Autoroute A43 (France)

autoroute française

Autoroute A43
Cartouche de la route
Image illustrative de l’article Autoroute A43 (France)
L'A43 à un kilomètre du Guiers et de son entrée en Savoie. Le mont Tournier et la chaîne de l'Épine visibles ici seront tour à tour traversés par les tunnels de Dullin et de l'Épine.
Carte de la route.
Autres dénominations Autoroute de la Maurienne (entre Aiton et le tunnel du Fréjus)
Historique
Ouverture 1972 – 2001
Caractéristiques
Longueur 185 km
Direction nord-ouest / sud-est
Extrémité nord-ouest Lyon
Intersections A46 E 15 à Saint-Priest
A432 E 70 à Saint-Laurent-de-Mure
A48 E 711 à Cessieu
A41 E 712 à La Motte-Servolex puis à Francin
A430 à Aiton
(Italie) à Bardonnèche (via la N 543 et la )
Extrémité sud-est Frontière, dans le tunnel du Fréjus
Réseau Autoroute française, également E 70 E 711
Territoire traversé
1 région Auvergne-Rhône-Alpes
4 départements et collectivités territoriales Métropole de Lyon, Rhône, Isère, Savoie
Villes principales Lyon, Bourgoin-Jallieu, La Tour-du-Pin, La Motte-Servolex, Chambéry, Modane
Exploitation
Concessionnaire AREA et SFTRF

En France, l'autoroute A43 relie Bron dans l'agglomération lyonnaise à Modane pour rejoindre le tunnel du Fréjus en direction de l'Italie. Elle est divisée en deux sections reliées par la route nationale 201 au niveau de Chambéry. Sa partie intra-alpine entre Aiton et le tunnel du Fréjus est appelée autoroute de la Maurienne.

Mise en service entre 1972 et 2001, l'A43 est gérée par l'AREA et la SFTRF pour la partie autoroute de la Maurienne.

Depuis Lyon, sa partie Ouest permet d'accéder au sillon alpin et au bassin lémanique tandis que sa partie Est sert au transit transalpin (route européenne 70) et à l'accès aux stations de sports d'hiver de Savoie, notamment dans la Maurienne.

Caractéristiques modifier

  • 2 × 2 voies
  • 2 × 3 voies : du boulevard périphérique de Lyon à l'A46 ; dans l'échangeur avec l'A432 ; de la barrière de péage de Saint-Quentin-Fallavier à l'A48 (34 km) ; de l'échangeur de Saint-Baldoph aux aires de service Le Granier/L'Abis ; de la barrière de péage de Chignin à l'A41 Sud
  • 2 × 4 voies entre l'A46 et l'A432 (7 km) puis entre l'A432 et la barrière de péage de Saint-Quentin-Fallavier (7 km)
  • 208 kilomètres de longueur
  • Aires de service

Historique modifier

  • Années 1940 : dans le cadre du plan Chalumeau[1], il est prévu de réaliser des pénétrantes dans la ville de Lyon qui vont croiser le boulevard périphérique de Lyon. Comme le boulevard de ceinture, ces pénétrantes doivent avoir un caractère de boulevard urbain. Une pénétrante est construite au départ de la place du Bachut, par l'actuelle avenue Jean Mermoz avant de croiser le périphérique et de rejoindre la RN6 au niveau de l'aéroport de Bron. L'avenue, arborée, est à une ou deux chaussées suivant les sections.
  • 1973 : ouverture du tronçon Lyon - Bourgoin-Jallieu. À la sortie de Lyon, l'autoroute réutilise l'emprise de la pénétrante. Le premier kilomètre, entre la rue de la Moselle et le périphérique (autopont par-dessus le boulevard Pinel), est réalisé par l'État alors que la suite est concédée. L'autoroute est directement en 2 × 3 voies jusqu'à la barrière de péage de Saint-Quentin-Fallavier.
  • 1974 : ouverture de Bourgoin-Jallieu - Chambéry.
  • 1982-1988 : agrandissement de l'échangeur Porte des Alpes (sortie 3). Initialement, la seule possibilité était Chambéry ↔ D112-sud. Après, tout est possible sauf Chambéry → D112-nord.
  • 1988 : ouverture du demi-échangeur de Belmont-Tramonet (sortie 11) de/vers Chambéry.
  • 1989 : ouverture depuis l'embranchement avec l'A41S (Francin) jusqu'à Montmélian. Le tronçon de l'A41 entre Chambéry/RN 201 et Francin est renuméroté A43.
  • 1989 : ouverture de l'échangeur de Villefontaine (sortie 6).
  • 1990 : mise à 2 × 3 voies entre Saint-Quentin-Fallavier et la bifurcation de l'A48 (Coiranne).
  • 1991 : mise en service du deuxième tube (sud) du tunnel de l'Épine.
  • 1991 : ouverture de Montmélian - Aiton. L'A430 est mise en service simultanément ainsi que leur échangeur commun (Pont-Royal).
  • 1992 : la barrière de péage de Chambéry-Sud est reculée à Chignin. Ouverture simultanée du demi-échangeur de Saint-Baldoph rendant l'autoroute gratuite jusqu'à cette sortie et permettant d'éviter la traversée de la Ravoire (CD 5).
  • 1997 : mise à 2 × 3 voies entre la barrière de péage de Chignin et l'embranchement de l'A41S (Francin).
  • 1997 : ouverture de la section Aiton - Sainte-Marie-de-Cuines.
  • 1998 : ouverture de la section Sainte-Marie-de-Cuines - Saint-Michel-de-Maurienne.
  • 1998 : mise à 2 × 3 voies entre la fin de la N201 et la sortie Saint-Baldoph.
  • 1998-2004 : mise en 2 × 4 voies entre Saint-Priest (A46) et Saint-Quentin-Fallavier.
  • 2000 : ouverture de Saint-Michel-de-Maurienne - Freney, avec intégration de la RN 566 menant au tunnel du Fréjus. La partie dans le tunnel garde le statut de route nationale sous l’appellation RN 543.
  • 2002 : l'échangeur 11 (Belmont-Tramonet) est complet (reconstruction pour entrée/sortie côté Lyon également).
  • 2004 : l'échangeur 20 (Saint-Baldoph) est complet (construction des bretelles côté Turin). Mise en 2 × 3 voies jusqu'aux aires de repos voisines (Granier/Abis)
  • 2009 : Le premier kilomètre de l'autoroute (non-concédé) au départ de Bron est déclassé par décret en date du 11 juin 2009 et reclassé en RN 2043[2]. L'autopont de cette section sera détruit par la suite et remplacé par un boulevard urbain[3],[4],[5].
  • 2014 : ouverture de l'échangeur 9.1, orienté vers Lyon, à l'est de La Tour-du-Pin (commune de Saint-Didier-de-la-Tour), parallèlement à l'élargissement de l'autoroute. Ce projet a coûté 8,3 millions d'euros hors taxes, financé par le Conseil général de l'Isère et la communauté de communes Les Vallons de la Tour. Il a en outre nécessité la construction d'un nouveau pont sur la route départementale 1006[6]. Ajout d'une quatrième voie entre La Tour-du-Pin-ouest et l'Aire des Marouettes.
  • 2014 : ajout d'une troisième voie dans la montée de Chambéry-nord au tunnel de l'Épine.

Sorties modifier

Section de Lyon à l'A46 modifier

Section gratuite gérée par la Direction interdépartementale des Routes Centre-Est.

 
Le raccord entre l'A43 et le boulevard périphérique de Lyon utilise un système d'échangeur complexe.

Section de l'A46 à Chambéry modifier

Section payante concédée à l'AREA.

 
Vue aérienne du péage de
Saint-Quentin-Fallavier.
 
L'échangeur vers la D 921d et le lac d'Aiguebelette.
 
Direction Lyon à moins d'un kilomètre de l'entrée du tunnel de l'Épine.

RN 201 modifier

 
La route nationale 201 sortant du tunnel des Monts et continuant en direction des A43 et A41 Sud.

L'A41 est absorbée par la RN 201 pour la traversée de Chambéry.

Section de Chambéry à Aiton modifier

 
L'A43 à Montmélian, devant le mont Blanc.
 
Séparation A43-A430 pour la Tarentaise.
 
Extrémité de l'autoroute : tunnel du Fréjus vers l'Italie.

Cette section est concédée à l'AREA. Elle est gratuite jusqu'à la première sortie   20 Saint-Baldoph - Challes-les-Eaux.

  •   Début statut autoroutier de l'A43 (toujours en tronc commun avec l’A41)
  •   20 Saint-Badolph à 99 km : Saint-Baldoph, Challes-les-Eaux
    •   Aires de service Le Granier (sens Chambéry-Italie), L'Abis (sens Italie-Chambéry)
  •   Gare de Péage de Chignin
  •   21 Chignin à 102 km : Chignin, Les Marches
  •   Échangeur entre A43 et A41 : l'A41 sud permet de rejoindre Grenoble
  •   22 Montmélian à 109 km : Montmélian
  •   23 Saint-Pierre-d'Albigny à 119 km : Saint-Pierre-d'Albigny, Massif des Bauges (demi-échangeur) +   Aires de service Val-Gelon (sens Chambéry-Italie), L'Arclusaz (sens Italie-Chambéry)
  •   Échangeur entre A43 et A430 : Tarentaise, Val d’Arly, Beaufortain, Albertville
  •   24 Aiton à 127 km : La Rochette, Saint-Pierre-d'Albigny, Chamoux-sur-Gelon

Section d'Aiton à l'Italie modifier

Cette section est appelée l'Autoroute de la Maurienne. Elle est payante et concédée à la SFTRF.

    •   Aire de repos Saint-Pierre-de-Belleville (sens Chambéry-Italie)
  •   25 Épierre à 140 km : Aiguebelle, chaîne des Hurtières, Épierre, col du Grand Cucheron
    •   Aire de repos Saint-Léger (sens Italie-Chambéry)
  •   26 La Chambre à 156 km : La Chambre, vallée des Villards, col de la Madeleine, col du Glandon +   Aires de repos Sainte-Marie-de-Cuines (sens Chambéry-Italie), Saint-Avre (sens Italie-Chambéry)
  •   27 Saint-Jean-de-Maurienne à 163 km : Saint-Jean-de-Maurienne, Hermillon, vallée de l'Arvan, col de la Croix de Fer (demi-échangeur)
  •   28 Saint-Julien-Montdenis à 171 km : Saint-Julien-Mont-Denis, Saint-Jean-de-Maurienne, vallée de l'Arvan, col de la Croix de Fer
    •   Aires de service Saint-Julien-Montdenis (sens Italie-Chambéry), Rieu-Sec (réservée aux poids-lourds) (sens Chambéry-Italie)
  •   Gare de Péage de Saint-Michel-de-Maurienne
  •   29 Saint-Michel-de-Maurienne à 177 km : Saint-Michel-de-Maurienne, Valloire, Valmeinier, col du Galibier +   Aire de service Saint-Michel-de-Maurienne (sens Chambéry-Italie)
  •   Tunnel des Sorderettes (372 m) dans le sens Lyon-Fréjus
  •   Tunnel d'Orelle (3 692 m) (section en 2 × 1 voies)
  •   30 Modane à 190 km : Chambéry, Albertville, Saint-Jean-de-Maurienne par RD, Modane, Haute Maurienne, Vanoise, col du Mont-Cenis, col de l'Iseran +  
  •   Section en 2+1 voies (2 files en direction du tunnel) jusqu'au tunnel
  •   31 Valfréjus à 194 km : Valfréjus, Modane
  •   Gare de Péage du Tunnel du Fréjus,   Fin d'autoroute
  •   Tunnel du Fréjus
  •   France   Italie Frontière franco-italienne à l'intérieur du tunnel par la RN 543
  • Autoroute italienne A32 E70

Ouvrages d’art modifier

Lieux sensibles modifier

 
Ralentissements lors d'un chassé-croisé de vacanciers au sud de Chambéry en hiver avec en arrière-plan la chaîne de Belledonne.
  • Bouchons fréquents entre Lyon et Chambéry (surtout en vacances d’hiver).
  • Ralentissements à la bifurcation A41 (depuis Annecy) – A43 (depuis Chambéry).
  • Bouchons entre l'A430 et le tunnel du Fréjus.

Croisements autoroutiers modifier

 
L'A41 joint l'A43 à Porte-de-Savoie avec en arrière-plan le massif des Bauges.

Départements traversés modifier

L'autoroute A43 traverse trois départements et une métropole à statut de collectivité territoriale, assimilée à un département.

La liste suivante répertorie les villes desservies et les sites remarquables à proximité de l'autoroute.

Métropole de Lyon
Rhône
Isère
Savoie

Galerie d'images modifier

Notes et références modifier

  1. Plan général de la commune de Lyon et des améliorations projetées pour son extension, par Camille René Just Chalumeau (1879-1972), ingénieur en chef de la ville, et Pierre Eugène Lapeyre (né en 1887), ingénieur voyer principal, . Manuscrit sur fond de plan imprimé.
  2. « Décret du 11 juin 2009 portant déclassement de la catégorie des autoroutes de la section d'extrémité Est de l'autoroute A 43 à Lyon (Rhône) et reclassement dans la voirie nationale sous la dénomination RN no 2043 », sur Légifrance, (consulté le ).
  3. « Lyon - travaux - Mermoz-Pinel : le tablier de l'A 43 n'est plus qu'un tas de gravats », sur Le Progrès, (consulté le )
  4. « Lyon Est : circulation perturbée sur l’A43 à partir de mars », sur Autoroutes Paris-Rhin-Rhône, (consulté le )
  5. « Lyon: la démolition du viaduc de l'A43 démarre », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  6. « A43 La Tour-du-Pin », sur aprr.com (consulté le ).
  7. « Tunnel d'Orelle (Orelle, 2000) », sur Structurae (consulté le )
  8. Setec tpi : Viaducs mixtes bi-poutre sur l’autoroute de la Maurienne
  9. Setec tpi : Viaducs mixtes en caisson sur l’autoroute de la Maurienne
  10. Stec tpi : Viaduc de Saint-André sur l’autoroute de la Maurienne

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :