sur les grands tours[23], font aussi partie des favoris[24]. Parmi les outsiders de l'épreuve, on peut citer Beñat Intxausti (Movistar), et Franco Pellizotti (Androni Giocattoli-Venezuela)[25]. L'équipe AG2R La Mondiale sera emmené par Domenico Pozzovivo, tandis que Carlos Betancur, très en vue sur les ardennaises, aura des libertés[26]. La formation Vacansoleil-DCM décide d'écarter José Rujano, un des outsiders de la course, quelques jours avant le départ car celui-ci a été cité dans une enquête antidopage. L'équipe dit ne pas souhaiter « risquer de discréditer les organisateurs, l'équipe, le sport et le coureur lui-même »[27]. Ivan Basso (Cannondale) est lui aussi forfait pour ce Giro[28].

SprinteursModifier

Mark Cavendish (Omega Pharma-Quick Step), vainqueur de dix étapes sur le Giro dont trois en 2012 ainsi que du prix de la combativité, se présente comme le principal favori pour les sprints. Matthew Goss (Orica-GreenEDGE), vainqueur de la troisième étape en 2012, Manuel Belletti (AG2R La Mondiale), Mattia Gavazzi (Androni Giocattoli-Venezuela), Roberto Ferrari (Lampre-Merida), lui aussi vainqueur en 2012, Sacha Modolo (Bardiani Valvole-CSF Inox), Francesco Chicchi (Vini Fantini-Selle Italia), Nacer Bouhanni (FDJ), Elia Viviani (Cannondale), Francisco Ventoso (Movistar), Giacomo Nizzolo (RadioShack-Leopard) et John Degenkolb (Argos-Shimano), auteur de cinq succès sur le Tour d'Espagne 2012, sont également présents.

Récit de la courseModifier

4 - 5 mai : le week-end d'ouvertureModifier

Mark Cavendish (Omega Pharma-Quick Step) remporte la première étape au sprint, devant Elia Viviani (Cannondale) et Nacer Bouhanni (FDJ), et s'empare du même coup des maillots rose et rouge. Une chute s'est produite dans le final, provoquant de nombreuses réactions parmi les coureurs[29]. L'équipe Sky remporte ensuite le contre-la-montre par équipes, permettant ainsi à Salvatore Puccio de porter le maillot rose et à Bradley Wiggins de prendre du temps sur ses adversaires. La formation Movistar termine à 9 secondes et l'équipe Astana de Vincenzo Nibali à 14 secondes. Parmi les autres favoris, Michele Scarponi (Lampre-Merida), Ryder Hesjedal (Garmin-Sharp) et Robert Gesink (Blanco) s'en sortent plutôt bien, avec un retard respectif de 22, 25 et 27 secondes. Les formations BMC Racing de Cadel Evans et Euskaltel Euskadi de Samuel Sánchez concèdent plus de temps, respectivement 37 secondes et 1 minute et 1 seconde.

6 - 9 mai : Paolini en roseModifier

Le lendemain, Luca Paolini (Katusha) fait la différence dans la dernière descente et s'impose avec 16 secondes d'avance sur Evans et Hesjedal, qui règlent le groupe des favoris et prennent ainsi des bonifications. Scarponi a chuté dans la descente et termine avec 1 minute de retard sur le vainqueur du jour, qui prend la tête du classement général et du classement par points. Wiggins et Rigoberto Urán (Sky) pointent désormais à 17 secondes du nouveau maillot rose. Lors de la quatrième étape, Danilo Di Luca (Vini Fantini-Selle Italia) et Robinson Chalapud (Colombia) attaquent dans le Croce Ferrata, mais sont repris à quelques hectomètres de l'arrivée. Enrico Battaglin (Bardiani Valvole-CSF Inox) s'impose, en devançant au sprint Fabio Felline (Androni Giocattoli-Venezuela) et Giovanni Visconti (Movistar). Bradley Wiggins est pris dans une cassure et perd 17 secondes, reculant ainsi à la sixième place au classement général, trois secondes derrière Nibali et dans le même temps que Hesjedal. Le classement général ne connait pas de changement significatif après les cinquième et sixième étapes, remportées au sprint par John Degenkolb (Argos-Shimano) devant Ángel Vicioso (Katusha) et Paul Martens (Blanco), et par Mark Cavendish, qui s'empare du maillot rouge, en devançant Elia Viviani et Matthew Goss (Orica-GreenEDGE).

10 - 14 mai : Nibali prend le dessus sur Hesjedal et WigginsModifier

Membre de l'échappée matinale, Adam Hansen (Lotto-Belisol) remporte la septième étape. Battaglin règle le groupe des favoris devant Di Luca, à 1 minute et 7 secondes. Bradley Wiggins, distancé dans la dernière montée puis victime d'une chute dans la descente, concède 1 minute 24 secondes à ses rivaux, et ses coéquipiers Sergio Henao et Rigoberto Urán, qui l'ont accompagné, neuf secondes de plus. Beñat Intxausti (Movistar) prend la tête du classement général, 5 secondes devant Nibali et 8 secondes devant Hesjedal. Alex Dowsett (Movistar) s'adjuge ensuite le contre-la-montre, 10 secondes devant Wiggins et 14 secondes devant Tanel Kangert (Astana). Vincenzo Nibali, quatrième de l'étape à 21 secondes, s'empare du maillot rose. Il devance au classement général Cadel Evans, Robert Gesink, Bradley Wiggins et Michele Scarponi. Ryder Hesjedal, 18e de l'étape, recule au sixième rang. Maxim Belkov (Katusha) s'impose sur la neuvième étape, devançant les Colombiens Carlos Betancur (AG2R La Mondiale) et Jarlinson Pantano (Colombia). Au classement général, Hesjedal est le grand perdant de la journée : il finit à plus d'une minute du groupe maillot rose et pointe désormais à la onzième place du classement général. Cadel Evans s'empare du maillot rouge et Stefano Pirazzi (Bardiani Valvole-CSF Inox) du maillot bleu. Rigoberto Urán s'impose lors de la première étape de haute montagne. Il devance de 20 secondes Carlos Betancur et de 31 secondes Vincenzo Nibali, qui règle un groupe de cinq coureurs. Intxausti, Wiggins, Scarponi et Gesink terminent à plus d'une minute du vainqueur. En revanche, Samuel Sánchez concède plus de quatre minutes. Ryder Hesjedal finit à près de 21 minutes. Urán remonte à la troisième place du classement général, à deux minutes de Nibali. Domenico Pozzovivo (AG2R La Mondiale) et le nouveau maillot blanc Rafał Majka (Saxo-Tinkoff) font leur entrée dans le Top 10.

15 - 17 mai : étapes de transitionModifier

Ramūnas Navardauskas (Garmin-Sharp) gagne la onzième étape, en devançant ses compagnons d'échappée Daniel Oss (BMC Racing) et Stefano Pirazzi. Mark Cavendish s'adjuge les douzième et treizième étapes. Il devance Nacer Bouhanni et Luka Mezgec (Argos-Shimano), puis Giacomo Nizzolo (RadioShack-Leopard) et Mezgec. Bradley Wiggins termine à plus de trois minutes lors de la douzième étape et ne prend pas le départ le lendemain, tout comme Ryder Hesjedal.

18 - 22 mai : étapes de montagne et succès des MovistarModifier

Dans un épais brouillard, Mauro Santambrogio (Vini Fantini-Selle Italia) s'impose sur la 14e étape devant Vincenzo Nibali et neuf secondes devant Carlos Betancur. Après la disqualification pour dopage de Santambrogio, l'étape revient à Nibali[n 1]. Samuel Sánchez, Rigoberto Urán, Cadel Evans, Domenico Pozzovivo et Robert Kišerlovski (RadioShack-Leopard) arrivent avec une trentaine de secondes de retard, tandis que Beñat Intxausti et Michele Scarponi concèdent près d'une minute et demie. Robert Gesink est le grand perdant du jour, en terminant 35e de l'étape à plus de quatre minutes. Au classement général, Nibali possède une minute 26 secondes d'avance sur Evans, un peu moins de trois minutes sur Urán et Santambrogio et près de quatre minutes sur Scarponi. Rescapé de l'échappée matinale, Giovanni Visconti obtient la victoire lors de la 15e étape. Il devance de 42 secondes Carlos Betancur, Przemysław Niemiec (Lampre-Merida) et Rafał Majka. Le groupe maillot rose finit à 54 secondes. Au classement général, aucun changement n'a lieu parmi les cinq premiers. Grâce aux bonifications, Betancur reprend le maillot blanc. Beñat Intxausti remporte la 16e étape, en battant au sprint Tanel Kangert et Przemysław Niemiec. Le groupe maillot rose termine à 14 secondes. Santambrogio finit à 2 minutes 24 secondes, chutant ainsi à la sixième place du classement général. Robert Gesink, 17e de l'étape mais victime d'un saut de chaîne à 1,5 km de l'arrivée alors qu'il était dans le groupe de tête, est reclassé dans le même temps que le vainqueur. Il réintègre ainsi la 10e place du classement général au détriment de Domenico Pozzovivo, qui termine à 1 minute 51 secondes. Le lendemain, l'équipe Movistar obtient une troisième victoire consécutive, avec le succès de Giovanni Visconti, qui s'impose avec 19 secondes d'avance sur le peloton, réglé par Ramūnas Navardauskas et Luka Mezgec.

23 - 26 mai : le triomphe de NibaliModifier

Vincenzo Nibali conforte son maillot rose en remportant le chrono en côte, devant Samuel Sánchez et Damiano Caruso (Cannondale). Au classement général, il possède désormais 4 minutes 2 secondes d'avance sur Cadel Evans, 4 minutes 12 secondes sur Rigoberto Urán et 5 minutes 14 secondes sur Michele Scarponi. Rafał Majka, 5e de l'étape, reprend le maillot blanc pour 2 secondes à Carlos Betancur et est désormais 6e du classement général. Sánchez remonte à la 10e place, 9 minutes 34 secondes. Le lendemain, l'étape est annulée à cause des conditions météo[30]. Alors que Robert Gesink abandonne, Danilo Di Luca, à la suite d'un contrôle positif à l'EPO datant du 29 avril, est suspendu provisoirement par l'UCI et est donc exclu du Giro[31]. Sous la neige, Vincenzo Nibali s'impose au sommet des Tre Cime di Lavaredo, une vingtaine de secondes devant les Colombiens Fabio Duarte (Colombia), Rigoberto Urán et Carlos Betancur. Cadel Evans concède 1 min 30 s, et recule ainsi à la 3e place du classement général au bénéfice d'Urán. Betancur dépasse Przemysław Niemiec et Rafał Majka pour s'emparer du 5e rang du classement et du maillot blanc. Beñat Intxausti gagne un rang pour se classer désormais 8e au détriment de Mauro Santambrogio. Domenico Pozzovivo rentre dans le Top 10. Mark Cavendish remporte la dernière étape, en devançant Sacha Modolo (Bardiani Valvole-CSF Inox) et Elia Viviani. Il remporte ainsi le classement par point, dont il avait abandonné le tête la veille à Vincenzo Nibali. Ce dernier termine dans le peloton et gagne ainsi son premier Tour d'Italie. Parmi les classement annexes, un seul changement est à noter : Movistar termine en tête du classement par équipe aux points. Stefano Pirazzi finit donc meilleur grimpeur, Carlos Betancur meilleur jeune et la formation Sky meilleure équipe au temps.

ÉtapesModifier

La 14e étape, initialement longue de 168 km, a vu son parcours modifié à cause de la neige : la montée vers Sestrières et sa descente ne sont pas empruntées, les coureurs passent alors par le Val de Suse et l'étape fait finalement 181 km[32]. Le lendemain, l'étape, d'une longueur prévue de 149 km, voit son arrivée avancée de 4,25 km, à la hauteur de la stèle Marco Pantani[33]. La 19e étape voit également son parcours chamboulé par les conditions météo : le Passo Gavia et le Stelvio sont remplacés par le Passo del Tonale et le Passo Castrin, l'étape faisant désormais 160 km et non 139 km[34]. L'étape est finalement annulée[30]. La neige modifie également le parcours de la 20e étape, initialement longue de 203 km et comprenant 5 cols. L'étape fera en fait 210 km et n'empruntera que les deux dernières ascensions : le Passo Tre Croci et la montée finale vers les Tre Cime di Lavaredo, la nouvelle Cima Coppi[35].

Étape Date Villes étapes Type[36] Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape Sam. 4 mai NaplesNaples   130   Mark Cavendish   Mark Cavendish
2e étape Dim. 5 mai Ischia Forio   17,4   Sky   Salvatore Puccio
3e étape Lun. 6 mai Sorrente Marina di Ascea   222   Luca Paolini   Luca Paolini
4e étape Mar. 7 mai Policastro Bussentino (it)Serra San Bruno   246   Enrico Battaglin   Luca Paolini
5e étape Mer. 8 mai CosenzaMatera   203   John Degenkolb   Luca Paolini
6e étape Jeu. 9 mai Mola di BariMargherita di Savoia   169   Mark Cavendish   Luca Paolini
7e étape Ven. 10 mai San SalvoPescara   177   Adam Hansen   Beñat Intxausti
8e étape Sam. 11 mai Gabicce MareSaltara   54,8   Alex Dowsett   Vincenzo Nibali
9e étape Dim. 12 mai SansepolcroFlorence   170   Maxim Belkov   Vincenzo Nibali
Lun. 13 mai Florence
Journée de repos
10e étape Mar. 14 mai CordenonsAltopiano del Montasio   167   Rigoberto Urán   Vincenzo Nibali
11e étape Mer. 15 mai TarvisioVajont   182   Ramūnas Navardauskas   Vincenzo Nibali
12e étape Jeu. 16 mai LongaroneTrévise   134   Mark Cavendish   Vincenzo Nibali
13e étape Ven. 17 mai BussetoCherasco   254   Mark Cavendish   Vincenzo Nibali
14e étape Sam. 18 mai CervereBardonèche Monte Jafferau   181   Vincenzo Nibali[n 1]   Vincenzo Nibali
15e étape Dim. 19 mai Cesana TorineseLes Granges du Galibier (Valloire) (FRA)   145   Giovanni Visconti   Vincenzo Nibali
Lun. 20 mai Valloire (FRA)
Journée de repos
16e étape Mar. 21 mai Valloire (FRA) – Ivrée   238   Beñat Intxausti   Vincenzo Nibali
17e étape Mer. 22 mai CaravaggioVicence   214   Giovanni Visconti   Vincenzo Nibali
18e étape Jeu. 23 mai MoriPolsa (it)   20,6   Vincenzo Nibali   Vincenzo Nibali
19e étape Ven. 24 mai Ponte di LegnoVal Martello (it)   160 Étape annulée[30]
20e étape Sam. 25 mai SilandroTre Cime di Lavaredo   210   Vincenzo Nibali   Vincenzo Nibali
21e étape Dim. 26 mai Riese Pio XBrescia   206   Mark Cavendish   Vincenzo Nibali

Classements finalsModifier

Classement généralModifier

Cycliste Pays Équipe Temps
1 Vincenzo Nibali     Italie Astana en 84 h 53 min 28 s
2 Rigoberto Urán   Colombie Sky + min 43 s
3 Cadel Evans   Australie BMC Racing min 52 s
4 Michele Scarponi   Italie Lampre-Merida min 48 s
5 Carlos Betancur     Colombie AG2R La Mondiale min 28 s
6 Przemysław Niemiec   Pologne Lampre-Merida min 43 s
7 Rafał Majka   Pologne Saxo-Tinkoff min 9 s
8 Beñat Intxausti   Espagne Movistar 10 min 26 s
DSQ Mauro Santambrogio[n 1]   Italie Vini Fantini-Selle Italia 10 min 32 s
10 Domenico Pozzovivo   Italie AG2R La Mondiale 10 min 59 s
11 Franco Pellizotti   Italie Androni Giocattoli-Venezuela 11 min 35 s
12 Samuel Sánchez   Espagne Euskaltel Euskadi 12 min 13 s
13 Yury Trofimov   Russie Katusha 12 min 55 s
14 Tanel Kangert   Estonie Astana 12 min 57 s
15 Robert Kišerlovski   Croatie RadioShack-Leopard 14 min 27 s
16 Sergio Henao   Colombie Sky 18 min 19 s
17 Wilco Kelderman   Pays-Bas Blanco 20 min 18 s
18 Darwin Atapuma   Colombie Colombia 28 min 56 s
19 Damiano Caruso   Italie Cannondale 30 min 56 s
20 Francis Mourey   France FDJ 32 min 22 s
21 Francis De Greef   Belgique Lotto-Belisol 33 min 20 s
22 Egoi Martínez   Espagne Euskaltel Euskadi 37 min 14 s
23 Diego Rosa   Italie Androni Giocattoli-Venezuela 40 min 23 s
24 José Herrada   Espagne Movistar 40 min 34 s
25 Evgueni Petrov   Russie Saxo-Tinkoff 41 min 54 s

Classements annexesModifier

Classement par pointsModifier

Cycliste Équipe Points
1   Mark Cavendish   Omega Pharma-Quick Step 158
2   Vincenzo Nibali   Astana 128
3   Cadel Evans BMC Racing 111
4   Carlos Betancur   AG2R La Mondiale 108
5   Giovanni Visconti Movistar 105
6   Rigoberto Urán Sky 102
DSQ   Mauro Santambrogio[n 1] Vini Fantini-Selle Italia 89
8   Elia Viviani Cannondale 88
9   Giacomo Nizzolo RadioShack-Leopard 75
10   Ramūnas Navardauskas Garmin-Sharp 65

Classement du meilleur grimpeurModifier

Cycliste Équipe Points
1   Stefano Pirazzi   Bardiani Valvole-CSF Inox 82
2   Giovanni Visconti Movistar 45
3   Vincenzo Nibali   Astana 45
4   Jackson Rodríguez Androni Giocattoli-Venezuela 41
5   Carlos Betancur   AG2R La Mondiale 37
6   Robinson Chalapud Colombia 31
7   Rigoberto Urán Sky 26
DSQ   Mauro Santambrogio[n 1] Vini Fantini-Selle Italia 18
9   Fabio Duarte Colombia 17
10   Pieter Weening Orica-GreenEDGE 14

Classement du meilleur jeuneModifier

Cycliste Équipe Temps
1   Carlos Betancur   AG2R La Mondiale en 85 h 0 min 56 s
2   Rafał Majka Saxo-Tinkoff + 41 s
3   Wilco Kelderman Blanco 12 min 50 s
4   Darwin Atapuma Colombia 21 min 28 s
5   Diego Rosa Androni Giocattoli-Venezuela 32 min 55 s
6   Fabio Aru Astana h 17 min 25 s
7   Fabio Felline Androni Giocattoli-Venezuela h 23 min 31 s
8   Jarlinson Pantano Colombia h 28 min 9 s
9   Thomas Damuseau Argos-Shimano h 35 min 26 s
10   Francesco Manuel Bongiorno Bardiani Valvole-CSF Inox h 4 min 36 s

Classement par équipes au tempsModifier

Équipe Pays Temps
1 Sky   Royaume-Uni en 254 h 34 min 25 s
2 Astana   Kazakhstan + min 29 s
3 Movistar   Espagne min 27 s
4 Lampre-Merida   Italie 10 min 35 s
5 Blanco   Pays-Bas 15 min 58 s
6 AG2R La Mondiale   France 24 min 59 s
7 Androni Giocattoli-Venezuela   Italie 39 min 16 s
8 Euskaltel Euskadi   Espagne 55 min 42 s
9 BMC Racing   États-Unis h 3 min 24 s
10 Katusha   Russie h 8 min 43 s

Classement par équipes aux pointsModifier

Équipe Pays Points
1 Movistar   Espagne 281
2 Sky   Royaume-Uni 276
3 AG2R La Mondiale   France 273
4 Lampre-Merida   Italie 268
5 Astana   Kazakhstan 265
6 BMC Racing   États-Unis 232
7 Katusha   Russie 196
8 Vini Fantini-Selle Italia   Italie 195
9 RadioShack-Leopard   Luxembourg 194
10 Bardiani Valvole-CSF Inox   Italie 181

Autres classementsModifier

UCI World TourModifier

Ce Tour d'Italie attribue des points pour l'UCI World Tour 2013, seulement aux coureurs des équipes ayant un label ProTeam.

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e
Classement général 170 130 100 90 80 70 60 52 44 38 32 26 22 18 14 10 8 6 4 2
Par étape 16 8 4 2 1

Vincenzo Nibali (Astana) remonte à la 2e place du classement, derrière Fabian Cancellara (RadioShack-Leopard), toujours leader, et devant Peter Sagan (Cannondale). Carlos Betancur (AG2R La Mondiale) est désormais 4e, tandis que Michele Scarponi (Lampre-Merida) fait son entrée dans le Top 10. Rigoberto Urán (Sky) remonte lui aussi dans le classement et Cadel Evans (BMC Racing) marque ses premiers points de la saison. Nibali permet également à sa formation de remonter à la 6e place du classement par équipes, toujours dominé par l'équipe Sky[43]. Très en vue sur ce Giro, les Colombiens prennent la tête du classement par nations, ce qui traduit le retour du cyclisme colombien sur le devant de la scène[44].

Classement individuel
# Coureur Équipe Points
1   Vincenzo Nibali   Astana 216
2   Rigoberto Urán   Sky 153
3   Cadel Evans   BMC Racing 111
4   Carlos Betancur   AG2R La Mondiale 110
5   Michele Scarponi   Lampre-Merida 92
6   Mark Cavendish   Omega Pharma-Quick Step 80
7   Przemysław Niemiec   Lampre-Merida 78
8   Beñat Intxausti   Movistar 68
9   Rafał Majka   Saxo-Tinkoff 63
10   Domenico Pozzovivo   AG2R La Mondiale 38

Évolution des classementsModifier

Le classement général, dont le leader porte le maillot rose, s'établit en additionnant les temps réalisés à chaque étape, puis en ôtant d'éventuelles bonifications (20, 12 et 8 s à l'arrivée des étapes en ligne et 6, 4 et 2 s à chaque sprint intermédiaire). En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : centièmes de seconde enregistrés lors des contre-la-montre, addition des places obtenues lors de chaque étape, place obtenue lors de la dernière étape. Ce classement est considéré comme le plus important de la course et le gagnant est le vainqueur du Giro.

Le classement par points, dont le leader porte le maillot rouge, est l'addition des points attribués à l'arrivée des étapes (25, 20, 16, 14, 12 et 10 points puis en ôtant 1 pt par place perdue jusqu'au 15e, qui reçoit donc 1 pt) et aux sprints intermédiaires (8, 6, 4, 3, 2 et 1 points).

Le classement de la montagne, dont le leader porte le maillot bleu, consiste en l'addition des points obtenus au sommet de la Cima Coppi (21, 15, 9, 5, 3, 2 et 1 pts) et des ascensions de 1re (15, 9, 5, 3, 2 et 1 pts), 2e (9, 5, 3, 2 et 1 pts), 3e (5, 3, 2 et 1 pts) et 4e (3, 2 et 1 pts) catégorie.

Le classement du meilleur jeune, dont le leader porte le maillot blanc, est le classement général des coureurs nés depuis le 1er janvier 1988.

Il existe également deux classements pour les équipes. Le premier est le Trofeo Fast Team (classement par équipe au temps). Le classement par équipes de l'étape est l'addition des trois meilleurs temps individuels de chaque équipe, sauf lors du contre-la-montre par équipes, où l'on prend le temps de l'équipe. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : addition des places des 3 premiers coureurs des équipes concernées, place du meilleur coureur sur l'étape. Calculer le classement par équipes revient à additionner les classement par équipes de chaque étape. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans le classement par équipes du jour, nombre de deuxièmes places dans le classement par équipes du jour, etc., place au classement général du meilleur coureur des équipes concernées.
Le second est le classement Trofeo Super Team (classement par équipe par points). Après chaque étape, l'équipe du premier marque 20 points, l'équipe du deuxième 19 points, et ainsi de suite jusqu'à l'équipe du vingtième qui marque 1 point[45].

Étape Vainqueur Classement général Classement par points Classement de la montagne Classement du meilleur jeune Classement par équipes
aux temps
Classement par équipes
aux points
1 Mark Cavendish Mark Cavendish Mark Cavendish Giovanni Visconti Elia Viviani Orica-GreenEDGE Orica-GreenEDGE
2 Sky Salvatore Puccio Salvatore Puccio Sky
3 Luca Paolini Luca Paolini Luca Paolini Willem Wauters Fabio Aru Katusha Katusha
4 Enrico Battaglin Giovanni Visconti
5 John Degenkolb
6 Mark Cavendish Mark Cavendish
7 Adam Hansen Beñat Intxausti Rafał Majka
8 Alex Dowsett Vincenzo Nibali Wilco Kelderman Astana Orica-GreenEDGE
9 Maxim Belkov Cadel Evans Stefano Pirazzi Blanco BMC Racing
10 Rigoberto Urán Rafał Majka Sky Sky
11 Ramūnas Navardauskas
12 Mark Cavendish Mark Cavendish
13 Mark Cavendish
14 Mauro Santambrogio
15 Giovanni Visconti Carlos Betancur
16 Beñat Intxausti Movistar
17 Giovanni Visconti
18 Vincenzo Nibali Rafał Majka Sky
19 Étape annulée[30]
20 Vincenzo Nibali Vincenzo Nibali Carlos Betancur
21 Mark Cavendish Mark Cavendish Movistar
Classements finals Vincenzo Nibali Mark Cavendish Stefano Pirazzi Carlos Betancur Sky Movistar

Liste des participantsModifier

Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur ce Tour d’Italie Pos Position finale au classement général
      Indique le vainqueur du classement général       Indique le vainqueur du classement de la montagne
      Indique le vainqueur du classement par points       Indique le vainqueur du classement du meilleur jeune
# Indique la meilleure équipe aux temps NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ d'une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
HD Indique un coureur qui a terminé une étape hors des délais,
suivi du numéro de l'étape
EX Coureur exclu pour non-respect du règlement,
suivi du numéro de l'étape où il s'est fait exclure
* Indique un coureur en lice pour le maillot blanc
(coureurs nés après le 1er janvier 1988)
Garmin-Sharp
GRS
Num Coureur Pos
1   Ryder Hesjedal (CAN) NP-13
2   Thomas Danielson (USA) 49e
3   Thomas Dekker (NED) 136e
4   Nathan Haas (AUS)* AB-16
5   Robert Hunter (RSA) 141e
6   David Millar (GBR) AB-14
7   Ramūnas Navardauskas (LTU)*
  Champion de Lituanie du contre-la-montre
87e
8   Peter Stetina (USA) 52e
9   Christian Vande Velde (USA) 110e
AG2R La Mondiale
ALM
Num Coureur Pos
11   Domenico Pozzovivo (ITA) 10e
12   Davide Appollonio (ITA)* 168e
13   Manuel Belletti (ITA) 144e
14   Julien Bérard (FRA) NP-8
15   Carlos Betancur (COL)*   5e
16   Guillaume Bonnafond (FRA) 107e
17   Hubert Dupont (FRA) 32e
18   Ben Gastauer (LUX) 51e
19   Sylvain Georges (FRA) NP-11
Androni Giocattoli-Venezuela
AND
Num Coureur Pos
21   Franco Pellizotti (ITA)
  Champion d'Italie sur route
11e
22   Giairo Ermeti (ITA) 151e
23   Fabio Felline (ITA)* 43e
24   Mattia Gavazzi (ITA) EX-16[46]
25   Tomás Gil (VEN)
  Champion du Venezuela du contre-la-montre
AB-9
26   Jackson Rodríguez (VEN) 50e
27   Diego Rosa (ITA)* 23e
28   Miguel Ángel Rubiano (COL) 45e
29   Emanuele Sella (ITA) 58e
Astana
AST
Num Coureur Pos
31   Vincenzo Nibali (ITA)   1er
32   Valerio Agnoli (ITA) 39e
33   Fabio Aru (ITA)* 42e
34   Dmitriy Gruzdev (KAZ)
  Champion du Kazakhstan du contre-la-montre
146e
35   Tanel Kangert (EST)
  Champion d'Estonie sur route
14e
36   Fredrik Kessiakoff (SWE) 90e
37   Paolo Tiralongo (ITA) 99e
38   Alessandro Vanotti (ITA) AB-14
39   Andrey Zeits (KAZ) 106e
Bardiani Valvole-CSF Inox
BAR
Num Coureur Pos
41   Sacha Modolo (ITA) 125e
42   Enrico Battaglin (ITA)* AB-14
43   Nicola Boem (ITA)* 137e
44   Francesco Manuel Bongiorno (ITA)* 71e
45   Marco Canola (ITA)* 139e
46   Sonny Colbrelli (ITA)* 89e
47   Stefano Locatelli (ITA)* 102e
48   Stefano Pirazzi (ITA)   44e
49   Edoardo Zardini (ITA)* 138e
Blanco
BLA
Num Coureur Pos
51   Robert Gesink (NED) NP-20
52   Jack Bobridge (AUS)* NP-14
53   Stef Clement (NED) 48e
54   Juan Manuel Gárate (ESP) 31e
55   Wilco Kelderman (NED)* 17e
56   Steven Kruijswijk (NED) 26e
57   Paul Martens (GER) 63e
58   Maarten Tjallingii (NED) 131e
59   Maarten Wynants (BEL) AB-16
BMC Racing
BMC
Num Coureur Pos
61   Cadel Evans (AUS) 3e
62   Adam Blythe (GBR)* 167e
63   Steve Cummings (GBR) 149e
64   Klaas Lodewyck (BEL)* NP-7
65   Steve Morabito (SUI) 34e
66   Daniel Oss (ITA) 140e
67   Taylor Phinney (USA)* AB-16
68   Ivan Santaromita (ITA) 30e
69   Danilo Wyss (SUI) 84e
Cannondale
CAN
Num Coureur Pos
71   Damiano Caruso (ITA) 19e
72   Tiziano Dall'Antonia (ITA) 113e
73   Paolo Longo Borghini (ITA) 67e
74   Alan Marangoni (ITA) 114e
75   Fabio Sabatini (ITA) 93e
76   Cristiano Salerno (ITA) 86e
77   Cayetano Sarmiento (COL) 91e
78   Elia Viviani (ITA)* 119e
79   Cameron Wurf (AUS) 128e
Colombia
COL
Num Coureur Pos
81   Darwin Atapuma (COL)* 18e
82   Edwin Ávila (COL)* 164e
83   Robinson Chalapud (COL) 94e
84   Fabio Duarte (COL) 28e
85   Leonardo Duque (COL) 79e
86   Wilson Marentes (COL) 162e
87   Dalivier Ospina (COL) AB-12
88   Jarlinson Pantano (COL)* 46e
89   Carlos Quintero (COL) AB-10
Euskaltel Euskadi
EUS
Num Coureur Pos
91   Samuel Sánchez (ESP) 12e
92   Jorge Azanza (ESP) 33e
93   Egoi Martínez (ESP) 22e
94   Ricardo Mestre (POR) 145e
95   Miguel Mínguez (ESP)* 166e
96   Ioánnis Tamourídis (GRE)
  Champion de Grèce du contre-la-montre
152e
97   Pablo Urtasun (ESP) AB-5
98   Gorka Verdugo (ESP) 64e
99   Robert Vrečer (SLO)
  Champion de Slovénie du contre-la-montre
92e
FDJ
FDJ
Num Coureur Pos
100   Nacer Bouhanni (FRA)*
  Champion de France sur route
NP-13
101   Sandy Casar (FRA) NP-4
102   Murilo Fischer (BRA) 147e
103   Arnold Jeannesson (FRA) AB-9
104   Johan Le Bon (FRA)* 115e
105   Francis Mourey (FRA) 20e
106   Laurent Pichon (FRA) 163e
107   Dominique Rollin (CAN) 75e
109   Anthony Roux (FRA) AB-16
Katusha
KAT
Num Coureur Pos
111   Luca Paolini (ITA) 59e
112   Maxim Belkov (RUS) HD-18
113   Pavel Brutt (RUS) 103e
114   Giampaolo Caruso (ITA) 41e
115   Vladimir Gusev (RUS) 65e
116   Petr Ignatenko (RUS) 40e
117   Dmitry Kozontchuk (RUS) AB-16
118   Yury Trofimov (RUS) 13e
119   Ángel Vicioso (ESP) NP-10
Lampre-Merida
LAM
Num Coureur Pos
121   Michele Scarponi (ITA) 4e
122   Mattia Cattaneo (ITA)* AB-7
123   Kristijan Đurasek (CRO) 68e
124   Roberto Ferrari (ITA) 150e
125   Przemysław Niemiec (POL) 6e
126   Daniele Pietropolli (ITA) 80e
127   Filippo Pozzato (ITA) 120e
128   José Serpa (COL) 27e
129   Simone Stortoni (ITA) 56e
Lotto-Belisol
LTB
Num Coureur Pos
131   Lars Ytting Bak (DEN) 95e
132   Dirk Bellemakers (NED) 111e
133   Brian Bulgaç (NED)* 135e
134   Francis De Greef (BEL) 21e
135   Kenny Dehaes (BEL) 156e
136   Gert Dockx (BEL)* 104e
137   Adam Hansen (AUS) 72e
138   Vicente Reynés (ESP) 109e
139   Frederik Willems (BEL) 117e
Movistar
MOV
Num Coureur Pos
141   Eros Capecchi (ITA) 70e
142   Juan José Cobo (ESP) 116e
143   Alex Dowsett (GBR)*
  Champion de Grande-Bretagne du contre-la-montre
148e
144   José Herrada (ESP) 24e
145   Beñat Intxausti (ESP) 8e
146   Vladimir Karpets (RUS) 47e
147   Pablo Lastras (ESP) 85e
148   Francisco Ventoso (ESP)
  Champion d'Espagne sur route
66e
149   Giovanni Visconti (ITA) 35e
Omega Pharma-Quick Step
OPQ
Num Coureur Pos
151   Mark Cavendish (GBR)   127e
152   Gianluca Brambilla (ITA) 105e
153   Michał Gołaś (POL)
  Champion de Pologne sur route
62e
154   Iljo Keisse (BEL) 159e
155   Serge Pauwels (BEL) 77e
156   Jérôme Pineau (FRA) 124e
157   Gert Steegmans (BEL) NP-14
158   Matteo Trentin (ITA)* 118e
159   Julien Vermote (BEL)* 132e
Orica-GreenEDGE
OGE
Num Coureur Pos
161   Matthew Goss (AUS) AB-16
162   Luke Durbridge (AUS)*
  Champion d'Australie sur route
  Champion d'Australie du contre-la-montre
142e
163   Leigh Howard (AUS)* NP-7
164   Jens Keukeleire (BEL)* 74e
165   Brett Lancaster (AUS) 121e
166   Christian Meier (CAN) 143e
167   Jens Mouris (NED) 160e
168   Svein Tuft (CAN)
  Champion du Canada du contre-la-montre
154e
169   Pieter Weening (NED) 38e
RadioShack-Leopard
RLT
Num Coureur Pos
171   George Bennett (NZL)* 122e
172   Danilo Hondo (GER) 96e
173   Robert Kišerlovski (CRO) 15e
174   Tiago Machado (POR) 36e
175   Giacomo Nizzolo (ITA)* 130e
176   Nélson Oliveira (POR)* 81e
177   Yaroslav Popovych (UKR) 133e
178   Hayden Roulston (NZL)
  Champion de Nouvelle-Zélande sur route
NP-17
179   Jesse Sergent (NZL)* 153e
Sky
SKY #
Num Coureur Pos
181   Bradley Wiggins (GBR) NP-13
182   Dario Cataldo (ITA)
  Champion d'Italie du contre-la-montre
57e
183   Sergio Henao (COL) 16e
184   Christian Knees (GER) 60e
185   Danny Pate (USA) 134e
186   Salvatore Puccio (ITA)* 73e
187   Kanstantsin Siutsou (BLR) 37e
188   Rigoberto Urán (COL) 2e
189   Xabier Zandio (ESP) 82e
Argos-Shimano
ARG
Num Coureur Pos
191   John Degenkolb (GER)* NP-10
192   Thomas Damuseau (FRA)* 53e
193   Bert De Backer (BEL) 157e
194   Koen de Kort (NED) 78e
195   Patrick Gretsch (GER) 69e
196   Cheng Ji (CHN) NP-6
197   Tobias Ludvigsson (SWE)* 112e
198   Luka Mezgec (SLO)* 123e
199   Albert Timmer (NED) 129e
Saxo-Tinkoff
TST
Num Coureur Pos
201   Rafał Majka (POL)* 7e
202   Daniele Bennati (ITA) NP-14
203   Manuele Boaro (ITA) 100e
204   Matti Breschel (DEN) NP-12
205   Mads Christensen (DEN) 126e
206   Karsten Kroon (NED) NP-14
207   Evgueni Petrov (RUS) 25e
208   Bruno Pires (POR) 61e
209   Rory Sutherland (AUS) 97e
Vacansoleil-DCM
VCD
Num Coureur Pos
211   Marco Marcato (ITA) 76e
212   Grega Bole (SLO) AB-20
213   Martijn Keizer (NED)* 101e
214   Maurits Lammertink (NED)* 155e
215   Pim Ligthart (NED)* 161e
216   Rob Ruijgh (NED) 54e
217   Rafael Valls (ESP) 29e
218   Frederik Veuchelen (BEL) 83e
219   Willem Wauters (BEL)* 158e
Vini Fantini-Selle Italia
VIN
Num Coureur Pos
221   Stefano Garzelli (ITA) 108e
222   Rafael Andriato (BRA) 165e
223   Francesco Chicchi (ITA) NP-9
224   Danilo Di Luca (ITA) EX-19[31]
225   Oscar Gatto (ITA) 98e
226   Alessandro Proni (ITA) 88e
227   Matteo Rabottini (ITA) 55e
228   Mauro Santambrogio (ITA) DSQ[n 1]
229   Fabio Taborre (ITA) AB-10

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a b c d e f et g Mauro Santambrogio, initialement neuvième du Tour d'Italie 2013 et vainqueur de la quatorzième étape, a été déclassé par l'UCI[2],[3].

RéférencesModifier

  1. « 2013 : Départ à Naples », sur eurosport.fr,
  2. [PDF] (en) « Anti-doping Rule Violations », sur uci.ch, Union cycliste internationale, (consulté le 31 juillet 2014)
  3. (en) « Results - Cycling - Road 2013 - Men Elite Giro d'Italia (ITA/UWT) - 04 May-26 May 2013 - General classification: Naples - Brescia » [archive du ], sur uci.ch, Union cycliste internationale (consulté le 2 août 2014)
  4. « Voici Copenhague, Valkenburg et Florence », sur velochrono.fr,
  5. « Le Giro révise ses classiques », sur velochrono.fr,
  6. « Le Galibier, et plus encore », sur eurosport.fr,
  7. « Ryder Hesjedal : « Je vais tout faire pour conserver mon titre » », sur cyclismactu.net,
  8. « Contador : "Un parcours équilibré" », sur cyclismactu.net,
  9. « Rodriguez : "Un Giro très difficile" », sur cyclismactu.net,
  10. (es) « Samuel Sánchez destripa el Giro: “El podio no es imposible, pero es más real ganar una etapa” », sur biciciclismo.com,
  11. « Cav' : "Jusqu'à 7 arrivées au sprint" », sur cyclismactu.net,
  12. « Androni qualifiée pour le Giro 2013 », sur eurosport.fr,
  13. « Colombia sur le Giro 2013, pas Katusha ! », sur velochrono.fr,
  14. « Le TAS réintègre Katusha au World Tour ! », sur velochrono.fr,
  15. « Acquarone: "Attitude inacceptable de l'UCI" », sur cyclismactu.net,
  16. (es) « Acquarone (Giro): “No estamos preparados para 19 equipos WorldTour” », sur biciciclismo.com,
  17. « L'UCI accepte 23 équipes au départ », sur cyclismactu.net,
  18. (es) « Giro: Sky contra Astana, la ciencia contra el coraje », sur biciciclismo.com,
  19. « Giro : Bradley Wiggins (Sky) contre Vincenzo Nibali (Astana), le duel programmé », sur eurosport.fr,
  20. « Hesjedal : copier, coller », sur velochrono.fr,
  21. « Le petit miracle de Scarponi », sur velochrono.fr,
  22. « Evans, le dernier baroud », sur velochrono.fr,
  23. « Sanchez se met à l'italien », sur velochrono.fr,
  24. « Comme Hesjedal, ils croient à leur Giro », sur eurosport.fr,
  25. (es) « Los 8 favoritos del Giro: Su camino hasta Nápoles », sur biciciclismo.com,
  26. « Dupont : « Je suis dans le flou » », sur velochrono.fr,
  27. « Giro : Vacansoleil écarte Rujano par prudence », sur eurosport.fr,
  28. « Basso déclare forfait à cause d'un kyste », sur cyclismactu.net,
  29. « Giro 2013, 1re étape, Naples-Naples : les coureurs plongés dans le "chaos" », sur eurosport.fr,
  30. a b c et d « La 19ème étape annulée pour cause de neige », sur cyclismactu.net,
  31. a et b (es) « Di Luca, positivo por EPO antes del Giro, suspendido por la UCI (Comunicado) », sur biciciclismo.com,
  32. « Giro : Le parcours de la 14e étape », sur velochrono.fr,
  33. « Giro : Le parcours de la 15e étape », sur velochrono.fr,
  34. « Giro : Le parcours de la 19e étape », sur velochrono.fr,
  35. (es) « Modificada la 20ª etapa del Giro por la nieve: se llega a las Tres Cimas de Lavaredo », sur biciciclismo.com,
  36. (it) « Percorso », sur gazzetta.it
  37. Les 5 premiers de chaque sprint intermédiaire reçoivent 5, 4, 3, 2 et 1 point(s), hormis lors de la première étape où le barème est le même que le classement par points (les 6 premiers marquent 8, 6, 4, 3, 2 et 1 point(s)).
  38. Il s'agit en fait d'une forme de classement combiné. En effet, les points sont attribués selon le barème suivant :
    • arrivées des étapes : 6, 5, 4, 3, 2 et 1 aux six premiers ;
    • sprints intermédiaires : 5, 4, 3, 2 et 1 aux cinq premiers ;
    • Cima Coppi et ascensions de 1re catégorie : 4, 3, 2 et 1 aux quatre premiers ;
    • ascensions de 2e catégorie : 3, 2 et 1 aux trois premiers ;
    • ascensions de 3e catégorie : 2 et 1 aux deux premiers ;
    • ascensions de 4e catégorie : 1 au premier.
  39. Azzurri d'Italia : le classement attribue 4, 2 et 1 point(s) aux trois premiers de chaque étape.
  40. Fuga Pinarello : 1 point pour chaque kilomètre d'échappée.
  41. L'équipe vainqueur de ce classement est celle qui obtient le moins de points. Le barème est le suivant :
    • Un avertissement coûte 0,5 point (accrochage à une voiture, coureur qui reste trop longtemps dans l'aspiration d'une voiture)
    • Une amende coûte 1 point tous les 10 francs Suisses
    • Une pénalité de temps coûte 2 points par seconde
    • Un déclassement coûte 100 points
    • Une disqualification coûte 1 000 points
    • Un contrôle positif coûte 2 000 points.
  42. Prix attribué au coureur ayant franchi en premier le col le plus haut du Tour d'Italie
  43. (es) « WorldTour: Nibali, por detrás de Cancellara; Sky, más líder (Clasificación COMPLETA) », sur biciciclismo.com,
  44. « Colombiens, numéros un », sur velochrono.fr,
  45. (it) « Regolamento », sur gazzetta.it
  46. (es) « Gavazzi, descalificado del Giro: “Estoy triste y decepcionado” », sur biciciclismo.com,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :