Liste des routes nationales de France

liste d'un projet Wikimedia

Les routes nationales sont, en France, des voies d'importance nationale ou européenne qui traversent ou maillent de larges portions du territoire, par opposition aux routes départementales ou communales plus localisées. L'usage des routes nationales est normalement gratuit, sauf lors du franchissement de certains ouvrages d’art soumis à péage. Elles sont ouvertes à tous les véhicules, sauf sur certaines sections ayant le statut de voie express ou d'autoroutes.

La construction, l'entretien et l'exploitation de ces voies sont à la charge de l'État au travers des directions interdépartementales des routes (DIR) ; jusqu'en 2006, les directions départementales de l'Équipement en étaient chargées.

ConceptModifier

En France, le concept de route nationale est légalement définit par l'article L121-1 du Code de la voirie routière.

« Les voies du domaine public routier national sont : 1) Les autoroutes ; 2) Les routes nationales.

Le domaine public routier national est constitué d'un réseau cohérent d'autoroutes et de routes d'intérêt national ou européen. Des décrets en Conseil d'État, actualisés tous les dix ans, fixent, parmi les itinéraires, ceux qui répondent aux critères précités.

L'État conserve dans le domaine public routier national, jusqu'à leur déclassement, les tronçons de routes nationales n'ayant pas de vocation départementale et devant rejoindre le domaine public routier communal. »

Les routes nationales sont gratuites d'utilisation pour l'usager, sauf pour la traversée de certains ouvrages d’art remarquables, tels que le pont de Normandie sur la N 1029 ou le tunnel Maurice-Lemaire sur la N 159. La redevance poids lourds liée aux prestations a été abandonnée, ainsi, les routes nationales sont intégralement financées par l’État.

HistoireModifier

Création d’un réseau routier national (1811)Modifier

Après des balbutiements sous l’Ancien Régime, c’est à Napoléon Ier que revient la création d’un véritable réseau routier national, par le classement de 229 « routes impériales » assurant un maillage de toute le territoire français, territoires annexés compris. Le réseau est organisé en routes « de première classe », numérotées de 1 à 14, en routes « de seconde classe », mumérotées de 15 à 27, et « de troisième classe », portant les numéros 28 à 229.

Des routes impériales aux routes nationales (1811−1830)Modifier

Avec la Restauration, les routes impériales deviennent des « routes royales ». Les pertes de territoires de la France à l’issue du congrès de Vienne ayant provoqué la disparition de routes impériales entières, formant des trous dans la numérotation, la nomenclature des routes royales est revue en 1824, pour se rapprocher de celle que nous connaissons actuellement.

Les premières routes royales (numérotées parmi la série 1 à 20) partaient des portes de Paris, voire du parvis de Notre-Dame où un médaillon inscrit dans le sol marque le « point zéro des routes de France ».

Avec l’avènement du roi Louis-Philippe en 1830, les routes royales deviennent les routes nationales, tout en conservant leur nomenclature. Le réseau routier sera ensuite délaissé au profit du développement du chemin de fer, et ce jusquà l’arrivée de l’automobile.

Un maillage dense de l'ensemble de la France (1930−1972)Modifier

 
Carte des routes nationales de la France en 1922.

Face au développement de l’automobile et à la nécessité d’organiser un réseau apte à une circulation de plus en plus forte, loi du a classé dans la voirie nationale 40 000 km de routes et chemins appartenant à la voirie départementale et communale. Ce classement a produit un réseau dense maillant très efficacement l'ensemble du territoire métropolitain.

Des déclassements successifs (1972−2006)Modifier

Une loi de 1972 a déclassé un grand nombre de routes nationales en routes départementales, principalement issues du classement de 1930, ainsi que les routes nationales parralèles à un autoroute ou à une voie express classée comme route nationale. Ces déclassements sont également l’occasion d’une réforme de la numérotation, une première depuis la réforme de 1824.

Jusqu'en 2006, la France comptait 30 500 km de routes nationales et d'autoroutes non concédées. À titre de comparaison, les routes départementales couvrent une distance totale de 377 986 km[1] au .

La loi de décentralisation du a permis un transfert au département de la majeure partie des routes nationales restantes, dites « routes nationales d’intérêt local (RNIL) ». Un décret paru au Journal officiel le [2] donne la liste des routes qui demeurent dans le réseau routier national, les autres devant être déclassées par des arrêtés préfectoraux. Ce processus de déclassement déjà fortement avancé en 2007 s'est achevé en 2008[réf. nécessaire]. Le réseau routier national résiduel est d'environ 10 500 km, auxquels s'ajoute l'ensemble du réseau autoroutier concédé. Les routes nationales sont devenues beaucoup plus rares et ne couvrent plus que de grandes liaisons transrégionales pour lesquelles la construction d’une autoroute n’a pas été possible.

Le nouveau réseau routier national étant moins dense, l'État a réorganisé ses services routiers et compte désormais :

Liste des routes nationales actuellesModifier

Cette section présente le réseau des routes nationales tel qu’il est aujourd’hui ; pour avoir la liste de toutes les routes nationales ayant existé, voyez cet article.

Routes nationales 1 à 49Modifier

Numéro Parcours
  Rocade Nord d'Amiens et liaison  Port de Boulogne-sur-Mer
  ParisLe BourgetLe Blanc-MesnilSoissonsLaonMaubeugeBelgique ( )
  Villeparisis (Francilienne) — Meaux / Moulins-les-MetzMetz / Freyming-Merlabach(Allemagne)
  Pontault-Combault (Francilienne) — EsternayVitry-le-FrançoisSaint-DizierToul, Nancy, Lunéville, BlâmontPhalsbourg / IttenheimStrasbourgAllemagne ( )
  PolignyChampagnoleSaint-Laurent-en-GrandvauxLes Rousses
  Créteil ( ) — Villeneuve-Saint-GeorgesMontgeronTigery (   ), Monéteau ( ) — Auxerre ( ), Dardilly.
  Traversée souterraine de l'aéroport d'Orly, sud de Nevers ( ) — MoulinsRoanneLa Tour-de-Salvagny, CommunayVienneValenceMontélimarOrange, sortie sud-est d'Avignon
  Massiac
  ParisSèvres, Les Quatre Pavés du Roi — RambouilletAblisChartresToursChâtelleraultPoitiersAngoulême -BordeauxBayonneHendayeEspagne (N-I)
  PoitiersNiortLa Rochelle
  Jouy-en-JosasSaint-Cyr-l'ÉcoleDreuxAlençonMayenneFougèresRennesSaint-BrieucBrest
  ParisLe Port-MarlySaint-Germain-en-LayeOrgeval, Mantes-la-JolieÉvreux, CaenCherbourg
  Saint-DenisÉpinay-sur-Seine puis déviation de Puiseux-Pontoise
  Le Blanc-Mesnil, ArrasAvion
  Boissy-Saint-LégerBrie-Comte-Robert // Rolampont ( ) — LangresVesoulChâlonvillars
  Liaison    à Frotey-lès-Vesoul
  Pamiers ( ) — FoixTunnel du PuymorensUrEspagne (N-154)
  LimogesPérigueuxBergeracAgenAuchTarbesLourdes
  L'Hospitalet-près-l'AndorreAndorre
  RennesPloërmelHennebontLorient
  AmiensDoullensArras
  TôtesSaint-Aubin-sur-ScieDieppe
  RouenIsneauville
  RouenGournay-en-BrayFerrières-en-BrayBeauvaisClermont-en-BeauvaisisCompiègneSoissonsReims
  Saint-AvoldCreutzwald
  MelunMeaux
  A 6Barbizon
  IlliesLille
  Boulogne-sur-MerSaint-Omer
  Le Piquet, commune de Tremblois-lès-RocroiCharleville-Mézières, SedanBazeilles
  La VeuveChâlons-en-ChampagneVitry-le-François
  LensIllies
  Maubeuge

Routes nationales 51 à 100Modifier

Numéro Parcours
  ÉpernayReimsCharleville-MézièresGivet
  MetzThionvilleLongwy
  Flavigny-sur-MoselleÉpinalRemiremontVesoulBesançonPontarlierJougne puis en Suisse direction Ballaigues  
  SedanBouillon  
  Moncel-lès-LunévilleBaccaratRaon-l'ÉtapeSaint-Dié-des-VosgesSainte-Marie-aux-MinesSélestat
  PhalsbourgSarralbeSarregueminesGrosbliederstroffSarrebruck
   Auxerre
  Saint-DizierChaumont
  Paray-le-MonialMontchanin
  AuxerreTroyesChâlons-en-Champagne
  MontmaraultParay-le-MonialCharollesMâcon
  MontchaninChalon-sur-Saône
  L'Hôpital-sur-RhinsFeursSaint-ÉtienneBourg-Argental
  Saint-Lothain ( ) — PolignyArboisBeure ( )
  Pont-de-ClaixLa MureGapLa Saulce, AubignoscDigne-les-BainsBarrême
  Bollène ( ) — Pont-Saint-EspritBagnols-sur-Cèze
  Rocade sud de Grenoble
  Saint-ChamondSaint-ÉtienneLe Puy-en-VelayLangogneMendeRodezAlbiToulouse
  ArveyresBordeaux
  AlbertvilleBourg-Saint-MauriceCol du Petit Saint-Bernard
  GapChorgesSavines-le-LacEmbrunBriançonMontgenèvreItalie ( )
  Liaison  Hyères
  RemoulinsAvignon

Routes nationales 102 à 150Modifier

Numéro Parcours
  Lempdes-sur-AllagnonBrioudeLe Puy-en-Velay, La SauvetatAubenasMontélimar
  Villiers-AdamÉpiais-lès-Louvres, NoisielÉvryMarcoussis
  MelunMontereau-Fault-Yonne
  NîmesAlèsFloracMende
  Clermont-l'HéraultMontpellier
  MontpellierAgdeBéziersCastresAlbi
  Saint-Martin-de-CrauArles, NîmesVendranges ( )
  PerpignanBourg-Madame
  SèvresLes Ulis
  MassiacMuratAurillacFigeac
  Fait partie du contournement de Chartres.
  ToulouseAuch — Vic-Fezensac — Lamothe (  &  )
  MontréjeauFosEspagne N-230
  ToulouseCastres
  Avignon
  Saugnacq-et-MuretMont-de-MarsanPaucol du Somport
  Bar-le-DucLigny-en-Barrois
  Ceinture périphérique de Rennes.
  RennesNantes
  Rouen (avenue Jean-Rondeaux et pont Guillaume-le-Conquérant)
  SaintesCognacAngoulêmeLimoges
  BourgesSaint-Germain-du-Puy
  BellacLa SouterraineGuéretMontluçon ( )
  PoitiersLimoges
  NantesPoitiers
  SaintesRoyan

Routes nationales 151 à 192Modifier

Numéro Parcours
  ChâteaurouxBourgesLa Charité-sur-LoireClamecyAuxerre
  ÉvreuxLa Madeleine-de-Nonancourt, DreuxChartresAllaines-Mervilliers
  La Gravelle (A81) — Rennes
  CaenFalaise
  RavesSainte-Marie-aux-Mines
  MayenneLaval
  Montauban-de-BretagneChâteaulin
  NantesVannesLorientQuimperBrest
  PloërmelVannes
  Saint-NazaireNozay
  CarentanSaint-LôGuilberville
  PontorsonAvranchesPonts
  Pré-en-PailDomfrontDinanPlestan
  HarfleurLe Havre
  Saint-Germain-en-Laye 
  Thiais  Fresnes (     ), Rocquencourt ( ) — Le Port-Marly ( )
  Voies latérales de la   entre Thiais et Fresnes.
  Massy ( ) — Les Ulis
  Corbeil-EssonnesMennecyÉtampesAblis
  Voie souterraine à La Défense.

Routes nationales 201 à 385Modifier

Numéro Parcours
  Voie rapide urbaine de Chambéry
   Barrême
  AnnemasseChamonixTunnel du Mont-BlancItalie
  Creuzier-le-NeufVarennes-sur-Allier
   Port de Calais
  TrélissacSaint-Laurent-sur-Manoire
  L'Isle-JourdainBlagnac
   Dunkerque
  Lesquin (  ) — Villeneuve-d’Ascq ( )
  BèglesLormont
  Rocade nord de La Rochelle
  ReimsWitry-lès-Reims
  Épannes  Échangeur No 33
  NantesCholetBressuire
  Gujan-MestrasArcachon
  Allaines-Mervilliers  Échangeur No 12
  rocade est de Brest
  Boulevard périphérique de Dijon
   Le Havre
     (vers Grenoble)
  Bretelle de l’  (  4) à La Courneuve.
  Le Petit-Clamart — Échangeur  
  Gennevilliers
  Autoroute  Loon-Plage (Port autonome de Dunkerque)
  L'Hospitalet-près-l'AndorreCol de PuymorensPorté-Puymorens
  VauciennesCrépy-en-ValoisSenlis
  CreilSenlisMont-l'ÉvêqueErmenonvilleLe Plessis-BellevilleSaint-SouppletsMeaux
  Coudekerque-Branche
  Le Coudray-Montceaux
  Le Grand-Quevilly
  Saint-PriestVaulx-en-Velin
  TourcoingNeuville-en-Ferrain
  Rocade sud de Strasbourg : FegersheimEschauAllemagne
  LilleRoubaix
  Interruption de l’  entre Vélizy-Villacoublay et Antony.

Routes nationales 406 à 844Modifier

Numéro Parcours
  CréteilValentonLimeil-BrévannesBonneuil-sur-MarneBoissy-Saint-Léger
  Sainte-Catherine-lès-Arras (liaison   )
     (échangeur no 29)
  Voies latérales de l’  entre Grigny et Évry-Courcouronnes (sens ParisLyon).
  Voies latérales de l’  entre Grigny et Évry-Courcouronnes (sens LyonParis).
  Saint-Herblain (accès boulevard périphérique Nantes) à Sautron / Saint-Étienne-de-Montluc (accès  )
  SaclaySaintry-sur-Seine
   Ris-Orangis
  Saint-Martin-le-Vinoux  Grenoble
  Nogent-sur-Marne  (échangeur No 5)
  Saint-Étienne
  Limoges
  Tunnel de Puymorens (numéroté   sur le terrain)
  LangonCaptieuxGabarretCazaubonEauzeEspas
  ValenceBourg-de-Péage
  La Rochelle
  Le PontetMontgardin
  Tunnel du Fréjus
  Raphèle-lès-ArlesMartiguesMarseille
  OrgonMiramasIstresFos-sur-Mer
  Pont de Lunel — AimarguesVauvertSaint-GillesArles
  Bagnols-sur-CèzeVilleneuve-lès-Avignon ( )
  Boulevard périphérique de Caen
  Fait partie de la boulevard périphérique de Nantes.

Routes nationales à quatre chiffresModifier

Un numéro de route nationale à quatre chiffres évoque souvent un tracé provisoire, amené à être déclassé ou renuméroté après l’ouverture d’un autre tronçon, un court embranchement de route nationale à deux ou trois chiffres ou encore une route nationale issue d’un déclassement d’autoroute, ce qui explique que la liste suivante évolue souvent au gré des classements, déclassements et reclassements.

Numéro Parcours
  AvignonRognonas
  RennesVezin-le-Coquet
  CourbevoiePuteaux, Fauville ( ) — Parville (tronçon en construction, sera intégré à la   à son achèvement).
  Liaison    sous le parvis de La Défense.
  BanvillarsSevenans, GrandvillarsDelle (Plateforme douanière avec la Suisse)
  Contournement nord-ouest d’Agen.
  Pont de Normandie
  Contournement sud de Sedan, numéroté   sur le terrain.
  Besançon
  Épiais-les-LouvresCompans (   ), sera déclassée après l’ouverture du contournement par l’est de Roissy, ou  -nord.
  Rocade ouest de Mende.
  Contournement sud d’Agen.
  Côte de la Morue à Gimont
  Tunnel du Somport
  Bar-le-Duc (Voie sacrée nationale) — Longeville-en-Barrois ( )
  contournement de Chartres entre la   et la  
  dédoublement de la   par la vallée de l'Ostriconi
  Pont Gustave-Flaubert à Rouen.
  Pénétrante est de Lyon (depuis l’  et le boulevard Laurent-Bonnevay)
  Pont Laurent-Louppe (Le Relecq-KerhuonPlougastel-Daoulas)
  Court tronçon dans le sud de Rouen
  Ex- 
   Port de La Rochelle

Routes nationales de l'Outre-merModifier

Les routes nationales de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane et de La Réunion ont été créées par des décrets de 1951[3]. Celles de Saint-Pierre-et-Miquelon ont été créées par un arrêté de 1978[4]. Celles de Mayotte ont été créées par un décret de 1978[5].

GuyaneModifier

Numéro Parcours
N 1, Guyane Saint-Laurent-du-Maroni - Kourou - Cayenne
N 2, Guyane Cayenne - Régina - Saint-Georges-de-l'Oyapock

Saint-Pierre-et-MiquelonModifier

Numéro Parcours
N 1, Saint-Pierre-et-Miquelon Saint-Pierre - Étang des Laveuses
N 2, Saint-Pierre-et-Miquelon Aéroport de Saint-Pierre Pointe-Blanche - Saint-Pierre - Quai en eau profonde
N 3, Saint-Pierre-et-Miquelon Miquelon - Cap Blanc
N 4, Saint-Pierre-et-Miquelon Miquelon - Aérodrome de Miquelon

MayotteModifier

Numéro Parcours
N 1, Mayotte Mamoudzou - Mtsamboro
N 2, Mayotte Mamoudzou - Sada
N 3, Mayotte Tsararano - Dembéni - Chirongui - Tsimkoura
N 4, Mayotte Dzaoudzi - Pamandzi

Notes et référencesModifier

  1. Mémento de statistiques des transports (archive), Chapitre 3 : Transports urbains et routiers, 1re partie : 3.3 Réseaux : 3.3.3 Routes départementales et voies communales par région et département, site du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire / Économie et statistiques. Données au 31 décembre 2009.
  2. Décret 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif à la consistance du réseau routier national (liste des routes demeurant « nationales ») et décret 2005-1500 (modalités du transfert des autres routes aux départements).
  3. Décrets du 9 juillet 1951, Journal officiel de la République française du 12 juillet 1951, p. 7458-7459. Consulté le 4 juin 2014.
  4. Arrêté du 8 août 1978, Journal officiel de la République française du 31 août 1978, p. 6852. Consulté le 4 juin 2014.
  5. Décret no 78-740 du 6 juillet 1978 portant définition du réseau routier national à Mayotte, Journal officiel de la République française du 13 juillet 1978, p. 2793-2794. Consulté le 4 juin 2014.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier