Arbois

commune française du département du Jura

Arbois
Arbois
La place de la Liberté à Arbois.
Blason de Arbois
Blason
Arbois
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Intercommunalité Communauté de communes Arbois, Poligny, Salins – Cœur du Jura
Maire
Mandat
Valérie Depierre
2020-2026
Code postal 39600
Code commune 39013
Démographie
Gentilé Arboisiens-Arboisiennes
Population
municipale
3 295 hab. (2019 en diminution de 6,63 % par rapport à 2013)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 54′ 13″ nord, 5° 46′ 29″ est
Altitude Min. 246 m
Max. 613 m
Superficie 45,42 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Arbois
(ville-centre)
Aire d'attraction Arbois
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton d'Arbois
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Arbois
Géolocalisation sur la carte : Jura
Voir sur la carte topographique du Jura
City locator 14.svg
Arbois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arbois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arbois
Liens
Site web arbois.fr

Arbois (/aʁ.bwa/) est une commune française située dans le département du Jura, en région Bourgogne Franche-Comté.

Avec 3 463 habitants nommés Arboisiens et Arboisiennes en 2019, elle est la neuvième commune la plus peuplée au niveau départemental. Affichant une altitude qui varie de 246 à 613 mètres, elle se situe en bordure du massif du Jura, au cœur du vignoble jurassien et à l'entrée d'une reculée cernée de falaises abruptes. Capitale des vins du Jura, Arbois fut la première appellation d'origine contrôlée (AOC) de France dès 1936.

Elle doit également sa renommée à Louis Pasteur qui y déménagea avec sa famille en 1830 à l'âge de huit ans. Après avoir hérité de la maison familiale, il y installa un laboratoire dans lequel il réalisa des expérimentations sur la vigne pour mettre au point le procédé de pasteurisation.

Arbois est un pôle culturel, touristique et gastronomique important en Franche-Comté, avec une dizaine de bâtiments protégés au titre des monuments historiques, trois musées, de nombreux hôtels et restaurants renommés, de grands domaines viticoles et un cadre naturel remarquable propice à la randonnée.

GéographieModifier

SituationModifier

La commune d'Arbois est située en région Bourgogne-Franche-Comté, dans le nord-est du département du Jura. Les grandes villes les plus proches sont Besançon, préfecture du département du Doubs, située à 42 km à vol d'oiseau vers le nord-est, Dijon, préfecture de région, située à 72 km en direction du nord-ouest, et les villes suisses de Lausanne distante de 78 km au sud-ouest et de Genève à 83 km au sud. Paris, la capitale, se trouve à 335 km au nord-ouest. Arbois est à 30 km au nord-est de Lons-le-Saunier, préfecture du département du Jura, et à 30 km au sud-est de Dole, sous-préfecture et ville la plus peuplée du département.

Le territoire communal est limitrophe de treize autres communes.

Géologie et reliefModifier

 
Le cirque du Fer à Cheval, au bout de la reculée d'Arbois.

La superficie de la commune est de 4 542 hectares ; son altitude varie de 246 à 613 mètres. Le point le plus bas se situe à l'endroit où la Cuisance quitte le territoire communal et son point culminant au sud de la commune dans la forêt d'Arbois au lieu-dit de la Côte de Pierre Encise. Le centre-ville, situé à une altitude comprise entre 270 et 310 mètres, est dominé au sud par l'Ermitage (425 mètres).

Arbois fait partie du Revermont puisqu'elle se trouve au pied du premier plateau du Jura, à la sortie de la reculée des Planches dans laquelle la Cuisance prend sa source. Associée à Salins-les-Bains et Poligny, elle formait le « Pays du Revermont ». Les premières pentes du plateau du Jura sont consacrées aux vignobles, et la forêt couvre le dessus du plateau et les pentes en ubac.

HydrographieModifier

Arbois est traversée par la Cuisance, une rivière longue de 32,2 km qui prend sa source dans la reculée d'Arbois et parcourt le territoire de la commune sur une dizaine de kilomètres. Le Ruisseau Javel, d'une longueur de 3,15 km prend sa source à l'est dans la commune de Mesnay et se jette dans la Cuisance à Arbois. Le centre-ville s'est développé principalement entre ses deux cours d'eau. Le Glanon, un ruisseau de 6,7 km qui prend naissance sur la commune de Pupillin au sud d'Arbois, traverse en partie l'ouest de la commune. Le Ruisseau d'Orgevaux est un autre affluent de la Cuisance qui parcourt 3,18 km uniquement sur le territoire d'Arbois. D'autres cours d'eau mineurs traversent la commune tels que le Ruisseau Saint-Jean, le Ruisseau de Pupillin, le Ruisseau de Gaillardon et le Ruisseau du Sorbief.

ClimatModifier

Arbois bénéficie d'un climat continental caractérisé par des hivers marqués mais sans excès et des étés tempérés à chaud. Les précipitations sont relativement importantes (1 350 mm par an contre une moyenne nationale de 900 mm, 640 mm à Paris et 1 210 mm à Brest). La présence des vignes en témoigne et les rivières de la Loue et du Doubs sont assez éloignées pour limiter les nappes de brouillard en hiver, l'influence de la petite rivière la Cuisance étant faible.

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune au lieu-dit Grange Geillon et mise en service en 1994 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[1].

Statistiques 1991-2020 et records ARBOIS (39) - alt : 313 m 47° 53′ 46″ N, 5° 44′ 25″ E
Statistiques et records établis sur la période du 01-10-1994 au 03-07-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,4 0,9 3,4 6,4 10 13,2 14,9 14,7 11,2 8,4 3,9 1,1 7,4
Température moyenne (°C) 3,3 4,4 7,8 11,3 15 18,5 20,3 20,1 16,2 12,7 7,2 4 11,4
Température maximale moyenne (°C) 6,2 7,9 12,2 16,3 19,9 23,8 25,7 25,4 21,3 16,9 10,5 6,9 16,1
Record de froid (°C)
date du record
−13,8
05.01.1995
−15,4
05.02.2012
−13,4
01.03.2005
−4,3
08.04.2003
−1
06.05.2019
2,8
02.06.2006
7,4
24.07.2011
4,6
31.08.1995
1,7
30.09.1995
−4,6
31.10.1997
−9,4
23.11.1998
−14,8
24.12.2001
−15,4
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
16,4
05.01.1999
21,7
24.02.2021
25,1
31.03.2021
28
21.04.2018
31,4
25.05.2009
36,1
26.06.2019
38,2
24.07.2019
38,9
07.08.2003
33,5
14.09.2020
29,6
07.10.2009
22,9
08.11.2015
18,2
24.12.2012
38,9
2003
Précipitations (mm) 87,1 85 87,5 93,6 122,6 90,8 99,1 102,3 91,7 116 119 107,9 1 202,6
Source : « Fiche 39013004 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/07/2022 dans l'état de la base


UrbanismeModifier

TypologieModifier

Arbois est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Arbois, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 3 919 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arbois, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 16 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (48,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (49,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (48,3 %), cultures permanentes (17,7 %), terres arables (9,8 %), zones agricoles hétérogènes (9,6 %), prairies (9 %), zones urbanisées (4,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Arbois possède un paysage typique de la région naturelle du Revermont. La plaine est plutôt occupée par une agriculture de type céréalière avec des parcelles de taille moyenne. Les bas du coteau sont principalement cultivés en prairies entourées de petites haies pour l'élevage laitier. Certaines vignes sont cultivées dans la même zone. Le reste des coteaux est occupé par de petites parcelles de vigne avec quelques prés disséminés suivant les zones. Le haut des coteaux et le plateau sont recouverts de bois.

QuartiersModifier

La ville d'Arbois compte onze quartiers :

  • Bergère - Besancenot
  • Centre Ville
  • Clair Logis - Changin
  • Faramand - Saint-Jean
  • Gare
  • Hôpital - Cesy
  • La Platière - Route de Lyon
  • Maison Pasteur
  • Piscine
  • Vereux - Larney
  • ZA Villette - Fin de Changin

LogementModifier

 
Vieilles maisons à encorbellement au-dessus de la Cuisance.

Au recensement de 2019, la commune comptait 2 045 logements dont 1 638 étaient des résidences principales, 302 des logements vacants et 105 des résidences secondaires. Le nombre de logements situé dans des immeubles collectifs s'élève à 740 appartements, soit 36.2 % du total, et 1 302 maisons individuelles. Sur les 1 638 résidences principales construites avant 2016 que compte la commune, 646 (39.4 %) ont été achevées avant 1919, 808 (49.3 %) entre 1919 et 1990, et 184 (11.3 %) de 1991 à 2015. L'ancienneté d'emménagement dans la résidence principale montre que sur les 3 050 habitants des ménages de la commune au recensement de 2019, 1 659 ont emménagé depuis 10 ans ou plus, 1 074 depuis 2 à 9 ans et 316 depuis moins de 2 ans.

Évolution du nombre de logements à Arbois
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2019
1 578 1 789 1 766 1 890 1 969 2 039 2 051 2 045

Transport et voies de communicationModifier

Infrastructure routièreModifier

La commune d'Arbois est traversée selon un axe nord-sud par la route nationale 83, d'une longueur de 57 km qui relie Besançon à l'autoroute A39 en réalisant la jonction entre la route nationale 57 et l'autoroute A391. L'échangeur autoroutier le plus proche est donc situé à 21 kilomètres au sud-ouest par la route, il s'agit de la sortie no 7 Bersaillin de l'A39 dite l'autoroute verte (Dijon-Bourg-en-Bresse). La route départementale 469 est le deuxième axe routier important qui permet, depuis Arbois, d'atteindre Dole au nord-ouest et Champagnole au sud-est. La route départementale D107 part de la commune en direction de l'est pour rejoindre Pontarlier et la Suisse. Enfin un réseau de routes secondaires permet de relier Arbois aux communes environnantes, la route départementale 246 au sud vers Pupillin, la route départementale 53 à l'ouest vers Villette-lès-Arbois, la route départementale 14 au nord vers Villeneuve-d'Aval et Villers-Farlay et la route départementale 339 au sud vers Les Planches-près-Arbois.

Transports en communModifier

Des autocars du réseau interurbain de la Bourgogne-Franche-Comté Mobigo font une halte à Arbois sur la ligne LR316 Arbois-Champagnole et la ligne LR 312 Arbois-Dole[12].

Liaisons ferroviaires et aériennesModifier

 
La gare SNCF d'Arbois.

La gare d'Arbois, située sur la ligne de Mouchard à Bourg-en-Bresse, est desservie quotidiennement par des trains du réseau TER Bourgogne-Franche-Comté qui la relient directement aux gares de Belfort, Besançon-Viotte, Bourg-en-Bresse, Lons-le-Saunier, Lyon-Part-Dieu et Lyon-Perrache. Le temps de parcours le plus rapide est d'environ h 40 jusqu'à la gare de Besançon-Viotte et de h 30 jusqu'à la gare de Lons-le-Saunier. Par ailleurs, la gare de Mouchard située à 10 minutes de celle d'Arbois et desservie par des TGV Lyria de Paris-Gare-de-Lyon à Lausanne via Dijon-Ville et des TER Bourgogne-Franche-Comté à destination de Dole-Ville, Pontarlier et Saint-Claude. Le trajet le plus court de Paris à Arbois, avec correspondance à Mouchard, est d'environ h 30.

La commune disposait d'un aérodrome avec une piste à usage restreint (code OACI LFGD), qui a été fermé en 2011. L'aéroport français le plus proche est celui de Dole-Jura (35 km) tandis que les aéroports internationaux situés dans un rayon de 200 kilomètres sont l'aéroport de Genève (109 km par la route), l'aéroport de Berne (170 km) et l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry (183 km).

ToponymieModifier

Le mot « arbois » désigne dans les Vosges le cytise. Selon le lexique de André Pégorier, il a en Suisse le sens de « terre riche ». Enfin, le mot peut désigner « un bosquet, un lieu planté d'arbres » (variante de l'ancien français arbroi).

HistoireModifier

PréhistoireModifier

AntiquitéModifier

L'origine de la ville d'Arbois remonte à des temps déjà reculés où il est difficile d'en préciser l’époque. On assure cependant que ses vins étaient déjà connus des Romains.

Moyen ÂgeModifier

  • Jusqu'en 1260, Arbois ne fut qu’une villa, ou bourg sans défense ; elle s'entoura de remparts percés de 5 portes durant les dix années suivantes.
  • La ville eut, durant son histoire, à subir 7 sièges, le premier en 1364 lorsque des routiers tentèrent en vain de pénétrer dans la ville.
  • Un château est construit entre 1205 et 1212 par les comtes de Bourgogne sur le mont de la Châtelaine à 4,5 kilomètres au sud-est d'Arbois[Note 3] ; il est ruiné en 1479 par les troupes de Louis XI qui assiègent le bourg castral, mais ni le roi ni Charles d'Amboise, appelé à la rescousse, ne peuvent faire fléchir les défenseurs de la ville.

Époque moderneModifier

  • En août 1595, après un siège de quelques jours, la ville est prise par les troupes françaises (5 000 hommes et de l'artillerie) du maréchal de Biron (Charles de Gontaut). La population arboisienne qui refusait les appels à la reddition et n'était protégée par aucune garnison n'a pu résister face aux canons. Le capitaine Morel, dit le Prince, défenseur de la cité, est pendu et des exactions sont commises par les français. Henri IV arrivé sur place le 9 août, ne fait rien pour y mettre un terme. Il exige même le versement d'une rançon.
  • Sous le règne de Louis XIII, lors de la guerre de Dix Ans, Arbois soutient un nouveau siège en 1638 : le duc de Longueville prend la ville, la pille et l'incendie.
  • Après le siège victorieux de 1668 (guerre de Dévolution), la ville est encore prise par Louis XIV lors la seconde conquête : après l'échec de François de La Mothe-Villebert en mars 1674, les Français l'emportent le 10 juin de la même année[Note 4]. Les fortifications sont démantelées.

Époque contemporaineModifier

  • En 1834, une insurrection éclate en soutien à la révolte des Canuts[13]; les vignerons proclament, le 13 avril, la République d'Arbois avec cette formule devenue célèbre : "À Arbois, on est tous chefs ! ". L'ordre est rétabli quelques jours après.
  • Au XIXe siècle, la vigne et l'artisanat sont d'importantes activités.
  • Au XXe siècle la ville voit s'implanter de nouvelles industries, et de nouveaux quartiers se font jour.
  • Durant la Seconde Guerre mondiale, le canton d'Arbois, foyer de résistance, est à cheval sur la ligne de démarcation qui passe à quelques kilomètres au sud de la commune située en zone occupée.

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

Sur le plan administratif, la commune est rattachée à l'arrondissement de Dole, au département du Jura et à la région Bourgogne-Franche-Comté[14].

Sur le plan électoral, la commune dépend du canton d'Arbois conservé et agrandi lors du redécoupage cantonal de 2014[14] pour l'élection des conseillers départementaux et de la troisième circonscription du Jura pour les élections législatives.

La commune est membre de la communauté de communes Arbois, Poligny, Salins – Cœur du Jura, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2017, dont le siège est basé à Poligny.

Administration municipaleModifier

 
L'hôtel de ville d'Arbois.

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 2 500 et 3 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 23[15]. La maire est secondée par six adjoints et deux conseillers délégués[M 1]. La maire actuelle de la commune est Valérie Depierre, née en 1975, élue pour la première fois le [16].

Composition du conseil municipal d'Arbois (2020-2026) à la suite du 1er tour l'élection municipale du
Tête de liste Liste Premier tour Second tour Élus
Voix % Voix % CM CC
Valérie Depierre Agir ensemble pour Arbois 695 52,45 - - 18 9
Martine Pingat Pour Arbois unissons nos forces 630 47,55 - - 5 2

Liste des maires d'ArboisModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Comte Albert-Flavien de Froissard de Broissia Propriétaire du château de Neublans
Conseiller général du canton de Chaussin (1848-1869)
Les données manquantes sont à compléter.
Marcel Poux RPF puis UNR Négociant

Conseiller général (1945-1965)

Marcelle Bocat
Constant Chauvin PS
Jean-Pierre Bocat RPR
Constant Chauvin PS Conseiller général (1979-1985)
Jean-Pierre Bocat RPR
Raymond Page RPR puis UMP
Bernard Amiens UDI Retraité
en cours Valérie Depierre G.s Vice-présidente du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté (2016 → )

Tendances politiques et résultatsModifier

Scrutin 1er tour 2d tour
1er % 2e % 3e % 4e % 5e % 1er % 2e %
Présidentielle 2002[17] Chirac (RPR) 18,87 Le Pen (FN) 15,04 Jospin (PS) 14,09 Bayrou (UDF) 7,82 Chevènement (MDC) 7,22 Chirac (RPR) 83,29 Le Pen (FN) 16,71
Présidentielle 2007[18] Sarkozy (UMP) 28,45 Royal (PS) 24,45 Bayrou (UDF) 19,14 Le Pen (FN) 9,53 Besancenot (LCR) 85,09 Royal (PS) 51,85 Sarkozy (UMP) 48,15
Présidentielle 2012[19] Hollande (PS) 29,10 Sarkozy (UMP) 26,02 Mélenchon (PG) 15,68 Le Pen (FN) 12,65 Bayrou (MoDem) 8,99 Hollande (PS) 55,99 Sarkozy (UMP) 44,01
Présidentielle 2017[20] Mélenchon (LFI) 26,23 Macron (EM) 21,76 Fillon (LR) 21,35 Le Pen (RN) 14,95 Hamon (PS) 6,35 Macron (LREM) 72,89 Le Pen (RN) 27,11
Présidentielle 2022[21] Macron (LREM) 27,48 Mélenchon (LFI) 25,72 Le Pen (RN) 16,83 Zemmour (REC) 7,29 Pécresse (LR) 5,70 Macron (LREM) 63,85 Le Pen (RN) 36.15

Finances localesModifier

La commune d'Arbois est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 213 900 137. Son activité est enregistrée sous le code APE 84.11Z, correspondant aux administrations publiques générales[22]. Elle fait partie de la strate des communes de 3 500 à 5 000 habitants.

En 2020, le budget communal principal s'équilibre à 7 202 000  dont 3 962 000  en section de fonctionnement et 3 240 000  en investissement. La part d'impôts locaux dans les produits de fonctionnement s'établit à 42,32 %, contre 44,21 % pour la strate de communes équivalentes.

JumelagesModifier

Arbois est jumelée avec :

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24].

En 2019, la commune comptait 3 295 habitants[Note 5], en diminution de 6,63 % par rapport à 2013 (Jura : −0,5 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 6496 4146 5556 4246 7417 1317 0026 9586 901
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 0076 6725 8955 2735 0274 9574 6664 3554 240
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 2094 0933 9263 4753 6163 6813 6273 4573 733
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 9604 2094 0893 9983 9003 6983 5093 5473 350
2019 - - - - - - - -
3 295--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges de la commune en 2019 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90 ou +
4,8 
12,1 
75-89 ans
17,4 
23,2 
60-74 ans
20,8 
20,3 
45-59 ans
20,3 
14,6 
30-44 ans
13,6 
15,4 
15-29 ans
11,6 
13,0 
0-14 ans
11,5 
Pyramide des âges du département du Jura en 2018 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,3 
8,2 
75-89 ans
11,1 
18,6 
60-74 ans
18,9 
21,3 
45-59 ans
20,6 
17,4 
30-44 ans
16,9 
15,7 
15-29 ans
14 
17,9 
0-14 ans
16,2 

Sports et loisirsModifier

Les principaux clubs sportifs de la ville d'Arbois sont le Triangle d’Or Jura Foot[29] qui évolue dans le championnat de football de Régional 3 pour la saison 2022/2023 et l'US Arbois Rugby[30].

Les équipements sportifs de la commune sont le stade municipal où évolue l'équipe de football, le stade le d'Éthole utilisé par le club de rugby, une piscine, un gymnase, une halle sportive intercommunale et un pôle tennis qui comprend deux courts extérieurs et deux courts couverts[M 2].

Créé en 2017, le Marathon des Vins du Jura Terre de Pasteur qui se déroule chaque année part d'Arbois pour une arrivée à Dole. Le Trail du Cirque du Fer à Cheval, organisé depuis 2009, part du centre-ville d'Arbois et parcourt les vignobles, forêts et la reculée d'Arbois. Arbois a été ville-départ du Tour de France en 1963 à l'occasion de la 19e étape dispuitée en contre-la-montre jusqu'à Besançon et remportée par Jacques Anquetil.

MédiasModifier

Les principaux titres de la presse écrite couvrant les actualités de la commune sont les quotidiens Le Progrès (édition de Dole et Jura Nord), diffusé à 140 000 exemplaires et dont le siège est à Lyon[31], et La Voix du Jura, diffusé à 8 000 exemplaires et basé à Lons-le-Saunier[32], ainsi que l’hebdomadaire Hebdo 39[33]. La municipalité édite une revue bimestrielle intitulée Arbois, c'est vous ![M 3].

La chaîne de télévision France 3 Franche-Comté dont le siège se trouve à Besançon couvre l'information locale d'Arbois et ses environs.

CultesModifier

Arbois dispose d'un lieu de culte catholique, l'église Saint-Just. Au sein du diocèse de Saint-Claude, le doyenné de Salins-les-Bains regroupe six paroisses dont celle de Notre-Dame de l'Ermitage[34] à laquelle appartient la commune.

Il n'existe aucun lieu de culte pour les autres religions à Arbois. Les plus proches sont le temple du Saint-Esprit de Besançon pour les Protestants, la synagogue de Besançon pour les Juifs et la mosquée de Champagnole pour les Musulmans[35].

Équipements et services publicsModifier

EnseignementModifier

 
L'école élémentaire publique.

La commune fait partie de l'académie de Besançon, dans la zone A du calendrier scolaire. Dans l'enseignement primaire, la ville compte une école primaire publique qui accueillait plus de 240 élèves pour l'année scolaire 2021-2022 et une école primaire privée, l'école privée Saint-Just (124 élèves). Concernant l'enseignement secondaire, le collège public Louis Pasteur d'Arbois accueille près de 200 élèves et le collège privé Saint-Just d'Arbois environ 60 élèves tandis que les lycées les plus proches sont situés à Poligny (11 km par la route) et Salins-les-Bains (14 km).

SantéModifier

Une maison de santé pluridisciplinaire actuellement en construction sur la ZAC de l'Ethole et dont l'ouverture est prévue en mars 2023 abritera à terme quatre bureaux de médecins généralistes, sept infirmières, quatre orthophonistes, deux kinésithérapeutes, une psychomotricienne, une psychologue, une diététicienne, et une salle d’urgence. Le centre-ville accueille trois pharmacies tandis que les hôpitaux les plus proches sont le Centre Hospitalier Jura Sud de Champagnole (28 km) et le Centre Hospitalier Louis Pasteur de Dole (34 km).

Sécurité, justice et secoursModifier

La sécurité de la commune est assurée par la brigade de gendarmerie nationale de proximité d'Arbois[36] qui dépend de la communauté de brigades (COB) de Poligny et de la compagnie de Dole au sein du groupement de gendarmerie départementale du Jura[37].

En matière de justice, la commune dépend du tribunal judiciaire de Lons-le-Saunier, du conseil de prud'hommes de Dole, du tribunal pour enfants de Lons-le-Saunier, du tribunal de commerce de Lons-le-Saunier et du tribunal administratif de Besançon. Elle est rattachée à la cour d'appel de Besançon et à la cour administrative d'appel de Nancy[38].

Arbois est équipée d'un centre d'intervention et de secours (CIS) du service Départemental d'Incendie et de Secours du Jura, dépendant du centre de secours principal (CSP) de Champagnole[39],[40].

ÉconomieModifier

Petite ville rurale, au riche patrimoine historique, Arbois bénéficie d'atouts importants avec une activité agricole portée par la viticulture, une entreprise industrielle parmi les 10 plus importantes du département et une activité touristique basée sur le patrimoine et la gastronomie.

Cela ne saurait masquer cependant une fragilité économique certaine avec un vieillissement de la population qui s'amplifie, des industries sensibles au risque de délocalisation, une dégradation de la diversité de l'offre commerciale et une surestimation de la valeur de l'immobilier dissuasive pour les jeunes ménages.

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2019, le revenu médian des ménages arboisiens s'élevait à 21 110 euros par an, soit un classement de 18 306 sur 31 361 villes analysées[Insee 1],[Insee 2]. En 2019, 51 % des foyers fiscaux de la ville sont imposables et le taux de pauvreté s'élève à 12 %.

EmploiModifier

Taux de chômage
Division 2008 2013 2019
Commune 8,5 % 8,8 % 10,6 %
Département 9,4 % 10,4 % 10,2 %
France métro. 11,6 % 13,6 % 13,4 %

En 2019, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 1 838 personnes, parmi lesquelles on compte 72,1 % d'actifs dont 64,5 % ayant un emploi et 7,7 % de chômeurs. Le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans en 2019 est légèrement supérieur à celui du département mais 2,! points en-dessous de celui de la France.

On compte 2 343 emplois dans la commune, contre 2 491 en 2008 et 2 449 en 2013. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 1 203, l'indicateur de concentration d'emploi est de 194,7 %, c'est-à-dire qu'il y a presque deux fois plus d'emplois que d'actifs résidant dans la commune.

Plus de la moitié (57,6 %) des actifs travaillent dans la commune. Pour se rendre au travail, 70,9 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 3,9 % de transports en commun, 2,9 % s'y rendent en deux-roues motorisé ou à vélo et 16,9 à pied. Enfin 5,4 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile).

EntreprisesModifier

Au , Arbois compte 200 établissements : dix-huit dans l’agriculture-sylviculture-pêche, dix-sept dans l'industrie, douze dans la construction, 120 dans le commerce, les transports etservices divers et 33 dans le secteur administratif[Insee 3].

Établissements actifs employeurs par secteur d'activité au à Arbois
Total % com 0
salarié
1 à 9
salarié(s)
10 salariés
ou plus
Ensemble 200 100,0 18 138 44
Agriculture, sylviculture et pêche 18 9,0 6 9 3
Industrie 17 8,5 1 8 8
Construction 12 6,0 0 7 5
Commerce, transports, services divers 120 60,0 11 96 13
dont commerce et réparation automobile 42 21,0 2 35 5
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 33 16,5 0 18 15


En 2022, la commune d'Arbois comptait 10 établissements de plus de 20 salariés figurant dans le tableau ci-dessous.

Nom Effectif Activité
Stanley Black & Decker Manufacturing 178 Fabrication d'outillage à main
S.I.O.B.R.A. 74 Fonderie d'alliages de zinc
Arbois Tourisme 70 Transports routiers de voyageurs
CIFC 58 Charpentes industrielles
Molin S.A.S. 41 Installation d'équipements thermiques et de climatisation
Super U 38 Supermarché
Fibra 36 Fabrication de pièces techniques à base de matières plastiques
Domaine Maire & Fils 36 Négoce de vins
Emmanuel Bailly 31 Travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment
Bi1 28 Supermarché

Principaux secteurs d'activitéModifier

AgricultureModifier

Le tableau suivant présente l'évolution des principaux indicateurs concernant l'activité agricole à Arbois sur une période de 32 années[41] :

Évolution de l’agriculture à Arbois entre 1988 et 2020.
1988 2000 2010 2020
Nombre d’exploitations 140 121 108 67
Surface Agricole Utile (SAU) (ha) 1214 993 756 1123
Cheptel (nombre de têtes) 652 230 84
Terres labourables (ha) 238 196 44
Superficie toujours en herbe (ha) 478 209 121

Entre 1988 et 2020, le nombre d'exploitations ayant leur siège sur la commune a été divisé par deux, tandis que la surface agricole utilisée, après avoir été fortement réduite entre 1988 et 2010, a presque retrouvé, en 2020, son niveau de 1988. En 2010, sur les 108 exploitations agricoles recensées, 95 étaient vouées à la viticulture, représentant 672 hectares de surface agricole utile sur un total de 756 ha. L'économie agricole de la commune est orientée vers la production viticole avec une répartition dominante de la SAU en viticulture. La surface moyenne des exploitations est de 9,8 ha. Le terroir arboisien produit quelques-uns des meilleurs vins jurassiens, dont le vin jaune et le vin de paille. C'est l'activité dominante. Arbois compte de nombreux vignerons comme Henri Maire, Rolet, Tissot, Clairet, Gahier ou Fumey-Chatelain.

Arbois possède aussi des élevages de vaches laitières de race montbéliarde, car elle se trouve dans la zone d'appellation comté et morbier. Mais le nombre de têtes de bétail a chuté de 652 à 84 sur les 20 dernières années C'est pour cela que la fromagerie est aujourd'hui regroupée avec les fruitières de Chilly-sur-Salins et Ivory formant la Fruitière du plateau arboisien[42].

IndustrieModifier

D'autres industries que le vin forment la richesse de la ville, notamment Bost-Garnache Industrie (groupe Stanley / Facom) avec la fabrication de tournevis, SIOBRA (moules en zinc injecté) et CIFC (constructions de charpentes industrielles en bois).

CommerceModifier

Arbois compte de nombreux commerces concentrés principalement au centre-ville (Grande rue et place de la Liberté) et dans la zone industrielle de l'Éthole située au nord-ouest de la ville.

Dans le domaine alimentaire, la commune accueille notamment trois enseignes de supermarchés (Aldi, Bi1 et Super U), un magasin d'alimentation (Spar), une épicerie vrac, un primeur, trois boulangeries, deux pâtisseries, deux boucheries, deux magasins de vente de fromages et produits laitiers.

En tant que capitale des vins du Jura, la ville abrite un certain nombre de magasins de vente au détail de vins : Domaines Henri Maire, Domaine Jacques Tissot, Domaine André et Mireille Tissot, Domaine de la Pinte, Domaine Rolet, Domaine Martin Faudot, Fuitière Vinicole d'Arbois...

Dans le secteur de l'automobile, l'offre consiste en quatre garages dont un garage Peugeot et un garage Renault, deux station-service, un centre de contrôle technique, une carrosserie et un magasin de pièces détachées.

Dans le secteur du bâtiment se trouvent à Arbois un magasin de matériaux de construction (Doras), un magasin de peintures (Jura Color), un électricien, un magasin de location et vente de matériel de chantier et une quincaillerie-droguerie. Par ailleurs, l'enseigne de bricolage Weldom va ouvrir un magasin fin 2022.

En ce qui concerne la santé, le soin et l'équipement de la personne, trois pharmacies et trois opticiens sont installés sur le territoire de la commune, ainsi que sept salons de coiffure, un magasin de chaussures, un magasin de vêtements et trois instituts de beauté.

Enfin, la ville comprend plusieurs commerces spécialisés dans la vente et la réparation de matériel agricole, un magasin de vente d'électroménager (Gitem), deux fleuristes, une jardinerie, une horlogerie-bijouterie, deux bureau de tabac-papeterie et une librairie (Le Hamac).

Culture et patrimoineModifier

La richesse patrimoniale et culturelle d'Arbois lui permet de bénéficier du label de Cité de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté.

Lieux et monumentsModifier

Monuments historiquesModifier

Arbois compte dix édifices protégés au titre des monuments historiques qui sont, par ordre chronologique de protection : l'église Saint-Just, la tour Gloriette, la maison paternelle de Pasteur, la maison des consorts Brand, l'Hôtel de Broissia, le château Pécauld, le château Bontemps, l'hôtel de ville d'Arbois, le château de Verreux et la demeure Delort.

Patrimoine religieuxModifier

Patrimoine civilModifier

  • Hôtel d'Achey (XVIIe s), puis Sarret de Grozon (XIXe), Grande Rue, actuel musée d'art exposant, entre autres, des tableaux de Gustave Courbet.
  • Moulins Béchet (XVIIIe), avenue Louis-Pasteur, inscrits à l'IGPC depuis 1996[53].
  • Fontaine aux Lions (XIXe), place de la Liberté.
  • Fontaine (XIXe), rue de Courcelles.
  • Fruitière vinicole (XIXe), rue Jean-Jaurès, inscrite à l'IGPC depuis 1996[54].
  • Centrale hydroélectrique (début XXe), rue des Familiers, inscrite à l'IGPC depuis 1996[55].
  • Belvédère de l'Ermitage (XXe).

Patrimoine naturelModifier

Équipements culturelsModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

GastronomieModifier

Du fait de son statut de capitale des vins du Jura, la gastronomie tient depuis longtemps une place importante à Arbois. La ville a abrité de nombreux restaurants renommés, dont plusieurs étoilés au Guide Michelin. Dans les années 1950, Arbois compte deux restaurants étoilés, La Balance du chef Jean Marle and lHôtel des Messageries du chef Mollier. Le chef André Jeunet obtient une étoile en 1959 pour son restaurant de lHôtel de Paris. Son fils, le chef Jean-Paul Jeunet, reprend l'affaire en 1987, obtient une deuxième étoile en 1996 et rebaptise le restaurant en Hôtel Restaurant Jean-Paul Jeunet. En 2016, le chef Steven Naessens lui succède et fusionne la Maison Jeunet avec le relais château de Germigney, dans la commune proche de Port-Lesney, où le chef transfère son équipe en 2021 eavec les deux étoiles. Il n'y a donc plus de restaurant étoilé à Arbois depuis lors mais deux restaurants restent référencés en 2022 dans le guide Michelin, Les Caudalies et Le Bistronôme. En juin 2022, un nouvel hôtel-restaurant appelé Carmel 1643, faisant partie de la Maison Jeunet, ouvre dans les anciens locaux de l'Hôtel Restaurant Jean-Pierre-Jeunet. Arbois abrite également une chocolaterie renommée, la Maison Hirsinger dirigée par le chocolatier Étienne Hirsinger, meilleur ouvrier de France en 1996[56].

Culture populaireModifier

Arbois figure dans les paroles de plusieurs chansons qui évoquent particulièrement son vin. C'est le cas de la chanson Pour mon dernier repas de Jacques Brel (« Et je veux qu'on y boive / En plus du vin de messe / De ce vin si joli / Qu'on buvait en Arbois »), de La Cancoillotte d'Hubert-Félix Thiéfaine (« La cancan cancoillotte / C'est un mets bien franc-comtois / Tout en dansant la gavotte / On se beurre la gueule à l'Arbois ») ou dans un texte de chanson à boire écrit en 1949 par César Geoffray pour un tourdion (« Quand je bois du vin clairet / Ami tout tourne, tourne, tourne, tourne / Aussi désormais je bois / Anjou ou Arbois »).

La commune a servi de lieu de tournage pour le film Mado, poste restante d'Aleksandr Adabashyan (1990), pour le téléfilm Pasteur, cinq années de rage de Luc Béraud (France 3, 1995), pour le téléfilm L'Alambic de Jean Marbœuf avec notamment Victor Lanoux (France 3, 1998) et pour le documentaire Une maison, une légende : Louis Pasteur, sa maison-laboratoire d'Arbois de Dorothée Poivre d'Arvor (France 5, 2021). Par ailleurs, Arbois représente la région Bourgogne-Franche-Comté dans l'édition 2016 de l'émission de télévision Le Village préféré des Français et termine en quatrième position sur les treize communes en compétition.

Le vin produit dans la commune est à l'origine d'un dicton populaire franc-comtois : « Le vin d'Arbois, plus on en boit, plus on va droit. »[57]. Le vin d'Arbois est évoqué dans le poème Le Tournoi de Chauvency, d'après le trouvère Jacques Bretel qui raconte les festivités données par le comte de Chiny en 1285.

Personnalités liées à la communeModifier

 
Monument à Louis Pasteur, dans la ville d'Arbois.

Personnalités nées à ArboisModifier

Personnalités extérieures ayant résidé à ArboisModifier

  • Jean-Baptiste Patrauld (1751-1817), né à Ray-sur-Saône et mort à Villemoutiers, frère minime à Arbois, professeur de mathématiques de Napoléon Ier et de Jean-Charles Pichegru à l’École Royale militaire de Brienne-le-Château.
  • Louis Pasteur (1822-1895), chimiste, physicien, microbiologiste. Il grandit et réside à Arbois. Il éprouve cet amour du pays qu’il communique à son épouse et ses enfants. Pour preuve, la description faite par Jean-Baptiste Pasteur à son ami René Vallery-Radot en 1879, quelques mois avant son mariage avec sa sœur Marie-Louise : « […] Nos allées ombreuses sont les chemins de tout le monde, nos coins de verdure sont les bois des montagnes d'alentour, nos bancs de mousse n'existent que dans ton imagination, les ruisseaux roucoulant se réduisent à un torrent qui traverse Arbois sous le nom de la Cuisance, et notre castel n'est autre que la plus modeste des habitations situé en pleine petite ville, sans le moindre jardinet ni devant ni derrière. C'est ici que mon père a passé toute son enfance et cette maison, en partie habitée par la sœur de mon père et sa famille, il a toujours tenu à la revoir, à s'y retrouver chaque année avec nous, à la garder, par un sentiment de pitié pour la mémoire vénérée du grand-père Pasteur. Viens donc, mon cher René, et viens vite, tu ne verras ni parc, ni tourelles, mais tu trouveras dans un pays superbe, au milieu d'une famille qui t'adore, une hospitalité à laquelle tu dois bien t’attendre […] »[58].
  • René Garoz, maquisard originaire de Lons-le-Saunier, ayant participé à un attentat contre des policiers allemands, le 14 mars 1944, à Arbois, arrêté le 26 mars, condamné à mort le 30 mai et exécuté le 1er juin, à la Citadelle de Besançon.
  • Joseph Nechvatal (1951-), peintre, docteur en philosophie de l'art et en nouvelles technologies, professeur à la School of Visual Arts de New York. Il développe un programme de virus informatiques, à la maison Pasteur, lors de son séjour à Arbois, de 1990 à 1993.
  • Jean-Claude Pirotte (1939-2014), écrivain et poète.
  • Joël Bagage (1929-2016), érudit, linguiste et figure locale.

Héraldique, logotype et deviseModifier

BlasonModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur au pélican d'argent becquetant sa poitrine gouttelée de gueules pour ses petits aussi d'argent, le tout posé sur un nid d'or[59].


Le symbole d'Arbois est le pélican héraldique, dit pélican de piété, nourrissant ses petits en se perçant le cœur de son bec. Il s'agit là d'un symbole christique. La fanfare d'Arbois, qui joue lors de la fête du Biou, s'appelle le Pélican en référence à cet animal symbolique. Il existe aussi une guggenmusik appelée la Biou'Z'Musik[60].

Le blasonnement est décrit selon les sources et les représentations « d'azur à un pélican d'argent avec sa piété dans une aire d'or », ou encore « de sable, au pélican d'or avec sa piété dans une aire du même », ce dernier utilisant les couleurs de la ville. Les couleurs d'Arbois sont en effet le jaune (or) et le noir (sable), dans lesquels on peut voir une allusion au vin jaune et à la forêt.

LogotypeModifier

 
Le logotype de la ville d'Arbois.

Le logo actuel de la ville, créé en 2022 par l'agence NikO[61], est inspiré du blason historique en faisant apparaitre le pélican de piété et une grappe de raisin, et des couleurs de la ville, le jaune et le noir.

DeviseModifier

« Sic his quos diligo » La devise d'Arbois, en latin, se traduit en français « Ainsi je fais pour ceux que j'aime ».

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Philippe Chaudat. Les mondes du vin. Ethnologie des vignerons d’Arbois (Jura), Paris, l’Harmattan, coll. Connaissance des hommes (préface de Jean-Pierre Warnier), 2004.
  • Ernest Girard. Chroniques arboisiennes, 1906. Réimpr. en 2003 par Le Livre d'histoire.
  • Georges Grand. Histoire d'Arbois, 1959. Réimpr. en 1996 par Le Livre d'histoire.
  • Emmanuel Bousson De Mairet. Annales historiques et chronologiques de la ville d'Arbois, 1856. En ligne sur Google Books. Réimpr. en 2003 par Le Livre d'histoire sous le titre Histoire d'Arbois.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Sur le rebord de la reculée des Planches.
  4. Besançon est tombée le 22 mai et Dole le 7 juin. Salins capitulera le 21 juin et Sainte-Anne, dernière place comtoise, le 10 juillet.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

  1. « Structure et distribution des revenus, inégalité des niveaux de vie en 2019 : Dispositif Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) », sur insee.fr, (consulté le ).
  2. L'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a publié les données des revenus médians par habitants en 2015 et 2018. Les données n'ont pas été divulguées pour les communes de moins de 50 ménages et de moins de 100 personnes pour des raisons de confidentialité, c'est pourquoi seules 31 361 des 34 841 communes ont des données disponibles.
  3. RES T1P - Établissements actifs employeurs par secteur d'activité agrégé et taille fin 2019.

Site de la mairieModifier

  1. « Le conseil municipal » (consulté le ).
  2. « Tout le sport & loisirs à Arbois » (consulté le ).
  3. « Arbois, c'est vous ! - Revue municipale », sur site de la commune d'Arbois (consulté le )

Autres sourcesModifier

  1. « Fiche du Poste 39013004 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, (consulté le )
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 d'Arbois », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. « Réseau régional Mobigo ferroviaire et routier - Département du Jura », sur viamobigo.fr (consulté le )
  13. [1] VERNUS Michel, "La Révolution de 1848 à Salins et Arbois. La présence du fouriérisme dans le mouvement démocratique", Cahiers Charles Fourier, no 10, décembre 1999, pp. 77-90
  14. a et b « Métadonnées de la commune d'Arbois », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  15. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  16. « Maire de Arbois (39) », sur mon-maire.fr (consulté le )
  17. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2002 - Commune de Arbois », sur le site du Ministère de l'Intérieur
  18. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2007 - Commune de Arbois », sur le site du Ministère de l'Intérieur
  19. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2012 - Commune de Arbois », sur le site du Ministère de l'Intérieur
  20. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 - Commune de Arbois », sur le site du Ministère de l'Intérieur
  21. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2022 - Commune de Arbois », sur le site du Ministère de l'Intérieur
  22. « Nomenclature d’activités française - Sous-classe 84.11Z : Administration publique générale », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2019 - Commune d'Arbois (39013) » (consulté le ).
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Jura (39) », (consulté le ).
  29. « Triangle d'or Jura Foot », sur triangledorjurafoot.fr (consulté le )
  30. « US Arbois Rugby », sur usarboisrugby.com (consulté le )
  31. « Le Progrès », sur acpm.fr (consulté le )
  32. « La Voix du Jura », sur acpm.fr (consulté le )
  33. « Hebdo 39 » (consulté le )
  34. « Paroisse Notre-Dame de l'Ermitage », sur le site du diocèse de Saint-Claude (consulté le ).
  35. « Mosquée El Hijra de Champagnole », sur http://www.guidemusulman.com/ (consulté le ).
  36. « Brigade de gendarmerie - Arbois », sur service-public.fr (consulté le )
  37. « Groupement de Gendarmerie Départementale du Jura » [PDF], sur Les services de l'État dans le Jura
  38. « Liste des juridictions compétentes pour une commune - Annuaire d'Arbois », sur le site du Ministère de la Justice (consulté le ).
  39. « La carte du SDIS 39 », sur Service départemental d'incendie et de secours du Jura (SDIS 39) (consulté le )
  40. « SDIS Jura (39) Unités territoriales », sur Annuaire des SDIS (consulté le )
  41. « Recensement agricole 2010 : Données générales des exploitations ayant leur siège à Arbois », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le ).
  42. [2]
  43. « Église Saint-Just (XIIe-XVIe-XVIIIe s) », notice no PA00101801, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Tour Gloriette (XVIe s) », notice no PA00101805, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. « Maison Pasteur (XVIIIe s) », notice no PA00101803, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. « Maison des consords Brand (XIIIe s) », notice no PA00101804, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. « Hôtel de Broissia (XIXe s) », notice no PA00101802, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. « Château Pécauld (XVIe s) », notice no PA00101800, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. « Château Bontemps (XVIe s) », notice no PA00102058, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Couvent des Ursulines (Hôtel de ville) (XVIIIe s) », notice no PA00125400, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Demeure de la rue de Verreux (XVIIIe s) », notice no PA39000017, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. « Maison Delort (XVIIIe s) », notice no PA39000069, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. « Moulins Béchet (XVIIIe s) », notice no IA39000100, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. « Fruitière vinicole (XIXe s) », notice no IA39000131, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Centrale hydroélectrique (XXe s) », notice no IA39000102, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  56. Jacky Durand, « Maison Hirsinger, un travail d’or fève », sur liberation.fr, (consulté le )
  57. « Le vin d’Arbois, pépite du Jura », sur lemonde.fr, (consulté le )
  58. Pasteur à Arbois thèse 05-064 année 2005 présentée et soutenue publiquement par le Docteur Philippe Bruniaux le 21 octobre 2005
  59. forum.cancoillotte.net
  60. http://www.biouzmusik.org/
  61. « Logotype Ville d'Arbois », sur agence-niko.com (consulté le )