Ouvrir le menu principal

Porté-Puymorens

commune française du département des Pyrénées-Orientales

Porté-Puymorens
Porté-Puymorens
Vue sur Porté-Puymorens
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Les Pyrénées catalanes
Intercommunalité Communauté de communes de Pyrénées Cerdagne
Maire
Mandat
Jean Ribot
2014-2020
Code postal 66760
Code commune 66147
Démographie
Gentilé Portéens
Population
municipale
103 hab. (2016 en diminution de 23,13 % par rapport à 2011)
Densité 2,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 32′ 57″ nord, 1° 49′ 57″ est
Altitude Min. 1 557 m
Max. (pic du col rouge) 2 827 m
Superficie 49,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Porté-Puymorens

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Porté-Puymorens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Porté-Puymorens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Porté-Puymorens
Liens
Site web www.puymorens.fr

Porté-Puymorens Écouter ( en catalan Portè ou Portesa ) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Portéens et les Portéennes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Située dans les Pyrénées-Orientales sur le Carol près de l'Andorre sur la route nationale 20, la commune est reliée au département de l'Ariège par le tunnel de Puymorens ou par le col de Puymorens.

 
Situation de la commune.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

La commune est classée en zone de sismicité 4, correspondant à une sismicité moyenne[3].

HydrographieModifier

La ligne de partage des eaux entre les bassins méditerranéen et atlantique traverse la commune. Ainsi l'Ariège qui descend du Pas de la Case arrose le nord-ouest de la commune, et le col de Puymorens est entièrement dans le département des Pyrénées-Orientales et le département de l'Ariège commence plus au nord non loin de l'Hospitalet.

Voies de communication et transportsModifier

ToponymieModifier

Le , la commune de Porté change officiellement de nom pour devenir Porté-Puymorens[4].

En catalan, le nom complet de la commune est Portè i Pimorent mais son ancien nom avant 1954 était Portè, l'adjonction étant celle du nom du hameau inclus dans la commune donnant son nom au col de montagne franchissant la frontière franco-espagnole[5].

HistoireModifier

La commune de Porté est créée le par détachement d'une section de la commune de Porta, elle-même détachée de Latour-de-Carol en 1837[4].

Les 1er et 2 juin 2013, la station de ski a été exceptionnellement ouverte à la suite d'importantes chutes de neige. Quatre pistes ont été ouvertes pour un maximum de 600 personnes sur les pistes[6].

Politique et administrationModifier

 
La mairie

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Pyrénées catalanes.

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean Sarda[7]    
2014 En cours Jean Ribot[8]    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1861. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2016, la commune comptait 103 habitants[Note 1], en diminution de 23,13 % par rapport à 2011 (Pyrénées-Orientales : +4,83 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
455420401371404421405409410
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
372452210191257134200149185
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
108113119121147128131105103
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Note : Avant 1860, la population de Porté-Puymorens est recensée avec celle de Porta.

Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 181 170 144 160 157 166 166 172
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

EnseignementModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Fête patronale : 8 septembre[17] ;
  • Fête communale : 14 juillet[17].

SantéModifier

SportsModifier

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 21 922 €[18].

EmploiModifier

Entreprises et commercesModifier

Seule la poste est ouverte quatre fois par semaine. Le village abrite les employés des autoroutes du sud de la France chargés du fonctionnement du tunnel du puymorens créé à l'initiative du député ariégeois Augustin Bonrepaux pour éviter le passage routier difficile pendant l'hiver et permettant de meilleurs échanges avec l'Espagne toute proche.

L'activité économique principale du village est lié à la station de ski de Porté-Puymorens (1600-2 500 m) créée en 1936 et qui compte aujourd'hui 15 pistes de ski alpin.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Paul Boyé : pyrénéiste et chasseur, créateur des industries textiles Paul Boyé Technologies, fut maire de la commune une vingtaine d'années et fit notamment construire la station de ski de Porté-Puymorens.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Carte des paroisses d'Andorre
  3. « Plan séisme » (consulté le 4 mai 2017)
  4. a et b Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  5. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  6. Pyrénées : Porté-Puymorens a accueilli des skieurs en juin, Midi libre, 1er juin 2003
  7. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  8. [1]
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  17. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  18. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  19. pyreneescatalanes.free.fr, « Tour cerdane », (consulté le 2 août 2013)