Route nationale 116 (France)

route nationale française

Route nationale 116
Cartouche de la route
Image illustrative de l’article Route nationale 116 (France)
La RN 116 à l'ouest de Fontpédrouse en 2013.
Caractéristiques
Longueur 101 km
Direction est / ouest
Extrémité est D 900 à Perpignan
Intersections D 612 à Millas
D 615 à Ille-sur-Têt
D 618 à Bouleternère
D 619 à Prades
D 118 à Mont-Louis
Extrémité ouest N 20 E 9 à Bourg-Madame
Réseau Route nationale
Territoire traversé
1 région Occitanie
1 département Pyrénées-Orientales
Villes principales Ille-sur-Têt, Prades, Mont-Louis
Exploitation
Gestionnaire DIR Sud-Ouest

La route nationale 116, ou RN 116, est une route nationale française reliant Perpignan à Bourg-Madame (département des Pyrénées-Orientales).

D'une longueur totale d'un peu plus de 100 kilomètres, elle suit le cours de la Têt de la plaine littorale (à Perpignan) aux hauts plateaux de la Cerdagne et à la frontière espagnole à Bourg-Madame, où elle rejoint la RN 20.

Elle constitue de fait le seul lien entre la Cerdagne et la plaine littorale. La route a été coupée à plusieurs reprises en raison d'éboulements. À l'ouest de Prades, son caractère tourmenté lié à la difficulté du relief qu'elle traverse (nombreux virages, peu d'opportunités de dépassement) a nécessité divers projets d'aménagements, certains étant déjà en service et d'autres étant en projet.

HistoireModifier

La route est classée par décret du comme route impériale no 136 de Perpignan à Mont-Louis, Livia et en Espagne, par Puycerda[1],[2]. En 1824, elle prend le numéro 116 sous la désignation de Perpignan à Mont-Louis et en Espagne[3],[2].

Le décret no 2005-1499 du maintient cette route dans le domaine routier national, au titre de la liaison entre Perpignan et l'Espagne[4].

Jusqu'en 2014, elle terminait son parcours à Bourg-Madame où elle se raccordait sur la nationale 20 vers Toulouse, Andorre et l'Espagne. Depuis cette date, elle reprend environ 1,5 km de l'ancienne RN20 vers le nord, cette dernière étant détournée pour suivre la route neutre[5].

Vers un transfert de la route ?Modifier

En 2021, un projet de loi (qui aboutira à la loi 3DS) proposait de transférer certaines routes nationales aux régions. La route nationale 116 devait être la première route à bénéficier de cette expérimentation, ce qui satisfaisait le sénateur LR François Calvet, justifiant le développement économique important et l'expérience territoriale des régions[6].

Le , le conseil départemental des Pyrénées-Orientales a voté pour le transfert de l'intégralité de la route nationale 116, ce qui permettrait de faciliter l'entretien de la route, notamment pour le déneigement[7].

Une décision du (parue au Journal officiel le 8) officialise le transfert de la route nationale 116 au département des Pyrénées-Orientales, en application de l'article 40 de la loi no 2022-217 du relative à la différenciation, la décentralisation, la déconcentration et portant diverses mesures de simplification de l'action publique locale, dite « loi 3DS »[8].

ExploitationModifier

Depuis la constitution des directions interdépartementales des Routes (DIR) en 2006, la route nationale 116 est gérée par la DIR Sud-Ouest[9].

ParcoursModifier

Tracé de Perpignan à Bourg-MadameModifier

Les communes traversées sont :

La route trouve son prolongement en Espagne par la N-260 qui va vers La Seu d'Urgell et qui permet de rejoindre Andorre plus facilement en période hivernale (pas de coupure sur cet axe).

Voie expressModifier

ProjetsModifier

Si une partie de la route a été aménagée à 2 × 2 voies entre Perpignan et Ille-sur-Têt au début des années 2000 (premiers travaux au début des années 1990), la route reprend sa configuration à 2 × 1 voie pour devenir très sinueuse après Villefranche-de-Conflent. Des études, commencées en 1998, devraient permettre une amélioration de la desserte des hauts cantons[6].

Le prolongement de la voie express à 2 × 2 voies est prévu jusqu'à Prades. L'enquête publique a eu lieu en - , les crédits ayant été semble-t-il débloqués pour lancer les travaux[pas clair].

L'achèvement du créneau de dépassement à l'ouest de Villefranche-de-Conflent est également prévu[réf. nécessaire], de même que la construction de deux nouveaux créneaux entre Villefranche et Mont-Louis.

Le village d'Olette devrait lui aussi être prochainement[Quand ?] dévié.

Le département des Pyrénées-Orientales prévoit la sécurisation de carrefours, avec la construction de giratoires avec plusieurs routes départementales entre Ille-sur-Têt et Prades[7].

Notes et référencesModifier

  1. Décret impérial du 16 décembre 1811 contenant règlement sur la construction, la réparation et l'entretien des routes, Bulletin des lois de l'Empire français, 4e série, tome 16, août 1812, Imprimerie impériale, p. 115 [lire en ligne]
  2. a et b Documents statistiques sur les routes et ponts, 1873, Imprimerie nationale, p. 30-31 [lire en ligne]
  3. Statistique des routes royales de France, 1824, Imprimerie royale, p. 417 [lire en ligne]
  4. « Décret no 2005-1499 du relatif à la consistance du réseau routier national (NOR : EQUR0501219D) », Journal officiel de la République française, no 283, texte no 22,‎ (lire en ligne, consulté le ) : « 58. La liaison Perpignan-Espagne assurée par la route nationale 116 entre le raccordement de la rocade ouest de Perpignan (en projet) et la route nationale 20. »
  5. Création de la liaison routière entre la RN20 et la RD68 : dossier de presse, janvier 2015. [lire en ligne]
  6. a et b Armelle Goyon, « Pyrénées-Orientales : la RN 116 bientôt transférée à la Région », sur France 3 Occitanie, (consulté le ).
  7. a et b Manon Claverie (France Bleu Roussillon), « Le Département des Pyrénées-orientales vote pour récupérer la gestion de la RN116 », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  8. « Décision du déterminant la liste des autoroutes, routes et portions de voies qui sont transférées ou mises à disposition en application des articles 38 et 40 de la loi no 2022-217 du relative à la différenciation, la décentralisation, la déconcentration et portant diverses mesures de simplification de l'action publique locale (NOR : TRET2236986S) », Journal officiel de la République française, no 7, texte no 33,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Le réseau de la DIR Sud-Ouest », sur dir.sud-ouest.developpement-durable.gouv.fr, Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier