Langon (Gironde)

commune française du département de la Gironde

Langon
Langon (Gironde)
Le bâtiment de la mairie en septembre 2011.
Blason de Langon
Blason
Langon (Gironde)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
(sous-préfecture)
Arrondissement Langon
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Gironde
Maire
Mandat
Jérôme Guillem (DVG)
2020-2026
Code postal 33210
Code commune 33227
Démographie
Gentilé Langonnais
Population
municipale
7 374 hab. (2018 en diminution de 0,59 % par rapport à 2013)
Densité 538 hab./km2
Population
agglomération
13 787 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 14″ nord, 0° 14′ 54″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 73 m
Superficie 13,71 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Langon
(ville-centre)
Aire d'attraction Bordeaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Sud-Gironde
(bureau centralisateur)
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Langon
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Langon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Langon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Langon
Liens
Site web www.langon33.fr/

Langon est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est le chef-lieu d'un arrondissement.

GéographieModifier

 
Langon depuis le pont routier sur la Garonne (mai 2006)

Étape traditionnelle de la route Bordeaux-Toulouse, la ville de Langon et son aire urbaine dans le Sud-Gironde, se trouve sur la rive gauche de la Garonne, près de la limite entre le vignoble des Graves et la lisière de la forêt des Landes, à 48 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département[1].

Communes limitrophesModifier

Les communes limitrophes sont Saint-Pierre-de-Mons à l'est, Coimères au sud-est, Mazères au sud, Roaillan au sud-ouest sur environ un kilomètre, Fargues à l'ouest et Toulenne à l'ouest. Sur la rive droite de la Garonne, se trouvent les communes de Saint-Maixant au nord et Saint-Macaire au nord-est.

Communes limitrophes de Langon[2]


Toulenne
Saint-Maixant
                                   Rive droite
Saint-Macaire
de la Garonne                                        
Fargues   Saint-Pierre-de-Mons
Roaillan Mazères Coimères

Voies de communication et transportsModifier

La ville est traversée par la route départementale D1113, ancienne route nationale 113, qui mène vers le nord-est à Saint-Macaire et au-delà à La Réole et vers le nord-ouest à Toulenne et en direction de Bordeaux. La D1113 franchit la Garonne par le pont routier de Langon. Plusieurs routes commencent dans le territoire communal, la route départementale D116, à l'ouest, en direction du Sauternais et de Landiras, la route départementale D8, au sud-ouest, en direction de Fargues et Villandraut, la route départementale D222, au sud-sud-ouest, en direction de Roaillan, la route nationale N524 (anciennement route départementale D932), au sud, en direction de Bazas, la route départementale D10, au sud-ouest, en direction d'Auros, la route départementale D224, à l'est, en direction de Saint-Pierre-de-Mons et Castets-en-Dorthe.

L'accès no 3, dit de Langon, à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) se situe sur le territoire communal.

L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 13 km vers le sud.

La ville est desservie par la SNCF, à la gare de Langon, dans l'ouest de la commune, sur la ligne Bordeaux - Sète du TER Nouvelle-Aquitaine qui franchit la Garonne ici par le pont ferroviaire de Langon.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 12,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 836 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Sauternes », sur la commune de Sauternes, mise en service en 1896[9] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[10],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,4 °C et la hauteur de précipitations de 825,2 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bordeaux-Mérignac », sur la commune de Mérignac, mise en service en 1920 et à 45 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 13,3 °C pour la période 1971-2000[13], à 13,8 °C pour 1981-2010[14], puis à 14,2 °C pour 1991-2020[15].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Langon est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Langon, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[19] et 13 787 habitants en 2018, dont elle est ville-centre[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bordeaux, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 275 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[22],[23].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (45,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (53,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (32,8 %), zones urbanisées (28,8 %), forêts (11 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (9,5 %), zones agricoles hétérogènes (6,9 %), prairies (4,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,8 %), terres arables (1,1 %), eaux continentales[Note 6] (0,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Selon la chronique de Benjamin Fillon sur la commune « Le Langon » dans la Vendée, Le Langon, Véluire et le Poiré (imprimerie de Robuchon, Fontenay-le-Comte, 1867) « Le nom celtique de ce très ancien bourg, situé sur les confins de la plaine et du marais méridional de la Vendée, était vraisemblablement Alingo, comme celui de Langon sur Gironde. On en fit d’abord l’Alingon, puis l’Alangon, et enfin le Langon. »[25].

Le nom celtique « Alingo » figure ici et là autour de Langon, mais de moins en moins. Il y a encore le club Rando Alingo de randonnée pédestre[26] et le Centre Medical Alingo dans le Cours des Fossés, mais l'ancien Café Alingo[27] est devenu « Le Cochon Volant »[28],[29].

HistoireModifier

L'histoire de la ville est indissociable de celle de Bazas, à une quinzaine de kilomètres au sud, important centre militaire et religieux de l'Antiquité jusqu'au XVIIIe siècle, dont Langon est le port sur la Garonne, rivalisant un temps avec celui de Bordeaux. Profitant de sa situation privilégiée autour d'un coude du fleuve, au confluent avec le Brion, Langon devient une ville de marchés, sur la route entre Bordeaux et Agen. Elle compte deux paroisses dès le XIIe siècle, Notre-Dame et Saint-Gervais, formant deux bourgs dont la ville est la réunion. Pour plus d'information sur la situation de la commune au XVIIIe siècle, voir l'ouvrage de Jacques Baurein[30].

À la Révolution, la paroisse Saint-Gervais de Langon forme la commune de Langon[31].

Langon a été marquée par la vigne, qui fit sa richesse en tant que port, au carrefour du vignoble des Graves et de celui du Sauternais. La commune elle-même est sur le territoire des Graves. Tandis que Bazas entre dans un déclin relatif à partir du XVIIIe siècle, perdant son diocèse après la Révolution, son tribunal de grande instance au XXe siècle, et une bonne partie de son artisanat, Langon connaît un essor commercial et industriel. En 1926, les arrondissements de Bazas et de La Réole fusionnent avec celui de Langon, et c'est Langon, légèrement plus peuplée[Note 7], qui récupère la sous-préfecture.

Culturellement, Langon se situe dans l'aire gasconne. Le nom de la ville en occitan est Lengon (prononcer Lengoun). Elle fait partie de la région historique du Bazadais.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1950 Élie Samson    
1950 mars 1959 Pierre Vignolles    
mars 1959 mars 1965 Robert Vouin   Notaire, professeur de droit
mars 1965 mars 1989 Pierre Lagorce SFIO-PS Ancien chef de division à l'Assemblée nationale
Député (1967-1986, 1988-1993)
mars 1989 mars 2014 Charles Vérité PS Médecin, conseiller général (1982-1999)
mars 2014 mai 2020 Philippe Plagnol[32] PS Chirurgien, président de la CdC du Sud Gironde (2014-2020)
mai 2020 En cours Jérôme Guillem [33] PS Enseignant, Président de la CdC du Sud Gironde (2020)[34]
Conseiller régional depuis 2021

JumelagesModifier

Les jumelages de la ville de Langon sont les suivants[35] :

IntercommunalitéModifier

Le , la communauté de communes du Pays de Langon ayant été supprimée, la commune de Langon s'est retrouvée intégrée à la communauté de communes du Sud Gironde siégeant à Mazères.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Les habitants sont appelés les Langonnais[38].

L'unité urbaine de Langon compte, à périmètre identique à 1999, 10 568 habitants en 2006 contre 8 975 habitants au recensement de 1999 soit une augmentation de 18 %. Les autres communes de l'unité urbaine sont Toulenne (2 405 habitants), Fargues (1 532 habitants), Saint-Pierre-de-Mons (1 028 habitants), Saint-Pardon-de-Conques (568 habitants) et Saint-Loubert (230 habitants).

L'aire urbaine compte quant à elle, à périmètre identique à 1999, 13 687 habitants en 2006 contre 11 423 habitants au recensement de 1999 soit une augmentation de 20 % et trois communes de plus : Fargues (1 526 habitants), Roaillan (1 096 habitants) et Saint-Pardon-de-Conques (497 habitants). La croissance démographique, due à l'étalement de l'agglomération bordelaise, est actuellement très soutenue et devrait se traduire par des chiffres en hausse lors du prochain recensement.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[40].

En 2018, la commune comptait 7 374 habitants[Note 8], en diminution de 0,59 % par rapport à 2013 (Gironde : +6,4 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 2673 2083 2222 9543 5663 7453 9863 8963 953
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 2014 1144 5054 6474 7404 7044 7264 7334 956
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 8164 8364 9004 5884 7314 6614 7865 1775 231
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5 3755 3565 8435 8365 8426 1687 1357 2727 409
2013 2018 - - - - - - -
7 4187 374-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services publicsModifier

Langon héberge une sous-préfecture, un centre hospitalier du Sud-Gironde dont le siège administratif se trouve à La Réole après la fusion des deux hôpitaux la partie chirurgicale étant située à Langon, un service départemental d'incendie et de secours, une gendarmerie, une poste, un centre des impôts, une maison de retraite, un office de tourisme, un pôle emploi, une CPAM.

EnseignementModifier

  • L'éducation est assurée sur la commune de Langon depuis la crèche, en passant par l'école maternelle (EM Anne-Frank et Ste-Marie Jeanne d'Arc), l'école élémentaire (EP Antoine-de-Saint-Éxupéry et Ste-Marie Jeanne d'Arc) et le collège (collège Jules-Ferry et collège Toulouse-Lautrec ainsi que le collège Ste-Marie Jeanne d'Arc), jusqu'au lycée aussi bien d'enseignement général (lycée mixte Jean-Moulin) que d'enseignement professionnel (lycée des Métiers Sud-Gironde), une antenne du Greta et un lycée d'enseignement professionnel privé: le LP AGIR.
  • Une bibliothèque municipale complète cet aspect éducation, manifestations culturelles et festivités
  • Le festival de musique Nuits atypiques a pour projet de valoriser la diversité culturelle en faisant découvrir des « musiques du monde » tous les ans en juillet.
  • L'association L'Ours polar a pour vocation d'assurer la promotion du roman policier et du roman noir.

MédiasModifier

  • Le Républicain Sud-Gironde, journal de presse hebdomadaire régionale, est installé à Langon depuis le début des années 1990.
  • La radio ARL (Aquitaine Radio Live) a ses studios à Langon.

SportsModifier

 
Le stade Comberlin.

ÉconomieModifier

 
Langon en Gironde

AgricultureModifier

888 hectares de la commune ont un usage agricole dont 282 correspondent à des vignobles en appellation contrôlée produisant graves-supérieures (blancs moelleux) et graves (rouges et blancs)[45].

Commerce et industrieModifier

La commune totalise 77 hectares de zones économiques répartis ainsi[45] :

  • Z.I. du Couloumey : 23 ha
  • Z.I. de Baillan : 10 ha
  • Z.I. de la Châtaigneraie : 30 ha
  • Z.A. de Dumès : 14 ha

En matière de commerce, la commune héberge 192 entreprises réparties en commerce de gros (37), établissements multirayons (7), commerces alimentaires (26) et commerces non alimentaires (122)[45].

En matière d'industrie, la commune abrite une entreprise industrielle alimentaire, dix entreprises artisanales liées à l’équipement de la maison et de la personne, 29 entreprises artisanales de production et 36 entreprises de BTP[45].

En matière de services, 205 entreprises sont actives à savoir 32 cafés, hôtels, restaurants, 29 dans le domaine de la finance, de l'immobilier ou de l'assurance, 51 dans les services à caractère personnel et 93 dans des services autres[45].

La commune dispose d'une délégation de la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux.

Culture locale et patrimoineModifier

  • Le crime de Langon est un fait-divers sordide : l'assassinat crapuleux de Jean-Théodore Monget, un agent d'assurances, dans le Café de la gare à Langon (Gironde), le . Elle sort de l'ordinaire par sa couverture dans la presse nationale et des répercussions sur l'application effective de la peine de mort.

Lieux et monumentsModifier

  •   Maison, 51 rue Maubec
  • La mosquée du parc des Vergers. Construite au XIXe siècle par goût pour l'orientalisme, et non comme lieu de culte, elle n'a servi qu'au pesage des jockeys qui allaient courir sur l'ancien hippodrome.
  • Les quais : le port de Langon a connu son apogée au XVIIe siècle, à l'époque où les vins partaient vers Bordeaux par le fleuve. Les quais sont devenus un peu delaissé depuis la fin de l'activité portaire. En 2016 la municipalité s'engage dans un projét d'aménagement des quais[47],[48],[49].
  • Vers le stade de rugby, rue Abel-Gourgues, on peut remarquer un quartier d'architecture moderniste des années 1950 et 1960 avec certaines rues composées de maisons inspirées du style des Case Study Houses américaines.
  • Plus en amont, Airbus a installé un quai de débarquement qui accueille la barge Breuil pour le transport des portions d'avions depuis Bordeaux ; à proximité de ce quai, se trouvent des hangars de stockage pour lesdites portions, avant leur départ, par l'Itinéraire à grand gabarit, jusqu'à l'agglomération toulousaine. Mais le quai Airbus et les hangars ont cessé leur activités depuis les derniers convois en 2020 et 2021[50],[51].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Équipements culturelsModifier

  • Le Centre culturel des Carmes[52] propose un calendrier varié de spectacles, des expositions d'art (libre d'entrée), des ateliers d'arts plastiques et héberge certaines associations culturelles (danse, chant…) ainsi qu'une partie de l'École de Musique intercommunale.
  • L'Espace Claude-Nougaro, ancien marché couvert, est une salle destinée aux spectacles de 1 000 m2, capable d'accueillir des manifestations de grande envergure[53].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Langon se blasonnent ainsi :

D'or aux trois pals de gueules.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. En 1926, la population de Langon était de 4 731 habitants, celle de Bazas de 4 410 habitants et celle de La Réole de 3 695 habitants. Depuis, la population de Langon a presque doublé tandis que les populations des deux autres villes ont quasiment stagné (2015).
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Distances les plus courtes par la route - La distance orthodromique est de 41,4 km pour Bordeaux. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 4 décembre 2011.
  2. Langon sur Géoportail, consulté le 18 juin 2015.
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Sauternes - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Langon et Sauternes », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Sauternes - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Langon et Mérignac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 de Langon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  25. Le Langon - entre plaine et marais poitevin - Accueil Vendée
  26. Ville de Langon : L'annuaire des associations (Sports individuels)
  27. La belle époque des cafés de Langon - Le Républicain, Sud-Gironde.
  28. Nouveau gérant du café Alingo - Le Républicain, Sud-Gironde.
  29. L’ouverture du « Cochon volant » - Le Républicain, Sud-Gironde.
  30. Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 3, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne), article 6.I, pages 215-224
  31. Historique des communes, p. 28, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 7 avril 2013.
  32. « Philippe Plagnol élu triomphalement à Langon », Le Républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. « Jérôme Guillem est le nouveau maire de Langon », sur sudouest.fr, (consulté le ).
  34. « Jérôme Guillem, maire de Langon, élu président de la communauté de communes du Sud-Gironde »
  35. Ville de Langon : Jumelage
  36. Comité de jumelage Langon-Penzberg sur le site officiel de la commune, consulté le 23 mars 2013.
  37. « Jumelage(s) de Langon », sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures du Ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  38. Nom des habitants de la commune sur Habitants.fr, consulté le 4 décembre 2011.
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  43. Duros Escalade.
  44. L'itinéraire du premier Tour de France cycliste
  45. a b c d et e Chiffres de 2002 fournis pas le site de la mairie.
  46. « Inscription de l'église Saint-Gervais-Saint-Protais », notice no PA33000092, base Mémoire, ministère français de la Culture, consulté le 4 décembre 2011.
  47. Esquisses des aménagements des futurs quais
  48. Réhabilitation des quais de Langon.
  49. L’esplanade des quais rénovée
  50. Airbus prépare son départ de Langon
  51. Un convoi exceptionnel de l'avion Beluga
  52. Centre culturel des Carmes.
  53. L'Espace Claude-Nougaro sur le site de la mairie.