Université de Montpellier

université française située à Montpellier, fondée en 1289.

L’université de Montpellier est un établissement d’enseignement supérieur et de recherche situé dans la ville de Montpellier, ayant existé entre 1289 et 1793, puis entre 1896 et 1970, et recréé en 2015. Connue comme possédant l’une des plus anciennes et des plus brillantes écoles de médecine du monde médiéval, Montpellier était aussi réputée pour l'enseignement du droit.

Université de Montpellier
Montpellier Faculte medecine.jpg
Logo université montpellierNoir.png
Histoire et statut
Fondation
Dates-clés
1793 (dissolution)
1896 (re-création)
1968 (scission)
2015 (re-création sous sa forme actuelle)[1]
Type
Forme juridique
Président
Philippe Augé (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Localisation
Pays
Chiffres-clés
Étudiants
49 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Divers
Membre de
Site web

Dans sa forme actuelle, elle est forte de près de 40 000 étudiants.

L'université regroupe des disciplines très diverses telles que les sciences, la chimie, la biologie, la médecine, le droit, l'économie, la gestion, les sciences pharmaceutiques ou les sciences du sport.

HistoireModifier

Des origines jusqu'à la fin de l'Ancien RégimeModifier

 
La bulle Quia Sapientia de 1289 du pape Nicolas IV

Les origines de l'École de médecine de Montpellier se confondent probablement avec celles de la ville elle-même qui naît vers le Xe siècle, autour d'un petit sanctuaire sur une voie du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. L'existence d'une École de médecine est attestée dès 1137[2].

Les raisons de sa fondation sont surtout d'ordre géographique : Montpellier est à quelques kilomètres de la mer, avec l'avant-port actif de Lattes, en contact avec le monde méditerranéen, notamment la Catalogne et les îles Baléares, ayant obtenu du Pape le privilège de commercer avec les musulmans. C'est un point de jonction entre deux courants d'échanges économiques et culturels : l'un occidental (Afrique du nord, Espagne), l'autre oriental (Proche-Orient, Grèce, Italie du nord). La médecine à Montpellier aurait suivi les mêmes voies de diffusion que celles de l'art Roman[3].

Le seigneur de Montpellier Guilhem VIII promulgue un édit rendant totalement libre l'enseignement de la médecine en 1181[4],[5]. À la même époque l’école de droit est marquée par l’enseignement de Placentin, juriste venu de Bologne.

En 1220, le cardinal Conrad, légat du pape Honorius III, accorde une reconnaissance pontificale à l'école de médecine, rendant caduc l'édit de Guilhem VIII puisque ces statuts font de l'évêque de Maguelone le chef suprême des écoles de médecine de Montpellier :

« Qu'à l'avenir, personne ne se livre à l'enseignement public de la médecine sans avoir été préalablement examiné et approuvé par l'évêque de Maguelone qui, pour cet examen, s'adjoindra des professeurs de son choix »[6].

La proximité de la cour pontificale d'Avignon accroît rapidement le rayonnement de l'université. En 1240, l’évêque de Maguelone, chancelier des écoles, confère des statuts complémentaires à l'Université de médecine. L’université de Montpellier elle-même est créée le 26 octobre 1289 par la bulle papale Quia Sapientia du pape Nicolas IV qui en fait une studium generale c’est-à-dire un centre d’enseignement de toutes les disciplines (Médecine, Droit, Arts libéraux). Cette bulle est actuellement conservée aux archives municipales de la ville de Montpellier. Après sa création, sa renommée et celle de la ville de Montpellier s'étend en Europe et de nombreux étrangers viennent y étudier, cherchant à acquérir le titre de « docteur de Montpellier ». Celui-ci offre le privilège d'exercer dans tout le royaume de France et seules les universités de Paris et de Montpellier peuvent accorder ce privilège. Sa création participera également au développement de la vie scientifique à Montpellier[7].

L’école de théologie resta indépendante jusqu'à une décision pontificale de 1421 qui la rattacha à l’école de droit. L’école des arts déclina dès le XIIIe siècle pour devenir une simple école municipale, dont le recteur était choisi par les consuls de la ville[8].

L’École de médecine a tenu à rester une Université à part, relativement indépendante du pape et du roi. Elle reçoit ses statuts particuliers en 1340. Elle est dirigée par un chancelier et se compose du Collège des Douze-Médecins. En 1452, un collège supplémentaire, d'origine laïque, est fondé, le collège de Girone, dit « Petit Collège[9] ». Il s'agit de locaux universitaires (maisons d'habitation en ville) servant de lieux d'enseignement et de pensionnat[10].

Elle jouit d’un grand prestige, fournissant des médecins auprès des rois[11], ayant la réputation d’avoir hérité du savoir des Andalous, et accueille des étudiants de toute l’Europe[12]. Au XIIIe siècle, les étudiants viennent d'Espagne, du Portugal, d'Italie, d'Allemagne et d'Angleterre. Au XIVe siècle, l'Allemagne est largement en tête, et de nouveaux pays sont représentés (Hollande, Belgique, Suisse, Pologne)[13]. Elle attira par la ailleurs des personnes devenues célèbres, telles que François Rabelais, Nostradamus ou Pierre Belon en tant qu'étudiants.

En 1498, quatre chaires médicales sont fondées, auxquelles seront rajoutées les chaires d'anatomie et de botanique (à laquelle est associé un jardin botanique, premier crée dans le royaume de France. Actuel jardin des plantes de Montpellier, celui-ci à un objectif pédagogique visant à apporter une enseignement de terrain) en 1593, de chirurgie et de pharmacie en 1597, de chimie en 1676 et de clinique en 1715. Grâce notamment à ses infrastructures dédiées à l'enseignement, Montpellier devient une des principales villes universitaires de France, l'anatomie ayant une place importante dans la diversité des disciplines enseignées[7].

Ère moderneModifier

Comme toutes les universités françaises, celles de Montpellier fut supprimée en 1793 pour être remplacée par un système d’écoles centrales et d’écoles spéciales[14]. Mais dès 1794, l'École de Médecine de Montpellier est rétablie avec celles de Paris et de Strasbourg.

XIXe siècleModifier

Petit à petit les facultés vont se reformer au cours du XIXe siècle. Napoléon promulgua la loi du 21 germinal an XI () qui créa une école de pharmacie à Montpellier [15],[16]. Le 10 mai 1806 (décrets d'application votés le ), Napoléon crée l’université impériale [17]. Une faculté des sciences est ouverte en 1810[18],[19], il faut attendre 1878 pour que la faculté de droit soit rétablie.

L’école de pharmacie est créé en 1803.

En 1875, le ministère de l'instruction publique propose de créer 6 grands centres universitaires en France dotés d'un personnel et de matériel important. Le conseil général des facultés de Montpellier demande ainsi la création d'une faculté de droit afin de pouvoir avoir une place parmi les 6. En 1878, la proposition est acceptée par le ministère, ce qui fait de Montpellier un des plus grands centres universitaires du pays.

La même année, une convention permet la création de la nouvelle faculté ainsi que la mise à disposition des locaux dans l'ancien hôpital Saint-Eloi (jugé vétuste, un nouvel hôpital Saint-Eloi est alors construit) où les facultés se regrouperont, appelé alors « le palais des facultés ». Ce n'est qu'en 1890 que les travaux sont achevés, après quelques retardements, l'inauguration y a eu lieu le . Chaque faculté y est indépendante (lettres, droit et science), celle de science disposant de la plus grande surface. D'autres salles sont communes, comme la bibliothèque ou la salle des fêtes. L’université de Montpellier en fait son siège jusque dans les années 1960. Par la suite, le bâtiment devient le siège du rectorat. L'inauguration du palais universitaire se fait parallèlement à la commémoration du VIe centenaire de l'université de Montpellier (anniversaire de la bulle papale de 1289). S'y rendent alors les universités françaises et étrangères, le président Sadi Carnot ainsi que le directeur de l'enseignement supérieur Louis Liard et la communauté savante. La ville entière est décorée du 21 au 27 mai pour l'occasion, le but étant de faire de ces jours de fête un succès international. L’événement fut assez fortement médiatisé. Le but de cette grande fête était en particulier dans l’intérêt de mettre en avant la nouvelle université de Montpellier afin qu'elle devienne un des grands pôles universitaires de France. En effet, le gouvernement réfléchissait depuis plusieurs années déjà à réformer l'université afin de créer de tels centres pour concurrencer celui de Paris. Ainsi, le , un projet de loi est présenté dans le but de constituer officiellement des universités. Après de nombreux débats autour de cette réforme, une loi sera adoptée le , date à laquelle les différentes facultés montpelliéraines obtiennent officiellement le titre d'université. La célébration du VIe centenaire à Montpellier ainsi que l'unification des facultés dans le nouveau palais universitaire place la nouvelle université de Montpellier en tant qu'image d'exemple de ce projet de réforme national. Par ailleurs, en 1883, les facultés sont ouvertes au grand public grâce à l'autorisation de la mise en place de cours libres[20].

 
Le siège du rectorat, rue de l’Université à Montpellier, siège de l'université de Montpellier de 1890 à 1960.
 
Le bureau de l’association des étudiants de Montpellier (AGEM) aux fêtes du VIème centenaire en 1892

En 1890, une annexe de la faculté de Médecine nommée institut de Biologie est construite le long du boulevard Henri IV. L’institut de Botanique de la faculté de Sciences est également construit derrière le jardin des plantes. Ce dernier y rassemble l'ensemble des herbiers de Montpellier. En 1959, alors que l'institut de botanique devient trop petit pour accueillir l’ensemble des étudiants, celui-ci est reconstruit, se dotant de locaux plus spacieux et plus modernes. Il connaît alors un rayonnement scientifique international. Il s'y trouve aujourd'hui le deuxième herbier le plus grand de France.

L'institut de chimie est lui installé à l'école de pharmacie en 1889, rue de la Verrerie., fédérant les chaires de chimie de l'école de pharmacie et celle de la faculté des sciences. En 1922, l'institut est supprimé et remplacé par un institut des ingénieurs chimistes sous la direction de la faculté des sciences dont les locaux sont situés dans les bâtiments de l'ancien évêché. Après la première guerre mondiale, la faculté des sciences est mise à contribution, afin de rechercher des produits de substitution en cas de pénurie d'essence pour cause de guerre par exemple. C'est la première fois que l'institut est en partie destiné à l'industrie. En 1934 est construit rue de l'École normale un nouveau bâtiment afin d'y loger l'institut de chimie, qui deviendra en 1957 l'École Nationale Supérieure d'Ingénieur[21].

En application de la loi du , l’ensemble de ces facultés est fédéré et l’université de Montpellier est enfin recréée. Cependant, l’université de Montpellier n’est qu’une simple addition de différentes facultés (lettres, médecine, pharmacie, sciences et droit) qui gardent leur autonomie, leur statut de personne morale et leur doyen.

XXe siècleModifier

La partition de l’université de Montpellier par la loi Faure () a donné naissance à trois nouvelles universités :

Les facultés (droit, lettres, médecine, sciences, pharmacie) cessent d’exister en tant que personnes morales et deviennent soit des UER (puis UFR en 1984) pour médecine, droit et pharmacie (UM1), soit des universités de plein exercice pour lettres (UM3) et sciences (UM2). Seules les trois universités existent en tant que personne morale et sont chacune dirigées par un président.

Les trois universités de Montpellier ont collaboré via la conférence académique des présidents des universités de l’académie de Montpellier (créé en 1990) ou le Pôle universitaire européen de Montpellier et du Languedoc-Roussillon (créé en 1994) ou par la création de services inter-universitaires[32].

XXIe siècleModifier

Le pôle de recherche et d'enseignement supérieur université Montpellier Sud de France, dont les trois universités sont membres fondateurs, est créé en 2009[33]. Ses objectifs sont la préparation de la fusion des universités, et les appels à projets. Le regroupement est un des lauréats nationaux du Plan campus en 2008, mais n’est pas retenu en tant qu’initiative d'excellence en 2011[34]. La fusion des établissements prend du retard[35]. Le , le PRES devient COMUE Languedoc-Roussillon Universités.

Ainsi, après l’université de Strasbourg, d’Aix-Marseille, de Lorraine et de Bordeaux entre 2009 et 2014, les universités Montpellier-I et Montpellier-II fusionnent au , pour créer à nouveau l’université de Montpellier[1]. L’université Montpellier-III, qui s’est éloignée des deux autres universités lors du concours des Idex en 2011 reste un établissement autonome[36].

Le , pendant les manifestations en opposition à la Loi relative à l'orientation et à la réussite des étudiants, des violences éclatent à la faculté de droit de Montpellier[37]: un groupe d'individus cagoulés déloge violemment des étudiants grévistes d'un amphithéâtre . Deux professeurs de droit, Philippe Pétel et Jean-Luc Coronel, sont mis en examen le 29 mars, l'un pour « complicité d’intrusion », l'autre pour « violences en récidive »[38]. Un rapport de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche publié le 28 mai[39] les accable[40]. En septembre, cinq personnes proches des milieux identitaires et régionalistes, parmi lesquelles un militaire à la retraite et la compagne de Jean-Luc Coronel, sont mises en examen pour « violences aggravées », « intrusion dans un établissement d’enseignement » ou pour complicité de ces délits[41]. De lourdes sanctions disciplinaires sont prononcées: interdiction d'enseigner pendant 5 ans pour Philippe Petel et révocation de Jean-Luc Coronel; l'avocate du premier promet de faire appel et « s'il le faut, d'aller jusqu'au Conseil d'État »[42],[43]. Conformément aux réquisitions du Parquet[44],[45], sept personnes, dont le doyen Philippe Petel, sont renvoyés en correctionnelle et seront jugés pour « violences volontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail n’excédant pas huit jours » et complicité de ces violences (avec une ou plusieurs circonstances aggravantes selon les cas : en réunion, avec arme et dissimulation de visage)[46].

L'université est bloquée par les étudiants le , en réaction à la loi sur l’orientation et la réussite des étudiants (ORE) adoptée en mars[47].

Administration et servicesModifier

Sur le plan statutaire, l’université de Montpellier est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPCSCP), jouissant de la personnalité morale, de l’autonomie pédagogique, scientifique, administrative et financière[48].

AdministrationModifier

L'Université est administrée par[49] :

  • Le Conseil d'Administration, organe décisionnel qui détermine la politique de l'établissement. Il est composé de 36 membres dont 28 élus au suffrage direct ;
  • Le Conseil Académique, qui assure la cohérence et l’articulation entre les politiques de formation et de recherche. Il est composé de 80 membres élus répartis en 2 commissions de 40 membres chacune :
    • La Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU), qui détermine la politique de l'enseignement, de la formation et de la vie étudiante ;
    • La Commission de la Recherche, qui détermine la politique de recherche, de valorisation et de répartition des ressources.
  • Le Comité Technique, qui est l'instance de concertation intéressant le fonctionnement et l’organisation des services ;
  • La Commission Paritaire d’Établissement, qui est consultée sur les décisions individuelles concernant les membres du personnel BIATS ;
  • Le Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), qui contribue à la protection de la santé et de la sécurité des agents et à l’amélioration de leurs conditions de travail.

DirectionModifier

  • Président de l'université : Philippe Augé[50] (professeur des universités en droit public), élu le mardi et réélu le [51] ;
  • Vice-président du Conseil d'administration : Bruno Fabre (professeur des universités en sciences de gestion, IAE)[50].

ImplantationsModifier

L'université à MontpellierModifier

 
Les composantes de l'université à Montpellier

L'université est implantée sur plusieurs sites dans la ville de Montpellier, la ligne 1 du tramway permet de relier la quasi-totalité des différents sites :

  • au sud de la ville, le campus de Richter desservi par les stations Port-Marianne et Rives du Lez, héberge la Faculté d'Économie, Montpellier management, l'Institut de préparation à l'administration générale de Montpellier et la Maison des étudiants "Aimé Schonenig" ;
  • dans le centre-ville, desservi par les stations Louis Blanc et Place Albert 1er - Cathédrale, sont implantés : la Faculté de Droit & Science Politique, le bâtiment historique de la Faculté de Médecine, le Jardin des Plantes, l'Institut de Biologie abritant des services de médecine et des services administratifs de l'université, les bâtiments administratifs situés boulevard Henri IV et la présidence de l'université située rue Auguste-Broussonnet dans l'ancien Institut de Botanique ;
  • la station Stade Philippidès dessert la Faculté d'Éducation implantée Place Marcel Godechot ainsi que le Stade Philippidès propriété de l'Université ;
  • plus au nord, dans le quartier de Boutonnet, est implantée la Faculté de Pharmacie sur un campus de 4 hectares au croisement de la Voie Domitienne et de l'avenue Charles Flahault, le site est desservi par l'arrêt Boutonnet ;
  • plus au nord, le grand campus de Triolet d'une superficie de 30 hectares et desservi par la station Universités des Sciences et des Lettres, abrite la Faculté des Sciences, l'IAE et Polytech Montpellier ;
  • au nord de la ville, dans le quartier des hôpitaux, la station Occitanie permet de desservir l'IUT de Montpellier implanté dans un campus de 9 hectares (avenue d'Occitanie), l'Unité Pédagogique Médicale (UPM) et le nouveau campus de la Faculté de Médecine proche de l'hôpital Arnaud de Villeneuve, l'UFR STAPS implantée sur le domaine de Veyrassi (avenue du Pic Saint-Loup), ainsi que de nombreux bâtiments abritant des laboratoires de Recherche (Institut Universitaire de Recherche Clinique, Institut de Génomique Fonctionnelle, Institut de Génétique Humaine, etc.) ;
  • le campus de Saint-Priest (rue de Saint-Priest, rue Ada, rue de la Galéra), desservi par la station Château d'Ô, abrite de nombreux laboratoires de recherche scientifiques de la Faculté des Sciences (Institut d'Électronique et des Systèmes, Laboratoire d'Informatique de Robotique et de Microélectronique de Montpellier, Laboratoire de Mécanique et Génie Civil, etc.) ;
  • tout au nord de Montpellier dans le quartier Euromédecine, la station Hauts de Massane dessert la Faculté d'Odontologie (avenue du Professeur Jean-Louis Viala).

L'université hors de MontpellierModifier

L'Université possède également de nombreuses antennes délocalisées sur la région :

  • à Nîmes : l'IUT de Nîmes (quartier Saint-Césaire), une antenne de la Faculté de Médecine (quartier Carémeau) et une antenne de la Faculté d'Éducation ;
  • à Béziers : l'IUT de Béziers ;
  • à Sète : une antenne de l'IUT de Montpellier ;
  • à Perpignan : une antenne de la Faculté d'Éducation ;
  • à Carcassonne : une antenne de la Faculté d'Éducation ;
  • à Mende : une antenne de la Faculté d'Éducation ;
  • à Albaret-Sainte-Marie (Lozère) : une antenne de l'ISEM.

Les composantesModifier

L'université de Montpellier dispose de 17 composantes[52] :

  • 8 facultés (Unité de Formation et de Recherche) ;
  • 7 instituts ;
  • 2 écoles.

FacultésModifier

Les huit facultés ont le statut officiel d'« unité de formation et de recherche » (UFR).

La Faculté des sciences de MontpellierModifier

L’UFR des sciences est située au nord de Montpellier sur le campus de Triolet (place Eugène Bataillon) ainsi que sur le campus de Saint-Priest (rue de Saint-Priest, rue Ada). La faculté des sciences est divisée en 12 départements : biologie–mécanisme du vivant (Bio-MV), biologie–écologie, chimie, enseignement des sciences et recherche de l’enseignement (DESciRE), enseignement des sciences de la terre de l’eau et de l’environnement de Montpellier (DESTEEM), électronique électrotechnique automatique (EEA), physique, informatique, département des langues (DDL), mathématiques, mécanique, parcours des écoles d’ingénieurs de Polytech (PEIP).

La Faculté de médecine de MontpellierModifier

L'UFR médecine est située en centre-ville de Montpellier pour les bâtiments historiques (« bâtiment historique » : rue de l’École-de-Médecine, institut de biologie : boulevard Henri-IV), à proximité des hôpitaux au nord de Montpellier (unité pédagogique médicale et institut universitaire de recherche clinique : Avenue du Doyen-Giraud) et possède une antenne sur Nîmes (Chemin du Carreau de Lanes), à proximité du CHU Carémeau.

La Faculté de droit et science politique de MontpellierModifier

L'UFR droit et science politique est située en centre-ville de Montpellier sur 3 bâtiments (Bâtiment 1 : rue de l'Université, Bâtiment 2 : rue du Cardinal-de-Cabrières, Bâtiment 3 : rue de l'Arc-des-Mourgues).

La Faculté de pharmacie de MontpellierModifier

L'UFR pharmacie (ou des sciences pharmaceutiques et biologiques) est située sur un campus dans le quartier de Boutonnet (avenue Charles-Flahault). Un musée de la pharmacie est créé sur le site en 1972, et prend le nom d’Albert Ciurana. La faculté de pharmacie abrite également dans ses locaux un droguier qui regroupe près de 10 000 échantillons, classé aux monuments historiques depuis 2009[53],[54].

La Faculté des sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS)Modifier

L'UFR STAPS est située sur 3 bâtiments (bâtiment A, Bâtiment P1, palais universitaire des Sports) et terrains de sports au domaine de Veyrassi au nord de Montpellier dans le quartier « Plan des 4 Seigneurs » (Avenue du Pic Saint Loup), ainsi qu'au stade d'athlétisme « Philippidès ».

La Faculté d'éducationModifier

L'UFR d'éducation[55] intervient, pour certains enseignements[56], au sein des cinq sites départementaux de l'ESPE-LR : Montpellier (2 place Marcel Godechot), Mende (Avenue du Père Coudrin), Nîmes (62, rue Vincent-Faïta), Carcassonne (122, avenue du Général Leclerc) et Perpignan (3 avenue Alfred Sauvy).

La Faculté d'économieModifier

L'UFR d'économie est située au sud de Montpellier dans le campus de Richter (Bâtiment C : avenue Raymond Dugrand).

La Faculté d'odontologieModifier

L'UFR odontologie est située au nord de Montpellier au parc Euromédecine (avenue du Professeur Jean-Louis Viala). Créée en 1958, la faculté d'odontologie prépare les futurs chirurgiens-dentistes, les enseignants-chercheurs et praticiens-hospitaliers.

InstitutsModifier

Institut Montpellier management (MOMA)Modifier

L’Institut Montpellier Management (union de l'ISEM et de l'AES) est situé au Sud de Montpellier sur le campus de Richter (Bâtiment B & D), et possède également une antenne à Albaret-Sainte-Marie (Lozère) sur le site d'« Orfeuillette » (à proximité du château du même nom).

Institut d'administration des entreprises de Montpellier (IAE)Modifier

L'Institut d'administration des entreprises de Montpellier est basé à Montpellier sur le campus de Triolet (Place Eugène Bataillon). Il propose des diplômes de niveau Licence et Master. En 2005, l'IAE de Montpellier a obtenu la certification de services Qualicert par SGS. Depuis cette 1re obtention, la certification a été reconduite chaque année à la suite d’un audit de vérification.

IUT de Montpellier-SèteModifier

L'IUT de Montpellier-Sète est un institut d'enseignement technologique basé à Montpellier (Avenue d'Occitanie) ainsi qu'une antenne délocalisée à Sète (Chemin de la poule d’eau, carrefour de l’Europe). Il propose des formations techniques de niveau bac+2 (Diplôme Universitaire de Technologie, DUT) et de niveau bac+3 (Licence professionnelle).

IUT de NîmesModifier

L'IUT de Nîmes est un institut d'enseignement technologique basé à Nîmes (8 rue Jules-Raimu) dans le quartier de Saint-Césaire. Créé en 1968, l'IUT de Nîmes propose des formations techniques de niveau BAC+2 (DUT), BAC+3 (Licence professionnelle) et une formation d'ingénieur.

IUT de BéziersModifier

L'IUT de Béziers est un institut d'enseignement technologique basé à Béziers (3 place du 14 juillet) près du Centre Universitaire Du Guesclin. Il propose des formations techniques de niveau bac+2 (Diplôme Universitaire de Technologie, DUT) et de niveau bac+3 (Licence professionnelle) ainsi que des formations courtes de niveau bac (DAEU-B, DU IMRIT).

Institut de Préparation à l'Administration Générale (IPAG)Modifier

L’Institut de Préparation à l'administration Générale (IPAG) est situé sur le campus de Richter (Bâtiment B : Avenue Raymond Dugrand). Il prépare aux concours de la fonction publique (Institut national des études territoriales (INET), Institut régional d'administration (IRA), EHESP, inspecteur des impôts, concours des douanes, etc.).

ÉcolesModifier

Polytech MontpellierModifier

Polytech Montpellier, anciennement Institut des Sciences de l'Ingénieur de Montpellier (ISIM), est une école de formation d'ingénieurs (baccalauréat +5) et de recherche fondée en 1970. L'école a été officiellement reconnue par la Commission des Titres d'Ingénieur (CTI) en 1974 et fait partie de la Conférence des grandes écoles et du réseau Polytech. Polytech Montpellier est située au nord de Montpellier sur le campus de Triolet (Place Eugène Bataillon).

Observatoire de Recherche Montpelliérain de l’Environnement (OREME)Modifier

L’Observatoire de Recherche Montpelliérain de l’Environnement est une école interne de l’Université de Montpellier, et également un observatoire des Sciences de l’Univers (OSU). Ces recherches scientifiques sont concentrés sur les risques naturels et l’impact des changements globaux et anthropiques, grâce à des compétences scientifiques tel que la géosciences, l'hydrosciences, et la sciences de la biodiversité et de l'écologie[57],[58]. Elle comprend 8 unités de recherche rattachées, 3 plateformes techniques et une station marine à Sète[59].

RechercheModifier

Réparties en 9 départements scientifiques, les quelque 70 structures de recherche de l’Université de Montpellier sont tournées vers les défis émergents d’un monde en mouvement. De l’exploration spatiale à la robotique, en passant par l’ingénierie écologique ou les maladies chroniques, ses chercheurs mènent des travaux susceptibles d’apporter des réponses inédites au service de l’Homme et de son environnement. Partenaire des CHRU de Montpellier et Nîmes et des organismes de recherche, l’Université de Montpellier offre à ses chercheurs des plateformes technologiques de haut niveau indispensables à une recherche de pointe : Centre Spatial Universitaire (CSU), plateforme intégrée d’études du mouvement humain (Euromov)[60].

PatrimoineModifier

Grâce à son ancienneté, le patrimoine de l'université Montpellier revêt un caractère exceptionnel. Depuis la Révolution française, ce dernier s’est enrichi de très beaux bâtiments allant de la Renaissance pour la faculté de médecine jusqu’aux bâtiments d’architectures contemporaines, comme la faculté d'administration économique et sociale (AES) sur le campus de Richter et la faculté des sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) du campus de Veyrassi[61].

L’université dispose du plus ancien jardin botanique de France (1593), le « jardin des plantes de Montpellier » et d'espaces dédiés à l'univers de la médecine, tels que :

Personnalités liées à l'universitéModifier

PrésidentsModifier

Présidents 
IdentitéPériode
DébutFin
Philippe Augé (d)[68]En cours

EnseignantsModifier

Enseignant Nationalité Années Domaine de compétences
Raymond Lulle[69]
Royaume de Majorque / Couronne d'Aragon
vers 1232-1316 philosophe et poète mystique majorquin
Arnaud de Villeneuve
 
1238-1311 médecin et théologien valencien
Guillaume de Nogaret
 
1287-1293 professeur de droit
Guy de Chauliac
 
1325 Maître en médecine en 1325
Urbain V, Guillaume de Grimoard
 
1342 Etudiant puis docteur en droit, Pape d'Avignon.
Benoît XIII, Pedro de Luna
 
Docteur en droit, antipape d'Avignon de 1394 à 1423
Adam Fumée
 
Professeur de faculté de médecine puis conseiller et médecin des rois de France Charles VII et Louis XI ;
Félix Platter
 
1554 Docteur en médecine en 1554 ;
Guillaume Rondelet ;
 
Chancelier de la faculté de médecine en 1566
Joseph Diez Gergonne
 
Fondateur des Annales de Mathématiques pures et appliquées
Germain Dupré (1811-1893)
 
professeur de clinique médicale, homme politique français
Antoine Estève Baissie
 
professeur de théologie
Antoine-Jérôme Balard
 
1819-1841 chimiste, découvreur du brome (Royal Medal de la Royal Society de Londres en 1830)
Édouard Roche
 
Astrophysicien, professeur de mathématiques entre 1853 et 1883 et membre correspondant de l'académie des sciences
Jacques Curie
 
1883- 1920 physicien, professeur de minéralogie
François Gigot de Lapeyronie
 
chirurgien de renommée, il fit des démonstrations de dissection devant les étudiants.
Georges Frêche
 
professeur de droit, homme politique, maire de Montpellier
Paul Alliès
 
professeur de sciences politiques, homme politique, président de la Convention pour la 6e République

ÉtudiantsModifier

Élève Nationalité Années Domaine de compétences
Pétrarque
 
1317-1320 étudiant en droit, poète et humaniste florentin.
Nostradamus
 
1529-1530 étudiant en médecine
François Rabelais
 
1530 bachelier en médecine, écrivain français humaniste de la Renaissance
Conrad Gessner
 
1540-1541 étudiant en médecine, naturaliste suisse.
Prince Frédéric-Guillaume de Schaumbourg-Lippe
Principauté de Schaumbourg-Lippe
1720-1721 grand théoricien militaire
Jean-Jacques-Régis de Cambacérès
 
1772 licencié en droit puis jurisconsulte et homme d'État français
Thomas Browne
 
médecin et écrivain
Paul Valéry
 
1894 licencié en droit, écrivain, poète et philosophe

Frédéric Bourguet

 
Docteur en droit, homme politique et résistant, sénateur du Tarn
Enver Hodja (1908-1985)
 
1931-1933 homme politique et président albanais jusqu'en 1985
Jean Moulin
 
1947-1921 Inscrit à la faculté de droit en 1917 dont il obtient la licence en 1921 et Vice-Président de l'Association Générale des Étudiants de Montpellier (AGEM).
Germaine Cauquil
 
Première femme titulaire d'une chaire de chimie en 1948
Bernard Pons
 
1946-1952 Inscrit à la faculté de médecine en 1946 dont il obtient le doctorat en 1952 et Résistant, homme politique, Président de Association Générale des Étudiants de Montpellier (AGEM), puis Vice-Président de l'UNEF[70].
Denis Boubals
 
œnologue
Michel Henry
 
philosophe
Valdiodio N'diaye
 
1951 avocat et ministre sénégalais, Docteur en droit.
Khieu Samphân
 
docteur en économie en 1955, militant communiste, président du Kampuchéa démocratique de 1976 à 1979.
Jacques Bompard
 
homme politique
Hélène Mandroux
 
Médecin anesthésiste, femme politique française. Elle est maire de Montpellier de 2004 à 2014.
Yves Pozzo di Borgo
 
homme politique, Président de Association Générale des Étudiants de Montpellier (AGEM) de 1970 à 1972
Jean-Luc Gréau
 
économiste
Alexandre Grothendieck
 
mathématicien, médaille Fields 1966
Thierry Ardisson (né en 1949)
 
animateur et producteur de télévision, Deug d'anglais en 1971
Mohed Altrad
 / 
Homme d'affaires et homme politique français d'origine syrienne, dirigeant du groupe Altrad. Il est également président du Montpellier Hérault rugby.
Philippe Saurel
 
1984 Chirurgien-dentiste, homme politique et maire de Montpellier.
Marielle Montginoul (née en 1971)
 
économiste chercheuse au sein de l'IRSTEA
Tarik Brahmi
 
1991 député canadien, diplômé en microélectronique et automatique
Sahle-Work Zewde
 
présidente de la République démocratique fédérale d’Éthiopie depuis le .

En lien avec le jardin des plantesModifier

 
Buste de Pierre Richer de Belleval fondateur du jardin des plantes de Montpellier, au jardin des plantes.
Nom Nationalité Années Domaine de compétences
Pierre Richer de Belleval
 
1555-1632 fondateur du jardin des plantes de Montpellier
Augustin Pyramus de Candolle
 
botaniste Genevois
François Toussaint Node-Véran
 
Peintre du jardin des plantes
Michel Félix Dunal
 
botaniste et directeur du Jardin des Plantes

LogotypesModifier

  Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Source et référencesModifier

Source
Références
  1. a et b Décret no 2014-1038 du 11 septembre 2014 portant création de l’université de Montpellier
  2. Louis Dulieu, La médecine à Montpellier, vol. 1 : Le moyen-âge, Avignon, Les Presses Universelles, , 386 p., 24 cm (OCLC 489145462, notice BnF no FRBNF34558194, SUDOC 000038180, présentation en ligne, lire en ligne), p. 13 (consulté le ).
  3. Louis Dulieu 1975, op. cit. p. 19-25.
  4. Mélanges d'histoire de la médecine hébraïque, par Gad Freudenthal, Samuel S. Kottek, Paul Fenton Compilé par Gad Freudenthal, Samuel S. Kottek Publié par BRILL, 2002 (ISBN 90-04-12522-1 et 978-90-04-12522-3)
  5. « Quiconque, quel qu'ils soit, d'où qu'il vienne, a le droit d'enseigner la médecine à Montpellier ». L. Dulieu 1975, p. 24.
  6. Louis Dulieu 1975, op. cit, p. 31-32.
  7. a et b De la faculté des sciences à l'Université Montpellier 2, p. 21-26.
  8. Guillot, O., Rigaudière, A. et Sassier, Y. dir., Pouvoirs et institutions dans la France médiévale, vol. 2, Des temps féodaux aux temps de l'État, Paris, Armand Colin, 1998, réed. 1994, p. 79.
  9. Louis Dulieu, « Le Collège de Girone de Montpellier », Annals de l'Institut d'Estudis Gironins, vol. 19,‎ , p. 107-130 (lire en ligne).
  10. Louis Dulieu 1975, op. cit., p. 62-72.
  11. Par exemple, Louis Saporta, un des médecins de Charles VIII. C'est le fondateur d'une lignée de 4 générations de médecins juifs, professeurs à Montpellier ou médecins auprès des Grands. Voir en particulier Antoine de Saporta, médecin clinicien ayant professé au XVIe siècle.
  12. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, lire en ligne). p. 157
  13. Louis Dulieu 1975, op. cit., p.230.
  14. Les universités sont supprimées par le décret de la Convention du 15 septembre 1793. L'ensemble des décrets de la Convention est conservée aux Archives nationales « Série A Lois, décrets et actes originaux des assemblées de 1789 à mai 1940 par Isabelle Rouge-Ducos »
  15. Bulletin des lois de la République, 3e série, tome 8, no 270, p. 121-129, Paris: Imprimerie de la République, vendémiaire an XII « gallica.bnf.fr »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  16. Louis Dulieu, La pharmacie à Montpellier des origines à nos jours Avignon, Les Presses universelles, 1973
  17. Bulletin des lois de la République, 4e série, tome 8, no 185, p. 145-171, Paris : Imprimerie impériale, 1808 « gallica.bnf.fr »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  18. Louis Dulieu, La faculté des Sciences de Montpellier. De ses origines à nos jours, Les Presses universelles, 1981
  19. De la faculté des sciences à l'Université Montpellier 2.
  20. De la faculté des sciences à l'Université Montpellier 2, p. 103-128.
  21. De la faculté des sciences à l'Université Montpellier 2, p. 130-147.
  22. Décret du 19 janvier 1957 portant création de l’École nationale supérieure de chimie de Montpellier
  23. a et b Bénédicte Vergez-Chaignon, Le monde des médecins au XXe siècle, Bruxelles, éditions Complexe, coll. « Le monde de », , 275 p. (ISBN 9782870276426 et 2870276427, OCLC 465598745, notice BnF no FRBNF36160976), p. 66-71.
  24. L'Action française, « Les étudiants contre les métèques : la faculté de Montpellier lance l'ordre de grève », sur Gallica, (consulté le 3 juillet 2018), p. 2.
  25. a et b Bruno Halioua, Blouses blanches, étoiles jaunes : l'exclusion des médecins juifs en France sous l'Occupation, Paris, Liana Levi, coll. « Piccolo », (1re éd. 1999), 285 p. (ISBN 9782867463167, OCLC 470446397, notice BnF no FRBNF38957239), p. 35-36.
  26. Jules Laurent, « Les étudiants en médecine font aujourd'hui une grève des cours », sur Gallica, Le Figaro, (consulté le 3 juillet 2018), p. 1.
  27. Louis Dabir et Charlie Duplan, « Une brève histoire des rixes estudiantines », sur Vice, (consulté le 30 juillet 2018).
  28. Ralph Schor, L'opinion française et les étrangers : 1919-1939, Paris, publications de la Sorbonne, , 761 p. (ISBN 9782859440718 et 2859440712, OCLC 299421030, notice BnF no FRBNF36623916), p. 588-589.
  29. Henri Nahum (préf. Jean Langlois), La médecine française et les Juifs : 1930-1945, Paris, éditions L'Harmattan, coll. « Racisme et eugénisme », , 412 p. (ISBN 9782747598514 et 2747598519, OCLC 421809633, notice BnF no FRBNF40196529), p. 72.
  30. Décret du 23 décembre 1970 portant érection d’universités et instituts nationaux polytechniques en établissements publics à caractère scientifique et culturel
  31. a et b Décret no 70-1174 du 17 décembre 1970 portant érection en établissements publics à caractères scientifique et culturel d’universités et centres universitaires
  32. « Historique », sur www.pres-univ-montp.fr
  33. Décret no 2009-646 du 9 juin 2009 portant création de l’établissement public de coopération scientifique « Université Montpellier Sud de France »
  34. Guillaume Mollaret, « Grand Emprunt : un bilan mitigé pour Montpellier », sur letudiant.fr/educpros,
  35. Guillaume Mollaret, « Montpellier, l’université unique au point mort ? », sur letudiant.fr/educpros,
  36. Guillaume Mollaret, « L’université Montpellier 3 se retire du projet Idex », sur www.letudiant.fr/educpros,
  37. « Le mouvement de contestation étudiant se durcit », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  38. « La fac de Montpellier craint de voir son image ternie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  39. « Intrusion et faits de violence perpétrés dans un amphithéâtre de l’UFR droit et science politique de l’université de Montpellier » [PDF], sur enseignementsup-recherche.gouv.fr,
  40. « Violences à la faculté de droit de Montpellier : un rapport préconise de sanctionner l’ex-doyen », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  41. « Violences à la faculté de Montpellier : cinq personnes mises en examen », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  42. « Lourdes sanctions disciplinaires pour les deux profs impliqués dans la nuit de violence à la fac de droit de Montpellier », sur France 3 Occitanie (consulté le 8 février 2019)
  43. « L'ex-doyen de la fac de droit de Montpellier interdit d'enseigner durant 5 ans », sur Le Huffington Post, (consulté le 8 février 2019)
  44. Jean-Michel Décugis et Eric Pelletier, « Violences à la fac de Montpellier : le parquet demande le jugement de sept personnes », Le Parisien, (consulté le 25 décembre 2019)
  45. Antton Rouget, « Commando armé à la fac de Montpellier: le procureur veut faire juger le doyen et des militants FN », sur Mediapart, (consulté le 7 octobre 2020)
  46. Antton Rouget et BENJAMIN TEOULE (LE D'OC), « Fac de Montpellier: le commando d’extrême droite et l’ex-doyen renvoyés en correctionnelle », sur Mediapart, (consulté le 7 octobre 2020)
  47. « A Rennes-II et Montpellier-III, des étudiants votent le blocage des facs pour le 9 octobre », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  48. « Statuts de l'UM »
  49. « Conseils et comités », sur Université de Montpellier (consulté le 1er septembre 2020)
  50. a et b « Présidence », sur Université de Montpellier (consulté le 1er septembre 2020)
  51. « Montpellier : Philippe Augé réélu pour 4 ans à la tête de l'Université de Montpellier », sur midilibre.fr (consulté le 1er septembre 2020)
  52. « Facultés, écoles et instituts », sur Université de Montpellier (consulté le 28 mai 2020)
  53. Hélène Palouzié, « La protection Monument historique : connaissance et reconnaissance des collections de l'Université de Montpellier », In Situ. Revue des patrimoines, no 17,‎ (ISSN 1630-7305, DOI 10.4000/insitu.940, lire en ligne, consulté le 28 mai 2020)
  54. « Les drogues durent », sur Université de Montpellier (consulté le 28 mai 2020)
  55. Site web de la faculté d'éducation
  56. Enseignements dispensés au sein de la faculté d'éducation
  57. « Présentation », sur Observatoire des Sciences de l'Univers OREME (consulté le 23 juin 2020)
  58. « Observatoire de Recherche Méditerranéen de l'Environnement (OREME) », sur Université de Montpellier (consulté le 23 juin 2020)
  59. « Observatoire de Recherche Méditerranéen de l’Environnement (OREME) », sur Université de Montpellier (consulté le 23 juin 2020)
  60. « Départements scientifiques », sur Université de Montpellier (consulté le 28 mai 2020)
  61. Plan du campus de Veyrassi, sur le site du STAPS (consulté le 2 juin 2017)
  62. Conservatoire d’anatomie, publié sur le site de l'université de Montpellier (consulté le ).
  63. Fonds Musée Atger, publié sur le site de la Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier (consulté le ).
  64. Musée de la Pharmacie Albert Ciurana, publié sur le site de l'université de Montpellier (consulté le ).
  65. La médecine au temps jadis vue par le droguier, publié par Michelle Rivière le , sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  66. Collections d'histoire de l'ordre des pharmaciens, sur le site de la Sauvegarde du Patrimoine Pharmaceutique (consulté le ).
  67. « Bibliothèque Universitaire de Médecine Centre Ville » (consulté le ).
  68. « http://www.letudiant.fr/educpros/personnalites/auge-philippe-597.html »
  69. « Colloque "Montpellier et la Science, un passé prestigieux, atout pour l'avenir" »
  70. Thierry Desjardins, Les chiraquiens, La Table ronde (réédition numérique FeniXX), (ISBN 978-2-7103-8496-0, lire en ligne)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier