Conforama

Conforama
logo de Conforama
Logo de Conforama
Conforama à Coignières
Conforama à Coignières.

Création 12 décembre 1967
Dates clés 1991 : achat par PPR
2011 : achat par Steinhoff International
2020 : achat par Mobilux
Fondateurs Pierre et Guy Sordoillet, Jean Moll et Jacques Ragageot
Forme juridique Société anonyme
Slogan « Le confort pour tous »
Siège social 80 Boulevard du Mandinet
77185 Lognes
Drapeau de France France
Direction Alain Souillard depuis le 23 septembre 2020
Actionnaires Mobilux
Activité commerce de détail
Produits mobilier
Société mère Drapeau de la France Drapeau de l'Autriche Mobilux
SIREN 414 819 409
Site web conforama.fr

Chiffre d'affaires 3,47 milliards € (2016)[1]

Conforama est un détaillant de mobilier et objets de décoration en kit, d'origine française, filiale du groupe franco-autrichien Mobilux. Elle a été une filiale du groupe sud-africain Steinhoff International jusqu'en juillet 2020.

HistoireModifier

Au début des années 1960, Pierre et Guy Sordoillet, Jean Moll et Jacques Ragageot, conforté par Daniel Fontaine et appuyés par des marchands de meubles du nord et par un fabricant bordelais : Charles Minvielle, créent le « Carrefour du meuble » en testant une formule de discount dans les dépendances d'une vieille ferme de la banlieue de Lyon. Dès 1967, un premier Conforama est ouvert à Saint-Priest dans un bâtiment industriel de 2 500 m2 de surface.

En 1976, Conforama est acquis par la société financière Agache-Willot.

En 1981, la holding financière connait des graves difficultés judiciaires.

Fin 1984, le gouvernement Fabius confie la holding financière à Bernard Arnault, qui convoite la marque de luxe Dior[2].

En 1991, Conforama est rachetée par Pinault SA (Kering). Conforama met en place son premier site web marchand en 1998[3].

En mars 2011, Conforama est cédé par Pinault Printemps Redoute (Kering) à Steinhoff International, pour 1,2 milliard d'euros[4],[5]. En 2010, Conforama était le numéro deux de l'ameublement en France derrière Ikea, avec une part de marché de 14 %. La cession de Conforama s'inscrit dans la stratégie de François-Henri Pinault de recentrer PPR sur le luxe et sur des marques internationales d'équipement de la personne[6].

En mars 2016, Conforama propose de racheter Darty, en pourparlers avec la Fnac[7]. Le 18 mars, Darty accepte le mariage avec Conforama et délaisse la Fnac[8]. Le 26 avril, Conforama déclare abandonner l'idée du rachat de Darty[9].

La même année, elle se dote d'une place du marché Mirakl[10].

Le , Conforama devient « partenaire titre » du championnat de France de football. L'enseigne se lance dans trois ans de partenariat de naming avec la Ligue 1, qui est rebaptisée « Ligue 1 Conforama » à compter de la saison 2017-2018[11]. L'opération est saluée comme une réussite à peu de frais pour Conforama[réf. nécessaire], la marque américaine Domino's Pizza ayant fait une offre assez faible[réf. nécessaire], et le groupe de téléphonie Orange jusqu'alors en place se recentre sur l'Olympique de Marseille.

Le , Showroomprivé annonce une prise de participation de 17 % de Conforama dans la société française de déstockage en ligne, sous réserve de l'autorisation de l'AMF[12]. Le , cette participation de 157,4 millions d'euros est cédée dans l'urgence sur instruction de Steinhoff. Conforama récupère 79 millions d'euros de trésorerie mais la vente au groupe Carrefour se réalise avec une décote de 50 %[13].

Un mois après l'annonce de la prise de participation dans Showroomprivé, Alexandre Nodale, le PDG de Conforama annonce le lancement de trois nouvelles enseignes. La première est la transformation des quatre Confo Dépôt en Maison Dépôt et l'ouverture de deux nouveaux points de vente de cette enseigne[14]. Conforama annonce également le lancement d'une nouvelle enseigne de literie, qui se veut premium, baptisée "Il était une nuit", ainsi que le lancement d'une troisième enseigne, "Confo!", qui proposera les incontournables de la marque et doit relancer le développement du groupe sur le marché français[14].

Conforama annonce le 24 octobre 2017 l’acquisition de l’enseigne de literie premium Mon Lit et Moi. Avec son acquisition, le groupe accélère la mise en œuvre de son projet de création d’une enseigne de référence sur le marché de la literie premium en France. Mon Lit et Moi compte 17 points de vente au moment de son rachat et deux ouvertures de magasin sont prévues, à Paris et Strasbourg, dans le cadre du projet de Conforama de lancer "Il était une nuit"[15].

Le 31 novembre 2017 a lieu l'inauguration du chantier de l'entrepôt géant de Conforama à Tournan-en-Brie[16]. Cet entrepôt de 177 500 m², 800 mètres de long, 187 quais et d'une capacité de stockage d’environ 270 000 palettes affiche des caractéristiques hors normes. Alexandre Nodale expose qu'il doit permettre de traiter 55 % des flux de l'entreprise et alimenter l’ensemble des points de vente qui se trouvent au Nord d’une ligne entre Bordeaux et Besançon. Il doit également accompagner le développement de la société dans le commerce en ligne afin de centraliser les produits pour gérer les expéditions[17]. Son exploitation est confiée à ID Logistics[18]. Le site bénéficie d’un positionnement stratégique au cœur des grands axes routiers de l’Île-de-France : N4, A4, A5 et A6. Le bâtiment est livré le 27 juin 2019, la plateforme devenant le plus grand bâtiment logistique développé en France[19].

Affaire Steinhoff (décembre 2017)Modifier

Affaire SteinhoffModifier

Début décembre 2017, la maison mère de Conforama, Steinhoff International, se retrouve prise en pleine tourmente après l'annonce du départ de Markis Jooste, aux manettes du groupe depuis 17 ans, sur fond de scandale comptable. Le titre de la multinationale d'origine sud-africaine, cotée à la bourse de Francfort, baisse alors de près de 60 % le 6 décembre 2017[20]. Les comptes 2017 devaient être publiés en décembre avant que le groupe ne détecte un trou de 2 milliards d'euros dans son bilan. La nouvelle direction annonce le 3 janvier 2018 qu'il lui faudra également reformuler ses comptes de 2015, voire ceux d'exercices antérieurs. La révélation du fait que les comptes de 2015, voire ceux des années précédentes, puissent ne pas être exacts aggrave la situation de l'entreprise qui, avant Noël, a vu certaines de ses facilités de crédit être suspendues, voire retirées, alors même que son endettement dépasse les 10 milliards d'euros. Les irrégularités semblent provenir d'une surestimation du chiffre d'affaires de certaines filiales européennes. Or, l'essentiel de la dette, soit 8,5 milliards d'euros, est logé dans la branche européenne à laquelle Conforama appartient[21].

Plan d'autofinancement chez ConforamaModifier

Sur les 10,7 milliards d'euros de dette de Steinhoff, environ deux milliards arrivent à échéance courant 2018. Pour faire face à cette situation financière précaire, les filiales du groupe doivent trouver par eux-mêmes les liquidités nécessaires à la poursuite de leur activité. C'est dans cette logique que s'inscrit la revente par Conforama de sa participation de 17 % dans Showroomprivé. Conforama se fait notamment aider par la banque Rothschild pour compléter cette réserve d'argent frais[22]. Le 24 janvier 2018, Conforama conclut un accord pour un financement de 115 millions d'euros sur trois ans avec la société de gestion d'actifs Tikehau et indique alors avoir finalisé avec un mois d'avance son plan autonome de financement[23]. Selon son PDG Alexandre Nodale, le groupe dispose alors de près de 200 millions d’euros de liquidités supplémentaires. Ils doivent permettre d'assurer durablement son indépendance et sa stabilité financière, tout en menant à bien leurs projets de développement multicanal.

Cet argent frais permet à l'enseigne d'envisager un printemps plus serein, tout en restant dépendante des décisions prises à l'encontre de sa maison mère, celle-ci pouvant à tout moment mettre en vente ses actifs pour se renflouer[24].

En janvier 2018, l'agence Reuters annonce que Conforama est sous le coup d'un mandat ad hoc et qu'un administrateur judiciaire a été désigné.

Ouverture du premier concept Confo!Modifier

Alors que le groupe n'a publié ni son chiffre d'affaires, ni sa part de marché, dévoilés habituellement lors de la présentation des chiffres du meuble en février, l'enseigne ouvre le 11 avril 2018 son premier magasin "Confo!" à Ussel[25]. Ce concept de proximité est de présenter l'essentiel de l'offre de Conforama autour de ses familles de produits les plus porteuses, tout en proposant grâce à des bornes connectées l’ensemble des produits disponibles sur leur site internet[26]. Ces magasins de surface allant de 1 500 à 2 000 m² sont destinés à s’implanter dans les petites zones, permettant de positionner l’enseigne sur des lieux où elle n’est pas encore présente[27].

Plan de refinancement (avril 2019)Modifier

BFM Business annonce le 27 février 2019 que le distributeur est mis en vente par son actionnaire Steinhoff, celui-ci espérant récupérer entre 600 et 700 millions d’euros. Ce prix serait néanmoins difficile à obtenir au regard des performances du groupe qui a affiché une marge nulle fin 2018 selon un concurrent ayant obtenu les comptes de l’entreprise. Malgré la concurrence d'Ikea et du commerce en ligne, Steinhoff justifie ses ambitions par la valeur des murs des 337 magasins Conforama implantés en France, en Espagne et en Suisse[28].

Finalement, l’enseigne reçoit 316 millions d’euros de la part de sa maison-mère pour se renflouer et se restructurer. 200 millions d’euros seront d’abord utilisés pour rembourser une partie de la dette de l’enseigne qui s’élève à 1,6 milliard d’euros. Les 116 millions d’euros restant financeront des fermetures de magasins et des suppressions d’emplois[29]. En vue de cette restructuration, la gouvernance est revue, Alexandre Nodale passant la main le 15 avril 2019 à un nouveau tandem. Celui-ci est formé par Helen Lee Bouygues en tant que présidente non exécutive du groupe Conforama et de Cédric Dugardin comme PDG. La première a fait ses armes chez McKinsey et est considérée comme une spécialiste du redressement des entreprises en difficultés. Elle s’est illustrée, dans le groupe Vivarte, par la suppression de 1 481 emplois en 2015, dont 1 344 à La Halle, son vaisseau amiral. Cédric Dugardin est également un dirigeant spécialisé dans le retournement et la transformation d’entreprises. Il a fait ses armes chez PricewaterhouseCoopers et a été patron de l’enseigne de fast-food Quick entre 2013 et 2016[30]. Dans l'attente des résultats de cette restructuration, But, Fnac Darty et le groupe Casino sont évoqués comme potentiels repreneurs.

Le 19 juin 2019, le groupe Steinhoff publie ses résultats de 2018 avec un exercice clos en septembre. La filiale française Conforama y affiche un chiffre d'affaires de 3,4 milliards d'euros avec un résultat opérationnel passant dans le rouge, accusant un déficit de 24 millions d'euros alors qu'il était positif de 90 millions d'euros en 2017[31].

Annonce du plan social (juillet 2019)Modifier

Le , Conforama annonce pour 2020 la fermeture de 32 magasins et celle des dix magasins de l'enseigne Maison Dépôt. Sur les 32 magasins devant fermer, employant 1 050 salariés au moment de l'annonce, huit sont situés en Île-de-France où deux des trois magasins parisiens sont promis à la fermeture. 600 suppressions de postes sont ainsi prévus dans les 164 magasins Conforama restant ouverts, 124 suppressions au siège social et 26 au service après-vente tandis que les 100 emplois des boutiques Maison Dépôt vont disparaître. D'après Mouloud Hammour de FO, "selon la direction, les premières lettres de licenciement seront envoyées le 1er janvier 2020 et le plan sera finalisé au plus tard fin mars 2020[32].

Les 32 établissements qui vont devoir fermer leurs portes sont les magasins d’Antibes, d’Avallon, de Calais, Chalon-sur-Saône, Château-Thierry, Châtellerault, Chelles, Cosne-sur-Loire, Dreux, Fleury-Mérogis, Gondreville, Grenoble, La Chapelle-des-Fougeretz, La Tour-du-Pin, Laon, Leers, Louvroil, Millau, Montauban, Morsbach/Forbach, Orange, Pamiers, Paris Étoile, Paris Pont-Neuf, de Sormiou, Saint-Dié-des-Vosges, Saint-Genis-Pouilly, Saint-Memmie, Saint-Ouen, Vélizy, Vendenheim et Vitry-sur-Seine[33].

Ce plan social pourrait n’être qu'une première étape, les créanciers de Conforama souhaitant vendre le groupe à la découpe selon le journal français Le Parisien[34].

Origines des difficultésModifier

Pour justifier la mise en place de ce projet de restructuration, l'enseigne invoque d'importantes pertes cumulées, de l'ordre de "près de 500 millions d'euros" en France depuis 2013. L'enseigne fait également face à une baisse des ventes, qui ont déclinées de 4 % en 2018 avec un chiffre d'affaires en recul de 2 % dans un marché du meuble en repli sur l'année 2018[35].

Dans un communiqué, Conforama explique que cette situation est également due aux "mutations profondes du secteur de la distribution et plus particulièrement celui de la distribution spécialisée" avec la concurrence accrue du commerce en ligne, d'Ikea et de But. Si le commerce en ligne représente 15 % du marché, il ne représente que 8 % des ventes de l'enseigne en 2018 selon Le Parisien[36].

Les syndicats soulignent l'arrêt des investissements, notamment la non-ouverture de certains magasins comme le nouveau Maison dépôt prévu à Allonnes qui a reçu 70 % de son approvisionnement pour finalement ne pas ouvrir ses portes[37]. Gérald Gautier, secrétaire de la section fédérale du Commerce & VRP à Force ouvrière, ressort que Conforama a bénéficié de 63 millions d'euros de Crédit d'impôt compétitivité et l'emploi et qu'aucun investissement n'a été fait pour conserver l'emploi ou moderniser l'enseigne.

Malgré ses difficultés financières, l'entreprise a choisi en 2017 d'investir dans la Ligue 1 pendant trois saisons pour un contrat de près de 25 millions d'euros par an[36].

Mise en vente de la filiale ibériqueModifier

Selon une information du Figaro du 15 juillet 2019, les créanciers du groupe auraient mis en vente la filiale ibérique de l’enseigne[38]. Pour se faire, Conforama a confié le mandat pour cet actif à Rothschild. Cette filiale est la première du groupe à l’étranger, devant la Suisse, et représente 13 % de son chiffre d’affaires total (440 millions d’euros), l’enseigne y détient 38 magasins en Espagne, où elle est présente depuis 1984 et 11 au Portugal, où elle a ouvert son premier magasin en 1983. Contrairement au marché français, les magasins Conforama sur la péninsule ibérique se portent bien et ont permis à l’enseigne, avec les sept autres filiales étrangères du groupe, de financer ses pertes sur le marché hexagonal. Selon Le Figaro, la vente de ces magasins devrait rapporter 250 millions d’euros et pourrait intervenir avant la fin d'année 2019, des contacts ayant été pris avec la chaîne d’ameublement italienne Mondo Convenienza[39].

Selon Le Parisien, le montant de la vente ne sera pas remis au pot, ni consacré au plan de restructuration. Il sera prioritairement alloué aux créanciers, comme le prévoit le modèle de financement appelé « New Money » inscrit dans les termes de la convention conclue début avril entre le groupe Conforama et ses créanciers, qui a été approuvée par le tribunal de commerce de Meaux. D'après un document public du groupe Steinhoff du 15 avril 2019, sur le financement de Conforama et les résultats financiers 2018 du groupe sud-africain qui détient l'enseigne, les créanciers, aux commandes depuis avril via une fiducie, ont d'ores et déjà prêté 190 millions d'euros à Conforama France, sur les 316 millions d'euros annoncés de crédit globaux à l'entreprise. la plus-value attendue grâce au premier acte du démantèlement du groupe, soit 87 millions d'euros, irait ainsi aux 21 fonds d'investissement créanciers parmi lesquels KKR Credit Advisors, Goldman Sachs ou encore Owl Creek Partners[40].

Le 24 septembre 2019, lors de la quatrième réunion de négociation d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) avec la direction, le DRH du groupe, Olivier Guigner, et le directeur du développement social, Philippe Gaucher, annoncent le départ de Cédric Dugardin, le PDG, qui sera remplacé au 30 septembre par Marc Ténart. Cédric Dugardin n'aura été à la tête de l'enseigne que quelques mois, le temps de mettre en place le plan d’amaigrissement mais aura échoué à vendre l’entreprise, comme le souhaitait son actionnaire sud-africain[41]. Helen Lee Bouygues reste, quant à elle, à la tête du conseil d'administration de l'enseigne. Marc Ténart était auparavant à la tête du groupe Kingfisher, maison-mère de Castorama[42],[43].

Accord autour du plan de réduction des effectifs (novembre 2019)Modifier

Conforama annonce avoir trouvé un accord majoritaire avec trois des organisations syndicales mais sans la CGT sur les mesures d'accompagnement du plan de sauvegarde de l'emploi le 15 novembre 2019. L'accord prévoit un dispositif de départs volontaires et pour les licenciements des indemnités supra-légales, qui s'ajoutent aux indemnités conventionnelles de licenciement, de 1,1 mois de salaire par année d'ancienneté, plafonnées à 140 000 euros. L'accord adopté après onze réunions de négociation prévoit aussi un dispositif de transition pour les personnes de 59 ans et plus. Les salariés volontaires pourront bénéficier de 65 % de leur rémunération pendant 36 mois avant leur passage à la retraite. L'accord prévoit également des mesures d'accompagnement à la mobilité interne et externe. Un accord de méthode a également été signé, qui repousse le délai d'information-consultation au 11 février 2020, compte tenu des élections professionnelles en cours[44].

Crise du Covid-19 et demande de prêt avec la garantie de l'ÉtatModifier

En avril 2020, Marc Ténart affirme que les difficultés financières de l'entreprise se sont éteintes suite à l'accord conclu en avril 2019 avec l'ensemble de ses partenaires. Avant que l'épidémie de Covid-19 ne frappe la France et que les mesures de confinement soient décrétées, il soutient qu'avec le plan de restructuration en cours, l'entreprise, sur l'exercice fiscal commencé au 1er octobre, avait un cash-flow cumulé largement positif et était sur la bonne trajectoire de retour à la profitabilité, respectant tous ses covenants. Conforama a donc déposé une demande de prêt avec la garantie de l'État dans le cadre du plan d'urgence décidé par le gouvernement afin d'éviter qu'à la catastrophe sanitaire ne s'ajoute une catastrophe économique. Le dispositif prévoit un montant maximum emprunté de trois mois de chiffre d'affaires, le groupe revendiquant en vitesse de croisière « 45 millions d'euros de chiffre d'affaires par semaine ». Cependant, celui-ci n'obtient pas de réponse, que ce soient des quatre banques partenaires HSBC, Crédit du Nord, LCL et BNP Paribas ou du Ciri, le comité interministériel de restructuration industrielle[45].

Tensions avec BNP ParibasModifier

Le 16 mai, les syndicats Force Ouvrière, CGT et CFE-CGC alertent dans des communiqués distincts sur les difficultés d'accès de l'enseigne à un prêt garanti par l'État. FO indique que « BNP Paribas s'est distinguée le 15 mai en ne participant pas, sans aucune explication, à une réunion organisée par le Ciri ». Pour sa part, la CFE-CGC souligne que "depuis le début des négociations cette banque fait défaut et exige des garanties incroyables". Selon le syndicat des cadres, "dans quelques jours et sans réponse favorable, la société Conforama devra passer par la cessation de paiement d'après ses dirigeants".

De son côté, la banque se targue de ne pas être la banque de Conforama France et que si un nouveau projet industriel et commercial, de long terme et mobilisant les actionnaires actuels ou de nouveaux actionnaires, devait se dessiner, BNP Paribas l’examinerait[46].

Alors que le déconfinement débute le 11 mai en France, Conforama ne rouvre que de façon très progressive "de manière à valider nos schémas d'organisation" selon un porte-parole de l'enseigne avec seulement une vingtaine de points de vente ouverts sur un total de 164[47]. De son côté, But rouvre 310 de ses magasins lors de cette même semaine.

Intérêt croissant de ButModifier

Selon les informations du Parisien, une des solutions à l'étude pour sauver l'enseigne d'ameublement serait un rapprochement entre Conforama et But, comme cela avait été le cas en 2016 entre Fnac et Darty. Les deux enseignes d'ameublement resteraient ainsi autonomes, mais auraient le même actionnaire. Les actionnaires de But, le groupe d'ameublement autrichien Lutz et le fonds d'investissement CD & R, seraient prêts à mettre la main à la poche, à hauteur de 200 à 300 millions d'euros, pour assurer les échéances à court terme de Conforama[48]. Alexandre Falck, PDG de But, confirme avoir été approché par les pouvoirs publics ainsi que l'intérêt des actionnaires pour une reprise de Conforama France[49]. Néanmoins, il prévient que But "ne mettra pas un sou pour assurer les retours sur investissements exorbitants qui avaient été prévus par les créanciers"[50].

Le 22 mai, lors d'une réunion par visioconférence avec le Ciri, les syndicats demandent au gouvernement des « informations fiables » sur le sort de Conforama, notamment sur les raisons pour lesquelles aucun prêt n'a été accordé au groupe et sur les conditions de rachat proposées par le concurrent But. Selon FO, le PSE est désormais « gelé » faute de financement et, sans l'obtention du prêt avec la garantie de l'État, 1 500 salariés pourraient alors être licenciés avec le minimum légal, sans le supra-légal négocié par les syndicats et la direction[51].

Mobilisation en Seine-et-MarneModifier

Suite à des rencontres intersyndicales, Stéphanie Do, députée dans la 10e circonscription de Seine-et-Marne, et Paul Miguel, président de la communauté d’agglomération Paris-Vallée de la Marne, adressent chacun le 19 mai un courrier à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, pour l’alerter sur la situation de l’entreprise et sa difficulté à accéder au prêt avec la garantie de l'État. Paul Miguel demande la mobilisation complète de l’État sur ce dossier et souhaite que l’engagement pris à ne laisser aucune entreprise livrée au risque de faillite soit "entendu du milieu bancaire qui a pu compter en 2008 sur un soutien public sans faille". Les pertes, fiscales et sociales, seraient grandes pour les territoires concernés de la communauté d'agglomération avec la fermeture programmée du magasin de Chelles, la présence d'un point de vente à Torcy et le siège de l’entreprise basé à Lognes, qui compte sept cents salariés[52].

Vers l'abandon du prêt avec la garantie de l'État au profit d'une reprise par ButModifier

A la suite d'une réunion tenue le 5 juin au ministère de l'économie et des finances, les syndicats annoncent que la reprise par But est désormais la piste privilégiée en raison des difficultés à accéder au prêt avec la garantie de l'État[53]. S'il n'y a toujours aucune offre ferme de la part de But, tous les acteurs se penchent à partir de cette date pour mener à bien les négociations avec la concurrence[54]. Le rachat par But ne concernera que Conforama France et le détail de l'offre n'est pas encore communiqué bien qu'Alexandre Frick, président de But, ait évoqué une reprise de l'ensemble des magasins (hors ceux fermés à la suite du PSE), des salariés et des traites auprès des fournisseurs[55].

Suite à la réunion du comité social et économique du 17 juin, les syndicats se disent satisfaits du projet de reprise des actifs de Conforama en France proposé par Mobilux, l’entité juridique détenue par les propriétaires de But, à savoir le groupe de meubles autrichien Lutz et le fonds d’investissement CD&R. À eux deux, But et Conforama pèseraient un quart d’un marché du meuble français estimé à 13 milliards d’euros et passeraient ainsi devant Ikea. Mobilux financerait le PSE de novembre 2019 à hauteur de 116 millions d'euros et reprendrait tous les magasins (sauf les magasins fermés), la logistique, le SAV, le siège social, tous les salariés de Conforama (à l'exception des victimes du PSE) ainsi que tous les locaux détenus par Conforama France à l'exception de la centrale d'achat SISL[56]. Dans le projet présenté aux syndicats, Mobilux réglerait également l’ardoise auprès des fournisseurs et réinjecterait 200 millions d’euros pour redresser Conforama selon BFM Business. D’après LSA Expert, But et Conforama se retrouveraient en concurrence frontale dans 75 villes, ce qui concernerait 150 magasins en doublons[57].

Rachat par Mobilux et obtention du PGEModifier

Steinhoff annonce le 8 juillet la cession de Conforama France à Mobilux, l’actionnaire de But, pour un montant non dévoilé. L’opération doit être menée à son terme après aval de l’Autorité de la concurrence[58]. Le lendemain de l'annonce du rachat, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance accorde à l'entreprise deux prêts de 100 millions et de 200 millions d’euros. Une aide pour "éviter le dépôt de bilan et créer un champion français du meuble"[59].

Le groupe Maison de la Literie annonce le 16 juillet 2020 avoir trouvé un accord autour de l'achat du réseau Mon Lit & Moi à Conforama, celui-ci comprenant 21 magasins[60].

Le 23 septembre, la cession de Conforama à Mobilux est définitivement actée et marque l’arrivée d’un nouveau directeur général, Alain Souillard. Conforama-But, avec 460 magasins et près de 3,5 milliards d’euros de chiffre d'affaires devance Ikea avec plus d’un quart du marché du meuble[61]. L'ambition du nouveau groupe est de devenir le leader omnicanal de l’équipement de la maison en France. Une nouvelle structure est créée, baptisée "l'Alliance", elle a pour but de développer les coopérations et synergies entre Conforama et But[62].

ActivitésModifier

En 2016, Conforama reste, en France, à 16,1 % de part de marché, derrière Ikea (19,0 %) et devant But (13,4 %) les chaînes de milieu de gamme (10,6 %) et le haut de gamme (3,8 %)[63].

Conforama est une filiale du groupe Steinhoff International, deuxième fournisseur de meuble en Europe après Ikea[5].

À l’international, Conforama exploite 79 magasins dans six pays : l'Espagne, la Suisse, le Portugal, le Luxembourg, l'Italie et la Croatie.

ProduitsModifier

Conforama propose de l'ameublement, plusieurs styles cohabitent : design, moderne-contemporain, rustique. Les produits, en kit, sont quasiment tous vendus en paquets plats pour que le transport soit moins cher et que le client puisse le rapporter lui-même à son domicile et le monter. La literie y est également vendue.

Conforama propose aussi de l’électroménager, du petit électroménager, ainsi qu'un rayon hifi (ou image et son), dans lequel sont proposés téléphones, TV, ordinateurs et bien d'autres.

ImplantationsModifier

Dans le mondeModifier

Outre la France, Conforama possède des magasins en Europe. Implanté au Luxembourg, Conforama Luxembourg a ouvert un magasin. Implanté en Suisse, Conforama Suisse a ouvert treize magasins. Implanté en Italie, Conforama Italia a relevé plusieurs magasins du groupe Emme Zeta de Maurizio Zamparini et possède environ quinze magasins. Implanté en Espagne, Conforama España a ouvert quatorze magasins. Implanté au Portugal, Conforama Portugal a ouvert quatre magasins. Implanté en nouvelle Calédonie en agglomération de Nouméa mais également en Australie

Le plus grand Conforama d'Europe est implanté, depuis octobre 2014, à Vendenheim, près de Strasbourg qui devrait fermer d'ici a 2020. Avec ses 8 500 m2 de surface de vente, il dépasse l'historique Colombes, dans la banlieue nord de Paris.

Identité visuelleModifier

ControversesModifier

Le groupe est régulièrement attaqué sur la question de ses achats en Chine et les conditions de travail chez ses fournisseurs.

Le , un reportage d'Envoyé spécial, diffusé sur France 2, a dénoncé les conditions de travail et de management des employés de Conforama. En effet, les journalistes de ce reportage se sont fait embaucher dans un magasin et ont découvert des pressions sur les employés dues aux méthodes de management telles la « stratégie de l'allié » qui consiste à classer les employés dans des fichiers de profils pour les cibler au mieux. Certains employés se disaient exténués de cela et cette pratique est dénoncée par les syndicats.

Le , le journal Challenges est condamné par le tribunal de commerce de Paris à retirer un article sur les difficultés financières de sa maison mère. Challenges s'exposant à une amende de 10 000 € par infraction constatée, il retire l'article. L'entreprise fait valoir le droit du secret des affaires. Les journaux français condamnent cette décision qui les prive de la liberté d'informer le public et diffusent largement cette condamnation[64],[65],[66].

Conforama a bénéficié de 63 millions d'euros de crédit d'impôt compétitivité et l'emploi (CICE) entre 2014 et 2019[67].

Le 16 octobre, les syndicats CGT, FO, et CFE-CGC appellent à la grève pour demander que les montants des indemnités extra-légales de licenciements (1 000, 2 000 ou 2 500 €) suivant l'ancienneté soient revues à la hausse[68].

Début novembre 2019, une plainte portée par soixante-dix salariés de Conforama est posée à l'encontre de l'actionnaire majoritaire Steinhoff en raison « d'agissements fautifs »[69]. Les employés plaignants dénoncent des « présentations de faux bilans », des « atteintes au bon fonctionnement du marché », des « abus de biens sociaux » ou encore des « abus de droit de vote »[70]. Cette plainte vise à responsabiliser la direction du groupe pour la chute des résultats dont il est rendu coupable[71].

Notes et référencesModifier

  1. « Quel avenir pour Conforama ? », sur https://www.lsa-conso.fr (consulté le 17 avril 2020)
  2. Renaud Lecadre et Yann Philippin, « Arnault, un parcours à coups de griffes », Libération, (consulté le 25 mars 2020)
  3. « Conforama », sur Libre Service Actualités, (consulté le 25 mars 2020)
  4. AFP, « Marketing, Communication, Médias, Digital - Stratégies », sur Stratégies, (consulté le 25 mars 2020).
  5. a et b Nina Godart, « Qui est Steinhoff, le discret propriétaire de Conforama? », sur BFM BUSINESS, (consulté le 25 mars 2020).
  6. « PPR finalise la cession de Conforama à Steinhoff », sur lsa-conso.fr (consulté le 23 mai 2020)
  7. Zone Bourse, « Groupe Fnac : en baisse après l'offre de Conforama sur Darty. | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le 2 mars 2016).
  8. AFP / AP / Reuters, « Darty accepte le mariage avec Conforama et délaisse la Fnac », Le Figaro, (consulté le 25 mars 2020).
  9. Claire Bouleau, « Fnac-Darty: Alexandre Nodale, PDG de Conforama, garde le sourire », sur Challenges, (consulté le 25 mars 2020).
  10. « Conforama lance sa place de marché avec Mirakl », sur L'ADN, ladn.eu, (consulté le 25 mars 2020).
  11. Naming : la Ligue 1 sera rebaptisée «Ligue 1 Conforama», L'Équipe, .
  12. AFP, « Conforama prend 17 % du capital de Showroomprivé », sur Challenges, (consulté le 25 mars 2020).
  13. Philippe Bertrand, « Showroomprive bondit en Bourse après l'entrée de Carrefour », Les Échos, (consulté le 25 mars 2020).
  14. a et b « Conforama ouvre trois enseignes-tests », sur lsa-conso.fr (consulté le 21 mai 2020)
  15. « Conforama rachète l’enseigne Mon Lit et Moi », sur lsa-conso.fr (consulté le 23 mai 2020)
  16. Par Sébastien BlondéLe 30 novembre 2017 à 17h46, « Tournan-en-Brie : Conforama a inauguré le chantier de son entrepôt géant », sur leparisien.fr, (consulté le 28 mai 2020)
  17. « IDEC pose le premier poteau du plus grand projet logistique de France pour CONFORAMA à Tournan en Brie (77) », sur IDEC, (consulté le 28 mai 2020)
  18. Érick Demangeon, « Conforama délègue à ID Logistics la gestion de son entrepôt XXL », sur L'Antenne - Les transports et la logistique au quotidien (consulté le 28 mai 2020)
  19. ARGAN, « Livraison de la plus grande plateforme logistique d'Europe pour Conforama à Tournan en brie (77) », sur GlobeNewswire News Room, (consulté le 28 mai 2020)
  20. « Steinhoff, la maison mère de Conforama, en pleine tourmente », sur Les Echos, (consulté le 20 mai 2020)
  21. « Le scandale comptable de Steinhoff prend de l'ampleur », sur Les Echos, (consulté le 20 mai 2020)
  22. « Les filiales de Steinhoff se débrouillent pour trouver des liquidités », sur Les Echos, (consulté le 20 mai 2020)
  23. Reuters, « Conforama a finalisé un plan de financement avec Tikehau Capital », Les Échos, (consulté le 25 mars 2020).
  24. Philippe Michel, « De Steinhoff à Conforama, quel avenir pour l’enseigne ? », sur neomag.fr,
  25. Magali Picard, « Conforama mise sur la proximité avec Confo! », sur lsa-conso.fr,
  26. « Nos enseignes », sur groupeconforama.fr
  27. « Conforama ouvre, dans les temps, son 1er magasin « Confo ! » : un signal optimiste au coeur du scandale Steinhoff ? », sur courrierdumeuble.fr,
  28. BFM BUSINESS, « EXCLUSIF - Lourde restructuration en vue chez Conforama », sur BFM BUSINESS (consulté le 20 mai 2020)
  29. BFM BUSINESS, « Les fonds spéculatifs prennent les commandes de Conforama », sur BFM BUSINESS (consulté le 20 mai 2020)
  30. Cécile Prudhomme, « Le PDG de Conforama, Alexandre Nodale, annonce son départ », sur lemonde.fr,
  31. « Conforama dans le rouge en 2018 », sur Les Echos, (consulté le 19 mai 2020)
  32. 6medias, « Conforama : un plan social bien plus violent que prévu », sur Capital.fr, (consulté le 21 mai 2020)
  33. Sarah Ugolini, « Conforama : la liste des magasins qui vont fermer dévoilée », sur Capital.fr, (consulté le 21 mai 2020)
  34. « Conforama : le plan caché pour démanteler l’entreprise », Le Parisien, (consulté le 25 mars 2020).
  35. Emilie Blanchet, « [Marché du meuble 2018] Fin du cycle de croissance, une chute à – 2,7 % », sur Le Courrier du meuble, (consulté le 25 mai 2020)
  36. a et b « Pourquoi Conforama va supprimer 1 900 emplois en France », sur Franceinfo, (consulté le 25 mai 2020)
  37. Murielle Desmoulins, « Commerce. Conforama décide de ne pas ouvrir le magasin Maison dépôt en Sarthe », sur Ouest-France.fr, (consulté le 25 mai 2020)
  38. Olivia Détroyat, « Conforama met en vente ses filiales espagnole et portugaise », sur Le Figaro.fr, (consulté le 21 mai 2020)
  39. Annick Berger, « Conforama cède aussi ses magasins espagnols », sur Capital.fr, (consulté le 21 mai 2020)
  40. Par Catherine GastéLe 21 juillet 2019 à 21h33 et Modifié Le 21 Juillet 2019 À 22h07, « Vente à la découpe de Conforama : un pactole de 87 millions d’euros pour les créanciers », sur leparisien.fr, (consulté le 21 mai 2020)
  41. « Conforama : Marc Ténart, un nouveau patron pour tenter de relancer le groupe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juin 2020)
  42. Le Figaro avec AFP, « Conforama: Marc Ténart nommé PDG pour mener à bien la restructuration du groupe », sur Le Figaro.fr, (consulté le 24 juin 2020)
  43. « Marc Ténart, ex Kingfisher, devient pdg de Conforama », sur lsa-conso.fr (consulté le 24 juin 2020)
  44. « Conforama : accord sur le plan social trouvé avec trois syndicats », sur LEntreprise.com, (consulté le 21 mai 2020)
  45. « Coronavirus Le cri d'alarme du patron de Conforama face au silence des banques pour obtenir un prêt garanti par l'Etat », sur Les Echos, (consulté le 21 mai 2020)
  46. 6medias, « Conforama en danger à cause de l'inertie de BNP Paribas ? », sur Capital.fr, (consulté le 21 mai 2020)
  47. « Pourquoi Ikea et Conforama ne rouvrent pas tous leurs magasins cette semaine », sur lsa-conso.fr (consulté le 21 mai 2020)
  48. Claire Domenech, « Vers une alliance entre But et Conforama ? », sur Capital.fr, (consulté le 21 mai 2020)
  49. Jacques SAYAGH, « Conforama en difficulté : But étudie son rachat », sur Ouest-France.fr, (consulté le 21 mai 2020)
  50. Paris (AFP), « Tractations autour de Conforama, très fragilisé par le coronavirus », sur Ouest-France.fr, (consulté le 21 mai 2020)
  51. Le Figaro avec AFP, « Conforama: les syndicats demandent des «informations fiables» au gouvernement », sur Le Figaro.fr, (consulté le 23 mai 2020)
  52. « Paris-Vallée de la Marne ► Conforama : le président Paul Miguel alerte le ministre de l'Economie et des Finances », sur magjournal77.fr,
  53. 6medias, « La reprise de Conforama par But se précise », sur Capital.fr, (consulté le 8 juin 2020)
  54. Emilie Blanchet, « Conforama : le dossier concernant une reprise par But "avance", mais "rien n'est encore fait" selon FO », sur Le Courrier du meuble, (consulté le 8 juin 2020)
  55. Le Figaro avec AFP, « Conforama: une reprise par But privilégiée selon les syndicats », sur Le Figaro.fr, (consulté le 8 juin 2020)
  56. Claire Sicard, « But en passe de racheter Conforama, les deux enseignes devraient continuer à cohabiter », sur Business Insider France, (consulté le 19 juin 2020)
  57. « Conforama-But : un mariage à hauts risques », sur lsa-conso.fr (consulté le 19 juin 2020)
  58. « Ameublement : les actionnaires de But rachètent Conforama en France », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020)
  59. « Conforama, racheté par But, obtient 300 millions d’€ de prêt de l’Etat », sur lsa-conso.fr (consulté le 9 juillet 2020)
  60. Emilie Blanchet, « Le groupe Maison de la Literie rachète Mon Lit & Moi », sur Le Courrier du meuble, (consulté le 7 août 2020)
  61. « Racheté par But, Conforama ouvre un "nouveau chapitre" », sur lsa-conso.fr (consulté le 3 octobre 2020)
  62. « Exclusif : La cession de Conforama à Mobilux (But) finalisée, une "Alliance" créée et un nouveau PDG », sur lsa-conso.fr (consulté le 3 octobre 2020)
  63. Philippe Bertrand, « Ikea, Conforama et But trustent la vente de meubles en France », Les Échos, (consulté le 25 mars 2020).
  64. « Article de Challenges retiré de son site internet : une censure injustifiée », Reporters sans frontières (consulté le 6 février 2018).
  65. Nicolas Madelaine, « Challenges se bat pour le droit d'informer », Les Échos, (consulté le 25 mars 2020).
  66. Martine Orange, « Secret des affaires: une censure absurde vise désormais les médias », Mediapart, (consulté le 25 mars 2020).
  67. « Conforama a touché "63 millions d'euros de crédit d'impôt", dénonce Force ouvrière », France Info, (consulté le 25 mars 2020).
  68. « Appel à la grève chez Conforama contre le plan social », La Voix du Nord, (consulté le 25 mars 2020).
  69. AFP, « Conforama: plainte de salariés contre l'actionnaire sud-africain Steinhoff », Le Figaro, (consulté le 25 mars 2020).
  70. « Conforama : un collectif de salariés porte plainte contre la maison-mère », L'Express, (consulté le 25 mars 2020).
  71. Magali Picard, « Des salariés de Conforama poursuivent Steinhoff », sur Libre Service Actualités, (consulté le 25 mars 2020).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :