Blois

commune française et chef-lieu du département du Loir-et-Cher (Centre-Val de Loire)

Blois
Blois
La Loire, le pont et la cathédrale Saint-Louis.
Blason de Blois
Blason
Blois
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
(préfecture)
Arrondissement Blois
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Blois « Agglopolys »
(siège)
Maire
Mandat
Marc Gricourt (PS)
2020-2026
Code postal 41000
Code commune 41018
Démographie
Gentilé Blésois[1]
Population
municipale
45 898 hab. (2019 en augmentation de 0,79 % par rapport à 2013)
Densité 1 225 hab./km2
Population
agglomération
67 350 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 38″ nord, 1° 19′ 41″ est
Altitude Min. 63 m
Max. 135 m
Superficie 37,46 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Blois
(ville-centre)
Aire d'attraction Blois
(commune-centre)
Élections
Départementales Cantons de Blois-1, Blois-2 et Blois-3
(bureau centralisateur)
Canton de Vineuil
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blois
Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher
Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Blois
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Blois
Liens
Site web www.blois.fr

Blois (/blwa/ Écouter) est une commune française, chef-lieu du département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire.

C’est la commune la plus peuplée du département : en 2019, elle compte 45 898 habitants. La communauté d’agglomération de Blois compte environ 104 604 habitants et l’aire urbaine de Blois compte quant à elle 125 994 habitants ce qui en fait la 66e de France. C’est la quatrième commune de la région Centre derrière Tours, la capitale régionale Orléans et Bourges, et devant Châteauroux et Chartres.

Historiquement, la ville fut la capitale du comté de Blois, créé en 956, maintenu par la maison éponyme jusqu’à son intégration au domaine royal en 1397. À la Renaissance, le roi Louis XII y établit sa cour et en fait sa résidence royale. La ville a conservé un patrimoine culturel important, avec notamment son château, la cathédrale Saint-Louis, l’église Saint-Nicolas et le pont Jacques-Gabriel.

Blois est aussi le centre de la région naturelle du Blésois, nom également donné aux habitants de la ville.

GéographieModifier

La ville est située sur la Loire, à mi-chemin entre Tours et Orléans. S’étendant sur les deux rives du dernier fleuve sauvage d’Europe, elle délimite et unit la petite Beauce (rive droite/nord) et la Sologne (rive gauche/sud). La ville de Blois est le cœur de la communauté d’agglomération d’Agglopolys qui comprend 43 communes.

LocalisationModifier

Voici les villes notables les plus proches :

  Le Mans (97 km[2]) Chartres (96 km[3]) Paris (160 km[4])
Orléans (55 km[5])
 
Angers (143 km[6]) N Chambord (14 km[7])
O    Blois    E
S
Tours (53 km[8]) Châteauroux (90 km[9])
Limoges (195 km[10])
Bourges (98 km[11])

Géologie, topographie et hydrographieModifier

La ville de Blois est centrée sur la confluence du fleuve Loire avec l’Arrou, modeste ruisseau, aujourd’hui presque complètement voûté ou busé. Cette confluence délimite un promontoire sur lequel est situé le château[12].

La ville basse est posée sur les alluvions récentes du lit majeur entre fleuve et coteau (altitude moyenne : 70 m). La ville haute est ancrée dans les coteaux calcaires de la Loire et de l’Arrou ou posée sur le plateau de la Petite Beauce (100 à 110 m) constitué par la même roche. La forêt est située sur une très mince épaisseur de limon des plateaux qui recouvre l’argile à silex, couche imperméable[12].

Communes limitrophesModifier

ClimatModifier

Statistiques 1981-2010 et records Station BLOIS (41) Alt: 119m 47° 40′ 42″ N, 1° 12′ 42″ E
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,5 1,4 3,3 4,9 8,6 11,4 13,2 13,5 10,4 7,9 4,2 1,7 6,9
Température moyenne (°C) 4,3 5 8 10,2 14,2 17,3 19,6 19,7 16 12,3 7,4 4,4 11,6
Température maximale moyenne (°C) 7,1 8,6 12,7 15,5 19,8 23,3 25,9 26 21,6 16,6 10,7 7,1 16,3
Record de froid (°C)
date du record
−13,7
07.2009
−16
09.2012
−11
01.2005
−5
06.2021
−1,5
02.2021
0,1
01.2006
5,1
22.2008
3,9
26.2018
2,5
29.2008
−3,1
29.1997
−11,7
30.2010
−11,5
30.1996
−16
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
16
13.1998
22,9
27.2019
25,9
31.2021
28,9
30.2005
31,4
27.2005
39
18.2022
41,6
25.2019
39,5
10.2003
34,9
14.2020
28,9
02.2011
21,9
07.2015
17,6
07.2000
41,6
2019
Ensoleillement (h) 64,3 88,3 142,2 177,6 202,2 201,9 217,4 224,2 179,5 120 71,7 54,5 1 743,6
Précipitations (mm) 54,9 47,6 45,9 50,3 53 48,4 53,9 41,2 54,2 61,6 64,9 63,3 639,2
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 1 mm 10,3 9 8,7 9,7 9,1 7,5 8,1 6,8 7,9 10,1 11,5 10,9 109,4
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 3,9 3,3 3,1 3,9 3,7 2,9 3,5 2,8 3,8 4,2 4,3 4,7 44,1
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 10 mm 1,4 1,1 1,1 1 1,4 1,6 1,8 1,4 1,6 1,9 1,8 1,8 17,8
Source : [MétéoFrance] « Fiche 41281001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/07/2021 dans l'état de la base


Voies de communication et transportsModifier

 
Plan de Blois et de ses routes

Infrastructures RoutièresModifier

Il existe un diffuseur de l’autoroute A10 (Paris-Bordeaux) (également E60 et E5 à Blois), passant au nord de la ville et situé sur la commune de Saint-Denis-sur-Loire, constituant la sortie no 17. Un deuxième est envisagé plus à l'ouest pour décharger le premier[13]. La ville est traversée sur un axe sud-ouest - nord-est par l’ex-RN 152 (Fontainebleau-Saumur), aujourd’hui déclassée en RD 2152 à l’est de la ville et en RD 952 à l’ouest. D’autres grandes routes départementales traversent la ville : la RD 956 (Blois-Châteauroux, ex-RN 156) qui est en 2 x 2 voies et contourne la ville, l’ex-RN 751 (Nantes-Gien), déclassée en RD 951 à l’est de la ville et en RD 751 à l’ouest ainsi que la RD 924 (Châteaudun-Blois) ex-RN 824.

Transports en communModifier

La ville de Blois compte un réseau de transports en commun public régi par la communauté d’agglomération de Blois (Agglopolys), appelé Azalys. L’exploitation du réseau a été déléguée à Kéolis Blois, filiale de Kéolis (groupe SNCF). Le réseau compte neuf lignes de bus principales[14] et 45 lignes secondaires et scolaires[15]. À cela s’ajoute les Navettes Centre-Ville, deux boucles parcourant le centre-ville avec une fréquence de 20 minutes du lundi au samedi. Ces navettes sont gratuites et accessible aux personnes à mobilité réduite[16]. La connexion avec la Gare de Blois-Chambord est assurée par toutes les lignes principales (navettes comprises) à l’arrêt Gare Routière, permettant également au réseau Azalys d’être connecté aux lignes des cars départementaux Rémi et constituant un pôle d'échange multimodale.

Infrastructures ferroviairesModifier

La gare de Blois-Chambord est située sur la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean. Elle est desservie par des trains TER Centre-Val de Loire circulant entre Paris-Austerlitz ou Orléans et Tours, des trains Interloire entre Orléans et Le Croisic, ou encore plus récemment des Intercités Ouigo de la ligne Paris-Nantes[17].

Circulation douceModifier

 
Tracé de l’EV6.

L’EuroVelo 6 ou EV6, également connue sous le nom d’« Eurovéloroute des Fleuves », est une véloroute de type EuroVelo qui traverse Blois en reliant Saint-Nazaire à Constanța[18]. C’est la plus célèbre véloroute européenne, longue de 3 653 km, elle traverse l’Europe d’ouest en est, de l’océan Atlantique à la mer Noire en passant par dix pays. Elle suit l’itinéraire de trois des plus grands fleuves européens : la Loire, le Rhin et le Danube.

Le réseau Azalys propose un service de location de vélos à assistance électrique aux habitants d’Agglopolys[19]. Il s’agit d’un système de location longue durée proposé pour favoriser la pratique du vélo dans l’agglomération de Blois. Les abonnements sont souscrits pour une durée d’un mois minimum, trois mois ou d’un an renouvelables et les abonnés Azalys disposent de réductions[20].

Depuis l'été 2022, la municipalité a mis en place un réseau de trottinettes électriques en libre service géré par la société Bird[21].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Blois est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee[Note 1],[22],[23],[24]. Elle appartient à l’unité urbaine de Blois, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[25] et 67 183 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[26],[27].

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Blois, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 78 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[28],[29].

Quartiers de BloisModifier

  • Sud (plus de 9 900 habitants) :
    Vienne, La Boire, Creusille, Bas-Rivière, zones industrielles et commerciales.
  • Est (plus de 6 000 habitants) :
    Hôpital, Villejoint, Basilique, Cornillettes, Poudrette, zones industrielles et commerciales.
  • Ouest (plus de 9 800 habitants) :
    Grouets, Quinière, Saint-Georges, Foch, Cabochon.
  • Centre-ville (plus de 6 800 habitants) :
    Cathédrale, château, gare, place Louis-XII (quartiers historique).
  • Nord (dit aussi « ZUP ») (plus de 20 000 habitants) :
    Croix-Chevalier, Kennedy, Coty, Marcel-Doret, Mirabeau, Sarrazines, Villiersfins, Pinçonnière, Dumont d’Urville, Montgolfiers, parc de l’Arrou.

Les quartiers nord sont principalement représentés par le grand ensemble ZUP qui compte plus de 10 000 habitants[30].

Centre historiqueModifier

Le centre historique de Blois s’est construit au nord de la Loire, dans le vallon de l’Arrou, une petite rivière partant du lac de la Pinçonnière et se jetant dans la Loire au niveau de l’actuel pont Jacques-Gabriel.

Cependant les habitations proches de l'extrémité nord du pont Jacques-Gabriel datent majoritairement d'après la Seconde Guerre mondiale, des bombardements alliés visant le pont les ayant détruites pendant la guerre.

Le quartier du Puits-Châtel occupe la rive gauche de l’Arrou. Ayant très largement échappé aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale, il a conservé de nombreux bâtiments intacts depuis la Renaissance.

Le promontoire du château, et le quartier éponyme, se trouve sur la rive droite de l’Arrou. Encore une fois très peu d'habitations du promontoire ont échappé aux bombardements, mais celles détruites n'ont pas été reconstruites ce qui fait qu'une place arborée s'étend du château à la Maison de la magie.

Blois-SudModifier

Blois-Vienne désigne communément la partie de la ville au sud de la Loire, en incluant les quartiers Saint-Saturnin, de la Creusille, des Métairies (collège et cimetière), de la Vaquerie, de Bas-Rivière et de Béjun.

Blois-EstModifier

Blois-OuestModifier

Blois-NordModifier

VoiesModifier

434 odonymes recensés à Blois
au 1er février 2014
Allée Avenue Bld Chemin Clos Impasse Montée Passage Place Promenade Route Rue Ruelle Sentier Autres Total
42 23 10 54 1 [N 1] 28 [N 2] 1 [N 3] 2 [N 4] 40 3 [N 5] 3 [N 6] 151 [N 7] 14 7 55 [N 8] 434
Notes « N »
  1. Clos des Lauriers
  2. Dont impasse du 28-Janvier.
  3. Montée de la Banque.
  4. Passage des 7-Frères et passage des Corderies.
  5. Promenade du Mail, promenade Edmond-Mounin et promenade Pierre-Mendès-France.
  6. Route d'Espagne, route de Châteaurenault et route de Saint-Lubin.
  7. Dont Rue du 28-Janvier, rue du 19-Mars-1962, rue du 18-Juin et rue du 1er-Septembre.
  8. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

ToponymieModifier

La première forme attestée remonte au VIe siècle et est indirecte. Elle fait référence aux « habitants de Blois » avec le terme blesenses[31] (le suffixe latin -ensis indiquant la provenance) ou Blesensibus[32] vers 584, ensuite on trouve Blesis au VIIe siècle[33]. Des monnaies mérovingiennes indiquent bleso castro[34],[33].

La forme originelle du gallo-roman doit être *BLESU, car on aboutit en ancien français à bleis, blais puis Blois par évolution phonétique régulière. Il s’agit d’une formation toponymique préceltique[33] ou celtique (gaulois) que l’on croit reconnaître dans les noms de rivière Blaise (Eure-et-Loir, Marne, de *Blediā) et Blies (Moselle, Blesa 796)[33],[35]. Xavier Delamarre, reprenant la thèse de François Falc’hun, considère que le radical Bles- représente l’évolution phonétique du mot gaulois signifiant « loup », à savoir *Bledios qu’il compare au vieux breton bleid (breton bleiz), vieux cornique bleit et au gallois blaidd qui signifient tous « loup »[36].

HistoireModifier

Préhistoire et protohistoireModifier

Depuis le début des années 2010, des fouilles archéologiques ont permis d’attester la présence en Vienne « d'un ou plusieurs campements des derniers chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire [...] Ils sont les ancêtres des fameux agriculteurs-éleveurs du Néolithique, autour de 6 000 ans avant notre ère en France ». Ces chasseurs-cueilleurs étaient aussi des pêcheurs, des nasses ont été retrouvées[37].

AntiquitéModifier

Les grands travaux d’urbanisme commencés en 1959 permettent de découvrir des vestiges d’un habitat à la fin de l’indépendance gauloise et d’un centre urbain à l’époque gallo-romaine. À cette époque, la ville est située sur la voie reliant Chartres à Bourges[38]. Dans le réseau des villes du peuple des Carnutes, Blois est une agglomération secondaire. Des fouilles réalisées rive droite entre 2001 et 2016 et rive gauche en 2013-2014 permettent de détecter la présence à l’époque gauloise et gallo-romaine d’une ville largement développée rive droite et d’une occupation rive gauche. La Loire est sans doute une voie fluviale capitale bien qu’aucune trace de port ne soit mise à jour. En revanche, des traces indiquent la présence d’un pont à duits reliant les deux rives[37].

Comme le reste de la Gaule, le pays blésois est conquis par les Romains au Ier siècle avant notre ère, et était administrativement rattaché à l’oppidum d’Autricum[39] (actuelle Chartres), au sein de la province de la Gaule lyonnaise IV[40]. À cette époque, Blois était ainsi une petite cité en développement autour d’une forteresse qu’ont édifiée les Romains, Castrum Blesense[41].

En l’an 410, le chef breton Ivomadus aurait conquis Blois ainsi que Chartres[42] en battant le consul en place, un certain Odo, probablement d’origine germanique, puis aurait instauré un état indépendant, le « Royaume de Blois »[43], au sein même de l’Empire, au cours du règne d’un Flavius Honorius déjà affaibli par les raids barbares à répétitions. Cette entité mal connue des historiens sembla rester indépendante près d’un siècle, en résistant à l’invasion du royaume wisigoth de Toulouse, mais fut finalement conquise par le roi franc Clovis entre 481 et 491[44]. Un premier comté franc est ainsi créé, mais très peu de traces sont parvenues aux historiens contemporains.

Moyen ÂgeModifier

L’histoire des comtes de Blois commence véritablement au milieu du Xe siècle avec l’avènement de la maison de Blois par le comte Thibaud Ier, dit le Tricheur car ayant profité de l’instabilité politique générée par mort du duc Hugues le Grand en 956.

Ses descendants, les « Thibaldiens », restèrent les seigneurs de la ville jusqu’à l’incorporation du comté de Blois au sein du domaine royal en 1397. La maison de Blois est entre-temps parvenue à hisser certains de ces membres ou de ces descendants dans les plus hautes strates de la noblesse européenne, en accédant notamment aux trônes de France, d’Angleterre, de Navarre, d’Espagne et de Portugal[45]. Ainsi, Blois est au Moyen Âge le siège d’un puissant comté dont la dynastie possède également la Champagne avant de monter sur le trône de Navarre.

En 1171, Blois est une des premières villes d’Europe à accuser ses juifs de crimes rituels à la suite de la disparition inexpliquée d’un enfant chrétien. Trente à trente-cinq juifs (sur une communauté d’environ 130 personnes) sont brûlés vifs le (le 20 sivan 4931 du calendrier hébraïque) près des fourches patibulaires[46], par le comte Thibaut V de Blois. Cette accusation en entraîne d’autres à Pontoise, Joinville et Loches. Le martyre de Blois fait une impression considérable sur les contemporains. Outre deux récits en prose des évènements, des Seli’hot sont composées. Apprenant les tragiques évènements de Blois, Rabbenou Tam déclare le 20 sivan, jour de jeûne pour les juifs de France, de Grande-Bretagne et d’Allemagne[47].

À cette époque, le domaine religieux est important. Au XIIe siècle, quatre paroisses se distinguent :

  • À l’est, à l’emplacement de l’actuelle cathédrale Saint-Louis, l’église romane de Sainte-Solenne[48].
  • À l’ouest, à l’emplacement de l’église Saint-Nicolas, se trouvait l’église abbatiale de Saint-Laumer, également romane[48].
  • Au nord, la paroisse Saint-Honoré et son église existaient en 1154. L’église est vendue en 1792 puis détruite. C’est maintenant la place Saint-Honoré[49].
  • Au sud de la Loire se tient l’église Saint-Saturnin à l’emplacement de l’ancienne église romane de l’époque. Cette paroisse constitue cependant une part indépendante de Blois et ce, jusqu’en 1606.

De ces églises romanes, seuls subsistent quelques vestiges de Sainte-Solenne.

Parallèlement c’est l’essor des monastères, le monastère de Saint-Laumer dont l’église est citée plus haut et l’abbaye de Bourg-Moyen dont il ne reste rien (rue du Bourg Moyen). Ces deux fondations monastiques abritent des reliques et attirent ainsi des pèlerins[50].

La famille de Châtillon, qui prend la suite pendant plus d’un siècle, poursuit les chantiers religieux. En particulier, sous Jean Ier de Blois-Châtillon qui fait édifier vers 1238, au pied du château, l’église Saint-Martin aux Choux qui est détruite sous la Révolution[51]. Jean Ier de Blois-Châtillon encourage aussi la venue des ordres mendiants. Il fonde en 1233 le couvent des Cordeliers qui était situé dans l’actuelle rue des cordeliers[52] et en 1273 le couvent des Jacobins[53] où se trouve aujourd’hui le musée d’histoire naturelle[54].

Pendant la guerre de Cent Ans, le château de Blois accueille Jeanne d’Arc du 27 au 29 avril 1429, avant qu’elle parte libérer Orléans de l’occupation anglaise. Charles de Blois, d’une autre branche thibaldinne, est quant à lui un candidat malheureux au duché de Bretagne. Il fut béatifié.

En 1391, le comté de Blois est vendu par la famille de Châtillon, criblée de dettes et sans descendance directe, à Louis Ier d’Orléans, fils cadet du roi Charles V le Sage. Blois arrive ainsi dans la famille royale[55].

Renaissance et époque moderneModifier

La capitale culturelle de la Renaissance en FranceModifier

En 1498, le roi Charles VIII meurt à Amboise. Le duc Louis II d’Orléans, petit-fils du Louis Ier, alors établi à Blois, se rend à Amboise et y est couronné roi sous le nom de Louis XII. Le roi blésois décide d’installer sa cour dans sa ville natale. Durant son règne, la ville se transforme durablement. L’aménagement du château intervient en pleine Renaissance, et des dizaines d’hôtels particuliers sont construits pour les Grands de la cour. L’un des plus ambitieux est peut-être l’hôtel d’Alluye (rue Saint-Honoré), reproduisant fidèlement un palais italien, édifié pour Florimond Robertet, ministre très important de Charles VIII, Louis XII puis François Ier[56].

En 1526, François Ier manifeste le désir de regagner Paris. En 1539, le déménagement des meubles et tapisseries du château de Blois confirme cette décision. Mais, au moment des guerres de religion, Catherine de Médicis et ses fils s’y réfugient pour tenter de restaurer le pouvoir royal affaibli[57].

Une ville au cœur des Guerres de religionModifier

Le , comme Beaugency, la ville de Blois, conquise par les protestants quelque temps auparavant, est prise et pillée, mais par les catholiques du maréchal de Saint-André, et, tout comme à Beaugency, les femmes sont violées[58].

Le , les protestants du capitaine Boucard pillent et incendient la ville, violant et tuant les catholiques. Des cordeliers sont jetés dans le puits de leur couvent. Les églises sont ruinées[59].

 
L’Orléanais dans ses limites du XVIIIe siècle - dont Blois faisait partie - et les communes et départements actuels.

Les États généraux de 1588-1589 se réunissent à Blois, où le roi Henri III s’est réfugié à la suite de la journée des Barricades (1588). Le , Henri III fait assassiner le duc de Guise en son château de Blois. Et le lendemain, son frère, le cardinal de Guise subit le même sort[60].

Après le départ des rois vers Paris, Blois perd son caractère de résidence royale, avec le faste et l’activité économique qui accompagnait la Cour. Henri IV transfère à Fontainebleau la riche bibliothèque blésoise.

Après avoir servi de résidence royale, Blois sert de lieu d’exil pour les membres indésirables de la famille royale. En 1617, Louis XIII décide d’exercer le pouvoir royal et il exile sa mère, Marie de Médicis, à Blois[61]. Dans le domaine religieux, la Contre-Réforme installe à Blois l’ordre des Jésuites en 1622 qui font bâtir une chapelle Saint-Louis devenue aujourd’hui l’église Saint-Vincent de Paul de Blois[62].

Un paradis pour les artistes et les artisansModifier
 
Vue de la ville de Blois en 1657 par Caspar_Merian (de)

Puis, en 1634, Louis XIII exile à Blois son frère Gaston d’Orléans qui s’attache à la ville. Il fonde en 1657 l’Hôpital général ou "hospice de Vienne" qui au cours du XIXe siècle prend sa forme actuelle, la maison de retraite Gaston d’Orléans[63]. Il finance aussi en partie la reconstruction de l’Hôtel-Dieu et reste à Blois jusqu’à sa mort[64].

Entre-temps, Blois devient célèbre par les nombreux artisans, notamment des horlogers et des orfèvres, qui y exercent leur activité. Alexandre Péan[65], affirmant que : « Blois, sous les Valois, était un centre actif d’industrie tel, et plus encore peut-être, que sont aujourd’hui Genève et Besançon », cite Georges Touchard-Lafosse :

« L’horlogerie […] y entretenait une grande source de richesses : nous ne savons quel était, du temps de Gaston d’Orléans (1608-1660), le nombre des horlogers fabricants établis dans cette ville [47 en 1639, selon la note de bas de page] -- mais en 1670 on y en comptait encore 38 ayant le titre de maître, ce qui donne lieu de supposer que les ouvriers attachés à leurs fabriques étaient nombreux... Dans un temps où la présence des grands contribuait si puissamment à donner l’essor à la vie sociale, on la voyait dépérir aux lieux où ces personnages éminents par la naissance l’avaient fécondée, dès qu’ils ’en éloignaient. Blois, sous le duc d’Orléans, avait recouvré, en grande partie, les prospérités dues jadis à la cour de Louis XII ; mais quand Gaston eut cessé de vivre, la presque totalité des nobles, des savants, des artistes qui environnaient ce prince, quittèrent la ville pour se rapprocher de Saint-Germain. [...] L’industrie blésoise et le commerce qu’elle alimentait déclinèrent de nouveau... Enfin parut la révocation de l’édit de Nantes, qui leur porta le dernier coup...

En 1686, c’est-à-dire dans l’année qui suivit, il n’y avait plus à Blois que 17 maîtres en horlogerie. Au moment où nous écrivons, on compte, sur cet ancien foyer d’une importante fabrication, 7 à 8 marchands de montres et de pendules, et dont pas un seul ne fabrique le moindre objet. »

Péan cite aussi l'Histoire de Blois (1846), d’Alexandre Dupré (1815-1896) et Louis Bergevin plus loin[66] :

« Les séjours fréquents de la Cour à Blois donnèrent au commerce de cette ville un éclat passager. Cette influence se fit particulièrement sentir sur les arts de luxe. L’horlogerie fut cultivée avec succès dans la ville et aux environs ; les beaux courages des Cuper, des Lemeindre, des Chaisnon, des Mâcé, des Robert, jouissaient d’une réputation européenne. -- Aux XVIe et XVIIe siècles, les pièces d’horlogerie et d’émaillerie faisaient partie des présents de ville destinés aux princes et aux seigneurs qui venaient à Blois. Ainsi, en 1645, les échevins furent autorisés à faire confectionner, par le sieur Morlière, une monstre à boiste avec des émailles à personnages et figures, pour donner à Madame la Duchesse d’Orléans, épouse de Gaston. Le choix de ces objets prouve que leur fabrication constituait alors une branche florissante d’industrie, et qu’ils figuraient avec honneur parmi les produits de la localité.

(Même histoire) À l’époque de la révocation de l’Édit de Nantes (1685), plusieurs familles protestantes quittèrent la ville de Blois et sortirent du royaume pour exercer librement leur religion. D’autres restèrent en abjurant : tels furent les Baschet, les Baignoux, les Cuper, dont les descendants habitent encore la cité où leurs père professaient le calvinisme. [...] »

Péan cite enfin l’Abrégé de l’Histoire de Blois de Louis de La Saussaye : « L’horlogerie, au point où elle était arrivée à Blois au XVIIe siècle, peut être considérée comme du domaine de l’art, et que la famille Cuper y tint un rang honorable pendant plus de trois siècles. »

Une liste d’horlogers (et orfèvres)[67] mentionne un certain nombre de familles blésoises souvent liées par mariages, certains membres passant d’une profession à l’autre (voir plus bas : Personnalités liées à la commune, Artisans). Autour de leurs ateliers devaient également se regrouper d’autres métiers : peintres miniaturistes pour orner les boîtiers de montres, émailleurs, etc. Par ailleurs, il existe toujours une rue des Orfèvres dans le centre de Blois.

Époque moderneModifier

Après la mort de Gaston d’Orléans en 1660, le château de Blois, dépouillé par Louis XIV, est quant à lui laissé à l’abandon, au point que Louis XVI envisage de le détruire en 1788. Il est sauvé par l’installation dans ses murs du régiment Royal Comtois[68].

C’est sous le règne de Louis XIV que Blois devient un évêché. David Nicolas de Bertier, premier évêque de Blois, choisit comme future cathédrale l’église Sainte-Solenne détruite par une tempête et qui vient d’être reconstruite[48] grâce à l’intervention de Marie Charron, originaire de Blois et femme de Jean-Baptiste Colbert[69]. À proximité de la cathédrale achevée en 1700, le nouvel évêque installe un palais épiscopal, dont l’architecte est Jacques Gabriel, sur un coteau qui surplombe la Loire. L’aménagement des jardins en terrasse commence après 1703 et dure près de cinquante ans. Les jardins sont ouverts au public en 1791 sous l’égide de l’Abbé Henri Grégoire, évêque constitutionnel de Blois[68].

Dans la nuit du 6 au 7 février 1716, le pont médiéval cède sous la pression d’une débâcle du fleuve. La construction d’un nouvel édifice est commandé dès l’été suivant par le duc Philippe d’Orléans à son frère Louis XIV. L’ouvrage fut réalisé par l’architecte de la cour, Jacques Gabriel. Le pont qui porte depuis son nom fur inauguré en 1724.

En 1790, la province de l’Orléanais est démantelée et le département de Loir-et-Cher est créé, avec Blois comme chef-lieu.

En 1814, l’impératrice, Marie-Louise d’Autriche, se réfugie à Blois.

Époque contemporaineModifier

Le XIXe siècle est le temps de la modernité pour la ville de Blois. Tout d’abord le chemin de fer arrive en 1846 sur le plateau avec l’ouverture de la ligne Orléans Tours dont la gare de Blois est un des arrêts[70].

C’est aussi le temps de l’urbanisme grâce aux travaux qui sont effectués entre 1850 et 1870 sous les mandats successifs du maire, Eugène Riffault, un ami du baron Georges Eugène Haussmann. Il fait relier, par un boulevard portant son nom, la ville haute moderne avec la préfecture, le palais de justice, la halle aux grains et la ville basse, médiévale. Il fait aussi relier le quartier haut de la gare et de l’usine Poulain, et le quartier bas des quais de la Loire par le boulevard de l’Est aujourd’hui le boulevard Daniel Dupuis[71].

Il ouvre aussi une grande rue dans l’axe du pont Jacques Gabriel, prolongée par un escalier monumental, anciennement rue impériale[72] aujourd’hui la rue Denis Papin qui relie également avec son escalier la ville du haut et celle du bas[71]. Des travaux de restauration sont entrepris sur le château. Le renforcement et la construction de digues sont également effectués afin de protéger la ville contre les crues de la Loire[71].

Entre-temps, la ville basse affronte les trois plus importantes crues de la Loire, en 1846, en 1856 (la pire à ce jour), et en 1866. Sont ainsi inondés le centre-ville et le quartiers St-Jean et Vienne, ainsi que le déversoir de la Bouillie. Aujourd'hui un limnimètre gravé sur un mur de la digue au bord du pont retrace les plus grandes crues.

C’est aussi le temps de l’industrialisation avec l’installation en 1862 par Victor-Auguste Poulain de sa chocolaterie, stratégiquement située près de la gare.

Enfin, le XIXe siècle marque la fin de la navigation commerciale sur la Loire, concurrencée par le chemin de fer[73].

 
Une rame du tramway de Blois devant le château, au début du XXe siècle.

Le , combat du faubourg de Vienne[74]; le lieutenant Georges de Villebois-Mareuil libère la ville occupée par les Prussiens depuis le . Un monument commémoratif situé avenue Wilson au départ de la levée des Acacias rappelle l’assaut du faubourg de Vienne des généraux Pourcet et Chabron. Il porte une plaque en bronze gravée par Oscar Roty avec l’inscription PATRIA NON IMMEMOR « La Patrie n’oublie pas »[75]. Deux odonymes locaux (rue et impasse du 28-Janvier) rappellent également cet événement. En 1930, la basilique Notre-Dame-de-la-Trinité est construite en béton digne des basiliques américaines.

Entre le et le , plus de 3 100 réfugiés espagnols, fuyant l’effondrement de la république espagnole devant Franco, arrivent en Loir-et-Cher. Devant l’insuffisance des structures d’accueil (les haras de Selles-sur-Cher sont notamment utilisés), 47 villages sont mis à contribution[76], dont Blois (ils sont logés aux Grouets, à l’extérieur de la ville)[77]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s’il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[78]. Au printemps et à l’été, les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau)[79].

En juin 1940, les bombardements allemands pour prendre la ville font de nombreux dégâts. De plus, la 10e arche du pont Jacques-Gabriel est détruite par l’armée française pour freiner l’avance allemande[80].

Entre et , les bombardements anglo-américains font de nombreuses destructions, notamment le pont de chemin de fer de la ligne Blois-Romorantin, faisant au total 230 victimes et 1 522 immeubles de la ville ont été détruits ou endommagés pendant la Seconde Guerre mondiale[81]. Les combats de la Résistance pour reprendre la ville aux Allemands font aussi des dégâts[82].

Le 16 août 1944, les Allemands détruisent les trois arches centrales du pont pour protéger leur retraite sur la rive gauche. Le pont Jacques Gabriel est le seul exemple de reconstruction à l’identique après-guerre, il est rouvert à la circulation en décembre 1948[80].

Pour la Reconstruction à Blois, on peut parler d’un style propre marqué par des caractéristiques régionales, ce qui n’est pas le cas général des autres villes. Une certaine variété des constructions est encouragée dans les quartiers anciens pour une meilleure intégration.

En 1959 est lancée la construction d’un grand ensemble connu sous l’acronyme ZUP[83].

Aujourd’hui, la ZUP des quartiers nord fait l’objet d’un projet de rénovation urbaine impliquant des destructions, réhabilitations, résidentialisations et constructions[84]. En 2007, s’est achevé la mise en zone piétonnière du centre ville et le pavage de certaines rues. Depuis, l'actuel maire réalise un projet de rénovation et de relance du centre ville, avec comme première phase au milieu des années 2010 la construction d’une passerelle surplombant les voies ferroviaires à la gare, et les alentours du pont Jacques-Gabriel qui ont été réaménagés, de la rue Denis Papin à l'avenue du président Wilson. Ensuite est venue dans les années , la reconstruction complète du quartier gare[85], l'aménagement de la place autour de l'église St Vincent[86] et le remaniement de la rue du Bourg neuf, créant ainsi un lien entre le centre historique, et la place de la république sur laquelle se trouve de nombreuses infrastructures tel que le cinéma Les Lobis, la Halle aux Grains, et où se déroulent des manifestations culturelles (les Rendez-vous de l'Histoire, la foire au vins, ...)[87].

Politique et administrationModifier

Blois est chef-lieu :

Par ailleurs, Blois est membre de la communauté d’agglomération de Blois (dite Agglopolys), dont le siège social se trouve sur le territoire de la commune.

Tendances politiques et résultatsModifier

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Blois sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Blois Maire Marc Gricourt 2026
Cantonales Blois 1er Canton Conseillère départementale Geneviève Baraban 29 mars 2015 2021
Conseiller départemental Benjamin Vételé 29 mars 2015 2021
Blois 2e Canton Conseiller départemental Stéphane Baudu 29 mars 2015 2021
Conseillère départementale Marie-Hélène Millet 29 mars 2015 2021
Blois 3e Canton Conseiller départemental Michel Fromet 29 mars 2015 2021
Conseillère départementale Geneviève Repinçay 29 mars 2015 2021
Vineuil Canton Conseiller départemental Michel Contour 29 mars 2015 2021
Conseillère départementale Lionella Gallard 29 mars 2015 2021
Législatives 1re circonscription Député Mathilde Desjonquères (supléante de Marc Fesneau)
Présidentielles France Président de la République Emmanuel Macron 2027

Liste des mairesModifier

Politique de développement durableModifier

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d’Agenda 21 en 2010[88].

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris a attribué quatre fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[89].

JumelagesModifier

La ville de Blois est jumelée avec plusieurs villes étrangères[90] :

Pour plus de détails concernant la naissance de ces jumelages, voir l’article Histoire de la cité scolaire Augustin-Thierry.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[91],[Note 3]

En 2019, la commune comptait 45 898 habitants[Note 4], en augmentation de 0,79 % par rapport à 2013 (Loir-et-Cher : −0,76 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
13 28014 90013 05415 14713 13813 62816 15617 14917 749
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
17 74920 33120 06819 86020 51521 07722 15023 45723 542
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
23 78923 97223 95523 98923 99124 60726 02526 77428 190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
33 83842 26449 77847 24349 31849 17148 48746 39045 687
2019 - - - - - - - -
45 898--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[92] puis Insee à partir de 2006[93].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d’un âge inférieur à 30 ans s’élève à 39,2 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31,3 %). À l’inverse, le taux de personnes d’âge supérieur à 60 ans est de 26,0 % la même année, alors qu’il est de 31,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 21 683 hommes pour 24 188 femmes, soit un taux de 52,73 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,45 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s’établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[94]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,4 
6,7 
75-89 ans
10,5 
14,1 
60-74 ans
16,7 
17,6 
45-59 ans
17,8 
17,7 
30-44 ans
16,8 
22,7 
15-29 ans
18,2 
20,2 
0-14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2018 en pourcentage[95]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,5 
75-89 ans
11,7 
19,1 
60-74 ans
19,7 
21 
45-59 ans
20,2 
16,8 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,3 
17,8 
0-14 ans
16,2 

EnseignementModifier

Lycées publicsModifier

Lycées privésModifier

  • Lycée Notre-Dame-des-Aydes
  • Lycée La Providence

Universités et écoles supérieuresModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Festival Tous sur le pont, 2003-2009, consacré à la chanson, mis entre parenthèses par la municipalité Gricourt car jugé trop onéreux (édition 2008 : environ 1 000 000 ).
  • Festival Des lyres d’été : animations diverses en centre-ville et dans les quartiers, et mise en place de la Guinguette sur le port de la Creusille.
  • Les Rendez-vous de l’histoire de renommée internationale, mi-octobre, consacré à l’histoire.
  • BD BOUM : festival consacré à la BD se déroulant en novembre.
  • Festival Des lyres d’hiver de début décembre aux premiers week-ends de janvier, avec des animations diverses en centre-ville et dans les quartiers, patinoire, piste de luge et marché de Noël.
  • Le , a eu lieu le 16e Concours des Vins Vinifiés par le Vigneron Indépendant qui est un concours itinérant visant à promouvoir le vin et les vignerons. C’est d’ailleurs à cette occasion que son nom a changé pour s’appeler désormais Concours des Vins des Vignerons indépendants. Lors de cette manifestation, 364 médailles d’or, 426 médailles d’argent et 228 médailles de bronze ont récompensé les meilleurs vignerons de France.
  • Tous les 13 juillet après le tir du feu d’artifice de 23 h, est organisé un concert gratuit sur le quai de la Saussaye. Ce fut par exemple Earth, Wind and Fire en 2013, Zebda en 2014 , Yelle en 2015 et Les Fréro Delavega en 2016[98].
  • West coast swing On Loire (alias WOL), depuis 2014, festival international de danse West Coast Swing[99].
  • Chaque année en automne a lieu la foire aux vins.

Équipements culturelsModifier

Blois dispose de[100] :

SportsModifier

ClubsModifier

Manifestations sportivesModifier

Depuis 2013, les Internationaux de tennis de Blois sont un tournoi international de tennis faisant partie de l’ATP Challenger Tour.

Depuis 2014, le meeting d’athlétisme Michel Musson est une compétition nationale.

Depuis 1973, le Tournoi du Duc de Guise de Blois est un tournoi national d’escrime regroupant des épéistes masculins et féminins qui est organisé par le Cercle d’escrime de Blois.

Le macadam de Blois est une course à pied annuel se déroulant dans les rues de Blois avec des catégories et des longueurs de parcourts différentes[117].

MédiasModifier

Presse localeModifier

TélévisionModifier

  • France 3 Centre-Val de Loire est diffusée sur Blois avec le décrochage tourangeau « France 3 Touraine ». Un bureau permanent France 3 est disponible au 12, place Jean Jaurès.
  • TV Tours est aussi présente sur Blois.

Ces deux chaînes sont diffusées via les sites d’émission TDF de la rue Auguste Poulain à Blois et de Chissay-en-Touraine qui couvre aussi Tours[118].

RadiosModifier

ÉconomieModifier

AutomobileModifier

  • BorgWarner (ex Delphi Technologies[123]) : production de systèmes d’injection diesel/essence et possède un Centre de recherche et développement. L’entreprise emploie 1 061 personnes[124] ; c’est le 2e employeur de la ville de Blois. Le site emploie désormais plus de techniciens et d’ingénieurs que de personnel en production. Les injecteurs conçus à Blois sont ensuite produits dans d’autres usines, notamment en Roumanie.
  • Valeo : fabrication et assemblage des projecteurs automobiles pour le marché des pièces de rechange et injection de pièces plastiques techniques.
  • JTEKT : production de pompes d’assistance de direction hydraulique pour véhicules.
  • Duncha : production et cintrage de tube pour les systèmes d’injection et les lignes d’alimentation de fluides.

AérospatialeModifier

Industrie pharmaceutique et cosmétiqueModifier

Industrie agroalimentaireModifier

Industrie chimiqueModifier

  • H.B. Fuller : fabrication d’adhésifs pour le bâtiment et l’industrie.

Métiers du bâtimentModifier

Service bancaireModifier

Assurance et mutuelleModifier

Santé et médecineModifier

Économie de serviceModifier

TextileModifier

  • Christian Dior : stockage de vêtements de luxe, situé à proximité de la zone industrielle de Villebarou[125].

DiversModifier

Centres commerciauxModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Blois est classée Ville d’art et d’histoire.

 
Square Victor-Hugo.
 
Les jardins de l’Évêché, l’hôtel de ville et la cathédrale.

Autour du château se trouvent différents points d’attrait :

  • la place du Château est l’ancienne avant-cour du château, jadis entourée de maisons de dignitaires de la cour (détruites par les bombardements américains visant le pont). Du côté sud, les jardins offrent une belle vue sur les toits de la ville ;
  • la maison de la magie avec ses dragons, en hommage au magicien mondialement connu Jean-Eugène Robert-Houdin, natif de Blois ;
  • la rue de la Voûte-du-Château marque l’emplacement de la porte principale de la forteresse médiévale, protégée par une tour située entre la salle des États et le pignon de l’aile François Ier ;
  • le jardin des Lices (aussi appelé jardin des Lys en référence à l’emblème royal), créé en 1992 par Gilles Clément, occupe une partie des anciens jardins royaux créés par Louis XII au début du XVIe siècle. Ses parterres évoquent un jardin clos de la Renaissance. Il offre une belle vue sur la façade des Loges (1520) et sur la ville, avec l’église Saint-Vincent (XVIIe siècle) dans le square Victor-Hugo, et le pavillon d’Anne de Bretagne (1500), qui fut le belvédère des anciens jardins royaux ;
  • la gare de Blois ;
  • l’ancienne Chocolaterie Poulain (et notamment l’usine de La Villette, et la demeure patronale, le « Château Poulain ») inscrite partiellement aux monuments historiques le [126] ;
  • la place des Lices offre une vue étendue sur la vallée de la Loire et l’église Saint-Nicolas ;
  • la rampe des fossés du château permet d’admirer la façade extérieure de l’aile Gaston d’Orléans (1635-38), œuvre de François Mansart ;
  • les fortifications de la ville et du château, inscrites aux monuments historiques le [127] ;
  • en contrebas, la fontaine Louis XII, classée aux monuments historiques par la liste de 1840[128] ;
  • des maisons de la fin du XVe et du début du XVIe siècle, en bois ou en pierre, longent la rue Saint-Lubin, ainsi que des boutiques d’antiquaires, des libraires et des restaurants. La maison, 38, rue Saint-Lubin est inscrite aux monuments historiques le [129] ; celle du 36, rue Saint-Lubin également[130] ;
  • l’ancien Hôtel-Dieu, inscrit aux monuments historiques le [131].

Sur le coteau est de la ville, se trouvent :

 
Jardins de l’Évêché.
 
L’axe du pont à travers Blois et le val de la Loire, depuis le haut des escaliers Denis-Papin.

En Vienne (faubourg indépendant jusqu’en 1606) :

La ville compte également de nombreux autres hôtels particuliers et maisons remarquables inscrits ou classés aux monuments historiques :

 
Maison de l’acrobate.

Édifices religieuxModifier

 
Église Saint-Vincent (XVIIe siècle).
  • La cathédrale Saint-Louis, place Saint-Louis, a été rebâtie à diverses reprises aux XIIe, XVIe et XVIIe siècles sur une crypte carolingienne. L’essentiel date d’après 1680 et est érigé en style gothique classique. Le clocher date du milieu du XVIe siècle. Les vitraux ont été faits par l’artiste hollandais Jan Dibbets pour remplacer ceux détruits par les bombardements.
  • L’église Saint-Vincent-de-Paul, place Victor Hugo, est classée aux monuments historiques le [174]. Elle faisait partie du collège des Jésuites.
  • L’église Saint-Nicolas, rue Saint-Laumer, est une ancienne abbatiale bénédictine, liée à l’abbaye Saint-Laumer, dont le chœur et le transept ont été édifiés entre 1138 et 1186, début de l’art gothique, alors que la nef, inspirée de la cathédrale de Chartres, et les tours datent du début du XIIIe siècle.
  • L’abbaye Saint-Laumer, ensuite devenue Hôtel-Dieu, a été classée pour une partie et inscrite pour une autre aux monuments historiques[175]. La fontaine Saint-Nicolas qui servait aux moines bénédictins est accolée à l’édifice ; elle a été inscrite aux monuments historiques le [176].
  • L’église Saint-Saturnin, rue Munier, se trouve sur la rive gauche de la Loire. Ancienne église paroissiale du quartier de Vienne, elle fut reconstruite sur ordre d’Anne de Bretagne au début du XVIe siècle jusqu'en 1650 et ne fut jamais achevée. Elle fut et est toujours un lieu de pèlerinage à la Vierge. Le cloître associé est un ancien cimetière monumental. Construit de 1516 à 1520, il abrite aujourd’hui les collections lapidaires de la ville.
  • La crypte de Bourgmoyen, et des colonnes de l’église Notre-Dame de Bourgmoyen, rue Bourg Moyen, sont les seuls vestiges de l’abbaye de Bourgmoyen. La crypte est inscrite le aux monuments historiques[177], l’église le [178].
  • Le prieuré Saint-Jean-en-Grève est détruit, il n’en reste qu’un cellier, qui a été inscrit le aux monuments historiques[179].
  • La basilique Notre-Dame de la Trinité, rue Monin, classée le aux monuments historiques[180], possède un carillon renommé.
  • Ancien prieuré Saint-Lazare et hospice Lunier.
  • Collégiale Saint-Sauveur de Blois, disparue.
  • L’église Saint-Joseph, place John Kennedy.
  • L’église Saint-Pierre de Cabochon, rue de Cabochon.
  • La chapelle Notre-Dame, rue Basse des Grouets.
  • La chapelle Saint-Calais au château, rue des Fossés du Château.
  • La chapelle (Hôtel du Département), rue d’Angleterre.
  • La chapelle de la maison du clergé Charles de Blois, rue d’Artois.
  • La chapelle de la Providence, rue des Saintes-Maries.
  • La chapelle de la maison de retraite, rue de Foix.
  • La chapelle du groupe scolaire Sainte-Marie, rue du Bourg Neuf.
  • La chapelle (caisse des dépôts), rue du Prêche.
  • Les vestiges du couvent des jacobins, rue Robert Houdin.
  • Le temple réformé, rampe Chambourdin construit en 1847.
  • L’église évangélique assemblée de Dieu, rue du Docteur Olivier.
  • L’église évangélique pentecôtiste, rue Sainte-Anne.
  • L’église protestante évangélique, allée Marcel Doret.
  • L'église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, avenue Foch.

MuséesModifier

Parcs et espaces semi-naturelsModifier

Blois compte de nombreux parcs, parmi lesquels :

Personnalités liées à la communeModifier

Personnalités politiques et historiquesModifier

ArtistesModifier

ArtisansModifier

  • Julien Coudray (Blois, v.1460-v.1530), premier horloger blésois selon Tardy, fut au service de Louis XII et de François Ier. Il construisit une sphère mouvante (sorte d’horloge astronomique) pour Louis XII (1504). Léopold Reverchon[181] se basant sur l’ouvrage de Develle[182] rappelle que Julien Coudray offrit en 1518 à François Ier deux « dagues excellentes garnies dedans les pommeaux de deux horloges toutes dorées ». Coudray serait donc, selon Reverchon et Develle, le véritable créateur de la montre de poche. Une rue de Blois porte son nom (située à 300 m de la rue des Orfèvres).
  • La famille Cuper : le Louvre possède deux montres de Michel Cuper, et deux autres de P. Cuper. Une rue du quartier de L’Ormeau porte leur nom.
  • La famille Bellanger : Martin Bellanger (et son fils Isaac, dont les enfants naquirent de 1594-1597) ; Martin (ou Martin II ?) Bellanger épouse Suzanne Boucher : leurs enfants naissent entre 1601-1608 (Pierre, né le  ; Jean, marié en 1641, mort en 1678 ; Théophile).
  • Guillaume Couldroit (actif entre 1532 et 1546) : horloge de table, v.1540 (British Museum).
  • Jacques de la Garde (horloger et fabricant d’instruments scientifiques, actif entre 1551 et 1565) : Le British Museum possède une horloge de table dotée d’une sphère armillaire mécanique. Une autre Horloge de table est visible à Écouen.
  • Charles Perras (actif entre 1597 et 1616) : le British Museum possède une montre datée de 1610-15. Le Victoria and Albert Museum en possède deux.
  • Les frères Duduict : Jacques Duduict ( 1646) marié en 1599, s’établit à Blois à partir de 1600. Auteur de Le Nouveau sciatère, pour fabriquer toutes sortes d’horloges solaires sans centre, avec une seule observation de soleil, et avec deux observations, trouver sur mer la ligne méridiène (sic) et la hauteur du pôle, G. Collas, Blois, 1631. Son frère Daniel était aussi horloger : le British Museum possède de lui une montre. Blaise Foucher (actif 1623-1662) travailla à son service, et devint maître horloger en 1631. Le British Museum possède une montre magnifique de Foucher.
  • La famille Vautier : l’horloger Abraham Vautier (ou Vautyer) eut un fils horloger, Louis Vautier, 1581-1638 : Montre magnifique au British Museum). Son fils, Daniel, né le , et son petit-fils, Daniel II, né le , furent orfèvres. Daniel II s’établit à Paris.
  • La famille Gribelin : Simon Gribelin, horloger du roi et graveur à Blois. Son fils Abraham Gribelin, 1589-1671, s’établit comme horloger en 1614, et hérita du titre paternel. Le Louvre possède une montre de lui, et l’Ashmolean Museum une autre montre datée de 1630 environ. Nicolas Gribelin, son fils, 1637-1719, fut horloger. L’Indianapolis Museum of Art possède une horloge à pendule de lui, et le Louvre deux montres.
  • La famille Girard : Marc Girard (1593-v. 1616), originaire des Pays-Bas, et son fils Théodore Girard (1596-1680) qui eut un fils, Marc II né le , furent horlogers à Blois.
  • Christophe Morlière (Orléans 1604-1643/44), s’établit à Blois comme horloger émailleur ; c’est à lui que la ville commanda une montre offerte à Marguerite de Lorraine pour son mariage avec Gaston d’Orléans.
  • Pierre Brisson : né en 1597, épousa Anne Viet, veuve de Nicolas Tessier, le (enfants nés entre 1654 et 1672). Mort le .
  • Paul Viet (actif 1616-1656, épousa Marie Papin le ) : un boîtier de montre de 1645-1655 est conservé au British Museum.
  • Jean Bonbruict (actif 1632-1678) a laissé un boîtier de montre de 1650-1660 (British Museum).
  • Nicolas Lemaindre (v.1598-1652) Horloger et valet de chambre de Catherine de Médicis. Le British Museum présente une montre datée de 1610-20. C’est lui qui créa la montre carrée de Marie Touchet (offerte par Charles IX à sa maîtresse). Le Louvre possède une montre carrée à devises. Le Victoria and Albert Museum possède plusieurs montres. Son neveu, Nicolas II Lemaindre, fut horloger de Gaston d’Orléans.
  • Pierre Landré (-) épousa Marie Payras, leurs enfants naquirent entre 1647 et 1662). Le Metropolitan Museum of Art expose une de ses montres.
  • Pierre Chartier (1618-après 1683), fils d’un orfèvre, né à Blois, devint maître orfèvre (1638) et partit pour Paris. Il était également émailleur. Un certain T. Chartier est le créateur d’une horloge de table cylindrique (milieu du XVIe siècle) présentée au Louvre (OA 8282).
  • François Laurier (actif 1654-1663), mouvement de montre de 1655-1665 (British Museum).
  • L’horloger londonien Henry Massy (né en Grande-Bretagne, actif de 1692 à 1745) est le fils de Nicolas Massy, qui fut horloger à Blois (mort entre 1646 et 1658). Peut-être le fils de Nicolas et Suzanne Gribelin. [Généalogie des Massy : Nicolas Massy, sergent royal / Son fils : Nicolas, orfèvre, ép Esther Gribelin . Enfants nés entre 1624 et 1647. / Son fils, Nicolas, né le (peut-être est-ce lui qui est mort en 1698) orfèvre, ép Suzanne Gribelin . Enfants nés entre 1661 et 1678.]
  • Robert Vauquer (1625-1670), horloger-émailleur, fut son élève : deux montres au Louvre, une à la Walters Art Gallery. Robert s’est sans doute inspiré de gravures réalisées par son frère aîné, Jacques Vauquer.

IntellectuelsModifier

SportifsModifier

Religieux liés à BloisModifier

MilitairesModifier

TélévisionModifier

Héraldique et blasonModifier

 
Blason de Blois.

Les armoiries de Blois se blasonnent ainsi :

D'or à l'écusson d'azur chargé d'une fleur de lys du champ, supporté à dextre par un porc-épic de sable colleté, armé et allumé de gueules et à senestre par un loup aussi de sable armé et allumé aussi de gueules.
Il y figure un porc-épic (emblème de Louis XII) et un loup (en référence à l'étymologie de la ville).

Devise : cominus et eminus (de près et de loin).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bases de données et dictionnairesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 22/07/2008.
  2. Distance à vol d'oiseau Blois/Le Mans
  3. Distance à vol d'oiseau Blois/Chartres
  4. Distance à vol d'oiseau Blois/Paris
  5. Distance à vol d'oiseau Blois/Orléans
  6. Distance à vol d'oiseau Blois/Angers
  7. Distance à vol d'oiseau Blois/Chambord
  8. Distance à vol d'oiseau Blois/Tours
  9. Distance à vol d'oiseau Blois/Châteauroux
  10. Distance à vol d'oiseau Blois/Limoges
  11. Distance à vol d'oiseau Blois/Bourges
  12. a et b CDPNE, « Blois, site géologique de la ville », sur geologie41.cdpne.org (consulté le ).
  13. Natacha Monhoven, « Sortie de l’autoroute A 10 à Blois : un consensus trouvé ! »  , sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le )
  14. « Lignes principales », sur Réseau Azalys (consulté le )
  15. « Lignes secondaires », sur Réseau Azalys (consulté le )
  16. « Horaires-Navettes-Centre-Ville »  , sur Azalys-Blois
  17. « Train SNCF Blois – Paris », sur Ouigo (consulté le )
  18. EV6 c'est quoi ? - Eurovelo6.org Site édité par le Conseil Régional du Centre. L’EuroVelo 6 Atlantique-Mer Noire est l’un des 12 itinéraires du réseau EuroVelo 6 né à l’initiative de la Fédération cycliste européenne (ECF) (...). Son objectif est de suivre trois des plus grands fleuves européens, creusets de la civilisation européenne : la Loire, le Rhin et le Danube. Elle traverse donc la France, la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Serbie, la Croatie, la Bulgarie et la Roumanie.
  19. Azalys, « Location de vélos à assistance électrique », sur www.azalys-blois.fr (consulté le ).
  20. « Location de vélos », sur Réseau Azalys (consulté le )
  21. « Trottinettes libre service »   [PDF], sur blois.fr, (consulté le ).
  22. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Unité urbaine 2020 de Blois », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  26. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  27. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. (en) « Quartier Prioritaire Kennedy - Coty - Croix Chevallier - Sarrazines - Quartier prioritaire de la politique de la ville de la commune: Blois - SIG Politique de la Ville », sur sig.ville.gouv.fr (consulté le ).
  31. Auguste Longnon, Géographie de la Gaule au VIe siècle, 1878, p. 326.
  32. GUADET (J.) TARANNE, Histoire ecclésiastique des Francs par .. Grégoire évêque de Tours, 1837, t. 3, p. 16, Liv. VII, 62.
  33. a b c et d Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 89b.
  34. Louis La Saussaye, Essai sur l'origine de la ville de Blois et sur ses accroissements jusqu'au Xe siècle, Techener, , 68 p. (lire en ligne), p. 36, 64.
  35. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Errance, Collection des Hespérides, 2003 (ISBN 2-87772-237-6). p. 78.
  36. Xavier Delamarre, op. cit..
  37. a et b collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Éditions Petit à Petit, , 82 p., p. 10 et 11.
  38. Yves Denis (dir.), Histoire de Blois et de sa région, Toulouse, Privat, , 318 p. (ISBN 2-7089-8258-3 et 978-2-708-98258-1, OCLC 20453935), 18-19.
  39. Michel-Jean-Francois Ozeray, Histoire générale, civile et religieuse de la cité des Carnutes et du pays Chartrain, vulgairement appelé la Beauce, depuis la première migration des Gaulois jusqu'à l'année de Jésus-Christ 1697, époque de la dernière scission de notre territoire par l'établissement du diocese de Blois - Volume 2, Munich, Garnier Fils, , 408 p. (ISBN 978-1271144358, lire en ligne), p. 47
  40. Yannick Pelletier, Une histoire de la Bretagne, Éditions Gisserot, , 128 p. (ISBN 9782877470742, lire en ligne), p. 15
  41. (la) Hofmann J. Lexicon universale, « BLESENSE Castrum et Pagus Blesensis in Celtica Blesensum »  , sur EN Academic, (consulté en )
  42. Yannick Pelletier, ibid (lire en ligne), p. 15
  43. Jacques Soyer, « Les Bretons à Blois à la fin du Ve siècle », Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher,‎ (lire en ligne)
  44. Léon Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, Payot, , 355 p.
  45. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Éditions Petit à Petit, , 82 p., p. 12 et 18.
  46. Yves Denis (dir.), Histoire de Blois et de sa région, Toulouse, Privat, , 318 p. (ISBN 2-7089-8258-3 et 978-2-708-98258-1, OCLC 20453935), partie 40.
  47. Jewish Encyclopedia de 1901–1906, article « JACOB BEN MEÏR TAM » par Solomon Schechter et Max Schloessinger
  48. a b et c « Églises de Blois ».
  49. « Église paroissiale Saint-Honoré (place Saint-Honoré) ».
  50. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 19.
  51. « Blois Église Saint-Martin aux Choux (vestiges) ».
  52. « Couvent des Cordeliers rue des cordeliers ».
  53. « Couvent des Jacobins - Inventaire général du patrimoine ».
  54. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 26.
  55. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 27.
  56. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 34 et 35.
  57. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 42.
  58. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, présentation en ligne)., p. 232.
  59. Bruno Guignard, Blois de A à Z, Alan Sutton, 2007, (ISBN 978-2-84910-621-1).
  60. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 43.
  61. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 50.
  62. « Blois Saint-Vincent de Paul » (consulté le ).
  63. « Notre histoire "Centre Hospitalier Simone Veil de Blois" » (consulté le ).
  64. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 51.
  65. Généalogie de la famille Cuper, dressée sur actes authentiques / par Alexandre Péan, 1863. (Voir sur Gallica), p. 6-7.
  66. op. cit., p. 9.
  67. Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher (Blois) 1913 (sur Gallica)
  68. a et b collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 59.
  69. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 58.
  70. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 60.
  71. a b et c « Eugène Riffault, un maire bâtisseur » (consulté le ).
  72. Jérôme Moreaux (Scénario et Dialogues), Emmanuelle Plumet (Documentaire et Textes Historiques) et Joaquim Diaz (Couverture), Blois de la préhistoire à nos jours, Mouscron, Petit à petit, , 79 p. (ISBN 9791095670667), partie VIII, p. 66-67
  73. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 67.
  74. Inauguration du Monument commémoratif du combat du 28 janvier 1871 dans le faubourg de Vienne
  75. Petits portraits et notes d'art, Gustave Larroumet, Hachette (Paris), 1897-1900 Lire en ligne
  76. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  77. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  78. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  79. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  80. a et b collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 74.
  81. Il y a 70 ans, le pont du chemin de fer bombardé, La Nouvelle République du Centre-Ouest, .
  82. « Chronologie de la Libération de Blois » (consulté le ).
  83. collectif, BLOIS de la préhistoire à nos jours, Petit à Petit, , 82 p., p. 75.
  84. Mairie de Blois, Le projet de rénovation urbaine.
  85. « Nouveau quartier Gare : pensé pour y vivre », sur Ville de Blois (consulté le )
  86. « Carré Saint-Vincent », sur Ville de Blois (consulté le )
  87. Mairie de Blois, aménagement cœur de ville.
  88. Agenda 21 de la ville de Blois
  89. « Toutes les communes fleuries », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le ).
  90. jumelages de Blois
  91. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  92. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  93. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  94. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Blois (41018) », (consulté le ).
  95. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de Loir-et-Cher (41) », (consulté le ).
  96. Site du lycée
  97. Site des classes préparatoires de Blois
  98. N.M., « Les festivités du 14 juillet c'est ce soir 13 juillet ! », La Nouvelle République, (consulté le ).
  99. West coast swing On Loire
  100. « Scène culturelle », sur Ville de Blois (consulté le )
  101. « Cinéma Cap Ciné à Blois », sur blois.cap-cine.fr (consulté le )
  102. « Cinéma Cinéma Les Lobis à Blois », sur blois-les-lobis.cap-cine.fr (consulté le )
  103. Nicolas Derambure (http://labomedia.org), « Accueil », sur Chato'do (consulté le )
  104. « Accueil », sur L'atelier numérique du Loir et Cher, (consulté le )
  105. « Le Jeu de Paume - Agglopolys, Communauté d'Agglomération de Blois », sur www.agglopolys.fr (consulté le )
  106. « Accueil », sur ALEP - Blois (consulté le )
  107. « Maison de Bégon - Actualités », sur Maison de Bégon (consulté le )
  108. « Maison des Provinces | Activités culturelles, artistiques et ludiques à Blois et sa région » (consulté le )
  109. « - ASSOCIATION DE LOISIRS ET CULTURE EN VIENNE - A.L.C.V. Blois Maison des jeunes », sur ASSOCIATION DE LOISIRS ET CULTURE EN VIENNE - A.L.C.V. (consulté le )
  110. « bdBOUM-Maison de la BD - ;o) bdBOUM Festival de bandes dessinées à Blois ;o) », sur www.maisondelabd.com (consulté le )
  111. a et b « Maison de la magie Robert-Houdin de Blois – Bienvenue - Maison de la magie », sur www.maisondelamagie.fr (consulté le )
  112. « le musée des beaux-arts », sur https (consulté le )
  113. « La FOSSE AUX OURS », sur www.facebook.com (consulté le )
  114. « Muséum d'histoire naturelle de Blois | musees.regioncentre.fr », sur musees.regioncentre.fr (consulté le )
  115. « Accueil », sur Le Théâtre Monsabré (consulté le )
  116. « Site officiel de l’AJBO (AJ Blois-Onzain) », sur ajbo.athle.com (consulté le )
  117. « Macadam 2022 », sur Ville de Blois (consulté le )
  118. Émetteurs TNT dans le Loir-et-Cher
  119. Site web de Studio Zef
  120. « A Blois la radio associative Studio Zef prend son envol », sur www.lanouvellerepublique.fr, (consulté le ).
  121. Fiche de Chérie FM Centre-Val de Loire sur SchooP
  122. Facebook de RCF Touraine Loir-et-Cher
  123. « Blois : Delphi Technologies devient officiellement BorgWarner », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le )
  124. « Blois : la stratégie industrielle de BorgWarner conduirait à des postes en moins », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté en )
  125. [1]
  126. « Chocolaterie Poulain », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  127. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  128. « Fontaine Louis XII », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  129. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  130. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  131. « Restes des bâtiments de l'ancien hôtel-Dieu », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  132. « Ancien évêché », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  133. « Palais de Justice », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  134. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  135. « Halle aux grains », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  136. « Ancien collège des Jésuites », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  137. « Haras », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  138. « Maison Calcat dite Logis du Loup », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  139. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  140. « Maison dite de Denis Papin, ou hôtel de Villebresme », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  141. « Maison de la Chancellerie », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  142. « Maison dite Buvette de la Renaissance », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  143. « Maison dite la Tupinière ou Graineterie de Marmoutier », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  144. « Maison dite hôtel de Bretagne ou hôtel de la Capitainerie », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  145. « Maison, dite Hôtel Jacques de Moulins ou Hôtel de Rochefort », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  146. « Maison dite hôtel de Condé », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  147. « Hôtel d'Épernon », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  148. « Hôtel d'Amboise », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  149. « Ancien hôtel de Jassand », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  150. « Maison dite Hôtel de Lavallière », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  151. « Hôtel Sardini », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  152. « Hôtel d'Alluye », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  153. « Hôtel Denis-Dupont », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  154. « Maison dite hôtel de Guise », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  155. « Hôtel Viart », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  156. « Ancien hôtel de Belot », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  157. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  158. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  159. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  160. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  161. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  162. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  163. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  164. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  165. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  166. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  167. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  168. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  169. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  170. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  171. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  172. « Immeuble », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  173. « Château de la Vicomté », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  174. « Église Saint-Vincent », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  175. « Ancienne abbaye Saint-Lomer, ou ancien Hôtel-Dieu », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  176. « Fontaine Saint-Nicolas », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  177. « Crypte de Bourgmoyen », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  178. « Ancienne église du Bourgmoyen », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  179. « Ancien prieuré Saint-Jean-en-Grève », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  180. « Basilique Notre-Dame de la Trinité », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  181. La Croix 1913-01-14, sur Gallica
  182. Abbé E. Develle, Les Horlogers blésois aux XVIe et XVIIe siècles, édité par Rivière, Blois, 1913
  183. Le Journal de la Sologne, printemps 2010, p. 11.