Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roseraie (homonymie).

Une roseraie est un jardin, ou souvent une partie d'un jardin plus important, dans lequel sont plantés principalement des rosiers. Pour certains auteurs, il convient de distinguer la « roseraie », en tant que collection botanique, du « jardin de roses », à vocation ornementale[1].

Le Deutsches Rosarium de Dortmund (Allemagne).
Roseraie Aramaki (Japon).

Sommaire

Fonctions et stylesModifier

La roseraie peut avoir plusieurs fonctions, qui peuvent parfois être confondues :

  • jardin d'agrément dont la rose constitue l’élément principal sinon unique de décoration végétale, jardin qui peut être privé ou public ;
  • jardin conservatoire dans lequel sont conservées des espèces ou variétés de rosiers présentant un intérêt historique, botanique ou culturel ; ce sont en fait des jardins botaniques spécialisés ;
  • jardin d'exposition, notamment pour l'organisation de concours de roses, comme le concours international de roses nouvelles.
  • pépinières de rosiériste, présentant les cultivars commercialisés.

Sur le plan du style, ce jardin peut se présenter sous plusieurs formes : roseraie classique « à la française », roseraie jardinée, dans laquelle les rosiers sont associés à d'autres plantes, et roseraie parc « à l'anglaise ».

HistoriqueModifier

 
Roseraie du parc La Grange, à Genève (Suisse)
 
L'International Rose Test Garden de Portland (Orégon)

Les grandes roseraies de collection ont souvent été créées à l'initiative privée d'amateurs passionnés de roses. Mais l'entretien d'une roseraie demande des investissements importants et de nos jours leur gestion est le plus souvent assurée par des collectivités publiques. Ainsi en France, la roseraie de l'Haÿ est devenue la propriété du département de la Seine en 1936 (actuellement gérée par le département du Val-de-Marne).

Types de roseraieModifier

Roseraie classiqueModifier

Sa structure est très géométrique avec des parterres en broderies souvent entourés de buis, des pergolas et des tuteurs en colonnes pour soutenir les rosiers grimpants. Elle a un aspect strict et les rosiers sont soumis à une taille sévère pour garder la symétrie des compositions. Elle permet la mise en valeur de collections répertoriées et étiquetées.

On peut citer comme exemples typiques la roseraie du Val-de-Marne, la roseraie classique de Bagatelle, la roseraie de Montevideo et celle du jardin botanique de Mainau.

Roseraie jardinéeModifier

Elle associe aux rosiers diverses autres plantes qui en assurent la mise en valeur. C'est le cas de nombre de roseraies d'amateurs, mais aussi de roseraies anglaises célèbres et tout spécialement de Mottisfont Abbey et de Bone Hill.

Roseraie parcsModifier

 
Pergola de roseraie

Ce sont les roseraies des parcs à l'anglaise dans lesquelles les lignes droites et les symétries sont proscrites. Les rosiers gardent des formes libres. Ainsi, la roseraie de paysage du parc de Bagatelle, les quatre roseraies du parc de la Tête d'Or à Lyon, le parc de la Source à Orléans, celles de L'Haÿ-les-Roses et beaucoup d'autres.

Notes et référencesModifier

  1. H. Fuchs in Le Bon jardiner, cf. bibliographie.
  • celles des articles sur les différentes roseraies

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • André Gayraud, Jardins de roses,, éditions du Chêne, (ISBN 2-84277-041-2)
  • H. Fuchs, Roseraies et jardins de roses, in Le Bon jardinier, encyclopédie horticole, tome 1, La Maison rustique, Paris, 1964, (ISBN 2-7066-0044-6).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :