Montalcino

commune italienne

Montalcino
Montalcino
Vue générale de Montalcino
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Toscane Toscane 
Province Sienne  
Code postal 53024, 53028
Code ISTAT 052014
Code cadastral F402
Préfixe tel. 0577
Démographie
Gentilé montalcinesi
Population 5 272 hab. (31-12-2010[1])
Densité 19,07 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 03′ 00″ nord, 11° 29′ 00″ est
Altitude Min. 567 m
Max. 567 m
Superficie 24 300 ha = 243 km2
Divers
Saint patron Maria Santissima del Soccorso
Fête patronale 8 mai
Localisation
Localisation de Montalcino
Géolocalisation sur la carte : Toscane
Voir sur la carte administrative de Toscane
City locator 14.svg
Montalcino
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Montalcino
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Montalcino
Liens
Site web http://www.comune.montalcino.si.it/


Montalcino est une commune italienne d'environ 5 200 habitants située au cœur du Val d'Orcia, en Province de Sienne, dans le sud de la Toscane. Elle est réputée pour sa production viticole et notamment son Brunello, un Sangiovese AOC fréquemment distingué par l’œnologie internationale.

Géographie physiqueModifier

TerritoireModifier

Le paysage s'étend sur un système collinaire ; le village s'élève à une altitude de 564m au-dessus du niveau de la mer mais en certains points, il dépasse les 600m, comme sur la colline d'Osticcio, au passo del Lume Spento et sur la colline de Civitella, au sommet de laquelle est située une forteresse étrusque.

ClimatModifier

  • Diffusivité atmosphérique : moyenne, Ibimet CNR 2002

HistoireModifier

Montalcino se strouve au nord-ouest du Mont Amiata, aux confins du Val d'Orcia, à la limite septentrionale de la province de Grosseto.

Le village, probablement déjà habité à l'époque étrusque, tirerait son nom de Mons Ilcinus (de mons, la montagne, et ilex, le chêne vert, c'est-à-dire "la montagne des chênes verts"). Cet arbre recouvrait complètement la colline avant que l’homme ne plante des vignes, des oliviers, des châtaigniers et des arbres fruitiers. Il est également l’emblème de l’étendard de la ville. Il pourrait s'agir également d'une référence à la déesse Lucine, ou encore au terme latin lucus, qui signifie "bois sacré" ou, plus généralement, "petit bois". Avec le temps, le nom se serait transformé en Mons Elcinus et enfin, Montalcino.

Montalcino est mentionné pour la première fois dans un document de 814, dans lequel Louis le Pieux, un des fils de Charlemagne, cède le territoire sub monte Lucini en fief à Apollinaire, abbé de Sant’Antimo. Au Xe siècle, probablement à la suite des invasions barbares provenant du Nord, une vague migratoire de peuples voisins, notamment les habitants de Roselle, envahit la partie la plus haute de la colline de Montalcino pour s’y installer[2]. La localité va s'étendre petit à petit pour atteindre sa taille actuelle au XIVème siècle.

La position du village, au sommet d'une colline, permet de surveiller aisément les vallées de l'Ombrone et de l'Asso.

 
Une vue de Montalcino
 
Une rue de Montalcino

Au Moyen Age, la principale activité économique est la tannerie et Montalcino dispose de nombreux ateliers pour le travail des peaux, célèbres pour la qualité de leurs produits. Par la suite, à l'instar de nombreuses autres communes de la province de Sienne, le village connaîtra une grave crise économique et démographique.

Comme de nombreux autres bourgs médiévaux, Montalcino connaît de longues périodes de paix, qui, bien qu'entrecoupées d'épisodes extrêmement violents, apportent aux habitants une certaine prospérité et un certain bien-être.

A la fin du XIVème, le village est encore une commune indépendante jouissant d'une certaine importance grâce à sa position le long de la Via Francigena, la route principale reliant la France à Rome, mais avec le temps, il finit par entrer dans l'orbite de la République de Sienne.

Il n'est encore qu'un satellite de Sienne lors de la bataille de Montaperti en 1260 mais sa puissante voisine l'entraîne dans ses conflits, notamment ceux qui l'opposent à Florence aux XIVème et XVème siècles. Le village est également concerné par les luttes intestines entre les Guelfes et les Gibelins, de la même façon que de nombreuses villes d'Europe centrale et d'Italie du Nord. Il sera alternativement contrôlé par des factions des deux camps pendant toute la fin du Moyen Age.

A la chute de Sienne, en 1555, les nobles siennois s'y réfugient pendant 4 ans pour préparer ce qu'ils espèrent être la reconquête de leur ville. Mais le village finira également par être intégré au grand-duché de Toscane, jusqu'à l'Unité d'Italie, en 1861.

La situation change radicalement dans la seconde moitié du XXème siècle : Montalcino a la chance de se trouver au centre de l'une des plus importantes régions viticoles du pays. Le territoire est effectivement réputé pour ses vignobles de Sangiovese, dont on obtient le célèbre Brunello di Montalcino et qui donnent par ailleurs deux autres crus AOC, le Rosso di Montalcino et le Sant'Antimo.

Le 1er janvier 2017, la commune de Montalcino a intégré celle de San Giovanni d'Asso. Avec cette fusion, le village devient la 35ème plus grande commune d'Italie, la 5ème de Toscane et la 1ère de la province de Sienne.

Monuments et sites dignes d'intérêtModifier

Architecture religieuseModifier

  • Le Duomo, con-cathédrale du très Saint-Sauveur, reconstruite de 1818 à 1832 par l'architecte Agostino Fantastici sur les vestiges d'un ancien temple. En 1462, le Pape Pie II lui donna le titre de cathédrale[1].
  • L'église de la Madonna del Soccorso
  • Le palais épiscopal qui réunit les trois musées : le diocésain, le municipal et l'archéologique, avec les œuvres de primitifs italiens et de Bartolo di Fredi, Le Sodoma, Bartolomeo Neroni...
  • L'église de Sant'Agostino
  • Près de sa frazione Castelnuovo dell'Abate, l'Abbaye de Sant'Antimo romane à influence cistercienne.


Architecture civileModifier

La place principale de Montalcino est la Piazza del Popolo. L'édifice principale est le palais communal, également appelé Palazzo dei Priori (fin XIIIème / début XIVème). Orné des blasons héraldiques des nombreux podestats ayant gouverné la ville au cours des siècles, il inclut une haute tour médiévale. Non loin, on trouve une structure Renaissance comportant six arches appelée La Loggia, commencée à la fin du XIVème siècle et terminée au cours des premières années du XVème mais qui subira de nombreuses transformations au cours des siècles successifs.

On citera également le Teatro degli Astrusi et l'ex-Spedale di Santa Maria della Croce.

Architecture militaireModifier

Les murailles qui entourent Montalcino datent du XIIIème siècle. La forteresse, construite sur le point le plus élevé du village en 1361 par les architectes siennois Mino Foresi et Domenico di Feo, présente une structure pentagonale. Elle incorpore certaines des structures précédentes, parmi lesquelles le mastio di Santo Martini, la tour de San Giovanni et une basilique antique, qui sert aujourd'hui de chapelle du château, le Castello Romitorio, dont les fondations remontent à l'époque romaine et la structure actuelle au début du XVIème (les plans sont de Giuliano da Sangallo).

Sites archéologiquesModifier

Poggio alle Mura

En 2007, on a découvert à Poggio alle Mura les restes fossiles d'une baleine ayant vécu dans la région il y a plus de quatre millions d'années, à l'ère du Pliocène, lorsque les eaux chaudes de la mer Tyrrhénienne recouvraient toute la zone aujourd'hui occupée par les vignobles.

Pieve a Pava

Les restes les plus anciens trouvés sur le site de Pieve a Pava remontent à l'ère paléochrétienne : l'église qui s'y élevait mesurait 32m de long et 10m de large, présentant des absides antagonistes qui font de ce bâtiment une rareté en Italie et la rapprochent d'édifices découverts dans la péninsule ibérique et en Afrique du Nord. La structure et la décoration intérieures réutilisent des matériaux plus anciens comme la couverture romaine en terre cuite.

 
Pieve a Pava.

ÉconomieModifier

ViticultureModifier


CultureModifier

MuséesModifier

Le couvent qui flanque l'église Saint-Augustin est aujourd'hui le siège des Musées réunis, à la fois musée civil et musée diocésain. Il renferme un crucifix de bois d'un artiste inconnu de l'école siennoise, deux magnifiques sculptures en bois du XVème siècle et des sculptures en terre cuite, qui semblent être de l'école des Della Robbia. La collection comprend également un Saint Pierre et Saint Paul d'Ambrogio Lorenzetti et une Vierge à l'Enfant de Simone Martini.

Fêtes, foiresModifier

  • Benvenuto Brunello (février), kermesse de dégustation des vins de la région ;
  • La Sagra del Tordo, compétition de tir à l'arc opposant les différents quartiers, accompagnée de cortèges historiques et de danses folkloriques.

AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
27 mai 2007 En cours Maurizio Buffi L'Unione  
Les données manquantes sont à compléter.

HameauxModifier

Camigliano, Castelnuovo dell'Abate, Montisi, San Giovanni d'Asso, Sant'Angelo in Colle, Sant'Angelo Scalo, Torrenieri, Tavernelle

Communes limitrophesModifier

Buonconvento, Castel del Piano, Castiglione d'Orcia, Cinigiano, Civitella Paganico, Murlo, San Giovanni d'Asso, San Quirico d'Orcia


Notes et référencesModifier

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. [1] sur viaesiena.it
  • http://prolocomontalcino.com/
  • Teresa Cappello, Carlo Tagliavini, Dizionario degli etnici e dei toponimi italiani, Bologne, Pàtron Editore, 1981.