Ouvrir le menu principal

La Mure

commune française du département de l'Isère
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Mure (homonymie).

La Mure
La Mure
La Route Napoléon à La Mure.
Blason de La Mure
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Matheysine-Trièves
Intercommunalité Communauté de communes de la Matheysine
Maire
Mandat
Éric Bonnier
2015-2020
Code postal 38350
Code commune 38269
Démographie
Gentilé Murois
Population
municipale
4 970 hab. (2016 en diminution de 1,76 % par rapport à 2011)
Densité 204 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 54′ 14″ nord, 5° 47′ 17″ est
Altitude 886 m
Min. 720 m
Max. 1 209 m
Superficie 24,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
La Mure

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
La Mure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Mure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Mure
Liens
Site web www.lamure.fr

La Mure (Mòta Rocassosa en occitan vivaro-alpin) est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont dénommés les Murois[1].

Sommaire

GéographieModifier

SituationModifier

La Mure est une commune du Sud de la France. Située dans la région de La Matheysine dans les Alpes du Sud, elle se situé à 40 kilomètres au sud de Grenoble , 60 kilomètres au nord de Gap et 240 kilomètres au nord de Marseille au sud du Dauphiné. Elle se trouve au sud du plateau matheysin, à environ 800 mètres d'altitude.

La Matheysine, une des parties les plus méridionales du département de l'Isère. Cette micro-région marque le début de la transition climatique entre Alpes du Nord et Alpes du Sud.

Communes limitrophesModifier

ClimatModifier

Situé dans le Sud-Dauphiné, La Mure offre un mixte de climat Méditerranéen et Alpin.

Tableau climatique de La Mure sur la période 1982-2012, à 870 m d'altitude.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −4,7 −4 −0,6 2,4 5,9 9,1 10,9 10,6 8,3 4,2 0,4 −3,4 3,3
Température moyenne (°C) −0,6 0,5 4,6 7,7 11,5 15 17,3 16,8 13,9 9,1 4,4 0,3 8,4
Température maximale moyenne (°C) 3,6 5 9,8 13,1 17,1 20,9 23,7 23 19,6 14 8,4 4,1 11,9
Précipitations (mm) 76 77 84 73 88 88 58 77 85 92 99 85 982
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
3,6
−4,7
76
 
 
 
5
−4
77
 
 
 
9,8
−0,6
84
 
 
 
13,1
2,4
73
 
 
 
17,1
5,9
88
 
 
 
20,9
9,1
88
 
 
 
23,7
10,9
58
 
 
 
23
10,6
77
 
 
 
19,6
8,3
85
 
 
 
14
4,2
92
 
 
 
8,4
0,4
99
 
 
 
4,1
−3,4
85
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

ToponymieModifier

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Hameaux et lieux-ditsModifier

Risques naturelsModifier

Risques sismiquesModifier

La totalité du territoire de la commune de La Mure est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique. Elle se situe cependant au sud de la limite d'une zone sismique classifiée de « moyenne »[2].

Terminologie des zones sismiques[3]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

HistoireModifier

 
Portrait de la ville et de la Citadelle de La Mure en 1580.
 
Des troupes traversent le Pont Haut de La Mure. Le pont, illustré par Victor Cassien (1808 - 1893), se trouve sur la route nationale 85.

Moyen ÂgeModifier

Durant l'époque médiévale, on relève l'existence de plusieurs maisons fortes dont celles : du seigneur de La Motte décrite en 1339, « habet infra villam dominus de mota domum fortem »[4] ; de Lancelot de Clermont décrite en 1363, « quadam turrim cum domo bassa viridarium grangiam et aliis platheis et pertinentiis suis site infra villam de mura »[4] et d'une autre décrite en 1366, « unam suam domum fortem cum suo tenemento et curtilagio site infra villam de mura in castro justam domum fortem nobilis petrus beymundi et juxtam terram berthoni genpanis et juxtam domum fortem nobilis Remundus aynardi »[4].

Temps ModerneModifier

En 1580, durant les guerres de religion, la ville est assiégée et prise aux protestants par le duc de Mayenne. La citadelle est détruite en 1581. En 1587, le château de Monestier est détruit par les troupes de Lesdiguières.

Époque ContemporaineModifier

Napoléon Ier a traversé la Mure, par la rue des Alpes, le 7 mars 1815 lors de son retour de l'Île d'Elbe, juste avant de rencontrer les troupes venues à sa rencontre à Laffrey.

La commune montre des corons et des chevalements de mine en raison de l'exploitation du gisement houiller de la Mure[5]. La récession des mines de la Houillères du Dauphiné depuis 1967 pose la question de la mutation économique et sociale de la commune[6].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

 
La mairie.

La sociologie de la ville (passé minier) est historiquement plutôt favorable à la gauche, en particulier le PCF. Le Front National y réalise plus récemment de bons résultats, en arrivant en tête lors des régionales de 2015, devant la droite. Au niveau local, c'est surtout la personnalité des maires, tels Fabrice Marchiol (2001-2015), qui leur permet d'être élu, plus que leur étiquette politique.

Liste des mairesModifier

 
Centre-ville
 
Vue sur la rue
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1971 Jean Morel DVD Pharmacien
1971 1977 Louis Mauberret PCF Mineur - conseiller général du canton de La Mure (1967-1979)
1977 1980 Jean Morel DVD Pharmacien
1980 2001 Claude Péquignot DVD Enseignant - Conseiller régional - Conseiller général du canton de La Mure (1985-1998)
2001[7] 2015 Fabrice Marchiol UMP Conseiller régional depuis 2004 et président du groupe d'opposition au Conseil régional depuis 2010, président de la CCMPCVV. Un an après son suicide, à 41 ans[7], la commune a appris que son maire lui léguait deux appartements[8].
2015 En cours Eric Bonnier LR Infirmier[9]

Instances judiciaires et administrativesModifier

Politique environnementaleModifier

La ville s'est dotée récemment de candélabres à ampoules LED, installées dans divers secteurs de la ville, pour réduire la consommation d'énergie[réf. nécessaire].

JumelagesModifier

La commune est jumelée avec :

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2016, la commune comptait 4 970 habitants[Note 1], en diminution de 1,76 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1471 6861 8181 9332 7853 0973 1063 4393 648
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 3193 6283 5653 5773 5603 5263 5743 4013 384
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 3773 4663 5953 7113 9064 4234 4204 9225 595
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6 1116 1965 5225 6575 4805 1905 0935 0765 028
2016 - - - - - - - -
4 970--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Les élèves de La Mure commencent leurs études dans la commune, qui dispose de deux écoles maternelles : - Les Bastions, 3 classes regroupant 75 enfants[15] et Perouzat, - 3 classes pour 76 enfants[16] ; et 2 écoles primaires : - Les Bastions, 5 classes pour 125 écoliers[17], - les Capucins, 6 classes regroupant 135 écoliers[18]. La commune dispose également d'un groupe scolaire privé, - Sainte-Thérèse, accueillant 194 enfants, dans 7 classes de maternelle et primaire[19].2 Colléges: - Louis Mauberret, 28 classes regroupant 580 élèves et un Collège Privé - Saint Joseph, 8 classes regroupant 200 élèves. 2 Lycée: - La Matheysine 500 élèves de la seconde à la terminale et - LYPPRA (Lycée Professionnel Privé Rural des Alpes) 130 élèves de la seconde à la terminale.

SantéModifier

 
Détail de la façade de l'Hôpital.

La commune de La Mure héberge sur son territoire d'un centre hospitalier, comprenant un service d'urgence et disposant de 90 places, ainsi qu'un EHPAD disposant de 120 places

CultesModifier

 
La chapelle Saint-Pierre-Julien-Eymard.

La Ville dispose de deux églises catholiques, un temple protestant, deux mosquées et une salle de réunion des Témoins de Jéhovah.

SportsModifier

La Ville dispose actuellement de deux Stades, une Piscine, un Complexe Sportif, deux terrains de tennis, un parc municipal et d'une Halle des Sports

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

Artisanat et industrieModifier

La commune héberge le siège de la société de production d'horloges digitales et analogiques Gorgy Timing, entreprise familiale fondée en 1974 par Maurice Gorgy.

Activités de serviceModifier

TourismeModifier

La ville est réputée au niveau local pour ses cités minières appelés corons. En 1965, la ville est classée plus belle ville d'Isère par le magazine National Geographic.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Le « petit train de la Mure » sur le viaduc de Vaulx.

Patrimoine culturelModifier

  • Le Musée Matheysin est un musée d'histoire locale, crée en 1994, est situé dans la maison Caral, un hôtel particulier de la vieille ville.
 
Cour du musée Matheysin, la nuit
  • « La Matacena » est la médiathèque de La Mure, tête du réseau local des bibliothèques.

Personnalités liées à la communeModifier

 
La maison de Saint Pierre Julien Aymard.

TransportModifier

Desserte routièreModifier

- RN 85

- D529/D114/D116/D115c/D168

Desserte en transport en communModifier

- 4100/4101 (Grenoble-Gap)

- 4110 (Grenoble-La Mure)

- 4120 (La Mure-Chantelouve)

- 4310 (L'Alpes du Grand Serre-La Mure)

- 4600 (Mens-La Mure)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Le nom des habitants de l'isère », sur habitants.fr (consulté le 17 mai 2019)
  2. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  3. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  4. a b et c Élisabeth Sirot 2007, p. 61.
  5. On peut visiter une galerie de mine dans la commune voisine de La Motte d'Aveillans.
  6. La Mure en Matheysine: la volonté de vivre, Le Centre, , p. 130.
  7. a et b « Le maire de La Mure Fabrice Marchiol retrouvé mort chez ses parents », Le Dauphiné Libéré, 5 mars 2015.
  8. « Le dernier geste de Fabrice Marchiol pour sa commune », Le Dauphiné Libéré, 1 avril 2016.
  9. "lection d'Eric Bonnier
  10. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. écoles les Bastions
  16. école Perouzat
  17. école primaire les Bastions
  18. école primaire les capucins
  19. école privée Sainte-thérèse
  20. Le petit train de La Mure reprendra du service en 2020, article du journal le Progrès, jeudi 20 juillet 2017, page 37
  21. info du site chantiersde France.fr
  22. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014)
  23. a et b Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 688
  24. Revue maritime et coloniale, Volume 38, p. 270 & s.
  25. Décret impérial 6984

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe siècle au début du XVIe siècle, Éditions Picard, (ISBN 9782708407701).

Liens externesModifier