Romorantin-Lanthenay

commune française du département de Loir-et-Cher

Romorantin-Lanthenay
Romorantin-Lanthenay
La vieille ville et la Sauldre.
Blason de Romorantin-Lanthenay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
(sous-préfecture)
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Romorantinais et du Monestois
(siège)
Maire
Mandat
Jeanny Lorgeoux (DVG)
2020-2026
Code postal 41200
Code commune 41194
Démographie
Gentilé Romorantinais[1]
Population
municipale
17 871 hab. (2018 en augmentation de 5,8 % par rapport à 2013)
Densité 394 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 32″ nord, 1° 44′ 37″ est
Altitude 103 m
Min. 84 m
Max. 121 m
Superficie 45,31 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Romorantin-Lanthenay
(ville isolée)
Aire d'attraction Romorantin-Lanthenay
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Romorantin-Lanthenay
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Romorantin-Lanthenay
Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher
Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Romorantin-Lanthenay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Romorantin-Lanthenay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Romorantin-Lanthenay
Liens
Site web romorantin.fr

Romorantin-Lanthenay est une commune française, située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire. Cette ville est par ailleurs capitale de la région naturelle de la Sologne.

GéographieModifier

Localisation et communes limitrophesModifier

La commune de Romorantin-Lanthenay se trouve au sud-est du département de Loir-et-Cher, dans la petite région agricole de la Grande Sologne[2],[3]. À vol d'oiseau, elle se situe à 40,4 km de Blois[4], préfecture du département[5]. La commune constitue en outre le bassin de vie de Romorantin-Lanthenay[6].

Les communes les plus proches sont[7] : Villeherviers (3,9 km), Pruniers-en-Sologne (7,2 km), Loreux (7,7 km), Villefranche-sur-Cher (7,8 km), Veilleins (8,8 km), Saint-Julien-sur-Cher (8,9 km), Lassay-sur-Croisne (9,4 km), Millançay (9,7 km) et La Chapelle-Montmartin (10 km).

LocalisationModifier

 
La Sauldre.

La ville est située au cœur de la Sologne, sur la rivière Sauldre, à 30 km au nord-ouest de Vierzon, 41 km au sud-est de Blois, 65 km au sud d'Orléans, 69 km au nord-ouest de Bourges, 90 km à l'est de Tours et 190 km au sud de Paris.

Elle appartient à l'aire urbaine de Romorantin-Lanthenay.

Les routes départementales 49, 59, 75, 120, 724, 765 et 922 traversent le territoire de la commune.

ClimatModifier

Romorantin est la ville de plaine en France qui connaît les premières gelées à la fin de l'été entre le et le et souvent les dernières gelées tardives en mai. Le fort rayonnement nocturne de la Sologne, région fortement boisée et peu peuplée, explique ces constatations climatiques.

Les relevés météorologiques de Romorantin-Lanthenay sont observées au niveau de la station Météo-France directement implantée sur le territoire communal, à l'aérodrome des Pruniers[8] :

Relevés météorologiques de Romorantin-Lanthenay
Moyennes trentennales pour la période 1981 - 2010.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 0,3 2 3,9 7,7 10,6 12,4 11,7 8,7 6,8 3 1,1 5,8
Température moyenne (°C) 4,2 4,7 7,6 10 13,9 17,1 19,3 18,8 15,5 12 7,1 4,5 11,3
Température maximale moyenne (°C) 7,6 9 13,1 16,1 20 23,5 26,1 25,9 22,2 17,2 11,2 7,9 16,7
Ensoleillement (h) 64 84,7 142,9 171,8 197,6 213,9 229,8 225,1 180,9 115,6 67,1 50,4 1 743,6
Précipitations (mm) 57,8 50,2 50,1 56,4 72,3 51,5 55,5 51,6 55,9 70,1 64,2 66,7 702,3
Source : Météo-France : station de Romorantin-Pruniers[8]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
7,6
0,7
57,8
 
 
 
9
0,3
50,2
 
 
 
13,1
2
50,1
 
 
 
16,1
3,9
56,4
 
 
 
20
7,7
72,3
 
 
 
23,5
10,6
51,5
 
 
 
26,1
12,4
55,5
 
 
 
25,9
11,7
51,6
 
 
 
22,2
8,7
55,9
 
 
 
17,2
6,8
70,1
 
 
 
11,2
3
64,2
 
 
 
7,9
1,1
66,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Romorantin-Lanthenay est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[9],[10],[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Romorantin-Lanthenay, une unité urbaine monocommunale[12] de 17 754 habitants en 2017, constituant une ville isolée[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Romorantin-Lanthenay, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 29 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[15],[16].

HistoireModifier

À la RenaissanceModifier

À l'emplacement d'un château plus ancien, Louise de Savoie, mère de François Ier, confie à Léonard de Vinci en 1516, la tâche de concevoir un palais royal afin de faire de Romorantin une cité idéale, une nouvelle Rome[17]. Ce dernier envisage également le percement d'un canal reliant la Loire à la Sauldre[18].

Les travaux de dérivations, d'aménagements et de terrassement de la Sauldre aux abords du château ont lieu entre 1516 et 1518. La construction est lancée, une aile de 70 mètres de long est construite, mais les travaux restent inachevés en 1519, peut-être à cause de la peste, mais plus probablement à cause de la mort de Léonard[19]. L'aile construite par Louise de Savoie est détruite en 1723[20]. Il reste aujourd'hui, outre les plans de Léonard de Vinci dans le Codex Atlanticus, des traces archéologiques nombreuses dont les ruines du château avec deux tours et les remblais que l'on peut voir aujourd'hui, les descriptions et plan du XVIIe siècle, mais également des plaques et des épis de faîtage dorés retrouvés dans des maisons de la ville dont celle « de l'architecte de Chambord ». Longtemps décrit comme un projet rêvé de Léonard de Vinci, le château de Romorantin a bien été construit, au moins partiellement, en atteste les nombreuses factures et descriptions découvertes depuis 2015[21] et dont la maîtrise d'ouvrage est la même à Chambord et à Romorantin. Ce projet inachevé est un prototype du château de Chambord, et de son fameux escalier à vis, dont l'architecte Dominique de Cortone vient rencontrer Léonard en 1518 au Clos-Lucé[22].

Au XVIIIe siècleModifier

Entre les 26 et , une inondation sans précédent (4 à 5 pieds d'eau) cause de nombreuses destructions dans la ville (plusieurs maisons, deux ponts et le moulin de la ville) ainsi que sept morts (dont le meunier de la ville)[23].

Durant la Première Guerre mondialeModifier

 
Bâtiments du centre de réparation Salvage and Repair.
 
Installation de moteurs de DH-4 à l'aérodrome de Romorantin.
 
Baraquements pour les soldats américains.
 
Caudron G.4 E2 - Air Service Production Center No. 2, sur l'aérodrome de Romorantin, 1918.

En 1912, le premier aérodrome destiné à l'armée française est construit[24].

Un gigantesque dépôt militaire américain est construit à partir d’ à côté de Romorantin, le G.I.S.D. (General Intermediate Supply Depot) s'étendait sur les communes de Gièvres, Pruniers, Selles-sur-Cher et Villefranche en formant un vaste losange dont les diagonales respectives étaient de 10 km et 3 km.

Les installations américaines ont hébergé jusqu'à 30 000 personnes, et concernaient les domaines :

  • de l'aviation : avec l'assemblage, le montage et les essais des appareils ;
  • du génie : avec ses entrepôts de tout le matériel nécessaire aux travaux et avec ses ateliers spécialisés pour le travail du bois, du fer et autres matériaux ;
  • de l'énergie électrique : avec le stockage de groupes électrogènes et de toutes les fournitures complémentaires ;
  • de la santé : avec un hôpital modèle, un entrepôt de produits pharmaceutiques, des appareils médicaux, et des hôpitaux démontables ;
  • de l'intendance : avec son usine frigorifique, ses dépôts de produits alimentaires mais également une boulangerie industrielle ;
  • des transports : avec son parc automobile abritant des véhicules de toutes tailles par dizaines de milliers, ainsi qu'avec une cavalerie forte de 20 000 chevaux et avec des stocks de plus de 3 millions de litres de carburants et de lubrifiants.

Trois escadrons de ce qui deviendra l'United States Army Air Service arrivent le à Romorantin, puis s'installent quelques jours plus tard un peu plus à l'ouest, à Gièvres. En 10 mois, un camp d'aviation de 170 ha voit le jour (252 000 m2 de bâtiments, 16 km de routes et 17 km de voies ferrées sortent de terre). Les baraquements sont construits avec le bois local, issu de la scierie de Mur-de-Sologne. Un atelier d'assemblage d'avions est ensuite construit, avec un dépôt de matières premières et pièces de rechanges, des hangars en acier, et des machines de soudure, d'entoilage, de sellerie, etc. sous le nom de Air Services Production Center, number 2. Entre avril et , ce sont 50 000 tonnes de matériels qui transitent par ce dépôt, à raison de 322 tonnes par jour[25].

L'atelier de montage et réparation installé à Romorantin réceptionne les avions et les moteurs en provenance des États-Unis, les assemble, les arme, puis les expédie vers le front après un seul vol d'essais. Le premier Airco DH.4 fabriqué à Romorantin et équipé d'un moteur Liberty L-12 date du , et c'est 1 087 appareils de ce type qui sont réalisés dans cet atelier jusqu'au [26],[27].

Après l'Armistice, le centre de production devient le principal centre de restauration et de réparation de l'aviation. Les avions arrivent chaque jour du front ou du centre d'instruction d'Issoudun. Ce sont au total 200 appareils étrangers, 619 DH.4 et 198 moteurs qui sont ainsi restaurés et réexpédiés aux États-Unis. En , il y a encore près de 4 000 hommes présents sur le site. Une fois sa mission accomplie, le centre sera totalement démantelé au point qu'il n'en subsiste rien aujourd'hui[28].

L'aérodrome est actuellement occupé par le Détachement air 273 Romorantin-Pruniers « Lieutenant-colonel Maurice Mailfert ».

Durant la Seconde Guerre mondialeModifier

Entre le et le , plus de 3 100 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la République Espagnole devant Franco, arrivent - durant la Retirada - dans le Loir-et-Cher. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (les haras de Selles-sur-Cher sont notamment utilisés), 47 villages sont mis à contribution, dont Romorantin. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré. Au printemps et à l'été, les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau).

La base aérienne servant de dépôt pour l'armée de l'air française a été bombardée par l'aviation allemande pendant la Bataille de France les et . En 1944, alors utilisée par l'armée allemande, celle-ci est bombardée par les Forces Alliées les , et , ce dernier raid faisant 17 victimes civiles dans les agglomérations voisines[29].

La ville est libérée le .

Politique et administrationModifier

Lanthenay a absorbé une partie du territoire de Monthault[30] en 1828[31].

La commune actuelle de Romorantin-Lanthenay est issue de la fusion[32], le , prise par arrêtés successifs des et publiés au Journal officiel le , des anciennes communes de Romorantin (code Insee : 41194, repris par la nouvelle commune) et Lanthenay (code Insee : 41111).

Tendances politiques et résultatsModifier

Listes des mairesModifier

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Antoine Charmaison    
1945 1949 Jean Fouquerière    
1949 1959 Maurice Sagnole    
1959 1985 Jacques Thyraud UDF Avocat
Conseiller général (1962-1967)
Sénateur (1974-1992)
avril 1985 En cours Jeanny Lorgeoux PS Directeur d'édition
Député (1988-1993)
Sénateur (2011-2017)
Président de la communauté de communes du Romorantinais et du Monestois

Autres hommes et femmes politiques de la villeModifier

Guillaume Peltier (LR) est député de la 2e circonscription de Loir-et-Cher depuis les élections législatives de . En 2011, Jeanny Lorgeoux (PS) a été élu sénateur avec 52,92 % des suffrages contre 45,87 % pour son adversaire sortant Maurice Leroy puis perd son siège en 2017.

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Romorantin-Lanthenay sont les suivantes :

Élections Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Romorantin-Lanthenay Maire Jeanny Lorgeoux 2026
Départementales Romorantin-Lanthenay Conseiller départemental Louis de Redon 29 mars 2015 2021
Départementales Romorantin-Lanthenay Conseillère départementale Isabelle Hermsdorff 29 mars 2015 2021
Régionales Centre-Val de Loire Président du conseil régional François Bonneau 2021
Législatives 2e circonscription Député Guillaume Peltier 2022

JumelagesModifier

 
Jumelages et partenariats de Romorantin-Lanthenay. 
Jumelages et partenariats de Romorantin-Lanthenay. 
VillePaysPériode
 Aranda de Duero[33] Espagnedepuis
 Langen[33] Allemagnedepuis
Long Eaton[33] Royaume-Unidepuis
Mudanya[33] Turquiedepuis

Depuis 1971, il existe un jumelage triangulaire entre les villes de Romorantin-Lanthenay, Long Eaton et Langen[34].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[35],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 17 871 habitants[Note 4], en augmentation de 5,8 % par rapport à 2013 (Loir-et-Cher : −0,53 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 8726 1056 3206 9706 9857 1817 2597 4007 962
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7 9197 6427 8677 6027 8268 0107 5457 8127 972
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 1308 3748 1027 7548 0017 5507 7347 9008 040
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
11 77714 09616 71917 69217 86518 35017 57216 90817 946
2018 - - - - - - - -
17 871--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

 
L'entrée de l'usine Matra, ancienne manufacture Normant frères. La Porte des Béliers, date du début du XXe siècle.

Pendant 150 ans, la manufacture Normant frères fut installée dans le faubourg Saint-Roch, elle s'étendait sur plus de six hectares en bord de la Sauldre, employant jusqu'à près de 2 000 personnes dans ses ateliers[38]. Cette grande entreprise drapière familiale a assuré le développement industriel de la ville, avant de fermer définitivement ses portes en décembre 1969[39], victime de la grave crise textile touchant l'ensemble du secteur[40].

L'usine Matra, qui s'installa dans les anciens bâtiments de l'usine Normant, a produit pour Renault durant les années 1980 et 1990, près de 870 000 unités du Renault Espace. Elle a été fermée en 2004 par son propriétaire, Lagardère SCA, à la suite de la mévente du modèle Renault Avantime. Cette fermeture, précédée par une suppression de deux tiers des effectifs les trois années précédentes, a été un séisme pour l'économie et l'emploi locaux : en 1999, l'usine employait encore 3 000 salariés. L'usine Matra a été démolie et dépolluée en 2011-2012, et a laissé place à un chantier immobilier, incluant la construction de logements sociaux (comme à l'emplacement de l'ancienne gare de marchandises). Cependant, une usine de pièces détachées subsiste, employant 110 salariés. Elle a assemblé également des vélos électriques, avant que cette activité ne cesse à son tour en 2014 à la suite du rachat de la filiale Matra par le groupe Easybike[41].

La ville a hébergé de 1959 à 2000 une fabrique de caméras professionnelles, les établissements Beaulieu. Les locaux de l'usine servaient à l'origine de fabrique de chaussures pour une entreprise de Limoges. Ils ont été rachetés par la manufacture Normant frères dans les années 1930 pour y installer des magasins à laine jusque dans les années 1950, moment de leur cession aux établissements Beaulieu. Ils abritent aujourd'hui le musée de l'automobile de la ville.

La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de Loir-et-Cher.

Un projet d'implantation d'un village de marques « Le Carré des Marques » a été étudié durant la décennie des années 2000. Des recours devant les juridictions administratives ont retardé le projet[42]. Les opposants ont finalement été déboutés en 2012[43]. Mais entre-temps, les modes de consommation avaient évolué, l'achat sur internet s'était développé et le projet a été abandonné par le promoteur Unibail-Rodamco[44].

Entreprises et sites industriels actuelsModifier

On peut dénombrer les principales entreprises suivantes[45] :

  • Caillau, colliers de serrage pour l'automobile, 650 p. en 2018[46].
  • Axe Systèmes, matériel médical (groupe Axe à Lisieux), 100 p. en 2020[47].
  • STAL, fabricants d'aménagements commerciaux, 109 p. en 2017[48].
  • La Fortezza Alser-LFA (groupe ITAB France), fabrication de meubles et gondoles pour la grande distribution, 65 p. en 2020[49].
  • RASEC Aménagement, fabrication de meubles pour la grande distribution, 132 p. en 2020 (en cours de restructuration à 87 p. par le groupe STEP[50].
  • AIRNOV, fabrication d'emballages plastiques[51].

TransportModifier

La commune était située sur la ligne ferroviaire Blois - Villefranche-sur-Cher, fermée depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle est actuellement desservie par la ligne de chemin de fer du Blanc-Argent grâce aux gares de Romorantin-Blanc-Argent et du Faubourg-d'Orléans.

Anciennement, elle fut desservie par la ligne des Tramways de Sologne, rejoignant Orléans puis redescendant vers Isdes et Brinon-sur-Sauldre. Elle est maintenant desservie par les lignes d'autocars TER Vierzon - Romorantin, TER Lamotte-Beuvron - Romorantin, TER Nouan-le-Fuzelier - Romorantin, TER Thésée - Romorantin, TER Blois - Romorantin du réseau TLC (transports du Loir-et-Cher) et, depuis 2001, par l'autoroute A85.

EnseignementModifier

 
Le collège Maurice-Genevoix avant la restauration.

Romorantin-Lanthenay est située dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription de Romorantin. La commune possède sept écoles, trois collèges et deux lycées[52].

  • Lycée Claude-de-France (lycée d'enseignement général et technologique)[53]
  • Lycée Denis-Papin (lycée d'enseignement professionnel)[54]
  • Collège Léonard-de-Vinci[55]
  • Collège Maurice-Genevoix[56]
  • Collège Notre-Dame (groupe scolaire primaire-collège catholique privé)[57],[58]

Culture locale et patrimoineModifier

VoiesModifier

441 odonymes recensés à Romorantin-Lanthenay
au
Allée Avenue Bld Chemin Cité Clos Impasse Passage Place Quai Route Rue Ruelle Voie Autres Total
50 [N 1] 11 3 [N 2] 12 2 [N 3] 2 [N 4] 16 1 [N 5] 19 [N 6] 4 [N 7] 9 217 [N 8] 7 0 89 [N 9] 441
Notes « N »
  1. Dont Allée du 2-Septembre-1944.
  2. Boulevard Jean Jaurès, Boulevard Maréchal Lyautey et Boulevard Paul Boncour.
  3. Cité des Grands Prés et Cité Ovide Scribe.
  4. Clos de la Malicorne et Clos des jardins (en partie en construction).
  5. Passage de Venise.
  6. Dont Place du 19-Mars-1962.
  7. Quai de l’île Marin, Quai Jacquemart, Quai Saint Étienne et Quai Vallois.
  8. Dont Rue du 8-Mai.
  9. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine religieuxModifier

 
Église Saint-Étienne.
  • Église Saint-Étienne (XIe – XIXe siècles)[59].
  • Église Saints-Pierre-Paul-Laurent-et-Aignan de Lanthenay (XIIe – XIXe siècles)[60].
  • Ancienne Église Saint-Pierre de Monthault, à Lanthenay (XIIe – XVe siècles)[61].
  • Vestiges (non détruits en 1822) de l'ancienne abbaye de bernardines Notre-Dame-du-Lieu (XIIIe – XVIe siècles, désaffectée en 1791 et détruite en 1822). Incluant notamment l'église, le colombier, deux puits et les anciens jardins[62].
  • Croix monumentale Saint-Lazare (édifiée au XIXe siècle, à Romorantin, sur l'emplacement d'une ancienne maladrerie détruite à la fin du XVIIIe siècle)[63].
  • Chapelle Notre-Dame-des-Aides dite chapelle de la Bonne-Dame (XVIIe siècle, à Romorantin)[64].
  • Chapelle Saint-Roch (fondée en 1626).
  • Chapelle Saint-Marc.

Patrimoine civilModifier

 
Pagode et mairie.
 
Le Carroir doré.
  • L’hôtel Saint-Pol, aussi dit « maison de François Ier » (XVIe siècle). Propriété privée, classée au titre des monuments historiques par arrêté du [65].
  • Le Carroir Doré, maison à pans de bois abritant le musée archéologique[66].
  • La Chancellerie, maison à pans de bois et en surplomb, antérieure au XVIe siècle, et qui aurait abrité les sceaux royaux de François Ier. Elle est classée au titre des monuments historiques par arrêté du [67]. Elle comporte de nombreuses figurines sculptées en tête de poteaux.
  • L'actuel hôtel de ville : hôtel particulier (style néo-classique s'inspirant des grandes demeures de l'avenue Foch à Paris) dit hôtel Lionel-Normant, édifié par Anatole-Aristide Normant dans les années 1870. Les plans ont été réalisés par l'architecte Claude Augustin Salleron. Dans le parc paysager attenant au bâtiment, ancienne fabrique en forme de pagode chinoise (servant à l'époque de château d'eau) inscrite au titre des monuments historiques.
  • Deux parties remarquables de l'ancienne manufacture textile Normant frères, édifiées au début du XXe siècle :
    • La porte d'entrée monumentale de l'usine, dite « Porte des Béliers » en raison de quatre têtes de béliers sculptées dans la masse et qui ornent les chapiteaux des colonnes. Elles symbolisent le travail de la laine et représentent la fécondité. Conçue en pierre de taille, métal et verre, cette porte forme un bon exemple de l'architecture industrielle triomphante de la fin du XIXe siècle.
    • La salle des métiers à tisser, édifiée à partir de , selon le système Hennebique (dispositif poteau-poutre-plancher en béton armé). Elle couvre un hectare et abrite environ 250 métiers à tisser. Elle compte deux étages avec quatre travées au rez-de-chaussée et cinq travées au premier étage. Elle constitue une des premières réalisations françaises et la première en région Centre du constructeur.
  • Le château de Romorantin, datant du XVe siècle, dont subsistent plusieurs segments[68] et qui est prolongé par les bâtiments de la sous-préfecture.
  • Une maison Louis XIII.
  • La tour Jacquemart, vestige des fortifications de la ville.
  • Une maison à pans de bois, rue du Pont.
  • Le château de Rioubert
  • Le château de Beauvais
  • Une maison Louis XIII.
  • La tour Jacquemart, vestige des fortifications de la ville.
  • Une maison à pans de bois, rue du Pont.

MuséesModifier

 
Musée de Sologne et préfecture.
  • Musée de Sologne : musée de France créé dans les années 1950, il a été réhabilité dans des locaux neufs en 1995 (dans les anciens moulins du chapitre et de la ville enjambant la Sauldre, ainsi que dans la tour Jacquemart, pour les expositions temporaires). Il abrite également un centre de documentation sur la Sologne contenant notamment une bibliothèque où se trouve conservée la collection Émile-Martin comportant de nombreux ouvrages anciens de botanique.
  • L'espace automobile Matra, ouvert en l'an 2000 dans les anciennes usines des caméras Beaulieu, qui comporte une collection unique en France d'une cinquantaine de voitures de sport ainsi que des prototypes de la firme.

MédiasModifier

ÉvénementsModifier

  • Les Journées gastronomiques de Sologne, le dernier week-end d'octobre, comportent plusieurs concours de cuisine, pâtisserie, charcuterie, boulangerie viennoiserie, pièce artistique (sucrée, chocolat). Les pièces sont jugées, selon les types de concours, en fonction de différents critères[69]. À l'édition 2012 a participé notamment le chroniqueur gastronomique François Roboth[70].
  • La Corrida de Noël est une course à pied qui a lieu chaque année en décembre dans le centre-ville.
  • Le festival du Making of a lieu tous les ans en septembre depuis 2003. Il présente des making-of de films amateurs et professionnels[71]. Il est organisé par l'association « MakingOf41 »[72].
  • Le salon des Créateurs de Broderie se tient à Romorantin tous les 2 ans depuis 2005. Il est organisé par l'association « Les P'tits Points de Sologne »[73].

HéraldiqueModifier

Les armes de Romorantin-Lanthenay se blasonnent ainsi :

écartelé : au premier et au quatrième d'azur à la salamandre couronnée d'or sur un brasier de gueules, au deuxième et au troisième de sable aux deux clefs d'argent passées en sautoir[74].

Personnalités liées à la communeModifier

 
Claude de France.
Personnalités nées à Romorantin
Personnalité morte à Romorantin
Autres
  • Serge Abiteboul (1953-), informaticien, y a passé sa scolarité secondaire[76].
  • Zabou Breitman (1959-), actrice et réalisatrice, y a passé une partie de sa scolarité.
  • Maximilienne (1884-1978), actrice, est inhumée dans le Cimetière St. Roch.

SportsModifier

  • Stade Olympique Romorantinais, club de football.
  • Association nautique romorantinaise, club de natation.
  • Romorantin futsal club, 3e meilleur club de France en 2012[77].
  • Les Dragons de Romorantin, club de football américain.
  • Athlétisme Club Romorantinais, club d'athlétisme de niveau national 2.
  • Saint Roch City, club de football.
  • Saint Martin Sport Basketball, club de basketball.
  • A.C. Romo Gymnastique, au Gymnase du Portique[78].
  • Tennis Club Romorantinais, club de tennis.
  • Boxing Club Romorantin, club de boxe.

Notes et référencesModifier

Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
Références
  1. Gentilés des communes du Loir-et-Cher
  2. « Petites régions agricoles (PRA) par commune », sur https://geo.data.gouv.fr/ (consulté le ).
  3. [PDF] « Carte des petites régions agricoles de Loir-et-Cher », sur la plateforme de l'information territoriale de Loir-et-Cher (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre "Romorantin-Lanthenay" et "Blois" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  5. « Orthodromie entre "Romorantin-Lanthenay" et "Romorantin-Lanthenay" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  6. « Métadonnées de la commune de Romorantin-Lanthenay », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  7. « Communes les plus proches de Romorantin-Lanthenay », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  8. a et b « Météo de la commune de Romorantin : Normales climatologiques annuelles de la Station de Romorantin-Pruniers », sur le site de Météo-France, (consulté le ).
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Romorantin-Lanthenay », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. Sylvie Gueunoun, Léonard de Vinci et le dernier projet : roman, Paris, Iggybook, , 158 p. (ISBN 978-2-36315-617-4, présentation en ligne).
  18. De Sairigné MS, « Le projet oublié de Léonard de Vinci », in Le Journal de la Sologne, printemps 2010, p. 69.
  19. Pascal Brioist, Louise de Savoie et le projet de Léonard de Vinci à Romorantin, vol. Louise de Savoie (1476-1531), Presses universitaires François-Rabelais, (lire en ligne), p. 73-86.
  20. Martine Vallon, Sur les traces de Louise de Savoie et de François Ier à Romorantin, vol. Louise de Savoie (1476-1531), Presses universitaires François-Rabelais, (lire en ligne), p. 787-90.
  21. in coll, Louise Valois (1476-1531), Presses universitaires François-Rabelais, Orléans, 2015
  22. note précédente
  23. Archives départementales de Loir-et-Cher - 4 E 194/31 - p. 41.
  24. « Le camp d'aviation », sur Prunier en Sologne (consulté le ).
  25. Les camps américains en Sologne et dans la vallée du Cher 1917-1919, Musée de la Sologne de Romorantin, association Gièvres, Souvenir, Patrimoine et Culture, , 29 p. (lire en ligne [PDF]).
  26. (en) The U.S. Air Service in World War I : The Final Report and A Tactical History, vol. 1, Maurer Maurer, , 448 p. (lire en ligne), p. 117.
  27. Films muets d'époque visionnables en ligne sur le site www.criticalpast.com, consulté le 7 novembre 2014.
  28. Catalogue de l'exposition réalisée en 2014 par le Musée de la Sologne de Romorantin, d'après le Bureau de l'Histoire de l'Armée de l'Air, 1978
  29. « Bombardements 1940-1944 », sur Pruniers en Sologne (consulté le ).
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Monthault », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Lanthenay », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  32. Jacqueline Souchay, « Histoire de la fusion de Romorantin avec Lanthenay », Bulletin de la Société d'art, d'histoire et d'archéologie de la Sologne, no 151, 2003.
  33. a b c et d « Jumelage » (consulté le )
  34. « Jumelage Romorantin », sur le site de Romorantin-Lanthenay, (consulté le ).
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  38. Laurent Leroy, Entre familles et entreprises : l'histoire d'une dynastie drapière de Sologne au XIXe siècle., auto-édition, (ISBN 978-2-7466-1453-6).
  39. Romorantin, 40 ans sans Normant, Le Journal de la Sologne, 2009-2010 no 148, p. 15.
  40. Laurent Leroy, juin 2008 : Une entreprise et des hommes : aspects de l’histoire sociale de la manufacture de draps Normant à Romorantin (vers 1800-1969), mémoire de Master de recherche en histoire contemporaine, sous la direction de Monsieur Marc De Ferrière Le Vayer, Tours, 286 pages ill.
  41. « Les vélos électriques quittent Romorantin », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. Un village de marques à Romorantin, La Nouvelle République.
  43. « Carré des marques : les opposants déboutés - 06/12/2012 - La Nouvelle République Indre », sur www.lanouvellerepublique.fr (consulté le ).
  44. Centre France, « Le projet de vaste zone commerciale renaît à Romorantin », La République du Centre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. Sur la base de l'Atlas Usine Nouvelle https://industrie.usinenouvelle.com/
  46. https://www.lanouvellerepublique.fr/romorantin/caillau-a-fait-sa-rentree-dans-sa-nouvelle-usine
  47. https://www.lanouvellerepublique.fr/romorantin/romorantin-axe-systems-va-beneficier-du-plan-de-relance
  48. https://www.lanouvellerepublique.fr/romorantin/stal-industrie-poursuit-une-croissance-acceleree
  49. https://www.lanouvellerepublique.fr/romorantin/itab-a-romorantin-42-emplois-supprimes
  50. https://www.usinenouvelle.com/article/rasec-est-repris-par-groupe-step.N982281
  51. https://industrie.usinenouvelle.com/fiche/etablissement/airnov-france-91960069
  52. Enseignement : liste des écoles de la circonscription de Romorantin, liste des collèges du Loir-et-Cher et liste des lycées du Loir-et-Cher sur le site de l'inspection académique du Loir-et-Cher.
  53. Le lycée Claude de France sur le site de l'inspection académique du Loir-et-Cher
  54. Le lycée professionnel Denis Papin sur le site de l'inspection académique du Loir-et-Cher
  55. Le collège Léonard de Vinci sur le site de l'inspection académique du Loir-et-Cher
  56. Le collège Maurice Genevoix sur le site de l'inspection académique du Loir-et-Cher
  57. Le collège privé Notre-Dame sur le site de l'inspection académique du Loir-et-Cher
  58. Site web de Notre-Dame de Romorantin
  59. « Église paroissiale Notre-Dame puis Saint-Étienne », notice no PA00098552, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. « Église paroissiale Saint-Pierre, Saint-Paul, Saint-Laurent et Saint-Aignan de Lanthenay », notice no IA00012329, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  61. « Ancienne église de Monthault », notice no PA00098458, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  62. « Abbaye de bernardines Notre-Dame-du-Lieu », notice no IA00012425, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  63. « Croix monumentale Saint-Lazare », notice no IA00012339, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. « Chapelle Notre-Dame-des-Aides », notice no IA00012331, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  65. « Ancien Hôtel Saint-Pol », notice no PA00098553, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  66. « Carroir doré », notice no PA00098554, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  67. « Chancellerie », notice no PA00098557, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  68. Pajon-Heron M, Le château médiéval de Romorantin (Loir-et-Cher) : une chronologie remise en question, La Sologne et son passé, 2014;36:1-17
  69. Site web des journées gastronomiques
  70. Le Petit Solognot, no 547, 24 octobre 2012.
  71. Site web du festival du Making of
  72. Site web de l'association MakingOf41
  73. Site web du salon des Créateurs de Broderie
  74. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : décembre 2009.
  75. Vosset B, Synthol : itinéraire d'une potion « magique », Le Journal de la Sologne, printemps 2014, p. 58-61.
  76. Texier, L, Serge Abiteboul par-delà les données, La Nouvelle République, 20 mai 2017
  77. « site officiel du RFC ».
  78. site de l'ACR GYM, consulté le 11/09/16

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier

ArchivesModifier

  • Dépouillements généalogiques (Cercle généalogique de Loir-et-Cher) :
    • Lanthenay – Sépultures 1655-1691 ;
    • Lanthenay – Baptêmes, mariages et sépultures 1760-1771, 1779-1790 ;
    • Romorantin – Baptêmes, mariages et sépultures 1737-1745 ;
    • Romorantin – Baptêmes 1752-1760 ;
    • Romorantin – Mariages et sépultures 1751-1760.