Évry-Courcouronnes

commune nouvelle de l'Essonne

Évry-Courcouronnes
De haut en bas, de gauche à droite : l'église de Courcouronnes; la gare d'Évry-Courcouronnes; le centre commercial Evry2; la mairie annexe de Courcouronnes; le Parc-Bord-de-Seine à Évry; le Genoscope à Évry; Courcouronnes: le canal; l'ancien Centre spatial d’Évry.
Courcouronnes, l'église.jpg Gare Evry-Courcouronnes 20080323 IMG 3214.jpg
Centre commercial Evry 2 le 9 avril 2013 - 8.jpg Mairie Courcouronnes IMG 2297.jpg
EvryParcBordSeine.JPG Genoscope.jpg
Courcouronnes, le Canal.jpg CNES 2011 001.jpg
Image illustrative de l’article Évry-Courcouronnes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
(préfecture)
Arrondissement Évry
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart
(siège)
Maire
Mandat
Stéphane Beaudet (SE)
2020-2026
Code postal 91000-91080
Code commune 91228
Démographie
Gentilé Évry-Courcouronnais[1]
Population
municipale
67 967 hab. (2017)
Densité 5 352 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 26″ nord, 2° 25′ 46″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 96 m
Superficie 12,70 km2
Élections
Départementales Canton d'Évry
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Évry-Courcouronnes
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Évry-Courcouronnes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Évry-Courcouronnes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Évry-Courcouronnes
Liens
Site web evrycourcouronnes.fr

Évry-Courcouronnes est une commune nouvelle française, créée le , issue de la fusion à cette date des communes d'Évry et Courcouronnes, préfecture du département de l’Essonne, dans la région Île-de-France.

GéographieModifier

SituationModifier

 
Localisation de la commune d'Évry-Courcouronnes dans le département de l'Essonne.

Communes limitrophesModifier

  Ris-Orangis Soisy-sur-Seine  
Bondoufle N Étiolles
O    Évry-Courcouronnes    E
S
Lisses Corbeil-Essonnes

Relief et géologieModifier

 
Orthophotographie de la commune d'Évry-Courcouronnes.

HydrographieModifier

ClimatModifier

Le climat de cette commune est celui des communes fusionnées.

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l’occupation des sols en 2018 de la commune Évry-Courcouronnes.

Voies de communication et transportsModifier

 
Carte des réseaux hydrographiques et routiers de la commune Évry-Courcouronnes.

Voies routièresModifier

La commune d'Évry-Courcouronnes est traversée par plusieurs axes importants de communication. Le premier d’entre eux étant l’autoroute A6 qui traverse le territoire du nord-ouest au sud-est sur plus de trois kilomètres. À l'est, le territoire de la commune est traversée du nord au sud par la route nationale 7 ; et à l'ouest, il est traversée du nord au sud par la route départementale 446, qui est une portion de l'ancienne route nationale 446.

La commune est aussi accessible par plusieurs échangeurs de la Francilienne (N104) : au nord, par les échangeurs 35 et 36 ; et au sud, par les échangeurs 30, 32 et 33. En outre, la Francilienne longe l'autoroute A6 sur toute sa traversée du territoire de la commune et l'échangeur 34 permet de passer de l'une à l'autre.

Transports ferroviairesModifier

Le territoire de la commune d'Évry-Courcouronnes est traversée par deux lignes ferroviaires empruntées par les trains de la ligne D du RER et est directement desservie par trois gares située dans la commune :

Deux autres gares de la ligne D, situées sur le territoire de la commune Ris-Orangis, aux limites Nord d'Évry-Courcouronnes, sont accessibles aux habitants d'Évry-Courcouronnes :

Le trafic nocturne est assuré par le réseau de bus Noctilien avec les lignes N135 vers la gare de Villeneuve-Saint-Georges et N144 vers la gare de Paris-Est;

À l'horizon 2022, Évry-Courcouronnes sera desservie par la ligne 12 Express du tramway d'Île-de-France dont trois stations seront situées sur son territoire.

Transports en commun routiersModifier

La commune est le point de départ des lignes 91.01 (vers Brunoy), 91.04 (vers Arpajon), 91.05 (vers Massy) et 91.09 (vers Yerres) du réseau de bus Albatrans, de la ligne 50 du Senart bus à destination de Savigny-le-Temple, et est le centre des lignes 401, 402, 403, 404, 405, 407, 407S, 408, 409, 413, 414, 414D, 415, 416 et 453 du réseau de bus TICE.

UrbanismeModifier

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

 
Plan cadastral de la commune d'Évry-Courcouronnes.

Évolution de l'habitatModifier

Morphologie urbaineModifier

Plusieurs quartiers de la ville d'Evry-Courcouronnes sont classées dans les plus sensibles de la ville : les quartiers des Aunettes, le Champtier-du-Coq, le Canal, les Pyramides, le Parc aux Lièvres, Bois Sauvage et des Épinettes.

LogementsModifier

Projets d'aménagementModifier

Risques naturels et technologiquesModifier

ToponymieModifier

Le nom est l'accolement des noms des deux communes déléguées, Évry et Courcouronnes.

HistoireModifier

Début 2018, les maires d’Évry et de Courcouronnes annoncent leur volonté de fusionner leurs villes au sein d'une commune nouvelle qui serait créée le , afin de mieux peser face à la Métropole du Grand Paris et bénéficier d'une dotation globale de fonctionnement (DGF) augmentée de 5 % pendant trois ans[2],[3],[4].

La commune nouvelle est ainsi créée au par un arrêté préfectoral du [5].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune fait partie de l'arrondissement et du canton d'Évry ainsi que de la première circonscription de l'Essonne pour l'élection des députés.

IntercommunalitéModifier

Évry-Courcouronnes est membre de la communauté d'agglomération Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart.

Administration municipaleModifier

Jusqu'aux élections municipales de 2020, le conseil municipal de la commune nouvelle est constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes fusionnées, soit 77 conseillers.

À compter des élections de 2020, le nombre de conseillers municipaux est celui d'une commune comprenant de 80 000 à 99 999 habitants, soit 53[6],[7].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs de la commune nouvelle
Période Identité Étiquette Qualité
8 Janvier 2019[8] En cours
(au 28 mai 2020)
Stéphane Beaudet[9] DVD[10] Directeur de relations publiques
Maire de Courcouronnes (2001 → 2018)
Conseiller régional d'Île-de-France (2010 → )
Vice-président du conseil régional (2015 → )
Vice-président de la CA Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart (2016 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[11]

Communes déléguéesModifier

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Évry
(siège)
91228 CA Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart 8,33 54 663 (2016) 6 562
Courcouronnes 91182 CA Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart 4,37 13 427 (2016) 3 073

JumelagesModifier

 
Jumelages et partenariats d’Évry-Courcouronnes. 
Jumelages et partenariats d’Évry-Courcouronnes. 
VillePaysPériode
 Bamako[12] Malidepuis
Borough londonien de Bexley[12] Royaume-Unidepuis
 Dakar[12] Sénégaldepuis
Kayes[12] Malidepuis
Nouakchott[12] Mauritanie
 Nowy Targ[12] Polognedepuis
 Troisdorf[12] Allemagnedepuis

Évry-Courcouronnes forme des liaisons de jumelage avec Bexley, Troisdorf et Nowy Targ et des partenariats avec Kayes, Bamako, Dakar et Nouakchott.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique du territoire de la commune nouvelle
Évry et Courcouronnes réunis
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7 29219 66334 54258 79363 39167 06065 88068 090
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : INSEE RGP 2016[13])

EnseignementModifier

Les élèves d'Évry-Courcouronnes sont rattachés à l'académie de Versailles.

Enseignement primaire et secondaireModifier

Écoles maternelles :

  • Aguado (quartier d'Aguado)
  • Albert Levasseur (quartier d'Évry-Village)
  • Alphonse de Lamartine (quartier du Champtier du Coq)
  • Condorcet (quartier des Aunettes)
  • Françoise Dolto (quartier du Bois Sauvage)
  • Georges Lapierre (quartier des Épinettes)
  • Jacques Brel (quartier du Canal)
  • Jacques Tati (quartier du Canal)
  • Jean de La Fontaine (quartier du Parc aux Lièvres)
  • La Communale (quartier des Épinettes)
  • La Lanterne (quartier des Épinettes)
  • La Poule Rousse (quartier des Pyramides)
  • Le Mousseau (quartier du Mousseau)
  • Le Parc aux Biches (quartier du Parc aux Biches)
  • Le Petit Dragon (quartier des Pyramides)
  • Les Coquibus (quartier d'Évry-Centre)
  • Maurice Genevoix (quartier des Pyramides)
  • Nicolas-Jacques Conté (quartier des Aunettes)
  • Paul Bert (quartier Courcouronnes-Centre)
  • Paul Gauguin (quartier du Canal)
  • Vincent Van Gogh (quartier du Canal)
  • école privée Sainte-Mathilde (quartier d'Aguado)

Écoles élémentaires :

  • Aimé Césaire (quartier d'Évry-Centre)
  • Albert Levasseur (quartier d'Évry-Village)
  • Alexandre Dumas (quartier des Pyramides)
  • Condorcet (quartier des Aunettes)
  • François Mauriac (quartier du Parc aux Lièvres)
  • Georges Lapierre (quartier des Épinettes)
  • Jacques Cartier (quartier du Champtier du Coq)
  • Jacques Tati (quartier du Canal)
  • Jules Ferry (quartier de la Garenne)
  • Jules Verne (quartier des Pyramides)
  • La Communale (quartier des Épinettes)
  • La Lanterne (quartier des Épinettes)
  • Le Mousseau (quartier du Mousseau)
  • Le Parc aux Biches (quartier du Parc aux Biches)
  • Les Champs-Élysées (quartier des Champs-Élysées)
  • Les Coquibus (quartier d'Évry-Centre)
  • Maréchal Leclerc (quartier d'Évry-Village)
  • Maurice Genevoix (quartier des Pyramides)
  • Nicolas-Jacques Conté (quartier des Aunettes)
  • Paul Bert (quartier Courcouronnes-Centre)
  • Paul Gauguin (quartier du Canal)
  • Vincent Van Gogh (quartier du Canal)

Collèges :

  • collège Galilée (quartier des Épinettes)
  • collège Le Village (quartier d'Aguado)
  • collège Montesquieu (quartier du Champtier du Coq)
  • collège Notre-Dame-de-Sion (quartier des Champs-Élysées)
  • collège Paul Éluard (quartier des Épinettes)
  • collège Paul-Fort (quartier Courcouronnes-Centre)
  • collège des Pyramides (quartier des Pyramides)

Lycées :

  • lycée professionnel Auguste Perret (quartier des Champs-Élysées / du Champtier du Coq)
  • lycée professionnel Charles Baudelaire (quartier des Champs-Élysées / du Champtier du Coq)
  • lycée Georges Brassens (quartier du Canal)
  • lycée du Parc des Loges (quartier du Bois Sauvage)
  • lycée privé Notre-Dame-de-Sion (quartier des Champs-Élysées)
  • CFA Faculté des Métiers de l'Essonne (quartier du Bras-de-Fer)

Enseignement supérieurModifier

Services et équipements publicsModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

SantéModifier

SportsModifier

MédiasModifier

Lieux de cultesModifier

ÉvryModifier

  • Cathédrale de la Résurrection Saint-Corbinien, le Clos de la Cathédrale.
  • Église Saint-Pierre et Saint-Paul, avenue du Château.
  • Église Notre-Dame d'Espérance, Rond-Point du Parc aux Liévres.
  • Chapelle de l'ensemble scolaire Notre-Dame de Sion, rue de Ratisbonne.
  • Chapelle du relais Saint-Jean, avenue Victor Hugo.
  • Chapelle du monastère de la Croix des dominicains, Cours de Monseigneur Roméro.
  • Église protestante évangélique, place de l'Yerres.
  • Église évangélique adventiste, allée du Père Duchêne.
  • Salle du royaume des témoins de Jéhovah, route Nationale 7.
  • Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, boulevard Louise Michel.
  • mosquée d'Évry-Courcouronnes, rue Georges Brassens.
  • Synagogue allée du Pourquoi Pas.

CourcouronnesModifier

  • Église de la Nativité, rue de la Cerisaie.
  • Église Saint-Guérault, allée Pierre Ronsard.
  • Église protestante chemin de la vie, rue Marquis de Raies.
  • Église universelle du royaume de Dieu ou Centre d'Accueil Universel, 507 Place des Champs-Elysées.

ÉconomieModifier

C’est dans cette ville que la société Grill Courtepaille a son siège. Elle accueille également le Genopole, biocluster français de recherche scientifique[14].

 
Les bureaux de la société Accor


Culture locale et patrimoineModifier

Le patrimoine de cette ville est celui des deux communes fusionnées.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Transports : les connexions d'une ville capitale », Le Magazine d'Évry-Courcouronnes, no 7,‎ , p. 27 (lire en ligne [PDF]).
  2. Florian Garcia, « Fusion d’Evry et Courcouronnes : les habitants veulent en savoir plus : Ce samedi, lors de leurs cérémonies de vœux respectives, les maires d’Evry et de Courcouronnes ont annoncé leur volonté de fusionner les deux communes », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  3. Alain Piffaretti, « Evry et Courcouronnes veulent unir leurs destins », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  4. Florian Garcia, « Ce qu’il faut savoir sur la fusion d’Évry et Courcouronnes : Evry et Courcouronnes se sont lancées dans la rédaction d’une charte qui scellera les fondements de leur fusion annoncée en début d’année. L’occasion de revenir, point par point, sur les questions que se posent les habitants », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  5. « Arrêté préfectoral n°2018-PREF-DRCL-540 du 12 octobre 2018 portant création de la commune nouvelle Évry-Courcouronnes », Recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Essonne, no 127,‎ , p. 83-86 (lire en ligne [PDF], consulté le 27 octobre 2018).
  6. Florian Garcia, « Évry-Courcouronnes : Stéphane Beaudet prend la tête d’une commune de 70 000 habitants : Le premier conseil municipal de la commune nouvelle s’est tenu ce mardi. A l’ordre du jour, l’élection du maire et de ses adjoints. », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  7. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  8. Maryne Vialette, « Stéphane Beaudet élu à la tête de la commune nouvelle Evry-Courcouronnes », Le Républicain de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020) « Sans surprise, Stéphane Beaudet a été désigné à la tête de la nouvelle collectivité Evry-Courcouronnes, le mardi 8 janvier, avec 73 voix sur 76 ».
  9. Sébastien Morelli, Pauline Darvey, Cécile Chevallier, « Municipales à Evry-Courcouronnes : Stéphane Beaudet, une figure qui divise la classe politique de l’Essonne : À 47 ans, le maire (ex-LR) de la ville nouvelle créée il y a un an suscite l’admiration de nombreux poids lourds politiques de l’Essonne, comme Manuel Valls. Pour d’autres, il est ce « bébé Chirac » qui a trahi sa famille politique », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020) « Il cumule aussi les casquettes : président de l'Association des maires d'Ile-de-France (Amif), vice-président à la région chargé des transports, premier vice-président à l'agglomération Grand Paris Sud, président de Genopole… Malgré des ambitions nationales que certains lui prêtent depuis longtemps, il ne s'est jamais présenté à la députation ».
  10. Cécile Chevallier, « Stéphane Beaudet, vice-président de la région Ile-de-France, quitte les Républicains », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2018).
  11. Pauline Darvey, « Evry-Courcouronnes : Stéphane Beaudet devient le premier maire élu de la ville nouvelle : À la tête de Courcouronnes depuis 2001, Stéphane Beaudet avait pris les rênes de cette commune nouvelle en janvier 2019 après la fusion avec Évry. Ce jeudi, il a été officiellement élu maire », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2020) « Ce jeudi, en fin d'après-midi, Stéphane Beaudet (sans étiquette) vient tout juste d'être élu maire d'Evry-Courcouronnes par le nouveau conseil municipal de la commune (...) « J'ai pensé à demander à tout le conseil municipal de démissionner car je considère qu'on a volé la démocratie aux électeurs », poursuit celui qui a remporté l'élection avec 54,78 % des voix lors du premier tour. En filigrane : l'abstention record de ce scrutin qui a dépassé les 72 % à Evry-Courcouronnes, contre une moyenne nationale de 55,25 % ».
  12. a b c d e f et g « Coopération et jumelage », (consulté le 15 septembre 2020)
  13. INSEE, Recensement général de la population 2016, Document mentionné en liens externes.
  14. GENOPOLE