Ouvrir le menu principal

Mayotte

région et département d'outre mer français situé dans l'archipel des Comores

Mayotte
Blason de Mayotte
Blason
Mayotte
Logo du Conseil départemental.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Statut Département et région d'outre-mer
Chef-lieu Dzaoudzi de jure (mais siège du Conseil départemental à Mamoudzou)
Cantons 13
Communes 17
Assemblée délibérante Conseil départemental de Mayotte
Président Soibahadine Ibrahim Ramadani
Préfet Dominique Sorain[1]
Démographie
Gentilé Mahorais
Population 256 518 hab. (2017[2])
Densité 682 hab./km2
Langues
locales
mahorais (shimaore), malgache (kibushi), français
Géographie
Coordonnées 12° 50′ 35″ sud, 45° 08′ 18″ est
Superficie 376 km2
Divers
Monnaie Euro
Fuseau horaire UTC+3
Domaine internet .yt
Indicatif téléphonique +262
Code ISO 3166-1 MYT, YT
Localisation
Localisation de Mayotte

Mayotte (appelée aussi Maoré en mahorais[3]) est un ensemble d’îles situé dans l’archipel des Comores, lui-même situé dans le canal du Mozambique et dans l’océan Indien. Mayotte est constituée de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre, et de plusieurs autres petites îles dont Mtsamboro, Mbouzi et Bandrélé.

Officiellement nommée département de Mayotte, Mayotte est une collectivité territoriale d'outre-mer[4] français et une région ultrapériphérique de l’Union européenne. Son code départemental officiel est « 976 »[5]. Le chef-lieu de jure est Dzaoudzi[6], même si dans les faits le siège du Conseil départemental et les services administratifs de la préfecture sont tous deux à Mamoudzou, ville la plus peuplée de Mayotte.

En 2017, la population de Mayotte est de 256 518 habitants[2] (contre 212 645 habitants en 2012[7]) répartie sur 376 km2. Elle a ainsi la plus forte densité de population de la France d’outre-mer, avec 682 hab./km2 en 2017 (565 hab./km2 en 2012), mais aussi le plus fort taux de fécondité avec plus de cinq enfants par femme en moyenne et le plus fort taux de pauvreté (84 %). Ses habitants sont appelés les Mahorais.

Mayotte est achetée par la France en 1841. En 1886, le reste de l’archipel composé de la Grande Comore, Mohéli et Anjouan forme un protectorat sous la direction du gouverneur de Mayotte. En 1958, l’administration quitte Dzaoudzi (à Mayotte) pour Moroni (en Grande Comores), cela provoque le mécontentement des Mahorais. Le Congrès des notables se réunit et réclame la départementalisation. Dans les années 1960 et 1970, Zéna M’Déré et le mouvement des chatouilleuses militent pour l’arrimage définitif de Mayotte à la République française. En 1974, la France organise, sur l’ensemble de l’archipel des Comores, un référendum pour décider d’une éventuelle indépendance, mais les Mahorais votent pour le maintien au sein de la République française. Un second référendum est organisé uniquement à Mayotte en 1976[8],[9], qui confirme ce choix. Néanmoins l’Union des Comores revendique toujours la souveraineté sur Mayotte[10]. À la suite du référendum local de 2009, Mayotte est devenue département et région d’outre-mer (DROM) à assemblée délibérante unique : le Conseil départemental exerce également les compétences d’un conseil régional en 2011[11]. En 2014, Mayotte change également de statut au niveau européen, devenant une région ultrapériphérique, et fait depuis partie de l’Union européenne.

Sommaire

GéographieModifier

 
Carte de Mayotte, l'« île-hippocampe[12] ».
Article détaillé : Géographie de Mayotte.

ToponymieModifier

Le nom de « Mayotte » vient du portugais Mayotta, transcription du swahili maouti, lui-même calqué sur l'arabe Jazirat al Mawet qui signifie « île de la mort » (probablement en raison de la barrière de corail qui entoure l'île et a longtemps constitué un danger mortel pour les navires)[13]. En shimaoré (dialecte local issu du kiswahili), l'île est appelée « Maoré ». C'est l'île la plus au sud de l'archipel des Comores, Jouzor al Kamar en arabe, c'est-à-dire les « îles de la Lune ».

En français, Mayotte est souvent surnommé « l'île aux parfums »[13] du fait de la culture autrefois intense de fleurs odoriférantes, notamment l'ylang-ylang, symbole de l'île[14]. Du fait de sa forme vue du ciel, elle est parfois aussi surnommée « l'île-hippocampe »[12], ou éventuellement « l'île au lagon » selon certaines brochures publicitaires, formule cependant moins spécifique[14].

Le premier nom européen de Mayotte fut « île du Saint-Esprit », attribué par les navigateurs portugais au début du XVIe siècle, mais cette appellation n'a pas perduré.

SituationModifier

Le centre de Mamoudzou, capitale économique, est à la position 12° 46′ 52″ S, 45° 13′ 42″ E.

TopographieModifier

Article connexe : Liste des îles de Mayotte.
 
Le rocher de Dzaoudzi, le boulevard des Crabes, la vasière des Badamiers et une partie de Petite-Terre, vus d'avion.

Mayotte est la plus ancienne des quatre grandes îles de l'archipel des Comores[15], chapelets de terres qui émergent au-dessus d'un relief sous-marin en forme de croissant de lune, à l'entrée du canal du Mozambique. Située à 295 km à l'ouest de Madagascar et à 67 km au sud-sud-ouest d'Anjouan, parfois visible le soir en ombre chinoise, elle est composée de plusieurs îles et îlots couverts d'une végétation exubérante, les deux plus grandes sont Grande-Terre et Petite-Terre adossée à une barrière de corail.

Ce récif de corail de 160 km de long entoure un lagon de 1 100 km2, un des plus grands et des plus profonds au monde[16]. On retrouve sur une partie de la barrière de corail, une double barrière qu'il est rare d'observer sur la planète[17]. Il protège des courants marins et de la houle océanique la quasi-totalité de Mayotte, à l'exception d'une douzaine de passes, dont une à l'est appelée « Passe en "S" ». Le lagon d'une largeur moyenne de 5 à 10 km a une profondeur pouvant atteindre jusqu'à une centaine de mètres. Il est parsemé d'une centaine d'îlots coralliens comme Mtsamboro. Ce récif procure un abri aux bateaux et à la faune océanique. L'activité volcanique à l'origine de la création des îles rend le sol particulièrement fertile[réf. nécessaire].

L'ensemble des terres émergées de Mayotte couvre une superficie d'environ 374 km2, ce qui en fait de loin le plus petit département d'outre-mer français (derrière la Martinique, déjà trois fois plus grande avec 1 128 km2). Cette surface est cependant difficile à évaluer avec précision étant donné le nombre de petits îlots inhabités, dont une partie sont totalement sous l'eau à marée haute, mais peuvent révéler des surfaces importantes à marée basse. Les principales îles sont :

GéologieModifier

 
Les « padzas » forment des terres latéritiques très rouges et très sensibles à l'érosion (ici sur les hauts de Vahibé).

Les îles qui forment Mayotte sont géologiquement les plus anciennes de l'archipel des Comores[17]. Leur âge à partir de neuf millions d'années va en décroissant du sud-est (Mayotte) au nord-ouest (Grande Comore)[15], bien que l'on observe tant sur la Grande Terre que sur l'îlot de Pamandzi, des appareils très récents (maars) liés à des explosions phréatiques.

L'ensemble insulaire est un vaste bouclier volcanique de laves alcalines avec extrusions phonolitiques comme au Mont Choungui, relief en forme de boule conique dont un cinquième est encore émergé. Le centre de l'appareil se situe en mer, à l'ouest. Une subsidence importante a eu lieu, permettant notamment l'implantation d'une couronne récifale autour des reliefs résiduels.

Mayotte est le fruit de la réunion de deux édifices volcaniques dont le genèse remonte à 15 millions d'années, mais qui ne sont sortis de l'eau qu'il y a 9 millions d'années (l'île ne représente qu'1 à 3 % du cône volcanique mahorais, qui descend jusqu'à 3 400 m de profondeur). La lave au départ fluide devient plus visqueuse il y a 4 millions d'années, stoppant l'élargissement de l'île pour constituer des reliefs plus élevés, qui s'effondrent en grande partie il y a 2 millions d'années. Le dernier grand volcan mahorais, celui de M'Tsapéré, s'est éteint il y a 1,5 million d'années, mais de petites éruptions ponctuelles (essentiellement explosives dans le nord) se sont poursuivies d'il y a 100 000 à 8 000 ans, formant une île cinq fois plus grande qu'aujourd'hui (1 800 km2 contre 374 km2)[18]. Petite-Terre se sépare de Grande Terre il y a 7 000 ans, et l'aspect actuel de l'île date d'il y a environ 3 000 ans[18].

Le volcanisme mahorais est éteint depuis plusieurs millénaires (le volcan actif le plus proche est le Karthala, en Grande Comore).

La croissance corallienne, créatrice de calcaires blancs (puis de sable de la même couleur), a pris le relais des terres émergées, caractérisées par des roches basaltiques noires, et soumises à l'érosion (elles s'altèrent en terre latéritique rouge, riche en hydroxydes de fer). Pendant les grandes glaciations continentales, il y a 20 000 ans, l'abaissement du niveau marin de plus de cent mètres a vidé les lagons et fait émerger les récifs : ainsi la barrière corallienne externe de Mayotte dessine les contours de l'île il y a 12 000 ans, quand la mer était bien plus basse et l'île moins érodée[18]. Les rivières, un temps retenues, ont percé les passes dans les barrières, notamment la « Passe en "S" ». Puis, avec les remontées marines causées par les réchauffements climatiques post-glaciaires, les coraux ont repris leur ardeur bâtisseuse il y a environ 9 000 à 6 000 ans[18].

Le contraste entre géochimies corallienne et volcanique est en particulier pleinement visible sur les plages du nord de la Grande Terre, près de l'île de Mtsamboro. Les récifs de pierres noires, annonciateur de la terre, apparaissent sur la plage blanche de sables détritiques coralliens.

L'île de Grande Terre possède de fortes pentes, et surtout au voisinage des crêtes, une érosion tropicale emporte la fragile végétation colonisant les padzas[19], phénomène aggravé par les incendies de forêts provoqués par des planteurs illégaux de bananiers ou de manioc. Les forestiers essaient de fixer le sol dégradé par des plantations d'acacias.

La géologie mahoraise est principalement étudiée par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières de Mayotte (BRGM), établissement public à caractère industriel et commercial et « établissement public de référence dans les applications des sciences de la Terre pour gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol »[20].

Activité sismiqueModifier

L'activité sismique est d'ordinaire limitée[21], Mayotte étant classé en zone de sismicité modérée.

Un épisode de séismes en essaim frappe l'île à partir du 10 mai 2018[22], avec plus de 1 400 secousses ressenties (de magnitude supérieure à 3.5)[23]. Le 15 mai 2018, un séisme d'une magnitude de 5.8 est enregistré[24]. Il s'agit du séisme le plus important jamais recensé dans l'archipel de es Comores mais ne provoque pas de dégâts majeurs. L'essaim de séismes atteint son paroxysme avec plus de 80 séismes détectés dans la journée. Selon les analyses du BRGM, ce phénomène exceptionnel aurait une origine tectonique[22], avec un épicentre situé en mer à environ 50 km de Mayotte[25].

HydrographieModifier

Du fait de la petite taille de l'île, aucun cours d'eau n'est navigable : si certains atteignent parfois ponctuellement un débit impressionnant au plus fort de la mousson, la plupart sont presque totalement à sec pendant la saison sèche[26].

Mayotte ne compte que deux lacs naturels :

  • le lac Dziani, lac de cratère en Petite-Terre dont les eaux sont impropres à la baignade, car chargées en minéraux marins et volcaniques et saturées de phytoplancton. Sa superficie est d'environ 17,5 hectares[27] ;
  • le lac Karihani, sur la commune de Tsingoni, seule étendue naturelle d'eau douce permanente[28]. Il s'étend sur une surface de 5 hectares en saison des pluies qui se réduit à 0,25 ha en fin de saison sèche[27].

Il existe aussi un lac artificiel à Doujani (d'origine minière), et deux grandes retenues collinaires (lacs de barrage) servant au pompage d'eau potable : à Combani (1,5 Mm3, construite en 1998) et à Dzoumogné (2 Mm3, construite en 2001)[26]. On compte aussi en Petite-Terre la vasière des Badamiers, étang marin abritant une importante mangrove qui se connecte à la mer à marée haute.

L'approvisionnement de Mayotte en eau potable est assuré depuis 1977 par la SMAE (Société Mahoraise des Eaux, filiale de Vinci Construction Dom Tom et rattachée à la Direction Déléguée de l’Océan Indien)[29]. Du fait de la population importante, du peu d'eau douce disponible, du faible taux de retenue de cette eau et surtout des aléas de la saison des pluies, des pénuries d'eau douce peuvent parfois avoir lieu, comme la pénurie d'eau de 2016-2017[30]. 80 % de l'eau potable est issue d'eaux captées en surface (principalement les deux retenues collinaires), 18 % proviennent de forages profonds et 2 % d'une station de dessalement d'eau de mer installée en Petite-Terre[26]. Les infrastructures étant loin d'être suffisantes pour satisfaire une demande en croissance forte (+10 % par an), plusieurs grands projets sont à l'étude, notamment une troisième retenue collinaire qui pourrait voir le jour à l'horizon 2022[31].

ClimatModifier

 
Le climat de Mayotte est résolument tropical (de type équatorial maritime).
 
La saison des pluies (février 2018).

Le climat[32] est équatorial[33] de type maritime, les températures moyennes oscillent entre 23 et 30 °C (25,6 °C de moyenne annuelle) et le taux d'hygrométrie dépasse souvent 85 %. On distingue deux principales saisons séparées par deux intersaisons plus brèves :

  • Saison des pluies ou kashkasini :
Elle s’étale officiellement du 1er novembre au 30 avril[33], avec un cœur de mousson de décembre à mars, culminant en janvier. La température moyenne est de 27,4 °C. L’humidité s’élève à 85 % le jour et à 95 % la nuit. Les fortes précipitations sont apportées par les vents de Nord-Est. Dzaoudzi reçoit ainsi plus d'un mètre d'eau durant une année dont 80% pendant la saison des pluies[16], et les inondations sont fréquentes, notamment dans la région de Mamoudzou. Cette saison se distingue par l’abondance des fruits tropicaux et une verdure couvrant toute l’île.
  • Saison sèche ou kussini :
Elle s’étale de juin à septembre. La saison est plus sèche et les alizés apparaissent. La température moyenne est de 24,7 °C. Les légumes prennent la place des fruits, l'herbe sèche et certains arbres (notamment les baobabs) perdent leurs feuilles.
  • Intersaison d’avril à mai ou matulahi :
Les températures chutent et les précipitations se font plus rares.
  • Intersaison d’octobre à novembre ou m’gnombéni :
Les températures et l’humidité augmentent. C’est la période des plantations (maniocs, bananes, maïs…). Les arbres fleurissent.

Les vents dominants selon les saisons sèches et humides sont l'alizé du Sud-Ouest et la mousson du Nord-Ouest. La température de la mer oscille autour de 25,6 °C, mais peut dépasser 30 °C à la saison la plus chaude.

Les tempêtes cycloniques, accrues tout au long de leurs parcours par la chaleur échangée avec les eaux maritimes de surface chaudes, sont assez rares à Mayotte, protégée par Madagascar. Cependant, il arrive parfois que certaines dépressions contournent l'île-continent, et elles peuvent alors dévaster végétation et habitations ; ainsi les cyclones de 1898, de 1920, de 1950, de 1962, de 1975, de 1978, d'avril 1984 ou de janvier 1987, qui ont presque rasé l'île et fait des centaines de victimes[34].

TransportsModifier

 
« La Barge », le moyen de transport entre Mamoudzou et Dzaoudzi.

L'investissement français depuis une trentaine d'années est tangible sur plus de 230 km de routes asphaltées où circulent voitures et deux-roues de divers types : 90 kilomètres de routes nationales et de 139 km de routes départementales[35]. Le contraste est grand avec les années 1980, où une circulation peu dense ne laissait apercevoir que de rares berlines parmi les Renault 4 des taxis, les méharis des légionnaires ou les camionnettes bâchées dénommées taxis-brousse. De nos jours, Mayotte compte plusieurs dizaines de milliers de véhicules, encombrant bien souvent une route nationale à voies simples. Un système de taxis, en partie informels, permet aux piétons de se déplacer pour des sommes très modiques[36].

Le port en eau profonde de Longoni est un port d'escale mineur dans le canal de Mozambique. La concession portuaire a été attribuée en 2014 à une entreprise locale (MCG Mayotte Chanel Gateway) qui a entrepris une modernisation des infrastructures et ambitionne d'en faire l'un des plus importants ports commerciaux de la zone.

Divisée en deux îlots, Mayotte est difficile d'accès. Le débarcadère de Mamoudzou, en Grande-Terre, ne peut accueillir que des embarcations légères. La liaison entre les deux se fait par bateau de transport piétonnier (barge) et bateau de transport de véhicules (amphidrome)[36], qui transportent chaque année plus de 4,5 millions de passagers.

L'unique aéroport desservant l'île est celui de Dzaoudzi-Pamandzi, qui accueille chaque année plus de 350 000 voyageurs.

Environnement et patrimoine naturelModifier

 
La Roussette de Mayotte (Pteropus seychellensis comorensis) est une grande chauve-souris frugivore, très visible à Mayotte.
Articles détaillés : Faune des Comores et Flore des Comores.

Environnement terrestreModifier

Mayotte est une île tropicale pourvue d'une biodiversité sensationnelle : en particulier, la flore mahoraise est une des plus riches au monde par rapport à la superficie de l'île[37]. 5 577 ha (soit environ 15% de la surface de l’île) ont le statut de « réserves forestières », protégeant la quasi-totalité des forêts naturelles humides[37].

À proximité des herbiers à tortues et de leurs plages, poussent des baobabs Adansonia digitata qui abritent parfois des colonies de roussettes, une chauve-souris géante et frugivore. Les paysages les plus préservés se trouvent dans le sud de la Grande-Terre, notamment à la pointe de Saziley ou à N'Gouja, et également dans l'est de Petite Terre.

Dans les forêts et agro-forêts de l'archipel, le Lémur brun ou « maki de Mayotte », lémurien agile qui se nourrit de fruits et de feuilles, vit en groupe de sept à douze individus, parfois plus dans les zones où ils sont nourris par les touristes. Ces animaux ont vraisemblablement été importés par les premières populations humaines pour servir de gibier, tout comme le tangue ou hérisson malgache. On peut aussi croiser, plus rarement, la Civette malgache[38]. Seules 15 espèces de mammifères sont présentes sur l'île[39], probablement toutes importées par l'Homme à l'exception des chauves-souris.

On dénombre environ 140 espèces d'oiseaux à Mayotte[39], la plupart typiques des terres africaines et malgaches voisines, comme le martin triste, la grande aigrette ou encore le paille-en-queue[38].

Du côté des reptiles, on compte à Mayotte plusieurs espèces de geckos dont le beau mais invasif Gecko diurne à poussière d'or (Phelsuma laticauda), de nombreux scinques et des caméléons[39], ainsi que quelques petits serpents endémiques (inoffensifs), essentiellement dans les montagnes.

Mayotte est riche en biodiversité, mais la forêt primaire y regresse au profit des cultures et des habitations. Cette déforestation génère des risques d'instabilité pour les terrains et le littoral ainsi qu'une pollution et dégradation du lagon, alors que la pression foncière et la démographie ne cessent de croître[40].

Environnement marinModifier

Le récif de corail de Mayotte est particulièrement spectaculaire, et détenteur de plusieurs records probables, comme celui de plus grand lagon du monde, du plus profond, et de l'un des seuls à disposer d'une double barrière[41]. La barrière corallienne externe est longue de 195 km de long, abritant 1 500 km2 de lagon, dont 7,3 km2 de mangrove[42]. On y trouve au moins 250 espèces de coraux différentes, 760 espèces de poissons tropicaux[42], et l'Inventaire national du patrimoine naturel recense pas moins de 3 616 espèces marines, mais ce chiffre est probablement très loin du compte réel. Cette région du monde étant encore bien mal inventoriée par les scientifiques, les eaux de Mayotte continuent de receler de nombreuses espèces inconnues de la science, et permettent des découvertes scientifiques importantes chaque année[43].

Les eaux chaudes du lagon peuvent abriter les baleines accoucheuses vivant sur leurs réserves de graisses australes, puis leurs petits en lactation[44], et plusieurs espèces de tortues marines viennent pondre sur les plages au voisinage de leurs herbiers[45]. Les eaux de Mayotte abritent plus de vingt espèces de mammifères marins, soit un quart des espèces connues[46].

Mayotte héberge encore une petite population de dugongs, estimée à moins de dix individus, et donc en danger critique d'extinction[47]. Le lagon est nourricier pour les poissons, les mangroves jouent un rôle de nettoyage écologique, entravant l'écoulement des sédiments, augmentant la densité animale et végétale, notamment des espèces piscicoles au stade juvénile. Plusieurs espèces de requins sont aussi présentes, mais les rencontres sont rares et aucun accident n'a jamais été à déplorer sur le territoire[41].

Les tortues marines (verte et imbriquée essentiellement) et les mammifères marins emblématiques du lagon sont protégés[45].

Mayotte compte quatre aires marines protégées (où la pêche et les activités destructrices sont interdites) : le Parc marin de Saziley, la Passe en S (réserve de pêche intégrale), la zone de protection du site naturel de N’Gouja et la Réserve naturelle nationale de l'îlot Mbouzi[48]. L'ensemble de l'île et des eaux qui l'environnent est sous la protection du Parc naturel marin de Mayotte, qui ne constitue pas une aire marine protégée mais une « aire d'adhésion » où les activités potentiellement nuisibles à l'environnement sont soumises à l'approbation du conseil de gestion.

MenacesModifier

 
Érosion des sols (Petite-Terre). La terre ruisselle jusqu'au lagon et étouffe le corail.

Mayotte est un hot spot de biodiversité terrestre et marine, cependant cet assemblage est particulièrement vulnérable face à la surpopulation humaine et aux mauvaises pratiques qui l'accompagnent. Les chercheurs estiment que le lagon de Mayotte était un des plus beaux au monde jusque dans les années 1970, mais qu'il a commencé à se dégrader à partir de 1978[49], avec un envasement progressif et une importante mortalité du corail sur de larges zones, même si son état actuel en fait sans doute toujours le lagon corallien le plus riche de tous les départements d'outre-mer français.

Les menaces qui pèsent sur l'écosystème sont notamment les espèces introduites et éventuellement invasives, avec risques croissants d'invasion biologique ; la fragmentation par les routes, qui dégradent l'intégrité écologique de l'île ; la dégradation des récifs coralliens par la pollution et par accumulations de sédiments terrigènes (déjà plusieurs kilomètres carrés sont dégradés dans les lagons de Mayotte, à la suite de la destruction des forêts qui protégeaient les sols de l'érosion)[40]. Bien que les taux de pesticides mesurés dans l'eau soient (en 2011) moindres qu'en métropole[50] (mais plus élevés qu'en Guyane[50]), les engrais et pesticides, comme le DTT, peuvent aussi être emportés par les eaux pluviales et favoriser voire rendre permanent le blanchiment des coraux (coral bleaching)[51], d'autant plus qu'une partie de ces pesticides sont de dangereux produits de contrebande importés des pays voisins, et utilisés sans aucune précaution par des agriculteurs souvent illétrés.

L'agriculture sauvage sur brûlis met en grave danger les écosystèmes terrestres et marins de l'île[52].

La collecte de coquillages (industrielle dans les années 1970[49]), la pêche excessive, certaines activités extractives (sable corallien), l'agriculture et la divagation d'animaux peuvent aussi avoir des impacts négatifs. Si les derniers dugongs sont désormais relativement bien surveillés[47], le braconnage des tortues marines est encore féroce à Mayotte[45],[53], et le braconnage ou la pêche déraisonnable touchent également les requins, certains mollusques[54] et les concombres de mer[55].

Le problème des déchets est crucial pour l'avenir de l'île en matière de tourisme, d'écologie et de santé publique[40]. Un problème accentué par différents facteurs : le caractère insulaire et vallonné, la forte densité de population (plus de 500 habitants au km2 en moyenne), l'absence d'un dispositif de collecte approprié[56] (déchetteries, valorisation des déchets, poubelles et containers suffisants...) et un cadrage institutionnel récent (code de l'environnement, plans de gestion des déchets...). L'épuration des eaux est également très insuffisante, et une grande partie des égouts est déversée directement dans la mangrove.

La perturbation chimique des eaux marines a aussi entraîné des invasions biologiques, notamment par l'étoile dévoreuse de corail Acanthaster planci à partir des années 1980[49].

Un travail compliqué (au sens des enjeux, budgets et problématiques à croiser pour un tel territoire) est donc à faire, notamment de restauration des milieux écologiques (mangroves, cours d'eau), de nettoyage des abords des routes et des décharges, d'éducation de la population à l'environnement et d'urbanisme[57],[58].

Le parc naturel marin de Mayotte a été créé le  : c’est le premier parc naturel marin créé en outre-mer, couvrant l’ensemble de la zone économique exclusive (68 381 km2)[46]. La pêche est autorisée dans les eaux du parc selon certaines régulations, et des réserves intégrales existent également, comme celle de la « Passe en "S" »[46]. Depuis 2014, les opérateurs marins sont signataires d'une « charte des opérateurs nautiques de Mayotte pour le respect des mammifères marins et de leurs habitats »[41].

HistoireModifier

Temps anciensModifier

 
Vestiges archéologiques à Acoua (XIVe-XVe siècle).

Vieille de 9 millions d'années, l'île ne semble pas avoir connu de présence humaine avant le Moyen Âge[15], les mammifères en étant probablement absents à l'exception des roussettes.

Les VIIe et IXe siècles voient les premières installations humaines. Il semble que les premiers habitants appartiennent déjà aux premiers peuples swahilis, caractérisés par une culture d'origine bantoue[59] répandue sur l'ensemble des rivages de l'Afrique orientale de la Somalie au Mozambique, entretenant des relations encore mal connues avec les populations malgaches, d'origine austronésienne[60]. Mayotte et Anjouan ont été occupées apparemment plus tardivement car les deux îles se différencient de l'ensemble des Comores par une évolution linguistique spécifique. Le commerce maritime, très actif dès cette époque, atteste de contacts avec le Moyen-Orient musulman. Les plus vieux vestiges d'occupation humaine ont été retrouvés à Acoua, et datent de cette période[15] ; les premières populations n'étaient vraisemblablement pas musulmanes, et ne se seraient islamisées que plus tard, au contact des marchands arabes.

Aux XIIIe et XVe siècles, l'île est sous la direction de chefs musulmans, les Fani. Les contacts culturels avec la côte swahilie et Madagascar sont importants.

Vers 1470, un sultanat shirazi (originaire de Perse) s'établit, il est reconnu jusqu'au début du XIXe siècle. C'est de cette époque que date l'établissement de l'islam sunnite chaféite encore pratiqué à Mayotte[15].

Temps modernesModifier

 
Vestige du Ziara de Polé (XVe – XIXe siècle).
 
Mausolées shirazi de Tsingoni (XVIe siècle) : ces tombes royales sont similaires aux sépultures à dôme swahilies de l'archipel de Lamu.

L'archipel des Comores constitue la frontière sud de l'aire culturelle swahilie qui se développe à partir de la fin du Moyen Âge dans cette région que l'on appelle à l'époque le Zanguebar ; Mayotte constitue également le point de contact de cet ensemble avec la culture malgache, très différente, ce qui fait de cette île un carrefour d'influences - mais aussi une cible guerrière. Les influences venues de l'ensemble de l'océan Indien, mais aussi de la côte africaine, chamboulée par l'irruption des Bantous, et de la côte malgache, ne cessent de façonner la société swahilie insulaire. Une immigration bantoue et malgache (Sakalaves) commence insensiblement[61].

En 1453, la chute de Constantinople ferme brutalement les routes commerciales qui reliaient l'Europe à l'Orient. S'ouvre alors l'âge d'or du commerce maritime, qui contourne l'Afrique pour atteindre l'Inde et la Chine : le Canal du Mozambique se retrouve donc subitement au cœur de la principale route commerciale au monde, entraînant une importante période de prospérité pour les nombreuses îles et cités-états de l'aire culturelle swahilie.

En 1503, l'île de Mayotte est mentionnée pour la première fois par une escadre portugaise qui l'aborde ; elle est baptisée « île du Saint-Esprit » en 1507. D'après les archives de l'amirauté portugaise, elle est cartographiée par Diego Ribeiro en 1527. Dans un premier temps ce repérage soigneux permet surtout de l'éviter, à la façon des convois de boutres qui ont sillonné de manière multiséculaire le canal du Mozambique : les récif de corail de Mayotte représentent un danger mortel pour les bateaux. C'est pourquoi jusqu'au XVIIIe siècle, l'île n'est pas un lieu d'escale ordinaire pour les grandes flottes et n'accueille que quelques grands navires européens égarés et prudents, venus s'y ravitailler par nécessité.

En 1521, l'amiral et cartographe ottoman Piri Reis visite Mayotte à son tour. Il la décrit en ces termes dans son Kitab-i Bahrije :

« La seconde île est nommée Magota. On dit que les Portugais y ont mis des hommes. Elle a un Chah. Sa population est noire et blanche. Ils sont chafi'i, parmi eux point d'hypocrisie. Elle a une ville nommée Chin Kuni [Tsingoni]. N'y reignent que des sheikhs[62]. »

Le grand souverain du XVIe siècle est nommé Haïssa ben Mohamed (parfois orthographié Aïssa ou Issa) : fils du sultan Mohammed d'Anjouan et de la sultane héritière de Mayotte (dont la capitale était alors Mtsamboro), c'est lui qui transfère la capitale à Tsingoni et fait ériger en 1538 le mirhab de la mosquée encore visible aujourd'hui[62]. Son long règne (40 ans selon certaines sources) coïncida apparemment avec une période d'importante prospérité pour l'île, désormais en position stratégique sur les routes commerciales reliant l'Europe à l'Orient en contournant l'Afrique. À sa mort, les mahorais rejettent l'autorité de sa veuve alors établie à Anjouan, et élisent sa fille Moina-Alachora sultane de Mayotte, se séparant une nouvelle fois de l'autorité anjouanaise, et accentuant les tensions diplomatiques entre les deux îles[62].

Des Malgaches, essentiellement Sakalaves, prennent progressivement le contrôle du sud et d'une partie ponctuelle de l'est de l'île.

Les relations avec l'Europe sont encore pratiquement inexistantes au XVIIIe siècle : ainsi en 1751, l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert évoque à peine Mayotte dans un article de deux lignes : « Mayotte, ile, (Géog.) Mayota insula, c’est la plus méridionale des îles Comorres. Elle est située, selon M. de Lisle, dans le canal de Mozambique. »[63]. L'article « Comorres » est encore plus court[64].

De 1742 à 1791, le sultanat d'Anjouan réalise plusieurs tentatives pour conquérir le sultanat de Mayotte. De 1795 à 1820, les razzias des pirates malgaches (Sakalaves et Betsimisarakas) dépeuplent considérablement l'île[59], et le minbar en bois sculpté de la mosquée de Tsingoni est volé par des Anjouanais (où il est encore visible).

A la fin du XVIIIe siècle, une riche famille omanaise de Zanzibar s'établit à Tsingoni, et y fait fortune. Le principal héritier de cette famille (Salih ben-Mohammed ben-Béchir el-Mondzary el-Omany) épouse alors la fille du vieux sultan Boina Kombo ben Salim et devient héritier légitime du trône : après avoir abandonné l'Ibadisme pour le Chaféisme en vigueur dans la région, il devient sultan sous le nom de Salim II, jusqu'à sa mort en 1807 ou 1815 selon les sources. C'est notamment lui qui transfère la capitale de Tingoni à Dzaoudzi, localité alors plus facile à fortifier contre les attaques de pirates — Tsingoni est laissée à l'abandon[65].

Le dernier sultan shirazien, Mouana-Mâddi, est assassiné en 1829 : son fils Bana-Kombo (ou Bwana Combo) trouve refuge auprès du roi sakalave du Iboina à Madagascar, Andriantsoly, avec lequel son père avait conclu un pacte d'alliance[65]. Andriantsoly aide le jeune Bana-Kombo à reconquérir son trône, et obtient en échange la moitié de l'île. Cet état de fait entraîna rapidement une rivalité entre les deux co-souverains, et après quelques batailles Andriantsoly exila Bana-Kombo à Mohéli. Celui-ci tenta alors de s'allier au sultan local d'origine malgache Ramanateka, qui préféra cependant le spolier pour devenir co-sultan de Mayotte à sa place. Ambitieux, il chasse Andriantsoly de Mayotte en 1836 pour régner sans partage sur l'île, mais regagne ensuite Mohéli. Andriantsoly s'allie alors au sultan Abdallah d'Anjouan pour récupérer l'île[65]. Guerrier converti à l'islam et aussi diplomate respecté auprès des communautés swahilies et malgaches, Andrian Souly devient ainsi le sultan reconnu de l'île dont il s'efforce tant bien que mal de préserver la souveraineté malgré les continuelles hostilités et menaces. À la suite de la prise de Nosy Be (Madagascar) en 1840, les Français prennent connaissance de la présence de ce sultan, ancien roi sakalave, à Mayotte, qui demande une protection maritime.

Intégration progressive à la République françaiseModifier

Achat par la FranceModifier

 
Andriantsoly, dernier sultan de Mayotte, de 1832 à 1843.

Andriantsoly a hérité du sultanat en 1832 après avoir écarté Bwana Kombo (ou « Buanacombé », ou « Banakombo »), un fils de Mawana Madi, qui trouve refuge à Mohéli. Il doit alors défendre l'île contre les visées du hova Ramanetaka - devenu le maître de Mohéli sous le nom d'Abderahmane - et des sultans d'Anjouan, Abdallah puis Salim (1836). Andriantsoly souhaite préserver l'autonomie de son île face aux autres souverains comoriens. Or, dépourvu d'allié contre ces derniers et contre la monarchie malgache soutenue par la Grande-Bretagne, il se sait menacé. Il se tourne alors vers les rivaux des Britanniques, les Français, qui viennent de s'emparer de Nosy Be.

C'est dans ce contexte que, le , le sultan vend Mayotte à la France[66] cédant ainsi sa souveraineté à la monarchie de juillet de Louis-Philippe Ier[67]. En échange il obtient du capitaine Pierre Passot (envoyé par Anne Chrétien Louis de Hell), une rente viagère personnelle de mille piastres (5 000 francs) et le droit d'élever deux enfants du sultan à La Réunion. Ce traité est ratifié officiellement par l'État français en 1843.

Colonisation et abolition de l'esclavageModifier

 
Dzaoudzi, 1855, gravure tirée du Magazine pittoresque, dessin de Lebreton.
 
L'ancienne préfecture, de style Eiffel, construite en 1881.
Articles détaillés : Colonie de Madagascar et Colonie de Mayotte.

La souveraineté française sur Mayotte est indépendante du partage de l'Afrique issu de la conférence de Berlin qui n'aura lieu qu'après 1885. Mayotte devient en effet une colonie française après son achat en 1843 sous le règne de Louis-Philippe Ier. L'abolition de l'esclavage à Mayotte est prononcée le [14] alors que l'île avait jusque-là été soumise à la traite arabe. À cette époque l'île avait environ 3 000 habitants presque exclusivement musulmans, dont la moité était des esclaves. Les espoirs français de développer à Mayotte un port et des plantations supposaient d'attirer davantage d'immigration depuis l'Afrique, mais le gouvernement avait conscience que l'arrivée de Noirs libres serait interprétée par les Britanniques comme de la traite des Noirs déguisée, laquelle était interdite. En conséquence, le ministre de la Marine et des Colonies, Ange René Armand de Mackau suggéra au roi Louis-Philippe Ier que le développement d'une économie de marché à Mayotte nécessitait de libérer les esclaves et d'indemniser leurs maîtres musulmans. Le Parlement français approuva, au printemps 1847, le financement nécessaire au paiement d'une indemnité de 200 francs par esclave. Le processus de libération commença en juillet 1847[68]. Après la chute de la monarchie de Juillet causée par la révolution française de 1848, l’article 3 du Décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848, voté quelques mois plus tard, confirme l'abolition de l'esclavage dans l'île[69].

Dans la foulée des Antilles et de la Réunion, le gouvernement français envisage de faire de Mayotte une île à vocation sucrière : malgré les fortes pentes, de vastes plantations sont aménagées, 17 usines sucrières sont bâties et des centaines de travailleurs étrangers (essentiellement africains) sont engagés. Cependant, la production demeure médiocre, et la crise du sucre de 1883-1885 a rapidement raison de cette culture à Mayotte, ne laissant que quelques ruines d'usines dont certaines sont encore visibles aujourd'hui[70]. La dernière usine sucrière à fermer fut celle de Dzoumogné en 1955 : la mieux conservée, et désormais patrimonialisée, est celle de Soulou, dans l'ouest de l'île[70].

La conférence de Berlin s'achève en 1885, le partage de l'Afrique entre les puissances européennes est alors décidé et la France, déjà présente à Mayotte, va utiliser l'île pour prendre le contrôle de l'ensemble de l'archipel des Comores, dont la plus grande île est déjà contrôlée de fait par un potentat français, Léon Humblot. En 1886, les sultanats de la Grande Comore, Mohéli et Anjouan deviennent des protectorats sous la direction du gouverneur de Mayotte tandis que Mayotte, quant à elle, garde son statut de colonie[14]. L'archipel des Comores devient alors les Îles de « Mayotte et dépendances ». À partir de 1908, l'ensemble des Comores est intégré sous l'autorité du gouvernement général de Madagascar et dépendances.

En 1919, au lendemain de la Première Guerre mondiale, est créée la Société des Nations (ancêtre de l'actuelle Organisation des Nations unies), laquelle reconnaît également la souveraineté française directe sur Mayotte et la légalité de son acquisition antérieure, ainsi que le statut de protectorats séparés sur les autres îles, qu'elle place sous sa tutelle, à charge pour la France de veiller à garantir leur propre intégrité. La différence de traitement entre Mayotte et le reste de l'archipel devient de plus en plus une source de tensions. L'ensemble de l'archipel reste contrôlé depuis Dzaoudzi.

Le refus de l'indépendanceModifier

 
Aujourd'hui les Comores en haut à gauche sont un territoire séparé de Mayotte en bas à droite.
 
Le boulevard des crabes de Dzaoudzi en 1928.

En 1946, les protectorats des Comores et la colonie de Mayotte sont séparés administrativement de Madagascar et deviennent un territoire d'outre-mer (TOM)[14]. Après avoir refusé d'accéder à l'indépendance lors du référendum de 1958 organisé par le général De Gaulle, les Comores obtiennent le (loi no 1412) un statut d'autonomie interne (qui sera élargie en 1968 par la loi no 6804). Ce statut d'autonomie interne donne jour à un Gouvernement comorien élu par l'Assemblée Territoriale. De 1961 à 1970, l'ancien député Said Mohamed Cheikh est élu Président du Conseil de gouvernement jusqu'à sa mort le . C'est durant cette période, en 1966, que la capitale Dzaoudzi (Mayotte) est transférée à Moroni, huit ans après la décision du transfert[71].

Au cours de cette période naissent les premiers mouvements politiques qui contestent le pouvoir de Saïd Mohamed Cheikh et, pour certains, réclament l'indépendance. D'autres, comme le Mouvement populaire mahorais (MPM), réclament au départ plus d'autonomie vis-à-vis des autres îles. Née en 1958, l'Union pour la Défense des Intérêts de Mayotte (UDIM) est un mouvement créé par un créole natif de Sainte-Marie, Georges Nahouda. Son neveu, Marcel Henry, poursuit le combat avec la création du MPM à la mort de ce dernier la même année. Associé à une partie de l'élite mahoraise (dont Younoussa Bamana), Marcel Henry poursuivra le combat pour Mayotte française jusqu'au bout. Le MPM obtient le soutien d'une partie importante de la classe politique française.

Cependant, dans les années 1960 d'autres mouvements politiques voient le jour dont le parti « Serrez-la-main ». Ce parti revendiquait l'indépendance de Mayotte vis-à-vis de la France. Nombres d'échauffourées[réf. nécessaire] eurent lieu entre ce dernier et le MPM. Le MPM se radicalise et demande la séparation de Mayotte et des autres îles et notamment la départementalisation de Mayotte. Zakia Madi[72], parmi les leaders du MPM, est tuée lors d'une de ces manifestations entre parties opposées sur la jetée de Mamoudzou, à l'embarcadère de la barge. L'éclat d'une grenade lacrymogène est l'origine la plus probable selon les témoignages.

Le , le Comité spécial de la décolonisation de l'Organisation des Nations unies inscrit l'archipel des Comores à sa liste des territoires devant accéder à l'autodétermination. Le , la France et les Comores signent des accords relatifs à l'accession à l'indépendance. Le , la France organise aux Comores un référendum. Si le suffrage obtient dans son ensemble plus de 90 % pour l'indépendance du territoire, Mayotte se singularise en votant à 63,8 % pour le maintien des Comores au sein de la République française[73].

Un nouveau gouvernement français arrive au pouvoir en France et, conformément à une recommandation d'un groupe de parlementaires venus en voyage d'étude dans l'archipel, celui-ci envisage de respecter la volonté des Mahorais et de considérer le résultat « île par île ». Le président du Conseil de Gouvernement des Comores, Ahmed Abdallah, déclare alors unilatéralement l'indépendance immédiate des Comores « dans ses frontières coloniales », sans que le processus prévu par les accords ne soit mené à son terme. Mayotte reste cependant sous administration française au détriment de la déclaration du gouvernement comorien. L'Union des Comores revendique Mayotte et refuse cette séparation qui remettrait en cause l'intégrité territoriale de l'archipel. L'Union africaine considère ce territoire comme occupé par une puissance étrangère[74],[75].

Juridiquement la France ne pouvait pas s'opposer à l'autodétermination et à l'indépendance des Comores (hors Mayotte) puisqu'elle n'y exerçait qu'un protectorat sous tutelle des Nations unies. Mais elle conteste l'indivisibilité de l'union des Comores avec Mayotte, qui est le fait de la création tardive (par loi interne) du territoire d'outre-mer dans l'Union française en 1946, fédérant (en préservant leur statut international respectif issu des traités) le protectorat des Comores (séparées en 1946 de l'ancienne colonie de Madagascar devenue indépendante) avec la possession française de Mayotte (qui n'a jamais été sous tutelle des Nations unies mais acquise bien antérieurement, reconnue ensuite par la Société des nations quand elle a été créée). Le statut de territoire d'outre-mer hybride (unifié par la loi interne de 1946, mais en deux parties séparées en droit international) sera conservé (de même que les anciens traités relatifs à la tutelle des Nations unies sur les Comores et à l'acquisition antérieure de l'île de Mayotte) quand sera créée plus tard entre 1958 et 1960 l'éphémère Communauté française, et ensuite la République française (où le territoire d'outre-mer continuait à avoir le double statut international). La résolution non contraignante des Nations unies s'appuie principalement sur les déclarations de volonté du gouvernement français faites seulement quelques mois avant l'organisation du scrutin d'autodétermination, qui n'ont pas la force contraignante de la loi (la France s'attendait même à ce que Mayotte vote aussi pour sa propre indépendance, comme les autres îles, mais a été surprise de l'importance du non à l'indépendance conjointe avec le reste des Comores, dans cette île française depuis plus longtemps même que d'autres départements français métropolitains et dont la souveraineté française n'avait pas été contestée avant 1958).

La France s'oppose depuis aux prétentions territoriales des Comores sur Mayotte, et sur l'indivisibilité de l'archipel qui n'a fait l'objet d'aucun traité international reconnaissant leur union (et les îles étaient elles-mêmes divisées en royaumes ou sultanats distincts avant même l'acquisition française de Mayotte). Les Comores, quant à elles, défendent aussi une position basée sur une coutume plus ancienne quand divers peuples (venant de différents empires médiévaux) allaient assez librement d'une île de l'archipel à l'autre ou ont pu les occuper partiellement, souvent par la force (mais sans réelle reconnaissance internationale de leur unité).

En pleine guerre froide, la France a le projet d’y implanter une base militaire navale dotée d’un port en eau profonde. Ce projet ne verra pas le jour, mais sera compensé par l’implantation d’une station d’écoute du réseau satellitaire français d’espionnage des communications (réseau Frenchelon), mise en service en 2000 sur l'île de Petite-Terre[76] : le centre d'écoute militaire des Badamiers.

Le 6 février 1976, la France oppose son droit de veto au Conseil de sécurité des Nations unies pour empêcher l'adoption d'un projet de résolution lui demandant d'engager des négociations avec le gouvernement comorien en vue de la rétrocession de Mayotte et de renoncer à la tenue d'un nouveau référendum[77],[78]. Une telle résolution, si elle avait été adoptée, aurait eu pour conséquence de placer de force les Mahorais sous domination de l'État comorien.

Ce second référendum a lieu le [8],[9] et confirme par un taux de 99,4 % (82,3 % des inscrits, 9580 voix pour et 13 contre) le choix de la population de Mayotte de rester au sein de la République française. Par résolution no 31/4 du 21 octobre 1976, l'Assemblée générale des Nations unies, considérant ce référendum comme nul et non avenu, condamne la présence française à Mayotte[79], cependant que la France argue que cette résolution ne constitue qu'un avis dépourvu de force juridique. L'Assemblée générale de l'ONU s'appuie sur la déclaration du , « sur l'octroi de l'indépendance aux pays et peuples colonisés », point no 6 sur la préservation de l'intégrité territoriale, malgré le point no 2 sur le droit à l'autodétermination et le fait que les Comores n'ont jamais constitué un pays uni par le passé. Dans sa résolution du 6 décembre 1994[80], l'Assemblée générale de l'ONU a rappelé et confirmé l'appartenance de Mayotte à l'État comorien à ses yeux. Depuis 1995, la question de Mayotte n'est plus venue à l'ordre du jour de l’Assemblée générale de l'ONU.

Enfin la France ne souhaite pas aller contre la volonté populaire exprimée par les trois référendums qui se sont succédé à Mayotte, qui ont montré à chaque fois une adhésion très forte de la population locale à la spécificité de l'île et à rester attachés à la France, plutôt que de rejoindre la nouvelle République fédérale islamique des Comores (devenue plus tard Union des Comores après de sévères troubles politiques), ainsi que la volonté populaire exprimée très tôt par les représentants politiques locaux (avant l'indépendance des Comores) vers sa départementalisation (ils se sont opposés au transfert en 1946 du chef-lieu administratif du nouveau territoire d'outre-mer de Mayotte vers la Grande Comores), une option qui leur a ensuite été proposée lors de la création de la Communauté française en 1958 en même temps que les Comores et tous les autres territoires d'outre-mer (avec aussi celle de l'indépendance, ou celle d'un état libre associé, ou le maintien en tant que territoire d'outre-mer), mais pas accordée avant 2009 (quand s'est également ajouté le choix du nouveau statut de collectivité d'outre-mer pour remplacer celui de territoire d'outre-mer).

Un département et région d'outre-mer depuis 2011Modifier

 
Mayotte représentée sur la carte des départements français.

L'organisation par la France d'un référendum sur la départementalisation de Mayotte est contestée en 2008 par le président de l'Union des Comores[81], mais à la suite de ce référendum du sur la départementalisation 95 % des votants (soit 57 % des électeurs) confirment une nouvelle fois leur volonté de rester français.

Le , le Département de Mayotte est devenu officiellement le cent-unième département de France et son cinquième département d’outre-mer[82]. À la suite de ce changement de statut, des négociations sont engagées avec l'Union européenne pour que l'île entre dans le territoire de l'Union, en remplaçant son statut de pays et territoires d'outre-mer (PTOM) contre celui de région ultrapériphérique (RUP), comme les autres départements d'outre-mer de France. Mayotte intègre l'Union en 2014[83].

Manifestations et violences d'octobre 2011Modifier

Dès l'automne 2011, d'importants mouvements de contestation contre l'augmentation du coût de la vie viennent troubler la vie sociale et économique du nouveau département[84]. Pendant plusieurs semaines, des manifestations se succèdent. L'île est progressivement paralysée et les actes de violence se multiplient. Des magasins sont pillés, des barrages sont montés.

Les gendarmes mobiles chargent à plusieurs reprises[85] ; un manifestant meurt dans ces affrontements et un autre est grièvement blessé[86]. Les médias de la métropole observent un silence quasi-général sur les événements[87]. Le gouvernement nomme alors un médiateur afin de dénouer la crise[88].

Depuis, les grèves pour les revendications de différents droits sont quasi-annuelles : beaucoup d'entreprises sont en situation de monopole (comme Total), et l'île est très facile à bloquer entièrement même pour un groupe réduit, n’étant pourvue que d'un seul port et d'une seule route principale, circulaire.

Pénurie d'eau 2016-2017Modifier

Mayotte a été confrontée à une grave pénurie d'eau[30]. La production en eau potable dépend en effet largement des précipitations dans l'île, qui a connu une situation de sécheresse critique due à une saison des pluies tardive fin 2016, début 2017. Les ressources proviennent à 80 % des eaux de surface des rivières et des retenues collinaires[26], ce qui rend l'île particulièrement vulnérable aux aléas climatiques. Est mise en cause aussi la vétusté du réseau de distribution, l'augmentation de la consommation (+20 % en quatre ans) et la déforestation massive. Pour remédier à ces problèmes, outre la livraison d'eau par tanker, il est prévu de nouveaux forages pour diversifier la ressource en eau, la construction d’une deuxième usine de dessalement d’eau de mer et la construction de la troisième retenue collinaire[89].

Mouvement social contre la violence à Mayotte en 2018Modifier

À la suite de plusieurs caillassages de bus scolaires par des bandes de jeunes délinquants en janvier 2018 puis à un véritable assaut coordonné du lycée de Kahani[90], plusieurs établissements scolaires font valoir leur droit de retrait, et la société gérant le transport scolaire se déclare en grève illimitée. Plusieurs manifestations contre la violence, l'insécurité et l'immigration comorienne ont lieu[91]. Le mouvement grossit à partir du 20 février pour déboucher sur une « grève générale »[92], avec blocages routiers et opérations « île morte », ainsi que des manifestations de plusieurs milliers de personnes[93].

De nombreux élus se joignent aux manifestants pour réclamer l'aide du gouvernement, et Laurent Wauquiez (président du parti Les Républicains), venu soutenir son candidat à la législative partielle, profite de son séjour pour critiquer le manque de réactivité du gouvernement[93].

Le , face au constat de l’enlisement du mouvement et aux débordements de plus en plus préoccupants de certains groupes de manifestants, Dominique Sorain, jusqu'alors directeur de cabinet de la ministre des outre-mer Annick Girardin, est nommé préfet de Mayotte et « délégué du gouvernement », en remplacement de Frédéric Veau, appelé à d'autres fonctions[94]. La ministre annonce un renforcement des services de l’État et des discussions avec l'intersyndicale[1]. Le nouveau préfet, accompagné d'une équipe interministérielle, arrive sur l’île le . Malgré des réunions menées dès le week-end avec les acteurs du conflit et l'appel de l'intersyndicale et du Collectif à la levée des barrages routiers, de nombreux points de blocage subsistent les jours suivants. Le matin du , le préfet fait ouvrir par la gendarmerie le barrage entravant l'accès au port de Longoni[95]. Les jours suivant, l'ensemble des barrages sont progressivement levés.

Le , une délégation d'élus mahorais est reçue par le Premier Ministre et la ministre des outre-mer à Matignon. Edouard Philippe fait une déclaration au cours de laquelle il rappelle d'abord les mesures d'urgence prises par le gouvernement, en particulier pour la sécurisation des transports scolaires. Il annonce les grandes orientations d'un plan de rattrapage pour Mayotte, sur les thèmes de la sécurité, la santé ou encore les infrastructures. Il aborde également la question des relations avec l'Union des Comores, ainsi que des projets visant à la déconcentration des décisions, notamment par la création d'une Agence Régionale de Santé pour Mayotte et la création d'un rectorat de plein exercice[96].

AdministrationModifier

Mayotte est depuis 2011 une collectivité territoriale unique, où une seule institution, le Conseil départemental de Mayotte, exerce à la fois les compétences d'un département et d'une région, dans le cadre de l'identité législative.

Statut juridiqueModifier

La loi du relative à Mayotte prévoit l'application progressive du droit commun français à Mayotte, dans la perspective de l'évolution vers le statut de département d'outre-mer (DOM). Cette loi a fait de Mayotte une collectivité départementale, dotée d'un conseil général, et d'une administration décentralisée, en place depuis le , ce statut subsistant jusqu'au . Depuis 2001, les règles applicables à Mayotte figurent au code général des collectivités territoriales. La loi organique du a réécrit ce statut, en prolongeant la logique de la loi de 2001. Ensuite, après le , hormis quelques matières (fiscalité, urbanisme, droit social...), l'identité législative régit le régime législatif de Mayotte : cela signifie que le droit commun sera applicable, comme dans les DOM.

L'État français est représenté jusqu'au par un commissaire du gouvernement faisant fonction de préfet, puis par un préfet de plein exercice depuis cette date. En matière d'éducation nationale, Mayotte constitue un vice-rectorat (rattaché à la Réunion), qui devrait évoluer vers le statut de rectorat à partir de 2019.

Le changement de statut de l'île se traduit aussi en termes d'enjeux environnementaux pour lesquels les collectivités locales ont une responsabilité croissante[97].

DépartementalisationModifier

 
Le conseil départemental à Mamoudzou.

Mayotte est devenu le un département et une région d’outre-mer[Note 1],[98],[Note 2],[98] avec une seule institution, le Conseil départemental de Mayotte.

À l'issue du renouvellement du conseil général en mars 2008, les conseillers généraux de Mayotte ont adopté le vendredi une résolution (à l'unanimité) invitant le gouvernement français à transformer la collectivité en DOM. Il appartenait donc au gouvernement de consulter dans les douze mois la population de Mayotte sur le processus de départementalisation. Toutefois l'ONU et les Comores avaient prévenu qu'elles considéraient comme étant nulle et non avenue toute consultation qui serait organisée dans le cadre de la départementalisation de l’île comorienne de Mayotte[99]. La consultation a eu lieu le [100],[101], selon l'engagement du président de la République, Nicolas Sarkozy. L'ensemble des organisations politiques locales se sont prononcées en faveur du « Oui ». La participation a été marquée par une forte abstention (38,63 %). Le « Oui » l'a emporté avec plus de 95,2 % des suffrages exprimés[102].

Une loi organique et une loi ordinaire précisant les conditions de cette transformation effective au lendemain des élections cantonales de 2011, la collectivité étant alors régie par l'Article 73 au lieu de l'Article 74, sont examinées à l'automne 2011. La loi prévoit des aménagements transitoires comme la création seulement en 2014 d'une fiscalité locale[103].

Mayotte est donc devenu[104] le cent-unième département français et le cinquième en Outre-mer avec la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et La Réunion, le . Elle exerce les compétences dévolues aux départements d’outre-mer et aux régions d’outre-mer, la même assemblée exerçant les compétences du conseil général et celles du conseil régional. La loi organique prise à cet effet a été validée par le Conseil constitutionnel[105]. Les deux lois (organique et ordinaire) ont été promulguées le et publiées au Journal officiel du 8 décembre.

Ce nouveau statut ne fait pas entrer automatiquement le cent-unième département dans la catégorie des régions ultrapériphériques. La demande d’intégration de Mayotte comme partie intégrante de l'Union européenne (UE) est approuvée par le Conseil européen le [106]. Selon cette décision, Mayotte conserve son statut de pays et territoire d'outre-mer jusqu'au et devient, le , la neuvième région ultrapériphérique de l'Union[83].

La départementalisation, menée à la hâte, a été qualifiée par la Cour des comptes de « fuite en avant » et de réforme « insuffisamment préparée et pilotée »[107] dont le coût et les risques financiers n'ont pas été évalués[108].

En 2018, la même Cour des Comptes épingle encore le département de Mayotte, en particulier pour sa gestion des ressources humaines jugée désastreuse, et héritière de décennies de recrutement de complaisance ayant abouti à la titularisation de responsables sans qualification ni efficacité, mais au coût salarial et fonctionnel (logements et voitures de fonction, frais de mission) exorbitant. Ainsi, en 2017, la seule charge salariale représentait plus d'un tiers du budget total du département, alors que l'inoccupation, l'absentéisme et les nombreuses défaillances rendent en même temps ce conseil départemental extrêmement dysfonctionnel et inefficace dans ses missions majeures[109]. Des irrégularités proches de l'infraction ont également été notées : des agents ont continué à être rémunérés par le département plusieurs années après l’avoir quitté, plusieurs directeurs ont été nommés alors qu'ils n'avaient ni le grade ni le niveau d'étude correspondant à leur fonction, et des élus dépensent plus du double de leur budget en frais de mission[109]. Plus généralement, la Cour relève « Voyages et mission bidon, copinage pour les embauches, sureffectifs, primes illégales, désorganisation, petits et grands arrangements avec la réglementation, directeurs sans compétences, services fantôme, emplois fictifs, titularisation à gogo »[110].

Évolution vers le droit communModifier

À la suite de la départementalisation, Mayotte reste soumise à un régime juridique dérogatoire dans plusieurs domaines mais évolue progressivement vers le droit commun. Le code du travail applicable à Mayotte[111] est ainsi abrogé au profit du code du travail de droit commun dont la partie législative devient applicable à partir du [112].

Divisions administrativesModifier

Articles détaillés : Communes de Mayotte et Cantons de Mayotte.

CommunesModifier

 
Communes de Mayotte.

Mayotte compte dix-sept communes[113]. À chaque commune correspond un canton excepté pour Mamoudzou qui en regroupe trois, ce qui fait dix-neuf cantons[114]. Chacune des dix-sept communes regroupe le plus souvent plusieurs villages. Contrairement aux autres départements qui comportent plusieurs arrondissements ou un seul (pour Paris et le Territoire de Belfort), Mayotte ne comporte officiellement aucun arrondissement[115] ; son territoire peut toutefois être assimilé à un arrondissement unique avec une préfecture siégeant à Dzaoudzi, qui est le chef-lieu administratif[116],[117], bien que Mamoudzou accueille le siège du conseil départemental et l'essentiel des services de la Préfecture[118].

Les communes les plus peuplées sont Mamoudzou, Koungou, Dembéni et Dzaoudzi.

IntercommunalitésModifier

Entre 2014 et 2015, une communauté d'agglomération et quatre communautés de communes ont été créées.

Élus de MayotteModifier

Les habitants de Mayotte sont représentés à l'Assemblée nationale depuis juin 2017 par deux députés, Ramlati Ali (SE) et Mansour Kamardine (Les Républicains) ainsi qu'au Sénat par deux sénateurs : Thani Mohamed Soilihi (DVG) et Abdallah Hassani (DVG).

Vie politiqueModifier

En 1958, cinq territoires d'outre-mer, faiblement peuplés, choisissent de conserver leur statut et de ne pas devenir des États au sein de la nouvelle Communauté française : il s'agissait de Saint-Pierre-et-Miquelon, de la Côte française des Somalis (qui malgré tout prendra son indépendance sous le nom de Djibouti), du Territoire des Comores (l'ancien protectorat plus l'ancienne colonie de Mayotte), de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française. Ces TOM continuèrent d'envoyer des représentants à l'Assemblée nationale, mais en raison du délai de l'exercice de l'option, ils ne purent participer aux élections législatives des 23 et 30 novembre 1958, les premières de la Ve République. Le siège de député de Mayotte remonte donc à celui des Comores, depuis que, par son vote du (« Oui » à 99,4 %, soit 82,3 % des inscrits[8]) a maintenu ses liens avec la France.

En 1978, c'est l'UDF Younoussa Bamana qui a été le premier député élu, puis réélu, dans cette collectivité territoriale de 19 000 électeurs. Avec l'élection de François Mitterrand, c'est Jean-François Hory, proche du PRG qui est alors élu (alors que Valéry Giscard d'Estaing avait obtenu 89,9 % des voix peu de temps auparavant). En 1986, c'est un centriste, originaire de la Martinique, Henry Jean-Baptiste, qui est élu, puis réélu en 1988 1993 et 1997. En 2002, le RPR-UMP Mansour Kamardine, 1er vice-président du conseil général, est élu face au candidat UDF-MDM qui briguait la succession du député sortant.

Lors des élections législatives de 2007, Abdoulatifou Aly (Mouvement démocrate), candidat de la Force de l'Alternance du Mouvement départementaliste mahorais (une dissidence du Mouvement départementaliste mahorais) est élu au second tour contre Mansour Kamardine.

En 2007, le projet de départementalisation de Mayotte s'accélère sous l'impulsion du député Mansour Kamardine qui obtient l'adoption d'une loi de consultation sur la départementalisation. En 2008, le secrétaire d'État Roger Karoutchi a annoncé le 24 janvier qu'à l'issue des élections de mars, le conseil général, s'il le souhaitait, adopterait une résolution pour que Mayotte devienne un département-région. Or, à la suite des élections cantonales de mars 2008, Ahmed Attoumani Douchina conseiller général du canton de Kani-Kéli (UMP), a été élu président du conseil général par treize voix contre cinq et un bulletin nul, succédant à Saïd Omar Oili, sans étiquette, président du Nouvel élan pour Mayotte (NEMA). Le nouveau président a été élu par une coalition UMP-PS-MDM (le MDM est issu du Mouvement populaire mahorais) favorable à une telle évolution qui était alors attendue pour 2008 ou 2009[119]. L'ONU et les Comores avaient alors prévenu qu'elles considéraient comme étant nulle et non avenue toute consultation qui serait organisée dans le cadre de la départementalisation de l’île comorienne de Mayotte[99]. Le référendum pour la départementalisation a eu lieu le .

Lors de sa visite, le ministre de l'Outre-mer Christian Estrosi a évoqué la possibilité de revenir sur le droit du sol pour décourager l'immigration illégale, mais cette idée n'a pas été reprise par son successeur, Yves Jégo.

Le statut de DOM est peut-être incompatible avec le maintien du statut personnel (voir plus bas), la question n'est d'ailleurs pas claire à ce sujet, dès lors que par exemple des Guyanais, Wallisiens ou Néocalédoniens disposent déjà d'un tel statut, et que la Constitution « protège » déjà le statut personnel partout sur le territoire de la République.

La départementalisation suppose des évolutions notables, dont certaines sont mises en œuvre depuis 2003 sous l'impulsion du député Mansour Kamardine : l'âge légal minimum des femmes pour se marier est relevé de 15 à 18 ans, les mariages polygames sont interdits, même si les situations acquises ne sont pas remises en cause, la justice cadiale cède la place à une justice civile. Les minimaux sociaux seront aussi progressivement augmentés, en commençant par les deux seuls en vigueur, ceux pour les adultes handicapés et les personnes âgées. De même, la transformation de Mayotte en DOM devrait permettre l'attribution du revenu de solidarité active (RSA), ce qui explique le lobbying d'une grande partie de la classe politique en ce sens. Le RSA[120] sera versé à partir de 2012, à environ le quart de ce qu'il représente en métropole et sera ensuite progressivement revalorisé sur une période de 20 à 25 ans, en fonction du rythme du développement économique de l'île mais, avec la mise en place d'un cadastre, la taxe d'habitation et la taxe foncière devraient également faire leur apparition.

Fin 2012, la situation sociale à Mayotte reste problématique. 75 % de l'île ne parle que le shimaoré, 48 % des adolescents de 16 à 18 ans sont illettrés et en échec scolaire, 64 % des élèves de CE1 échouent à l'épreuve de français[121].

Drapeaux et blasonsModifier

Articles détaillés : Drapeau de Mayotte et Armoiries de Mayotte.

Les armoiries de Mayotte sont coupées d'azur, au croissant d'argent, et de gueules à deux fleurs d'ylang-ylang d'or boutonnées d'argent, le tout à bordure engrelée d'argent. L'écu est soutenu par deux hippocampes d'argent de profil et posé sur une ceinture du même contenant la devise : Ra Hachiri (« Nous sommes vigilants » en shimaore)[122]. Le croissant symbolise à la fois l'Islam et l'archipel des Comores (Kamar signifie « Lune » en Arabe), tandis que l'engrelement d'argent symbolise la barrière de corail qui entoure l'île[14].

Le drapeau du département de Mayotte est composé des armoiries de la collectivité en son centre sur fond blanc, de la mention « MAYOTTE » en rouge ainsi que de la devise Ra Hachiri (« nous sommes vigilants » en mahorais). Il n'est pas reconnu officiellement[123],[124].

Le drapeau de la France (bleu, blanc, rouge) est le drapeau officiel de Mayotte.

SociétéModifier

DémographieModifier

Article détaillé : Démographie de Mayotte.
 
Une grande partie de la population vit dans des cases en tôle, improprement appelées « bangas ».

Mayotte est le plus petit département d'outre-mer français, et le moins peuplé ; cependant c'est aussi le territoire avec la plus forte croissance démographique[125], et la population de l'île devrait bientôt dépasser celle de la Guyane. Mayotte est cependant largement en tête en termes de densité de population.

Le recensement de 2017 a dénombré 256 518 habitants, contre 212 645 lors du recensement de 2012 et 186 452 habitants en 2007. Cela en fait le département français avec le plus fort taux de croissance démographique (3,8 % par an), ainsi que la plus importante densité hors départements d'Île-de-France (682 hab./km2)[126]. À titre de comparaison, le second DOM le plus densément peuplé est la Réunion, avec seulement 339 hab./km2, soit moins de la moitié de la densité mahoraise[14]. Mayotte a une population très jeune : six Mahorais sur dix étaient âgés de moins de 25 ans en 2012 et trois sur dix avaient moins de 10 ans[127].

Les chiffres officiels de la population sont toutefois contestés du fait de la grande proportion de clandestins, et certains acteurs locaux avancent des estimations de population beaucoup plus importantes, entre 300 000 et 500 000 habitants, mais ces estimations, fondées essentiellement sur un ressenti populaire, sont considérées comme fantaisistes par l'INSEE[126].

La croissance démographique est extrêmement forte à Mayotte, du double fait de la fécondité et de l'immigration importantes : la population a été multipliée par 7 entre 1950 et nos jours[125]. Mayotte comptait 3 000 habitants à son achat par la France dans les années 1840 ; en 1911 ils sont 11 000, et encore seulement 67 205 en 1985[125]. Mayotte a même la plus forte croissance démographique de tout le continent africain, à l'exception du Niger, pays le plus jeune de la planète[14].

L'amélioration des conditions d'hygiène, de santé publique (médecine rurale, préventive, gratuite pour tous jusqu'en 2005) et du niveau de vie a eu pour conséquence une diminution du taux de mortalité passé de 25  habitants lors du recensement de 1958, à 7,36  en 2008. Le taux de mortalité estimé en 2015 est de 2,8 , mais il est considéré comme sous-évalué par l'Insee.

En 2015, l'indice de fécondité s'élève à 5,03 enfants par femme[128]. En 2017, le CHM de Mayotte fut encore une fois la première maternité de France, avec 9 800 naissances[129], ré-élevant comme chaque année son propre record national[125].

Quant au taux d'accroissement annuel de la population, il est le plus élevé de France avec 3,8 % de 2012 à 2017, devant la Guyane qui est à 2,4 % (de 2009 à 2014). Selon une projection de l'ONU, la population pourrait atteindre 497 000 habitants en 2050[130].

Actuellement, plus d'un habitant sur deux a moins de 20 ans à Mayotte (contre 1/3 à la Réunion et 1/4 en métropole)[125].

On estime que 84 % de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté à Mayotte[93]. L'indice de développement humain pour Mayotte a été estimé à 0,75[131], ce qui selon les auteurs de l'estimation placerait Mayotte à la soixante-dixième place du classement mondial (non loin de l'Algérie).

Les conditions matérielles d'une importante partie de la population demeurent très faibles, avec une extension des bidonvilles qui est sans doute la première d'Europe : « 28 % des logements ne disposent pas d'eau courante, 59 % n'ont pas de toilettes à l'intérieur de l'habitation et 52 % n'ont ni baignoire ni douche »[132].

Malgré l'espérance de vie moyenne la plus basse de tous les départements français (76,3 ans, comme la Jamaïque ou l'Argentine)[133], Mayotte compte quelques personnes très âgées dont la doyenne des Français, Tava Colo, officiellement née le à Passamaïnty et donc âgée de plus de 115 ans[134].

VillesModifier

La forte croissance démographique de Mayotte se manifeste par une accélération de l'urbanisation. Mamoudzou, chef-lieu du département et principale ville, compte 71 437 habitants en 2017, contre 53 022 dix ans auparavant. Elle est au cœur d'une aire urbaine de 227 245 habitants en 2017 (soit 38 803 habitants supplémentaires par rapport à 2012). La deuxième commune la plus peuplée, Koungou (32 156 habitants en 2017), est limitrophe de Mamoudzou, et ce sont les communes de la Grande Terre proches du chef-lieu qui se développent le plus[2].

L'autre aire urbaine du département, celle de Dzaoudzi (29 273 habitants en 2017), correspond à la Petite Terre.

SantéModifier

Mamoudzou est l'unique ville où se trouve un hôpital (le CHM, Centre Hospitalier de Mayotte), dont des annexes sont ouvertes à Dzaoudzi (sur Petite-Terre), Chirongui, Kahani et Dzoumogné[135]. Depuis 2001, le CHM dispose d'un service de santé mentale[136]. La capacité totale de l'hôpital est de 411 lits[37].

Des maternités dites intercommunales sont ouvertes : Mramadoudou au sud de l'île (2005) et Kahani commune de Ouangani au centre (2006). La maternité de Dzoumogné au nord est construite au début de 2010 et terminée au milieu de 2010 par la société SMTPC filiale du groupe VINCI.

Cela dit, la grande majorité des naissances a lieu à Mamoudzou : 54 % des naissances annuelles dans l'île en 2003, 57,3 % en 2004[137].

Depuis le , les soins ne sont plus gratuits sur le territoire. Les patients doivent présenter une carte de Sécurité sociale ou acquitter un droit forfaitaire auprès des structures de soins publics ou des honoraires auprès d'un médecin privé.

Il existe aussi une quinzaine de dispensaires dans les villages[37], qui se partagent les rares médecins de garde[135]. Ils sont appuyés par qQuatre hôpitaux intercommunaux, ou dispensaires de référence : antenne du CHM de Petite-Terre (Dzaoudzi), hôpital Sud (Chirongui), hôpital Centre (Kahani), hôpital Nord (Dzoumogné)[37].

L'île est le territoire français le plus dépourvu en termes de personnel médical, puisqu'on ne compte à Mayotte que 0,18 médecins pour 1 000 habitants, contre 2 en Métropole (et 1,8 à la Réunion)[138].

Depuis 2005, des infirmiers s'installent en libéraux, assurant les soins à domicile.

Bien qu'il soit possible de bénéficier de la Couverture Maladie Universelle à Mayotte, les habitants ne peuvent bénéficier de la CMU-Complémentaire comme en métropole.

Le paludisme, la dengue et le chikungunya sont signalés sur l'île, tous transmis par les moustiques[135], mais les infections sur les personnes en bonne santé résidant dans des conditions d'hygiène acceptables sont rares. Les rats sont parfois vecteurs de leptospirose[135] et une espèce d'escargots géants invasifs (Lissachatina fulica) pourrait transmettre une forme de méningite (Angiostrongylose)[139].

EnseignementModifier

L'analphabétisme est extrêmement important dans l'île. En 2000, il concerne 35 % des hommes et 40 % des femmes[140]. Selon les données JDC de 2015, 50,9 % des jeunes seraient en situation d'illettrisme[141]. 71 % de la population ne possède aucun diplôme[142].

Plus de 100 000 mineurs sont scolarisés à Mayotte, ce qui en fait une des académies les plus peuplées de France, loin devant Paris[143].

L’enseignement est administré dans le département par le vice-rectorat de Mayotte[144]. Depuis juillet 2018, c'est le germaniste Stephan Martens, ancien recteur de la Guadeloupe, qui assume cette fonction[145].

Il y a 21 collèges et 11 lycées[146], dont le lycée de Sada, le lycée Younoussa-Bamana de Mamoudzou, le lycée Mamoudzou Nord de Kawéni, les lycées du Nord, de Dembéni, de Petite-Terre et de Chirongui[144].

La situation éducative à Mayotte est préoccupante : le SNES annonce qu'il y a jusqu'à 30 élèves par classe en collège classé REP+ et jusqu'à 38 élèves par classe au lycée, tous les collèges ont par ailleurs été classés REP ou REP+ pour la rentrée 2015[147]. Le constat de l'augmentation des effectifs d'élèves cumulé au manque d'investissements des établissements marque les difficultés rencontrées pour répondre aux besoins de l'éducation primaire et secondaire. La ministre des Outre-mer Annick Girardin avoue ainsi début 2018 « pour être au rendez-vous, il nous faudrait créer une classe par jour »[93].

L'éducation scolaire apportée à Mayotte par les enseignants n'est globalement pas à remettre en cause, sauf en ce qui concerne le grand nombre de professeurs contractuels, dont le niveau de formation n'est pas toujours à la hauteur[148].

La coupure entre la génération Y et leurs aînés pose le problème du suivi des devoirs à la maison. Le français, bien que langue officielle, est peu utilisé au domicile, ce qui compromet l'adaptation aux études et entraîne progressivement l'échec scolaire. En général, les jeunes mahorais ne se rendent compte de leurs lacunes qu'en terminale. En une année, certains tentent alors de rattraper le retard des acquisitions censées être intégrées depuis le collège, mais les chances de réussite dans les études supérieures de niveau national demeurent très faibles.

Hors Mayotte, les moyens financiers octroyés aux étudiants pour leurs études en métropole ne semblent pas suffire[149]. En outre, un fort taux d'échec est observable au niveau des études supérieures des étudiants mahorais dans l'hexagone[150]. L'ouverture de l'Université sur l'île devrait permettre une meilleure prise en charge de l'enseignement supérieur.

Le Centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte est un établissement français d'enseignement supérieur situé sur l’île de Mayotte, à Dembéni, et créé en 2011[37]. Il est rattaché à différentes universités de la métropole (notamment Nîmes pour la mise en place administrative, et pour la pédagogie Aix-Marseille, Rouen, Montpellier et Nîmes[37]). Les autorités mahoraises espèrent une évolution prochaine du centre vers une université de plein exercice. En 2018, le CUFR compte treize formations différentes, dont six licences universitaires (droit, administration économique et sociale, lettres modernes, géographie, sciences de la vie, mathématiques), deux licences professionnelles et des formations d'instituteurs[151]. Pour l'instant, les élèves désirant poursuivre en master devant partir à la Réunion ou en métropole (sauf formation des instituteurs par le master « Métiers de l'enseignement, de l'éducation, et de la formation »).

ImmigrationModifier

Article détaillé : Kwassa kwassa (Comores).
 
Un kwassa kwassa, canot de pêche utilisé par les passeurs pour se rendre à Mayotte.

En mars 2018 la population immigrée est estimée à 45 % de la population adulte de l’île[93]. 95 % des étrangers sont de nationalité comorienne ; en 2012, 39 % de ces étrangers étaient nés sur le territoire mahorais, essentiellement des mineurs qui pourront donc prétendre à la nationalité à leur majorité[14].

Mayotte est confrontée à une immigration clandestine importante[108], et on estimait en 2012 qu'un habitant sur trois serait un étranger en situation irrégulière[152]. Depuis mai 2014, le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (CESEDA) s'applique à Mayotte[153].

En 2011, près de 22 000 sans-papiers, souvent originaires des Comores voisines, ont transité par le centre de rétention administrative (CRA) de Pamandzi. La capacité du centre de rétention est limitée, à la fin de l'année 2012, à cent places, légèrement étendue en 2014[152].

Environ 12 000 personnes auraient trouvé la mort en tentant de rejoindre Mayotte dans des embarcations de fortune[154], ce qui fait du bras de mer séparant Mayotte d'Anjouan le premier cimetière marin au monde[155].

De nombreuses associations (comme l’Association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers) et personnalités mahoraises dénoncent une complicité active de l’État comorien dans ce drame[14] : l'usine qui produit les fragiles embarcations à Anjouan n'a jamais été inquiétée, et sur les 450 à 500 départs estimés chaque année, les autorités comoriennes en interceptent à peine un, laissant ainsi prospérer cette sinistre industrie de mort[156], et abandonnant l'ensemble de la gestion de ce drame humanitaire à l’État français, de l'autre côté de l'océan[157].

MédiasModifier

 
Logo de Mayotte La 1ère, média public local (membre du réseau France Télévisions).

Le , le département accède « pour la première fois » à l'internet haut débit après avoir été raccordé au câble sous-marin Lion 2 de France Télécom-Orange[158]. Depuis, la 4G a fait une arrivée remarquée dans l'île, dès lors bien mieux connectée à la métropole.

Les médias métropolitains demeurent difficiles à se procurer à Mayotte, en dehors de l'aéroport (qui les reçoit avec un retard parfois important). Seules quelques radios nationales comme France Inter sont diffusées[159].

Mayotte dispose de plusieurs organes de presse locaux, dont une chaîne de télévision publique (Mayotte Première) et une privée (Kwézi TV), des radios (Mayotte Première, Kwézi FM, Yao FM, RMJ, Radio Dziani, Ylang FM, Caribou FM...), des quotidiens (Flash Infos, Le Journal de Mayotte, Les Nouvelles de Mayotte, France Mayotte Matin), un hebdomadaire généraliste (Mayotte Hebdo) et quelques autres titres plus spécialisés, à diffusion plus espacée (Mayotte Magazine, Memento, Glitter, Swiha, Fantasia...)[159].

SécuritéModifier

Mayotte est le département français avec le plus fort taux de délinquance[160]. On note cependant un taux de criminalité relativement inférieur aux autres départements d'outre-mer (notamment la Guyane)[160], sans doute liée à l'absence relative de grandes organisations criminelles et de trafic d'armes ou de stupéfiants.

Mayotte est particulièrement en tête pour les cambriolages, atteignant en 2016 près de deux faits pour cent logements[160]. L'île est également le premier département français pour les coups et blessures volontaires (hors sphère familiale), atteignant 5,1 faits pour 1 000 habitants en 2016[160], et un total de 1 838 faits déclarés en 2017 (pour une population de 256 518 habitants, soit une agression pour 139 habitants)[161]. Une partie de ces violences sont toutefois à imputer aux rixes intervillageoises et autres bagarres de bandes de jeunes[161].

Mayotte est cependant seconde ex-aequo en matière de vols avec violence (3,3 pour 1 000 habitants[161]), derrière la Guyane et à égalité avec la Guadeloupe[161] (contre 1,5  en Métropole et 1,4  à la Réunion).

Une partie de ces chiffres sont cependant en baisse depuis 2015 (diminution de la délinquance générale de 9 % en 2017 après deux années de hausse significative[161]), et le taux d'élucidation par les forces de l'ordre est en hausse constante. Une prison moderne de 278 places existe à Majicavo (commune de Koungou).

La statistique la plus préoccupante à Mayotte est le nombre de mineurs délinquants, en hausse continue depuis la départementalisation : 1 505 mineurs ont ainsi été placés en garde à vue en 2017 (30,3 % des mis en cause), mais leur âge et leur nombre limitent les possibilités de mesures coercitives[161]. Un centre éducatif renforcé, l'Action Educative en Milieu Ouvert (AEMO) a ouvert en 2018, avec 400 places[162]. Mais plus la moitié de la population de l'île est mineure, et la ministre Nicole Belloubet estime à « entre 3 000 et 6 000 » le nombre de mineurs isolés[163], sans aucun tuteur légal (parents expulsés ou décédés, enfants abandonnés...). Seulement « une infime partie » est prise en charge par l'Aide sociale à l'enfance (ASE)[163].

La principale drogue en circulation à Mayotte depuis 2011 est appelée « la chimique » : il s'agit de tabac à rouler trempé dans une solution d'alcool à 90° dans lequel on aura dilué un cannabinoïde de synthèse concentré, généralement coupé avec des restes de médicaments psychotropes (anxiolytiques, anesthésiants vétérinaires, etc) et parfois des détergents ou d'autres produits chimiques. La composition est donc très variable d'un lot à l'autre, tout comme les effets, parfois extrêmement nocifs[164]. La police relève des effets allant de l'agressivité gratuite et extrême à la perte de conscience, en passant par une forme de zombification qui permet d'abuser très facilement d'une personne droguée[164].

Le nombre de tués sur les routes est relativement faible à Mayotte comparé aux autres départements d'outre-mer (huit décès en 2017[161]) : la vitesse maximale est de 70 km/h sur la route nationale, et la fréquence des embouteillages limite sans doute les ardeurs des chauffards.

L'insécurité prononcée sur le territoire exaspère la population et déclenche régulièrement des mouvements sociaux[14], notamment en 1993, 2001 et 2011. De nouveau, le , un vaste mouvement de contestation populaire fait suite à des attaques d'établissements scolaires et de bus, se traduisant notamment par l'érection de nombreux barrages routiers aux points-clés de l'île[92].

ÉconomieModifier

 
Le port de Longoni (commune de Koungou) est le seul port de commerce de l'île, par lequel transite l'essentiel des biens consommés à Mayotte.

Le tertiaire administratif occupe, en 2001, 45 % des salariés de l'île. Outre l'administration, les travaux publics, le commerce et ses services associés sont les principaux employeurs. Malgré une croissance de 9 % par an, le taux de chômage atteint 26 %[93]. Le SMIC à Mayotte est de 63 % inférieur au SMIC national. Le revenu annuel des ménages était de 9 337 euros en 2005 contre 29 696 euros en métropole[165]. Selon l'INSEE, Mayotte souffre plus des inégalités que du niveau moyen de revenu[166].

En 2018, l'île compte 2 360 entreprises, auxquelles s'ajoutent environ 5 300 entreprises informelles (inconnues de l'administration fiscale mais recensées par l'INSEE)[167]. Ces entreprises informelles sont le plus souvent très modestes, et ne constituent que 9 % de la valeur ajoutée générée, pour environ 6 640 employés non déclarés (l'agriculture n'est pas comprise dans ces chiffres). Ce phénomène est dû au fait qu'un grand nombre des entrepreneurs sont des étrangers en situation irrégulière, ce qui les empêche de formaliser leur activité[167].

La propriété du port de Mayotte a été transférée au conseil général[168]. La plupart des produits non locaux sont soumis à un octroi de mer et surtout à la situation de monopole de l'essentiel des importateurs et distributeurs : en conséquence, les prix sont 30 à 50 % plus chers qu'en Métropole. Un Observatoire des prix a été mis en place en 2007 dans le but de contrôler les marges excessives de certaines entreprises (« bouclier qualité-prix »)[169]. Il existe à Mayotte plusieurs supermarchés (essentiellement autour de Mamoudzou), et dans les villages un réseau d'épiceries généralistes de première nécessité appelés « Doukas »[169]. On trouve un grand marché couvert à Mamoudzou, et des marchés paysans à Coconi, Combani et Acoua[169].

Agriculture, élevage et pêcheModifier

 
Un agro-paysage caractéristique à Mayotte, dans la région de Vahibé (près de Passamaïnty).
On distingue les principaux végétaux d'intérêt alimentaire de la région : cocotier, bananier, arbre à pain, papayer, manguier, et champs de manioc.

Mayotte est une île où la population pratique une agriculture vivrière. Le produit national brut (PNB) par habitant n’était que de 1 000 dollars par habitant en 1993. Le taux de chômage s’élevait à 38 % en 1995, mais ne s’élevait plus qu'à 29 % au recensement de 2002[170]. Le revenu minimum d'insertion ne s'applique pas complètement à Mayotte[171].

On dénombre à Mayotte environ 20 000 exploitations agricoles, pour la plupart de taille très modeste[35], ainsi qu'un grand nombre d'exploitations « sauvages » sur brûlis. La superficie agricole utilisée (SAU) est de 22 257 hectares, soit plus de la moitié de la surface de l’île. Les productions agricoles sont principalement les cultures vivrières et notamment le riz et le manioc et les fruits tropicaux, banane (17 000 tonnes en 2003[35]), noix de coco, ananas, papayes, mangues (sept-déc.), oranges (juin-août) et letchi (décembre)[169]. Mais l'on trouve également des cultures spécialisées d'exportation, l'ylang-ylang et la citronnelle utilisés dans la parfumerie, la vanille, la cannelle et le girofle[39], même si la départementalisation et l'alignement de Mayotte sur le droit du travail français a fait fuir les principaux exploitants (comme Guerlain) vers les pays voisins (Comores ou Madagascar), où la main-d’œuvre est moins chère[14]. Le chombo et l'upanga sont des outils traditionnel souvent utilisés[172].

Certaines populations pratiquent une agriculture sauvage en brûlant la forêt pour planter du manioc et des bananes, deux cultures assez productives et demandant relativement peu d'investissement, mais délétère pour l'environnement car entraînant dans ces conditions une érosion importante[52], d'autant qu'elles sont souvent aspergées de nombreux pesticides illégaux.

Un petit élevage bovin, caprin et avicole (production d'œufs) se maintient, mais ne suffit pas à satisfaire la demande de l'île, qui importe l'essentiel de ses denrées alimentaires, y compris de première nécessité.

La mer fournit, outre les poissons de la pêche côtière, espadons, langoustes, mérous et crevettes, sur une Zone économique exclusive (ZEE) de 74 000 km2[35] (dont une faible partie est placée en réserve et interdite de pêche). La pêche demeure peu régulée, faisant peser une menace de surexploitation ou de destruction de l'habitat sur les ressources qui en sont issues : cela concerne en particulier la pêche industrielle au thon. En 2007 a été créée une Commission régionale des pêches maritimes et de l’aquaculture marine (COREPAM), qui a pour mission d’instruire les dossiers de demande de subventions des professionnels du secteur[35].

ÉnergieModifier

EDM (Électricité de Mayotte) est une société anonyme d’économie mixte (SAEM) détenue à 50,01 % par le conseil général de Mayotte, 24,99 % par Électricité de France (EDF), 24,99 % par SAUR International et 0,01 % par l'État. EDM est entrée aux IEG (Industries Électriques et Gazières) le . Elle exerce la mission de service public de production, distribution et commercialisation de l’électricité sur l'île de Mayotte. Ses activités entrent entièrement dans le domaine régulé par la Commission de régulation de l'énergie (CRE). La Direction Générale ainsi que l’ensemble des postes de responsables des pôles opérationnels sont assurés par des agents du Groupe EDF.

Début 2012, le domaine production de l'entreprise se caractérise par les spécificités suivantes :

  • la production est assurée exclusivement par dix-sept moteurs Diesel semi-rapides de puissances et de technologies hétérogènes (de 750 kW à 8 MW), répartis sur deux sites. La « centrale des Badamiers » qui a été mise en service en 1987 sur Petite Terre et la « centrale de Longoni » mise en service en 2009 sur Grande Terre ;
  • la puissance totale installée est de 77,5 MW ;
  • la mise en service de nouveaux moyens de production tous les trois ans pour suivre la forte croissance de la demande et le déclassement progressif des anciens moteurs ;
  • le projet de construction d'une centrale de 36 MW pour l'année 2013 (centrale Électrique de Longoni 2 et l'ajout de trois moteurs thermiques Diesel Wartsila 12V46 (fi) d'une puissance de 12 MW) ;
  • le projet d'une mise aux normes environnementales, dont le traitement des fumées pour l'année 2013.

En 2013, 5,9 % de l’énergie totale (électrique et thermique) sur l’île provient de l’énergie solaire.

Bilan Électrique de Mayotte[173]
2011 2012 2013 Variation (%)
GWh % GWh % GWh % 2012/11 2013/12
Production d'électricité
Électricité primaire 14 5,3 15 5,7 17 5,9 11,5 8,5
dont photovoltaïque 14 5,3 15 5,7 17 5,9 11,5 8,5
Thermique classique 248 94,7 256 94,3 268 94,1 3,0 5,0
Production totale brute 262 100 271 100 285 100 3,5 5,2
Consommation branche énergie (% de la production)
Conso interne branche 14 14 15
Pertes et ajustements 8 11 10
Total conso branche énergie 22 8,4 25 9,3 25 8,6 14 -2,6
Consommation finale d'électricité
Résidentiel 162 67,4 167 68,1 180 69,2 3,5 7,8
Professionnel (tertiaire, industrie, agric., transports) 78 32,6 78 31,9 80 30,8 0,4 2,1
Consommation finale 240 100 246 100 260 100 2,5 6,0

TourismeModifier

 
Plage de sable blanc de l'îlot Mtsamboro.
 
La « Passe en "S" » est un haut lieu de la plongée sous-marine.
 
L'Îlot M'Bouzi, une des réserves naturelles de l'île.
 
Le lac Dziani Dzaha, une curiosité géologique et biologique.
Article détaillé : Liste des plages de Mayotte.

L'île de Mayotte, qui possède des reliefs côtiers forts variés, offre moins de plages de sable blond que ses voisines la Grande Comore, Mohéli, les Seychelles, l'île Maurice et Madagascar, mais présente une grande diversité de littoraux et de couleurs de sable (noir, brun, gris, rouge, beige, blanc...). Son lagon est le plus grand (1 500 km2) et le plus profond de cette partie du monde[41] (et un des plus importants de la planète), et sa double barrière de corail est une curiosité biologique qui ne compte qu'une dizaine d'occurrences sur notre planète[41], hébergeant une grande diversité d'animaux, dont de grands cétacés, fait rarissime.

Le tourisme reste une activité encore peu développée dans l'île, comparé aux autres DROM français (notamment les Antilles, la Réunion et la Polynésie), l'île souffrant de sa réputation de misère et d'insécurité[174]. En conséquence, les capacités hôtelières de l'île sont encore réduites : 1100 lits touristiques[35] répartis sur environ 150 établissements (dont seulement 80 étaient réglementaires en 1997), même si la mode du BnB et du couchsurfing ont beaucoup élargi l'offre : seuls 15 % des touristes séjournent dans un hébergement marchand[175]. 13 hôtels et résidences de tourisme et 34 chambres d’hôtes et gîtes dont 14 possèdent le label touristique local « Ylang »[35].

En 2017, l'INSEE a comptabilisé 62 000 touristes[175], soit une augmentation de 21% par rapport à 2016. Ils étaient en moyenne 50 000 depuis 2014[35], contre 30 000 en 2006, et moins de 20 000 en 1999[176] - tous ces chiffres incluent les escales de paquebots de croisière[177]. Parmi ceux-ci, 44 % venaient de la Réunion et 42 % de la métropole. 69 % du total correspond à des visites familiales (« tourisme affinitaire »), et 16 % à du tourisme de loisir[175]. Les enquêtes de l'INSEE montrent que Mayotte a une excellente image auprès de ces touristes, puisque 95% reconnaissent l'intérêt touristique de l'île, et 93 % déclarent vouloir y revenir prochainement ; de fait, 60 % sont déjà venus[175]. Au total, ces touristes ont rapporté 36 millions d'euros à Mayotte en 2017[175].

Pendant longtemps, il n'y a pas eu de vol direct entre Mayotte et la métropole. En effet, la compagnie réunionnaise Air Austral possédait un quasi-monopole sur la destination, partagé avec la compagnie Comores Aviation, et ne proposait que des vols avec escales à l'île de La Réunion, alors que les Boeing 777 d'Air Austral atterrissent depuis 2005 à Mayotte[178], ce qui a permis une augmentation de l'attrait de cette destination pour les touristes[175]. Corsair offre aujourd'hui cette destination comme une liaison directe entre Paris-Orly et Mayotte[179]. XL Airways France offre quant à elle des vols directs entre Mayotte et Marseille, ainsi que vers Paris. L'Union des Comores est desservie par Inter-îles pour Anjouan, Air Austral pour Moroni.

Actuellement, une grande partie (38%) des touristes viennent de l'île proche de la Réunion[175], venus profiter du grand lagon calme de l'île aux parfums, ainsi que de sa nature plus sauvage et aventurière.

Certaines activités touristiques sont structurées :

  • randonnée au volcan éteint le Dziani Dzaha de Petite-Terre et son lac Dziani ;
  • randonnée au mont Combani et au mont Choungui ;
  • randonnée de la maison du gouverneur ;
  • observation des lémuriens makis de l'îlot Bouzy ;
  • Plongée sur le récif de corail parmi les poissons tropicaux dans la « Passe en "S" », à N'Gouja, à Saziley ou sur la barrière extérieure[180] ;
  • le lagon permet d'observer des tortues vertes et imbriquées (qui viennent pondre sur les plages désertes), des dauphins (commun à long bec, tacheté et tursiops notamment), des baleines et leurs baleineaux (qui viennent y mettre bas)[44] ;
  • activités nautiques ou de détente sur les nombreuses plages de Mayotte ;
  • baignade et visite aux plages isolées des îlots de sable blanc du nord et du sud ;
  • la cascade de Soulou, sur la plage du même nom, est une curiosité naturelle ;
  • la vasière des Badamiers, à Petite-Terre, est un marais riche en biodiversité et en beaux paysages ;
  • l'épave de la goélette à voile Dwyn Wen face aux Badamiers (dont deux mâts sortent encore de l'eau) ;
  • écomusée de la vanille et de l'ylang-ylang ;
  • musée de Mayotte (MuMa) à Dzaoudzi.

Plusieurs associations comme Les Naturalistes de Mayotte proposent des sorties guidées (randonnées, visites, bivouacs...)[181], et plusieurs opérateurs marins accompagnent des touristes à la découverte du lagon et notamment de ses mammifères marins, sans compter les nombreux clubs de plongée sous-marine.

Le comité départemental de tourisme de Mayotte est l'organisme officiel qui administre tout ce qui a trait au tourisme pour le territoire de Mayotte. C'est en soi l'autorité officielle centrale qui veille au développent et à la mise en valeur du tourisme à Mayotte[182],[183].

Culture mahoraiseModifier

Articles détaillés : Culture des Comores, culture swahilie et Zanguebar.

Plusieurs cultures se côtoient à Mayotte, mais la culture mahoraise (d'inspiration swahilie) qui concernait il y a quarante ans 60 % de la population s'est imposée progressivement sous une forme syncrétique à l'ensemble de la population locale. Il reste toutefois dans le sud de l'île des isolats d'une seconde culture malgache, toutefois fortement marquée par la culture mahoraise au point de n'être difficilement discernable qu'au regard avisé. Enfin la culture française comme d'une manière générale, la civilisation occidentale moderne imprègne de plus en plus la culture locale.

LanguesModifier

 
Kani-Kéli est l'une des communes du sud à majorité malgache.
Articles détaillés : Langues à Mayotte et Langues aux Comores.

Le français est la langue officielle. Mais il n'est pas ou peu connu des personnes âgées originaires du monde traditionnel de l'île. Celles-ci, ainsi que la plupart des plus jeunes, maîtrisent une langue africaine bantoue, le shimaoré (dialecte du kiswahili), ou une langue d'origine malgache, le kibushi (dialecte du sakalava), parler vernaculaire du sud au nord ouest de Mayotte. Ces deux langues varient légèrement d'un village à l'autre sous l'influence d'autres dialectes des autres îles Comores. Le shimaore est de facto la lingua franca indigène pour un usage au quotidien, notamment dans les médias.

On estime que l'illettrisme en français concernait en 2000 environ 35 % des hommes et 40 % des femmes. L'Alliance française œuvre pour sa promotion, engagée dans diverses activités culturelles émancipatrices comme les arts martiaux, avant la départementalisation. Toutefois cet illettrisme français est aussi causé par une piètre familiarité avec l'alphabet latin. L'illettrisme en arabe est moindre car la langue et l'alphabet arabes sont enseignés avec assiduité dans les madrassas. Toutefois, depuis la dernière décennie, de gros efforts sur l'instruction ont été menés par l'État, ce chiffre a donc constamment baissé et l'illettrisme ne concerne qu'une certaine catégorie de la population relativement âgée.

Cultures traditionnellesModifier

La culture mahoraise, proche de la culture comorienne, est historiquement une subdivision méridionale de l'importante Culture swahilie, ensemble culturel africain d'origine bantoue et d'influence indienne et arabo-musulmane, présent sur toute la côte est-africaine et une partie des îles de l'océan Indien occidental (région anciennement appelée « Zanguebar »), et dont la principale unité politique historique fut au XIXe siècle le grand sultanat de Mascate et Oman (qui deviendra le Sultanat de Zanzibar fin XIXe siècle, auquel les îles des Comores n'appartinrent cependant jamais formellement). Les Comores constituent toutefois une région satellitaire de cet ensemble culturel - d'où le fait que le shimaoré est linguistiquement légèrement éloigné du kiswahili continental -, marqué par de nombreuses autres influences fortes comme les cultures malgache (très importante à Mayotte, nettement moins aux Comores), persane, indienne ou bien sûr française (la France n'ayant jamais possédé d'autre colonie dans l'aire culturelle swahilie), notamment par le biais des échanges de plus en plus intenses avec la Réunion.

La culture mahoraise est aussi proche de la culture sakalave (Nord Ouest de Madagascar). Le kibushi, langue d'origine malgache, est la langue maternelle d'environ 30% de la population, Mayotte représentant ainsi le territoire le plus occidental de l'aire linguistique et culturelle austronésienne. Des travaux archéologiques récents ont démontré la présence historique de ces traditions dès le IXe siècle, et encore au XIIe siècle dans les sépultures (Accoua et civilisation de Dembeni), ou dans les objets du quotidien[184]. De même, des travaux en génétique botanique ont démontré l'origine asiatique et non africaine des plantes cultivées importées anciennement à Mayotte. Enfin, plusieurs travaux en ethnologie ont démontré que l'organisation collective traditionnelle de la société mahoraise, reposant sur la mère, le rôle dominant de l'oncle maternel (Zama), les principes d'un société égalitaire sont bien plus proches de la société sakalave, malgache que de la société des autres îles de l'archipel des Comores[185],[186].

La société mahoraise traditionnelle est clairement matriarcale[187] : la mère définit la famille et son lieu de résidence[59]. La femme a un rôle déterminant, des tâches économiques de base à la politique en passant par la vie associative. Selon Faouzia Kordjee, présidente et fondatrice de l'Association départementale pour la condition féminine et aide aux victimes, « Mayotte est une société matriarcale. Ici ce sont les femmes qui portent le pantalon ! »[188]. On considère souvent sur l'île aux parfums qu'une femme à tout âge ne peut que s'épanouir ou aller vers le succès de ses diverses entreprises alors que l'homme a atteint sa plénitude à son mariage. On distingue à Mayotte le mariage civil, le mariage religieux « simple » (mafounguidzo) et le « grand mariage » (manzaraka), réservé aux plus fortunés car demandant d'organiser des festivités très codifiées pour plusieurs centaines de personnes[189]. À cette occasion fort coûteuse pour la gent masculine si l'on veut respecter la tradition, la femme reçoit cadeaux et bijoux, si possible en or, qu'elle portait jadis pour afficher son statut social[189], ainsi que d'importantes sommes d'argent qui lui permettent d'établir son foyer. L'autorité de la mère, possédant biens et maisons, forte d'avoir élevé ses enfants et assemblé sa parentèle ou sa descendance, pouvait chasser ou sauver son conjoint lorsque les critères sociaux, communément constatés par la communauté villageoise, avaient confirmé la déchéance maritale. D'une manière générale, c'est l'autorité de l'épouse active qui protège sur ce plan mari et foyer. Il va de soi que l'importance de la sœur d'un mari jouait un rôle crucial en cas de dispute familiale, au cas où celle-ci avait un rang au moins similaire à sa belle-sœur.

La plus célèbre danse traditionnelle mahoraise est le débaa, sorte de rencontre sous forme de chant et de danse religieux[190]. Les femmes vêtues de chatoyants lambas au motifs similaires, et assemblées d'après des critères d'appartenance à une même petite communauté forment un chœur lancinant, laissant aux hommes l'apport musical rythmé. Ainsi s'organise une forme de rivalité chorégraphique entre villages.

Parmi les nombreuses musiques et danses traditionnelles de Mayotte, on compte aussi le mbiwi (réservée aux femmes et aux cérémonies), le madjiliss (chant religieux des hommes d'âge mûr), le ngoma nyombé (sorte de corrida locale en musique, avec un zébu attaché), le wadaha (danse féminine exhibant la maîtrise des outils de cuisine), le chigoma (danse de mariages), ou encore le murengué (danse martiale proche de la capoeira)[190].

Traditions masculines et jeux virils d'autrefoisModifier

 
Un banga à Mtsamoudou.

Les jeunes hommes après l'adolescence quittent la case familiale ou maternelle et construisent des bangas, petites maisons dont le toit était autrefois en bois, en bambou ou en raphia et feuille de cocotier et qui leur permettent de s'initier à la vie adulte en y invitant les filles auxquelles ils peuvent se fiancer[191]. Un homme marié trouve à ne pas perdre son prestige en initiant ses neveux[à construire une banga?]. Ainsi le meilleur pédagogue des techniques traditionnelles conservait un statut particulier au sein de sa famille et de sa communauté.

Le moringue ou mouringué, analogue à la capoeira brésilienne, était pratiqué, jusqu'à la fin des années 1980, entre villages rivaux. Il a actuellement presque disparu, même si des séances improvisées peuvent encore avoir lieu à M'Tsapéré[192]. On peut encore avoir l'occasion d'assister au moringue mahorais durant le mois de ramadan : au coucher du Soleil, après avoir bien mangé, des gens se regroupent sur la place publique, tapent sur les tam-tam et pratiquent le moringue. La seule différence avec la capoeira est que cette dernière se rapproche d'arts martiaux alors que le moringue n'a strictement aucun enseignement ni règle réellement définie. Il existe cependant quelques interdits, notamment celui des coups de pied, ou l'obligation de combattre à mains nues, et auparavant chacun des deux protagonistes pose son pied sur celui de l'autre et vice versa, empêchant ainsi la fuite. La rancune reste interdite une fois le combat fini et en dehors de celui-ci. S'il doit y avoir vengeance, celle-ci se fera à un prochain mouringué, ou lors du même moringué. Mais le moringue est considéré par les Mahorais comme un jeu. Il est et reste aussi un moyen de règlement d'éventuels différends. C'est aussi un moment de convivialité : les lutteurs deviennent très souvent amis après la lutte, où gagnant et perdant ont tous deux montré leur courage[192].

Auparavant, le moringué se faisait entre villages voisins, et, peu importe la distance, on se déplaçait à pied. Des mouringués se font aussi tout autour de l'île et des invitations orales convient tout le monde à rejoindre le lieu-dit. Un lutteur ne peut défier plus d'un adversaire en même temps, le nombre de combats n'est pas limité.

Soins et habits féminins traditionnelsModifier

 
Mahoraises en saluva et msizano (dans une école de La Réunion).

Il est commun d'observer des masques de beauté (« msizano »), principalement à base de bois de santal râpé mélangé à de l'eau, sur les visages féminins. Les cheveux, après un lavage avec une décoction de kapokier, étaient parfumés et tressés de façon savante. La chevelure était agrémentée avec des fleurs choisies pour les fêtes.

Le vêtement traditionnel féminin s'appelle le « nambawani ». Il se compose de deux parties : le saluva qui est un paréo, c'est-à-dire une jupe et le kishali, pièce de tissu qui se porte en châle, sur les épaules ou parfois replié sur la tête. Il servait autrefois de signes de reconnaissance communautaire.

Spectacles, musique et carnaval modernesModifier

De nombreux écrivains locaux racontent l'île à travers leurs ouvrages. Des spectacles divers illuminent les veillées des week-ends, du théâtre à la tradition locale en passant par la musique. Mayotte connaît différentes sortes de musique dont le « m'godro », musique locale s'inspirant du salégy ou saleg, une musique malgache.

Un carnaval scolaire se perpétue vers les mois de juin-juillet. Au cours de l'année scolaire, les élèves organisent et préparent cet événement. Aidés des enseignants, ils illustrent le thème de l'année et le parfont. Celui-ci a souvent pour but d'informer et de sensibiliser la population et les jeunes, le sujet change chaque année. Dans les années 1990 se sont succédé des idées telles que les pirates, la tortue, et d'autres thématiques axées sur l'environnement et la vie de tous les jours.

Événements annuelsModifier

Chaque année au mois d'avril, le Festival des Arts Traditionnels met chaque année à l'honneur la culture mahoraise[193].

Au mois de mai se tient le Festival de l'Image Sous-Marine, depuis 1974. Les plongeurs et baigneurs mahorais y exposent leurs plus belles images, fixes ou animées, et de nombreuses rencontres et conférences ont lieu autour du patrimoine sous-marin de l'île[193].

En juin a lieu la traditionnelle course de pneus, qui réunit des centaines voire des milliers d'enfants de Cavani à Mamoudzou. Le but est d'arriver le premier en faisant rouler devant eux un pneu, tenu par deux bâtons[193].

Chaque année se tiennent également les salons du tourisme, de l'agriculture et de la mode et de l'artisanat de l'océan Indien. Mayotte est aussi partenaire des Journées Européennes du Patrimoine, de la Fête de la Nature et de différentes manifestations artistiques et culturelles françaises[193].

Mayotte accueille également un Battle of the year de danse hip-hop[193]. L'élection de Miss Mayotte, en août, est également un rendez-vous très populaire chez les mahorais[193].

Théâtre et LittératureModifier

Ces disciplines sont peu présentes dans la culture mahoraise.

En 2017, le Salon du livre de Mayotte est organisé pour la première fois à l'initiative de la Direction du livre et de la lecture publique du conseil départemental.

On recense une vingtaine d'auteurs mahorais.

Nassur Attoumani est l'un des principaux auteurs locaux. Il a notamment écrit la pièce de théâtre La fille du polygame, publiée en 1992. Il est également l'auteur de plusieurs romans, dont Le calvaire des baobabs et Mon mari est plus qu'un fou : c'est un homme. Son œuvre au ton humoristique constitue une critique décalée de certains aspects des sociétés mahoraise et comorienne.

Le romancier Baco Mambo Abdou est l'auteur de Brûlante est ma terre, Si longue que soit la nuit, Coupeurs de têtes et 5 femmes ainsi que de plusieurs autres œuvres.

Mayotte est également une source d'inspiration pour des auteurs non mahorais, comme le comorien Ali Zamir (Anguille sous Roche, 2016, prix Senghor) ou la mauricienne Nathacha Appanah (Tropique de la violence, 2017, prix Femina des lycéens, prix France Télévisions et prix Jean Amila-Meckert). En avril 2018, le dessinateur Phil Ouzov signe la bande dessinée Odyssée mahoraise qui raconte de manière caricaturale les aventures d'une enseignante de métropole mutée à Mayotte[194],[195].

ReligionModifier

 
Victor-Marie Guilloux, préfet apostolique des Petites îles malgaches de 1879 à 1882.

Environ 95 % de la population mahoraise est musulmane[196]. La tradition sunnite y fut introduite par des populations arabo-persanes tandis que les cultures africaine et malgache sont venues la teinter d'animisme[197]. Dès l'âge de six ans, de nombreux enfants fréquentent en parallèle l'école coranique et l'école primaire de la République[59]. Cela dit cette double fréquentation est en perte de vitesse du fait de l'influence croissante de la République française et des médias français. La madrassa est donc de moins en moins un recours systématique chez les Mahorais. L'islam mahorais est réputé modéré, ouvert et tolérant[196], et l'île n'a jamais connu de conflit religieux.

La communauté catholique, très minoritaire, formée d'environ 4 000 personnes, ne dispose que d'une seule paroisse avec deux lieux de cultes : l'église Notre-Dame-de-Fatima à Mamoudzou et l'église Saint-Michel à Dzaoudzi[198]. L'île ne comportant pas de diocèse, le pape Pie IX érige la préfecture apostolique de Mayotte, Sainte-Marie et Nossi-Bé le . Le , la préfecture est ensuite érigée en administration apostolique par la Congrégation de Propaganda Fide. Enfin, le , le pape Benoît XVI l'élève au rang de vicariat apostolique. L'actuel vicaire apostolique est Mgr Charles Mahuza Yava. S'ils se sentent « tolérés dans le cadre de témoignages ou de missions auprès des exclus », les catholiques n'ont toutefois pas le droit de faire sonner leurs cloches avant la messe[199].

Incidence juridique : statut personnelModifier

Les Mahorais peuvent choisir entre :

  • le statut de droit commun, identique à la métropole (notaires, administrations, tribunaux…) ;
  • un statut personnel dérogatoire au code civil et à la laïcité, réservé aux musulmans originaires de Mayotte (ou éventuellement d'autres îles des Comores ou du nord-ouest de Madagascar). Ils peuvent renoncer à ce statut et choisir le statut de droit commun.

Le statut personnel peut toucher l'état des personnes mais aussi le droit des successions (discriminations selon la religion des héritiers) ou le droit foncier[200].

La loi d'orientation pour l'outre-mer no 2003-660 du a aboli la polygamie pour les nouvelles générations en déclarant : « Nul ne peut contracter un nouveau mariage avant la dissolution du ou des précédents. Le présent article n'est applicable qu'aux personnes accédant à l'âge requis pour se marier au  ». Les unions déjà existantes continuent cependant d'être reconnues[201]. De plus, factuellement, de nombreux mariages polygames sont encore contractés devant un juge musulman, un cadi[197]. On estime que, dans les années 1990, environ 10 % des hommes mariés étaient polygames[14].

Traditionnellement, la maison appartient à la femme et la répudiation ou le divorce représente donc essentiellement la perte d'un compagnon plutôt que la perte d'un statut social ou économique (les foundis et les aînés veillaient à la bonne tenue de la situation économique de la femme même après le départ du mari). Toutefois, la répudiation unilatérale a été abolie pour les personnes qui accèdent à l'âge du mariage à partir de 2005[202]. En outre, un décret du , interdit la lapidation des humains.

La justice touchant le statut personnel était rendue par des cadis[203]. Ces juridictions ont été supprimées par l'ordonnance no 2010-590 du , mais les juges ont toujours la faculté de consulter les cadis sur l'application du droit local ; mais ce sont les juges qui tranchent le litige.

MosquéesModifier

 
Minaret de la mosquée de Tsingoni, la plus ancienne mosquée en activité de France.

Construites autrefois dans la tradition arabo-shirazienne, les mosquées étaient de petite taille avant de subir l'évolution architecturale commune aux rivages africains. La plus ancienne connue en pierre est la mosquée de Tsingoni, dont la fondation remonte au moins au seizième siècle. La tradition mahoraise rapporte cependant l'arrivée des premiers musulmans sur l'île de Petite-Terre ou à Dzaoudzi : la Ziyara de Pôlé est considérée dans cette tradition orale comme le lieu saint fondateur, à l'origine de la diffusion de l'Islam sur l'ensemble de l'île. La légitimité du pouvoir sacré des premiers sultans shiraziens émanait de ce lieu saint.

PersonnalitésModifier

CodesModifier

Mayotte a pour codes :

  • YT, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-2 ; également FR-YT (code équivalent, en tant que subdivision de la France), selon la norme ISO 3166-2 (liste des codes de subdivisions des pays) ;
  • MYT, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-3 ;
  • 976, selon l'INSEE et La Poste.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Malgré son nom officiel de Département de Mayotte, rien n’exclut dans les textes Mayotte du statut de région d’outre-mer. Ainsi, Mayotte n’est pas qu’un département d’outre-mer mais aussi une région d’outre-mer (« Le 18 avril 2008, le conseil général de Mayotte a effectivement voté à l'unanimité une résolution demandant que Mayotte soit soumise au statut de département et région d'outre-mer. Enfin, conformément aux engagements pris par M. Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle, M. Yves Jégo, secrétaire d'État à l'outre-mer, a annoncé le 5 mai 2008 qu'un référendum serait organisé à Mayotte « en mars-avril 2009 » sur la question de la transformation du statut de l'île en département et région d'outre-mer. »Mayotte : un éclairage budgétaire sur le défi de l'immigration clandestine - Site du Sénat). Mayotte « connaît actuellement une évolution institutionnelle notable, avec sa transformation en Département et région d’outre-mer. »Questions à l’Assemblée nationale de juillet 2009
  2. Bien que le quorum n'ait pas été atteint lors de la première réunion du conseil général de l'île qui devait désigner un nouveau président et lancer officiellement le nouveau statut de Mayotte (cette réunion est reportée au 3 avril), le gouvernement français considère que le 101e département français a bien été créé le jeudi 31 mars puisque l'article 37 de la loi no 2010-1487 du 7 décembre 2010 relative au département de Mayotte prévoit simplement que « Hormis celles de ses articles 30 à 35, les dispositions de la présente loi entrent en vigueur à compter de la première réunion suivant le renouvellement du conseil général de Mayotte en 2011. »

RéférencesModifier

  1. a et b Agence France Presse, « Mayotte:le gouvernement nomme un nouveau préfet », lemonde.fr, (consulté le 28 mars 2018)
  2. a b et c 256 500 habitants à Mayotte en 2017, Insee, consulté le ).
  3. Nom issu de son surnom historique arabe Jazirat al Mawet soit « île de la Mort » en kibouchi
  4. Article LO6111-1 du Code général des collectivités territoriales sur Légifrance
  5. Code officiel géographique
  6. « Découvrir Mayotte : histoire et géographie », sur www.mayotte.pref.gouv.fr, (consulté le 29 juin 2018)
  7. Voir sur insee.fr.
  8. a b et c Consultation de la population de Mayotte quant à son rattachement aux îles des Comores.
  9. a et b Mayotte-Comores, op. cit., p. 48 et suiv..
  10. Allocution de Son Excellence Dr Ikililou Dhoinine, Président de l’Union des Comores, à l’occasion de la Cérémonie de Signature des Accords sur la Délimitation des Frontières Maritimes entre la République du Mozambique, la République Unie de la Tanzanie et l’Union des Comores sur le site de la Présidence de l'Union des Comores .
  11. « les compétences »
  12. a et b Frédéric Ducarme, « Mayotte, l’île-hippocampe », sur MayotteHebdo.com, .
  13. a et b « Mayotte », sur axl.cefan.ulaval.ca.
  14. a b c d e f g h i j k l et m Découvrir Mayotte, une géopolitique singulière, par le recteur Gérard-François Dumont, 18 mars 2018, sur La Revue Géopolitique.
  15. a b c d et e Ornella Lamberti, « L'île aux parfums : mémoires d'une indépendante », dans Glitter – hors-série spécial nouveaux arrivants, Mayotte, .
  16. a et b « Géographie & climat », sur outre-mer.gouv.fr.
  17. a et b « la plongée à Mayotte »
  18. a b c et d Julien Perrot, « Il y a 12 000 ans, Mayotte était cinq fois plus grande », Mayotte Hebdo, no 792,‎ , p. 16-17.
  19. Les padzas désignent les zones de terres et/ou de roches au sens géologique, non couvertes par la végétation.
  20. « Le BRGM, service géologique national », sur brgm.fr, .
  21. Didier Bertil, Julien Rey avec participation de Grégoire Dectot, Agathe Roullé et Alison Colombain, « Crise sismique en cours dans la région de Mayotte depuis le 10 mai 2018 », sur brgm.fr, .
  22. a et b Yohann Deleu, « Trois mois de séismes : “le phénomène est toujours en cours” », sur Le Journal de Mayotte, .
  23. Cécile Baquey, « Séismes à Mayotte : l’essaim sismique n’est pas encore terminé », sur La1ere.FranceTVinfo.fr, .
  24. (en) « M 5.8 - 33km E of Pamandzi, Mayotte », sur earthquake.usgs.gov, .
  25. « Essaim de séismes à Mayotte | BRGM », sur www.brgm.fr (consulté le 2 septembre 2018)
  26. a b c et d « L'eau à Mayotte, une ressource fragile », sur mahoraisedeseaux.com.
  27. a et b Laurence de Susanne, « Le lac Kariani, refuge des poules d’eau et des petits échassiers », sur lemayotte.com.
  28. « Le lac Karihani », sur mayotte-tourisme.com.
  29. « La SMAE », sur mahoraisedeseaux.com.
  30. a et b « Mayotte confrontée à une grave pénurie d’eau », Le monde.fr,‎ (lire en ligne)
  31. Bénédicte Weiss, « Mayotte : cette France qui a soif », sur alternatives-economiques.fr, .
  32. Description du climat, sur le site Météo France Mayotte (consulté le 17 avril 2017).
  33. a et b HM, « Météorologie : Un retour à la normale », sur Mayotte Hebdo, .
  34. Saïd Saïd Hachim, « Les cyclones à Mayotte, un spectacle apocalyptique », Mayotte Hebdo, .
  35. a b c d e f g et h « Mayotte - Economie », sur outre-mer.gouv.fr, .
  36. a et b Ornella Lamberti, « La barge et les taxis : une institution à Mayotte », dans Glitter – hors-série spécial nouveaux arrivants, Mayotte, .
  37. a b c d e f et g « Mayotte - Informations Pratiques », sur outre-mer.gouv.fr.
  38. a et b « La vie, côté terre », Caribou à Mayotte - magazine spécial nouveaux arrivants,‎ , p. 64-65.
  39. a b c et d Ornella Lamberti, « Les terres de Mayotte : faune et flore », dans Glitter – hors-série spécial nouveaux arrivants, Mayotte, .
  40. a b et c Frédéric Ducarme, « Les animaux de Mayotte : Le corail », sur MayotteHebdo.com, .
  41. a b c d et e Ornella Lamberti, « Le lagon de Mayotte, véritable joyau mondial », dans Glitter – hors-série spécial nouveaux arrivants, Mayotte, .
  42. a et b Marc Allaria, L'afrique bleue : Mayotte, .
  43. Frédéric Ducarme, « Du nouveau dans le lagon ? », sur Mayotte Hebdo, .
  44. a et b Frédéric Ducarme, « La rentrée des baleines », sur Mayotte Hebdo, .
  45. a b et c Frédéric Ducarme, « Les tortues du lagon de Mayotte », sur MayotteHebdo.com, .
  46. a b et c « Présentation », sur aires-marines.fr.
  47. a et b Frédéric Ducarme, « Les dernières sirènes mahoraises : les dugongs », sur MayotteHebdo.com, .
  48. « Les espaces protégés, réserves », sur dm.sud-ocean-indien.developpement-durable.gouv.fr.
  49. a b et c Thomassin, B., 1986. Mayotte : un lagon, pourquoi ? Pour en faire quoi ?, rapport de mission à Mayotte.
  50. a et b CGEDD (2013) Contamination des cours d’eau par les pesticides en 2011 (PDF 7 p.) et résumé), Chiffres et statistiques, no 436, juillet 2013.
  51. (en) William L. Steffen, A. Sanderson, P. D. Tyson, J. Jäger, F. Oldfield, K. Richardson, H. J. Schellnhuber, B. L. Turner II, R. J. Wasson, Global Change and the Earth System: A Planet Under Pressure, Birkhäuser, , 336 p. (ISBN 3540265945, lire en ligne), p. 190
  52. a et b Gauthier Dupraz, « Les cultures sur brûlis rongent la pointe Handrema », sur Mayotte Hebdo, .
  53. Frédéric Ducarme, « Les aires protégées à l’épreuve de la réalité », sur Société Française d'Ecologie, .
  54. Frédéric Ducarme, « Le regard de Neptune : les strombes », sur Mayotte Hebdo, .
  55. Frédéric Ducarme, « Les holothuries, aspirateurs de la mer », sur Mayotte Hebdo, .
  56. Les déchets à Mayotte sur 976.fr.
  57. Article et commentaires sur mayotte.orange.fr.
  58. Voir sur iedom.fr.
  59. a b c et d « Mayotte - Histoire », sur outre-mer.gouv.fr.
  60. . Par conséquent, ce ne serait pas un amalgame disparate de populations, d'un point de vue culturel. Cette civilisation typique des pourtours de l'océan Indien est apparentée à l'origine avec celle d'Indonésie (Austronésiens/Protomalgaches) comme avec celle de Madagascar.[réf. nécessaire]
  61. Les Bantous sont plus présents sur la Grande Comores et sur Mayotte, que sur Anjouan. Les peuples malgaches appelés Sakalaves et Antalaotsi profitent de la proximité avec le sous-continent malgache.
  62. a b et c La mosquée de Tsingoni : Plusieurs siècles d’histoire à Mayotte, Mayotte, Mairie de Tsingoni, .
  63. Article « Mayotte », dans l’Encyclopédie, 1re édition, 1751 (tome 10, p. 218).
  64. Article « Comorres », dans l’Encyclopédie, 1re édition, 1751 (tome 3, p. 738). lire en ligne
  65. a b et c « L'histoire des sultants et leur règne », sur mayotte-histoire.webnode.fr.
  66. « Mayotte, une île coupée des Comores par l’histoire », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  67. Sanchez S F, « Plans de colonisation, idées chimériques ? Nosy Be et Mayotte dans les projets français d’expansion dans l’océan Indien occidental et vers Madagascar (1839-1857) », Dodille N. (dir.), Idées et représentations coloniales dans l’océan Indien du XVIIIe au XXe siècle, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2008, p. 167-198,‎ , p. 167-198.
  68. (en) Jean Martin, « L'affranchissement des esclaves de Mayotte, décembre 1846-juillet 1847 », Cahiers d'études africaines, vol. 16, nos 61-62,‎ , p. 207-233 (ISSN 0008-0055 et 1777-5353, lire en ligne) 
  69. Lawrence C. Jennings, La France et l'abolition de l'esclavage 1802-1848, éditions André Versaille, 2010 (ISBN 978-2-8749-5018-6), p. 257
  70. a et b Anne Perzo, « JEP 2018 : Antana Be, où l’histoire d’un village disparu », sur lejournaldemayotte.yt, .
  71. Philippe Lemarchand (dir.), L’Afrique et l'Europe, éditions Complexe, 1994[réf. incomplète]
  72. Alain-Kamal Martial, Zakia Madi la chatouilleuse, Éditions L'Harmattan, 2004 (ISBN 978-2-7475-6490-8)
  73. « Mayotte : Présentation », Ministère des Outre-mer
  74. Résolution 3385 du 12 novembre 1975 des Nations unies - ONU. [PDF]
  75. « Déclaration solennelle sur le cinquantième anniversaire de l'OUA/UA », sur Organisation des Nations unies, (consulté le 30 novembre 2016).
  76. Pierre Caminade, Comores-Mayotte, Une histoire néocoloniale, Agone, 2004 (ISBN 978-2-7489-0021-7)
  77. Projet de résolution S/11967 - Conseil de sécurité des Nations unies, 5 février 1976. [PDF]
  78. Onze voix pour (Chine, URSS, Bénin, Libye, Pakistan, Panama, Roumanie, Guyana, Japon, Tanzanie, Suède) - Une voix contre (France) - Trois abstentions (États-Unis, Royaume-Uni, Italie). Les trois abstentions viennent également de pays dont une partie importante de leur territoire est également issue d'acquisitions coloniales antérieures à la création de la Société des nations, et qui avaient pu craindre, en votant pour, de voir leur propre intégrité territoriale menacée par des volontés d'indépendances (cependant c'est aussi le cas de la Chine et de l'URSS qui ont voté pour cette résolution).
  79. « 31/4 Question de l'île comorienne de Mayotte : 39e séance plénière » [PDF], Assemblée générale de l'ONU,
  80. Question de l’île comorienne de Mayotte - Assemblée générale de l'ONU, 6 décembre 1994. [PDF]
  81. Au cours d’une escale à Mayotte, le Chef de l’État réitère son refus d’un référendum dans l’île, sur le site beit-salam.km, consulté le 21 février 2013
  82. Le 31 mars 2011, après l’élection du Président du conseil général de l’assemblée renouvelée par moitié, le Département de Mayotte est devenu officiellement le cent-unième département de France et son cinquième département d’outre-mer sur Ministère des Outre-Mer
  83. a et b « Décision 2012/419/UE du Conseil européen du 11 juillet 2012 modifiant le statut à l’égard de l’Union européenne de Mayotte » [PDF], Journal officiel de l’Union européenne, .
  84. « Mayotte paralysée par des manifestations contre la vie chère », Le Monde, 7 octobre 2011.
  85. Vos témoignages de Mayotte : « La situation est incontrôlable », Rue89, 20 octobre 2011.
  86. « Un manifestant décède à Mayotte lors d’affrontements avec la police », La Croix, 19 octobre 2011.
  87. « Faut-il un mort pour que les médias s'intéressent à Mayotte ? », blog de Paul Tian, Le Nouvel Observateur, 19 octobre 2011.
  88. Caroline Bruneau, « Le gouvernement nomme un médiateur à Mayotte », le Figaro, (consulté le 23 octobre 2011).
  89. « Travaux, tankers et assouplissement des tours d’eau: Le détail des mesures signées au MOM », Le Journal De Mayotte,‎ (lire en ligne)
  90. Géniale Attoumani et Fahar Ousséni, « Le lycée de Kahani, champ de bataille entre bandes de jeunes », .
  91. Jean-Louis Tremblais, « Mayotte, en plein chaos », Le Figaro Magazine, semaine du , p. 74-88.
  92. a et b « Mayotte entame sa troisième semaine de « grève générale » », L'Express,‎ (lire en ligne)
  93. a b c d e et f Renaud Février, « Crise sociale à Mayotte : 4 questions pour tout comprendre », L'Obs, .
  94. Compte-rendu du Conseil des ministres du mercredi
  95. « Le Journal De Mayotte », sur lejournaldemayotte.com (consulté le 6 avril 2018)
  96. « Déclaration suite à la réunion de travail interministérielle avec les parlementaires de Mayotte », sur Gouvernement.fr (consulté le 20 avril 2018)
  97. Ballorain, K., & Nivert, N. (2010). L'évolution statutaire de Mayotte et les enjeux environnementaux : l'exemple de la protection des tortues marines. Écologie trophique de la tortue verte Chelonia mydas dans les herbiers marins et algueraies du sud-ouest de l’océan Indien, 9, 163.
  98. a et b Mayotte accède à son statut de département dans la confusion - Benoît Hopquin (avec Laurent Canavate), Le Monde,
  99. a et b Site officiel de la présidence des Comores
  100. Les électeurs ont été convoqués par décret le (décret du 20 janvier 2009 ; voir archive [PDF]) afin de se prononcer sur l'instauration d'une collectivité unique exerçant les compétences dévolues aux départements et aux régions d'outre-mer. Le conseil des ministres du 14 janvier 2009 envisage un changement de statut lors du renouvellement du conseil général en 2011 (conseil des ministres du 14 janvier 2009 ; voir archive [PDF]).
  101. « Mayotte aura de nouveaux droits, mais aussi des devoirs », Le Figaro, .
  102. « Mayotte : le « oui » l'emporte massivement », Le Nouvel Observateur, .
  103. « La départementalisation de Mayotte se précise », L'Express,
  104. La transformation a lieu à l'occasion du renouvellement du conseil général en mars 2011 (Les conséquences de la départementalisation, préfecture de Mayotte (voir archive) [PDF]).
  105. Décision no 2010-619 DC du 2 décembre 2010 - Conseil constitutionnel, .
  106. Julien Arnoult, « Mayotte : 101e département français », Carto no 5,‎ mai-juin 2011 (présentation en ligne)
  107. « Départementalisation de Mayotte : une bombe à retardement, selon la Cour des comptes », Le Point/AFP, .
  108. a et b Patrick Roger, A Mayotte, la Cour des comptes fustige la « fuite en avant » de la départementalisation, Le Monde,
  109. a et b Cour des Comptes, « Département de Mayotte - Gestion des ressources humaines - Exercices 2012 et suivants », sur www.ccomptes.fr, .
  110. Jérôme Talpin, « Mayotte : gabegie institutionnelle au Département », sur clicanoo.re, .
  111. code du travail applicable à Mayotte.
  112. « Application du code du travail à Mayotte au 1er janvier 2018 - Direccte Mayotte », sur mayotte.dieccte.gouv.fr (consulté le 6 avril 2018)
  113. Le découpage en communes date de 1977 (décret no 77-509 du 18 mai 1977 (paru au Journal officiel le lendemain).
  114. À la création des communes en 1977, chaque commune forme un canton. Le découpage de Mamoudzou en trois cantons date du décret no 94-41 du 13 janvier 1994.
  115. Liste des arrondissements dans le Code officiel géographique au 1er janvier 2015.
  116. Le chef-lieu administratif est Dzaoudzi (Histoire et Géographie, site de la préfecture de Mayotte, consulté le 18 juillet 2017), mais le siège du conseil départemental et de la préfecture sont à Mamoudzou.
  117. Le décret no 77-129 du 11 février 1977 (paru au Journal officiel le lendemain) indique que le chef-lieu est fixé à Mamoudzou mais que, jusqu’à une date qui sera précisée par arrêté ministériel, ce chef-lieu reste provisoirement fixé à Dzaoudzi. Cet arrêté ministériel n’ayant jamais été pris, Dzaoudzi reste de jure le chef-lieu.
  118. Coordonnées de la préfecture de Mamoudzou sur le portail de l’État à Mayotte.
  119. AFP, « L'UMP prend la présidence du conseil général de Mayotte », Le Monde, 20 mars 2008, 15h45 (consulté le 20 mars 2008)
  120. [PDF] Pacte pour la départementalisation de Mayotte - outre-mer.gouv.fr, p. 20.
  121. « L'afflux de Comoriens à Mayotte », France Info, (consulté le 9 décembre 2012)
  122. Olivier Gohin (dir.) et Pierre Maurice (dir.), Mayotte, Université de La Réunion et LGDJ, , 2e éd., 431 p. (ISBN 2-275-00221-9), p. 6 et 22.
  123. « Le drapeau et les symboles de Mayotte » (consulté le 17 février 2018)
  124. « Le drapeau de Mayotte », sur drom-com.fr (consulté le 17 février 2018)
  125. a b c d et e « Au rythme de la vie mahoraise », Caribou à Mayotte - magazine spécial nouveaux arrivants,‎ , p. 12.
  126. a et b Ornella Lamberti, « Mayotte remporte le record démographique de France », sur Mayotte Hebdo, .
  127. « Mayotte, département le plus jeune de France », Insee Première, no 1488, , consulté le .
  128. Insee - Indicateur conjoncturel de fécondité en 2015 : comparaisons régionales et départementales
  129. Yohann Deleu, « 9800 naissances l’an dernier, un nouveau record pour Mayotte », sur lejournaldemayotte.yt.
  130. Pascal Charrier, La Cour des comptes s’alarme de la situation à Mayotte, La Croix,
  131. [PDF] L'indice de développement humain : une évaluation pour Mayotte (2012), par Michaël Goujon (Univ. Auvergne) et François Hermet (Univ. de la Réunion).
  132. Ornella Lamberti pour l'AFP, « Mayotte relève le défi de recenser sa population dans les bidonvilles », sur lepoint.fr, Le Point, .
  133. Commission nationale consultative des droits de l’homme, « Avis sur le droit à la protection de la santé dans les territoires ultramarins », sur cncdh.fr, .
  134. Ornella Lamberti, « La doyenne des Français serait Mahoraise », sur Mayotte Hebdo, .
  135. a b c et d « Côté santé », Caribou à Mayotte - magazine spécial nouveaux arrivants,‎ , p. 20.
  136. « Mayotte : Terre d'asile sans asile. Par Régis Airault* | Association Françoise et Eugène MINKOWSKI », sur www.minkowska.com (consulté le 5 octobre 2016)
  137. Fécondité et mortalité à Mayotte en 2009, Mayotte infos no 24, Insee, 2007.
  138. Ornella Lamberti, « La commission des droits de l’homme sévère sur l’accès aux soins à Mayotte », sur Mayotte Hebdo, .
  139. « Mayotte : cas probable de méningite des escargots chez un enseignant », sur www.linfo.re, .
  140. « Non, non, non, Mayotte, ce n'est pas la France ! », Hervé Cheuzeville, rue89.nouvelobs.com, .
  141. Prévenir l’analphabétisme et l’illettrisme, une priorité à Mayotte, anlci.gouv.fr.
  142. [PDF] Accroître la maîtrise des savoirs de base par les actifs occupés, mayotte.pref.gouv.fr.
  143. Axel Lebruman, « La rentrée en chiffres : plus de 100 000 élèves à Mayotte », sur Le Journal de Mayotte, .
  144. a et b « Enseigner à Mayotte », sur ac-grenoble.fr
  145. Stéphan Martens en mission à Mayotte, sur France Antilles le
  146. http://www.univ-mayotte.fr/fr/
  147. « Livret d'accueil » [PDF], sur mayotte.snes.edu.
  148. « Mayotte : de moins en moins de professeurs titulaires, de plus en plus d'élèves », sur Outre-mer 1re (consulté le 17 février 2017).
  149. Réussite étudiante : la méthode com', lejournaldemayotte.com.
  150. février 2009 - L'échec des étudiants en Métropole, lejournaldemayotte.com.
  151. « Formation », sur univ-mayotte.fr, .
  152. a et b « Manuel Valls veut améliorer les conditions de rétention des sans-papiers à Mayotte », Le Monde, .
  153. « Ordonnance n° 2014-464 du 7 mai 2014 », sur gisti.org, .
  154. Laura Philippon, « Anjouan-Mayotte : la mer Méditerranée n’est pas le seul cimetière maritime de migrants », sur la1ere.francetvinfo.fr, .
  155. Manuel Marchal, « Entre Anjouan et Mayotte, l ’effroyable cimetière marin », L'Humanité, .
  156. Rémi Rozie, « L’immigration illégale: une véritable industrie et un enjeu économique », sur Le Journal de Mayotte, (consulté le 1er août 2018).
  157. Nassuf Mohamed, « Comores : où est l’État ? », sur mayottedepartement.fr.
  158. Mayotte accède à l'Internet haut-débit, Le Figaro,
  159. a et b « Médias », Caribou à Mayotte - magazine spécial nouveaux arrivants,‎ , p. 52.
  160. a b c et d « Outre-mer : le bilan de la délinquance 2016 fait l'impasse sur les homicides », sur la1ere.francetvinfo.fr, .
  161. a b c d e f et g Ornella Lamberti, Geffroy Vauthier et Jérôme Morin, « Tous les chiffres de la délinquance », Mayotte Hebdo, no 828,‎ , p. 16-21.
  162. Anne Perzo, « Inauguration de l’AEMO : 400 mineurs et leurs parents potentiellement pris en charge », sur Le Journal de Mayotte, .
  163. a et b Ornella Lamberti (AFP), « Un centre éducatif renforcé devrait ouvrir à Mayotte en 2018 », sur la1ere.francetvinfo.fr, .
  164. a et b Cyril Castelliti, « Chimique, ton univers impitoyable », Mayotte Hebdo, no 831,‎ , p. 14-21.
  165. À Mayotte, futur département français, tout reste à construire, Le Monde,
  166. Inégalités : les tristes records des départements d'outre-mer, Rue89.
  167. a et b Jérôme Morin, « Les entreprises informelles : nombreuses mais peu productives », Mayotte Hebdo, no 628,‎ , p. 7.
  168. Arrêté du 3 mars 2008 (complétant l'arrêté du modifié fixant la liste des ports maritimes relevant des collectivités territoriales et de leurs groupements où l'autorité investie du pouvoir de police portuaire est le représentant de l'État)
  169. a b c et d « L’alimentation », Caribou à Mayotte - magazine spécial nouveaux arrivants,‎ , p. 26.
  170. Mayotte : recensement de la population du 30 juillet 2002 - Insee Première no 940, décembre 2003 [PDF]
  171. 70 % selon le rapport Bonnelle, 18,5 % des actifs occupés selon le rapport du Conseil Économique et Social présenté par Miguel Laventure des 22-23 avril 1997 qui élude l’économie informelle. Voir Mayotte-Comores, op. cit., p. 33
  172. La question des chombos dans la ville, sur linfo.re.
  173. Bilan énergétique de la France pour 2013 - Ministère de l'Écologie et du Développement durable, 18 juillet 2014 (p. 97 et pp. 129-131) [PDF]
  174. Gauthier Dupraz, « Mayotte: "Soleil, mer et pauvreté" », sur Mayotte Hebdo, .
  175. a b c d e f et g INSEE, « Enquête Flux Touristiques », sur insee.fr, .
  176. Citée par La lettre de l'océan Indien, 22 juillet 2000.
  177. Cité par le magazine Pleine Vie de mars 2007.
  178. source: magazine Air Austral
  179. Source : www.corsairfly.com.
  180. « Destination: Mayotte », sur snorkeling-report.com.
  181. « Les Naturalistes de Mayotte : nos sorties », sur naturalistesmayotte.fr.
  182. http://www.mayotte-tourisme.com/fr/qui-sommes-nous.html
  183. http://www.mayotte-tourisme.com/fr/
  184. archeologiemayotte.over-blog.com, « Archéologie Mayotte », sur Archéologie Mayotte (consulté le 8 juillet 2018)
  185. Claude Allibert, « Migration austronésienne et mise en place de la civilisation malgache », Diogène, vol. 218, no 2,‎ (ISSN 0419-1633, lire en ligne)
  186. Berger, Laurent et Blanchy, Sophie, « La fabrique des mondes insulaires. Altérités, inégalités et mobilités au sud-ouest de l’océan Indien », Études rurales, no 194,‎ (ISSN 1777-537X, lire en ligne)
  187. « Matriarcat Mahorais : un sultanat matrilinéaire dans les départements d’outre-mer français »
  188. Lyse Le Runigo, « ACFAV : “À Mayotte, ce sont les femmes qui portent le pantalon” », sur Mayotte Hebdo, .
  189. a et b Houdah Madjid, « Grand mariage / Manzaraka : l'entraide encore privilégiée pour le financement », sur Mayotte Hebdo, .
  190. a et b Ornella Lamberti, « Danses et musiques traditionnelles de Mayotte », dans Glitter – hors-série spécial nouveaux arrivants, Mayotte, .
  191. Régis Airault, « Survenir adolescent dans l'entre-deux culturel : l'exemple des bangas de Mayotte », Enfances & Psy, no 35,‎ , p. 147–156 (ISSN 1286-5559, DOI 10.3917/ep.035.0147, lire en ligne)
  192. a et b Cyril Castelliti, « Moringué : Mise aux poings ! », sur Mayotte Hebdo, .
  193. a b c d e et f Ornella Lamberti, « Les 12 événements de l'année à ne pas manquer », dans Glitter – hors-série spécial nouveaux arrivants, Mayotte, .
  194. « Un caricaturiste croque Mayotte dans une nouvelle bande dessinée - Le journal de Mayotte », Le journal de Mayotte,‎ (lire en ligne)
  195. Phil Ouzov, Odyssée mahoraise, Des Bulles dans l'Océan, 80 p. (ISBN 9782919069507)
  196. a et b « Mayotte - Culture », sur outre-mer.gouv.fr, .
  197. a et b Aurore Lartigue, A Mayotte, l’islam tranquille, Le Parisien,
  198. Bienvenue à la paroisse Notre-Dame de Fatima - Paroisse Notre-Dame de Fatima à Mayotte,
  199. Visite d’un nonce apostolique en terre musulmane
  200. Pierre Caminade, Mayotte-Comores: une histoire néocoloniale, Marseille, éditions Agone, 2003, p. 31 et suivantes
  201. Janine Rozier, « Projet de loi relatif au divorce : Le divorce. Rapport d'information sur le projet de loi relatif au divorce. Rapport d'information n° 117 (2003-2004) de Mme Janine Rozier, fait au nom de la délégation aux droits des femmes », .senat.fr, (consulté le 4 septembre 2016)
  202. Loi du 21 juillet 2003 de programme pour l'outre-mer, article 68.
  203. Ces juridictions étaient régies par le décret du 10 juin 1939 et un arrêté du 13 juillet 1944. Rapport parlementaire du député Jacques Floch, , section 2B3.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Pierrick Graviou et Jean-Philippe Rançon, Curiosités géologiques de Mayotte, éditions du Baobab, Mamoudzou ; BRGM, Orléans, 2006 (ISBN 978-2-7159-0985-4), 95 pages
  • Laurent Abad et Jean-François Hory, Mayotte des maisons et des hommes, éditions Vilo, Collection Mahoraises, 1999 (ISBN 978-2951049918), 94 pages
  • Pierre Caminade, Mayotte-Comores: une histoire néocoloniale, Marseille, éditions Agone, 2004 (ISBN 978-2748900217)
  • Les Cahiers des Archives orales de Mayotte, collection dirigée par Tiziana Marone, éditions du Baobab
  • Marie Céline et Yves Moatty, Mayotte en 200 questions-réponses, Orphie, Chevagny-sur-Guye, 2009 (ISBN 978-2-87763-479-3), 191 pages
  • Gilles Nouraud (photographies et dir.), François Perrin (texte), Mayotte, l'île au lagon, éditions Orphie 2002 (ISBN 2-87763-137-0), 96 pages
  • Luc Reynaud (photographies et dir.), Bernard Grollier et Sylvie Chaussée-Hostein (textes), Scènes de la vie de Mayotte, éditions Orphie, 2001 (ISBN 2-87763-104-4), 160 pages
  • Bruno de Villeneuve, Mayotte et son lagon : le saphir de l'océan Indien (Mayotte vue du ciel), éditions Ylang images, Mamoudzou, 2009 (ISBN 978-2-84984-019-1), 96 pages
  • Guy Fontaine, Mayotte, Karthala, 1996 (ISBN 978-2865376070)
  • Saïd Ahamadi, Mayotte et la France - De 1841 À 1912 édition du Baobab, Collection : Mémoires Parution, 1999, 202 pages
  • Saïd Ahamadi, Mayotte, j'écris ton nom éditions Menaibuc, 2010, (ISBN 9782353491247),321 pages
  • Saïd Ahamadi, L'Ouverture régionale et européenne de Mayotte : Une nécessité économique et sociale, édition Menaibuc, 2014, (ISBN 978-2-3534-9208-4), 329 pages
  • « Le plan Mayotte 2015 : professionnaliser l'agriculture », et Gaëlle Josse-Alaterre, « Aquamay, l'essor d'une aquaculture marine », Alim'agri, magazine du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire Supplément au no 1549 (juillet-août-septembre 2011) - p. 36
  • Claude Allibert, Mayotte, plaque tournante et microcosme de l'océan Indien occidental. Son histoire avant 1841, Paris, Anthropos, 1984, 352 pages
  • Pascal Abla, Ornella Lamberti et al., Glitter - hors-série spécial nouveaux arrivants, Mayotte, , 58 p..
  • (collectif), Etudes Océan Indien n°33-34 : Regards sur Mayotte, INALCO.fr (ISBN 2-85831-135-8, lire en ligne).

FilmographieModifier

  • Mayotte, une île entre deux eaux, réalisé par Anthony Binst, Institut de Recherche pour le Développement, 2013, 52 min (HD)
  • Vivien Chareyre et Klervi Le Cozic, « Mayotte, quand l’Agriculture Sort de Terre », sur latelelibre.fr, Kwezi TV et LaTéléLibre.fr, , 26 min.
  • Paradis amers, téléfilm de Christian Faure, 2012
  • Veilleurs du Lagon, film documentaire d'Oliver Dickinson, 2011.
  • Un homme et ses femmes, la polygamie à Mayotte, film documentaire de Rémi Rozié, France Ô et Beta Production, 2009, 52 min
  • L'Océan indien : Mombasa, Zanzibar, Mayotte, Madagascar, Maurice, réalisé par Alain Dayan, Seven 7, 2008, 58 min (DVD)
  • Mayotte : m'wendro wa shissiwa (une île en marche), réalisé par Jérémy Blazquez et Philippe De Cet, éd. du Baoboab, Mayotte, 2000, 26 min (VHS)
  • Justice des cadis à Mayotte, réalisé par Jim Damour, Réseau France Outre-mer, 1999, 26 min (VHS)
  • La problématique de l'eau à Mayotte, réalisé par l'Association réunionnaise de réalisations audio visuelles (ARRAV), Saint-Gilles les Bains (La Réunion), 1995, 26 min (VHS).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier