Intérim (travail)

temps pendant lequel une fonction est assurée par un remplaçant

L'intérim (appelé aussi « travail temporaire ») est, en droit du travail, le temps pendant lequel une fonction est assurée par un remplaçant, le titulaire étant indisponible. Ce nom est issu du latin interim qui signifie « pendant ce temps-là ».

Le travail temporaire en Europe

modifier

En Europe, en 2017, on compte 25,5 millions de travailleurs temporaires, soit 14 % du total des travailleurs. 1,9 % sont des travailleurs employés par les agences d’intérim. Ce sont généralement des hommes (61 %), relativement jeunes (21,6 % ont entre 15 et 24 ans, comparativement à 9 % pour l’ensemble des salariés), souvent peu qualifiés. La fréquence des accidents du travail dont ils sont victimes est plus élevée que celle d’autres catégories de salariés[1]. Il existe une directive de 2008 du parlement européen et du conseil relative au travail intérimaire[2] qui vise à garantir un seuil de protection effective aux travailleurs intérimaires. Elle établit le principe de non-discrimination entre les travailleurs intérimaires et les travailleurs recrutés par l’entreprise utilisatrice quant aux conditions fondamentales de travail et d’emploi.

Le travail temporaire en France

modifier

Principales sociétés d'intérim

modifier

Notes et références

modifier

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier
  • Danièle Bélanger, Myriam Ouellet et Charles Fleury, « Les travailleurs temporaires étrangers au Québec. Quels avantages pour les travailleurs qualifiés ? », Diversité urbaine, vol. 19,‎ , p. 49–69 (ISSN 1913-0708, DOI 10.7202/1065120ar, lire en ligne, consulté le ).
  • Christine Guégnard, Marie-Claude Rebeuh et Emmanuel Triby, « Entreprises de travail temporaire : former pour renforcer l’intermédiation sur un territoire », Formation emploi. Revue française de sciences sociales, no 102,‎ , p. 41–53 (ISSN 0759-6340, DOI 10.4000/formationemploi.2259, lire en ligne, consulté le ).
  • Vincent Mirza, « Les furita et la définition du travail temporaire au Japon », Anthropologie et Sociétés, vol. 32,‎ , p. 42–47 (ISSN 0702-8997 et 1703-7921, DOI 10.7202/000204ar, lire en ligne, consulté le ).

Articles connexes

modifier