Ouvrir le menu principal

Nevers

commune française du département de la Nièvre (chef-lieu)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nevers (homonymie).

Nevers
Nevers
La cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte.
Blason de Nevers
Blason
Nevers
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre (préfecture)
Arrondissement Nevers (chef-lieu)
Canton Nevers-1
Nevers-2
Nevers-3
Nevers-4
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Nevers
Maire
Mandat
Denis Thuriot (LREM)
2014-2020
Code postal 58000
Code commune 58194
Démographie
Gentilé Neversois (se)
Population
municipale
34 228 hab. (2015 en diminution de 6,89 % par rapport à 2010)
Densité 1 975 hab./km2
Population
aire urbaine
100 113 hab. (2014)
Géographie
Coordonnées 46° 59′ 34″ nord, 3° 09′ 42″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 238 m
Superficie 17,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Nevers

Géolocalisation sur la carte : Nièvre

Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Nevers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nevers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nevers
Liens
Site web nevers.fr
agglo-nevers.net

Nevers (prononcé [nə.ˈvɛʁ]) est une commune du centre de la France, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle compte 34 228 habitants (recensement de 2015)[1], son agglomération 60 176 habitants et son aire urbaine 101 586 habitants.

Il s'agit de la ville principale du département de la Nièvre et de la 3e plus grande ville de Bourgogne, située entre Chalon-sur-Saône et Auxerre.

Capitale de la province du Nivernais sous l'Ancien Régime, elle est désignée comme préfecture du département de la Nièvre lors de la réorganisation territoriale de 1790. Ses habitants se sont appelés les "nivernais et nivernaises", selon le Larousse[2].

Dotée d'un patrimoine historique remarquable, d'un important ensemble patrimonial médiéval (église Saint-Étienne, cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte), Renaissance (palais ducal) ou contemporain (église Sainte-Bernadette du Banlay), la ville est affiliée au réseau national des villes d'art et d'histoire.

Sommaire

GéographieModifier

 
Carte de la Nièvre.

LocalisationModifier

La ville est située au confluent de la Nièvre et de la Loire, à quelques kilomètres de l'Allier (affluent de la Loire). À voir : le panorama du Bec d'Allier, qui offre une vue splendide sur la jonction entre la Loire et l'Allier.

Elle occupe un site de butte sur la rive droite de la Loire.

Communes limitrophesModifier

Lieux-dits, écarts, quartiersModifier

 
La place de la République à Nevers ; à l'arrière-plan, la Loire.
  • À l'est de Nevers :
    • Nevers-Est est constitué du quartier Est et du quartier de maison « les Mouesses ». Le quartier Est est un ensemble urbain classé en zone urbaine sensible (ZUS) où se situent le quartier des bords de Loire et le quartier des Courlis (la Barrate) qui compte environ 5 000 habitants.
    • Les Mouesses : quartier de maison au côté nord de Nevers-Est, étendu sur environ 1 kilomètre. Commerces : bureau de tabac, boulangerie, station-essence, boucherie, restaurant.
    • Les Bords de Loire : Le quartier des « Bords de Loire » est situé sur la rive droite du fleuve à l'emplacement d'anciennes pépinières. Il est un quartier HLM qui occupe le côté sud du quartier Est, il est étendu sur environ 800 mètres. Commerces : centre commercial géant Casino avec une galerie marchande, boulangerie, pharmacie, bureau de tabac et boutiques diverses.
    • Les Courlis : Le quartier des Courlis est un lieu-dit d'une trentaine d'années occupé par un quartier d'habitat collectif du sud de Nevers, construit sur la rive droite de la Loire à l'emplacement d'une partie de l'ancien bocage ligérien et séparé du quartier des "Bords de Loire" par le canal de dérivation de la Nièvre (creusé en 1860). Il est composé de quatre zones : le Neubrandenburg, le mail du Vernai, le mail Jacqinot et le centre des Courlis. La place du Grand Courlis se situe en plein centre du quartier. Commerces : bureau de tabac, la poste, ED, coiffeur…
    • « La Baratte », hameau situé à l'entrée de Nevers, était à l'origine sur la commune de Saint-Eloi (toponymie ancienne). La Baratte, le faubourg de la Baratte (autrefois fg du Mouësse) et les faubourgs du Petit-Mouësse et Grand-Mouësse ont longtemps été le domaine exclusif des jardiniers-maraîchers, horticulteurs et pépiniéristes. La tradition du jardinage remonte au Moyen Âge. Le Val de la Baratte, dernier bastion des maraîchers, est constitué de jardins maraîchers et potagers (près d'une trentaine d'hectares avec le bocage situé en zone humide (rue Pissevache). Un jardin expérimental, « Le Clos Monard », est situé sur le Vernai (Val de la Baratte). Ce jardin est dédié aux pollinisateurs et plus largement à la faune dite « ordinaire » mais néanmoins bien menacée. Une association de patrimoine, Saint-Fiacre Loire-Baratte, est à l'origine de ce projet qui vise à lutter contre la banalisation du périurbain, de préserver non seulement l'identité culturelle du quartier, la tradition maraîchère de proximité, mais également à protéger le foncier, le paysage et ses composantes : ruisselets, fontaines, lavoir, maisons des jardiniers, jardins et la faune dont certaines espèces sont protégées.
    • Le Banlay avec son église Sainte Bernadette dit (Le Blokhaus) et la Cité Scolaire
  • En allant vers Fourchambault :
    • La Grande Pâture est un ancien quartier de Nevers et était le troisième. Il est en fin de rénovation en 2013.

Voies de communication et transportsModifier

 
Autobus du réseau Taneo.

Réseau routierModifier

Située à 235 km au sud de Paris, Nevers est reliée à la capitale par l'A77 en environ 2 h.

Nevers est située en bordure de la célèbre route nationale 7.

Réseau ferroviaireModifier

La gare de Nevers se situe sur la ligne Moret-Veneux-les-Sablons - Lyon-Perrache utilisée par les relations Paris - Clermont-Ferrand. La traction électrique est opérationnelle de Paris-gare de Bercy à Clermont-Ferrand. La gare se trouve également à l'origine d'une voie ferrée vers Dijon, voie à trafic en constante augmentation (« plaque tournante » de fret) mais pas encore électrifiée. La gare de Nevers jouit de dessertes TER, Intercités et Téoz relativement importantes pour la taille de la ville grâce à sa position géographique stratégique au milieu de grands axes. Nevers est ainsi reliée en train principalement à Paris (13 rotations quotidiennes en moyenne, temps de parcours variant de 1 h 56 pour le trajet sans arrêt à 2 h 25), Nantes, Angers, Tours, Bourges, Orléans, Dijon, Clermont-Ferrand et Lyon.

Transport en communModifier

Nevers dispose d'un réseau de lignes de bus baptisé Taneo et qui dessert les douze communes de la communauté d'agglomération de Nevers à l'aide de treize lignes régulières, et d'une navette desservant le centre-ville de Nevers, ainsi que divers services tels que des lignes dominicales ou scolaires. Un service de location de vélos classiques ou de vélo à assistance électrique nommé « Cycl'agglo » est aussi proposé.

Transport aérienModifier

Enfin, Nevers dispose d'un aéroport dénommé aéroport de Nevers-Fourchambault ou de la Sangsue. Il accueillait de nombreuses rotations au moment du Grand Prix de France de Formule 1 ou des événements sportifs organisés au circuit de Nevers Magny-Cours. Auparavant doté d'une liaison régulière hebdomadaire vers Dijon (31 minutes de vol) fermée faute de demande, l'aéroport voit son trafic en baisse, notamment en raison de l'arrêt du Grand Prix de F1.

Pistes cyclablesModifier

 
Tracé de l'EV6.
Article détaillé : EuroVelo 6.

L' EuroVelo 6 ou EV6, également connue sous le nom d' « Eurovéloroute des Fleuves », est une véloroute de type EuroVelo qui traverse Nevers en reliant Saint-Nazaire à Constanţa[3]. C'est la plus célèbre des véloroutes européennes, longue de 3 653 km, elle traverse l'Europe d'Ouest en Est, de l'Océan Atlantique à la Mer Noire en passant par dix pays. Elle suit l'itinéraire de trois des plus grands fleuves européens : la Loire, le Rhin et le Danube.

Aménagement & urbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Nevers mène actuellement une opération de semi-piétonnisation de son hypercentre déjà interdit à la circulation automobile une journée par mois. Il s'agit de le protéger de la circulation de transit conformément à son classement parmi les Zones de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP).

Pour ce faire, quatre grands points de rabattement ont été aménagés, chacun aménagé de parcs de stationnement et conçu comme autant de portes d'entrée en ville :

  • le pôle multimodal du quartier de la gare ;
  • le réaménagement de l'ancienne caserne militaire Pittié : installation de l'école en soin infirmiers, du futur centre aquatique (2018) de sociétés tertiaires et du pôle numérique INKUB ;
  • le réaménagement de l'ancien hôpital : bureaux, commerces, logement et pôle de santé, il prolonge le centre-ville ;

aménagement en rond-point du carrefour du Pont-Cizeau facilitant ainsi le passage du centre-ville vers l'est de Nevers.

Le pont de la LoireModifier

Article détaillé : pont de Loire.

Un pont est mentionné dès 1227 : trois ouvrages imparfaitement alignés et souvent emportés par les eaux de la Loire. Le Grand Pont traversait le bras navigable, côté ville, jusqu'à "l'île-aux-bœufs". Il est construit en pierre en 1535. Le pont Notre-Dame, en pierre en 1550, joignait une seconde île où était située la chapelle Notre-Dame du Bout-du-Pont. Enfin, le petit Pont de l'Official rejoignait la terre ferme. Le projet établi en 1763 considérait que le pont principal, représentant la partie nord, était en état suffisant pour ne pas nécessiter une reconstruction. Malgré cela il s’écroula en 1790 et fut donc remplacé par un pont provisoire en bois qui dura jusqu’en 1832. La partie sud qui remplace les deux derniers ponts est construite de 1770 à 1778. La partie nord est terminée en 1833. Le pont est construit par tronçons en grès de Coulandon et mesure 350 m. il est formé de 14 arches flanquées de fortes piles qui ont parfaitement résisté aux grandes crues du XIXe siècle. Cette entrée de la ville est importante pour son image. En effet la vue de Nevers à cette entrée est la plus représentée. Elle permet d'y trouver, selon l'angle de vue, le pont, la Loire, les quais de Loire, la Cathédrale, la tour Goguin, les sentiers de promenade le long de la Loire…

ClimatModifier

Le climat de Nevers est de type océanique dégradé avec une notable influence continentale issue des plaines de Loire et d'Allier. Cela se traduit par de froides nuits d'hiver et de chaudes journées estivales.

Relevé météorologique de la station de l'aéroport de Nevers-Fourchambault de 1948 à 1999
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,2 0 1,7 3,7 7,4 10,5 12,3 12 9,3 6,2 2,6 0,5 5,5
Température moyenne (°C) 3 4,1 6,8 9,3 13,2 16,4 18,7 18,3 15,4 11,3 6,4 3,8 10,5
Température maximale moyenne (°C) 6,2 8,2 11,8 14,9 18,9 22,2 25 24,5 21,4 16,3 10,1 7 15,5
Précipitations (mm) 66,6 60,7 59,6 55,4 89,8 66,1 53,5 70,8 71 68,3 69,2 73,2 804,2


Relevé météorologique de la station Nevers 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,2 −0,1 1,8 3,9 7,9 10,9 12,8 12,3 9,1 7 2,8 0,8
Température maximale moyenne (°C) 6,7 8,3 12,4 15,4 19,4 22,8 25,5 25,2 21,4 16,7 10,5 7,1
Ensoleillement (h) 63 87 150 164 208 209 238 248 172 110 65 51 1 764
Précipitations (mm) 64 63 56 64 83 66 56 59 68 77 71 73 800,6
Source : météo france relevés météorologique 1981-2010


Ces données sont à considérer avec précaution car la station météorologique de Nevers est située au niveau d'un microclimat froid remarquable. En effet, elle se trouve au fond d'une petite cuvette qui bénéficie d'un apport d'air froid issu des collines environnantes et conduit par des petites vallées, notamment celle du Riau. De ce fait, par nuit claire, la température peut y chuter de manière vertigineuse par rapport à d'autres lieux proches mais mieux exposés.

ToponymieModifier

Le nom de Nevers est dérivé de celui de la Nièvre. Il est documenté sous les formes : Nevirnum[4], Ebirno[5], Neberno[6], Nevernis[7]… d'un ancien *Néuar-ino-[8]. Un -s s'est substitué au -n d'origine. Il est probable qu'il s'agisse d'une racine hydronymique pré-celtique *nev- / niv- apparentée à celle de la Neva russe ainsi qu'à la Nive du Pays basque (Dauzat, Rostaing, Nègre, Morvan).

Jules César lui donnait le nom gaulois de Noviodunum 'nouvelle place forte'.

En bourguignon-morvandiau la ville se nomme N'ver.

HistoireModifier

  Cette section contient une ou plusieurs listes et gagnerait à être introduite par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items  (octobre 2018).
 
La Porte du Croux et, au premier plan, son avant-porte.
  • Il n'est pas certain que la place forte Noviodunum Aeduorum citée par César, place forte des Eduens, ait été Nevers. On cite souvent plutôt à ce sujet Neuvy-sur-Loire, à 80 km de là, également dans la Nièvre. On parle aussi de Nevirnum ou encore de Nebernum. Le nom vient de celui de la rivière Nièvre (Nivara, Nevara)[réf. nécessaire].
  • Néanmoins, on note la présence de vestiges gallo-romains sous le palais ducal.
  • Cette cité est évangélisée au IIIe siècle, puis devient le siège de l'évêché au VIe siècle.
  • Capitale du comté héréditaire de Nevers en 992, la ville se fortifie sous l'influence de Pierre II de Courtenay en 1194. La ville appartient successivement aux familles de Courtenay, de Bourbon, aux maisons de Flandre, de Bourgogne-Franche-Comté, de Clèves et de Gonzague. L'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, possède en 1347, quelques murailles et places de maisons dans la rue de la Parcheminerie, qu'elle donne à bail[9].
  • La ville est alors fortifiée, une partie importante des remparts subsiste encore dont la Porte du Croux, bel exemple d'architecture militaire destiné à affirmer le pouvoir urbain. Elle réunit le concept de tour-porte placée devant la muraille afin de mieux défendre celle-ci et le symbole de tour-maîtresse se dressant contre l'intrus et contrôlant les visiteurs. Outre les aménagements traditionnels comme les échauguettes d'angles et les machicoulis, elle inclut des innovations plus modernes comme la séparation des accès piétonnier et charretier ainsi qu'un pont-levis à flèche. Pour faire face aux progrès de l'artillerie, la Porte du Croux est dotée d'une avant-porte désaxée par rapport à la porte principale.
  • Le comté fut transformé en duché en 1538 et acheté par Jules Mazarin pour son neveu Philippe Mancini en 1659.
  • En prévision des états généraux de 1789, Me Larenne — curé de St Martin de Nevers — est élu député du clergé.
  • Lors de la Seconde Guerre mondiale en juillet 1940 Nevers passe en zone occupée. Un bombardement allié important de Nevers a lieu le 16 juillet 1944 faisant 161 morts et détruisant partiellement la cathédrale Saint-Cyr-Sainte Julitte. Les Allemands quittent finalement la ville le 7 septembre 1944.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Article détaillé : Liste des maires de Nevers.

JumelagesModifier

  1.   Mantoue (Italie) depuis 1959
  2.   Charleville-Mézières (France) depuis 1959
  3.   Coblence (Allemagne) depuis 1963
  4.   Lund (Suède) (Suède) depuis 1967
  5.   Neubrandenbourg (Allemagne) depuis 1973
  6.   St Albans (Royaume-Uni) depuis 1974
  7.   Hammamet (Tunisie) depuis 1984
  8.   Curtea de Argeș (Roumanie) depuis 1990
  9.   Siedlce (Pologne) depuis 2002
  10.   Sremska Mitrovica (Serbie) (Coopération décentralisée)
  11.   Stavroúpoli (Grèce) depuis 2004
  12.   Asmara (Érythrée) (Coopération décentralisée)
  13.   Taizhou (Zhejiang) (Chine) depuis 2006
  14.   Budapest (Hongrie) (Coopération décentralisée avec le district d'Erzsebetvaros, VIIe arrondissement de la capitale hongroise)
  15.   Marbella (Espagne)

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[10],[Note 1].

En 2015, la commune comptait 34 228 habitants[Note 2], en diminution de 6,89 % par rapport à 2010 (Nièvre : -3,57 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
11 84611 20012 07712 28015 08516 96715 00716 72117 045
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
18 18218 97120 70022 27622 70423 84625 00626 43627 108
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
27 67327 03027 70629 75429 30631 87933 69934 03635 183
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
39 08542 42245 48043 01341 96840 93238 49636 21034 228
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Enseignement supérieurModifier

  Cette section contient une ou plusieurs listes et gagnerait à être introduite par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items  (octobre 2018).
 
L'institut Supérieur de l'Automobile et des Transports.
  • Depuis 1991, l'ISAT[13], Institut Supérieur de l'Automobile et des Transports, établissement de l'Université de Bourgogne, est la seule école publique spécialisée en ingénieurs de l'automobile, elle délivre des diplômes jusqu’à bac + 5 à environ 120 élèves par an.
  • Magnytude[14] représente le centre d'activités et de recherche technologique et de développement de l’ISAT.
  • L'ESAAB[15] (École Supérieure des Arts Appliqués de Bourgogne) délivre l'un des 7 diplômes en France en matière d'arts appliqués et design industriel. Elle est installée dans l'enceinte du lycée de la communication Alain Colas.
  • L'INSERR[16] Institut National de la Sécurité Routière et de Recherches) est le seul organisme responsable de la sécurité Routière.
  • Le CS2I[17] École supérieure d'informatique, du bac +1 au master (bac+5)
  • Le Campus de Nevers de l'EGC Bourgogne[18]  : école de Gestion et de Commerce post-bac
  • Nevers dispose également d'une antenne de la faculté de Droit et de Science politique de Dijon, rattachée à l'Université de Bourgogne. Cet établissement d'enseignement supérieur permet de suivre les enseignements des deux premières années de Licence de droit (L1 et L2) ainsi que la préparation de la Licence d'administration publique (LAP). Par ailleurs, comme dans toute faculté de droit, il est possible d'y préparer le diplôme de la capacité en droit. Ses locaux se trouvent à proximité de ceux de l'ISAT.

Au lycée Jules-Renard[19]

Au lycée Raoul-Follereau[19]

Au lycée Alain-Colas[20]

Équipements hospitaliersModifier

 
L'hôpital Pierre-Bérégovoy.

Nevers bénéficie depuis 2003 du centre hospitalier Pierre-Bérégovoy. De conception innovante, c'est en effet l'un des premiers en France à être organisé en pôles cliniques qui regroupent en un même lieu toute la chaîne de l'activité hospitalière (secrétariat, consultations, etc., en fonction de chaque service).

L'hôpital Pierre-Bérégovoy se veut le centre névralgique de la santé publique dans l'ensemble de la Nièvre. Il emploie plus de 1 800 personnes, étant ainsi le premier employeur de la Nièvre.

Construit à l'ouest de la ville, c'est enfin un élément de rééquilibrage dans cette direction de l'expansion urbaine et un outil d'aménagement pour l'ensemble de l'agglomération.

La polyclinique du Val de Loire complète cet hôpital.

Vie militaireModifier

Unités ayant été stationnées à Nevers :

SportsModifier

Nevers possède plusieurs clubs sportifs : Nevers Football,(placé en liquidation judiciaire le 14 juin 2016[21]), les Parrots de Nevers (baseball), l'USO Nevers (Handball) l'Elan Nevers Nièvre Tennis de table, et l'Union sportive olympique nivernaise (Rugby à XV), qui évolue dans le championnat de France de Fédérale 1Elite depuis la saison 2016-2017, et qui est le club phare de la cité ducale. L'USON accède au championnat de ProD2 à l'issue de la saison 2016-2017 et connaît ainsi sa première saison dans le monde professionnel en 2017-2018. Par ailleurs, le Cercle Nevers Escrime qui existe depuis 1923 défend la fameuse « Botte de Nevers » (voir Le Bossu de Paul Féval).

Depuis septembre 2008, un club de crosse a vu le jour à Nevers. En plein développement, il s'agit du 3e club de France officiellement créé après ceux de Lille et de Paris. Il s'inscrit dans un championnat international, ce qui place ses meilleurs éléments en équipe de France de crosse. Pour l'heure seulement deux joueurs ont ce privilège. Une entente avec des jeunes de la Ville de Roanne permet de regrouper plus de joueurs et de répandre l'image de ce sport encore trop mal connu en France. L'équipe de Nevers constituée de tout son effectif compte à ce jour (01/2009) une dizaine de personnes.

Le Roller club nivernais (RCN) possède plusieurs sections : la randonnée, course, initiation roller enfants, roller loisir tout âges les dimanches matin. Une section de roller hockey junior loisir ainsi que roller hockey adultes loisir y existe. Le hockey étant complémentaire avec le Lacrosse, plusieurs joueurs font partie des deux sections. En effet, le Lacrosse est le sport officiel d'été au Canada que pratiquent bon nombre de hockeyeurs durant la saison estivale.

L'aéromodélisme nivernais organise tous les ans, une rencontre de vol indoor radiocommandé, à la maison des sports. Cette rencontre rassemble les passionnés d'aéromodélisme ultra léger (modèle jusqu'à 500 g). La spéléologie est présente à Nevers avec le Groupe de Recherches et d'Explorations Spéléologiques Nivernais (GRESN) qui recherche de nouvelles cavités (grottes principalement) et étudie le karst des plateaux nivernais.

Activités culturellesModifier

Nevers apporte toute l'année spectacles et manifestations culturelles de l'importance régionale. Il comporte plusieurs lieux conviviaux : café Charbon, Maison des Montots, bibliothèque municipale de Nevers, auditorium Jean-Jaurès, théâtre municipal Renaissance mais aussi et surtout, la Maison de la Culture de Nevers agglomération :

  • Depuis 1971, la Maison de la Culture apporte une offre culturelle très diversifiée pour tous les publics et toute l'année.

Sa salle de 1 000 places compte 7 000 abonnés[réf. nécessaire]. Elle inclut dans ses murs la compagne d'arts visuels Philippe-Genty.

  • Une scène de musiques actuelles à Nevers et dans la Nièvre avec le Café Charbon (2e scène du département) qui est un lieu permanent d'accueil, de création et de ressources. Grâce à ses bénévoles et ses partenaires, il participe au rayonnement des musiques actuelles sur le territoire.
  • Depuis 1987, le festival Nevers à Vif a accueilli les grands noms du rock français : Miossec, Louise Attaque, Dionysos, Jean-Louis Murat…
  • Depuis 2000, le Salon des auteurs nivernais met en avant la production littéraire nivernaise : Gérard Oberlé, Jacques Trefouel, Éditions Findakly, Les éditions du chemin de fer, Jacques Mazeau...

> L'Orchestre d'Harmonie de la Ville de Nevers,(http://saxo-nevers.e-monsite.com/) classé en Division d'Honneur, se produit principalement à la Maison de la Culture fort de ses 80 musiciens. Il a remporté de nombreux concours nationaux et participé à des concours internationaux où il s'est classé brillamment. L'Orchestre Symphonique des Concerts Nivernais, composé de 50 à 60 musiciens,(http://concerts-nivernais.com/), se produit à la Maison de la Culture.

  • D'Jazz Nevers, propose une saison de concerts à l'année à Nevers et dans le département de la Nièvre, ainsi que l'incontournable D'Jazz Nevers Festival qui, chaque automne depuis 1987, rivalise avec les grands lieux du jazz européen, l'un des cinq en France[22]. Il a accueilli les plus grands : Louis Sclavis, Henri Texier, Michel Portal, Michel Petrucciani, Stéphane Grappelli, Nina Simone.
  • Les Zaccros, un festival de rue qui prolonge chaque année les festivités liées au Grand Prix de Magny-Cours. Tous les genres sont représentés : bateleurs, burlesque, poésie, nouveau cirque, théâtre d'objet, spectacles animatoires.
  • ARKO, association de promotion de l'art contemporain.
  • Le Centre de musique contemporaine de l'APREM propose de faire connaître et pratiquer la musique contemporaine, en particulier la musique électro-acoustique et la musique acousmatique.
  • Depuis les années 2000, Nevers-Plage, durant les vacances estivales, propose des animations culturelles, musicales et sportives au bord de la Loire, avec une piscine montée pour l'événement.

Artistes en résidences, studio et école de composition, concerts, animations pédagogiques font de l’APREM un centre de la création musicale contemporaine. En 2009 et 2010, un hommage est rendu au compositeur John Cage par une série de créations et d'animations musicales importantes. Une série de conférences et de séances d'écoute sont animées par le compositeur de musique électroacoustique Alain Chaussin ; d'ateliers de chant, de danse ; des concerts animent cette redécouverte du compositeur John Cage. Une collaboration artistique avec l’artiste Peintre Yannick Le Quilleuc donne lieu à une production d'œuvres picturales contemporaines.

En 1964, Nevers accueille le 2e festival Europa Cantat, qu'elle retrouve en 2000, pour sa 14e édition, pour lequel fut composé « Nevers Say Never Again ».

Les sociétés musicales de la Ville proposent également une saison de musique classique (environ une vingtaine de concerts par an). L'orchestre symphonique des Concerts nivernais (70 musiciens) a accueilli les grands noms de la musique vivante : Patrice Fontanarosa, Jean François Zygel, Marielle Nordmann, Emmanuel Rossfelder dont la dernière prestation a enthousiasmé le public venu en nombre à la Maison de la Culture. De nombreuses chorales animent la vie musicale, chorales mixte à 4 voix, chœur grégorien, chœur d'enfants, ensemble de voix de femmes… Enfin le Conservatoire à Rayonnement Départemental participe grâce au talent de ses professeurs à la renommée de la qualité artistique de la Ville par un enseignement musical original et reconnu mais aussi par des concerts et des prestations musicales de musique de chambre.

MédiasModifier

Presse localeModifier

Radios localesModifier

Télévision localeModifier

France 3 Bourgogne est présente sur Nevers grâce au site de diffusion TDF du Pré du Pavé à Challuy[28]. Il y a aussi un bureau local au 9 rue Gambetta à Nevers. Le site du Haut-Folin, dans le Bois du Roi, est recevable sur la Nièvre en raison de sa proximité avec la vallée du Morvan.

ÉconomieModifier

Les faïences de NeversModifier

 
Vase en faïence de Nevers (vers 1600).
Article détaillé : Faïence de Nevers.

Nevers doit à Louis IV de Nevers sa célèbre activité de faïencerie. Vers la fin du XVIe siècle, il fit venir d'Italie Augustin Conrade, potier d’Albissola, près de Savone, et ses frères, Baptiste et Dominique qu'il installa au château du Marais à Gimouille. Leur réputation et leur réussite deviendront telles, que Nevers s'affirmera au XVIIe siècle comme capitale française de la faïence.

Augustin Conrad avait choisi Nevers pour s'implanter en France car tous les éléments étaient réunis pour fabriquer de la faïence de qualité : Les deux types de terre nécessaires, du bois qui chauffe mais ne fait pas de feu (dans les forêts du Morvan), et la Loire pour le transport sécurisé de ses produits.

La spécificité de la faïence de Nevers est le fameux « Bleu de Nevers », une couleur obtenue par un bain d'émail au bleu de cobalt. Beaucoup de faïenciers signent également leurs créations en dessinant un petit « nœud vert »[29].

Autres aspects de l'économieModifier

Traditionnellement administrative, Nevers ne possède guère que la faïence comme industrie ancienne laissant le soin à plusieurs petites villes de ses alentours de la fonction manufacturière : Fourchambault, Imphy (métallurgie), La Machine (mine de charbon), Varennes-Vauzelles (constructions mécaniques et ferroviaires), Cercy-la-Tour (équipementier automobile), Prémery (Lambiote). Depuis les années 1960, elle accueille de nombreuses petites et moyennes industries de construction électrique et mécanique et de chimie. La ville accueille le siège social d'entreprises leaders dans leur domaine en France : LOOK (équipementier sportif) et TEXTILOT (prêt-à-porter). Elle entend désormais se spécialiser et étoffer différentes filières qui constituent ses pôles d'excellence : sous-traitance automobile principalement U-Shin à Nevers, Faurecia à Cercy-la-Tour).

Nevers est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de la Nièvre. Elle gère l’aéroport de Nevers-Fourchambault « La Sangsue ». Des liaisons par hélicoptère relient Nevers au circuit de Nevers Magny-Cours pour le Grand Prix de France de Formule 1 et une ligne « Nevers - Dijon » par avion avait été ouverte avec un vol hebdomadaire.

En 2015, afin de lutter contre la vacance commerciale, la municipalité a créé un poste de manager commerce et artisanat chargé de revitaliser les commerces au centre-ville[30].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
La chapelle du couvent Saint-Gildard où mourut Bernadette Soubirous, la voyante de Lourdes.
 
La châsse de Sainte Bernadette de Lourdes dans la chapelle du couvent Saint-Gildard de Nevers.

Nevers est classée ville d'art et d'histoire. La ville de Nevers, ou cité des Ducs, appartient à la fédération des sites clunisiens, carrefour d'un courant religieux et monastique important ; la châsse de sainte Bernadette Soubirous, la voyante des apparitions de Lourdes, en est l'un des témoignages les plus remarquables.

ReligieuxModifier

  • Abbaye de Saint-Gildard de Nevers. Depuis 1925, le corps de Sainte Bernadette de Lourdes repose à l'intérieur d'une châsse en verre et en bronze, dans la chapelle dédiée au Sacré-Coeur. Aussi une statue représentant Sainte Bernadette est érigée au cœur de l'Espace Bernadette, au centre du musée, de la grotte et de la chapelle du couvent de Saint-Gildard.
  • La cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte : cette cathédrale, de style gothique, a la particularité de posséder deux chevets. Elle a en effet conservé dans sa partie ouest, à la place de la façade, le chevet d'une église romane orientée à l'envers. Cette particularité d'assemblage roman/gothique résulte d'une reconstruction du bâtiment après un grave incendie datant de la fin de la période médiévale. L'édifice a été très fortement endommagé lors du bombardement du (seule la tour Bohier est restée entièrement debout). Tous les vitraux anciens ont été perdus (quelques-uns dataient du XIe siècle), de même qu'un autel sculpté par Jean Gautherin se trouvant dans la nef. Les vitraux actuels sont l'œuvre d'artistes contemporains (Jean-Michel Alberola, Claude Viallat, Gottfried Honegger, Raoul Ubac, François Rouan). Baptistère du VIe siècle, crypte archéologique. Ouverte tous les jours de 8 h 30 à 20 h - accueil au stand du lundi au vendredi de 9 h à 13 h et de 14 h à 18 h - visite commentée du dimanche au vendredi à 16 h[31].
  • La chapelle Sainte-Marie faisait partie de l'ancien monastère des Visitandines. Elle n'est plus affectée au culte. Façade baroque de 1639, autel et retable baroques datant de 1641. Ouverte le samedi de 15 h à 18 h du 13 juillet au 31 août[31].
  • Église Sainte-Bernadette, consacrée en 1966 dans le quartier du Banlay. Conçue par l'architecte Claude Parent et Paul Virilio, elle applique les principes de la fonction oblique. Son aspect extérieur fait penser à un blockhaus, qui contraste avec l'intériorité recueillie de l'église. Ouverte les mercredis et vendredis de juillet à août de 16 h à 18 h 30[31].
  • Église Saint-Étienne, chef-d'œuvre de l'époque romane, édifiée de 1066 à 1097. Chevet déambulatoire et large transept à arcs diaphragmes, nef à trois étages et tribunes voûtées en demi-berceau. Ouverte tous les jours[31]. À l'intérieur : Vierge à l'Enfant à la colombe, en pierre avec des traces de polychromie, rouge sur la tunique de l'Enfant, noir sur la robe de la Vierge, elle provient de l'église Saint-Trohé, aujourd'hui disparue. Elle est datée du XIVe siècle, et   Classé MH (1962)[32].
  • Chapelle Saint-Sylvain, chapelle d'une ancienne maladrerie du XIIIe siècle. Décor peint d'origine (XIIIe siècle - XIVe siècle) couvrant la quasi-totalité des murs et voûtes. Elle accueille depuis 2010 les créations d'une dizaine d'artistes contemporains de renom. Visites guidées par groupe de 6 et 10 personnes réservation 06.72.56.87.78[31].

CivilsModifier

  • Le palais ducal, lieu de résidence des ducs de Nevers (Descendance Comte de Guiot) est considéré comme l'un des premiers châteaux de la Loire, avec sa large façade Renaissance encadrée de tourelles polygonales et de fausses draperies. La façade est conçue pour affirmer le prestige de la cité des ducs pour qui la découvrait depuis la Loire. Longtemps, il a accueilli le palais de justice. Rénové au début des années 1990, il est en partie affecté aux services municipaux et représente une annexe de l'hôtel de ville : principalement salle du conseil municipal Pierre-Bérégovoy. Il accueille également les visiteurs (nombreux aquariums présentant des poissons de la Loire, expositions). Il ouvre sur la place de la République, sommet de la butte de Nevers et qui recèle des ruines gallo-romaines.
  • Porte du Croux (XIVe siècle) et tour Goguin : vestiges des anciens remparts.
  • Porte de Paris (XVIIIe siècle) : arc de triomphe élevé pour célébrer la victoire de Fontenoy en 1745, il porte une épitaphe de Voltaire. Malheureusement, la Révolution l'a privé de toute sa décoration sculptée. La route nationale N7 passait dessous dans le sens province-Paris jusqu'en 1966.
  • Les jardins maraîchers de la Baratte : situé en zone humide sur la rive droite de la Loire, ce site multiséculaire, empreint de traditions, évolue dans plusieurs ambiances : jardins maraîchers et potagers, longs fossés où vit l'agrion de Mercure (espèce de libellule protégée), fontaines, lavoir, longues maisons des maraîchers, jardin, flore et insectes de l'association St-Fiacre-Loire-Baratte.
  • Ancienne caserne des pompiers de Nevers

La ville est récompensée par trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[33].

Nevers en littérature et au cinéma et en musiqueModifier

  • Paul Féval a immortalisé "la botte de Nevers" grâce au chevalier de Lagardère héros de son roman feuilleton Le Bossu en 1857.
  • C'est dans cette ville que Georges Simenon (1903-1989) a situé l'action de son roman Les Suicidés. L'auteur était le secrétaire du marquis de Tracy en 1923-1924 et accompagnait régulièrement celui-ci à Nevers.
  • Dans le film Hiroshima mon amour (1959) d'Alain Resnais, d'après le scénario de Marguerite Duras, l'héroïne, originaire de Nevers, dévoile pour la première fois à son amant japonais l'histoire de son premier amour. C'était un soldat allemand, et elle dut subir une tonte publique humiliante lors de la Libération en 1944. Elle devient folle et est enfermée par ses parents dans la cave. Elle s'y trouve encore lorsque la bombe atomique tombe sur Hiroshima en août. C'est pourquoi il la surnomme Nevers, tandis qu'elle l'appelle Hiroshima. Certaines scènes sont tournées à Nevers, par exemple à l'église Saint-Étienne.
  • Nevers, sa cathédrale, son quartier commerçant et son fleuve sont l'un des décors principaux du film Conte d'hiver (1991) du cinéaste Éric Rohmer.
  • Nevers constitue le décor principal du film Rosalie Blum (2015) du cinéaste Julien Rappeneau[34][35].
  • Almarita de La Rue Kétanou, où sont évoquées les folles de Nevers.
  • Nevers était si bleu est une chanson du groupe Les Wampas, sur l'album Les Wampas sont la preuve que Dieu existe (2009).

Personnalités liées à la communeModifier

Le duché de NeversModifier

Personnalités nées à NeversModifier

Personnalités nées dans l'agglomération neversoiseModifier

  • Miguel Martinez (1976-), champion olympique, du monde, d'Europe et de France de vélo cross-country (originaire de Fourchambault).

Personnalités décédées à NeversModifier

Personnalités liées à la villeModifier

BlasonnementModifier

  Blasonnement :
« D'azur semé de billettes d'or, au lion d'or, armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout. »

Notes et référencesModifier

Références 
  1. Insee : Populations légales 2015
  2. Le site des Conseils départementaux (entre-autres) nomme Neversois les habitants de Nevers tout comme les services municipaux et la grande majorité des habitants : https://www.conseil-general.com/local/mairies-villes-communes/mairie-nevers-58000.htm.
  3. EV6 c'est quoi ? - Eurovelo6.org Site édité par le Conseil Régional du Centre. L’EuroVelo 6 Atlantique-Mer Noire est l’un des 12 itinéraires du réseau EuroVelo 6 né à l’initiative de la Fédération européenne des cyclistes (ECF) (…). Son objectif est de suivre trois des plus grands fleuves européens, creusets de la civilisation européenne : la Loire, le Rhin et le Danube. Elle traverse donc la France, la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Serbie, la Croatie, la Bulgarie et la Roumanie.
  4. Itinéraire d'Antonin
  5. Table de Peutinger
  6. monnaie mérovingienne
  7. monnaie carolingienne
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 1, 1990.
  9. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte n°CXXII.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. ISAT
  14. Magnytude
  15. ESAAB
  16. INSERR
  17. CS2I
  18. EGC Bourgogne
  19. a et b http://lyc58-renardfollereau.ac-dijon.fr/index.php/fr/apres-le-bac
  20. http://lyc58-colas.ac-dijon.fr/pledes.htm
  21. « Nièvre : le club Nevers Football est en liquidation judiciaire - France 3 Bourgogne », sur France 3 Bourgogne (consulté le 16 juin 2016)
  22. « D'Jazz Nevers », sur djazznevers.com (consulté le 4 octobre 2016)
  23. "RCF Nièvre" sur nievre.catholique.fr
  24. Fiche d'NRJ Nevers sur SchooP
  25. Site web de Nevers FM
  26. Fiche de Virgin Radio Centre sur SchooP
  27. "A propos de Bac FM"
  28. Emetteurs TNT dans la Nièvre. Le Pré du Pavé émet également France 3 Franche-Comté.
  29. La Faïence de Nevers, un incontournable de la Nièvre, sur le site Nièvre Tourisme.
  30. Romain Jeanticou et Arnaud Paillard, Casse moyenne, Kaïa (no 8)
  31. a b c d e et f Dépliant touristique du diocèse de Nevers, Visitez les églises de la Nièvre, Pastorale Tourisme & Loisirs, 2013
  32. Nicolle Demet, Trésors cachés des églises de la Nièvre, La Camosine, 1990, notice n°18, p.34/160.p.
  33. Villes et Villages Fleuris (palmarès 2007 des communes de la Nièvre)
  34. Jean-Mathias Joly, « Tournage de Rosalie Blum : 335.000 euros de retombées pour Nevers et ses environs », Le Journal du Centre,‎ , p. 9 (ISSN 0996-1259, lire en ligne)
  35. Lara Payet, « A la recherche des lieux emblématiques du tournage de Rosalie Blum à Nevers », Le Journal du Centre,‎ , p. 9 (ISSN 0996-1259, lire en ligne)
  36. catalogue.bnf.fr: Gustave Mohler
  37. musee-orsay.fr:
  38. Maurice Bardin, sur data.bnf.fr.
Notes 
  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Yves Tessier, La faïence de Nevers 1585-1900 : Coffret 2 volumes : tome 1, Histoires et techniques ; tome 2, L’Âge d'or du XVIIe siècle, Nevers, Faton, 2009.
  • Denis Coton, Un député-maire de Troyes, René Plard 1888 - 1946, Éditions Dominique Guéniot, 2005.
  • François Lechat, Nevers pas à pas, Imprimerie Clerc, 1983, 345 p. (histoire de Nevers, rue par rue).
  • Edmond Frezouls † dir., Les villes antiques de la France, III. Lyonnaise I : Autun - Chartres - Nevers, De Boccard, 1997, 308 p., ill.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier