E.Leclerc

enseigne de grande distribution

E.Leclerc
logo de E.Leclerc
Logo de E.Leclerc
illustration de E.Leclerc
Siège social de E.Leclerc, au 26 Quai Marcel-Boyer à Ivry-sur-Seine

Création 1949 à Landerneau (Bretagne)
Dates clés 1956 : ouverture de l'enseigne Leclerc vêtements
1964 : le magasin de Landerneau devient le 1er hypermarché E.Leclerc
1962 : création du Groupement d'achats des centres E.Leclerc (GALEC)
1997 : lancement de Marque Repère
Fondateurs Édouard Leclerc
Forme juridique Société coopérative à capital variable
Slogan « Défendre tout ce qui compte pour vous. »
Siège social Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne)
Drapeau de France France
Direction Michel-Édouard Leclerc
Directeurs Michel-Édouard LeclercVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Grande distribution
Produits Marque Repère, Éco+, Nos régions ont du talent, L'origine du goût, Bio village, Tradizioni italia, Tissaia, Esquisse et Turini
Filiales Réglo Mobile
Effectif 133 000 (2019)[1]
SIREN 642007991[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
TVA européenne FR36642007991[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.mouvement.leclerc www.e.leclerc

Chiffre d'affaires 48,2 milliards d'euros (2019)[3]
en augmentation ≈ +3 % (vs 2018)[3]

E.Leclerc est une coopérative de commerçants et une enseigne de grande distribution à prédominance alimentaire d'origine française. À partir du premier magasin ouvert par Édouard Leclerc en 1949, elle regroupe aujourd'hui des magasins indépendants. L'organisation emploie environ 125 000 personnes[1].

En 2007, E.Leclerc se lance dans la téléphonie mobile avec E.Leclerc Mobile. En 2008, E.Leclerc est l'enseigne leader sur le territoire français grâce à 16,4 % de parts de marché et 34,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Son principal concurrent sur ce marché est Carrefour, celui-ci possédant 13,2 % de parts de marché[4].

En 2014, 18,3 millions de ménages ont fréquenté au moins une fois l’enseigne E.Leclerc (419 000 ménages de plus qu’en 2008)[5].

HistoireModifier

 
Entrée d'un E.Leclerc dans le Var.

En 1949, Édouard Leclerc ouvre son premier magasin, à Landerneau, en Bretagne[6], sur le même modèle que l'épicerie en libre service inventée par Félix Potin en 1844[7]. Par la suite, dans les années 1950, une nouvelle enseigne nommée E.Leclerc vêtements ouvre ses portes et le soixantième centre E.Leclerc ouvre également ses portes à Issy-les-Moulineaux par Jean-Pierre Le Roch. En 1962, le Groupement d'achats des centres E.Leclerc (GALEC) est créé[8]. En 1962, le magasin de Landerneau, s'agrandit, il devient le 1er hypermarché E.Leclerc[Information douteuse][réf. nécessaire]. Dès 1969, 75 centres se retirent pour former les futurs Intermarché[9],[10]. Au fil des années sont fondés plusieurs espaces comme Le Manège à Bijoux en 1986, E.Leclerc Voyages en 1987, L'auto E.Leclerc en 1988 ainsi que la Parapharmacie E.Leclerc en 1988[réf. nécessaire]. En 1973, Édouard Leclerc invente le concept de foire aux vins, qu'il lance dans ses supermarchés[11].

En 1991, E.Leclerc lance une gamme premier prix et crée la marque Tissaia, première marque de vêtements E.Leclerc. En 1992, il ouvre un premier magasin à Pampelune en Espagne et commence à se développer en Europe. Le premier Espace Culturel E.Leclerc ouvre ses portes en 1994. Leclerc ouvre un premier magasin à Varsovie, en Pologne. E.Leclerc arrête de distribuer des sacs plastiques jetables en 1996. La Marque Repère est lancée pour la première fois en 1997 par l'enseigne. L'année suivante, ouverture de la 1re parfumerie E.Leclerc « Une heure pour soi ». Durant l'année 1998, E.Leclerc et le groupement Système U s'associent en fanfare et créent une centrale d'achat commune appelée « Lucie ». L'entente ne durera que trois ans. Seule l'activité d'achat de carburant a survécu et l'entité a été rebaptisée « Synergie » sans publicité[12].

En 2001, E.Leclerc s'allie en Italie avec CONAD, mais seulement dans les hypermarchés. Ceux déjà installés passent de leur vieux nom, « Pianeta », à l'actuel en quatre ans.

Fin 2004, le nom de cette enseigne a été vendu par la famille Leclerc aux adhérents du groupement[13]. L'enseigne E.Leclerc Express voit le jour le à Grenade-sur-l'Adour[14]. Cette même année, E.Leclerc met en place un comparateur de prix, condamné[15] et fermé à la suite d'une plainte déposée par son concurrent Carrefour. En réaction aux mouvements de concentration dans l'industrie des biens de grande consommation, et à l'initiative de E.Leclerc, les grandes enseignes du commerce indépendant de cinq pays européens se regroupent en créant Coopernic. Après modification, le site internet du comparateur de prix est rouvert en 2007 et déclaré licite après un jugement[16] à la suite d'une nouvelle plainte déposée par le même concurrent[17]. Le concept drive sous l'enseigne Express Drive est initialement lancé par l'enseigne à Roques sur Garonne.

En 2008, débuts du système de self-scanning permettant aux clients d'utiliser une douchette Wi-Fi sur quelques magasins, sans nombre limité de produits en 2009. Ce service permet un passage beaucoup plus rapide en caisse. Le groupe français de grande distribution E.Leclerc rachète au géant allemand de la distribution alimentaire Rewe une chaîne de vingt-cinq magasins « Billa » en Pologne, devenant ainsi la 4e enseigne d'hypermarchés et supermarchés dans ce pays en [réf. nécessaire].

 
Centre commercial à Roques.

Le groupe Lancry rejoint le mouvement E.Leclerc en et ouvre deux centres E.Leclerc au Lamentin en Martinique, remplaçant ainsi ses deux magasins sous enseigne Carrefour situés Place d'Armes et le magasin Landy de Long-Pré[18]. En 2012, le groupe E.Leclerc est condamné par la Chambre commerciale du Tribunal de Grande Instance de Colmar à verser 260 000 euros de dommages et intérêts pour publicité comparative illicite sur des produits de parapharmacie[19]. Le groupe Lancry ayant fait faillite, un affilié Système U rachète les deux magasins E.Leclerc de Martinique. L'acquéreur est Robert Parfait, qui exploite deux autres Hyper U en Martinique[20],[21]. L'enseigne va faire son retour via le Groupe Parfait sur l'île au mois de et vient pour la première fois en Guadeloupe début 2020 en rachetant les Hyper U de Martinique, le Géant Casino de Guadeloupe ainsi que les Super U du Gosier et Sainte Rose (Guadeloupe)[réf. nécessaire].

Le , Édouard Leclerc, fondateur du Groupe, décède à l'âge de 85 ans[22].

Le E.Leclerc annonce le lancement de Réglo Musique, une application dédiée au streaming musical payant[23].

En , E.Leclerc annonce lancer le son service de commerce en ligne dans Paris « Leclerc chez moi », qui livre à domicile[24]. En , E.Leclerc se lance sur le marché de la fourniture d'énergie avec son offre E.Leclerc énergies[25] qui propose de l'électricité verte[26]. Le chiffre d'affaires de E.Leclerc en 2018 est de 37,75 milliards d'euros (hors carburant) grâce à une hausse de 1,5% par rapport à 2017. Ce chiffre fait de E.Leclerc le leader de la distribution en France[27].

En , le ministère de l'économie et des finances réclame au groupe Leclerc une amende record de 117 millions d'euros pour des pratiques commerciales abusives[28],[29]. Dénonçant l'acharnement des pouvoirs publics français, le groupe Leclerc annonce saisir la cour de justice de l'Union Européenne pour se défendre face à Bercy[30].

En , l'Union des groupements de pharmaciens d’officine annonce à nouveau une action en justice contre le groupe pour « publicité mensongère » sur les produits de parapharmacie[31]. En , Leclerc signe la charte du gouvernement « Objectif 100 000 bornes » aux côtés d'autres entreprises française de la distribution telles que Lidl, Système U ou encore GreenYellow. L'objectif de cette charte est le déploiement de 100 000 points de recharge pour véhicules électriques[32]. Le , le président du comité stratégique de l'entreprise, Michel-Édouard Leclerc a donné une interview sur La Chaîne Info (LCI). Il y annonce que le Covid-19 a permis l’explosion du commerce en ligne. En 2020, le groupe Leclerc a fait un chiffre d'affaires de 4 milliards d'euros grâce au secteur du commerce en ligne (via le drive)[33].

En avril 2021, Michel-Edouard Leclerc annonce son ambition d'embaucher 3 000 nouvelles personnes en 2021, malgré la montée en puissance du digital au sein de l'entreprise[34].

Entités du GroupementModifier

ApprovisionnementModifier

 
Leclerc détrône Carrefour en 2013.

Les centres E.Leclerc sont approvisionnés de façon obligatoire, par des centrales d'achats réparties par zones géographiques, il en existe seize (dont le découpage géographique n'est pas strict, ainsi deux magasins d'un même département peuvent dépendre de deux centrales d'achats différentes)[réf. nécessaire] :

  • Scacentre : Société Centrale d'Approvisionnement du Centre est basée à Yzeure (Allier, à côté de Moulins), elle approvisionne les magasins d'Auvergne, du Cher et de Saône-et-Loire soit 20 magasins ;
  • Scanormande : Société Centrale d'Approvisionnement Normande, basée à Lisieux (Calvados), elle approvisionne les magasins de Normandie (38 hypers et 34 Drives), ceux de l'île de la Réunion (14 magasins) ainsi ceux des Antilles (6 magasins) ;
  • Scachap : Société Centrale d'Approvisionnement Charentes-Poitou, basée à Ruffec (Charente). Elle approvisionne les magasins du Poitou, des Charentes et du Limousin ;
  • Scarmor : Société Centrale d'Approvisionnement de l'Armorique basée à Landerneau (Finistère, ville de naissance du groupe), elle est actuellement présidée par Rémy Jestin[35]. Elle possède 34 000 m2 d'entrepôts à Landerneau et au Relecq-Kerhuon (près de Brest, surnommé ScaKer), un entrepôt à Plaintel (Côtes-d'Armor) et un troisième entrepôt à Riec-sur-Bélon (Finistère) et approvisionne 43 magasins et drives des départements du Finistère, du Morbihan et des Côtes-d'Armor, principalement les magasins à l'Ouest d'une ligne St-Brieuc/Lorient ;
  • Socamil : Société Coopérative d’Approvisionnement Midi et Languedoc basée à Castelnaudary(Aude) Elle approvisionne les au moins 26 adhérents des ex-régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon (dorénavant Occitanie) soit au moins 32 magasins et plusieurs dizaines de stations/drives. Cette centrale d’achat a été déménagée de Tournefeuille durant l'année 2020 . Elle englobe également les E.Leclerc d’Andorre ainsi que d’Aurillac ;
  • Scaso : Société Centrale d'Approvisionnement du Sud-Ouest basée à Cestas (Gironde), elle approvisionne les magasins de la Gironde, de la Dordogne et de la Corrèze soit une quarantaine ;
  • Socara : Société Coopérative d'Approvisionnement de Rhône-Alpes est basée à St-Quentin-Fallavier (Isère) approvisionne plus de 45 magasins et drives en région Rhône-Alpes, ainsi qu'un magasin en Italie et deux en Slovénie ;
  • Scalandes : Société Centrale d'Approvisionnement des Landes basée à Mont-de-Marsan (Landes), elle approvisionne les adhérents des Landes, des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées, du Gers et de Lot-et-Garonne, ainsi que les magasins espagnols et portugais en produits frais[36] ;
  • Scaouest : Société Coopérative d'Approvisionnement de l'Ouest, basée à Saint-Etienne-de-Montluc (Loire-Atlantique), approvisionne les magasins d'une partie des Pays de la Loire (Loire-Atlantique, Vendée et Maine-et-Loire principalement) et quelques magasins bretons ;
  • Scapest : Société Coopérative d'Approvisionnement Paris-Est, basée à Saint-Martin-sur-le-Pré (Marne), elle approvisionne des magasins de Champagne-Ardenne, de Lorraine, de Picardie, de Seine-et-Marne et de l'Yonne. Son président est Jean-Paul Pageau (fortune en 2010 estimée à 80 millions d'euros)[37], qui dirige également les hypermarchés de Saint-Brice-Courcelles et Champfleury et possède de plus des participations dans ceux de Vertus et de Romilly-sur-Seine[38] ;
  • Scapartois : Société Centrale d'Approvisionnement d'Artois, basée à Tilloy-lès-Mofflaines (près d'Arras, Pas-de-Calais), elle approvisionne les magasins de la Région Nord-Pas-de-Calais, de la Somme et de la Seine -Maritime ;
  • Scapalsace : Société Centrale d'Approvisionnement d'Alsace, basée à Colmar (Haut-Rhin), elle approvisionne les magasins d'Alsace, de Franche-Comté, de Côte-d'Or, et une partie de la Lorraine ;
  • Socamaine[39] : Société Coopérative d'Approvisionnement du Maine basée à Champagné (Sarthe, près du Mans), elle approvisionne 27 adhérents des départements d'Ille-et-Vilaine, d'Indre-et-Loire, du Loiret et de l'Orne (soit 40 magasins et 52 drive). Les entrepôts de Champagne occupent 106 000 m2 ;
  • Scadif : Société coopérative Alimentaire d’Île-de-France basée à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), elle approvisionne 33 hypermarchés et 23 drives du sud de l'Île-de-France ;
  • Lecasud : Leclerc Approvisionnement SUD est basée au Luc (Var) et approvisionne les magasins du sud de la France, principalement en Provence-Côte d'Azur. Elle dessert 53 magasins à partir des 100 000 m2 d'entrepôts du Luc. Présidé par Anny Courtade qui exploite aussi les magasins de Saint-Raphaël et du Cannet[38]. Le directeur actuel étant Patrick Darmey ;
  • Scapnor : Société Centrale d'Approvisionnement, basé à Bruyères-sur-Oise (Val d'Oise), approvisionne les magasins du nord de l'Île-de-France. Elle inaugure le sa nouvelle plateforme de 40 000 m2[24].
  • Trois autres sont à l'étranger : Scaber pour l'Espagne, Cooplecnorte pour le Portugal et Scawar pour la Pologne.

Les produits d'électroménager, audiovisuel et informatique sont approvisionnés par trois plateformes nommées B.T. LEC (Bazar Technique LEClerc), situées à Reims (approvisionnant 255 magasins dont le Portugal, l'Andorre et la Slovénie), Saint-Etienne-de-Montluc (Nantes) et Bordeaux[40].

Magasins spécialisésModifier

Le parc des concepts spécialisés représente plus de 2000 points de vente en 2020 et participent à hauteur de 19,9% à la croissance de l’enseigne E.Leclerc[41].

Les concepts spécialisés les plus répandus : L'Auto E.Leclerc – Nos Animaux E.Leclerc – Brico E.Leclerc – Jardi E.Leclerc – Espace Culturel E.Leclerc – Voyages E.Leclerc – Le Manège à Bijoux E.Leclerc – Optique E.Leclerc – Parapharmacie E.Leclerc – Une Heure pour Soi – Sport E.Leclerc – Jouet E.Leclerc – Location E.Leclerc - Le Marché Bio E.Leclerc - Occasion E.Leclerc.

Un repositionnement et un élargissement des gammes MDD non-alimentaires ont été entrepris en 2015 avec la création de 760 nouvelles références, ce qui permet de renforcer l’attractivité de l’offre non-alimentaire du rayon de l’hypermarché, des concepts spécialisés et d’Internet.

Les espaces Culturels E.Leclerc vendent des places pour les grands évènements nationaux en utilisant le service de billetterie informatisée France Billet.

Unités industrielles du groupeModifier

Pour assurer son indépendance face aux grands de l'industrie agroalimentaire, le groupe a décidé d'investir dans ses propres unités de transformation de produits agricoles. L'investissement est nettement inférieur à son concurrent Intermarché en se limitant à deux aliments : la viande et l'eau.

  • Kermené est une société de transformation de la viande créée en 1978 (à la suite de l'achat des abattoirs Gilles) qui approvisionne en viandes les centres E.Leclerc.
  • Aquamark est une filiale de la Scamark, elle possède une usine d'embouteillage d'eau de source à Laqueuille (Puy-de-Dôme), qu'elle distribue en tant que Marque Repère ou Éco+ dans les centres E.Leclerc[42] depuis 2005[43].

Leclerc DriveModifier

Après la première ouverture sur le site de Roques sur Garonne en 2007, ces points de service au volant se sont multipliés progressivement. L'enseigne propose à tous ses adhérents de promouvoir ce nouveau type de distribution. Les franchisés ouvrent de nombreux points de retrait ; des drives et d'autres proposent un service d'enlèvement au sein d'un magasin existant.

Début 2012, l'enseigne revendique 192 points de retrait. En , ce chiffre s'établit à 264, et en février 2013 à 284. Au , on compte en France 445 Leclerc Drive et 2 en Slovénie (source Nielsen TradeDimensions). Depuis , on compte 650 drive E.Leclerc en France[réf. nécessaire].

ScamarkModifier

La Scamark est un organisme s'occupant de la création et de la mise en vente des produits des MDD E.Leclerc que sont Marque Repère, Éco+ et Nos régions ont du talent. Cette structure a été créée par Jean-Pierre Gonthier, adhérent E.Leclerc à Orléans et propriétaire des hypermarchés de Fleury-les-Aubrais et d'Olivet, dont la fortune est estimée en 2010 à 67 M€[38],[44],[45].

Son actuel président sous mandat est Fabrice Hersent[46].

LucieModifier

E.Leclerc disposait d'une centrale d'achat partenaire de celle de Système U nommée « Lucie » fondée en 1998. Ils ont finalement décidé d'abandonner leur coopération au bout de trois ans seulement[12].

ImplantationsModifier

 
Emplacement des magasins E. Leclerc en Europe, au 17 octobre 2012.

En , E.Leclerc possédait 126 magasins hors de France : 41 en Italie, 43 en Pologne, 20 au Portugal, 18 en Espagne, 2 en Andorre et 2 en Slovénie[47]. Au , on recense 585 magasins Leclerc en France[48] et (au moins) 119 autres dans le reste de l'Europe (43 en Pologne[49], 33 en Italie[50] puis fermés en 2014, 21 au Portugal[51], 18 en Espagne[52], 2 en Slovénie[53] et 2 en Andorre[réf. souhaitée]).


Principaux magasinsModifier

Selon une estimation des chiffre d'affaires de 2019 (dernier exercice avant covid), voici les centres E.Leclerc qui se retrouveraient dans le top 100 des hypermarchés français '

  1. Bois-d'Arcy 189,3 M€ (18e)
  2. Brest-Gouesnou (Porte de Gouesnou) 184,2 M€ (21e)
  3. Nantes-Paridis 178,4 M€ (27e)
  4. Échirolles 162,2 M€ (30e)
  5. Orvault 160 M€ (34e)
  6. Poitiers 158,6 M€ (47e)
  7. Saint-Médard-en-Jalles 152,8 M€ (56e)
  8. Saint-Herblain 149,4 M€ (61e)
  9. Levallois-Perret 141 M€ (70e)
  10. Sainte-Eulalie 140 M€ (76e)
  11. Rennes-Cleunay 138 M€ (87e)
  12. Rezé Atout Sud 135 M€ (91e)
  13. Blagnac 126 M€ (100e)

Activité de lobbyingModifier

Le groupe E.Leclerc est inscrit depuis 2016 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et déclare pour l'année 2018 des dépenses d'un montant inférieur à 25 000 euros[54].

Pour l'année 2018, le groupe E.Leclerc déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 300 000 euros[55].

La société MEL SDC qui a comme unique mandant le groupe Leclerc, déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas, sur l'année 2018, 200 000 euros[55].

ControversesModifier

Clauses abusivesModifier

À la suite de l'arrêt de la Cour d'appel de Paris du , faisant suite à une décision du Tribunal de commerce de Créteil en 2011, le géant de la distribution E.Leclerc a été condamné à une amende de 500 000 euros pour des « clauses déséquilibrées » insérées dans des contrats avec des fournisseurs, a annoncé le la DGCCRF[56],[57].

Déséquilibre dans ses relations avec ses fournisseursModifier

Le , Pierre Moscovici, Ministre de l'Économie et des Finances, et Benoît Hamon, Ministre délégué chargé de l'Économie sociale et solidaire et de la Consommation, ont annoncé leur décision d'assigner le groupe de distribution E.Leclerc devant le Tribunal de commerce de Paris pour « déséquilibre » dans ses relations avec ses fournisseurs[58].

En 2017, alors que des États généraux visant à améliorer la rémunération des agriculteurs, Michel-Édouard Leclerc menace d'augmenter les tarifs de l'alimentation qu'il distribue[59].

Identité de la marqueModifier

Identité visuelleModifier

SlogansModifier

  • 1949-2007:«E.Leclerc,de meilleurs achats chaque jour»
  • 2007-2019:«Chez E.Leclerc, vous savez que vous achetez moins cher.»
  • 2019-présent:«Tout ce qui compte pour vous existe à prix E.Leclerc»(Commercial) /«Défendre tout ce qui compte pour vous»(Institutionnel)

MarquesModifier

E.Leclerc dirige plusieurs marques :

  • Marque Repère : la marque distributeur
  • Eco+ : la marque premier prix (discount)
  • Bio Village : la marque BIO
  • Nos Régions ont du Talent : la marque des produits régionaux
  • L'Origine du Goût : la marque des produits « haut de gamme »
  • Creazioni d'Italia : la marque des produits d'Italie
  • Sélection d'Experts : la marque non alimentaire (bazar léger/bazar lourd)
  • Tissaia : la marque de vêtements E.Leclerc

Historique des chiffres d'affairesModifier

Chiffres d'affaires annuels en milliards d'euros
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Chiffre d'affaires 26[60] 27,2[61] 27,3 28,5[62] 30,3 32,6[63] 34,7[64] 29,4[65],[66] 37,5[67] 37,8[68] 43,7[69] 45,6[5] 45,7[70] 44,3 43,4[71]

Notes et référencesModifier

  1. a et b LE MOUVEMENT E.LECLERC, mouvement-leclerc.com
  2. a et b « https://entreprise.data.gouv.fr/sirene/64200799100069 »
  3. a et b « Leclerc : un chiffre d'affaires en hausse, mais une rentabilité qui reste faible », sur https://www.capital.fr (consulté le )
  4. « Les parts de marché des différentes enseignes d’hypermarché » (consulté le )
  5. a et b Leclerc : ventes en hausse de 4,4 %, prudence pour 2014, sur la-croix.com (consulté le 27 septembre 2014).
  6. vidéo: L'Ouest en mémoire (Ina) - L'aventure d'Edouard Leclerc 1959, reportage réalisé à Landerneau en 1959
  7. Gérard Cliquet, Recherches sur la distribution moderne, L'univers du livre, (lire en ligne), p. 6
  8. « - E. Leclerc Histoire et Archives », sur www.histoireetarchives.leclerc (consulté le )
  9. « 15 septembre 1969: ce jour qui lança le Groupement des Mousquetaires », sur lsa-conso.fr (consulté le )
  10. « 55 ans du supermarché: Les dates clés », sur lsa-conso.fr (consulté le )
  11. « Les foires aux vins ont anobli notre profession », challenges.fr, 16 septembre 2014
  12. a et b Frédéric Carluer-Lossouarn, Lucie aurait 10 ans : retour sur un fiasco, Linéaires, no 239, septembre 2008, p. 33
  13. A. BO., La famille Leclerc cède son nom aux adhérents du groupe, Les Échos, 17 décembre 2004
  14. Leclerc Express : une arme contre le hard-discount, sur lsa-conso.fr (consulté le 2 novembre 2014).
  15. La décision du tribunal de commerce de paris du 7 juin 2006
  16. La décision du tribunal de commerce du 29 mars 2007
  17. M.V., Comparer les prix est devenu l'enjeu d'une formidable bataille, lefigaro.fr, 5 avril 2007 [lire en ligne]
  18. Magasin Rayon Boisson no 189, octobre 2010, p. 24
  19. « Parapharmacie : Leclerc condamné à Colmar pour une publicité comparative illicite », sur Le Parisien
  20. Rayon Boissons no 204 février 2012
  21. Martinique : les Leclerc rachetés par U sur Linéaires
  22. « Mort d'Edouard Leclerc, fondateur des supermarchés du même nom », sur Le monde, (consulté le )
  23. Le groupe Leclerc se lance dans le streaming musical, Challenges, 16 juillet 2015
  24. a et b « E.Leclerc livrera ses premiers clients parisiens le 26 mars », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. « 16 % de votre conso d’électricité verte HT en Tickets E.Leclerc », sur energies.leclerc
  26. « Leclerc, nouveau concurrent d’EDF sur le marché de l’électricité ? », Hello Watt,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « Leclerc reste le premier distributeur de France », sur FIGARO, (consulté le )
  28. « Concurrence : Bercy réclame 117 millions d'euros à Leclerc, une amende sans précédent », sur Europe 1 (consulté le ).
  29. « Bercy réclame une amende record de 117 millions d’euros pour Leclerc, accusé de « pratiques commerciales abusives » », sur Le Monde, (consulté le ).
  30. « Amende requise contre Leclerc : le groupe va saisir la Cour de Justice de l'UE », sur Europe 1 (consulté le )
  31. « Un groupement de pharmaciens lance une action collective contre les centres E.Leclerc », sur fr.news.yahoo.com (consulté le )
  32. « La grande distribution s’engage à déployer des milliers de bornes de recharge électrique », sur lsa-conso.fr (consulté le )
  33. Olivier Chicheportiche, « Leclerc : déjà 4 milliards d'euros de revenus dans le drive », sur BFM Business, (consulté le ).
  34. « E.Leclerc: 3000 embauches en 2021 malgré l'accélération du digital. », sur LEFIGARO (consulté le )
  35. « Rémy Jestin, nouveau président de la Scarmor », sur www.lineaires.com, Éditions Boisbaudry (consulté le )
  36. « les 3èmes MDP6 visitent l’entreprise « Scalandes » à Mont de Marsan »
  37. Challenges, « Les 500 plus grandes fortunes de France en 2019 - Challenges », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. a b et c « Les Barons de chez Leclerc... (GALEC) : Défendre le pouvoir d'achat des Français, ça rapporte (très !) gros ! », (consulté le )
  39. « Accueil », sur E.Leclerc Socamaine (consulté le )
  40. « Un grand bazar très bien rangé » [PDF],
  41. « Le Mouvement E.Leclerc », sur Leclerc (consulté le )
  42. « Communiqué de presse de Leclerc pour l'ouverture de l'usine Acquamarq » (consulté le )
  43. [Lien introuvable] http://www.lsa-conso.fr/l-usine-de-production-d-eau-de-leclerc-en-construction,5589
  44. « Les 500 plus grandes fortunes françaises », sur Challenges.fr (consulté le )
  45. « Société.com » (consulté le )
  46. « SCAMARK (IVRY SUR SEINE) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 410970503 », sur www.societe.com (consulté le )
  47. E. Leclers, « Les implantations», 16 avril 2013 (consulté le 27 février 2014).
  48. Liste des magasins E. Leclerc en France (consulté le 27 février 2014).
  49. (pl) Site des magasins E. Leclerc en Pologne (consulté le 27 février 2014).
  50. « De nouveaux hypers Leclerc-Conad en Italie / Les actus / LA DISTRIBUTION - LINEAIRES, le magazine de la distribution alimentaire », sur www.lineaires.com (consulté le )
  51. (pt) Site des magasins E. Leclerc au Portugal (consulté le 27 février 2014).
  52. (es) Site des magasins E. Leclerc en Espagne (consulté le 27 février 2014).
  53. (sl) Site des magasins E. Leclerc en Slovénie (consulté le 27 février 2014).
  54. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le )
  55. a et b « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique » », sur www.hatvp.fr (consulté le )
  56. Leclerc condamné pour ses relations avec les fournisseurs, Challenges, 27 janvier 2014
  57. « Leclerc condamné à 500 000 euros d'amende pour clauses déséquilibrées », Le Point, 27 janvier 2014
  58. « Le gouvernement assigne le groupe Leclerc en justice », sur Le Monde, (consulté le )
  59. « Alimentation: Leclerc accusé de vouloir torpiller les Etats généraux », LExpansion.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. Forte progression des centres E.Leclerc en 2002 (5 %), sur web.archive.org (consulté le 27 septembre 2014).
  61. Avec une part de marché à 17.2 % en 2003, les centres E.Leclerc confirment leur position d'enseigne numéro un de la distribution en France, sur web.archive.org (consulté le 27 septembre 2014).
  62. Avec 17,1 % de part de marché en 2005, E.Leclerc, 1re enseigne d'hypermarchés en France, creuse l'écart avec ses concurrents, sur web.archive.org, consulté le 27 septembre 2014.
  63. Le réseau Leclerc en chiffres, sur lejournaldesentreprises.com, consulté le 27 septembre 2014.
  64. Les Centres E.Leclerc enregistrent une hausse de 6.7 % du chiffre d'affaires, sur 20minutes.fr, consulté le 27 septembre 2014.
  65. Leclerc en croissance de 5.6 % en 2009, sur lsa-conso.fr, consulté le 27 septembre 2014.
  66. Hors carburants
  67. Belle performance de Leclerc en 2010, sur lineaires.com, consulté le 27 septembre 2014.
  68. E.Leclerc, sur lsa-conso.fr, consulté le 27 septembre 2014.
  69. +7,5 % pour E.Leclerc en 2012, sur lineaires.com, consulté le 27 septembre 2014.
  70. Michel-Édouard Leclerc : « Nous avons fait une des deux plus belles progressions du marché » en 2014, LSA Conso, 4 février 2015
  71. LSA – Libre Service Actualités, « E.Leclerc en hausse sur tous les formats et tous les marchés en 2016 », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier