Olympique lyonnais (féminines)

section féminine de club de football français basé à Lyon
Olympique lyonnais
Logo du Olympique lyonnais
Généralités
Nom complet Olympique lyonnais
Surnoms Les Fenottes
Fondation 2004 (acquisition de l'équipe du FC Lyon)
Couleurs Blanc, rouge et bleu
Stade Groupama Stadium
(59 186 places)
Siège Parc OL, 10 avenue Simone Veil, 69150 Décines-Charpieu
Championnat actuel Division 1
Président Jean-Michel Aulas
Entraîneur Sonia Bompastor
Joueur le plus capé Wendie Renard (400)
Meilleur buteur Eugénie Le Sommer (276)
Site web ol.fr
Palmarès principal
National[1] Championnat de France (14)
Coupe de France (9)
Trophée des championnes (1)
International[1] Ligue des champions (7)
Mobcast Cup (1)

Maillots

Kit left arm.png
Kit body OLyonnais2122h.png
Kit right arm.png
Kit shorts OLyonnais2122h.png
Kit socks OLyonnais2122h.png
Domicile
Kit left arm ol2122a.png
Kit body ol2122a.png
Kit right arm ol2122a.png
Kit shorts ol2122a.png
Kit socks ol2122a.png
Extérieur

Actualités

Dernière mise à jour : 12 septembre 2021.

La section féminine de l'Olympique lyonnais est un club de football féminin français basé au Parc Olympique lyonnais à Décines-Charpieu (métropole de Lyon) et créé en 2004.

Les Lyonnaises décrochent quatorze titres consécutifs de championnes de France de 2007 à 2020 ainsi que sept titres de championnes d'Europe en 2011, 2012, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.

L'équipe fanion du club participe au championnat de première division et évoluait, jusqu'en 2016, principalement sur le terrain no 10 de la Plaine des Jeux de Gerland à Lyon, à 400 mètres de l'ancien stade de l'équipe masculine.

La section féminine de l'OL est le seul club européen à avoir remporté 7 fois la Ligue des champions ainsi qu'à avoir réalisé le triplé (championnat national, coupe nationale et Ligue des champions) sur deux saisons d'affilée (2015-2016 et 2016-2017, puis à nouveau 2018-2019 et 2019-2020).

Avec sept trophées européens (dont 5 consécutifs, seul le Real Madrid ayant réalisé cette performance chez les hommes), l’OL féminin est le club français de sport collectif, toutes disciplines confondues, qui possède le plus important palmarès européen.

France location map-Regions and departements-2016.svg
Localisation de la ville de Lyon.

HistoireModifier

FC Lyon (1970-2004)Modifier

L'équipe féminine est créée en 1970 au sein du club omnisports du FC Lyon. À partir de 1977, l'équipe participe au championnat de France féminin relancé par la FFF en 1974. Le FC Lyon obtient son premier résultat marquant en atteignant les demi-finales en 1979, puis la finale en 1985. Après deux nouveaux échecs en demi-finales, les Lyonnaises décrochent leur premier titre national en 1991 face au VGA Saint-Maur. Deux ans plus tard, le FC Lyon remporte la première édition du championnat dans sa nouvelle version (poule unique de 12 équipes sans tournoi final), puis récidivent en 1995 et en 1998.

Lors de la saison 2001-2002, le challenge de France (coupe de France féminine) est créé, et le FC Lyon atteint la finale, perdue contre le Toulouse FC. Les Lyonnaises seront sacrées dès l'année suivante en battant Montpellier en finale, et conservent leur titre en 2004 face à l'US Compiègne[2].

Olympique lyonnais (depuis 2004)Modifier

Création et montée en puissance (2004-2012)Modifier

L'équipe est rattachée à l'Olympique lyonnais depuis l'été 2004. À noter que le FC Lyon possède à nouveau une section féminine depuis 2009. En 2007, pour la première fois, l'équipe championne de première division masculine est la même que l'équipe victorieuse de première division féminine. Le club réalise ainsi un doublé filles-garçons inédit. En 2008, le club se révèle sur le plan européen en atteignant la demi-finale de la Coupe UEFA, après avoir notamment éliminé le club anglais de l'Arsenal LFC. Lors de la saison 2007-2008, l'équipe termine invaincue, et ce toutes compétitions confondues malgré l'élimination en Coupe UEFA contre l'Umeå IK (1-1 au match aller et 0-0 au match retour). Cette saison voit également l'équipe réaliser son premier doublé coupe/championnat, soit exactement la même chose que chez les hommes.

La saison 2008-2009 est du même acabit, les Lyonnaises remportant le championnat avec 13 points d'avance sur les joueuses du Montpellier HSC, avec un match nul et 21 victoires en 22 journées. Elles sont éliminées en demi-finale de la Coupe UEFA par les futurs vainqueurs de la compétition, le FCR Duisbourg (4-2 sur l'ensemble des deux rencontres). La superbe saison des Lyonnaises est confirmée par la nomination de Lotta Schelin et de Louisa Necib au Trophée UNFP du football dans la catégorie « joueuse de l'année », prix finalement remporté par la jeune Française. En finale de la Ligue des champions 2009-2010, les Lyonnaises perdent aux tirs au but (0-0, 6 tab à 7) alors qu'elles avaient deux tirs au but d'avance, face au FFC Turbine Potsdam[3].

En 2011, elles remportent la Ligue des champions après une victoire (2-0) face à ces mêmes adversaires. Les Lyonnaises remportent la compétition en 2012 face au FFC Francfort (2-0) et conservent ainsi leur titre continental, ce qui constitue une première pour un club français. La même année, elles réalisent le premier triplé de l'histoire du football français en remportant également la coupe de France en s'imposant 2-1 face au Montpellier HSC et le championnat de France en s'imposant 3-0 lors de la dernière journée face au FCF Juvisy, qui était encore en course pour le titre. Du au , les Lyonnaises remportent à Saitama au Japon, la Mobcast Cup organisée par la ligue féminine japonaise, qui est un tournoi amical entre deux équipes japonaises, une équipe australienne et l'équipe française, ayant pour but de pousser la FIFA à organiser une coupe du monde des clubs similaire à celle des hommes.

Hégémonie européenne (depuis 2013)Modifier

Le , les Lyonnaises sont officiellement championnes de France pour la 7e fois consécutive et pour la 11e fois de leur histoire grâce à une victoire face à Vendenheim avant la fin de la saison. Au cours de ce championnat, elles gagnent chacun de leurs 22 matchs en inscrivant au total 132 buts pour 5 encaissés. Elles atteignent leur 4e finale consécutive de Ligue des champions, qui se solde par une défaite 1-0 face au VfL Wolfsburg. Les Lyonnaises remportent une 5e Coupe de France en battant l'AS Saint-Étienne par 3-1, le . En 2014, l'équipe s'adjuge un nouveau doublé Coupe-Championnat national mais est éliminée précocement de la Coupe d’Europe en 1/8e de finale par le club allemand du FFC Turbine Potsdam.

En 2015, l'équipe réussit son 5e doublé Coupe-Championnat, et 4e consécutif, mais a vu sa route en Ligue des champions se terminer en huitième de finale, éliminée par le PSG 1 à 0. En championnat, elles gagnent leurs 22 matchs, pour un record de buts marqués (147 et meilleure attaque), et six buts encaissés (meilleure défense). Le , les joueuses disputent le premier match de leur histoire au Parc Olympique lyonnais. Les Lyonnaises l'emportent ce soir-là 9-1 face à l'équipe tchèque du Slavia Prague, en 1/4 de finale aller de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2015-2016[4]. Le , c'est dans ce même Parc OL qu'est battu le record d'affluence pour un match de club de football féminin en France, avec 22 050 spectateurs présents pour assister à la victoire des Lyonnaises 7-0 sur le PSG, en 1/2 finale aller de la Ligue des champions[5]. Le , l'Olympique lyonnais remporte sa troisième Ligue des champions face au VfL Wolfsburg.

Le , le Président du club Jean-Michel Aulas a annoncé le recrutement de la grande star américaine du football, Alex Morgan. Âgée de 27 ans au moment de la signature, elle a signé un contrat de six mois avec le club des Gones. Surnommée « David Beckham Féminin », Alex Morgan intégrera l'OL dès le début du mois de . L'internationale américaine, qui évoluait jusqu'à présent au sein du club d'Orlando en Floride, percevra donc un salaire de 25 000 euros par mois au club rhodanien[6]. Le , l'Olympique lyonnais remporte sa quatrième Ligue des champions contre le Paris Saint-Germain[7].

Le , la section remporte son cinquième titre européen, le troisième consécutif face au VfL Wolfsburg (4-1 après prolongations)[8]. Grâce à cette nouvelle victoire, les Fenottes réalisent un double record : plus grand nombre de titres européens (cinq) et plus grand nombre de titres européens consécutifs (trois). Le , la joueuse norvégienne Ada Hegerberg est élue premier Ballon d'or féminin France Football de l'histoire[9],[10]. Le , le club remporte un treizième championnat de D1 féminine d'affilée[11]. Le , les joueuses récupèrent la Coupe de France, qui leur avait échappé l'année précédente, pour un nouveau doublé ; elles battent en finale le LOSC 3-1.

Le , l'Olympique lyonnais annonce l'organisation d'un tournoi amical nommé Trophée Veolia féminin[12], qui se déroule les et au Groupama Stadium en compagnie de trois autres équipes, qui sont Montpellier HSC, Juventus FC et le PSV Eindhoven[13].

Le , l'Olympique lyonnais remporte sa neuvième Coupe de France[14] en battant le Paris-Saint-Germain aux tirs au but (4-3). En remportant cette Coupe de France, l'Olympique lyonnais fête également un 30e titre à son palmarès[15].

Le , l'Olympique lyonnais remporte le Trophée Veolia féminin. Le , l'équipe féminine remporte une septième Ligue des champions, sa cinquième consécutive, en battant Wolfsburg sur le score de 3-1.

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Identité du clubModifier

LogosModifier

Le premier logo de la section, lors de sa création en 2004, reprend celui de l'Olympique lyonnais créé en 1996 et qui marque une nouvelle évolution dans le graphisme de l'emblème du club. Celui-ci retrouve une forme de blason avec chef, c'est-à-dire une bande supérieure horizontale. Celle-ci est de couleur rouge avec en fond et sur deux lignes la mention « Olympique lyonnais » en lettres capitales de couleur or.

La partie inférieure teinte en bleue est superposée des lettres OL bordées d'un liseré or et de fond blanc. Le lion caractéristique de la ville de Lyon est inséré dans la lettre O en couleur or. Une petite évolution à ce blason a été effectuée en 2006. Elle concerne la mention « Olympique lyonnais » de la partie supérieure. La couleur or est remplacée par des caractères blancs.

CouleursModifier

À la suite de la création de la section en 2004, les joueuses arborent le même maillot que leurs homologues masculins. Historiquement, la couleur des maillots domiciles de l'Olympique lyonnais est le blanc. Les premières années et jusqu'en 1961 le maillot blanc est recouvert d'un liseré en forme de « V » formé de deux bandes rouge et bleue[16], qui sont les couleurs de la ville de Lyon.

Domicile
 
 
 
 
 
2004-2006
 
 
 
 
 
2006-2008
 
 
 
 
 
2008-2009
 
 
 
 
 
2009-2010
 
 
 
 
 
2010-2011
 
 
 
 
 
2011-2012
 
 
 
 
 
2012-2013
 
 
 
 
 
2013-2014
 
 
 
 
 
2014-2015
 
 
 
 
 
2015-2016
 
 
 
 
 
2016-2017
 
 
 
 
 
2017-2018
 
 
 
 
 
2018-2019
 
 
 
 
 
2019-2020
 
 
 
 
 
2020-2021
 
 
 
 
 
2021-2022

Équipementiers et sponsorsModifier

Période Equipementier Sponsor
2004-2005 Umbro aucun
2005-2009 Renault Trucks
2009-2010 Leroy Merlin
2010-2011 Adidas
2011-2012 Leroy Merlin / Citroën
2012-2017 April / GDF Suez
0000Engie
2017-2020 April / Sword
2020-2022 Mastercard / Sword

À ses débuts en 2004, la section féminine est liée avec l'équipementier Umbro[17], à l'instar de la section masculine. Initialement prévu jusqu'en 2007, le club prolonge son contrat avec l'équipementier jusqu'à juin 2010[18]. Cependant, le , le club annonce avoir trouvé un accord avec l'équipementier Adidas, pour un contrat courant sur dix saisons à compter de la saison 2010-2011[19] ; ce contrat est estimé entre 8 et 10 millions par an et concerne toutes les sections du club.

Après une première saison sans sponsor apparent, les lyonnaises arborent un maillot sponsorisé par Renault Trucks jusqu'en juin 2009. Les trois saisons suivantes, les féminines sont spécifiquement sponsorisées par Leroy Merlin ainsi que par Citroën en 2011-2012 pour les matchs de coupe.

Depuis la saison 2012-2013, les lyonnaises arborent un maillots floqué April pour les matchs de Division 1. Pour les matchs de Ligue des champions, un partenariat est conclu avec GDF Suez (puis Engie) pour une durée de cinq saisons de 2012 à 2017. Depuis 2017, c'est le Groupe Sword qui sponsorise les matchs européens. En septembre 2020, Mastercard devient le principal sponsor de la section pour les matchs de Division 1[20].

Palmarès et recordsModifier

PalmarèsModifier

Depuis 2004, le palmarès de l'équipe féminine de l'Olympique lyonnais comporte quatorze Championnats de France, neuf Challenges ou Coupes de France, un Trophée des championnes, sept Ligues des Champions de l'UEFA et une Coupe du monde non officielle des clubs. Les tableaux suivants listent le palmarès du club dans les différentes compétitions officielles (au niveau national, international, régional) ainsi que le palmarès individuel de la section.

Palmarès de l'Olympique lyonnais féminin depuis 2004
Compétitions internationales Compétitions nationales
Compétitions internationales amicales
Équipes réserves Distinctions
  • Prix IFFHS de la meilleure équipe du monde (7) :
    • Élue : 2012, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020[25],[26].

Meilleures buteuses par saisonModifier

 
Le 18 mai 2019 à Budapest.
Ada Hegerberg bat de nombreux records avec l'OL :

• Meilleure buteuse de l'histoire de la WCL.
• Nombre de buts marqués sur une saison TCC (54 en 2015-2016).
• Nombre de buts marqués sur une saison en WCL (15 en 2017-2018).
• Première joueuse à marquer trois buts en finale de WCL (2019).

Ce tableau présente les meilleures buteuses de l'Olympique lyonnais à l'issue de chaque saison (toutes compétitions confondues) depuis le rattachement du FC Lyon lors de la saison 2004-2005. L'internationale norvégienne, Ada Hegerberg, est la seule joueuse à avoir franchi la barre symbolique des cinquante buts sur une saison (toutes compétitions confondues) en 2015-2016 et 2017-2018.

Saison Joueuse Buts
2004-2005   Séverine Cr.-Laplantes 0160
2005-2006   Sandrine Brétigny 13
2006-2007   Sandrine Brétigny 48
2007-2008   Sandrine Brétigny 32
2008-2009   Kátia da Silva 37
2009-2010   Kátia da Silva 21
2010-2011   Eugénie Le Sommer 28
2011-2012   Lotta Schelin 0380
2012-2013   Lotta Schelin 38
2013-2014   Lotta Schelin 23
2014-2015   Lotta Schelin 41
2015-2016   Ada Hegerberg 54
2016-2017   Eugénie Le Sommer 29
2017-2018   Ada Hegerberg 53
2018-2019   Ada Hegerberg 29
2019-2020   Ada Hegerberg 23
2020-2021   Nikita Parris 15

Statistiques et recordsModifier

Le tableau ci-dessous présente les principaux records et statistiques de la section féminine de l'Olympique lyonnais dans les trois compétitions officielles depuis 2004.

Statistiques et records de l'Olympique lyonnais féminin au 30 août 2020
Records en Championnat de France D1 Autres records
  • Nombre de titres et de titres consécutifs : 14 (série en cours)
  • Nombre de saisons avec 100 % de victoires : 3
  • Nombre de buts marqués en une saison : 147 (2015)
  • Nombre de buts encaissés en une saison : 3 (2012)
  • Nombre de doublés Coupe/Championnat : 7 (6 consécutivement de 2012 à 2017)
  • Plus large victoire dans la compétition face au FC Metz : 0-15 (07/09/2014)
  • Période d'invincibilité

L'équipe première est restée invaincue en première division entre le (défaite face au FCF Juvisy 2-0) et le (défaite 0-1 face au Paris Saint-Germain), soit une succession de 87 matchs de championnat sans aucune défaite (83 victoires et 4 matchs nuls)[27]. Toutes compétitions confondues, elle est restée invaincue en matchs officiels dans le temps réglementaire entre le et le , soit 122 matchs. En effet, sur cette période, elle a uniquement concédé des défaites lors des séances de tirs au but en finale de la Ligue des champions 2009-2010 face au FFC Turbine Potsdam, en demi-finale de Challenge de France 2009-2010 face au Paris Saint-Germain et en quart de finale de Challenge de France 2010-2011 face au FCF Juvisy. Le VfL Wolfsburg a mis fin à cette invincibilité en battant Lyon 1-0 en finale de la Ligue des champions 2012-2013 après deux saisons entières sans aucune défaite.


  • Période d'invincibilité à domicile

L'équipe première est restée invaincue à domicile entre le (défaite face au FCF Juvisy 0-1) et le (défaite 0-1 face au Paris Saint-Germain)[28]. Toutes compétitions confondues, l'équipe première est restée invaincue à domicile entre le (défaite face au FCF Juvisy 0-1 en championnat de France) et le (défaite 1-2 face au FFC Turbine Potsdam en Ligue des champions).


  • Inviolabilité

L'équipe première conserve sa cage inviolée du au , soit 16 matchs d'affilée toutes compétitions confondues. La série est plus importante si on ne tient compte que du championnat, avec 17 matchs entre le et le .


  • L'épreuve des tirs au but

L'équipe a effectué à 11 reprises l'épreuve des tirs au but :

- 8 fois en Challenges ou Coupes de France : 2 remportées pour 6 perdues.
- 3 fois en finale de Ligue des champions: 2 remportées et 1 perdue.
Records en Challenge ou Coupe de France
  • Nombre de finales disputées : 13
  • Nombre de finales disputées consécutivement : 9 (2012 à 2020)
  • Nombre de titres consécutifs : 6 (2012 à 2017)
  • Nombre d'éliminations ou finales perdues en séance de tirs au but : 6
  • Plus large victoire dans la compétition face au Racing Besançon : 0-20 (07/01/2018)
Records en Ligue des champions
  • Nombre de titres dans la compétition : 7
  • Nombre de titres consécutifs : 5 (2016 à 2020)
  • Nombre de finales disputées : 9
  • Nombre de finales disputées consécutivement : 5 (2016 à 2020)
  • Nombre de matchs disputés dans la compétition : 104
  • Nombre de participations à la compétition : 13
  • Nombre de participations d'affilée à la compétition : 13
  • Invaincue depuis 2010 à l'extérieur (finales exceptées, série en cours)
  • Meilleure buteuse sur une saison :   Ada Hegerberg en 2018 (15)
  • Plus large victoire dans la compétition face au   FK Slovan Šaľa : 12-0 (09/08/2007)

Compositions des finales de Ligue des championsModifier

La galerie ci-dessous présente les différents effectifs titulaires lors des sept finales de Ligue des champions remportées par l'Olympique lyonnais.

       

1re - Londres
  Angleterre
2e - Munich
  Allemagne
3e - Reggio d'Émilie
  Italie
Craven Cottage Stade olympique Stadio Città del Tricolore
Face au FFC Turbine Potsdam

Résultat : 2 - 0
Face au FFC Francfort

Résultat : 2 - 0
Face au VfL Wolfsburg

Résultat : 1 - 1 a.p. (4p - 3p)
4e - Cardiff
  Pays de Galles
5e - Kiev
  Ukraine
6e - Budapest
  Hongrie
7e - Saint-Sébastien
  Espagne
Cardiff City Stadium Stade Dynamo Lobanovski Groupama Aréna Stade d'Anoeta
Face au Paris St-Germain

Résultat : 0 - 0 a.p. (7p - 6p)
Face au VfL Wolfsburg

Résultat : 4 - 1 a.p.
Face au FC Barcelone

Résultat : 4 - 1
Face au VfL Wolfsburg

Résultat : 3 - 1

Bilan saison par saisonModifier

Le tableau suivant retrace le parcours du club depuis sa création en 1970 sous le nom de FC Lyon, puis d'Olympique lyonnais à partir de 2004.

Personnalités du clubModifier

Historique des présidentsModifier

Historique des entraîneursModifier

Historique et statistiques des entraîneurs au 5 juin 2021
1.
  Farid Benstiti

2004-2010 - 186 m.

(142v 29n 15d) - 76,3 %

5 tit. - (4ch 1cp 0cl)

4.
  Reynald Pedros

2017-2019 - 73 m.

(67v 5n 1d) - 91,7 %

5 tit. - (2ch 1cp 2cl)

2.
  Patrice Lair

2010-2014 - 141 m.

(132v 6n 3d) - 93,6 %

9 tit. - (4ch 3cp 2cl)

5.
  Jean-Luc Vasseur

2019-2021 - 53 m.

(47v 4n 2d) - 88.6 %

4 tit. - (1ch 1cp 1sc 1cl)

3.
  Gérard Prêcheur

2014-2017 - 106 m.

(94v 8n 4d) - 88,6 %

8 tit. - (3ch 3cp 2cl)

6.
  Sonia Bompastor

Depuis 2021 - 5 m.

(4v 1n 0d) - 80 %

0 tit. - (0ch 0cp 0cl)

Depuis 2004, la section féminine de l'Olympique lyonnais a été entraînée par quatre entraîneurs différents. Tout d'abord, Farid Benstiti, qui était à la tête de l'équipe depuis 2001 lorsque la section appartenait au FC Lyon ; il remporte cinq titres (4 championnats et 1 Coupe de France) et atteint la finale de la Ligue des champions. Il est remplacé en 2010 par Patrice Lair, qui parvient à remporter la Ligue des champions sur deux saisons consécutives ; il remporte neuf titres (4 championnats, 3 Coupes de France et 2 Ligues des champions).

En 2014, il est remplacé par Gérard Prêcheur, qui est le premier à réaliser le triplé sur deux saisons consécutives ; il remporte huit titres (3 championnats, 3 Coupes de France et 2 Ligues des champions) et est élu meilleur entraîneur du Championnat de France en 2016 par la Fédération française de football[30]. Il ne renouvelle pas son contrat et est remplacé en 2017 par Reynald Pedros, qui fait ses premiers pas dans le football féminin ; il doit tenter d’insuffler un état d'esprit plus offensif en s'inspirant de son expérience, notamment au FC Nantes. Mais après seulement deux saisons et cinq titres glanés sur six possibles (dont 2 Ligues des champions), il décide de mettre un terme à son expérience lyonnaise[31] et est remplacé par Jean-Luc Vasseur en [32]. Après le quart de finale de Ligue des champions perdu face au Paris Saint-Germain, il est remplacé le par Sonia Bompastor[33]. À noter que deux matchs de la section ont été dirigés par Antonin Da Fonseca en 2012 et 2013 pour cause d'indisponibilités de l'entraîneur de l’époque, Patrice Lair.

Joueuses emblématiquesModifier

Les plus capéesModifier

Ce tableau retrace la liste des joueuses les plus capées de l'histoire de l'Olympique lyonnais depuis le rattachement du FC Lyon lors de la saison 2004-2005.

Les plus capées
1re - Wendie Renard
  - 395 matchs
2e - E. Le Sommer
  - 334 matchs
3e - Camille Abily
  - 326 matchs
Top 10 des joueuses les plus capées en compétitions officielles au 5 juin 2021[34]
Nb. Joueuses Carrière au club Championnat Coupe Europe TDC Total
1re   W. Renard 2006- 247 54 93 1 395
2e   E. Le Sommer 2010-2021 206 49 78 1 334
3e   C. Abily 2006-2009 / 2010-2018 215 44 67 - 326
4e   A. Henry 2007-2016 / 2018- 191 46 66 1 304
5e   S. Bouhaddi 2009-2021 195 29 75 1 300
6e   L. Necib 2007-2016 173 39 66 - 278
7e   É. Thomis 2007-2018 169 43 64 - 276
8e   A. Majri 2010- 150 39 57 1 247
9e   S. Kumagai 2013-2021 152 33 54 1 240
10e   L. Schelin 2008-2016 138 34 53 - 225

Meilleures buteusesModifier

Eugénie Le Sommer bat l'ancien record de Lotta Schelin le en marquant son 226e but lors du match de Coupe de France face au Toulouse FC[35]. Le tableau ci-dessous retrace la liste des meilleures buteuses de l'histoire de l'Olympique lyonnais depuis le rattachement du FC Lyon lors de la saison 2004-2005.

Meilleures buteuses
1re - E. Le Sommer
  - 276 buts
2e - Lotta Schelin
  - 225 buts
3e - Ada Hegerberg
  - 223 buts
Top 10 des meilleures buteuses en compétitions officielles au 5 juin 2021[36]
Nb. Joueuses Carrière au club Championnat Coupe Europe TDC Total
1re   E. Le Sommer 2010-2021 175 54 47 0 0276[37]
2e   L. Schelin 2008-2016 143 41 41 - 0225[38]
3e   A. Hegerberg 2014- 147 27 49 0 223
4e   C. Abily 2006-2009 / 2010-2018 135 31 43 - 209
5e   S. Brétigny[39] 2004-2012 137 30 9 - 176
6e   W. Renard 2006- 83 18 29 0 130
7e   É. Thomis 2007-2018 72 20 15 - 107
8e   L. Necib 2007-2016 64 11 29 - 104
9e   K. da Silva 2007-2010 57 15 13 - 85
10e   L. Dickenmann 2008-2015 57 11 9 - 77

Joueuses étrangèresModifier

Le tableau ci-dessous retrace la liste des joueuses étrangères passées par le club depuis 2004. À ce jour, soixante-et-une joueuses étrangères, de vingt-quatre nationalités différentes, ont arboré le maillot rhodanien.

Top 5 des joueuses étrangères les plus capées de l'Olympique lyonnais.
1re
Saki Kumagai

  - 240 matchs

Défenseure / Milieu

2013-2021

2e
Lotta Schelin

  - 225 matchs

Attaquante

2008-2016

3e
Lara Dickenmann

  - 188 matchs

Milieu

2009-2015

4e
Ada Hegerberg

  - 182 matchs

Attaquante

Depuis 2014

5e
Shirley Cruz Traña

  - 172 matchs

Milieu

2006-2012

Liste des joueuses étrangères au 17 août 2021
Pays (24) Nb. Joueuses (61)
  États-Unis0 11
  Norvège 6
  Allemagne 5
  Angleterre 5
  Brésil 4
  Suède 4
  Danemark 3
  Espagne 3
  Japon 3
  Pays-Bas 2
  Suisse 2
  Argentine 1 Sole Jaimes (2019)
  Australie 1 Ellie Carpenter (2020-)
  Belgique 1 Janice Cayman (2019-)
  Canada 1 Kadeisha Buchanan (2016-)
  Chili 1 Christiane Endler (2021-)
  Chine 1 Fei Wang (2015)
  Costa Rica 1 Shirley Cruz Traña (2006-2012)
  Finlande 1 Katriina Talaslahti (2019-2021)
  Islande 1 Sara Björk Gunnarsdóttir (2020-)
  Nigeria 1 Cynthia Uwak (2008-2009)
  N.-Zélande 1 Erin Nayler (2016-2017)
  P.d.-Galles 1 Jessica Fishlock (2018-2019)
  Portugal 1 Jéssica Silva (2019-2021)

Statuts internationauxModifier

Le tableau ci-dessous retrace la liste des joueuses passées par le club depuis 2004 ayant déjà remporté au moins une compétition internationale au moment de leur passage par le club.

Statut international des joueuses de l'Olympique lyonnais depuis 2004
Vainqueur(s) de l'Euro
UEFA
Vainqueur(s) de la Coupe du monde0
  FIFA
Vainqueur(s) des Jeux olympiques0
  CIO / FIFA
Vainqueur(s) de la Gold Cup
CONCACAF
Vainqueur(s) de la Copa América
CONMEBOL
Vainqueur(s) de la Coupe d'Asie
AFC

Effectif professionnel actuelModifier

Ce tableau liste l'effectif professionnel féminin actuel.

Effectif professionnel féminin actuel au [40]
Joueuses Encadrement technique
No  P. Nat.[41] Nom Date de naissance Sélection[42] Club précédent Contrat
1 G   Endler, ChristianeChristiane Endler 23/07/1991 (30 ans) Chili Paris Saint-Germain 2021-2024
30 G   Paljevic, AlyssiaAlyssia Paljevic 22/06/2002 (19 ans) - Formée au club 2021-2022
40 G   Holmgren, EmmaEmma Holmgren 13/05/1997 (24 ans) Suède −23 ans Eskilstuna United 2021-2023
2 D   Kazadi, GraceGrace Kazadi 31/01/2001 (20 ans) France −20 ans Atlético de Madrid 2019-2023
3 D   Renard, WendieWendie Renard   20/07/1990 (31 ans) France Formée au club 2006-2022
4 D   Bacha, SelmaSelma Bacha 09/11/2000 (21 ans) France Formée au club 2017-2022
5 D   Morroni, PerlePerle Morroni 15/10/1997 (24 ans) France Paris Saint-Germain 2021-2024
12 D   Carpenter, EllieEllie Carpenter 28/04/2000 (21 ans) Australie Portland Thorns FC 2020-2023
18 D   Sombath, AliceAlice Sombath 16/10/2003 (18 ans) France −17 ans Paris Saint-Germain 2020-2024
21 D   Buchanan, KadeishaKadeisha Buchanan 05/11/1995 (26 ans) Canada West Virginia 2017-2022
23 D   Cayman, JaniceJanice Cayman 12/10/1988 (33 ans) Belgique Montpellier HSC 2019-2023
29 D   Mbock, GriedgeGriedge Mbock 26/02/1995 (26 ans) France EA Guingamp 2015-2024
25 M   Benyahia, InesInes Benyahia 26/03/2003 (18 ans) France −17 ans Formée au club 2020-2024
6 M   Henry, AmandineAmandine Henry 28/09/1989 (32 ans) France Portland Thorns FC 2018-2023
7 M   Majri, AmelAmel Majri 25/01/1993 (28 ans) France Formée au club 2010-2022
8 M   Björk Gunnarsdóttir, SaraSara Björk Gunnarsdóttir 29/09/1990 (31 ans) Islande VfL Wolfsburg 2020-2022
11 M   Egurrola, DamarisDamaris Egurrola 26/08/1999 (22 ans) Espagne Everton FC 2021-2024
13 M   Macario, CatarinaCatarina Macario 04/10/1999 (22 ans) États-Unis Stanford Cardinal 2021-2023
17 M   van de Donk, DaniëlleDaniëlle van de Donk 05/08/1991 (30 ans) Pays-Bas Arsenal FC 2021-2023
22 M   Julini, SallySally Julini 01/01/2003 (18 ans) Suisse Servette Genève 2019-2022
27 M   Sylla, KyshaKysha Sylla 04/02/2004 (17 ans) France −19 ans Formée au club 2021-2024
14 A   Hegerberg, AdaAda Hegerberg 10/07/1995 (26 ans) Norvège Turbine Potsdam 2014-2024
19 A   Laurent, EmelyneEmelyne Laurent 04/11/1998 (23 ans) France Atlético de Madrid 2017-2022
20 A   Cascarino, DelphineDelphine Cascarino 05/02/1997 (24 ans) France Formée au club 2015-2024
24 A   Bruun, SigneSigne Bruun 06/04/1998 (23 ans) Danemark Paris Saint-Germain 2021-2023
28 A   Malard, MelvineMelvine Malard 28/06/2000 (21 ans) France FC Fleury 91 2017-2023
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  •   Romain Segui
  •   Rémi Pullara
Entraîneur(s) des gardiens
Kinésithérapeute
  •   Liamine Belaloui
  •   Thibault Aubin

Coordinateur(s)

Analyste(s) vidéo

  •   Maeva Ruiz

Intendant(s)

  •   Jacques Raffin
Médecin(s)
  •   David Mouriesse

Légende

 

Joueuses prêtées
P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt
16 G   Bouhaddi, SarahSarah Bouhaddi 17/10/1986 (35 ans) France OL Reign
13 D   Revelli, ManonManon Revelli 26/11/2001 (20 ans) France −20 ans EA Guingamp
15 D   Maoulida, AssiminaAssimina Maoulida 30/01/2002 (19 ans) France −20 ans GPSO 92 Issy
10 M   Marozsán, DzseniferDzsenifer Marozsán 18/04/1992 (29 ans) Allemagne OL Reign
9 A   Le Sommer, EugénieEugénie Le Sommer 18/05/1989 (32 ans) France OL Reign
27 A   Becho, VickiVicki Becho 03/10/2003 (18 ans) France −20 ans Stade de Reims

Structures du clubModifier

StadeModifier

De 2004 à 2016, la section évolue au terrain no 10 de la Plaine de Jeux de Gerland (7e arrondissement) qui possède une capacité de 2 200 places. Depuis le début de saison 2016-2017, l'équipe joue ses matchs à domicile au terrain d'honneur du Groupama OL Training Center situé à Décines-Charpieu ; il s'agit d'un stade possédant une unique tribune d'une capacité de 1 500 places assises. Cependant, lors des matchs de phase finale de la Ligue des champions et des matchs importants du championnat de France, les rencontres sont jouées dans le Parc Olympique lyonnais qui compte 59 186 places.

Centre d'entraînementModifier

L'équipe féminine professionnelle de l'Olympique lyonnais s’entraînait jusqu'en 2016 sur le terrain no 8 de la Plaine de jeux de Gerland, situé à proximité du Centre Tola-Vologe, lieu d'entraînement de l'équipe masculine. Ce dernier porte ce nom en hommage à Anatole Vologe, grand sportif et résistant français fusillé à Lyon pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce centre regroupait en plus du stade d'entrainement de l'OL, le siège du club ainsi que le centre de formation des jeunes. Il se trouve à proximité du Stade de Gerland. Depuis l'été 2016, l'équipe s'entraîne comme son homologue masculine au Groupama OL Training Center.

Aspects juridiques et économiquesModifier

Statut juridique et légalModifier

L'Olympique lyonnais est depuis son origine une association titulaire d'un numéro d'affiliation à la Fédération française de football[43] sous le nom « Olympique de Lyon et du Rhône » mais également une société composée d'un président unique. Cette dernière a le statut de société anonyme sportive professionnelle et gère le groupe professionnel ainsi que le merchandising. La holding OL Groupe est par ailleurs introduite en bourse.

Direction du clubModifier

La section féminine est présidée par Jean-Michel Aulas depuis sa création en 2004. Pour diriger la section, le président est épaulé par un Président délégué, un Dirigeant de section et d'un Coordinateur technique en lien avec le Staff sportif[44].

Budget du clubModifier

Le budget de la section féminine de l'Olympique lyonnais est le plus élevé des clubs de football féminins français ; pour la saison 2009-2010, il est de 3,5 millions d'euros[45]. Ce budget est par exemple largement supérieur à celui du FCF Juvisy, concurrent direct de l'OL en championnat, et qui dispose de 215 000 euros par an[46]. Il faut dire que le club de Juvisy ne bénéficie pas de la structure d'un club professionnel comme la section masculine de l'Olympique lyonnais et son budget de plus de 120 millions d'euros[47]. Puis pour la saison 2013-2014, le budget de Lyon diminue légèrement (3,00 millions), tandis que celui du PSG féminin, est largement rehaussée (7,5 millions). Enfin, pour la saison 2014-2015, l'écart reste du plus du double entre les budgets des deux clubs : l'OL conserve un budget similaire (3,5 millions), tandis que Paris atténue ses moyens (6,7 millions).

Rémunération des joueusesModifier

Le salaire moyen des joueuses se situerait entre 5 000  et 10 000  par mois[48]. Au premier semestre de 2017, le salaire le plus élevé était détenu par Alex Morgan avec environ 25 000  mensuel. Amandine Henry détrône l'américaine avec un salaire mensuel d'environ 30 000  lors de son retour en [49]. Un nouveau record est battu en lors de la prolongation de contrat d'Ada Hegerberg avec environ 40 000  mensuel jusqu'en 2021[50].

Soutien et imageModifier

Supporters et affluenceModifier

 
Les OL Ang'Elles en .

La section féminine de l'Olympique lyonnais possède deux groupes de supporters officiels[51]. Tout d'abord le groupe des OL Ang'Elles, fondé en et qui compte près de 300 adhérents au début de l'année 2018 ; son emplacement au Groupama Stadium est la tribune ouest/virage sud, tandis qu'à OL Training center, il est situé au côté sud du terrain d'honneur. Le deuxième groupe de supporters est le Kop Fenottes 69, qui est fondé en et qui possède près de 60 adhérents au début de l'année 2018 ; son emplacement au stade est la tribune ouest/virage nord, tandis qu'à OL Training center, il est situé au côté nord du terrain d'honneur.

La moyenne d'affluence de spectateurs à domicile a connu une forte augmentation avec l'accession du club à la Coupe féminine de l'UEFA lors de la saison 2007-2008 ainsi qu'après la première victoire en Ligue des champions lors de la saison 2010-2011. En prenant en compte uniquement les deux compétitions nationales, la moyenne de fréquentation à domicile est d'environ 250 spectateurs de 2004 à 2011. De 2012 à 2020, elle se situe aux environs de 2 000 spectateurs. La pandémie de Covid-19 va contraindre à un huis clos total sur l'ensemble des matches de la saison 2020-2021. À noter que le déménagement de la section au Groupama OL Training Center en 2016 a fait passer le nombre de potentiel spectateurs de 2 200 à 1 500 personnes. La meilleure affluence à domicile est réalisée le au Parc OL lors de la 9e journée de Division 1 face au Paris SG avec 30 661 spectateurs[52].

Top 5 des meilleures affluences à domicile depuis 2004
Date Lieu Compétition Adversaire Feuille de match Spectateurs
1.0 16/11/2019 Parc OL, Décines-Charpieu0 Division 1 - 9e journée   Paris SG Rapport 30 661
2.0 13/04/2019 Parc OL, Décines-Charpieu0 Division 1 - 20e journée   Paris SG Rapport 25 907
3. 21/04/2019 Parc OL, Décines-Charpieu0 Ligue des champions - 1/2 finale aller   Chelsea FC0 Rapport 22 911
4. 24/04/2016 Parc OL, Décines-Charpieu0 Ligue des champions - 1/2 finale aller   Paris SG Rapport 22 050
5. 13/04/2013 Stade de Gerland, Lyon Ligue des champions - 1/2 finale aller   FCF Juvisy Rapport 21 921

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile depuis 2004

RivalitésModifier

Rivalité avec le Paris Saint-GermainModifier

 
Face au Paris SG en championnat le .

Depuis les années 2010, le club est en concurrence avec le Paris Saint-Germain pour les différents titres nationaux. Ce sont la plupart du temps leurs confrontations en championnat (ou en coupe de France) qui déterminent lequel sera titré. Ce phénomène s'est même accentué avec la montée en puissance des parisiennes en ligue des champions depuis 2015 qui a vu les 2 clubs s'affronter 3 fois consécutivement, respectivement en huitième, en demi et en finale devenant ainsi la première finale 100 % française de l'histoire lors de la ligue des champions 2016-2017.

Le bilan de ces 3 confrontations est d'une victoire du Paris Saint-Germain en huitième de finale contre 2 victoires lyonnaises (dont une victoire 7-0). Les olympiennes restent tout de même largement supérieures au parisiennes car, depuis 2010, les Lyonnaises sont systématiquement championnes de France, ne laissant que la seconde place aux joueuses de la capitale. Elles ont gagné 6 fois la coupe de France contre 1 fois pour les parisiennes en les battant notamment 2 fois en finale. Enfin, elles ont participé à 9 finales de ligue des champions et en ont remporté 7 (dont une face aux franciliennes) contre seulement 2 finales perdues pour le Paris Saint-Germain.