Ouvrir le menu principal

Route nationale 7 (France métropolitaine)

route nationale française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir N7, Route nationale 7, Nationale 7 et Route bleue.

Route nationale 7
Cartouche de la route
Image illustrative de l’article Route nationale 7 (France métropolitaine)
Sortie no 46 (vers Autun) sur le contournement de Moulins.
Autres dénominations Route bleue
Route des vacances
Historique
Déclassement D 7, D 607, D 2007, D 907, D 707, D 307, D 7N, D N7, D 6007
Caractéristiques
Longueur 1 000 km
Direction nord / sud
Extrémité nord Paris (Porte d'Italie)
Intersections
Extrémité sud Menton (frontière France-Italie)
Réseau Route nationale partiellement déclassée
Territoire traversé
5 régions Île-de-France, Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur
16 départements et collectivités territoriales Paris, Val-de-Marne, Essonne, Seine-et-Marne, Loiret, Nièvre, Allier, Loire, Rhône, Métropole de Lyon, Isère, Drôme, Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes
Villes principales Le Kremlin-Bicêtre, Nemours, Montargis, Briare, Nevers, Moulins, Varennes-sur-Allier, Lapalisse, Roanne, Tarare, L'Arbresle, Tassin-la-Demi-Lune, Lyon, Saint-Fons, Vienne, Valence, Montélimar, Pierrelatte, Orange, Avignon, Aix-en-Provence, Fréjus, Cannes, Nice, Menton

La route nationale 7, ou RN 7, ou encore N 7, parfois également appelée la « route Bleue » ou encore la « route des vacances » (bien que le trajet diffère entre Roanne et Valence), était la plus longue des routes nationales de France avec 996 km. Avant son déclassement partiel, elle reliait Paris à Menton via l'ouest de la Bourgogne, le nord de l'Auvergne, la vallée du Rhône, le massif de l'Esterel et la Côte d'Azur.

HistoireModifier

La capitale des Gaules se situant à Lugdunum (Lyon), elle devient le point de départ de toutes les voies établies par le gendre d'Auguste, Marcus Vipsanius Agrippa en 20 av. J.-C. Ce maillage au départ de Lyon restera dans l'histoire sous le nom d'étoile d'Agrippa. De là partent les routes vers Lutèce (Paris), selon approximativement le tracé de l'actuelle N6, et vers Rome en longeant le Rhône, par Arausio (Orange), et le bord de la Méditerranée comme la nationale 7.

C'est au XVe siècle, avec la création de la poste royale par Louis XI qu'un réseau cohérent de routes de postes est mis en place. Les chemins de Paris à Lyon passent par Moulins (route du Bourbonnais) ou Dijon (route de Bourgogne). Le siècle suivant voit l'apparition des premiers transports réguliers de voyageurs et la plantation des ormes le long des voies pour les ombrager et les délimiter (le long des actuelles N6 et ex-N7).

C'est aussi à cette époque qu'est édité le Guide des chemins de France, de Charles Estienne (1552), l'ancêtre de tous les guides modernes.

Quand le Comté de Nice est intégré en 1793 à la République française pour former le département des Alpes-Maritimes, il n'y a pas d'ingénieur en charge des ponts et chaussées. Napoléon Ier qui y a fait ses premières armes décide de construire une route entre Nice et Menton continuée vers l'Italie, la route de la grande corniche. Joseph Hyacinthe Sigaud[1] est nommé ingénieur en chef des ponts et chaussées du département des Alpes-Maritimes où il arrive le (2 nivôse de l'an XI), mais il quitte ce poste le (9 brumaire de l'an XIV) pour le poste d'ingénieur en chef des ponts et chaussées dans les Bouches-du-Rhône. Il est remplacé par son adjoint, Joseph Ladevèze (1765-1833). Les premiers travaux de terrassements de la route sont adjugés en 1803 à Charles Martinasso, de Nice, pour une estimation de 250 000 francs pour la réalisation de 15,7 km de route qui nécessitaient 64 000 m3 de déblais rocheux. Mais des difficultés ont amené à casser le marché et à la confier à Joseph Fiorina, de Nice. Le marché est soldé en 1806. Le même entrepreneur obtient en 1809 le marché de continuation de la route depuis la chapelle Sainte-Catherine à La Turbie jusqu'à Menton pour un montant de 128 000 francs pour 13,5 km. Il poursuit les travaux en 1810 depuis Menton jusqu'au haut de Vintimille, soit 10,5 km pour 164 000 francs, puis en 1811 au-delà de Vintimmille[2].

L'autre difficulté de cette route était le pont permettant le franchissement du Var. Un pont avait été rapidement construit en 1792 par le génie militaire. Il mesurait 628 m de longueur et 4,90 m de largeur avec 109 travées de 5,46 m. Le pont est transféré du ministère de la Guerre au ministère de l'Intérieur en 1802. Il va donner plusieurs fois des signes de faiblesses. Une crue en 1802-1803 crée trois brèches. Il faut reconstruire 51 travées avec du mélèze. Une crue, en 1807, emporte quatre palées. En 1810, des bois flottés créent une nouvelle brèche. En , la création d'une digue permet de diminuer la longueur à 335 m pour un projet de nouveau pont de 22 travées de 15 m de portée et 7 m de largeur. Les travaux sont attribués à Jean Faraud, architecte de la ville de Nice, en septembre. Quand, en 1814, le général sarde Caqueran d'Osasque entre dans le comté, les travaux de construction étaient interrompus faute d'argent. Le pont de 1792 est resté en service et constamment réparé. C'est avec la construction du viaduc sur le Var pour la ligne de chemin de fer de la compagnie PLM qu'un nouveau pont routier à tablier en fonte est construit entre 1861 et 1863. Le pont a été détruit lors d'un bombardement en 1944. Un nouveau pont routier en béton armé a été inauguré en 1950[3].

ItinéraireModifier

De Paris à LyonModifier

Les communes traversées par la RN 7 de Paris à Lyon sont :

Île-de-France : Paris (Porte d'Italie) • Le Kremlin-BicêtreVillejuifL'Haÿ-les-Roses (à l'ouest) • Vitry-sur-Seine (à l'est) • Chevilly-Larue (à l'ouest) • Thiais (à l'est) • Rungis (à l'ouest) • Orly (à l'est) • passage sous les pistes de l'Aéroport Paris-OrlyVilleneuve-le-Roi (à l'est) • Paray-Vieille-Poste (à l'ouest) • Athis-MonsJuvisy-sur-OrgeViry-ChâtillonGrignyRis-OrangisÉvryCorbeil-EssonnesLe Coudray-Montceaux (Plessis Chenet) • Saint-Fargeau-PonthierryPringyVilliers-en-BièreChailly-en-BièreForêt de FontainebleauFontainebleauBourron-MarlotteGrez-sur-LoingSaint-Pierre-lès-NemoursNemoursSouppes-sur-Loing.

Centre-Val de Loire (Loiret) : DordivesFontenay-sur-LoingCepoyChâlette-sur-LoingMontargisAmillyMormant-sur-VernissonSolterre (La Commodité) • Pressigny-les-PinsNogent-sur-VernissonBoismorand (Les Bézards) • La BussièreBriareBonny-sur-Loire.

Bourgogne-Franche-Comté (Nièvre) : Neuvy-sur-LoireLa Celle-sur-LoireMyennesCosne-Cours-sur-LoireTracy-sur-Loire (Maltaverne) • Pouilly-sur-LoireMesves-sur-LoireLa Charité-sur-LoireLa MarcheTronsangesPougues-les-EauxVarennes-VauzellesNeversChalluy (à l'ouest) • Sermoise-sur-Loire (à l'est) • Magny-CoursSaint-Parize-le-Châtel (Moiry) • Saint-Pierre-le-MoûtierChantenay-Saint-ImbertTresnay.

Auvergne-Rhône-Alpes : Villeneuve-sur-AllierTrévolAvermesMoulinsYzeureToulon-sur-AllierBessay-sur-AllierSaint-LoupVarennes-sur-AllierRongèresSaint-Gérand-le-PuyPérignyLapalisseSaint-PrixSaint-Pierre-LavalSaint-Martin-d'EstréauxLa PacaudièreChangySaint-Forgeux-LespinasseSaint-Germain-LespinasseSaint-Romain-la-MotteRoanneLe CoteauSaint-Vincent-de-BoissetNotre-Dame-de-BoissetSaint-Cyr-de-FavièresNeauxSaint-Symphorien-de-LayFourneauxMachézalJouxTararePontcharra-sur-TurdineBullyL'ArbresleFleurieux-sur-l'ArbresleLentillyLa Tour-de-SalvagnyDardillyCharbonnières-les-BainsTassin-la-Demi-LuneLyon.

La RN 7 commence à la porte d'Italie à la limite entre Paris et Le Kremlin-Bicêtre puis elle continue plein sud en direction de Villejuif. Elle passe sous les pistes de l'aéroport d'Orly puis longe la Seine jusqu'à Fontainebleau. Elle oblique alors vers le sud à travers la forêt de Fontainebleau, traverse Nemours puis Montargis avant de rejoindre la vallée de la Loire à Briare.

 
RN 7 au sud de Nevers.
 
Ancienne plaque indicatrice dans le village de Saint-Pierre-le-Moûtier.
 
La Nationale 7 à Lapalisse (Allier). Dessin de Thierry Dubois.

Au sud de Nevers, on abandonne la vallée de la Loire pour celle de l'Allier. La RN 7 est en cours d'aménagement et devrait être progressivement transformée en voie rapide ou en autoroute. Elle passe devant le circuit automobile de Nevers Magny-Cours, contourne Saint-Pierre-le-Moûtier avant de se diriger vers Moulins.

Le secteur marquant la limite entre la Bourgogne et l'Auvergne, à deux voies, est particulièrement dangereux. Avant d'arriver à Moulins, après Villeneuve-sur-Allier sur le territoire de la commune de Trévol, on découvre au bord de la route (à droite en venant de Paris) un monument à la mémoire de quatre aéronautes : le capitaine Marchal, le lieutenant Chauré et les adjudants Vincenot et Réau, qui trouvèrent la mort le dans l'accident du dirigeable République. Dû aux ciseaux d'Henri Bouchard, ce monument fut inauguré le 29 septembre 1923.

Depuis les années 1990, le chef-lieu de l'Allier n'est plus traversé mais contourné. À la sortie sud de la ville, un échangeur permet d'accéder à la transversale nommée RCEA. C'est également à Moulins que commence la RN 9 (déclassée) en direction de Clermont-Ferrand et de l'Espagne en traversant le Massif central, devenant l'autoroute A75 jusque dans l'Hérault.

 
Ancienne plaque indicatrice à Lapalisse (Allier).

À Varennes-sur-Allier, la RN 209 permet d'atteindre la célèbre station thermale de Vichy. Peu après Lapalisse, on traverse les monts de la Madeleine : la route devient plus sinueuse. Sa transformation en voie rapide est achevée jusqu'à la limite avec la Loire.

Le prestigieux restaurant familial Les Frères Troisgros est fondé en 1930 en face de la gare de Roanne sur la nationale 7. L'agglomération de Roanne est désormais contournée par une rocade. À l'Hôpital-sur-Rhins, se trouve la bifurcation RN 7 – RN 82 : cette dernière se dirige vers Saint-Étienne. Elle permet également l'accès à Lyon par l'autoroute A89. Eugénie Brazier et Paul Bocuse y tiennent leur restaurant d'exception « La Mère Brazier » et « Paul Bocuse » à Lyon et à Collonges-au-Mont-d'Or près de Lyon à deux pas de la N7. Il faut alors franchir les monts du Lyonnais par le col du Pin-Bouchain pour atteindre Tarare, l'Arbresle, Lentilly, La Tour-de-Salvagny, où aboutit l'autoroute A89, et enfin Lyon (à Lyon, les RN 6 et RN 7 se retrouvent en se frôlant place Valmy devant la mairie du 9e arrondissement de Lyon. L'ancien tracé (D 407), depuis la place Pierre-Vauboin (ou place de l'Horloge) à Tassin-la-Demi-Lune, suivait, dans Lyon, l'actuelle avenue Barthélemy-Buyer jusqu'au quartier de Saint-Just et descendait sur le quartier de Perrache par la montée de Choulans. Le tracé traverse alors le pont Kitchener pour rejoindre la D307 par Venissieux puis Feyzin avant de poursuivre plus au sud.

De Lyon à MentonModifier

Les communes traversées par la RN 7 de Lyon à Menton et à la frontière italienne sont :

Auvergne-Rhône-Alpes : LyonSaint-FonsVénissieuxFeyzinSaint-Symphorien-d'OzonSimandresCommunay (Les Pins) • Chuzelles (Les Pins) • SeyssuelVienneReventin-VaugrisChonas-l'AmballanAuberives-sur-VarèzeLe Péage-de-RoussillonRoussillonSalaise-sur-SanneChanasSaint-Rambert-d'AlbonAlbonAndancetteSaint-VallierPonsasServes-sur-RhôneÉrômeGervansTain-l'HermitagePont-de-l'IsèreBourg-lès-ValenceValencePortes-lès-ValenceLivron-sur-DrômeLoriol-sur-DrômeSaulce-sur-RhôneLa CoucourdeSavasse (hameau de L'Homme d'Armes) • MontélimarMalataverneDonzèrePierrelatte.

Provence-Alpes-Côte d'Azur : LapaludBollèneMondragonMornasPiolencOrangeCourthézonBédarridesSorguesLe PontetAvignonNovesVerquièresSaint-AndiolPlan-d'OrgonOrgonSénasMallemortVernèguesLambescSaint-CannatAix-en-ProvenceLe TholonetMeyreuilChâteauneuf-le-RougeRoussetPuyloubierTretsPourrièresPourcieuxSaint-Maximin-la-Sainte-BaumeTourvesBrignolesFlassans-sur-IssoleLe LucLe Cannet-des-MauresVidaubanTaradeauLes ArcsLe MuyRoquebrune-sur-ArgensPuget-sur-ArgensFréjusLes Adrets-de-l'EstérelMandelieu-la-NapouleCannesVallaurisAntibesVilleneuve-LoubetCagnes-sur-MerSaint-Laurent-du-VarNiceVillefranche-sur-MerÈzeCap-d'AilLa Turbie • passage à proximité de la principauté de MonacoBeausoleilRoquebrune-Cap-MartinMenton et en direction de Vintimille en Italie. La route est prolongée par la route italienne   (strada statale 1 Via Aurelia) qui se termine à Rome.

La RN 7 franchit le Rhône au niveau de la gare Perrache et se dirige vers VienneFernand Point fonde son restaurant d'élite « La Pyramide » en 1925. Elle suit la rive gauche du Rhône et passe par Valence, Montélimar, Orange et Avignon. Du fait de la présence de l'autoroute A7, la nationale ne comporte pratiquement pas de secteur à 2×2 voies et de contournement d'agglomération au sud de Lyon.

 
Borne au kilomètre 115 dans la Drôme.
 
Borne matérialisant la limite entre la Drôme et le Vaucluse.

À Valence se situe une récente et substantielle modification de tracé. Alors que l'itinéraire de la route était plus ou moins coincé entre le Rhône, l'autoroute et la ville, l'ouverture d'une section de rocade à 2×2 voies au nord de la ville (entre la RN 532 et la RN 7) a permis d'intégrer à la route l'intégralité de cette rocade. En 1936, André Pic y fonde le prestigieux restaurant « La Maison Pic » sur la RN 7, repris par son fils Jacques Pic puis par sa petite fille Anne-Sophie Pic.

Au troisième trimestre 2007, les travaux commenceront pour la déviation de la nationale 7 à l'ouest d'Orange. Ouverture en 2009. La route sera une 2×2 voies.[Passage à actualiser]

À partir d'Avignon, le paysage change : on abandonne la vallée du Rhône pour se diriger vers Aix-en-Provence où la RN 8 (déclassée) se dirige vers Marseille. La RN 7 traverse Brignoles et longe le massif des Maures avant d'atteindre Vidauban, Le Muy puis Fréjus.

Pour continuer vers l'est, on peut emprunter la « corniche d'Or » (RN 98), la route de l'arrière-pays (RN 7) ou encore l'autoroute A8.

Entre Cannes, Antibes et Nice, la route a connu de nombreuses modifications de tracé. Elle longe notamment l'école de la Pinède à Cagnes-sur-Mer. Entre Nice et Menton, elle constitue la « moyenne corniche » et passe à proximité de la frontière monégasque. À l'origine, la route empruntait la « grande corniche » jusqu'aux années 1970. La frontière italienne se situe à l'est de la ville de Menton en direction de Vintimille. La route est prolongée par la route italienne SS 1 (strada statale 1 Via Aurelia) qui se termine à Rome.

Sites remarquablesModifier

 
La Nationale 7 près d'Aix-en-Provence, devant la montagne Sainte-Victoire.

DéclassementsModifier

Un premier déclassement a eu lieu en novembre 1972 entre Tassin-la-Demi-Lune et le pont Gallieni à Lyon. Elle a repris le tracé de la RN 89 entre Tassin-la-Demi-Lune et la place Valmy à Lyon Vaise.

Le décret du 5 décembre 2005 ne conserve dans le réseau routier national que moins de la moitié de la longueur de cette route[5].

De Nevers à Lyon, la route conserve son statut de nationale. Cependant, il s'agit (en quelque sorte) d'un sursis, notamment entre l'Hôpital-sur-Rhins (commune de Saint-Cyr-de-Favières, près de Roanne) et Lyon, car il est expressément indiqué dans ledit décret que cette section de route cessera d'appartenir au réseau routier national lors de la mise en service du tronçon correspondant de l'A89, c'est-à-dire depuis 2013. Quant à la section Nevers-Roanne, elle est destinée à être transformée en autoroute (voir projets de l'A77).

L'autre grande section concernée est Vienne – Orange, itinéraire de dédoublement de l'A7 non déclassée en 2007, prévue pour être transformée en 2 × 2 voies dans un avenir assez lointain.

Un troisième secteur à Avignon est également conservé entre la ville et l'A7 près de Caumont-sur-Durance.

Tous les autres tronçons sont rétrocédés aux départements[6]. Les renumérotations ont déjà commencé.

  • Dans le Val-de-Marne, sur tout son parcours, la nouvelle numérotation est la D 7 depuis fin 2009.
  • En Seine-et-Marne, l'ensemble du parcours a pris début 2007 le numéro de D 607.
  • Elle traverse le Loiret sous la numérotation D 2007.
  • Dans la Nièvre, les anciens tronçons de la Nationale 7 s'appellent D 907.
  • Dans l'Allier, les traversées d'Avermes, de Moulins, de Toulon-sur-Allier, de Lapalisse et de Saint-Prix s'appellent désormais D 707 (il a existé une numérotation provisoire, en Nationale 2007).
  • Dans la Loire, elle s'appelle D 207 autour de Roanne.
  • Dans le Rhône, elle s'appelle D 307.
  • Dans le Vaucluse et plus particulièrement entre Sorgues et Orange, elle a été renumérotée en D 907.
  • Dans les Bouches-du-Rhône, elle s'appelle la D 7N.
  • Dans le Var : la désignation retenue D N7 a certainement été choisie pour conserver l'appellation N7, à grande valeur symbolique.
  • Dans les Alpes-Maritimes, elle est numérotée D 6007 jusqu'à la frontière italienne où son parcours se termine, sauf sur le territoire de la Métropole Nice Côte d'Azur où elle prend provisoirement le numéro de M6007 (cf. liens externes).

Sections en voie expressModifier

De Thiais à OrlyModifier

Département Commune Voies desservies Destinations

(sens nord/sud)

Destinations (sens sud/nord) Notes
Val-de-Marne (94) Thiais D117 M.I.N.

Centre de secours

Centre Routier

M.I.N

Centre commercial régional

A86 A6 A10

Versailles

Rungis-ville

SOGARIS ;

A4

Créteil

Thiais

Sénia

A4

Vitry-sur-Seine

Créteil

Thiais

A6 A10

Versailles

Fresnes

SOGARIS

Échangeur en trèfle complet
D136 Orly-ville

Sénia

Demi-échangeur desservant sens sud/nord uniquement
Essonne (91) Paray-Vieille-Poste D167A Orly-ville

SILIC

Orllytech

CARGO

Demi-échangeur desservant sens nord/sud uniquement
A106   Aéroport d'Orly Paris Bretelles permettant le passage vers l'autoroute qui entoure la N7
Passage en tunnel sous les pistes d'Orly   puis fin de la voie express

De Ris-Orangis à CorbeilModifier

Département Commune Voies desservies Destinations

(sens nord/sud)

Destinations (sens sud/nord) Notes
Essonne (91) Évry D92 Champs Élysées

Les Pyramides

Clinique de l'Essonne

Z.A. Bois Sauvage
Boulevard du Maréchal Leclerc Préfecture

Hôtel du Département

Champtier du Coq

Aguado

Évry-village

D93 GENOPOLE - campus 2

Aguado

Évry-village

Soisy-sur-Seine

Médiathèque Camus

Conservatoire Magnard

Évry-centre

Parc aux Lièvres

GENOPOLE - campus 2

Médiathèque Camus

Conservatoire Magnard

D930 Les Épinettes

Les Aunettes

Bras de Fer

Les Épinettes

Les Aunettes

Bras de Fer

  Rond-point avec la rue de l'Internationale
Essonne (91) Corbeil-Essonnes N104 A6

Versailles

Courcouronnes

Lisses ;

A5

Sénart

Corbeil-Essonnes-rive droite

Vieux Corbeil

A5

Sénart

Soisy-sur-Seine

A6

Courcouronnes

Échangeur hybride en trèfle avec rond-points.

Rocade de MontargisModifier

Département Commune Voies desservies Destinations

(sens nord/sud)

Destinations (sens sud/nord) Notes
Loiret (45) Montargis Rue du Faubourg de la Chaussée Montargis-centre

Montargis-La Chaussée

Demi-échangeur : entrée sens nord/sud et sortie sens sud/nord uniquement
Amilly D2060 A6

Troyes

Sens

Auxerre

Courtenay

Amilly-centre

Amilly-Z.A.

Centre hospitalier

A6

Troyes

Sens

Auxerre

Courtenay

Amilly-centre

Amilly-Z.A.

Centre hospitalier

D93 Amilly-St Firmin

Châtillon-Coligny

Amilly-St Firmin

Antibes

Sortie sens sud/nord jumelée avec celle de l'échangeur précédent
D2060 A77

Orléans

Châteauneuf-sur-Loire

Villemandeur

Contournement de BriareModifier

Département Commune Voies desservies Destinations

(sens nord/sud)

Destinations (sens sud/nord) Notes
Loiret (45) Briare D952 D2107 A77

Orléans

Briare

Gien

Z.I. de la Pinade

Z.I. Moulin à Vent

Demi-échangeur desservant uniquement le sens nord/sud
D952 A77

Orléans

Briare

Gien

Demi-échangeur desservant uniquement le sens sud/nord
D47 Briare

Ouzouer-sur-Trézée

Z.I. de Vaugereau

Demi échangeur ; entrée sens nord/sud et sortie sens sud/nord uniquement
D121 Briare

Dammarie-en-Puisaye

Champoulet

Batilly-en-Puisaye

Demi échangeur ; entrée sens sud/nord et sortie sens nord/sud uniquement

Déviation de Bonny-sur-LoireModifier

Département Commune Voies desservies Destinations (sens nord/sud) Destinations (sens sud/nord) Notes
Loiret (45) Bonny-sur-Loire D926 A77

Auxerre

Bonny-sur-Loire

Saint-Fargeau

Beaulieu

A77

Bonny-sur-Loire

Saint-Fargeau

Beaulieu

Nièvre (58) Neuvy-sur-Loire Rue du Faubourg de la Villeneuve Bonny-sur-Loire Demi échangeur ; entrée sens nord/sud et sortie sens sud/nord uniquement

Déviation de Neuvy-sur-LoireModifier

Département Commune Voies desservies Destinations (sens nord/sud) Destinations (sens sud/nord) Notes
Nièvre (58) Neuvy-sur-Loire D440 Belleville

Léré

Centrale nucléaire

Neuvy-sur-Loire

Belleville

Centrale nucléaire

Trois-quarts échangeur

Prolongement de l'A77Modifier

Département Commune Voies desservies Destinations (sens nord/sud) Destinations (sens sud/nord) Notes
Nièvre (58) Challuy D907 Saint-Parize-le-Châtel

Magny-Cours

Circuit de Nevers Magny-Cours

Imphy

Saint-Parize-le-Châtel

Magny-Cours

Circuit de Nevers Magny-Cours

Saint-Pierre-le-Moûtier D2076 Sancoins Bourges

Sancoins

Rue du Faubourg de Nevers Saint-Pierre-le-Moûtier

Le Veurdre

Decize

Bretelle isolée
Voie sans nom Saint-Pierre-le-Moûtier

Decize

Bretelle isolée

Contournement de MoulinsModifier

Département Commune Voies desservies Destinations (sens nord/sud) Destinations (sens sud/nord) Notes
Allier (03) Avermes D707 Moulins

Bourbon-l'Archambault

Avermes

Avermes

Trévol

Centre commercial Les Portes de l'Allier

Voie sans nom Centre commercial Les Portes de l'Allier Bretelle isolée
Yzeure D979A Moulins-Les Chartreux

Saint-Ennemond

Moulins-Nord

Decize

Dornes

Saint-Ennemond

D779 Autun

Bourbon-Lancy

Chevagnes

Yzeure-centre

Autun

Bourbon-Lancy

Chevagnes

Yzeure-centre

D12 Yzeure-ZA

Aérodrome de Montbeugny

Logiparc 03

Yzeure-centre

Aérodrome

Toulon-sur-Allier D707 Toulon-sur-Allier

Moulins-Les Champins

Moulins

Bourbon-l'Archambault

Yzeure-Z.A.

  Rond-point avec D707
Allier (03) Toulon-sur-Allier N79 A71

Clermont-Ferrand

Montluçon

Saint-Pourçain-sur-Sioule

Chalon-sur-Saône

Mâcon

Dompierre-sur-Besbre

Mâcon

Dompierre-sur-Besbre

A71

Montluçon

Montmarault

De Lapalisse à ChangyModifier

Département Commune Voies desservies Destinations (sens nord/sud) Destinations (sens sud/nord) Notes
Allier (03) Droiturier N2007 Mâcon

Montceau-les-Mines

Le Donjon

Digoin

Montceau-les-Mines

Le Mayet-de-Montagne

Le Donjon

Lapalisse

Loire (42) Saint-Pierre-Laval N2007 D424 Saint-Martin-d'Estréaux Saint-Martin-d'Estréaux
  Rond-point avec N2007
Loire (42) La Pacaudière D46 D307 La Pacaudière La Pacaudière
Changy D8 Lac de Villerest

Ambierle

Changy

Changy

Déviation de Saint-Germain-LespinasseModifier

Département Commune Voies desservies Destinations (sens nord/sud) Destinations (sens sud/nord) Notes
Loire (42) Saint-Germain-Lespinasse D18 Forêt de Lespinasse Bretelle isolée
D4 Saint-Germain-Lespinasse

Noailly

Charlieu

Saint-Germain-Lespinasse

Noailly

Ambierle

Forêt de Lespinasse

Rocade de RoanneModifier

Département Commune Voies desservies Destinations (sens nord/sud) Destinations (sens sud/nord) Notes
Loire (42) Mably D27 Mably-bourg

Riorges-La Villette

Demi-échangeur en rond-point
Roanne Boulevard Maréchal Joffre Riorges

Aéroport

Le Scarabée

Boulevard Ouest

Riorges

Aéroport

Le Scarabée

Boulevard Ouest

Trois-quarts échangeur en partie jumelé avec le suivant
Boulevard Jean-Baptiste Clément Roanne-port Roanne-centre

Montceau-les-Mines

Charlieu

Paray-le-Monial

Perreux D504 Perreux

Thizy

Le Coteau

Commelle-Vernay

Perreux

Thizy

Saint-Vincent-de-Boisset D27 Le Coteau

Saint-Vincent-de-Boisset

Commelle-Vernay

Lac de Villerest

Demi-échangeur
Notre-Dame-de-Boisset D45 Notre-Dame-de-Boisset Demi-échangeur
Saint-Cyr-de-Favières D207 L'Hôpital-sur-Rhins

Régny

Amplepuis

Saint-Cyr-de-Favières

Demi-échangeur
N82 A72 A89

Lyon

Clermont-Ferrand

Saint-Étienne

A72 A89

Lyon

Clermont-Ferrand

Saint-Étienne

Neulise

Voie rapide poursuivie sous le nom de N82

Prolongement de l'A89Modifier

Département Commune Voies desservies Destinations (sens nord/sud) Destinations (sens sud/nord) Notes
Rhône (69) La-Tour-de-Salvagny D30 Lozanne

La-Tour-de-Salvagny

Demi-échangeur
N489 A6

Lyon

La-Tour-de-Salvagny-Z.A.

Dardilly

Limonest

A6

Dardilly-porte de Lyon

Limonest

D77E2 Dardilly-Montcourant

La-Tour-de-Salvagny

Dommartin

Demi-échangeur

La RN 7 dans l'histoire populaireModifier

  • En tant que route des vacances, elle a fait l'objet d'une chanson de Charles Trenet, Nationale 7, en 1955.
  • National seven est une chanson écrite par Alan Tunbridge et Al Jones et enregistrée par Pete Stanley & Wizz Jones sur Sixteen Tons of Bluegrass et sur l'album éponyme de 1966 de John Renbourn.
  • Elle est mentionnée dans une chanson de Tito, Be Bop Tradition, sortie en 1983.
  • Nationale 7 est un livre du photographe Christian Louis[7] et de l'écrivain Pierre Drachline paru en 1988.
  • Nationale 7 est un film réalisé par Jean-Pierre Sinapi avec Nadia Kaci et Olivier Gourmet sorti en 2000.
  • Nationale 7, un road-trip à la française est un livre du photographe Matthieu Raffard et de l'écrivain Albéric d'Hardivilliers paru aux éditions Transboréal en 2008.
  • Nationale 7: la route des vacances, guide pour flâner de Paris à Menton est un guide de voyages de Peter Jacobs et Erwin De Decker paru aux éditions Hachette en 2009, traduit du néerlandais Langzaam door Frankrijk, éditions Lannoo, 2007, 2011 et 2015.
  • C'était la Nationale 7 est un livre de Thierry Dubois paru en 2010 aux éditions Drivers.
  • Le nom du jeu 1000 bornes découle de la longueur de la route nationale 7 (environ 1 000 kilomètres). Son inventeur l'a prise pour référence.
  • Nationale 7 est une attraction du Parc Astérix : un circuit de tacots au travers d'une petite campagne évoquant la route Bleue.
  • Dans la bande dessinée Le Tour de Gaule d'Astérix (page 28, case 2) de René Goscinny et Albert Uderzo, les deux héros en route vers Nicae (Nice) empruntent la VR VII (voie romaine VII), c'est-à-dire la RN 7.

Restaurants trois étoiles au Guide Michelin le long de la RN7Modifier

Nombreuses sont les étapes culinaires ou vineuses qui jalonnent la Nationale 7, et qui ont fait de ce tracé un haut lieu de la cuisine française[8].

Les musées de la RN 7Modifier

 
Musée de la route bleue à Mormant-sur-Vernisson.
 
Musée de la route nationale 7 à Piolenc.

Un musée de la route nationale 7 avait été ouvert en 2003 dans la commune de Piolenc dans le Vaucluse, à 5 km au nord d'Orange. On y trouvait d'anciens véhicules ayant fréquemment parcouru cette route à différentes époques, ainsi que des objets oubliés par des vacanciers distraits.

Fermé depuis 2006, il a rouvert ses portes le 1er juin 2009.

Un second musée a été ouvert dans le Loiret, à proximité de Mormant-sur-Vernisson, environ 10 kilomètres au sud de Montargis.

Notes et référencesModifier

  1. Émile Bonnel, « Joseph Hyacinthe Sigaud, ingénieur des Ponts-et-Chaussées (1752-après 1815) », dans Provence historique, 1955, tome 5, fascicule 20, p. 158 (lire en ligne).
  2. Georges Reverdy, Les routes en France au XIXe siècle, Presses de l'École des ponts et chaussées, Paris, 1993, p. 37-39, (ISBN 978-2-85978-198-9).
  3. Colette Bourrier-Reynaud, Ponts & merveilles. En remontant le cours du Var de Nice aux Entraunes, Association culturelle Lou Savel, Serre éditeur, Nice, 2010, p. 64-73 (ISBN 978-2-86410536-7).
  4. La D6007 ne traverse pas Monaco mais longe la principauté à hauteur de La Turbie
  5. Décret no 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif à la consistance du réseau routier national (points 25 Paris-Lyon-Marseille, 29 Paris-Saint-Étienne, 30 Vallée du Rhône-Espagne, 41 Clermont-Ferrand-Lyon et 93c sous l'aéroport d'Orly)
  6. « La RN 7 rétrograde », sur L'Express, .
  7. « Chritian Louis : livre Nationale 7 », avec quelques photos illustrant le livre, sur christian-louis.com, (consulté le 18 mars 2019).
  8. Kilien Stengel, Acteurs et effets gastronomiques sur la N7, dans Mémoires de la Société académique du Nivernais, tome 88, 2019, p. 161.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier