Ouvrir le menu principal

Mamoudzou

commune française chef-lieu du département d'outre-mer de Mayotte

Mamoudzou
Mamoudzou
Le port de plaisance et le marché couvert.
Blason de Mamoudzou
Blason
Mamoudzou
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Mayotte
Département Mayotte (préfecture)
Arrondissement Mamoudzou
Canton Bureau centralisateur de trois cantons :
1, 2, 3
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Dembeni-Mamoudzou
Maire
Mandat
Mohamed Majani
2014-2020
Code postal 97600
Code commune 97611
Démographie
Gentilé Mamoudzous
Population
municipale
71 437 hab. (2017 en augmentation de 24,71 % par rapport à 2012)
Densité 1 689 hab./km2
Population
aire urbaine
227 245 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 12° 46′ 53″ sud, 45° 13′ 54″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 570 m
Superficie 42,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayotte

Voir la carte administrative de Mayotte
City locator 14.svg
Mamoudzou

Géolocalisation sur la carte : Mayotte

Voir la carte topographique de Mayotte
City locator 14.svg
Mamoudzou
Liens
Site web villedemamoudzou.fr

Mamoudzou est une commune française, située dans le département de Mayotte dont elle est la préfecture et sa population s’élevait à 71 437 au dernier recensement de 2017. Cette situation démographique en faisait la 1re ville de Mayotte et la 69e ville de France, son aire urbaine est la 45e de France.

La commune concentre l’ensemble des structures administratives, politiques, commerciales et artisanales centrales. Mamoudzou accueille le siège du conseil départemental et la préfecture de Mayotte.

La commune compte, en 2017, 71 437 habitants[1] (soit près 27,8 % de la population totale de Mayotte).

Sommaire

GéographieModifier

 
Mamoudzou.

La ville de Mamoudzou est située en Grande-Terre face à l'île de Petite-Terre. Elle est à cheval entre un relief montagneux et le littoral, d'où partent les barges qui vont de Grande-Terre à Petite-Terre.

La commune se compose de sept villages en plus de Mamoudzou: Cavani, Kawéni (activités industrielles et grande surface), Mtsapéré, Passamaïnty, Vahibé, Tsoundzou I et Tsoundzou II. Les villes les plus proches sont Koungou, Dembéni.

Communes limitrophes de Mamoudzou
Kawéni Kawéni
Mtsapéré  
Mtsapéré Mtsapéré

Géologie et reliefModifier

Situé en bord de mer, l'est de la commune est formé par une bande littorale, de plaine, représentant près d'un tiers du territoire communal. Le centre et l'ouest de Mamoudzou sont vallonnés ou montagneux, ponctués par les vallées des différentes rivières la traversant, dans le sens ouest-est. Le point culminant de la commune se trouve au nord-est, à 497 m.

HydrographieModifier

Le territoire de Mamoudzou est arrosé par plusieurs cours d'eau :

  • La Kwalé ;
  • Le Gouloué ;
  • Le Doujani ;
  • Le Majimbini ;
  • Le Kawéni la joli.

ClimatModifier

Voies de communications et transportsModifier

Réseau routierModifier

Le réseau routier est essentiellement concentré sur la bordure littorale, la plus habitée, Mamoudzou étant accessible par la RN 2, route principale nord-sud de l'île. Depuis la ville de Passamaïnty, la RD 3 permet de traverser l'île, vers l'ouest, et de rejoindre la ville de Tsingoni via le village de Vahibé.

Réseau maritimeModifier

 
Bac entre Dzaoudzi et Mamoudzou.

Deux navettes maritimes régulières ont lieu toutes les demi-heures, entre Dzaoudzi, proche de l'aéroport, et Mamoudzou. L'une est vouée au trafic passagers (barge), l'autre, au transport des véhicules (amphidrome)[2].


ToponymieModifier

HistoireModifier

Mamoudzou est une localité qui se développe à partir des années 1860 pour seconder le chef-lieu Dzaoudzi, situé juste en face : auparavant, il ne s'agissait que d'un lieu-dit, au nom obscur (partagé avec une ville des Célèbes, en Indonésie). L'urbanisation a progressivement intégré d'anciens villages dont l'existence pour certains remonte à plusieurs siècles : il s'agit de Kaweni (XIVe siècle), Mtsapéré (fin XVIIIe siècle), Choa ou « pointe Mahabou », village fondé dans les années 1830 par les Sakalaves ayant accompagné Andriantsoly. Kaweni et Kavani ont accueilli, dans la seconde moitié du XIXe siècle, deux plantations sucrières avec usines dont une partie des vestiges est encore visible.

Mamoudzou n'est qu'une humble bourgade jusqu'aux années 1990, et ne devient capitale de l'île qu'en février 1977 avec l'installation des bâtiments du conseil territorial et de la préfecture[3].

Politique et administrationModifier

 
Préfecture de Mayotte.
 
L'hôtel de ville.

La commune est la préfecture de Mayotte. Elle est également découpée en trois cantons : Mamoudzou-1, Mamoudzou-2 et Mamoudzou-3. Depuis le 31 décembre 2015, Mamoudzou fait partie de la communauté d'agglomération de Dembeni-Mamoudzou (la CADEMA).

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 1977 juin 1995 Abdallah Houmadi   1er maire
juin 1995 mars 2001 Halidi Sélémani    
mars 2001 mars 2008 Abdallah Hassani MDM Enseignant
mars 2008 mars 2014 Abdourahamane Soilihi UMP Enseignant
Sénateur de Mayotte (2011 → 2017)
mars 2014 en cours Mohamed Majani MDM Président de la CA de Dembeni-Mamoudzou (2016 → )
Les données manquantes sont à compléter.


DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1978. Auparavant, on sait qu'il n'y avait pas plus de 150 habitants en 1936. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee, mais la loi relative à la démocratie de proximité du a, dans ses articles consacrés au recensement de la population, instauré des recensements de la population tous les cinq ans en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à Mayotte et dans les îles Wallis-et-Futuna, ce qui n’était pas le cas auparavant[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2002[6], les précédents recensements ont eu lieu en 1978, 1985, 1991 et 1997.

En 2017, la commune comptait 71 432 habitants[Note 1], en augmentation de 24,71 % par rapport à 2012

Évolution de la population  [ modifier ]
1978 1985 1991 1997 2002 2007 2012 2017
7 79812 02620 30732 77445 48553 02257 28171 437
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[7] puis à partir de 2006[8])
Histogramme de l'évolution démographique
 
Population des villages
Village 1997 2002 2007 2012 2017
Kavani 3 948 5 488 8 100
Kawéni 6 206 9 604 11 562
Mamoudzou 5 666 6 533 6 186
Mtsapéré 6 979 10 495 11 283
Passamaïnty 5 173 6 008 7 086
Tsoundzou 1 2 093 3 058 3 398
Tsoundzou 2 574 1 063 1 671
Vahibé 2 135 3 236 3 736
Nombre retenu à partir de 1997 : Population sans doubles comptes

Population et sociétéModifier

EnseignementModifier

Les élèves de Mamoudzou effectuent leurs études dans la commune, qui dispose de 12 écoles maternelles, 28 écoles élémentaires, 6 collèges et 2 lycées[9] (dont le lycée Younoussa Bamana).

SantéModifier

Le centre hospitalier de Mayotte se situe sur la commune de Mamoudzou[10]. Le pôle maternité a vu, en 2008, 4 470 des 8 100 accouchements constatés à Mayotte, ce qui lui vaut le surnom de « première maternité de France ». En 2007, 62 % des femmes qui y ont accouché n'étaient pas affiliées à la Sécurité sociale : parmi elles se trouvent de nombreuses Anjouanaises et Malgaches entrées illégalement sur le territoire.

CultesModifier

Le conseil régional du culte musulman est installé dans cette commune[11], ainsi que le Tribunal du Grand Cadi. La paroisse catholique Notre-Dame de Fatima, de Mamoudzou dépend du vicariat apostolique de l'archipel des Comores[12].

SportsModifier

La commune dispose de plusieurs clubs dont :


TransportsModifier

Plus de 4,7 millions de passagers et 692 889 véhicules ont été recensés. De ce fait, la liaison Dzaoudzi-Mamoudzou est la ligne maritime régulière la plus fréquentée de France et elle ne désemplit pas. En effet, depuis 2010, le nombre de passagers a augmenté de 44,0 %[14].

Personnalités liées à la communeModifier

ÉconomieModifier

 
Marché.
 
Marché.

La concentration des administrations, des commerces, industries et démographique en font la ville incontournable où se côtoient tradition et modernité.

Son marché couvert (le plus grand de l'île) à proximité du Comité de Tourisme de Mayotte place de la République, est un lieu de convivialité important. On y vend pêle-mêle bassines, tapis de prière, vêtements, épices et bien sûr fruits et légumes locaux parmi lesquels bananes, ananas, mangues, papayes, manioc, fruits à pain...


Culture locale et patrimoineModifier

La bibliothèque départementale de Mayotte est implantée dans le quartier de Kavani. En plus d'un espace de prêts pour tous de 650 m2, la structure dispose d'un bibliobus, reliant 17 communes de l'île[15].


RéférencesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Guillaume d'Astorg, Le quartier de Kavani à Mamoudzou (Mayotte) : une première approche de la vie de quartier par l'espace habité, Université de La réunion, 1997, 98 p. + pl. (mémoire de maîtrise d'Ethnologie)
  • Janine et Jean-Claude Fourrier, Un M'zoungou à Mamoudzou : chronique mahoraise, L'Harmattan, Paris, 2001, 237 p. (ISBN 2-7475-1486-2)
  • J. Ninon, « La dynamique urbaine à Mayotte : l'étalement de Mamoudzou et la périphérisation des centres petits-terriens », in Les Cahiers d'Outre-Mer, 2007, vol. 60, no 240, p. 305-318
  • Jacques Rombi, Carnets de route : Mutsamudu, Mamoudzou : deux villes, un devenir, Éd. du Baobab, Mamoudzou, 2002, 68 p. (ISBN 2-908301-36-9)
  • « Centralisation et polarisation : l'aire urbaine de Mamoudzou et les villages mahorais », article de Didier Benjamin et Henri R. Godard, in Mappemonde, no 64, 2001-4, 5 p.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au , millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au .