Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Tour d'Italie automobile.
Tour d'Italie
Giro d'Italia(it)
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du Giro.
Généralités
Sport Cyclisme sur route
Création 1909
Organisateur(s) RCS Sport
Éditions 102 (en 2019)
Catégorie UCI World Tour
Type / Format Grand tour
Périodicité Annuelle (mai-juin)
Lieu(x) Drapeau de l'Italie Italie
Participants 176 (en 2018)
Statut des participants Professionnels
Directeur Mauro Vegni
Site web officiel www.giroditalia.it

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Équateur Richard Carapaz
Plus titré(s) Drapeau : Italie Alfredo Binda
Drapeau : Italie Fausto Coppi
Drapeau : Belgique Eddy Merckx
(5 victoires)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
Tour d'Italie 2019

Le Tour d'Italie (Giro d'Italia en italien), appelé aussi Giro, est une compétition cycliste par étapes qui a lieu principalement en Italie chaque année, et qui est considérée comme la deuxième en importance après le Tour de France. Elle est créée par le journal La Gazzetta dello Sport d'Eugenio Camillo Costamagna en 1909 et le journaliste Tullo Morgagni[1]. Elle parcourt l'Italie et passe parfois par des pays étrangers tels que la Suisse ou les Pays-Bas récemment. La ville de départ de la course change chaque année et l'arrivée a lieu en général dans les villes de Florence, Vérone, Rome ou encore Milan, ville du siège de La Gazzetta dello Sport. Le leader de son classement général porte un maillot rose évoquant la couleur du papier utilisé par ce quotidien. Depuis 1909, le Giro a seulement été annulé lors de la Première et la Seconde Guerre mondiale. Les Italiens Alfredo Binda, Fausto Coppi et le Belge Eddy Merckx détiennent à égalité le record de l'épreuve, avec cinq victoires chacun.

Sommaire

HistoireModifier

1908-1909 : création et première éditionModifier

À l'instar du Tour de France, le Tour d'Italie est né de la concurrence entre deux journaux italiens. En effet, La Gazzetta dello Sport voulut se démarquer de son concurrent, le Corriere della Sera[2] (organisateur du Tour d’Italie automobile et projetant aussi de créer un tour cycliste) en organisant son propre événement sportif inspiré du Tour de France. C’est ainsi que le 7 août 1908, La Gazzetta sous l’impulsion de son fondateur Eugenio Camillo Costamagna, de son administrateur Armando Cougnet et de son rédacteur en chef Tullo Morgagni, instigateur de l'idée, annonce en une la création du premier Giro d’Italie qui se tiendra en 1909. Malgré tout, le Corriere della Sera dans un esprit des plus fair-play se proposa d’offrir au vainqueur une prime de 3 000 lires[3].

Le 13 mai 1909 à h 53 du matin[4], les 127 coureurs du premier Tour d’Italie de l’histoire s’élancent du rondeau de Loreto à Milan pour huit étapes visant à rallier Milan après avoir traversé une grande partie de l’Italie représentant un total de 2 448 km. À l’arrivée, c’est l’Italien Luigi Ganna qui remporte la course, que seuls 49 coureurs termineront, avec une moyenne de 27,26 km/h devançant notamment le Français Lucien Petit-Breton, vainqueur du Tour de France en 1907 et 1908, contraint à l’abandon. Il touche pour sa victoire une récompense de 5 325 lires[4] et le dernier du classement une récompense de 300 lires, une véritable fortune pour l’époque. Cette première édition est également marquée par une popularité très importante notamment caractérisée par la présence d’une foule extrêmement dense lors de l’arrivée à Milan.

 
Luigi Ganna, le premier vainqueur du Giro

1910–1953 : la domination italienneModifier

1910-1924Modifier

Durant cette période (et jusqu’en 1950 avec la victoire du Suisse Hugo Koblet), le palmarès du Giro reste exclusivement italien. En ce qui concerne les victoires d’étape, il faut attendre la deuxième étape du Tour d'Italie 1910 pour voir un non-Italien s’imposer en la personne du Français Jean-Baptiste Dortignacq. En 1912, le classement général se fait par équipes et voit une nouvelle fois les Italiens s’imposer grâce à l’équipe Atala (déjà meilleure équipe en 1910). Sur les 107 étapes que composent ces 11 tours, 102 sont remportées par des coureurs italiens et il faudra attendre 1919 pour voir le premier non-Italien monter sur le podium du Giro en la personne du Belge Marcel Buysse alors troisième. Deux grandes premières ont également lieu durant cette période : en 1911 Carlo Galetti devient le premier coureur à remporter deux Giro consécutivement et la même année, Milan n’est ni la ville de départ ni la ville d’arrivée cédant sa place à Rome pour fêter le 50e anniversaire de l’unification italienne.

1925-1935 : l'ère BindaModifier

Surnommé le « grimpeur assis », Alfredo Binda remporte son premier Giro en 1925 en en remportant également la sixième étape alors qu’il n’a que 23 ans. L’année suivante, il remporte 6 étapes sur 12 possibles mais doit s’incliner face à Giovanni Brunero (troisième l’année précédente) qui devient alors le premier coureur à remporter trois Tours d’Italie.

Binda prend sa revanche en 1927 où il écrase le Giro en remportant 12 des 15 étapes qui le compose (record encore inégalé) laissant Brunero deuxième à plus de 27 minutes. Tout comme l’avait fait Costante Girardengo en 1919, Binda reste en tête du classement général de la première à la dernière étape. Il sera également le premier champion du monde de cyclisme sur route la même année.

En 1928 il reste intouchable et remporte son troisième Tour, égalisant ainsi Giovanni Brunero. Il remporte 6 étapes sur 12 tandis que la huitième étape est remporté par son frère et coéquipier Albino Binda. L’édition de 1928 du Tour d’Italie reste également celle ayant rassemblée le plus grand nombre de participants (298 au départ[5]). L’année suivante, il devient le premier coureur à remporter son quatrième Giro en en remportant 8 étapes consécutives ! Cependant, la concurrence s’organise et les écarts au général diminuent (4 coureurs terminent à moins de 10 minutes de Binda).

 
Alfredo Binda, quintuple vainqueur du Giro

En 1930, les organisateurs se lassent de sa domination absolue et lui offrent 22 500 lires (plus que la prime destiné au vainqueur) pour… ne pas courir et ainsi préserver l'intérêt de la course[4] ! Ce dernier accepte laissant ainsi la victoire qui lui était promise à Luigi Marchisio qui, du haut de ses 21 ans, devient le plus jeune vainqueur du Giro (record qui sera battu en 1940 par Fausto Coppi). Binda se console en remportant cette année-là son deuxième titre de champion du monde et deux étapes du Tour de France pour son unique participation.

Il revient en 1931 pour la 20e édition du Giro. Cette dernière est notamment marquée par l’apparition du maillot rose (‘’Maglia rosa’’) de leader du classement général. Sa couleur est calquée sur celle des pages de La Gazzetta dello Sport[4]. L’Italien Learco Guerra, vainqueur de la première étape du Tour (il en remportera 4 au total en 1931) sera le premier à le porter. Pour son retour sur les routes italiennes, Binda prend le maillot rose en remportant la 3e et la 4e étape mais est victime d’une chute dans les alentours de l'hippodrome de Villa Glori dans la 7e étape reliant Rome à Pérouse qui le contraint à l’abandon le jour suivant laissant la victoire finale à Francesco Camusso (vainqueur d’une étape) qui devient le premier coureur de l’histoire du Giro à ramener le maillot rose à Milan.

Le Giro 1932 est une déception pour Binda. Il ne termine que 7e à 19 minutes d’Antonio Pesenti, grand vainqueur de l’épreuve, qui terminera à la 4e place du Tour de France la même année. Hermann Buse, vainqueur de la deuxième étape devient le premier non-Italien à revêtir le maillot rose qu’il perdra à l’issue de la septième étape au profit de Pesenti.

1933 marque un tournant pour l’épreuve avec l’apparition du Grand Prix de la montagne et du premier contre-la-montre individuel au cours de la 13e étape entre Bologne et Ferrare longue de 62 km qui fut remportée par Binda. De plus, le Tour est constitué de 17 étapes (contre une petite dizaine habituellement) se rapprochant ainsi du format « grand tour » actuel. Contrairement à l’année précédente, le Giro est dominé une nouvelle fois par Binda revenu au meilleur de sa forme en s’adjugeant le classement général, Grand Prix de la montagne, 6 étapes et passant 13 jours en rose.

Il revient favori en 1934 mais est contraint à l’abandon pendant la 6e étape à la suite d'une chute et après avoir été blessé par une pédale puis heurté par une moto de la police[6]. Cette 22e édition est dominé par Learco Guerra surnommé « La locomotive » qui remporte le classement général et 10 des 17 étapes. Cependant, Francesco Camusso termine à seulement 51 secondes au général après avoir perdu son maillot rose au cours du contre-la-montre individuel.

Le Tour d'Italie 1935 sera le dernier d'Alfredo Binda alors âgé de 32 ans et le premier d’un jeune espoir de 20 ans : Gino Bartali. Binda prend congé du Giro en terminant 16e à 31 minutes de Vasco Bergamaschi vainqueur anecdotique du classement général. Le jeune Bartali remporte quant à lui la 6e étape et le Grand Prix de la montagne. La succession de Binda reste donc à établir à l’approche de l’édition de 1936. Il restera dans l’histoire du Giro comme le premier coureur à remporter cinq Tours d’Italie (record égalé mais jamais battu) en remportant 41 étapes (seul Mario Cipollini fera mieux avec 42 étapes remportées).

1936-1953 : le duel Bartali-CoppiModifier

 
Fausto Coppi, quintuple vainqueur du Giro

En 1936, la hiérarchie est à reconstruire après le départ d'Alfredo Binda. Learco Guerra, vainqueur en 1934 doit abandonner après s’être cassé le bras. À L'Aquila, Gino Bartali remporte sa deuxième victoire sur le Giro et endosse le maillot rose qu’il confortera en gagnant deux autres étapes. Il remporte ainsi à 21 ans son premier Tour d’Italie et son deuxième Grand Prix de la montagne consécutif.

Bartali récidive en remportant les deux classements en 1937. Le Tour d'Italie 1937 fut le premier composé de 23 étapes pour un total de 3 840 km et le premier à emprunter les routes des Dolomites[7], qui ont fait la réputation du Giro, du Passo di Costalunga et du Passo Rolle. Ce sera d'ailleurs Gino Bartali qui les franchira en tête et remportera la grande étape de montagne des Dolomites.

 
Hugo Koblet, premier étranger à s'imposer

L’année suivante, il ne participe pas au Giro pour se consacrer au Tour de France qu’il remporte. C’est son compatriote Giovanni Valetti qui s’impose.

De retour sur le Tour d'Italie 1939, Bartali et Giovanni Valetti s’affrontent. Ils remportent tous deux quatre étapes, mais c’est finalement Valetti qui s’impose pour la deuxième année consécutive après avoir récupéré le maillot rose à l’issue de la 16e des 17 étapes. Les ascensions du Passo Pordoi et du Falzarego font également leur apparition, toutes deux escaladées en tête par Bartali[7].

En 1940, Bartali s’entoure au sein de son équipe Legnano d’un jeune italien de 20 ans, Fausto Coppi. Celui-ci profite d’une chute de son leader pour prendre le pouvoir et s’illustrer dans la 11e étape qui le fera connaître du grand public. Coppi fait la différence sur ses rivaux dans l’ascension d’Abetone et gagne après 100 kilomètres passés en solitaire qui lui permettent de s’emparer du maillot rose[8]. Malgré deux victoires dans les 17 et 19e étapes, Bartali ne pourra revenir sur Coppi lui laissant la victoire au général mais se consolant avec le Grand Prix de la montagne.

La Seconde Guerre mondiale interrompt le Giro de 1941 à 1945, freinant ainsi les ambitions de Bartali d’égaler le record d'Alfredo Binda. Coppi est mobilisé sur le front tunisien tandis que Bartali s'établit au Vatican aux côtés du pape Pie XII[9].

Après cinq ans d’attente, le Giro revient en 1946 sur les routes dévastées par la guerre. La rivalité Bartali-Coppi divise l’Italie : le premier, surnommé « Gino le pieux » est le favori de la Démocratie chrétienne tandis que le second est adulé par la gauche et les progressistes. Le duel épique voit la victoire de Bartali avec seulement 47 secondes d’avance sur son rival. Cette édition est également marquée par des heurts entre activistes favorables à l’annexion de Trieste à la Yougoslavie et policiers italiens perturbant des étapes du Giro.

Coppi prend sa revanche l’année suivante en s’adjugeant le Tour d'Italie 1947 devant Bartali.

En 1948, Coppi devance Bartali dans les Dolomites mais se retire du Giro avec son équipe après la 17e à la suite de l’affaire Fiorenzo Magni. En effet, ce dernier est soupçonné par l’équipe de Coppi d’avoir bénéficié d’une aide irrégulière dans la montagne. Les jurys lui infligent deux minutes de pénalités mais, pour Coppi et son équipe, cela n’est pas assez, outrés, ils se retirent du Tour d’Italie laissant la victoire finale à Fiorenzo Magni qui l'emporte de seulement 11 secondes sur Ezio Cecchi, constituant ainsi le plus petit écart jamais enregistré sur le Giro[10].

Fausto Coppi revient au meilleur sa forme en 1949 où il remporte son troisième Giro égalant ainsi son rival. Il brille notamment lors de la 17e étape restée dans la légende où il franchira en solitaire le col de Larche, le col de Vars, le col d'Izoard, le col de Montgenèvre et Sestrières, représentant plus de 190 kilomètres d'échappée, et achevant l’étape avec près de 12 minutes d'avance sur Bartali[8]. L'écrivain italien Dino Buzzati, alors envoyé spécial du Corriere della Sera, écrira à propos de la victoire de Coppi[2] :

« Il y a quelque chose d'émouvant dans ce jeune homme fluet qui chevauche les montagnes, l'une après l'autre, rien qu'avec le battement de son cœur. »

— Dino Buzzati

1950 marque une première dans l’histoire du Tour d’Italie avec la victoire du premier étranger en la personne du Suisse Hugo Koblet (surnommé « le pédaleur de charme ») devant Bartali. Coppi victime d’une chute dans la 9e étape se fracture le bassin le privant de toute chance de victoire[11].

Après la seconde victoire sur le Giro de Fiorenzo Magni en 1951, Coppi revient en grâce en 1952 et 1953 remportant ses 4e et 5e Tour d’Italie (en défiant notamment Hugo Koblet dans les cimes enneigées du Stelvio en 1959) égalant ainsi le record d’Alfredo Binda. L’édition de 1952 est endeuillée par la mort du coureur italien Orfeo Ponsin (it) qui s’écrase contre un arbre dans la quatrième étape alors qu’il abordait un virage[12].

1954-1967 : le règne italien contestéModifier

À partir de 1954, le Giro sourit moins à Fausto Coppi. Le Suisse Carlo Clerici remporte la 37e édition réalisant un doublé suisse avec Hugo Koblet deuxième. Cette édition est marquée par une grève des coureurs lors de l'étape entre Bolzano et Saint-Moritz transformant l'étape de 222 km en une promenade de 10 heures. Cependant, le motif de la grève, interne au peloton, reste encore à ce jour inconnu[13]. Pour son dernier Giro, Bartali termine à la 13e place prenant ainsi congé du Tour avec 3 maillot roses, 7 Grand Prix de la montagne, et 17 étapes.

Fiorenzo Magni remporte son troisième Giro en 1955 avec seulement 13 secondes d’avance sur Coppi. Ce dernier ne brillera plus dans le Giro et décédera en 1960 ; la fin d’une ère. Lors de cette édition, Raphaël Géminiani devient le premier Français à endosser le maillot rose.

Le Luxembourgeois Charly Gaul, également vainqueur du classement de la montagne du Tour de France la même année, réalise un coup d’éclat lors de l’édition de 1956. Largement distancé au général au soir de la 18e étape (24e à plus de 16 minutes), il passe à l'attaque lors de l'étape suivante entre Merano et le Monte Bondone disputée dans des conditions apocalyptiques. En effet, après un départ sous la pluie, c'est la neige qui fait son apparition accompagnée de température approchant les −10 °C. Plus de 60 coureurs vont abandonner, dont le maillot rose Pasquale Fornara[14]. Gaul l'emporte au sommet du Monte Bondone avec plus de 8 minutes d'avance sur le second mais n'aura pas la force de lever les bras. Il sera conduit à l'hôpital où on lui retirera son maillot encore collé à sa peau. Cette victoire lui permet de reprendre le maillot rose qu'il conservera jusqu'à Milan. L'exploit accomplit par le luxembourgeois durant cette étape est considéré par certains comme l'un des plus grands de l'histoire du cyclisme. Jacques Goddet écrira le lendemain dans L'Équipe :

« Charly Gaul a remporté le triomphe le plus complet qu’un coureur cycliste ait obtenu en une journée… C’est un exploit sans précédent dans le cyclisme contemporain. On retrouve là le caractère des étapes de montagne des temps préhistoriques. Il a fallu pour cela le cataclysme céleste, mais aussi la classe très rare et très particulière du petit Luxembourgeois… »

— Jacques Goddet

En 1957, le Français Louison Bobet manque de devenir le premier Français à remporter le Giro en terminant à seulement 19 secondes de Gastone Nencini (ce dernier ayant bénéficié des nombreuses poussettes des tifosis) et en ayant été porteur du maillot rose durant 8 étapes. Cependant, Raphaël Géminiani surnommé « le grand fusil » s'adjuge son deuxième Grand Prix de la montagne. Cette édition est marquée par une anecdote qui fut lourde de conséquence pour Charly Gaul. En effet, au départ de la 18e étape, ce dernier était en tête avec 56 secondes d'avance sur Nencini et 1 minutes 17 secondes sur Louison Bobet. Après 102 kilomètres de course, Gaul s'arrêta sur le bord de la route pour uriner ; moment que choisirent Louison Bobet, Nencini et Miguel Poblet pour attaquer[14]. Gaul arriva furieux en trentième position avec un retard de 10 minutes.

 
Jacques Anquetil, premier vainqueur français du Giro

Le Giro 1958 est remporté par Ercole Baldini alias « La locomotive de Forlì » alors à l'apogée de sa carrière, en effet, ce dernier est sacré la même année champion du monde sur route et champion d'Italie sur route. Cette 41e édition est également la dernière à laquelle Fausto Coppi participera avant de mourir deux ans plus tard.

Charly Gaul revient en force sur le Tour d'Italie 1959 qu'il remporte pour la deuxième fois en réalisant le doublé maillot rose-maillot vert. Sa victoire s'est notamment construite dans l'ascension du col du Petit-Saint-Bernard lors de l'avant dernière étape entre Aoste et Courmayeur qu'il remportera avec 10 minutes d'avance sur ses concurrents et notamment sur Jacques Anquetil alors en tête du classement général.

Le Giro sourit enfin aux Français en 1960 avec la victoire à l'arraché du maître, déjà vainqueur du Tour de France, le champion normand Jacques Anquetil avec seulement 28 secondes d'avance sur Gastone Nencini.

Arnaldo Pambianco est le vainqueur surprise du Tour d'Italie 1961. Doté d'un palmarès quasiment vierge, il remporte le Giro devant Anquetil, Antonio Suárez et Charly Gaul grâce à une échappée lors de la 14e étape dans des conditions climatiques difficiles. Malgré la remontée des favoris dans la montagne avec notamment l'ascension du Col du Stelvio, il conservera son avantage jusqu'à l'arrivée à Milan.

L'édition de 1962 remportée par Franco Balmamion est également marquée par des conditions météorologiques difficiles. Ainsi, la 14e étape fut raccourcie à la suite d'un orage violent qui empêcha l'ascension des deux derniers cols et obligea la direction de la course à juger l'arrivée au sommet du Passo Rolle. Cette étape fut également le théâtre de l'abandon de 57 coureurs, fait rare dans le cyclisme. Cependant, c'est la 16e étape remportée par Angelino Soler (maillot vert cette année-là) qui fut décisive. En effet, Balmamion termine second à 1 minute 30 et effectue une grosse remontée au classement général qui lui permettra de revêtir le maillot rose le lendemain et de le conserver jusqu'à Milan.

Balmamion récidive en remportant son deuxième Giro l'année suivante grâce à sa régularité et ses talents de rouleur. Cependant, c'est Vito Taccone qui marque les esprits lors de cette 46e édition en se montrant imparable dans les étapes de montagne. Il remporte le maillot vert en étant passé en tête de 12 des 17 cols où des points pour le Grand Prix de la montagne étaient distribué. Il a également remporté 5 étapes dont 4 consécutivement.

Jacques Anquetil absent l'année précédente revient en force en 1964 où il est intouchable en portant le maillot rose pendant 18 étapes consécutives remportant ainsi son deuxième Giro. Il remportera également le Tour de France la même année.

Le Giro 1965 est remporté par Vittorio Adorni au cours d'une saison difficile pour lui (il terminera deuxième de Milan-San Remo, de Liège-Bastogne-Liège et du championnat d'Italie sur route). Il construira notamment sa victoire lors du contre-la-montre de la 13e étape long de 58 kilomètres qu'il remportera.

L'édition de 1966, remportée par Gianni Motta, est marquée par l'apparition du classement par points également remporté par Gianni Motta qui devient donc le premier à réaliser un doublé du genre. Cette édition est également marquée par la troisième seconde place consécutive au classement général du malheureux Italo Zilioli qui ne remportera jamais le Giro. Jacques Anquetil quant à lui termine troisième.

Le Tour d'Italie 1967 est le premier du jeune coureur belge Eddy Merckx qui y remporte les 12e et 14e étapes. Felice Gimondi remporte la 19e étape au sommet du Tre Cime di Lavaredo devant Merckx et Gianni Motta mais l'étape est annulée car beaucoup de coureurs profitèrent de poussés répétés des supporters dans la montée sous de fortes chutes de neige. Felice Gimondi qui aurait dû revêtir le maillot rose à l'issue de cette étape menace d'abandonner mais se ravise et remporte le premier de ses trois Giro à la suite d'un duel épique avec Jacques Anquetil sur le Passo del Tonale et le Passo dell'Aprica. Troisième au classement final de ce Giro 1967, Jacques Anquetil fera ses adieux à la course en ayant totalisé six podiums (deux victoires, deux secondes places et deux troisièmes places)[15].

1968-1996 : la prise de pouvoir des coureurs étrangersModifier

1968-1974 : le festin du « Cannibale »Modifier

 
Eddy Merckx, quintuple vainqueur du Giro

La domination d'Eddy Merckx surnommé « le Cannibale » commence en 1968. En effet, il remporte pour sa deuxième participation le classement général, le classement par points et le grand prix de la montagne devenant ainsi le premier coureur de l'histoire à réaliser un tel triplé. Il remporte également 2 étapes (dont une victoire restée légendaire aux Tre Cime di Lavaredo où il remonta les 10 minutes de retard qu'il avait sur les échappés en seulement 12 kilomètres[16]) et reste 13 jours en rose plaçant Vittorio Adorni, vainqueur du Giro 1965 et second cette année là à plus de 5 minutes. Cette édition est également la première à comporter un prologue de 5,7 km dont les temps chronométrés ne sont pas comptabilisés au classement général; le seul but de ce dernier étant d'attribuer le maillot rose à un coureur pour la première étape. Cette première étape fut justement remportée par Merckx arrivé au sprint devant le peloton à la suite d'un « coup de chacal ».

Le Belge revient en 1969 fort de ses victoires sur Paris-Nice, Milan-San Remo, Liège-Bastogne-Liège et le Tour des Flandres. Il remporte les 3e, 4e et 7e étapes et endosse le maillot rose à l'issue de la 9e étape. Il remportera également le contre-la-montre entre Cesenatico et Saint-Marin. Cependant, alors qu'il est encore leader du classement général, il est exclu du Giro à Savone à la fin de la 16e étape pour dopage aux amphétamines laissant ainsi le maillot et la victoire finale à Felice Gimondi qui remporte alors son deuxième Tour d'Italie[17]. L'affaire fait un tel scandale que la Belgique menace de rompre ses relations diplomatiques avec l'Italie. Merckx se consolera en remportant le Tour de France quelques semaines plus tard en écrasant la concurrence.

La revanche du cannibale ne tarde pas. En effet, il remporte son deuxième Giro l'année suivante devant Gimondi en remportant trois étapes et endossant le maillot rose dès la septième étape qu'il porte sans discontinuer jusqu'à l'arrivée. Il remporte son deuxième Tour de France la même année.

Eddy Merckx ne prend pas le départ du Tour d'Italie 1971 préférant se consacrer au Tour de France qu'il remportera pour la troisième fois. Au cours de cette édition montagneuse, et alors que Gimondi avait craqué dans la longue remontée des Apennins, l'Italien Claudio Michelotto, leader depuis neuf jours, en perdition dans le Pordoi, s'accroche à une voiture pour ne perdre finalement qu'une minute trente (assortie d'une pénalité d'une minute) sur Gösta Pettersson. Celui-ci revêtira le maillot rose le lendemain, et remportera ensuite ce tour sans gagner de succès d'étape. Il reste encore aujourd'hui le seul suédois à avoir remporté un Tour d'Italie.

1972 est l'année du triplé pour « le Cannibale ». Il remporte en effet son troisième Giro en en remportant quatre étapes. Cette 55e édition est également marqué par l'absence de coureurs italiens sur le podium, une première depuis la création de l'épreuve.

En 1973, le Belge écrase littéralement la concurrence en remportant son quatrième Giro et 6 des 13 étapes remportées par des Belges cette année-là. Dans le même temps, il revêt le maillot rose de la première à la dernière étape réitérant ainsi l'exploit de Costante Girardengo et d'Alfredo Binda. Il termine avec quasiment 8 minutes d'avance sur Gimondi, son grand rival de l'époque sur le Giro.

En 1974, Merckx rentre définitivement dans l'histoire en remportant son cinquième Tour d'Italie (dont trois consécutifs), devenant ainsi recordman de l'épreuve, rejoignant ainsi au panthéon Alfredo Binda et Fausto Coppi et s'adjugeant ses 24e et 25e victoires d'étapes qui seront ses dernières sur cette épreuve. Cependant, la lutte pour la victoire est acharnée et ses deux principaux concurrents cette année là à savoir Gianbattista Baronchelli et l'eternel Felice Gimondi terminent respectivement à 12 et 33 secondes au général. Il fait ses adieux au Giro en 1976 où il termine huitième laissant derrière lui un palmarès conséquent avec notamment deux classement par points et deux Grand Prix de la montagne.

1975-1979 : la transitionModifier

Après ses trois victoires consécutives entre 1972 et 1974, Eddy Merckx ne participe pas à la 58e édition du Giro en 1975 laissant ainsi la route libre à Felice Gimondi. Cependant, ce dernier n'est pas au sommet de sa forme et laisse la victoire finale à Fausto Bertoglio, vainqueur anecdotique et qui, durant sa carrière, ne gagna aucune grande course notable.

Gimondi revient en force en 1976 où il remporte son troisième Giro, neuf ans après sa première victoire, à la suite d'un duel dantesque avec le Belge Johan De Muynck qui termine à seulement 19 secondes.

La Belgique, en l'absence de Merckx reste la nation à battre en 1977. Freddy Maertens assure sa domination sur la première semaine du Giro en remportant 7 étapes et en endossant le maillot rose. Cependant, il chute durant le transfert de la semi-étape à Mugello avec son compatriote Rik Van Linden et sont tous deux contraints à l'abandon, laissant la victoire finale surprise à son équipier Michel Pollentier.

1980-1985 : le triplé de Bernard HinaultModifier

 
Bernard Hinault remporte le Giro à trois reprises dans sa carrière.

Bernard Hinault a déjà gagné deux Tours de France (1978, 1979) et une Vuelta (1978) lorsqu'il se présente sur les routes du Giro pour la première fois en 1980. Le coup d’essai est un coup de maître. Le 5 juin 1980, lors de la 20e étape entre Cles Val di Non et Sondrio, il mène une échappée victorieuse avec Jean-René Bernaudeau (qui remporte l'étape) dans le Col du Stelvio[18]. Le Blaireau prend le maillot rose et le conserve jusqu'à Milan. Il devient l'égal d'Eddy Merckx, Felice Gimondi et Jacques Anquetil en ayant accroché les trois grands tours à son palmarès. Le Tour d'Italie 1981 est très disputé, quatre coureurs étant séparés en 30 secondes après vingt jours de course. C'est finalement l'Italien Giovanni Battaglin qui remporte le Giro après une solide performance dans la dernière étape de la course, un contre-la-montre individuel.

Bernard Hinault participe à deux autres Tours d'Italie, pour deux autres victoires (1982, 1985), réalisant à chaque fois le doublé Giro-Tour de France. C'est ainsi qu'en 1982, il affronte l'équipe Bianchi de la triplette Contini-Baronchelli-Prim. Il assure sa victoire lors de la 18e étape au Monte Campione où il lâche Contini et Van Impe. Enfin en 1985, lors de la douzième étape entre Capoue et Maddaloni, Hinault remporte le chrono en battant de 53 secondes Francesco Moser, spécialiste de ce type d'épreuve, et Visentini de 1 min 42 s. Le « Blaireau » s'empare du maillot rose. Et ce maillot de leader, il le garde jusqu'à l'arrivée à Lucca où il remporte son troisième et dernier Tour d'Italie[19]. Laurent Fignon lui succédera en 1989, restant à ce jour le dernier Français vainqueur du Tour d'Italie. Entre-temps, l'édition 1983 qui comporte peu d'étapes difficiles en montagne et quatre contre-la-montre, est remportée par l'Italien Giuseppe Saronni. Il prend la tête après la septième étape de la course, puis il s'adjuge deux autres étapes et conserve son avance jusqu'à Milan pour remporter son deuxième Tour d'Italie.

L'édition 1984, marquée par la bataille entre l'Italien Francesco Moser et le Français Laurent Fignon, reste très controversée. L'Italien est aidé à plusieurs reprises par les organisateurs afin d'obtenir la victoire finale. En effet, la dix-huitième étape est modifiée au dernier moment avec la suppression du col du Stelvio, haut de 2 758 mètres, pour cause de neige alors qu'il n'y en a pas[20]. Fignon est également pénalisé de dix secondes pour un ravitaillement illicite, alors que Moser ne prend lui que cinq secondes pour les multiples poussettes dont il bénéficie dans les cols[20]. Fignon reprend le maillot rose à Arraba en finissant détaché après une échappée solitaire de cinquante kilomètres[20]. Mais lors de la dernière étape, un contre-la-montre individuel de 42 kilomètres, Moser refait son retard d'une minute et vingt et une secondes pour remporter ce Giro, à nouveau à la suite de controverses. En effet, disposant d'un vélo révolutionnaire avec des roues lenticulaires et avec l'aide de l'hélicoptère de la course, qui vient se placer devant Fignon pour le gêner et derrière le coureur italien pour le propulser à une vitesse extraordinaire[20].

1986-1996 : une décennie sans coureur dominantModifier

 
Andrew Hampsten devient le premier non-européen à s'imposer en 1988.

Giuseppe Saronni est en tête du Tour d'Italie en 1986 pendant la majeure partie de la course avant de le perdre dans les Alpes face à Roberto Visentini. Visentini a ensuite repoussé les attaques des challengers dans les Dolomites pour s'adjuger sa première victoire au classement général du Giro. L'édition de 1987 est marquée par la rivalité entre les deux coureurs de Carrera Jeans-Vagabond, Roberto Visentini et Stephen Roche. Roche est leader de la course assez tôt mais perd l'avance sur Visentini après avoir chuté lors de la treizième étape. Roche attaque lors de la quinzième étape montagneuse de la course malgré les ordres de la direction de l'équipe Carrera. Il prend les devants et finit par remporter le Giro. Le succès de Roche ne s'arrête pas là pendant cette saison 1987, puisqu'il remporte par la suite le Tour de France et le titre mondial pour compléter la deuxième Triple couronne de l'histoire du cyclisme.

Le Giro 1988 est resté célèbre pour sa quatorzième étape, qui a connu un temps très mauvais tout au long de la spéciale et plus particulièrement sur les pentes du col de Gavia. Lors de son ascension, le peloton se trouve à 2 600 mètres d'altitude quand une violente tempête de neige le secoue dans ce col qui doit le mener à Bormio. Les conditions sont dantesques, le décor himalayen. Personne n'a prévu ces températures glaciales. Tremblants de froid, les coureurs avancent dans la descente à 15 km/h, à l’aveugle. À l’arrivée, boissons chaudes et gnôle attendent les rescapés. Les invités des espaces VIP sont virés pour réchauffer ce peloton frigorifié. Deuxième derrière le Néerlandais Erik Breukink, Andrew Hampsten prend la tête et devient une semaine plus tard le premier et seul Américain vainqueur du Giro, ainsi que le premier non européen.

Le Néerlandais Erik Breukink prend la tête du Tour d'Italie en 1989 après avoir remporté le chrono individuel de la 10e étape. Il perd la tête après la quatorzième étape, qui comportait cinq cols majeurs. Le Français Laurent Fignon récupère le maillot rose devant Breukink et le conserve jusqu'à l’arrivée à Florence. C'est également l'année où le classement intergiro est introduit. Gianni Bugno domine l'édition 1990 après avoir pris l'avantage dès la première étape. Il mène la course de bout en bout - un exploit qui n'avait été accompli que trois fois auparavant dans l’histoire du Giro.

Franco Chioccioli a régné sur l'édition 1991, où il est leader de la course sur toutes les étapes sauf deux. Il consolide son avance et la victoire finale en remportant la dix-septième étape, qui comporte une arrivée au sommet sur le Passo Pordoi et la victoire dans l'avant-dernière étape, qui est un contre-la-montre individuel. Miguel Indurain devient le premier coureur espagnol à remporter la course en 1992. Il prend la tête de la course après la troisième étape vallonnée menant à Arrezo, puis l'a tient jusqu'à l'arrivée à Milan. Il a creusé l'écart sur ses concurrents lors des deux épreuves contre-la-montre individuelles qu'il a remportées. Il remporte ensuite le Tour de France en juillet, complétant ainsi le rare doublé Giro-Tour.

 
Miguel Indurain est le premier vainqueur espagnol du Giro.

Indurain revient en 1993 pour défendre sa couronne. Le seul coureur pouvant rivaliser avec lui est le Letton Piotr Ugrumov, qui a attaqué Indurain à plusieurs reprises tout au long de la course. Indurain remporte deux étapes - les deux contre-la-montre - et obtient sa deuxième victoire au classement final. Il réalise le doublé Giro-Tour pour la deuxième année consécutive, un exploit sans précédent. Lors du Tour d'Italie 1994, le Russe Evgeni Berzin prend la tête du classement général après avoir remporté la quatrième étape, une arrivée au sommet sur Campitello Matese. Il consolide son avance en remportant les deux contre-la-montre et s'adjuge la victoire finale. Ce faisant, il ruine les espoirs d'Indurain, en quête d'un triplé.

Tony Rominger est arrivé au Tour d'Italie 1995 en grande forme. Il prend le maillot rose après le contre-la-montre de la deuxième étape et ne le quitte plus. Ses principaux concurrents sont le tenant du titre Berzin et son coéquipier Piotr Ugrumov, qui s'attaquent à plusieurs reprises, ce qui nuisit grandement à leurs chances. Outre le classement général, Rominger a également remporté les classements points et intergiro. Le Tour d'Italie 1996 a célébré le centenaire de la fondation de La Gazzetta dello Sport en organisant les trois premières étapes dans la capitale grecque, Athènes. Pavel Tonkov a d' abord pris la tête de la course après la treizième étape montagneuse qui s'est terminée à Prato Nevoso. Il a ensuite perdu son avance sur l'Espagnol Abraham Olano, avant de la récupérer après la 21e étape, qui comportait cinq ascensions. Tonkov est arrivé à Milan le lendemain, vainqueur du classement final.

1997-2007 : retour en force des locauxModifier

 
Marco Pantani réalise le doublé Giro-Tour en 1998

Pavel Tonkov revient sur le Tour d'Italie 1997 avec l'ambition de conserver son titre. Tonkov mène la course pour la première fois après avoir remporté le contre-la-montre de la troisième étape. Il la conserve jusqu'à la conclusion de la quatorzième étape, où l'Italien Ivan Gotti attaque et s'impose en solitaire et devient le nouveau leader de la course. Gotti augmente son avance dans une 19e étape montagneuse et remporte le Giro trois jours plus tard. Le coureur suisse Alex Zülle est le premier leader du Tour d'Italie 1998, et le reste la majeure partie de la course, jusqu'au moment d'entrer dans les Dolomites. Les Italiens Giuseppe Guerini et Marco Pantani, alors en tête de la course lors de la dix-septième étape, unissent leur effort jusqu'à l’arrivée à Selva di Val Gardena. Guerini gagne l'étape tandis que Pantani prend la tête du classement général. Pantani remporte ensuite le Giro puis le Tour de France, complétant ainsi le rare exploit de remporter le Giro et le Tour au cours de la même année.

Pantani est de retour sur le Giro en 1999 alors qu'il est en pleine forme physique. Il occupe la tête du général après la quatorzième étape de la course et lorsque la course arrive dans les hautes montagnes, il renforce son avance avec trois victoires d'étape. Dominant la course de la tête et des épaules, il est alors en route pour son deuxième succès, après son doublé Giro-Tour de France en 1998, lorsque son taux d'hématocrite est contrôlé au-delà des 50 % autorisés, après l’étape de Madonna di Campiglio. On est à la veille de l’arrivée. Le règlement est implacable, exigeant une mise au repos préventive de 15 jours bien qu’il n’y ait pas de positivité avérée. Le « Pirate » est donc exclu de son Tour national, quittant son hôtel entre deux carabiniers, alors qu’il avait course gagnée. Ivan Gotti en profite pour remporter son deuxième Giro. Hormis deux victoires d’étape l’année suivante sur le Tour de France, Pantani ne sera, lui, plus jamais le même homme. Francesco Casagrande a pris la tête du Tour d'Italie 2000 après une longue attaque en solitaire lors de la neuvième étape. Cependant, la fatigue s'est installée pour le leader, à mesure que la course avançait et lors de l'avant-dernière étape, il perd la tête, et finalement le Giro, au profit de Stefano Garzelli.

Dario Frigo s'empare de la tête du Tour d'Italie 2001 après la quatrième étape de la course. Il défend sa première place jusqu'à la treizième étape, lorsque la course atteint les Dolomites. Au cours de la treizième étape, Gilberto Simoni attaque et son travail porte ses fruits puisqu'il prend le maillot rose de leader. Frigo reprend un peu de temps lors du contre-la-montre suivant, mais cela ne suffit pas à repasser devant Simoni. Après l'abandon de Frigo, Simoni remporte le Giro avec une large avance. Cette édition est marquée par le Blitz du Giro 2001 du 6 juin. Le peloton vient de terminer la 17e étape et se prépare à disputer l’étape-reine de ce Giro. Pendant plusieurs heures, devant les caméras de télévision, la brigade antistupéfiants de Florence et la brigade financière de Padoue dirigent dans la soirée une grande opération anti-dopage et perquisitionnent toutes les chambres d’hôtel des équipes. Le butin de ces fouilles est immense : corticoïdes, anabolisants, hormones de croissance, produits sanguins, matériel d'analyse... 36 personnes seront renvoyées plus tard devant un tribunal et des coureurs seront condamnés (Frigo, Di Grande, Elli…). Furieux, le peloton refuse de repartir le lendemain. L’étape est annulée pour ce qui restera comme le pire Tour d’Italie de l’histoire. Un autre évènement émaille ce Tour d'Italie : les vélos de l'équipe Bonjour sont volés durant la nuit à trois jours de l'arrivée[21].

En 2002, Stefano Garzelli prend la tête après avoir remporté la deuxième étape, mais il est rapidement contrôlé positif au probénécide - une substance interdite - et est contraint de quitter le Giro. [Lors de la dernière étape majeure en montagne de la course, la 17e étape, Paolo Savoldelli attaque à neuf kilomètres de l'arrivée et réussit à prendre la tête et à remporter le Giro.

Le sprinteur Alessandro Petacchi est le premier coureur à mener le Tour d'Italie 2003 après avoir remporté la première étape. Stefano Garzelli s'adjuge l'arrivée au sommet de la septième étape du Monte Terminillo et prend le maillot rose. Garzelli a ensuite perdu son avance sur Gilberto Simoni après la dixième étape. Simoni a ensuite remporté le Giro après avoir accru son avance grâce à des victoires d'étape sur le Monte Zoncolan et l'Alpe di Pampeago. Le Tour d'Italie 2004 est marqué par une bataille entre les deux coéquipiers Gilberto Simoni et Damiano Cunego, ainsi que Serhiy Honchar. Simoni prend la tête après la troisième étape et l'a tient jusqu'à la septième étape où il l'a perd face à Cunego. Celui-ci occupe le premier rôle jusqu'à la longue étape contre-la-montre où Yaroslav Popovych prend le maillot rose. Cunego reprend l'avantage après la seizième étape et remporte la course, tandis que son compatriote Alessandro Petacchi gagne neuf des 21 étapes.

Le Tour d'Italie 2005 intègre le calendrier de l'UCI ProTour, nouvellement créé. Il voit la tête de la course changer de main plusieurs fois au cours de la première semaine de course. Ivan Basso prend la tête après la onzième étape, qui se terminée à Zoldo Alto. Deux jours plus tard, Paolo Savoldelli reprend l'avantage après la treizième étape qui se terminée à Urtijëi. Il gagne ensuite son deuxième Tour d’Italie tout en repoussant les attaques de Gilberto Simoni et de José Rujano. Ivan Basso remporte le Tour d'Italie 2006 assez largement. Il occupe la tête après avoir remporté la huitième étape de la course, qui comporte une arrivée au sommet sur la Passo Lanciano. Il gagne ensuite deux autres étapes et la victoire finale.

Le maillot rose du leader de la course a changé de mains cinq fois au cours de la première semaine de course duTour d'Italie 2007. Andrea Noè prend la tête à Marco Pinotti après la dixième étape de la course. Noè perd son avance et son maillot au profit de Danilo Di Luca, vainqueur de la douzième étape à Briançon. Di Luca remporte le Giro à Milan avec un écart de deux minutes sur Andy Schleck, révélation de l'épreuve.

2008-2019 : mondialisation du palmarèsModifier

 
Alberto Contador remporte le Tour d'Italie 2011 avant d'être déchu de son titre après avoir été reconnu coupable de consommation de substances interdites.

Le Tour d'Italie 2008 est mené pendant plusieurs jours par Giovanni Visconti, qui avait pris de l'avance après avoir participé à une échappée. Le futur vainqueur, Alberto Contador, prend la tête de la course après la deuxième étape de montagne. Lors de la dernière semaine de la course, Contador doit faire face aux attaques de Riccardo Riccò et du champion en titre du Giro Danilo Di Luca. Cependant, leurs efforts n'ont pas porté leurs fruits puisque Contador a remporté la course. Le Russe Denis Menchov remporte l'édition du centenaire en 2009, après avoir pris la tête lors du long contre-la-montre de la douzième étape. Il l'a vigoureusement défendue contre les attaques de son plus proche rival, Danilo Di Luca, lors des étapes de montagne de la dernière semaine. Di Luca termine deuxième, à 41 secondes du vainqueur et remporte le classement par points. Après le Giro, Franco Pellizotti, troisième au classement final, s'est retrouvé mêlé à des scandales liés au dopage et perd ses résultats.

Le Tour d'Italie 2010 a vu la tête changer de main huit fois au cours de la course. L'Espagnol David Arroyo mène la course à l'approche des dernières étapes de montagne, notamment grâce à l'étape mythique de L'Aquila. Arroyo perd la tête de la course au profit d'Ivan Basso après la dix-neuvième étape où il concède plus de trois minutes. Basso assure par la suite sa deuxième victoire finale sur le Giro.

Alberto Contador est revenu sur le Giro en 2011 et est considéré comme le favori pour la victoire finale sur ce que beaucoup ont considéré comme un parcours très difficile. Lors de la troisième étape, Wouter Weylandt a eu un accident mortel. L'étape suivante est neutralisée. Son équipe de Leopard Trek et son ami Tyler Farrar ont passé la ligne en premier. Contador a pris la tête de la course après avoir remporté la neuvième étape sur l'Etna. Il a continué à augmenter son avantage en réalisant de bonnes performances dans les étapes restantes et en remportant le contre-la-montre individuel de la 16e étape 16, ce qui lui permet de remporter son deuxième Giro. Contador a couru le Giro 2011 malgré un procès en cours sur son possible utilisation de clenbutérol, une substance interdite. Le 6 février 2012, le Tribunal arbitral du sport a décidé que Contador perdrait son titre du Tour de France 2010 et ses résultats depuis cette course, qui comprenait sa victoire au Giro en mai 2011. Il est suspendu deux ans. Après la condamnation de Contador, le deuxième, Michele Scarponi, récupère la victoire.

Le Tour d'Italie 2012 est marqué par la bataille entre le Canadien Ryder Hesjedal et l'Espagnol Joaquim Rodríguez. Hesjedal a pris les devants pour la première fois après avoir bien terminé la septième étape avec une arrivée au sommet à Rocca di Cambio. Rodríguez reprend une petite avance sur Hesjedal après avoir remporté la dixième étape. Hesjedal reprend l'avantage après la quatorzième étape montagneuse. Cependant, Rodríguez est à nouveau en tête le lendemain. Il conserve cette avance jusqu'à la dernière étape, avec une marge de sécurité de 31 secondes sur Hesjedal. Lors du contre-la-montre final, Hesjedal termine avec 47 secondes d'avance par rapport à Rodríguez, ce qui lui peremt de remporter la victoire finale pour 16 secondes. En 2013, Vincenzo Nibali prend la tête après la huitième étape de la course. Nibali remporte la course après avoir renforcé son avance en se placant bien dans les premières étapes de montagne et en remportant à la fois la contre-la-montre individuelle de la 18e étape et l'avant-dernière étape de la course.

L'édition 2014 a commencé à Belfast, en Irlande du Nord. Après la première semaine de sprints, Cadel Evans a pris le maillot rose de Montecopiolo, suivi de près par Rigoberto Urán. Le contre-la-montre de Barolo permet à Urán de prendre la tête. Lors de la seizième étape, de Ponte di Legno à Val Martello, l'attaque de loin de l'autre colombien Nairo Quintana, lui permet de reprendre plus de 4 minutes et de devenir le premier Colombien à gagner le Giro. En 2015, Contador s'impose à nouveau, sept ans après son premier succès. En 2016, c'est au tour de Vincenzo Nibali de rééditer sa victoire, grâce à une dernière semaine où il va reprendre du temps, petit à petit, jusqu'à prendre le maillot rose lors de la 19e étape.

En 2017, le Tour d'Italie célèbre sa centième édition. Le vainqueur, Tom Dumoulin, est le premier coureur néerlandais à remporter le Giro, et le premier Néerlandais depuis plus de trente ans à remporter un grand tour (Joop Zoetemelk avait remporté le Tour de France 1980). Un an plus tard, Christopher Froome remporte le Tour d'Italie 2018, devenant ainsi le premier coureur britannique à remporter la course. Il complète son palmarès en gagnant les trois grands tours à la suite (Tour 2017, Vuelta 2017 et Giro 2018). En 2019, Richard Carapaz devient le premier Équatorien à remporter un grand tour.

Classements annexes et prix décernés durant la courseModifier

ActuelsModifier

  • Maillot rose :  
    • Le maillot rose, actuellement sponsorisé par Enel, est porté par le leader du classement général. Learco Guerra a été le premier porteur du maillot rose après sa victoire lors de la première étape du Tour d'Italie 1931. Il doit sa couleur à la teinte du papier sur lequel est imprimé La Gazzetta dello Sport.
  • Maillot cyclamen :  
    • Le maillot cyclamen (depuis 1969, le maillot ayant été rouge de 2010 à 2016), actuellement sponsorisé par la marque de café Segafredo, est apparu en 1966 et est porté par le leader du classement par point. Chaque arrivée d'étape rapporte aux 15 premiers coureurs classés 25, 20, 16, 14, 12, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 point et chaque sprint intermédiaire rapporte au 6 premiers coureurs classés 8, 6, 4, 3, 2 et 1 point. À l'inverse du Tour de France, il n'y a pas de différenciation d'attribution des points entre les étapes de plaines, et les étapes dites de montagne. Ainsi, il est régulier de voir des prétendants au classement général porter ce maillot.
  • Cima Coppi :
    • Le Prix Cima Coppi est réservé au concurrent qui passe le premier en haut du plus haut sommet de la compétition.
  • Cima Pantani : deuxième plus haut sommet de la course.

Classements annexesModifier

Il existe deux classements pour les équipes :

Le premier est le Trofeo Fast Team. Dans ce classement, les temps des trois meilleurs coureurs par équipe sur chaque étape sont additionnés (les bonifications ne sont pas prises en compte). L'équipe leader est l'équipe avec le meilleur temps total.

L’équipe tenante du titre est l’équipe kazakhe Astana.

Le second est le classement Trofeo Super Team, ou classement par équipes et par points. Après chaque étape, l'équipe du premier marque 20 points, l'équipe du deuxième 19 points, et ainsi de suite jusqu'à l'équipe du vingtième qui marque 1 point. L’équipe tenante du titre est l’équipe italienne Lampre-ISD.

Chaque étape en ligne a un sprint intermédiaire, les Traguardo Volante, où les secondes de bonifications sont attribuées pour le classement général, les points pour le classement par points, ainsi qu'un classement spécifique : les Traguardo Volante ou le classement des sprints intermédiaires. Pour ce classement spécifique, les cinq premiers du sprint intermédiaire marquent 5, 4, 3, 2 et 1 point.

Le Trophée Fuga Cervelo récompense les baroudeurs : chaque coureur dans une échappée de dix coureurs ou moins obtient un point pour chaque kilomètre d'échappée (s'il y a au moins dix kilomètres d'échappée).

Le classement "Azzurri d'Italia" n'attribue pas de maillot distinctif. Il est parrainé par l'association du même nom qui regroupe les sportifs italiens ayant été sélectionnés en équipe nationale. Les trois premiers de chaque étape marquent 4, 2 et 1 point pour ce classement.
Le classement de la combativité n'attribue pas non plus de maillot distinctif. Il s'agit en fait d'une forme de classement combiné. En effet, les points sont attribués selon le barême suivant :

  • Arrivées des étapes : 6, 5, 4, 3, 2 et 1 aux six premiers ;
  • Sprints intermédiaire : 5, 4, 3, 2 et 1 aux cinq premiers ;
  • Côtes de 1re catégorie : 4, 3, 2 et 1 aux quatre premiers ;
  • Côtes de 2e catégorie : 3, 2 et 1 aux trois premiers ;
  • Côtes de 3e catégorie : 2 et 1 aux deux premiers.

Les équipes reçoivent des points de pénalité pour des infractions au cours de la course. Le classement du fair-play25 récompense les équipes qui ont le moins de sanctions.

AnciensModifier

  • Maillot noir :
    • De 1947 à 1952, un maillot noir était décerné au dernier du classement général.
    • Depuis 2008, ce principe est revenu mais c'est un dossard noir que l'on donne à la lanterne rouge.
  • Classement du combiné : c'est un ancien classement mis en place en 2006 en remplacement du classement Intergiro et qui a été remplacé par le maillot de meilleur jeune en 2007. Il recompensait le coureur qui était le mieux classé dans les différents classements (général, par point et de la montagne).
  • Classement Intergiro : c'était un classement spécifique au Giro. L'Intergiro était réputé pour être compliqué, mais en réalité son concept était très simple. À chaque étape, même lors d'un contre-la-montre un Intergiro (ou sprint intermédiaire) se dispute au environ de la mi-course. Dans les étapes en ligne le temps du premier est attribué à tout le monde. En fait, des bonifications de 30 secondes pour le premier, 24 pour le deuxième, puis 18, 14, 9 et 5 pour le sixième sont attribués. Lors d'un contre-la-montre, les temps réels des six premiers au passage de l'Intergiro sont reportés au classement et les autres coureurs se voient tous attribuer le temps du 7e. À la suite d'un désintéressement général des coureurs pour ce prix, le classement Intergiro est remplacé par un classement du combiné lors du Tour d'Italie 2006. Ce classement remporté par Paolo Savoldelli fut remplacé par le classement des jeunes dès 2007. Un classement des étapes volantes, qui n'attribue pas de maillot, est également créé.

PalmarèsModifier

Article détaillé : Palmarès du Tour d'Italie.
Année Vainqueur Deuxième Troisième
1909   Luigi Ganna   Carlo Galetti   Giovanni Rossignoli
1910   Carlo Galetti   Eberardo Pavesi   Luigi Ganna
1911   Carlo Galetti   Giovanni Rossignoli   Giovanni Gerbi
1912   Équipe cycliste Atala   Équipe cycliste Peugeot   Équipe cycliste Gerbi
1913   Carlo Oriani   Eberardo Pavesi   Giuseppe Azzini
1914   Alfonso Calzolari   Pierino Albini   Luigi Lucotti
1915-1918 Non disputé à cause de la Première Guerre mondiale
1919   Costante Girardengo   Gaetano Belloni   Marcel Buysse
1920   Gaetano Belloni   Angelo Gremo   Jean Alavoine
1921   Giovanni Brunero   Gaetano Belloni   Bartolomeo Aimo
1922   Giovanni Brunero   Bartolomeo Aimo   Giuseppe Enrici
1923   Costante Girardengo   Giovanni Brunero   Bartolomeo Aimo
1924   Giuseppe Enrici   Federico Gay   Angiolo Gabrielli
1925   Alfredo Binda   Costante Girardengo   Giovanni Brunero
1926   Giovanni Brunero   Alfredo Binda   Arturo Bresciani
1927   Alfredo Binda   Giovanni Brunero   Antonio Negrini
1928   Alfredo Binda   Giuseppe Pancera   Bartolomeo Aimo
1929   Alfredo Binda   Domenico Piemontesi   Leonida Frascarelli
1930   Luigi Marchisio   Luigi Giacobbe   Allegro Grandi
1931   Francesco Camusso   Luigi Giacobbe   Luigi Marchisio
1932   Antonio Pesenti   Jef Demuysere   Remo Bertoni
1933   Alfredo Binda   Jef Demuysere   Domenico Piemontesi
1934   Learco Guerra   Francesco Camusso   Giovanni Cazzulani
1935   Vasco Bergamaschi   Giuseppe Martano   Giuseppe Olmo
1936   Gino Bartali   Giuseppe Olmo   Severino Canavesi
1937   Gino Bartali   Giovanni Valetti   Enrico Mollo
1938   Giovanni Valetti   Ezio Cecchi   Severino Canavesi
1939   Giovanni Valetti   Gino Bartali   Mario Vicini
1940   Fausto Coppi   Enrico Mollo   Giordano Cottur
1941-1945 Non disputé à cause de la Seconde Guerre mondiale
1946   Gino Bartali   Fausto Coppi   Vito Ortelli
1947   Fausto Coppi   Gino Bartali   Giulio Bresci
1948   Fiorenzo Magni   Ezio Cecchi   Giordano Cottur
1949   Fausto Coppi   Gino Bartali   Giordano Cottur
1950   Hugo Koblet   Gino Bartali   Alfredo Martini
1951   Fiorenzo Magni   Rik Van Steenbergen   Ferdi Kübler
1952   Fausto Coppi   Fiorenzo Magni   Ferdi Kübler
1953   Fausto Coppi   Hugo Koblet   Pasquale Fornara
1954   Carlo Clerici   Hugo Koblet   Nino Assirelli
1955   Fiorenzo Magni   Fausto Coppi   Gastone Nencini
1956   Charly Gaul   Fiorenzo Magni   Agostino Coletto
1957   Gastone Nencini   Louison Bobet   Ercole Baldini
1958   Ercole Baldini   Jean Brankart   Charly Gaul
1959   Charly Gaul   Jacques Anquetil   Diego Ronchini
1960   Jacques Anquetil   Gastone Nencini   Charly Gaul
1961   Arnaldo Pambianco   Jacques Anquetil   Antonio Suárez
1962   Franco Balmamion   Imerio Massignan   Nino Defilippis
1963   Franco Balmamion   Vittorio Adorni   Giorgio Zancanaro
1964   Jacques Anquetil   Italo Zilioli   Guido De Rosso
1965   Vittorio Adorni   Italo Zilioli   Felice Gimondi
1966   Gianni Motta   Italo Zilioli   Jacques Anquetil
1967   Felice Gimondi   Franco Balmamion   Jacques Anquetil
1968   Eddy Merckx   Vittorio Adorni   Felice Gimondi
1969   Felice Gimondi   Claudio Michelotto   Italo Zilioli
1970   Eddy Merckx   Felice Gimondi   Martin Van Den Bossche
1971   Gösta Pettersson   Herman Van Springel   Ugo Colombo
1972   Eddy Merckx   José Manuel Fuente   Francisco Galdós
1973   Eddy Merckx   Felice Gimondi   Giovanni Battaglin
1974   Eddy Merckx   Gianbattista Baronchelli   Felice Gimondi
1975   Fausto Bertoglio   Francisco Galdós   Felice Gimondi
1976   Felice Gimondi   Johan De Muynck   Fausto Bertoglio
1977   Michel Pollentier   Francesco Moser   Gianbattista Baronchelli
1978   Johan De Muynck   Gianbattista Baronchelli   Francesco Moser
1979   Giuseppe Saronni   Francesco Moser   Bernt Johansson
1980   Bernard Hinault   Wladimiro Panizza   Giovanni Battaglin
1981   Giovanni Battaglin   Tommy Prim   Giuseppe Saronni
1982   Bernard Hinault   Tommy Prim   Silvano Contini
1983   Giuseppe Saronni   Roberto Visentini   Alberto Fernández
1984   Francesco Moser   Laurent Fignon   Moreno Argentin
1985   Bernard Hinault   Francesco Moser   Greg LeMond
1986   Roberto Visentini   Giuseppe Saronni   Francesco Moser
1987   Stephen Roche   Robert Millar   Erik Breukink
1988   Andrew Hampsten   Erik Breukink   Urs Zimmermann
1989   Laurent Fignon   Flavio Giupponi   Andrew Hampsten
1990   Gianni Bugno   Charly Mottet   Marco Giovannetti
1991   Franco Chioccioli   Claudio Chiappucci   Massimiliano Lelli
1992   Miguel Indurain   Claudio Chiappucci   Franco Chioccioli
1993   Miguel Indurain   Piotr Ugrumov   Claudio Chiappucci
1994   Evgueni Berzin   Marco Pantani   Miguel Indurain
1995   Tony Rominger   Evgueni Berzin   Piotr Ugrumov
1996   Pavel Tonkov   Enrico Zaina   Abraham Olano
1997   Ivan Gotti   Pavel Tonkov   Giuseppe Guerini
1998   Marco Pantani   Pavel Tonkov   Giuseppe Guerini
1999   Ivan Gotti   Paolo Savoldelli   Gilberto Simoni
2000   Stefano Garzelli   Francesco Casagrande   Gilberto Simoni
2001   Gilberto Simoni   Abraham Olano   Unai Osa
2002   Paolo Savoldelli   Tyler Hamilton   Pietro Caucchioli
2003   Gilberto Simoni   Stefano Garzelli   Yaroslav Popovych
2004   Damiano Cunego   Serhiy Honchar   Gilberto Simoni
2005   Paolo Savoldelli   Gilberto Simoni   José Rujano
2006   Ivan Basso   José Enrique Gutiérrez   Gilberto Simoni
2007   Danilo Di Luca   Andy Schleck   Eddy Mazzoleni
2008   Alberto Contador   Riccardo Riccò   Marzio Bruseghin
2009   Denis Menchov   Carlos Sastre   Ivan Basso
2010   Ivan Basso   David Arroyo   Vincenzo Nibali
2011   Michele Scarponi   Vincenzo Nibali   John Gadret
2012   Ryder Hesjedal   Joaquim Rodríguez   Thomas De Gendt
2013   Vincenzo Nibali   Rigoberto Urán   Cadel Evans
2014   Nairo Quintana   Rigoberto Urán   Fabio Aru
2015   Alberto Contador   Fabio Aru   Mikel Landa
2016   Vincenzo Nibali   Esteban Chaves   Alejandro Valverde
2017   Tom Dumoulin   Nairo Quintana   Vincenzo Nibali
2018   Christopher Froome   Tom Dumoulin   Miguel Ángel López
2019   Richard Carapaz   Vincenzo Nibali   Primož Roglič

Arrivées et départ du GiroModifier

 
Gilberto Simoni lors de la première étape du 2010 à Amsterdam.

Le départ du Tour d'Italie est une occasion importante et les villes paient beaucoup d'argent pour accueillir le début ou la fin d'une étape[23]. Pour le grand départ du Giro, les villes sont disposées à payer beaucoup plus cher. L'argent que la ville et les autres investisseurs ont mis au début est rapidement récupéré. Angelo Zomegnan, ancien directeur de la course a déclaré que les villes gagnent souvent dix fois plus d'argent qu'elles investissent[23].

Pendant près d’un demi-siècle, le Giro a commencé et s’est achevé à Milan, la ville où se trouvait le siège de la Gazzetta dello Sport[24],[25]. La première fois que la course n'a pas commencé ou fini à Milan, date de 1911, où le départ et l'arrivée ont été déplacés à Rome pour célébrer le 50e anniversaire de l'unification de l'Italie[26]. À quelques exceptions près, l'arrivée et la fin à Milan ont été la norme pour la course. Cependant, depuis 1960, le lieu de départ change chaque année. Certaines années (1965, 1966, 1968, 1970, 1973, 1975, 1981-1989), l'arrivée est également modifiée, mais en 1990, la traditionnelle dernière étape à Milan est restaurée[27].

En 2009, pour commémorer le centenaire de l'événement, l'arrivée a lieu à Rome[28],[29]. La capitale italienne avait déjà été le lieu de la dernière étape des éditions 1911 et 1950[26],[30]. L'édition de 2010 se termine à Vérone, comme ce fut le cas dans les éditions de 1981 et 1984[31]. En 2014, le Giro prend fin à Trieste pour marquer le soixantième anniversaire de son retour sous contrôle italien après la Seconde Guerre mondiale[32].

Le Giro se déroule principalement en Italie, mais certaines étapes ont des lieux de départ ou d'arrivée dans d'autres pays, notamment dans les pays limitrophes tels que Saint-Marin, la France, Monaco, la Suisse, l'Autriche, la Croatie et la Slovénie[33],[34]. Certaines étapes ont eu lieu aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne (2002 et 2006), en Grèce (1996)[33], au Danemark (2012)[33],[35], au Royaume-Uni (2014), en Irlande (2014) et en Israël (2018).

En 1973, le Tour d'Italie a traversé en une seule édition cinq pays (Belgique, Allemagne de l'Ouest, Luxembourg, France et Suisse) avant de revenir en Italie.

  • Grands départs à l'étranger

Lors des 47 premières éditions de la course, la course a toujours démarré sur le sol italien. En 1965, la course a fait son premier départ à l'étranger à Saint-Marin et compte au total quatorze départs à l'étranger[23],[36]. Depuis l'édition 2010, la course part hors d'Italie tous les deux ans. 2020 sera l'occasion du 14e grand départ à l'étranger de l'histoire de la course[37].

Années Pays Villes Sources
1965   Saint-Marin Saint-Marin [34],[38]
1966   Monaco Monte Carlo [34],[38]
1973   Belgique Verviers [34],[38]
1974   Vatican Rome [34],[38]
1996   Grèce Athènes [34],[38]
1998   France Nice [34],[38]
2002   Pays-Bas Groningue [38]
2006   Belgique Seraing [38]
2010   Pays-Bas Amsterdam [38]
2012   Danemark Herning [38]
2014   Irlande du Nord Belfast [38],[39]
2016   Pays-Bas Apeldoorn [40],[41]
2018   Israël Jerusalem [37]
2020   Hongrie Budapest [37]

Controverses sur le parcoursModifier

Le départ de l'épreuve en 2018 à Jérusalem, en Israël, a suscité la controverse alors que des activistes (décrits à la fois comme des« activistes des droits de l'homme »[42] et des « activistes anti-israéliens »[43]) ont appelé à déplacer la course[44],[42]. En fin de compte, la course s'est déroulée comme prévu et toutes les équipes sélectionnées pour le Giro y ont participé, y compris les deux équipes à propriété arabe Bahrain-Merida et UAE Team Emirates[45].

En 2019, le parcours ne passe pas par le Sud de l'Italie, région économiquement la plus pauvre. Ce choix est très discuté par de nombreux politiciens. C'est la première fois depuis 1970 que le Sud est évité par le Giro (après les Tours d'Italie 1912, 1920, 1939 et 1958). De 53 étapes « sudistes » lors de la décennie 1980, on est passé à 35 dans les années 2010, plus petit total depuis les années 1950 (25). Trois éditions ont comptabilisé une seule étape dans le Sud : 1968, 2006 et 2015[46].

Le Giro et la montagne : inséparablesModifier

Les cols italiens grimpés lors des Tours d'Italie, surtout dans les Dolomites au nord du pays, culminent à plus de 2 000 m et même 2 500 m pour les plus mythiques tels que le col de Gavia (2 621 m) ou le Stelvio (2 758 m). Le Giro a toujours essayé de trouver des cols inédits tels que le col du Finestre (2 178 m) ou le Plan de Corones présentant des finales en terre.

Le col du StelvioModifier

 
Le col du Stelvio, haut lieu classique du « Giro ».

Le Stelvio[47], situé dans la Province autonome de Bolzano dans la région du Trentin-Haut-Adige est le plus haut col routier italien. Il présente une longueur totale de 26 kilomètres, avec un dénivelé de 1 808 mètres et culmine à 2 758 m d’altitude. Il présente également un pourcentage moyen de 7,7 % dont 14 kilomètres à 8,4 % de moyenne. À son sommet, on peut trouver une stèle en l'honneur de Coppi à la suite de son exploit lors du Tour d'Italie 1953 lors de la première montée du col sur le Giro. À cette occasion, Gianni Brera dira du Stelvio que « c'est le plus grand col que l'on ait jamais gravi jusqu'à maintenant, les coureurs en sont convaincus [...] Y retournera-t-on ? »[48]. Le Stelvio a été gravi à onze reprises (1953, 1956, 1961, 1965, 1972, 1975, 1980, 1994, 2005, 2012 et 2014).

Le col de GaviaModifier

Le col de Gavia[49], situé en Lombardie et qui met en communication les provinces de Sondrio de Brescia, est le plus connu des cols italiens. Il présente une longueur totale de 17,3 km, avec un dénivelé de 1 363 m, et culmine à 2 621 m. Il présente également un pourcentage moyen de 7,9 % dont les trois derniers kilomètres à 9,3 % de moyenne. L’un des franchissements les plus marquants se déroula lors de la treizième étape du Tour d'Italie 1988 (5 juin) au milieu d'une tempête de neige : le Néerlandais Erik Breukink remporta l'étape dont l'arrivée était jugée à Bormio et Andrew Hampsten s'empara du maillot rose qu'il conserva jusqu'à la fin de l'épreuve[50]. Le Gavia a été gravi à huit reprises (1960, 1988, 1996, 1999, 2000, 2004, 2008, 2010 et 2014).

Le Tre Cime di LavaredoModifier

 
Les Trois Cimes de Lavaredo sur la droite du Monte Paterno.

Le Tre Cime di Lavaredo est situé dans le massif des Dolomites et relie les vallées de Landro, de Sesto et de l'Ansiei dans la région du Trentin-Haut-Adige. Il présente une longueur totale de 7,19 kilomètres, avec un dénivelé de 547 mètres et culmine à 2 304 m. Il présente également un pourcentage moyen de 7,6 % dont les 4 derniers kilomètres à 11,7 % de moyenne. Le Tre Cime di Lavaredo a été gravi à sept reprises (1967, 1968, 1974, 1981, 1989, 2007 et 2013).

Le col du MortiroloModifier

Le col du Mortirolo[51] est l'une des découvertes récentes des organisateurs du Giro (première ascension en 1990). Sa montée, par le versant de Mazzo di Valtellina, présente une longueur totale de 12,4 kilomètres, avec un dénivelé de 1 300 mètres et culmine à 1 852 m. Il présente également un pourcentage moyen de 10,5 % dont 7 kilomètres à 12,1 % de moyenne. Il présente un passage à 14 %, 4 à 18 % et 8 à 15 %. Entre les km 3 et 6, la pente moyenne est de 13 %.

Le Mortirolo a été gravi à dix reprises depuis 1990 (la dernière en 2015).

Le col du FinestreModifier

Le Tour d'Italie emprunte pour la première fois les routes du col du Finestre en 2005, à l'occasion de la 19e étape se disputant entre Savigliano et Sestrières. L'Italien Danilo Di Luca passe en tête au sommet du col mais le coureur vénézuélien José Rujano le précède sur la ligne d'arrivée à Sestrières. Durant la 20e étape du Tour d'Italie 2011, Vasil Kiryienka s'échappe dans l'ascension pour l'emporter à Sestrières. L'ascension est de nouveau au programme du Tour d'Italie 2015, lors de la 20e étape.

Principaux colsModifier

RecordsModifier

Le Tour d'Italie a été le théâtre de multiples records au cours de son histoire[52].

Victoires finales

Classement par points

Classement de la montagne

Records de victoires d'étapes


Records de victoires d'étapes en une édition

Nombre d'éditions terminées

Plus grand nombre de jours en rose

Plus grand nombre de victoires d’étapes consécutives

Plus long Giro

Plus court Giro

Plus grand nombre de participants

  • 298 coureurs en 1928

Plus petit nombre de participants

Plus petit nombre de coureurs à l'arrivée

Échappée la plus longue

Plus jeune vainqueur du Giro

Plus vieux vainqueur du Giro

Étape la plus courte

Plus grand nombre de podiums

Notes et référencesModifier

  1. Il giornalista fu il fondatore del Giro d'Italia nel 1909 (« http://www.ilmomento.eu/2009/06/05/festa-per-la-partenza-da-forli-della-tappa-del-giro-d%E2%80%99italia/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 26 mars 2013) ).
  2. a et b « Tour d'Italie », sur larousse.fr (consulté le 15 septembre 2010).
  3. « Origines du Giro », sur gazzetta.it (consulté le 15 septembre 2010).
  4. a b c et d « Historique du Giro », sur gazzetta.it (consulté le 15 septembre 2010).
  5. « Le Tour d'Italie fête son 100e anniversaire comme il se doit », sur paris.thover.com (consulté le 15 septembre 2010).
  6. « Ouest-France », sur ouestfrance.cd-script.fr (consulté le 15 septembre 2010).
  7. a et b « Le Giro a 100 ans », sur larousse.fr (consulté le 16 septembre 2010).
  8. a et b « Il y a 50 ans, Fausto Coppi nous quittait », sur cyclismactu.net (consulté le 16 septembre 2010).
  9. « Le Centenaire du Giro », sur SportVox.fr (consulté le 16 septembre 2010).
  10. « 1948 Giro D'Italia », sur servinghistory.com (consulté le 16 septembre 2010).
  11. « "Top 5 des étrangers vainqueurs du Giro" », sur lequipemag.fr (consulté le 16 septembre 2010).
  12. « "Orfeo Ponsin" », sur museociclismo.it (consulté le 16 septembre 2010).
  13. « "Le Tour d’Italie : la grande fête en rose" », sur cyclismactu (consulté le 20 septembre 2010).
  14. a et b « "Monte Bondone 56, l’Everest de Charly Gaul" », sur SportVox (consulté le 20 septembre 2010).
  15. Claude Sudres, Dictionnaire international du cyclisme, édition du centenaire du Tour de France, notice Jacques Anquetil, pages 24 et 25, mars 2004, I.S.B.N : 2-9515023-6-2.
  16. « Tre Cime di Lavaredo, 1968, naissance d’un champion », sur sportvox.fr (consulté le 24 aout 2012).
  17. « Savone 1969, un parfum de scandale », sur sportvox.fr (consulté le 24 aout 2012).
  18. L'Équipe, Légendes n° 5, Bernard Hinault 1978-1986, "Le Blaireau" montrait les dents, page 19, juillet 2008.
  19. Christophe Laborde, Bernard Hinault, L'épopée du Blaireau, page 318, Mareuil Editions, mai 2015.
  20. a b c et d Michel Escatafal, « Laurent Fignon et le Giro : le rose et le noir », sur www.cyclismactu.net, (consulté le 22 juillet 2015).
  21. « Quand personne ne connaissait Voeckler », sur velochrono.fr, .
  22. Tour d'Italie 2012, Le Blog de l'Ardoisier.
  23. a b et c Gregor Brown, « Foreign grand tour starts are big business », VeloNews, Competitor Group, Inc,‎ (lire en ligne)
  24. « Giro d'Italia », Milan Tourism, Milano City, (consulté le 10 août 2012)
  25. « May 27, Stage 21: Milan (ITT) 31.5km », Cycling News, Future Publishing Limited (consulté le 19 juillet 2012)
  26. a et b Bill McGann et Carol McGann, « 1911 Giro d'Italia », Bike Race Info, Dog Ear Publishing (consulté le 6 août 2012)
  27. Sheree, « Friday Feature: Giro d’Italia starts on foreign soil », Velo Voices, (consulté le 6 août 2012)
  28. (it) « Stages » [archive du ], La Gazzetta dello Sport, RCS MediaGroup (consulté le 20 juin 2013)
  29. « Stage 21 – Sunday, May 31: Roma (ITT), 14.4km », Cycling News, Future Publishing Limited, (consulté le 9 mai 2009)
  30. Bill McGann et Carol McGann, « 1951 Giro d'Italia », Bike Race Info, Dog Ear Publishing (consulté le 6 août 2012)
  31. Gregor Brown, « Zomegnan Presents An All-inclusive 2010 Giro D'Italia », Cycling News, Future Publishing Limited, (consulté le 19 août 2012)
  32. Stephen Farrand, « 2014 Giro d'Italia to end in Trieste », Cycling News, Future Publishing Limited, (consulté le 4 décembre 2017)
  33. a b et c « 2012 Giro d'Italia Start: to Denmark! », Bianchi USA, (consulté le 6 août 2012)
  34. a b c d e f et g Fabio, « Giro d'Italia Stage Detail », Daily Peloton (consulté le 6 août 2012)
  35. VeloNews.com, « 2012 Giro d’Italia to start in Denmark, not Washington, D.C. », VeloNews, Competitor Group, Inc,‎ (lire en ligne)
  36. (it) Luca Gialanella, « Il Giro è sempre più globale Nel 2012 il via dalla Danimarca », La Gazzetta dello Sport, RCS MediaGroup, (consulté le 10 juillet 2012)
  37. a b et c (es) « El Giro de Italia 2020 saldrá de Hungría », sur biciciclismo.com,
  38. a b c d e f g h i j et k Cycling News, « Giro d'Italia confirmed start in Ireland for 2014 », Cycling News, Future Publishing Limited, (consulté le 21 février 2013)
  39. « Giro to start in Ireland in 2014 », ESPN, Associated Press, (consulté le 21 février 2013)
  40. « Giro 2016 start in Nederland », NOS, NOS, (consulté le 26 mai 2014)
  41. « Giro d'Italia 2016 », La Gazetta, (consulté le 28 juin 2015)
  42. a et b Shane Stokes, « Human rights groups and others call on Giro d’Italia to abandon Israel start », Cyclingtips.com,
  43. « Anti-Israel protesters try to disrupt Giro d’Italia cycling race in Sicily », Times of Israel,‎ (lire en ligne)
  44. « Comment: Why I will be boycotting the Giro's 2018 start in Jerusalem »,
  45. Paul Lungen et Staff Reporter, « Q&A with Sylvan Adams: the man who brought the Giro d’Italia to Israel »,
  46. L'Équipe magazine du 1er février 2019
  47. « Dénivelé du Stelvio », sur www.satile.ch (consulté le 16 septembre 2010).
  48. Vélo Magazine, mai 2009
  49. « Dénivelé du Gavia », sur www.satile.ch (consulté le 16 septembre 2010).
  50. Hervé Paturle-Guillaume Rebière, Un siècle de cyclisme, Calmann-Lévy, 2008, p. 333.
  51. « Dénivelé du Col du Mortirolo », sur www.satile.ch (consulté le 16 septembre 2010).
  52. (en) « www.cyclingnews.com presents the 92nd Giro d'Italia », Autobus.cyclingnews.com (consulté le 3 août 2010).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :