Pontarlier

commune française du département du Doubs

Pontarlier est une commune française située dans le département du Doubs, la région culturelle et historique de Franche-Comté et la région administrative Bourgogne-Franche-Comté ; elle est chef-lieu d'arrondissement et sous-préfecture du département du Doubs.

Pontarlier
De haut en bas, de gauche à droite : panorama de la ville depuis le Larmont; la rue de la République et la mairie; la rue de la République la nuit; la place Ste-Bénigne; la grande fontaine; l'église Sainte-Bénigne; la façade du théâtre Bernard Blier; chemin de promenade sur les berges du Doubs; la porte St-Pierre; la rue de la République.
Blason de Pontarlier
Blason
Pontarlier
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
(sous-préfecture)
Arrondissement Pontarlier
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Pontarlier
(siège)
Maire
Mandat
Patrick Genre (DVD)
2020-2026
Code postal 25300
Code commune 25462
Démographie
Gentilé Pontissaliens
Population
municipale
17 849 hab. (2021 en augmentation de 4,14 % par rapport à 2015)
Densité 432 hab./km2
Population
agglomération
23 088 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 46° 54′ 24″ nord, 6° 21′ 20″ est
Altitude Min. 811 m
Max. 1 323 m
Superficie 41,35 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Pontarlier
(ville-centre)
Aire d'attraction Pontarlier
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Pontarlier
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Pontarlier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Pontarlier
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
Pontarlier
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Pontarlier
Liens
Site web ville-pontarlier.fr

Géographiquement, Pontarlier est située à plus de 810 mètres d'altitude dans le massif du Jura. La commune revendique être la deuxième ville la plus haute de France après Briançon[1].

Centre commercial, industriel, culturel et touristique de la micro-région du Haut-Doubs, la ville connaît une certaine renommée pour son absinthe (dont elle revendique le titre de capitale), réintroduite depuis décembre 2001, mais aussi pour son apéritif anisé « Le Pontarlier ». Ses habitants sont appelés les Pontissaliens et les Pontissaliennes[2].

Géographie

modifier

Localisation

modifier

La ville se situe dans le centre-est de la France, dans le sud du département du Doubs. Proche de la frontière suisse, elle se trouve plus précisément à 45,3 kilomètres à vol d'oiseau au sud-est de Besançon[3], et à 48 kilomètres à vol d'oiseau au nord-ouest de Lausanne[4].

La commune urbaine est placée au pied de la seconde chaine du Jura, à l'extrémité d'une vaste plaine, la plaine d'Arlier, arrosée par le Doubs au nord-est et le Drugeon au sud-ouest, mais aussi au pied de monts traversés par une cluse au sud-sud-est, la cluse de Pontarlier, où s'insinue le Doubs une fois sorti du lac de Saint-Point par les territoires communaux de Oye et Pallet et de La Cluse-et-Mijoux, et au nord-est par une longue combe jurassienne drainée par le ruisseau des Lavaux, autrefois bief des Lavaux. La cluse, passage stratégique sur une route antique, plus encore que la proximité des cols jurassiens, explique l'ancienneté de la ville de Pontarlier, station d'itinéraire protégé et développée par une belle fortification faisant entrer le Doubs, au Ve siècle, par des bandes armées burgondes.

L'axe tracé de la mairie d'Houtaud dans la plaine à la mairie de Pontarlier correspond à une élévation parfois hachée, mais essentiellement linéaire sur 3,7 km, de 810 mètres d'altitude à 830 mètres d'altitude. Si on prolonge le profil au-delà du Doubs et du faubourg Saint-Étienne vers la colline isolée d'Entrepas, aujourd'hui revers de la côte de Jeunet, l'altitude atteint presque 888 mètres en 1 km. Le versant sud-est de la côte Jeunet, qui donne sur le côté opposé à la ville, urbanisé récemment, s'étage entre 845 mètres et 860 mètres d'altitude. Cette colline s'inscrit comme un modeste pivot de l'espace communal, dominant la vallée et la ville devant sa plaine, tout en introduisant vers ces extensions montagnardes. Toutes les hauteurs sommitales communales au sud du débouché de la cluse avoisinent déjà 1 000 mètres d'altitude, mais c'est surtout à l'est et au nord-est que Pontarlier se révèle en commune montagnarde avec plus de 22 km2 de superficie, marquée par des reliefs plissés réguliers affichant des hauteurs maximales, le plus souvent, entre 1 000 mètres et 1 300 mètres d'altitude. Les forêts du Grand Taureau et les anciennes chaumes du Larmont culminent à 1 323 mètres d'altitude, c'est l'endroit oriental où la commune s'accole d'ailleurs à la frontière suisse, entre les communes françaises des Alliés au nord et de Verrière de Joux au sud.

Le point bas de la commune est situé au sud de l'aéroport de Pontarlier et de l'étang qui le borde, dans l'ancienne prairie nivelée du Bief Rouget, au bord du ruisseau à 811 mètres d'altitude. La plaine se caractérise plus à l'est de ce secteur plan par des petits monticules avoisinant 820 mètres d'altitude. Les fines ondulations de terrains rejoignent une fois passé les terrains intercalés entre la ferme de l'Etang sur la commune et l'ancien hameau des "Granges Dessous" au nord de la commune des Granges-Narboz une forte pente qui mènent sur le replat du Charpillot. Ce plateau de Charpillot assez étendu et régulier vers 850 mètres d'altitude lorsqu'il domine au nord le vaste faubourg Saint-Claude de Pontarlier s'élance au sud vers des hauteurs de 880 mètres puis 900 mètres d'altitude en limite communale. Le replat du Charpillot se situe à l'ouest du raide massif du Petit Bois culminant à 990 mètres d'altitude et bordant avec ses extensions sommitales vers le Pré l'Épine, tel un coin, le rebord occidental de la cluse de Pontarlier. Les massifs du Petit-Bois et du Pré l'Épine représentent d'ailleurs la partie septentrionale de la montagne du Laveron.

Plus au nord, dans la même plaine d'Arlier, la rivière Doubs quitte discrètement la commune à un peu plus de 812 mètres d'altitude, pour entrer dans sa commune homonyme.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Géologie et relief

modifier

Le territoire communal s'inscrit dans la grande région naturelle, relative au tertiaire moyen, du Jura interne, où elle s'est implantée dans une dépression correspondant à une cuvette synclinale préglaciaire, la plaine de Frasne - Bonnevaux (appelée aussi plaine de l’Arlier, il s'agit plus précisément d'un synclinorium), au débouché d’une importante cluse (cluse de Pontarlier, passage obligé au sein du massif du Jura), où s'est formé un delta glacio-lacustre. Le décrochement de Pontarlier recoupe toute la Haute-Chaîne du Jura, depuis le nord de Lausanne jusqu'au plateau d'Ornans-Valdahon. Ce décrochement se traduit dans le paysage par une longue dépression linéaire due à l'érosion des terrains fracturés, ce qui favorise le drainage des eaux : le cours du Doubs passe par ce décrochement qui permet le captage des eaux de la rivière en profondeur vers la Loue, car la faille interrompt la continuité des marnes imperméables du Lias. Le face à face de plis anticlinaux et synclinaux oblige le Doubs à suivre le décrochement sur plusieurs kilomètres dans la zone de Pontarlier, avant de reprendre son cours vers le NE[5]. La carte géologique de Pontarlier présente un sous-sol composé de terrains alluvionnaires glaciaires et des moraines[Note 1].

Hydrographie

modifier

La commune est traversée par le Doubs, première ville importante à être traversée par cette rivière[6]. Le ruisseau des Lavaux (d'une longueur de 12 km) prend sa source dans la commune des Bayards en Suisse et rejoint le Doubs à proximité du centre-ville[7].

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[8]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[9].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 7,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 569 mm, avec 13,3 jours de précipitations en janvier et 11,5 jours en juillet[8]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 8,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 463,6 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 38 °C, atteinte le ; la température minimale est de −32 °C, atteinte le [Note 2],[10],[11].

Statistiques 1991-2020 et records PONTARLIER (25) - alt : 831m, lat : 46°54'17"N, lon : 6°20'22"E
Records établis sur la période du 01-01-1897 au 04-01-2024
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,6 −3,7 −0,6 2,2 6,2 9,7 11,4 11,1 7,7 4,6 0,3 −2,5 3,6
Température moyenne (°C) 0,5 1 4,6 7,9 11,8 15,4 17,5 17,3 13,4 9,8 4,6 1,3 8,8
Température maximale moyenne (°C) 4,6 5,7 9,8 13,6 17,3 21,2 23,5 23,5 19,1 15 8,8 5,1 13,9
Record de froid (°C)
date du record
−32
12.01.1987
−26,2
01.02.03
−21,7
02.03.05
−10,8
08.04.1956
−6
01.05.1945
−2
03.06.1980
0,8
07.07.1962
0,1
31.08.1995
−3,3
30.09.1995
−9,7
25.10.03
−16,4
30.11.10
−23,2
27.12.1962
−32
1987
Record de chaleur (°C)
date du record
20,1
30.01.02
21,5
24.02.21
24,9
31.03.21
27
21.04.18
33
28.05.1945
35
26.06.19
38
25.07.19
37
24.08.23
32,8
10.09.23
29,4
07.10.09
23,5
08.11.15
20,3
16.12.1989
38
2019
Précipitations (mm) 115,3 105,4 107,5 105 139,9 124,5 123,1 121,3 113,6 128,9 131,4 147,7 1 463,6
Source : « Fiche 25462001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/01/2024 dans l'état de la base
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
4,6
−3,6
115,3
 
 
 
5,7
−3,7
105,4
 
 
 
9,8
−0,6
107,5
 
 
 
13,6
2,2
105
 
 
 
17,3
6,2
139,9
 
 
 
21,2
9,7
124,5
 
 
 
23,5
11,4
123,1
 
 
 
23,5
11,1
121,3
 
 
 
19,1
7,7
113,6
 
 
 
15
4,6
128,9
 
 
 
8,8
0,3
131,4
 
 
 
5,1
−2,5
147,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[12]. Elles sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[13].

Environnement

modifier

La région de Pontarlier est caractérisée par des hivers froids et secs, qui n'excluent pas une grande richesse écologique, liée à la variété des milieux de moyenne montagne et à la présence de forêts. L'enneigement favorise les activités liées au ski.

Galeries

modifier

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Pontarlier est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pontarlier, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[17] et 23 088 habitants en 2021, dont elle est ville-centre[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pontarlier, dont elle est la commune-centre[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 56 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (49,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (56,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (44,8 %), prairies (18,4 %), zones agricoles hétérogènes (12 %), zones urbanisées (10,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,8 %), terres arables (1,8 %), zones humides intérieures (0,5 %), eaux continentales[Note 5] (0,3 %)[22]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Morphologie urbaine

modifier
 
Vue satellite de Pontarlier.

La ville s'est développée à l'extrémité orientale, légèrement relevée du plateau d'Arlier, à environ 830 mètres d'altitude, au pied du Larmont (1 323 mètres). Elle est traversée par le Doubs.

La ville possède plusieurs parcs fleuris dont notamment le Grand Cours et la place Clemenceau mais aussi de nombreux monuments, tels la porte Saint-Pierre qui se présente sous la forme d'un arc de triomphe surmonté d'un « Haut » clocher, la chapelle de l'Espérance, l'église Saint-Bénigne, qui témoigne de l'importance de Pontarlier durant le Moyen Âge.

Le château de Joux, situé sur la commune limitrophe de La Cluse-et-Mijoux, est l'un des hauts lieux de l'histoire féodale et militaire du Haut-Doubs.

Logement

modifier

Projets d'aménagement

modifier

Voies de communication et transports

modifier
 
Situation de Pontarlier au sein des voies de communications franc-comtoises.

L'accès à Pontarlier se fait principalement par voie routière, l'axe principal desservant la commune étant la RN 57 qui la relie au nord à Besançon (60 kilomètres) et l'A36 (70 kilomètres) et au sud à Lausanne (67 kilomètres) et au réseau autoroutier suisse. La route départementale 437, qui irrigue une bonne partie du massif du Jura, est un axe secondaire important qui permet de rejoindre Mouthe (30 km), Saint-Laurent-en-Grandvaux (56 km) et Saint-Claude (86 km) au sud et Morteau (32 km), Maîche (61 km) et Montbéliard (100 km) au nord.

Du au , des rames du TGV Lyria desservaient la gare de Pontarlier en provenance de Paris-Gare-de-Lyon et Berne (Suisse) avec un aller et retour quotidien. La desserte ferroviaire de la ville est actuellement assurée par des trains régionaux TER qui la relient à la gare de Frasne et à la gare de Dole-Ville côté français et à la gare de Neuchâtel côté suisse. L'aérodrome de Pontarlier se situe à l'ouest de la ville, l'aéroport de Dole-Jura est distant de 86 km et l'aéroport international de Genève (Suisse) est situé à un peu plus d'une heure de route (116 km).

La desserte intra-urbaine de la ville est réalisée par le réseau de transports en commun TCP, anciennement Pontabus[23] (groupe Keolis) qui se compose d'une ligne régulière de bus dont le service est assuré en semaine entre 7 heures le matin et 19 heures le soir, et le samedi de 8 h à 18 h 30. Aucun bus ne circule les dimanches, jours fériés et après 19 heures.

Risques naturels et technologiques

modifier

Risques sismiques

modifier

L'ensemble du territoire de la commune de Pontarlier est situé en zone de sismicité no 3 (modérée), comme la plupart des communes situées sur le plateau jurassien[24],[25].

Terminologie des zones sismiques[26]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Toponymie

modifier

Une station de l'Itinéraire d'Antonin, Ariolica, située entre Urba (Orbe) et Vesontio (Besançon), semble correspondre à Pontarlier. Elle est, sur un autre itinéraire d'Antonin par les Alpes grées, de Milan ( Mediolanum ) à Strasbourg ( Argentoratum ), nommée Arioricam et également placée entre Visontionem et Urbam[27]. Elle est appelée Abrolica sur la table Théodosienne[28].

Au IVe siècle, les toponymes Ariola, Ariolica ou Arciola désignent la ville antique, à l'origine de Pontarlier, sur l'axe marchand fréquenté entre Italie cisalpine et Séquanaise[29]. La Table de Peutinger indique Ariarica, Ariolica ou Abiolica. C'est à l'époque carolingienne une étape de la célèbre Via Francigena.

Au XIIIe siècle, on trouve la forme relatinisée Pontarlum pour désigner la ville, probablement à partir du nom du quartier marchand ou passage emblématique de la ville médiévale[30]. Punterli est attesté en 1255[31]. Pons Arleium et Pons articiorum restent aussi des formes latines savantes[32].

Ce toponyme originel explique l'élément -arlier dans la deuxième partie du nom de Pontarlier[33] et dans celui de sa plaine, la Chaux d’Arlier, avec cependant une substitution de finale, -ie (issue de -ica) ayant été remplacé par -ier. L'élément Pont- (issu du gallo-roman PONTE) a été ajouté au toponyme initial à l'époque médiévale comme on l'observe souvent (cf. Pontfarcy, Calvados, Pons Falsi 1278 ; Pont-de-Ruan, Indre-et-Loire, Rotomagus Ve siècle, Ponte Ruanni 1247)[33].

L'identification exacte du second élément -arlier est plus complexe, et l'on doit sans doute se baser sur la forme Ariolica qui est la seule qui soit récurrente dans les formes anciennes, les autres étant vraisemblablement des cacographies. En outre, le type Ariolica est bien représenté dans la toponymie de la Gaule. Xavier Delamarre interprète ce type toponymique Ario-lica « (lieu) Devant-la-Falaise » ou « La Roche-Devant », plutôt que « Noble-Roche »[34]. Il serait basé sur les éléments celtiques ario- de l'indo-européen *prio [*prhio] « qui est en avant, éminent », racine *per(h) « devant, en avant », d'où le sens dérivé « qui est en avant, éminent »[35]. Le second élément -lica représenterait lica ou licca « pierre plate, dalle », peut-être aussi « falaise »[35].

Pontarlier est couramment surnommé Pontus[36]. Son nom en arpitan (dialecte burgondan) est Pontarliér (ORB) qui est prononcé localement Pontali ou Pontalie, on le retrouve dans le dicton « On ot biau verie, deverie, On ne voit ra d'té que Pontalie »[37],[38].

Histoire

modifier
 
Pontarlier au XVIe siècle D'après Gilbert Cousin. Par Claude Luc

Période antique

modifier

Dès l'Antiquité, la cluse de Joux, située à 5 km de la ville, est connue comme le lieu de passage principal pour traverser le massif du Jura. Aux premiers siècles de notre ère, le futur site de Pontarlier se dénomme Ariolica[39].

Premier essor urbain au temps burgondes et mérovingiens

modifier

Au centre du pagus Warasch, soumis à l'autorité militaire burgonde au cours du Ve siècle, Ariolica ou la Pontarlier antique s'impose en centre commercial et marchand, la ville est placée sur un axe d'échanges déterminant pour relier l'Italie au sud et la gaule séquanaise au nord en passant par les Alpes et le Jura. Cet espace convoité, lieu de passage stratégique est gardé puis administré par les Burgondes chrétiens installés en Sapaudia, bien avant que leurs rois n'investissent Lugdumum et fondent un grand royaume en descendant le Rhône et en remontant la Saône[40]. En 524, le royaume burgonde en sursis, certes réduit et soumis à la pression franque au nord et ostrogothique au sud, est encore présent sur cet axe marchand. Il s'effondre une décennie plus tard.

En 2020, sur le site du parc d'activités économiques des Gravilliers à 1 km de Pontarlier, l'ensemble bâti d'un village d'éleveurs mérovingien est mis au jour par les archéologues de l’Inrap[41]. Le site est entier et unique, il date des VIe et VIIe siècles de notre ère. Cet habitat mérovingien comporte une dizaine de grands bâtiments de 200 à 300 m2 chacun. Le site est occupé pendant près de 200 ans. L'apparition de ce village est contemporaine de la période de conquête du royaume des Burgondes par les Francs. Selon les archéologues, les Francs auraient déplacé une famille de nobles germaniques, avec sa suite, pour l'implanter dans ce domaine afin d'asseoir leur domination sur le bourg de Pontarlier[42].

Histoire millénaire du baroichage de Pontarlier jusqu'à l'annexion française

modifier

Époque moderne après l'occupation militaire française

modifier

A l'instar du Haut-Doubs et de la Franche-Comté, Pontarlier souffre beaucoup de l'invasion des armées royales française durant la guerre de Dix Ans, d'autant plus la longue guerre traine en cortège épidémies pesteuses et disettes récurrentes. La ville forte est assiégée le par les troupes souabes du duc de Weimar, puis occupée après capitulation et enfin au mépris des accords, pillée et incendiée .

La puissance militaire française, pragmatique, ne change pas notablement le pays conquis. Pontarlier, une des plus anciennes villes de Franche-Comté, reste de la Comté et du diocèse, du parlement et intendance de Besançon, avec bailliage et gouvernement particulier, malgré la disparition rapide de la vieille institution aristocratique du baroichage.

La ville est marquée par cinq autres graves incendies récurrents, en 1656, 1675, 1680, 1736 et 1754[43]. Ces incendies exclusivement urbains diffèrent des brasiers allumés par les troupes de la Confédération suisse en 1475 dans la ville et les villages environnants.

Époque contemporaine

modifier

La commune de Pontarlier est officiellement crée en 1790 dans le département du Doubs. Elle est chef-lieu de district et de canton.

Après 1801, elle devient sous-préfecture du quatrième arrondissement du département du Doubs, et dispose d'un tribunal de première instance. A la fin du Premier Empire, cet arrondissement comporte cinq cantons : Levier, Montbenoît, Morteau, Mouthe et Pontarlier.

Lors de la Restauration, la commune de Pontarlier affiche avec fermeté ses anciennes armes héraldiques de couleur rouge (gueules) avec un pont blanc (argent), qui se décrivaient ainsi dans l'ancienne communauté : "de gueules à un pont de trois arches mouvant du deuxième ayant à l'autre bout une tour crénelée d'argent".

En 1850, la ville, à 58 km au sud-est du chef-lieu du département Besançon, enserré entre les montagnes jurassiennes au débouché d'une cluse, entourée d'un air vif et sain selon le corps médical, est régulièrement bâtie, disposant de rues droites, propres et bordées de maisons d'une architecture élégante[32]. Parmi les bâtiments publics, se remarquent la halle, l'hôtel de ville, le collège communal, l'hôpital et la bibliothèque. Les édiles bourgeois ont fait aménagé de jolies et paisibles promenades. Un corps de caserne de cavalerie rend visible ses fonctions militaires. La commune garde une vocation industrielle ancienne, avec de belles forges et des martinets, des feux d'affinerie et un haut fourneau, diverses fabriques métallurgiques d'outils, des taillanderies produisant faux et faucilles de qualité, une usine moderne à cuivre, une papeterie, des ateliers de boissellerie et des scieries hydrauliques, des tanneries traitant les peaux de vache en cuir en aval de la ville, des brasseries en croissance et autres usines de distillation pour produire de l'absinthe, des eaux-de-vie et autres alcools en quantité[32].

Jeudi est jour de marché. Les foires populeuses se déroulent le quatrième jeudi d'avril, les troisième de juin et de juillet en été, le second de décembre. L'important commerce ordinaire de fromages, en particulier de meules de gruyère, de bestiaux de toutes espèces, de chevaux de trait, d'eau de vie de cerise de la vallée et d'absinthe devient considérable lors des foires. Le marbre, le gypse, les bois de construction, les fers, les cuirs ouvrés, la boissellerie, l'horlogerie sont aussi l'objet d'un commerce très actif avec la Suisse voisine. L'absinthe, du moins le secret de fabrication, a été introduite de Suisse par les frères Pernod[44]. Cette dernière fée verte de Pontarlier inspire écrivains et artistes, comme Baudelaire, Verlaine et Van Gogh.

Le fort Catinat et le fort Mahler[Note 6] situés sur sa commune font partie du système Séré de Rivières puis de la ligne Maginot. Ils défendirent la cluse de Pontarlier en 1940 lors de l'invasion allemande.

 
Absinthe de Pontarlier H. Deniset Jeune, affiche d'Auzolle, vers 1910.

Pontarlier était à la Belle Époque la plus grosse productrice de liqueur d'absinthe, et à ce titre considérée comme la capitale de l'absinthe, jusqu'à son interdiction en 1915 déterminée par de multiples contrefaçons bas de gamme et toxiques, qui existaient d'ailleurs depuis des décennies. L'absinthe dans sa recette traditionnelle a été réintroduite par la Distillerie Pierre Guy de Pontarlier en .

Pontarlier est également une ville pionnière de l'aviation. La première page de l'histoire aéronautique de la ville est écrite, le , par Auguste Junod à bord de son biplan Farman de 50 ch. Ce premier vol suscite l'admiration de la foule venue très nombreuse pour admirer cette machine. Les 2 et de l'année suivante sont marqués par l'arrivée de deux autres machines à Pontarlier pour effectuer le premier meeting aérien de Franche-Comté. L'événement attire environ 10 000 personnes. L'aéroclub de Pontarlier est créé 20 ans plus tard, le , par une poignée de passionnés d'aviation. À cette époque, l'association, présidée par Eugène Thévenin ne dispose pas encore d'avion, faute de fonds suffisants. Leurs premières actions visent donc à réunir de l'argent. Le l'aéroclub reçoit son premier avion, un Potez 43, monoplan triplace de 100 ch., baptisé pour l'occasion : Ville de Pontarlier. Toute une génération d'appareils suit ce précurseur.

Pontarlier est libérée le par la 3e DIA, qui fait partie des troupes débarquées en Provence[45].

Politique et administration

modifier

Tendances politiques et résultats

modifier

Administration municipale

modifier

Liste des maires

modifier

Politique environnementale

modifier

En 2010, la commune de Pontarlier a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[46].

En 2011, 28 % des branchements eau sont encore en plomb.

Tourisme

modifier

La ville se situe sur l'itinéraire franco-suisse de la Route de l'absinthe. Elle fait également partie du réseau des Plus Beaux Détours de France. Lointain héritier des pionniers de l'aviation, l'aéroclub de Pontarlier a pris un véritable envol et est doté de deux pistes de 1 000 mètres (dur et herbe), ainsi que d'une flotte de cinq avions à ailes hautes, à ailes basses, biplace, triplace ou quadriplace[47].

Population et société

modifier

Démographie

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[48],[Note 7].

En 2021, la commune comptait 17 849 habitants[Note 8], en augmentation de 4,14 % par rapport à 2015 (Doubs : +1,89 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 3483 7713 5264 2544 7074 9224 9655 1364 953
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 9095 0074 9454 9755 7146 1188 0987 1877 577
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7 9638 7769 43910 20311 82711 98412 84012 72213 768
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
15 38216 44217 98317 78118 10418 36018 77817 99817 284
2021 - - - - - - - -
17 849--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis Insee à partir de 2006[50].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'unité urbaine, composée des communes de Pontarlier, Doubs, Houtaud et Dommartin, atteignait 22 605 habitants en 2019. L'aire d'attraction totalisait 49 878 habitants.

Enseignement

modifier

La commune de Pontarlier héberge de nombreux établissements scolaires sur son territoire dont[51] :
Écoles maternelles (9 écoles) :

  • École Charles-Péguy
  • École Cordier
  • École Joliot-Curie
  • École Les Pareuses
  • École Pergaud
  • École Raymond-Faivre
  • École Vannolles
  • École Vauthier
  • École Saint-Joseph (privé)

Écoles primaires (7 écoles) :

  • École Cordier
  • École Cyril-Clerc
  • École Joliot-Curie
  • École Péguy
  • École Pergaud
  • École Vauthier
  • École Saint-Joseph (privé)

Collèges (4 collèges) :

  • Collège André-Malraux
  • Collège Lucie-Aubrac
  • Collège Philippe-Grenier
  • Collège Les Augustins (privé)

Lycées (2 lycées) :

Lycées professionnels (4 lycées) :

  • Lycée professionnel Toussaint-Louverture
  • Lycée professionnel Saint-Bénigne (privé)
  • Maison familiale rurale (privé)
  • Lycée Jeanne-d'Arc (privé)

Formations BTS (3 BTS) :

  • Lycée Xavier-Marmier
  • Lycée technologique Jeanne-d'Arc (privé)
  • Maison familiale rurale (privé)

École d'infirmier(ère) :

  • Institut de Formation en Soins Infirmiers (privé)

Santé et secours

modifier

La commune de Pontarlier héberge de nombreux établissement sanitaires et sociaux [51]

Établissements de secours aux personnes

modifier

Le centre de secours principal (CSP) : le centre de secours principal de Pontarlier, composé d'environ 50 sapeurs-pompiers professionnels et 50 sapeurs-pompiers volontaires, assure en moyenne 2 400 interventions annuelles. Le Groupe de Reconnaissance et d'Intervention en Milieu Périlleux (GRIMP) est spécialisé dans les actions en moyenne montagne notamment dans l'évacuation de personnes bloquées en télésiège. Plusieurs équipes spécialisées sont présentes au centre de secours principal de Pontarlier :

  • GRIMP ;
  • Plongeurs et sauveteurs aquatiques ;
  • Risques chimiques.

Une association affilié à la Fédération française de sauvetage et de secourisme. Un centre de la Croix-rouge française.

Établissements médicaux et para-médicaux

modifier

Le Centre Hospitalier intercommunal de Haute-Comté qui dépend du CHU de Besançon. Il assure les interventions chirurgicales les plus courantes sur tout le Haut-Doubs. (Les cas plus compliqués sont envoyés à Besançon, Nancy, Lyon, Lausanne ou Genève). Le CHI est composé de pôles de médecine, chirurgie, mère-enfant, urgences-SMUR, psychiatrique, gériatrique et de rééducation. Une Drop Zone est installée au sein du centre hospitalier permettant à l'hélicoptère de la sécurité civile ou fréquemment à la garde aérienne Suisse de sauvetage de déposer ou prendre en charge rapidement un patient.

  • La clinique St Pierre (maison de convalescence).
  • Le C.M.P.P. (Centre Médico Psycho Pédagogique)
  • Le Grand Vallier (unité psychiatrique)
  • Le POINT ECOUTE REGIONAL (Aide pour les jeunes en détresse, l'IVG, la contraception, etc.)
  • Centre Médico Social
  • Centre de protection maternelle et infantile (PMI).
  • Centre communal d'action sociale (CCAS)
  • EHPAD du Larmont (maison de retraite médicalisée)
  • Maison médicale Simone Veil (inaugurée en )

La commune compte de nombreux clubs sportifs :

  • Club Nautique Pontarlier Triathlon
  • Aéroclub de Pontarlier
  • CA Pontarlier (football)
  • CA Pontarlier (handball)[52]
  • Club athlétique Pontarlier rugby
  • Club Athlétique Pontarlier Tennis de Table
  • Cercle d'escrime du Haut Doubs
  • CA Pontarlier Basketball[53]
  • Société de tir de Pontarlier[54]
  • Aigles de Pontarlier (Roller hockey de Pontarlier)
  • Club Alpin Français : CAF Haut-Doubs
  • Pontarlier gym
  • Canoë Kayak Pontarlier
  • DSA (Doubs Sud Athlétisme)
  • Vélo-Club Pontissalien (VCP)
  • Club cyclotouriste Pontarlier
  • Station de ski du Larmont
  • GESP (club de plongée)
  • Everest Frisbee Club
  • Boxing-Club Pontissalien
  • CA Pontarlier Lutte
  • Pontarlier Badminton
  • Club des skieurs randonneurs pontissaliens
  • Airsoft Pontarlier Blizzard Squad

Manifestations culturelles et festivités

modifier
 
Absinthiades, en 2009

De nombreuses manifestations se déroulent sur le territoire de la commune :

Médias

modifier

Parmi les journaux qui couvrent les événements locaux, se trouvent La Presse Pontissalienne (mensuel) et L'Est républicain (quotidien) dans son édition Doubs - Haut-Doubs.

Économie

modifier

La ville héberge une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie du Doubs.

Entreprises

modifier
Nom Catégorie Effectif Activité
Schrader Industrie 378 Fabrication de valves et accessoires de valves
Nestlé France Industrie 305 Fabrication de poudres chocolatées et conditionnement en sachets
Hifi Filter France Jurafiltration Commerce 212 Commerce de détail d'équipements automobiles
Knauf Ceiling Solutions SAS Industrie 182 Fabrication de panneaux et dalles de plafonds suspendus
Lustral Service 122 Nettoyage de tous locaux, création et entretien d'espaces verts, location de matériels
Constructions De Giorgi Industrie 108 Construction de bâtiments divers
La Poste Service 108 Postes nationales
Géant Casino Pontarlier Commerce 104 Hypermarché
Capio Clinique Saint-Pierre Service 71 Activités hospitalières
Gurtner Industrie 69 Fabrication d'articles de robinetterie
Jubelo (McDonald's) Commerce 60 Restauration de type rapide

Industrie

modifier

L'industrie est un secteur d'activité important à Pontarlier : en 2007, la zone d'emploi de Pontarlier comptabilisait ainsi 3169 salariés, soit 22,4 % du total des salariés[56].

Agroalimentaire

modifier

L'industrie agroalimentaire représentait à elle seule 7,5 % de l'emploi salarié total en 2007 dans la zone d'emploi de Pontarlier. L'usine Nestlé emploie 310 personnes dans la fabrication de poudres chocolatées (Nesquik) et constitue le deuxième site industriel de la ville en termes d'effectifs. La fromagerie Badoz qui produit comté, Mont d'Or, cancoillotte et autres spécialités fromagère, compte une quarantaine de salariés. La distillerie Pierre Guy compte entre 5 et 10 salariés et produit de l'absinthe et un apéritif anisé qui porte le nom de la commune, le Pontarlier (apéritif)[57].

Fabrication de matériel de transport

modifier

L'usine Schrader est le plus important site industriel de Pontarlier en termes d'effectifs avec 391 salariés. L'usine Gurtner, 106 salariés, produit des pièces industrielles pour l'automobile.

Parmi les autres entreprises notables, l'usine Armstrong Building Products (division plafonds) fabrique des panneaux et dalles de plafonds suspendus et compte 195 employés. L’usine Idealec, comptant une soixantaine de salariés et appartenant au groupe Mersen depuis 2018[58], fabrique depuis 2001 des composants électroniques (barres laminées d'alimentation).

Commerce

modifier

Grande distribution

modifier

Les grandes surfaces commerciales sont regroupées au sein de la zone commerciale Les Grands Planchants : on y trouve notamment un hypermarché de l'enseigne Géant Casino dont l'effectif dépasse les 120 salariés.

Mais également au sein d'un deuxième pôle commercial, des enseignes nationales comme Décathlon, Darty, Hypermarché U. Le , l’enseigne Fnac est venue enrichir l’offre commerciale sur la zone.

Culture locale et patrimoine

modifier

Monuments

modifier

Patrimoine religieux

modifier
  • Église Saint-Bénigne de Pontarlier, 5, rue du Chanoine-Prenel (XVe siècle), avec vitraux créés en 1976 par le peintre français Alfred Manessier.
  • Chapelle de l'Espérance, encore appelée chapelle Notre-Dame de l'Espérance, rue de la Chapelle. Petit édifice de 7 mètres sur 5, de style néo-gothique et due à l'architecte Louis Irénée Girod, cette chapelle qui domine Pontarlier est inaugurée sur le mont Molar en 1861, en remerciement à la Vierge Marie pour avoir épargné à la ville l'épidémie de choléra de 1854. Elle est surmontée d'une statue de la Vierge à l'enfant, sculptée par Favier, mise en place en 1862. Abattue par la foudre en 2005, une copie à l'identique est remise en place en 2009.
  • Église Saint-Pierre, 52, rue de Besançon.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes, 6, rue Boileau.
  • Chapelle des annonciades, 69, rue de la République.
  • Chapelle hôpital Saint-Étienne, 13, faubourg Saint-Étienne.
  • Chapelle ancien couvent des Capucins, rue des Abbés-Cattet.
  • Chapelle des Étraches.
  • Église protestante unie, 1, place Albert Schweitzer.
  • Église apostolique, 6, rue Albert-Camus.

Patrimoine naturel

modifier
  • Le Grand Taureau : point culmimant de la commune qui offre un panorama à 360 degrés.
  • Les Dames des Entreportes : lame de calcaire taillée par l'érosion dont la forme en trois blocs a fait naître une légende. Celle des trois filles du seigneur de Joux qui auraient été figées dans la pierre[65]. Ce site fait partie des sites classés du département du Doubs par la DREAL depuis 1912[66].
  • La vallée du Doubs qui traverse la ville du sud au nord.

Équipements culturels

modifier
 
Façade du théâtre Bernard Blier.
  • Il existe deux théâtres : le théâtre Bernard Blier et le théâtre du Lavoir.
  • Un cinéma (l'Olympia) et le ciné-club Jacques Becker (https://www.ccjb.fr), un ciné-club actif [67] qui anime une programmation régulière et deux festivals.
  • Une médiathèque.
  • Le Musée municipal de Pontarlier, place d'Arçon : outre des salles de peinture régionale, il présente une exposition d'objets trouvés dans la région depuis la pré-histoire mais surtout le trésor de la nécropole mérovingienne de la Grande Oye à Doubs. Dans ses réserves se trouve une collection importante de livres légués par Xavier Marmier, écrivain voyageur du XIXe siècle. Il possède une collection de faïences. Une exposition sur l'absinthe occupe tout le 1er étage. Au rez-de-chaussée, on découvre des objets faisant partie de l'histoire pontissalienne. La bâtisse appartenait à la famille Saint-Mauris, gouverneurs de Pontarlier et du château de Joux sur plusieurs générations. On y voit des vitraux, des parquets et des plafonds anciens dont une poutre ornée.

Personnalités liées à Pontarlier

modifier

Personnalités politiques et militaires

modifier

Artistes et écrivains

modifier

Sportifs

modifier

Héraldique

modifier
  Blason
De gueules à la tour accostée à senestre d'un pont de trois arches romanes mouvant du flanc, le tout d'argent maçonné de sable[70].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Jumelages

modifier

Pontarlier est jumelée à trois villes[71] :

L’un des aspects les plus importants des relations qui s’instaurent dans le cadre du jumelage entre ces villes et Pontarlier réside dans un rapprochement des populations[71]. Ainsi, en 2004, une grande fête des jumelages a été organisée par la ville de Pontarlier, réunissant ses villes jumelées et représentants afin de célébrer le rapprochement et les différents échanges qui les unissent. Les voeux et les serments de jumelage sont souvent renouvelés, comme durant l'année 2014 avec la ville allemande (50 ans de jumelage) et du Pays-Basque espagnol (20 ans).

Notes et références

modifier
  1. Terrains notés FG (alluvions fluvio-glaciaires), GL (alluvions glacio-lacustres), Gm (alluvions glaciaires morainiques) et Gx (alluvions glaciaires) sur la carte
  2. Les records sont établis sur la période du au .
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  6. Les forts de Joux et Mahler protégèrent le passage en Suisse de l'armée de l'est lors de la guerre de 1870.
  7. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. D'après Ville de Pontarlier, « Pontarlier, une ville de caractère », sur ville-pontarlier.fr (consulté le ).
  2. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes du Doubs, consulté le 24 avril 2019
  3. « Calcul de l'orthodromie entre Pontarlier et Besançon »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  4. « Calcul de l'orthodromie entre Pontarlier et Lausanne », sur le site The Time Now (consulté le ).
  5. Vincent Bichet et Michel Campy, Montagnes du Jura : Géologie et paysages, Néo Éditions, , p. 268-269.
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau (U20200) ».
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau (U2020540) ».
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  10. « Station Météo-France « Pontarlier » - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Station Météo-France « Pontarlier » - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  13. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Pontarlier », sur insee.fr (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  23. « Page d'accueil », sur le site Pontabus (consulté le ).
  24. Site Plan séisme, page sur les risques sismiques Didacticiel de la règlementation parasismique
  25. Site plan séisme, page sur la Franche-Comté, consulté le 24 avril 2019
  26. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  27. Recueil des historiens des Gaules et de la France, V. Palmé, Paris, 1867-1880, 9 tomes, en particulier Tome 1, Ex itinerario Antonini Augusti, page 104 (en latin).
  28. (en) William Smith, George Long, « Dictionary of Greek and Roman Geography vol. 1 », sur books.google.fr, Little, Brown, & Cie, (consulté le ) : « Ariolica : […] 2. A station in Gallia, is placed in the Tables on the road from Urba (Orbe), in the Pays de Vaud in Switzerland, to Vesontio (Besançon) in France, and seems to represent Pontarlier on the Doubs; but the distances in the Antonine Itin. do not agree with the real distances, and D'Anville resorts to a transposition of the numbers, as he does occasionally in other cases. The Theodosian Tab. names the place Abrolica, — possibly an error of transcription. [G.L.] », p. 214.
  29. André Cherpillod, Dictionnaire étymologique des noms géographiques, Paris, Masson, 1986, 528 pages. (ISBN 978-2-225-81038-1). En particulier, entrée Pontarlier, p. 373.
  30. André Cherpillod, ibidem.
  31. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 540b.
  32. a b et c Eusèbe Girault de Saint-Fargeau, opus cité.
  33. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  34. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, éditions Errance, (ISBN 2-87772-237-6), p. 54 - 55.
  35. a et b Xavier Delamarre, op. cit..
  36. Dis… Grand-Père, par Arthur Griffon, p.  145 sur Google Livres.
  37. (fr) Xavier Marmier, « Voyage en Suisse », sur books.google.fr, Morizot, (consulté le ) : « On ot biau verie, deverie, On ne voit ra d' té que Pontalie. On a beau tourner et retourner, On ne voit rien de tel que Pontarlier. », p. 459.
  38. (fr) Xavier Marmier, « Journal : 1848-1890 », sur books.google.fr, Librairie Droz, (consulté le ) : « On [ot] biau veri, deveri, On ne vet ran de té que Pontali. On a beau tourner, retourner, On ne voit rien de tel que Pontarlier. », p. 51.
  39. [Bichet et al. 2019] Vincent Bichet, Arthur Barbier, Valentin Chevassu, Daniel Daval, Émilie Gauthier, Murielle Montandon, Hervé Richard et M. Thivet, « Traverser les montagnes du Jura : identification de voies antiques de franchissement de la haute chaîne jurassienne par analyse LiDAR », dans Nicole Lemaitre (dir.), Des routes et des hommes : la construction des échanges par les itinéraires et les transports (actes du 142e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques à Pau en 2017), Paris, éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, , sur books.openedition.org (lire en ligne)
  40. La chronique de saint Bénigne de Dijon, rédigée en 1030, rapporte partiellement cette histoire burgonde.
  41. Fouilles INRAP présentées par Michiel Gazenbeek.
  42. Archéologie : ce que l’on sait de la découverte inédite d’un village mérovingien dans le Haut-Doubs, francetvinfo.fr, 7 octobre 2020
  43. Eusèbe de Girault de Saint-Fargeau, opus cité.
  44. André Besson, Aimer la Franche Comté, éditions Ouest-France, Cêtre, 1990, 128 pages. En particulier, p. 80-81.
  45. Stéphane Simonnet, Claire Levasseur (cartogr.) et Guillaume Balavoine (cartogr.) (préf. Olivier Wieviorka), Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944- 8 mai 1945 : des débarquements aux villes libérées, Paris, éd. Autrement, coll. « Atlas-Mémoire », (1re éd. 1994), 79 p. (ISBN 978-2-746-70495-4 et 2-746-70495-1, OCLC 417826733, BNF 39169074), p. 35.
  46. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 18/12/2009.
  47. Site officiel de l'aéroclub de Pontarlier
  48. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  49. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  51. a et b Site officiel de la ville de Pontarlier
  52. CA Pontarlier (handball)
  53. CA Pontarlier Basketball
  54. Société de tir de Pontarlier
  55. a et b Association Théâtr'Ouvert : http://theatrouvert.free.fr/
  56. « État des lieux socio-économique de la zone d’emploi de Pontarlier » (consulté le ).
  57. Site officiel du Pontarlier-Anis
  58. « MERSEN | Mersen : acquisition d'Idealec », sur mersen.com (consulté le ).
  59. L'apothicairerie de l'hôpital Saint-Étienne
  60. Série apothicaireries hospitalières no 21, laboratoires Roussel réf. 55 No 21 - P.M. 147 H 281.
  61. « Deux pots parmi d'autres ... », notice no PM25001511, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  62. https://fr.tripadvisor.ch/LocationPhotoDirectLink-g635791-d14790907-i329720540-Parc_du_Grand_Cours-Pontarlier_Doubs_Bourgogne_Franche_Comte.html
  63. http://pleinair.net/actualites/item/52315-photo-de-vacances-le-grand-cours-a-pontarlier
  64. « Sortir en Meurthe-et-Moselle, en Haute-Saône, dans le Doubs, dans la Meuse, dans le Territoire de Belfort, dans la Haute-Marne, dans la Marne, dans l'Aube et dans les Ardennes »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur L'Est républicain (consulté le ).
  65. https://www.lieux-insolites.fr/doubs/entreportes/entreportes.htm
  66. http://www.donnees.franche-comte.developpement-durable.gouv.fr/infos_geo/fiches_cartes/sites/SIT00153.HTM
  67. Ciné-club Jacques Becker
  68. « FAIVRE Raymond [FAIVRE Léon, Émile, Raymond] - Maitron », sur maitron.fr (consulté le ).
  69. « Paul Hubert Perny », sur Institut de recherche France-Asie (consulté le ).
  70. PONTARLIER (Haut-Doubs, Doubs, Franche-Comté, Montagnes du Jura)
  71. a et b Présentation des jumelages (Municipalité de Pontarlier).

Bibliographie

modifier
  • Bourgon, Recherche sur la ville et l'arrondissement de Pontarlier, Tome 1, 1841.
  • Droz, Mémoire pour servir à l'histoire du bailliage de Pontarlier, in octo, 1760.
  • François Nicolas, Eugène Droz ou le fils aîné Droz , Mémoires pour servir à l'histoire de la ville de Pontarlier, in octo, édition A. Faivre fils, 1840 books.google.fr
  • Eusèbe Girault de Saint-Fargeau, Dictionnaire géographique, historique, industriel et commercial de toutes les communes de la France et de plus de 20,000 hameaux en dépendant, en trois volumes, 1844-1846, illustration de 100 gravures (costumes coloriés, plans et armes des villes), en particulier volume 3, entrée Pontarlier, p. 396.

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier