Pré-en-Pail

ancienne commune française du département de la Mayenne

Pré-en-Pail
Pré-en-Pail
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Intercommunalité Communauté de communes du Mont des Avaloirs
Code postal 53140
Code commune 53185
Démographie
Gentilé Prézien
Population 1 877 hab. (2020)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 37″ nord, 0° 11′ 58″ ouest
Altitude Min. 174 m
Max. 416 m
Superficie 44,73 km2
Élections
Départementales Villaines-la-Juhel
Historique
Fusion
Commune(s) d'intégration Pré-en-Pail-Saint-Samson
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Pré-en-Pail
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Pré-en-Pail
Géolocalisation sur la carte : Mayenne
Voir sur la carte topographique de la Mayenne
Pré-en-Pail
Géolocalisation sur la carte : Mayenne
Voir sur la carte administrative de la Mayenne
Pré-en-Pail

Pré-en-Pail est une ancienne commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Pré-en-Pail-Saint-Samson.

Elle est peuplée de 1 877 habitants[Note 1] (les Préziens).

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe plus précisément dans le Bas-Maine, dans le pays du Passais.

Géographie modifier

La commune se situe au pied de la forêt de Multonne, et du mont des Avaloirs, point culminant du Massif armoricain, dans le parc naturel régional Normandie-Maine. Bien que située dans le Maine, elle est limitrophe de la Normandie, et ne se trouve qu'à une vingtaine de kilomètres d'Alençon.

Couvrant 4 473 hectares (44,73 km2), son territoire était le plus étendu de son canton.

Toponymie modifier

Le nom de la localité est mentionné sous la forme latinisée de Pratis en 1218[3].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en Pré-[3] au sens de « petite étendue de terre produisant de l'herbe ». Le déterminant complémentaire en-Pail n'a été ajouté qu'après 1218, en référence à la forêt de Pail[3] (voir ce nom).

Histoire modifier

Antiquité modifier

Avant la conquête de la Gaule par Jules César, le territoire de Pré-en-Pail était occupé par la tribu gauloise des Aulerques Diablintes.

Peu de temps après, vers le Ier siècle, le christianisme fut apporté par saint Julien compagnon de Saint-Pothin.

Moyen âge modifier

Haut Moyen Âge modifier

Après la chute de l'Empire Romain, les habitants de la région conservèrent leur indépendance jusqu'à la fin du Ve siècle, date à laquelle ils tombèrent sous la domination de Clovis[4].

Période du duché de Normandie et de l'Empire Plantagenêt (911-1204) modifier

Au XIIe siècle, l'abbaye Saint-Pierre de la Couture du Mans fonde un prieuré [5].

Incorporation au domaine royal français modifier

Lors de la guerre de Cent Ans, les habitants de la région ont subi le ravage des Anglais.

La commune de Pré-en-Pail n'a pas été le lieu de lutte entre Catholiques et Protestants

À la fin du XIe siècle le château de Pré-en-Pail est érigé, aujourd'hui détruit. Ce château fut habité longtemps par les marquis de Tragin, barons de Cohardon, seigneurs de Pré-en-Pail, Boullay, Couptrain et autres lieux.

Après la réunion de la Touraine à la France en 1483, la seigneurie de Pré-en-Pail fit partie de la généralité de Tours de l'élection du Mans et du duché de Mayenne jusqu'en 1789[6].

Temps modernes modifier

Le château fut restauré à la fin du règne de Louis XV. Le dernier seigneur de Pré-en-Pail, Emmanuel Alexis de Tragin ayant émigré au commencement de la Révolution française ses biens furent considérés comme biens nationaux et vendus à partir du 5 vendémiaire.

L'année suivante, le 28 nivôse an VI, une fête civique fut célébrée en mémoire de la paix et de la chute du dernier roi des Français. Les fonctionnaires étaient contraints d'assister à cette cérémonie et ils durent prêter serment de haine à la Royauté et de fidélité et d'obéissance aux lois de la République et à la Constitution de l'an III.

Le 15 ventôse an VI, fut célébrée une autre fête, celle de la souveraineté du peuple.

Ce fut aussi à cette époque que des bandes dirigées par des habitants de la commune parcoururent Pré-en-Pail et ses environs et y jetèrent la terreur. La police fut longtemps impuissante pour freiner leurs ravages[7].

Époque contemporaine modifier

En 1867, Edmond Martin prêtre vicaire à Pré-en-Pail fit construire une église au sud de la commune et jeta les fondations d'un bourg qui est devenu Saint-Julien-des-Églantiers. Un arrêté de Casimir Wicart, évêque de Laval, datant de 1860 avait déjà fixé la délimitation des deux paroisses.

Lors de la guerre franco-allemande de 1870-1871, les armées allemandes n'occupèrent pas la commune. Quelques cavaliers prussiens firent simplement une reconnaissance dans le bourg, puis se retirèrent vers Saint-Pierre-des-Nids[7].

Au , la commune a fusionné avec la commune voisine de Saint-Samson, pour former la commune nouvelle de Pré-en-Pail-Saint-Samson, fusion entérinée par un arrêté préfectoral du 4 décembre 2015[8].

Héraldique modifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
Parti : au 1er mi-parti d'or au sautoir d'azur, au 2e d'argent à trois fasces d'azur.

Politique et administration modifier

Tendances politiques et résultats modifier

Administration municipale modifier

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints.

Liste des maires modifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 1970   Baptiste Hyvard   Conseiller général
? mars 2001 Maryvonne Monréal    
mars 2001 mars 2014 Yves Cortès[9] UMP Ingénieur, chef d'entreprise, conseiller général
mars 2014[10] En cours Denis Geslain Droite Agriculteur

Démographie modifier

En 2020, la commune de Pré-en-Pail comptait 1877 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres chiffres sont des estimations. Pré-en-Pail a compté jusqu'à 3 736 habitants en 1851.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2462 3362 6693 2063 3443 4583 4953 3823 736
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 4353 3003 3093 1343 2623 2553 2353 1073 044
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8652 7462 6862 4132 5312 3692 3982 2972 138
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 1502 3152 4452 5602 4222 1382 1282 0421 897
2018 - - - - - - - -
1 888--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie modifier

Lieux et monuments modifier

Le mont des Avaloirs modifier

Culminant à 416,23 m, c’est le point le plus élevé du massif armoricain et du Grand Ouest. Un belvédère de 17 mètres de hauteur le couronne.

En bas, le site est équipé d’une table de lecture du paysage. De nombreuses promenades sont possibles depuis ce lieu, notamment vers la Pierre au Loup, la source de la Mayenne.

La corniche de Pail modifier

La corniche s’étend entre Pré-en-Pail et sa forêt (forêt de Pail). On la parcourt le long de la D 20 en direction de Villaines-la-Juhel. Elle est classée zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique. Elle culmine à plus de 350 mètres et est notamment couverte de bruyère. Depuis la corniche, le regard embrasse un vaste panorama. Non loin de Villepail, on trouve une tourbière, dernier témoin de la période glaciaire, dans une ancienne carrière de grès. La température au sol y est négative environ 300 jours. Seules y poussent des espèces végétales adaptées à ces conditions extrêmes et notamment des plantes carnivores.

Monuments modifier

Activité, label et manifestations modifier

Sports modifier

L'Union sportive de Pré-en-Pail fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[15].

Label modifier

La commune est une ville fleurie (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[16]

Pré-en-Pail dans la littérature modifier

Pré-en-Pail est citée (orthographiée « Pré-en-Paille ») dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[17].

Personnalités liées à la commune modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

Références modifier

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[19].
  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 2, , p. 1211
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 545b
  4. Monographie communale de Pré-en-Pail, Pré-en-Pail, (lire en ligne), p. 13.
  5. Sebastien Legros-Moines et seigneurs dans le Bas-Maine 2010, p. 199-263.
  6. Monographie communale 1899, p. 13-14.
  7. a et b Monographie communale 1899, p. 14.
  8. « recueil des actes administratifs de Mayenne »
  9. Réélection 2008 : Liste des maires de la Mayenne actualisée au 16 septembre 2009, site de la préfecture de la Mayenne, consulté le 19 septembre 2009
  10. « Denis Geslain a été désigné maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 2018 .
  13. Liste des communes concernées par un site Natura 2000 en Mayenne, consulté le 9 novembre 2015
  14. « « Sauvegarde des vitraux », sur le blog de l'association de sauvegarde de l'église. ».
  15. « Site officiel de la Ligue du Maine – US Pré-en-Pail » (consulté le )
  16. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le )
  17. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  18. « SIMONEAU Charles, Ferdinand [dit Pedro Prat ou Pratt] [Dictionnaire des anarchistes] » (consulté le )
  19. « Pré-en-Pail sur le site de l'Institut géographique national » [archive du ] (archive Wikiwix)

Compléments modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier