Véloroute

itinéraire cyclable

Une véloroute est un itinéraire cyclable de moyenne ou longue distance, continu (sans interruption, y compris dans les villes), adapté à la circulation à vélo (sécurité, balisage).

Véloroute en Allemagne

En France, une véloroute n'est généralement pas entièrement en site propre : elle est composée d'un mélange de voies partagées avec les modes de transport motorisés et de voies en site propre pouvant être des voies vertes aux caractéristiques elles-mêmes normalisées. La véloroute permet de mettre en place des itinéraires cyclables sur de grandes distances, en exploitant notamment le réseau de routes secondaires très dense et peu fréquenté.

Définition (France)Modifier

Une véloroute est un itinéraire pour cyclistes à moyenne et longue distance d'intérêt départemental, régional, national ou européen, reliant les régions entre elles en empruntant tous types de voies y compris partagées avec les véhicules motorisés dans la mesure où elles sont sécurisées. Une véloroute peut comprendre des voies vertes, qui sont des aménagements en site propre réservés aux déplacements non motorisés des cyclistes, rollers, personnes à mobilité réduite et piétons. Une véloroute doit répondre aux caractéristiques suivantes[1] :

  • Continuité : l'itinéraire ne doit pas être interrompu.
  • Sécurité : les cyclistes doivent bénéficier d'un haut niveau de sécurité vis-à-vis des véhicules à moteur. Les routes empruntées doivent avoir un trafic modéré (< 1000 véhicules par jour).
  • Il doit exister un balisage et un jalonnement dédié et uniforme.
  • Services : l'itinéraire doit offrir aux usagers des services tels que des transports en commun à des points clés de l'itinéraire.
  • Entretien : l'itinéraire doit être entretenu en permanence.
  • Facilité : une véloroute doit être adaptée à tous les cyclistes, notamment la déclivité doit être inférieure à 3 % sauf en zone de montagne.
  • Incitatif : l'utilisation d'une véloroute par les cyclistes n'est pas une obligation.

Véloroutes et voies vertes sont deux concepts différents, mais en relation :

  • la fréquentation d’une véloroute s'accroît avec la proportion de voies vertes qu'elle comporte;
  • une voie verte est d’autant plus fréquentée par les cyclistes qu’elle est intégrée à une véloroute[2].

EuroVeloModifier

EuroVelo est le réseau des véloroutes européennes porté par la Fédération européenne des cyclistes (ECF).

En novembre 2020, le réseau est constitué de 19 itinéraires cyclables[3] traversant 42 pays et représentant 91 500 km[4].

Situation en FranceModifier

Les acteursModifier

Une association d’usagers, l'Association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes (AF3V), fait la promotion de ces véloroutes.

L'association Vélo & Territoires est un groupement de collectivités territoriales qui coordonne au niveau national le développement du réseau des voies vertes. Elle a pour objectifs l'achèvement des schémas vélo (national et EuroVélo), de développer le tourisme à vélo, et d'en faire un mode de déplacement à part entière. Elle dispose d'un observatoire nationale des véloroutes et voie vertes (suivi de l'avancement du réseau), et d'une plateforme nationale des fréquentations (comptages vélo)[5].

Le schéma nationalModifier

Un premier schéma national véloroutes et voies vertes a été adopté par le Comité interministériel d’aménagement du territoire (CIADT) du [6],[7]. Ce schéma prévoit la réalisation d’un réseau structurant d'environ 7 000 km à 9 000 km traversant l’ensemble des régions françaises[1]. Les objectifs sont d'assurer aux utilisateurs du vélo la continuité d’itinéraire et la sécurité nécessaires pour une pratique sur de longues distances, de participer à la logique du schéma de services collectifs des transports de personnes et de favoriser la mobilité douce[8].

Le réseau a été pensé de façon à proposer au moins une véloroute par région, à assurer la continuité avec les réseaux européens, à réutiliser des infrastructures existantes (voies ferrées désaffectées, chemins de service le long des canaux et rivières, voies cyclables existantes, etc.) et à relier les principales villes entre elles et les traverser[1]. La Mission Nationale Véloroutes et Voies Vertes (MN3V) a été chargée par la circulaire interministérielle du 31 mai 2001 de mettre en le schéma national au niveau régional[9].

Le schéma national des véloroutes a été actualisé en 2009 et officialisé lors du CIADT du 11 mai 2010. Il est ajouté 7 000 km de nouveaux itinéraires pour un total de 19 507 km, par l'intégration de schémas régionaux et départementaux, dont plus de 6 100 km d'EuroVélo. A cette date, 35% des infrastructures étaient ouverte[10].

Une nouvelle actualisation du schéma a eu lieu durant l'année 2019, qui a permis de valider en avril 2020, 58 itinéraires cumulant 25 408 km, dont 8 093 km en site propre et 9 421 km réalisés en site partagé. Le schéma a inscrit 7 894 km à réaliser d'ici 2030[11],[4]. Ce schéma a été introduit dans la législation grâce à la loi du 24 décembre 2019 d'orientation des mobilités (LOM)[12].

Avancement du réseauModifier

 
Véloroutes en France, réalisées ou en projet, en 2019

Le projet de réseau qui n'était encore, au début du XIXe siècle, pour l'essentiel qu'un schéma, est désormais une réalité. La situation reste néanmoins contrastée: les grands itinéraires sont en majorité aménagés et bien valorisés, d'autres sont en partie praticables, en cours de réalisation ou font l'objet de projets.

En 2019, le réseau des véloroutes s'étend sur 17 515 km (soit 69% des 25 408 km du schéma national réalisé) dont 8 184 km en EuroVelo (92% réalisé). Cette année là, 672 km de nouveaux itinéraires ont été ouverts[13].

La véloroute EuroVelo 1 nommée Vélodyssée est entièrement jalonnée depuis 2012 de l'estuaire de la Loire à la frontière franco-espagnole (Hendaye). En majorité de bonne qualité, cette véloroute comprend environ 80 % de voies vertes mais il reste encore quelques tronçons sur routes à grande circulation sans aménagement cyclable, tronçons ne respectant donc pas les normes du cahier des charges (notamment au nord de Bayonne et de Biarritz à Hendaye).

La véloroute EuroVélo 6 qui relie l'estuaire de la Loire à Bâle par la Loire à vélo, le canal du Centre, le Doubs et le canal du Rhône au Rhin est aménagée dans sa plus grande partie.

L'avenue verte de Paris à Dieppe comprend deux variantes par Gisors et par Beauvais. Cette véloroute comporte plusieurs tronçons provisoires très imparfaits ne respectant pas les normes du cahier des charges (passages sur routes à grande circulation sans aménagement, passerelle avec escaliers, chemins non revêtus, etc.) particulièrement dans la région Île-de-France. L'aménagement du tronçon de 5 km d'accès au centre de la ville de Dieppe est programmé.

Le canal des Deux Mers à vélo[14] qui relie la côte atlantique (Royan) à la Méditerranée (Sète) est réalisée dans une proportion importante. Elle comprend la plus longue voie verte de France le long du canal de la Garonne et plusieurs voies vertes étendues, de Lacanau à Bordeaux, de Bordeaux à Sauveterre-de-Guyenne, de Toulouse au Seuil de Naurouze le long du canal du Midi, de Béziers à Portiragnes également le long du canal du Midi dans le département de l'Hérault.

La véloroute du Téméraire Moselle-Saône est également en bonne voie de réalisation[15]

La véloroute Véloscénie Paris-Le Mont-Saint-Michel comprend deux longues voies vertes, de Condé-sur-Huisne à Alençon, et de Domfront à Pontaubault, une véloroute de Condé-sur-Huisne à Chartres par Nogent-le-Rotrou se prolongeant dans la vallée de l'Eure au nord de Chartres. Un tronçon central d'Alençon à Domfront dans le département de l'Orne est balisé ainsi que le parcours de Chartres à Versailles. À l'exception de la coulée verte du sud parisien le parcours en Île-de-France est très sinueux, comprend des tronçons difficilement praticables et d'autres non fléchés ; il reste donc encore partiellement un projet à long terme.

La véloroute ViaRhôna ou EuroVelo 17, comprend une majorité de voies vertes et encore plusieurs parcours provisoires. La partie au sud de Lyon jusqu'à Givors, non encore réalisée, emprunte une route à grande circulation. La construction devrait prendre plusieurs années.

La véloroute EuroVelo 3 est très contrasté : en grande partie réalisé dans les départements du Nord et de l'Aisne, assez bien défini jusqu'au Val de Loire, le parcours de la Touraine au Pays basque est en 2013 au stade du schéma.

Dans d'autres paysModifier

En Suisse, la fondation La Suisse à vélo, rebaptisée depuis 2008 « Suisse Mobile », est chargée de développer et d'entretenir le réseau national de véloroutes, ainsi que des itinéraires de randonnée à roller, à vélo, à pied et en canoë.

En région wallonne, le réseau autonome de voies lentes RAVeL comprend 45 itinéraires locaux, 10 régionaux et 4 internationaux (dont 2 EuroVelo), se développant sur plus de essentiellement sur les chemins de service des voies navigables et les voies ferrées désaffectées, avec des liaisons sur routes secondaires[16].

En Grande-Bretagne, les 246 véloroutes du National Cycle Network représentaient en 2018, un réseau de 26 674 km, dont 32% en voies vertes. En 2017, elles avaient été utilisées pour 786 millions de déplacements, effectués par 4.4 millions de personnes.

Au Québec, la route verte forme un réseau de plus de 5 300 km comprenant une proportion importante de voies vertes en site propre.

Quelques véloroutesModifier

Nom Pays Villes traversées Longueur
Véloroute du vignoble d'Alsace   France Molsheim, Obernai, Ribeauvillé, Guebwiller, Thann 137 km
Véloroute Ruwer-Hochwald   Allemagne Ruwer, Reinsfeld 50 km
La Route Verte   Québec Montréal, Québec, Laval 5 300 km
Véloroute des Bleuets   Québec Alma, Dolbeau-Mistassini, Hébertville, Saguenay 256 km
La Loire à vélo   France Blois, Tours, Angers, Nantes 800 km
L'Échappée bleue   France Gand, Nancy, Dijon, Lyon 697 km
EuroVelo 6 de   France à   Roumanie Nantes, Orléans, Bâle, Vienne, Bratislava, Belgrade, Constanța 3 653 km
EuroVelo 15   Suisse,   France,   Allemagne,   Pays-Bas Andermatt, Bâle, Strasbourg, Mannheim, Cologne, Rotterdam 1 320 km
Voie verte Trans-Ardennes   France Charleville-Mézières, Sedan 120 km
Avenue verte   France,   Royaume-Uni Cergy, Gisors, Dieppe, Newhaven 502 km
Vélo Francette   France Caen, Laval, Saumur, Niort, La Rochelle 630 km
Véloscénie   France Paris, Massy, Chartres, Alençon 450 km


Notes et référencesModifier

  1. a b et c Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement, Cahier des charges des véloroutes et voies vertes, , 13 p. (lire en ligne [PDF]), p. 3
  2. « Véloroutes et Voies Vertes », sur Vélo & Territoires (consulté le )
  3. « EuroVelo », sur fr.eurovelo.com (consulté le )
  4. a et b Vélo & Territoires, « Carte du Schéma national des véloroutes – version 2020 » [PDF], sur velo-territoires.org, (consulté le )
  5. « Présentation », sur Vélo & Territoires (consulté le )
  6. « Communiqué des services du Premier ministre sur les décisions du Comité | Vie publique.fr », sur www.vie-publique.fr, (consulté le )
  7. « France : Schéma National véloroutes et voies vertes SN3V - au5v », sur www.au5v.fr (consulté le )
  8. COTITA Centre Est, Schéma national et Observatoire national des véloroutes & voies vertes, , 25 p. (lire en ligne [PDF]), p. 4
  9. Circulaire du 31 mai 2001 relative à la mise en œuvre du schéma national de véloroutes et voies vertes. - Élaboration des volets régionaux, (lire en ligne [PDF])
  10. ON3V, Atlas national des véloroutes et voies vertes - 2ème édition, , 100 p. (lire en ligne [PDF]), p. 12
  11. « Schéma national », sur Vélo & Territoires (consulté le )
  12. « Article L1212-3-4 - Code des transports - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  13. Vélo & Territoires, Vélo & Territoires : chiffres clés 2019, (lire en ligne [PDF])
  14. « Le Canal des 2 Mers à vélo : De l'Atlantique à la Méditerranée », sur www.canaldes2mersavelo.com (consulté le )
  15. véloroute du Téméraire
  16. « RAVeL, Voies vertes & Véloroutes en Wallonie », sur ravel.wallonie.be (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier