Mathieu van der Poel

coureur cycliste néerlandais
Mathieu van der Poel
Informations
Surnom
MatjeVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Nationalités
Équipe actuelle
Distinctions
Équipe non-UCI
2012-2013IKO Enertherm-BKCP
Équipes UCI
2014-9.2015BKCP-Powerplus
9.2015-5.2016BKCP-Corendon
5.2016-2017Beobank-Corendon
2018-2019Corendon-Circus
2020-6.2022Alpecin-Fenix
7.2022-Alpecin-Deceuninck
Principales victoires
Championnats
Champion du monde sur route 2023
Champion du monde de cyclo-cross 2015, 2019, 2020, 2021, 2023 et 2024
Champion d'Europe de cyclo-cross 2017, 2018 et 2019
Champion d'Europe de VTT cross-country 2019
Champion des Pays-Bas de cyclo-cross 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020
Champion des Pays-Bas sur route 2018 et 2020
Champion des Pays-Bas de VTT cross-country 2018
Classement annexe de grand tour
Prix de la combativité
Leader du classement de la combativité Tour d'Italie 2022
Courses par étapes
BinckBank Tour 2020
Classiques
Paris-Roubaix 2023 et 2024
Tour des Flandres 2020, 2022 et 2024
Milan-San Remo 2023
Amstel Gold Race 2019
À travers la Flandre 2019 et 2022
Strade Bianche 2021
E3 Saxo Bank Classic 2024
2 étapes de grands tours
Tour de France (1 étape)
Tour d'Italie (1 étape)
Palmarès cyclo-cross
Coupe du monde de cyclo-cross 2018
(38 manches)
Superprestige 2015, 2017, 2018 et 2019
(31 manches)
Trophée cyclo-cross 2018 et 2019
(31 manches)
Exact Cross
(16 manches)
Palmarès VTT
Coupe du monde de VTT cross-country
(3 manches)
(10 courses Short Track)

Mathieu van der Poel, né le à Kapellen en Belgique, est un coureur cycliste néerlandais[1] qui pratique le cyclo-cross, le VTT cross-country et le cyclisme sur route, au sein de l'équipe Alpecin-Deceuninck. Sa nationalité sportive est néerlandaise. Par sa mère, il possède aussi la nationalité française[1]. Il est le fils d'Adrie van der Poel, lui-même champion du monde de cyclo-cross en 1996, vainqueur du Tour des Flandres 1986 et de l'Amstel Gold Race 1990 et porteur du maillot jaune en 1984 durant une journée. Il est aussi le petit-fils de Raymond Poulidor, vainqueur de Milan-San Remo 1961, du Tour d'Espagne 1964 et huit fois sur le podium du Tour de France.

Mathieu van der Poel lors du Krawatencross 2013.
Champion du monde sur route juniors 2013

Coureur polyvalent, il est notamment sextuple champion du monde de cyclo-cross (2015, 2019, 2020, 2021, 2023 et 2024), ainsi que triple champion d'Europe de cyclo-cross (2017, 2018 et 2019), et champion d'Europe de VTT cross-country 2019. En outre, il est sextuple champion des Pays-Bas de cyclo-cross, double champion des Pays-Bas sur route (2018 et 2020) et champion des Pays-Bas de VTT cross-country 2018. Il est ainsi le premier coureur néerlandais champion dans ces trois disciplines. Ses victoires les plus notables en cyclisme sur route sont l'Amstel Gold Race 2019, le Tour des Flandres 2020, 2022 et 2024, les Strade Bianche 2021, Milan-San Remo 2023 et Paris-Roubaix 2023 et 2024 ainsi que le championnat du monde sur route 2023. Il est également vainqueur de l'E3 Saxo Bank Classic en 2024, d'À travers les Flandres en 2019 et 2022 ainsi que vice-champion d'Europe sur route en 2018. Lors du Tour de France 2021, il remporte une étape et porte le maillot jaune.

Biographie modifier

Famille modifier

Mathieu van der Poel est né en Belgique d'un couple franco-néerlandais et fait partie d'une grande famille de cyclistes. En effet, il est le fils d'Adrie van der Poel et de Corinne Poulidor, fille de Raymond Poulidor[2].

Son père a été sextuple champion des Pays-Bas et champion du monde de cyclo-cross en 1996. Il a également remporté deux étapes sur le Tour de France et plusieurs classiques dont le Tour des Flandres 1986, Liège-Bastogne-Liège 1988 et l'Amstel Gold Race 1990, au cours de sa carrière[3].

Son grand-père maternel, Raymond Poulidor[4], a été un coureur cycliste français de 1960 à 1977 jouissant d'une très grande popularité, détenant le record du nombre de podiums du Tour de France (huit) et vainqueur notamment du Tour d'Espagne 1964[5].

Son frère aîné David est également spécialiste des épreuves de cyclo-cross. Il est notamment champion des Pays-Bas de cyclo-cross espoirs en 2013[6].

Carrière junior modifier

Dans son enfance, Mathieu van der Poel a commencé à jouer au football. Il a même réussi un test de sélection avec le club de Willem II Tilburg (200 postulants au départ pour neuf places à la fin)[7] et a été régulièrement impliqué dans la sélection de la province d'Anvers. Plus tard, il a choisi le cyclisme.

Des débuts prometteurs (2009-2012) modifier

Mathieu van der Poel suit les traces de son frère David et fait ses débuts en cyclo-cross au cours de la saison 2009-2010, en compétition dans la catégorie des cadets (15/16 ans). Il remporte plusieurs courses locales et termine deuxième du championnat national de la catégorie, avec quinze secondes de retard sur le champion Erik Kramer[8]. Il participe à la saison 2010-11 où il gagne la plupart des courses qu'il dispute. Il participe également à des épreuves sur route durant l'été 2011 et il devient champion des Pays-Bas du contre-la-montre cadets.

L'hiver suivant, il passe dans les rangs juniors, où il domine ses adversaires de façon plus impressionnante que la saison précédente.

En cyclo-cross, il remporte toutes ses courses, à l'exception d'une course à Ruddervoorde, où il prend la troisième place derrière Wout van Aert et Quentin Jauregui[9]. Outre le championnat des Pays-Bas de cyclo-cross juniors[10], il s'adjuge également ses premiers titres internationaux avec une marge importante[11], que ce soit le titre européen[12] ou le titre mondial[13].

Premières victoires sur route et sans faute en cyclo-cross (2012-2013) modifier

Au cours de la saison sur route 2012, van der Poel remporte sa première grande victoire, lors de la Ronde des vallées, où il termine également meilleur jeune[14]. Par la suite, il termine sixième et meilleur jeune du Tour du Valromey. En fin de saison, il participe au championnat du monde sur route juniors, où il se classe neuvième et premier Néerlandais[15].

En cyclo-cross, il réalise un hiver parfait, où il ne connait pas la défaite. Lors de cette saison 2012-2013, il prend part à trente courses, qu'il remporte toutes[16]. Après avoir défendu son titre européen au Royaume-Uni[17], il conserve son titre national à Hilvarenbeek. Le même jour, son frère David, remporte le titre chez les espoirs[6].

Double champion du monde juniors (2013) modifier

 
van der Poel aux championnats du monde de cyclisme sur route 2013.

Le mois suivant son titre néerlandais, van der Poel devient le premier cycliste à conserver son titre mondial dans la catégorie junior. Il s'impose à Louisville, dans le Kentucky, devant son coéquipier Martijn Budding[18]. Lors de la saison sur route 2013, il prend part à plusieurs épreuves de la Coupe des Nations Juniors, avec la sélection néerlandaise. Lors la Course de la Paix juniors, il remporte la première étape en réglant au sprint un groupe de six coureurs[19]. Il termine finalement troisième de l'épreuve, derrière le Danois Mads Pedersen et Logan Owen[20]. Il remporte une étape du Grand Prix Général Patton[21] qu'il finit à la deuxième place au classement général, avec cinq secondes de retard sur le Danois Christoffer Lisson[21],[22]. Van der Poel s'adjuge également les classements par points et du meilleur grimpeur[22].

Au fil de la saison, il rajoute des victoires lors du Tour du Valromey (2 étapes et le classement général) devant le Français Élie Gesbert[23].

En juillet, il gagne les championnats des Pays-Bas sur route juniors[24]. Au Trophée Centre Morbihan, il gagne le classement général après sa victoire initiale obtenue lors de la première étape[25]. Dans la période précédant les championnats du monde, il domine ses adversaires lors du Grand Prix Rüebliland, où il s'adjuge trois des quatre étapes de la course[26]. Il s'impose lors d'un sprint à trois coureurs à Bettwil[26], puis en solitaire le lendemain à Leutwil et pour finir, lors du contre-la-montre de 9 km à Hunzenschwil[26]. Pedersen remporte le sprint massif de la dernière étape et se classe deuxième du général final à 46 secondes de Mathieu van der Poel[26].

Toutes ces victoires en font un des favoris pour les championnats du monde juniors, où il est le leader de l'équipe néerlandaise[27]. En plus de participer à la course en ligne juniors, il prend part à la course contre-la-montre juniors. Il termine 50e sur les 84 coureurs engagés, à plus de deux minutes du nouveau champion du monde belge Igor Decraene[28]. Lors de la course en ligne, il attaque dans le dernier tour[29] et rejoint en tête de la course le Français Franck Bonnamour. Il réussit à le distancer dans la dernière ascension de la Via Salviati - à environ 5 km de l'arrivée - et termine en solitaire pour aller gagner la médaille d'or[3], devant Mads Pedersen et Iltjan Nika[30],[31].

Carrière professionnelle modifier

2014-2018 : records de précocité et premier titre mondial en cyclo-cross modifier

 
Podium du Tour du Limbourg 2014 : Paul Martens (2e), Mathieu van der Poel (1er) et Gregory Henderson (3e).

Mathieu van der Poel rejoint la catégorie espoirs (moins de 23 ans) lors de la saison de cyclo-cross 2013-14[32]. Lors de sa première course dans la catégorie, il s'adjuge le GP Mario De Clercq - première manche du Trophée Banque Bpost espoirs - avec 12 secondes d'avance sur Gianni Vermeersch[33]. Après avoir terminé troisième de sa première course de Coupe du monde espoirs[34], il remporte la deuxième manche de la saison à Tábor en République tchèque, en devançant Vermeersch de trois secondes[35]. Van der Poel devient le premier coureur depuis Niels Albert en 2004, à remporter une victoire en Coupe du monde espoirs dès sa première année dans la catégorie[36]. Il complète son palmarès en remportant le lendemain la première manche du Superprestige espoirs à Ruddervoorde avec une minute d'avance[37]. Il gagne une médaille d'argent aux championnats d'Europe de cyclo-cross espoirs à Mladá Boleslav en République tchèque, à 23 secondes du vainqueur Michael Vanthourenhout[38].

Van der Poel devient professionnel avec l'équipe BKCP-Powerplus au début de la saison 2014. Il rejoint dans l'équipe son frère David, après avoir signé un contrat de quatre ans.

Avant de passer professionnel, Mathieu fait ses débuts en décembre 2013 avec les coureurs élites lors du Scheldecross d'Anvers[39] ; il est en compétition aux côtés des professionnels, car il n'y a pas de course pour les moins de 23 ans. Il termine deuxième de la course, avec cinq secondes de retard sur son futur coéquipier Niels Albert[40], profitant des chutes de Philipp Walsleben et Rob Peeters dans les derniers tours[41]. Il termine de nouveau deuxième derrière Albert, dix jours plus tard, lors du Grand Prix De Ster Sint-Niklaas, battu lors d'un sprint à deux[42]. Il finit 2013 avec une quatrième victoire sur le Superprestige espoirs, à Diegem[43].

Après avoir terminé deuxième derrière Wout van Aert de sa première course de 2014 au Grand Prix Sven Nys[44], il gagne le classement général de la Coupe du monde espoirs avec sa quatrième victoire de la saison, au Mémorial Romano Scotti à Rome[45]. Il obtient sa première victoire élites, lors du Boels Classic Internationale Cyclo-cross à Heerlen[46]. Lors de sa première course sur route professionnelle, van der Poel termine septième dans le l'Omloop der Kempen. En juin, il remporte le Tour du Limbourg[47], sa première victoire professionnelle sur route. Durant l'été, il remporte une étape sur le Tour de la province de Liège et le Tour Alsace, puis il remporte le Baltic Chain Tour, sa première course par étapes[48]. Fin septembre, alors qu'il vise la victoire un an après son titre chez les juniors[49], il doit se contenter de la dixième place du championnat du monde sur route espoirs[50], pour sa dernière course sur route de l'année.

Le , dans le but de progresser, il décide pour la saison de cyclo-cross de s'aligner aux côtés des professionnels en Superprestige, et de participer avec les espoirs à la Coupe du monde et au Trophée Banque Bpost[51]. Ce choix s'avère payant, puisqu'il s'impose d'entrée devant Lars van der Haar et Sven Nys lors du Cyclo-cross de Gieten, première manche du Superprestige[52]. Lors du difficile GP Mario De Clercq, il prend la deuxième place derrière Sven Nys. Dans les semaines suivantes, il reste très constant et termine plusieurs fois sur le podium, en particulier lors des manches du Superprestige, où il conserve ses chances de victoire au général. Sa deuxième victoire survient à la mi-décembre, lors du Scheldecross[53]. Une semaine plus tard, il est de nouveau le meilleur lors du Grand Prix De Ster. En 2015, malgré son jeune âge (19 ans), il est autorisé à courir le championnat des Pays-Bas de cyclo-cross chez les pros. Il remporte la course devant son frère David et le champion sortant Lars van der Haar[54]. Il est également autorisé à courir le championnat du monde avec les élites et non pas avec les moins de 23 ans. À une semaine des mondiaux 2015, il décroche à Hoogerheide sa première victoire lors d'une manche de Coupe du monde de cyclo-cross élites[55]. Lors des mondiaux, il mène la course de bout en bout et s'adjuge le titre élites à seulement 20 ans et 14 jours[56], devenant ainsi le plus jeune champion du monde de l'histoire du cyclo-cross[57], dix-neuf ans après son père Adrie van der Poel. Une semaine après, il remporte la dernière manche du Trophée Banque Bpost[58]. Il s'adjuge ensuite le classement général du Superprestige, son premier challenge, avec un point d'avance sur Kevin Pauwels.

Lors de la saison sur route 2015, van der Poel se signale avec une sixième place au classement final du Tour de Belgique et une victoire d'étape sur le Tour de Liège. Durant l'été de 2015, il chute au cours de la quatrième étape du Tour de l'Avenir et se blesse au genou. Il est censé faire son retour lors du CrossVegas, mais la blessure s'avère plus mauvaise que prévu, et van der Poel doit se faire opérer[59].

Finalement, il fait son retour à la compétition fin novembre, avec une troisième place lors du Duinencross. Deux semaines plus tard, il obtient à Overijse sa première victoire de la saison. Un mois plus tard, il remporte pour la deuxième fois d'affilée son championnat national. En préparation pour le mondial, il cumule des victoires à Namur, Zolder et Diegem. Lors du championnat du monde 2016, il se classe à la cinquième place, 47 secondes derrière le vainqueur Wout van Aert.

Après cette décevante cinquième place, van der Poel annonce son intention de participer à l'épreuve de VTT des Jeux olympiques de 2016 à Rio. Il réalise de bonnes performances lors de la Coupe de Chypre, battant notamment le champion olympique en titre Jaroslav Kulhavý. Après un certain nombre de courses de VTT avec des résultats variables, il échoue finalement à se qualifier pour les Jeux olympiques[60].

Au cours de l'été 2016, il est opéré des deux genoux[61]. Pour cette raison, il manque les premiers cyclo-cross de la saison de cyclo-cross 2016-2017. Cette saison est marquée par son duel avec Wout van Aert. En octobre, il dispute son premier cyclo-cross de la saison à Gieten, où il s'impose après un duel avec van Aert. Après cela, il gagne également à Meulebeke, Zonhoven et Valkenburg, avant de remporter l'argent au championnat d'Europe, remporté par Toon Aerts. En novembre, van der Poel remporte sa quatrième manche consécutive du Superprestige à Asper-Gavere. À la fin du mois de décembre, il chute lourdement lors du Azencross à Loenhout.

Après une semaine de repos, il s'adjuge son troisième titre national consécutif. Trois semaines plus tard, il doit se contenter de la médaille d’argent au championnat du monde au Luxembourg, après quatre crevaisons. Wout van Aert, remporte le titre mondial. En février 2017, van der Poel remporte sa vingtième victoire de la saison lors du Superprestige à Middelkerke. Grâce à cette victoire, il gagne également le classement final du Superprestige pour la deuxième fois, avec sept victoires en huit manches.

En 2017, sur route, il obtient une victoire lors de la deuxième étape du Tour de Belgique. Il s'impose au sprint dans un groupe, devant le champion de Belgique Philippe Gilbert et son rival Wout van Aert. Une semaine plus tard, il remporte deux étapes et le classement final des Boucles de la Mayenne. Au mois d'août il gagne À travers le Hageland en Belgique[62]. Actif également en VTT, il obtient son premier podium en Coupe du monde le à Albstadt, derrière Nino Schurter. À la fin du mois de juin, il est quatrième du championnats du monde de VTT marathon.

La saison de cyclo-cross 2017-2018 est celle de tous les succès : en plus des classements généraux de la Coupe de monde, du Superprestige et du Trophée des AP Assurances, il remporte 32 victoires, battant le record de Sven Nys. Il termine 38 fois sur le podium et se classe dans chacun de ses 39 cyclo-cross dans les quatre premiers. Il est également champion d'Europe et des Pays-Bas. Il doit se contenter de la médaille de bronze au championnat du monde à Valkenburg aux Pays-Bas. Wout van Aert est pour la troisième fois consécutive champion du monde. Néanmoins, en raison de sa domination pendant le reste de la saison, van der Poel clôt la saison en tête du classement UCI.

2018-2019 : des résultats tout-terrain et deuxième titre mondial en cyclo-cross modifier

 
Mathieu van der Poel aux championnats d'Europe de VTT 2018

En 2018, il participe à plusieurs courses sur route à partir de juin. Il s'impose d'entrée sur la première étape des Boucles de la Mayenne et gagne le général comme l'année précédente. Une semaine plus tard, il remporte pour la deuxième fois le Tour du Limbourg en battant au sprint Nacer Bouhanni. Début juillet, il devance Danny van Poppel et le champion en titre Ramon Sinkeldam pour devenir champion des Pays-Bas sur route. En août, il termine deuxième du championnat d'Europe sur route à Glasgow, après avoir été battu au sprint par l'Italien Matteo Trentin, Wout van Aert terminant troisième[63]. Au total, il compte six victoires en treize jours de course. En VTT, il poursuit sa progression. Il monte sur le podium à trois reprises d'une manche de Coupe du monde de VTT et termine deuxième du classement final, notamment grâce à ses victoires sur les courses short-track, une nouveauté ajoutée en début de saison. À la fin du mois de juillet, il devient champion des Pays-Bas de cross-country VTT à Apeldoorn. Grâce à cette victoire, il est le premier cycliste néerlandais à conquérir trois titres nationaux la même année et il détient simultanément les titres de champion des Pays-Bas de cyclisme sur route, de VTT et de cyclo-cross. En août, il abandonne lors du championnat d'Europe de VTT cross-country dont il était l'un des grands favoris[64]. En septembre, il remporte la médaille de bronze au championnat du monde de la spécialité. Le cyclo-cross de Gullegem lui donne l'occasion de remporter sa 100e course, la 22e de la saison. Il réalise une saison de cyclo-cross quasi parfaite, avec en point d'orgue son deuxième titre mondial obtenu le en solitaire devant son rival Wout van Aert. Il totalise à ce moment de la saison 27 succès en 29 courses, dont 21 d'affilée[65]. En plus d'être champion du monde, il est également champion d'Europe et des Pays-Bas et lauréat du Trophée des AP Assurances et du Superprestige. Il termine sa saison de cyclo-cross par le grand-chelem en Superprestige et obtient un total de 32 victoires sur la saison en trente-quatre participations.

 
Podium de l'édition 2019 du Grand Prix de Denain : Marc Sarreau (2e), Mathieu van der Poel (1er) et Timothy Dupont (3e).

Sur route, il gagne dès sa reprise fin février la 1re étape du Tour d'Antalya. Un mois plus tard, il est victime d'une lourde chute lors de la Nokere Koerse[66], mais remporte en solitaire quatre jours plus tard le Grand Prix de Denain, en résistant au peloton[67]. Une semaine plus tard, il participe à Gand-Wevelgem, sa première course World Tour. Il fait partie du groupe de favoris qui joue la victoire au sprint, mais doit se contenter de la quatrième place[68],[69]. Il gagne ensuite au sprint au sein d'un groupe de cinq coureurs, la semi-classique À travers les Flandres, sa première victoire sur le World Tour. Il s'impose après avoir attaqué dans la première montée du mont de l'Enclus, à 70 kilomètres de l'arrivée[70]. En avril, il remporte la Flèche brabançonne, 34 ans après son père, devant le numéro un mondial Julian Alaphilippe et le tenant du titre Tim Wellens. Il récidive à l'occasion de l'Amstel Gold Race en s'offrant une victoire inespérée à la suite du retour de son groupe face au duo Julian Alaphilippe et Jakob Fuglsang dans le dernier kilomètre de la course. Alors qu'il vise le titre olympique en 2020 en VTT, il devient champion d'Europe de la spécialité, puis gagne trois manches de la Coupe du monde de VTT et termine deuxième du général derrière le champion olympique Nino Schurter. Fin septembre, il fait l'impasse sur les mondiaux de VTT pour se concentrer sur les mondiaux sur route. Grand favori de la course disputée dans des conditions très difficiles, il passe à l'attaque à 33 kilomètres de l'arrivée. Alors qu'il figure dans le groupe de cinq qui va se disputer la victoire, il est brusquement lâché, à 12 kilomètres de l'arrivée. Après la course, il déclare : « Ça s'est arrêté d'un coup, je n'ai pas d'explication »[71]. Le , lors du GP Mario De Clercq et alors qu'il est sur une série de 35 victoires consécutives en cyclo-cross, il est battu pour la première fois depuis plus de 400 jours[72]. Dès le lendemain, il renoue avec le succès en remportant le Druivencross[73]. Il est élu sportif néerlandais de l'année 2019[74].

2020-2021 : victoire sur le Tour des Flandres et titres mondiaux en cyclo-cross modifier

Début février 2020, il devient pour la troisième fois champion du monde de cyclo-cross, après une course en solitaire[75]. Fin août, il se classe quatrième de la course en ligne des championnats d'Europe disputés à Plouay dans le Morbihan[76]. Il renonce à participer à la course en ligne des championnats du monde, considérant le parcours comme étant « trop dur » et privilégiant les classiques flandriennes[77]. En octobre il remporte la seizième édition du BinckBank Tour[78], puis le Tour des Flandres, au terme d'un sprint devant Wout van Aert[79]. Il succède là aussi à son père Adrie van der Poel qui avait gagné cette course en 1986.

Le à Ostende, Mathieu van der Poel gagne son quatrième titre de champion du monde de cyclo-cross, devant Wout van Aert qu'il a nettement dominé[80]. Il commence sa saison sur route sur l'UAE Tour, dont il remporte la première étape, mais son équipe se voit contrainte de quitter la course, pour des raisons sanitaires. Il s'impose quelques semaines plus tard, le 6 mars, sur les Strade Bianche, devant le champion du monde en titre Julian Alaphilippe et Egan Bernal, au terme d'un course mouvementée[81]. Il remporte également deux étapes sur Tirreno-Adriatico, dont une à l'issue d'une attaque en solitaire à 52 kilomètres de l'arrivée. Le , il passe tout près d'une deuxième victoire consécutive sur le Tour des Flandres mais est battu au sprint par le Danois Kasper Asgreen, et doit se contenter de la deuxième place[82].

Le , il prend part à son premier Tour de France à 26 ans, soit le même âge que pour son grand-père Raymond Poulidor. Dès le lendemain, il se distingue en arrivant en solitaire à Mûr-de-Bretagne, endossant son premier maillot jaune[83]. Le Néerlandais conserve la tunique de leader de l'épreuve durant six jours, réalisant pour cela une excellente performance lors du contre-la-montre de 27,2 km entre Changé et Laval[84]. Il cède le maillot jaune au Slovène Tadej Pogačar lors de la première étape alpine et ne prend pas le départ le lendemain, afin de préparer au mieux l'épreuve de VTT des JO de Tokyo prévue pour le [85]. Mais lors de cette épreuve olympique, il chute et doit abandonner[86].

Insuffisamment remis des douleurs dorsales contractées début mai en ouverture de la coupe du monde de cross-country à Albstadt (Allemagne) et préférant se préserver pour la fin de saison sur route, il renonce finalement le à participer aux championnats du monde de cross-country, qui se tiennent la semaine suivante à Val di Sole (Italie)[87]. De retour sur route, il gagne en septembre l'Antwerp Port Epic[88], puis se classe huitième des mondiaux en Belgique. Le , il participe pour la première fois à la classique Paris-Roubaix reprogrammée en automne. L'épreuve se court dans des conditions difficiles sur des secteurs pavés rendus boueux et glissants. Cité parmi les favoris, il répond aux attentes en ne ménageant pas ses efforts mais il est battu dans un sprint à trois par Sonny Colbrelli et Florian Vermeersch. Après cette course, il doit décaler sa reprise en cyclo-cross au , en raison d'une blessure au genou, survenue après une chute à l'entrainement[89]. Lors de celle-ci, à court de forme, il se classe deuxième, à 49 secondes de van Aert[90]. Le lendemain, il abandonne le cyclo-cross à Heusden-Zolder, puis décide d'arrêter sa saison de cyclo-cross en raison d'un pincement d'un disque intervertébral, ce qui entraine son forfait pour le championnat du monde de cyclo-cross[91].

2022 : deuxième victoire sur le Tour des Flandres modifier

Sa préparation pour la saison 2022 est perturbée par ses douleurs au dos et une intervention chirurgicale à un genou[92]. Alors qu'il devait faire sa rentrée sur route la semaine suivante, il fait part de sa participation à Milan-San Remo peu de temps avant le départ le . Il rivalise avec les meilleurs et termine à la troisième place derrière Matej Mohorič et Anthony Turgis. Ensuite, il reste en Italie en disputant la Semaine internationale Coppi et Bartali où il remporte au sprint la quatrième étape le . Cinq jours plus tard, il gagne à Waregem la course World Tour À travers les Flandres en faisant partie d'un groupe de huit attaquants puis s'échappant à deux avec Tiesj Benoot. Le , il est le seul à pouvoir suivre Tadej Pogačar lors de la dernière ascension du Vieux Quaremont et se retrouve en tête avec le Slovène. Temporisant après le passage sous la flamme rouge, il remporte son deuxième Tour des Flandres malgré le retour in extremis des poursuivants.

Le , il gagne la première étape du tour d'Italie et endosse son premier maillot rose qu'il perd à l'issue de la quatrième étape, au profit de Juan Pedro López. Le , il s'impose à la citadelle de Namur lors du Grand Prix de Wallonie.

La veille de la course en ligne des championnats du monde, Mathieu van der Poel est arrêté par la police australienne à la suite d'une altercation dans son hôtel avec deux adolescentes qui l'importunaient en frappant à la porte de sa chambre. Il est cependant libéré à 4 h du matin avant le début de la course. Par cause de fatigue physique mais surtout mentale, le coureur abandonne au trentième kilomètre[93]. Accusé d'avoir bousculé les adolescentes, il est condamné à une amende de 1 500 dollars australiens[94]. Deux mois et demi plus tard, la Justice australienne annule en appel cette condamnation[95].

2023 : victoires sur Milan-San Remo et Paris-Roubaix, double champion du monde en cyclo-cross et sur route modifier

 
Mathieu van der Poel à Durbuy avec le maillot de leader du Tour de Belgique 2023

Le 5 février, devant son public néerlandais de Hoogerheide, Mathieu van der Poel décroche son 5ème titre de champion du monde de cyclo-cross au terme d'un nouveau duel d'anthologie avec Wout van Aert[96].

Le 18 mars, pour sa cinquième participation, il remporte en solitaire, Milan-San Remo après avoir attaqué dans les derniers mètres du Poggio. Il gagne ce Monument 62 ans après son grand-père Raymond Poulidor[97]. Six jours plus tard, à l'E3 Saxo Bank Classic, il finit deuxième d'un sprint royal à trois, derrière Wout van Aert et devant Tadej Pogačar. Puis il échoue encore sur la deuxième marche du podium la semaine suivante au Tour des Flandres, derrière Pogačar.

Il renoue avec la victoire le 9 avril sur Paris-Roubaix, se retrouvant seul en tête à la suite d'une crevaison de Wout van Aert à la sortie du dernier secteur pavé important du Carrefour de l'Arbre, à 15 kilomètres de l'arrivée. Van der Poel devient ainsi le quatrième coureur à réaliser le doublé Milan-San Remo-Paris-Roubaix, après le Belge Cyrille Van Hauwaert en 1908, l'Irlandais Sean Kelly en 1986 et l'Allemand John Degenkolb en 2015.

Du 14 au 18 juin, il participe au Tour de Belgique dont il remporte le classement général en gagnant, après 36 km d'une échappée en solitaire, la 4e étape vallonnée se terminant au-dessus du Mur de Durbuy. Il participe aussi à la victoire de Jasper Philipsen dont il lance le sprint lors de la 1re étape.

Le mois suivant, il participe à son troisième Tour de France, où il est chargé de mener Jasper Philipsen lors des sprints. Il termine l'épreuve à la 57e place du classement général[98].

Le 6 août, il remporte en solitaire la course en ligne des championnats du monde de cyclisme sur route 2023 à Glasgow. Parti seul à l'attaque à 22,3 km de l'arrivée, il creuse un écart sur ses poursuivants (van Aert, Pogačar et Pedersen) malgré une chute à 16,5 km du terme. Il est ainsi le vainqueur de Milan-San Remo, de Paris-Roubaix et champion du monde, un exploit qu'Eddy Merckx lui-même n’avait jamais réussi à réaliser en une même année[99]. Succédant au Belge Remco Evenepoel, il est aussi le premier Néerlandais champion du monde sur route depuis 38 ans et Joop Zoetemelk en 1985. Il devient enfin le premier cycliste champion du monde sur route et en cyclo-cross la même année[100].

Six jours plus tard, il participe au championnat du monde de VTT dans l'optique d'obtenir son ticket pour les jeux olympiques 2024 à Paris. Malheureusement, il chute dans le premier tour ce qui le contraint à abandonner[101].

Le 13 septembre, il termine quatrième du Grand Prix de Wallonie dont il était le tenant du titre. Trois jours plus tard, il remporte sa première course sur route avec le maillot arc-en-ciel sur les épaules en s'imposant à Haecht dans un sprint à six devançant Anthony Turgis et Florian Vermeersch lors de la Super 8 Classic, épreuve de l'UCI ProSeries. Cette course est la dernière de l'année sur route car il annonce peu après avoir mis fin à sa saison 2023 de cyclisme sur route.

Vainqueur de trois courses majeures (deux Monuments et la course en ligne des championnats du monde), il termine l'année 2023 sur route à la septième place du classement mondial UCI. Il se classe deuxième au classement du Vélo d'or 2023, battu de 12 points par Jonas Vingegaard, mais remporte le Trophée Eddy Merckx hommes comme meilleur coureur de classiques lors de ce même Vélo d'or.

Le 16 décembre, il entame sa saison de cyclo-cross à Herentals en remportant la course devant Tom Pidcock. Ensuite, il gagne les six autres courses auxquelles il participe jusqu'à la fin de l'année 2023.

2024 : triplé au Tour des Flandres et doublé à Paris-Roubaix modifier

Mathieu van der Poel poursuit son invincibilité en cyclo-cross dès le 1er janvier en remportant le Grand Prix Sven Nys à Baal. Il gagne treize des quatorze cyclo-cross qu'il dispute au cours de l’hiver dont son sixième championnat du monde, disputé cette année à Tábor le 4 février. Il reprend la compétition sur route le 16 mars en participant à Milan-San Remo qu'il a remporté l'année précédente. Sur la Primavera, il effectue un travail d'équipier en neutralisant les velleités offensives de Tadej Pogačar dans le Poggio au profit de Jasper Philipsen qui s'impose au sprint, van der Poel finissant dixième. Deux jours plus tard est officialisée la signature d'un nouveau contrat du Néerlandais avec Alpecin-Deceuninck qui se termine désormais à la fin de l'année 2028. Van der Poel s'engage également pour dix ans en tant qu'ambassadeur de la marque de cycles Canyon[102].

Van der Poel commence les classiques flandriennes par l'E3 Saxo Bank Classic. À un peu plus de 40 km de l'arrivée, il attaque et distance tous ses adversaires lors de la montée du Paterberg et s'impose avec 1 min 31 s d'avance sur le deuxième, Jasper Stuyven[103]. Sur Gand-Wevelgem, une épreuve où la formation Lidl-Trek montre une supériorité collective, son chef de file Mads Pedersen est à l'offensive lors de la dernière ascension du mont Kemmel et van der Poel est le seul à pouvoir le suivre. Les deux coureurs terminent la course ensemble et Pedersen remporte la victoire après un sprint lancé à 300 mètres de la ligne d'arrivée[104].

 
Mathieu van der Poel seul en tête dans le secteur pavé n°12 de Paris-Roubaix

Le , il remporte le Tour des Flandres après avoir effectué les 45 derniers kms seul en tête depuis le Koppenberg[105],[106]. Ce troisième succès, après 2020 et 2022, lui permet d'égaler le record de l'épreuve et de rejoindre notamment Tom Boonen ou encore Fabian Cancellara[107]. Une semaine plus tard, le 7 avril, il remporte aisément Paris-Roubaix après une échappée en solitaire de près de 60 km depuis le secteur pavé d'Orchies et rejoint Roubaix avec un avantage de trois minutes sur le deuxième classé, son équipier Jasper Philipsen. C'est la seconde victoire consécutive pour lui dans cette classique mythique et le sixième Monument à son palmarès, rejoignant ainsi des champions comme Francesco Moser, Moreno Argentin et Johan Museeuw.

Rivalité avec Wout van Aert modifier

Le Belge Wout van Aert et le Néerlandais Mathieu van der Poel sont nés à quatre mois d'écart dans la province d'Anvers en Belgique. Wout van Aert est l'aîné. Durant leur carrière sportive, en cyclo-cross comme sur route, une rivalité sportive les oppose et ce dès la catégorie espoirs[2]. Au niveau élites, les deux coureurs remportent les six titres mondiaux entre 2015 et 2020 à raison de trois chacun, néanmoins van der Poel a l'ascendant dans cette discipline en cumulant davantage de victoires sur les autres épreuves disputées au cours d'une saison. Cette rivalité se poursuit sur la route à partir de 2019 et s'accentue à la suite de Gand-Wevelgem 2020. Sur cette épreuve, van Aert et van der Poel figurent parmi un groupe de coureurs se jouant la victoire et terminent respectivement 8e et 9e. Après cette course, la rivalité se déplace sur le terrain médiatique, van Aert déclarant considérer que van der Poel s'est focalisé sur lui et a couru pour le faire perdre, ce que nie le Néerlandais[108].

Lors du Tour des Flandres qui suit, van der Poel s'impose devant van Aert à la photo-finish, après que les deux coureurs ont parcouru les 30 derniers kilomètres seuls en tête. En 2023, trois confrontations directes tournent à l'avantage de Mathieu van der Poel : à Milan-San Remo quand van der Poel lâche van Aert dans le Poggio pour gagner cette classique, à Paris-Roubaix, alors qu'ils sont seuls en tête, van Aert est victime d'une crevaison à 15 kilomètres de l'arrivée et doit laisser partir van der Poel vers la victoire et lors de la course en ligne masculine aux championnats du monde de cyclisme sur route 2023 à Glasgow, van Aert doit se contenter de la médaille d'argent derrière van der Poel, champion du monde. Toutefois, van Aert remporte l'E3 Saxo Bank Classic 2023 dans un sprint à trois devant van der Poel et Pogačar.

Certains médias comparent cette rivalité sur les classiques avec d'autres qui ont marqué leur époque, à savoir Eddy Merckx contre Roger De Vlaeminck ou Tom Boonen contre Fabian Cancellara[109].

Style et caractéristiques modifier

Mathieu van der Poel a la particularité d'exceller dans trois disciplines du cyclisme : le cyclo-cross, le cyclisme sur route et le VTT (cross-country). Ainsi en 2018, il réussit la performance de gagner le titre national aux Pays-Bas dans les trois disciplines[110].

Sur route, il est considéré comme un puncheur-sprinteur. Il bénéficie d'une bonne pointe de vitesse et d'une agilité supérieure à la moyenne. Son explosivité en fait un coureur au profil idéal pour briller sur l'Amstel Gold Race et le Tour des Flandres. Il possède également une cadence de pédalage élevée qui retarde la fatigue musculaire et lui permet d'être plus véloce que ses adversaires. Sur un cyclo-cross (dont la durée est d'environ une heure), il est capable de partir très tôt seul en tête et de maintenir son effort pour résister à ses adversaires. Selon Steve Chainel, il doit cette résistance physique à sa pratique du VTT[7].

Il est doté d'une accélération fulgurante, produisant une puissance « bestiale »[111] qui lui permet de distancer ses adversaires dans les courtes pentes les plus abruptes - comme lors du final des Strade Bianche 2021[112],[113]- ou lors de sprint lancé quasi arrêté - comme lors du Tour des Flandres 2022 ou des mondiaux de cyclo-cross 2023.

Ses qualités de pilotage issues du cyclo-cross sont également reconnues. Il en fait notamment la démonstration lors de sa descente sur San Remo en 2023, ou lors des championnat du monde sur route 2023 où il s'impose détaché après un final sur un circuit technique et souvent détrempé tracé dans les rues de Glasgow[99].

Palmarès et classements mondiaux modifier

Palmarès en cyclo-cross modifier

Par saison modifier

Classements modifier

Épreuve / Édition 2014/2015 2015/2016 2016/2017 2017/2018 2018/2019 2019/2020 2020/2021 2021/2022 2022/2023 2023/2024
Championnat du monde 1er 5e 2e 3e 1er 1er 1er 1er 1er
Championnat d'Europe 2e 1er 1er 1er -
Coupe du monde 25e 5e 8e 1er 3e 8e 2e 35e 6e 6e
Superprestige 1er 8e 1er 1er 1er 12e 11e 12e 19e
Trofee veldrijden 10e 16e 11e 1er 1er 3e 8e 14e 5e
Championnat des Pays-Bas 1er 1er 1er 1er 1er 1er annulé

Palmarès sur route modifier

Par année modifier

Résultats sur les grands tours modifier

Tour de France modifier

3 participations

Tour d'Italie modifier

1 participation

Classiques et grands championnats modifier

Ce tableau présente les résultats de Mathieu van der Poel sur courses d'un jour de l'UCI World Tour auxquelles il a participé, ainsi qu'aux différentes compétitions internationales.

Légende
AB Abandon HD Hors-délais Pas de participation × Pas d'épreuve
Année Strade Bianche Milan-San Remo
(Mo)
E3 Saxo Bank Classic Gand-Wevelgem À travers la Flandre Tour des Flandres
(Mo)
Paris-Roubaix
(Mo)
Amstel Gold Race Liège-Bastogne-Liège
(Mo)
Tour de Lombardie
(Mo)
Europe - Course en ligne Mondial - course en ligne
2018 2e
2019 4e Vainqueur 4e Vainqueur 43e
2020 15e 13e x 9e x Vainqueur x x 6e 10e 4e
2021 Vainqueur 5e 3e 58e 2e 3e 8e
2022 3e Vainqueur Vainqueur 9e 4e AB
2023 15e Vainqueur 2e 2e Vainqueur Vainqueur
2024 10e Vainqueur 2e Vainqueur Vainqueur

Classements mondiaux modifier

  Année2014201520162017201820192020202120222023
Classement mondial1174e167e111e12e4e7e9e7e
UCI Europe Tour46e270e794e59e14e11e4e6e9e7e
Légende : nc = non classéSource : UCI

Palmarès en VTT modifier

Jeux olympiques modifier

Championnats du monde modifier

Coupe du monde modifier

  • Coupe du monde de cross-country
    • 2018 : 2e du classement général, vainqueur de trois courses short track
    • 2019 : 2e du classement général, vainqueur de trois manches et de cinq courses short track
    • 2021 : 17e du classement général, vainqueur de deux courses short track

Championnats d'Europe modifier

Championnats des Pays-Bas modifier

Autres compétitions UCI modifier

  • 2016
    • 2e étape de la Cyprus Sunshine Cup #1
    • GP Stad Beringen
  • 2017
    • Classement général du Belgian Mountainbike Challenge
      • 1re et 2e étapes
  • 2018
    • Classement général de La Rioja Bike Race
      • 1re, 2e et 3e étapes
    • Classement général du Belgian Mountainbike Challenge
      • Prologue, 1re, 2e et 3e étapes

Palmarès en gravel modifier

Distinctions modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

Références modifier

  1. a et b « Mathieu van der Poel, l'enfance du vainqueur de Paris-Roubaix entre les Pays-Bas et la France », sur L'Équipe (consulté le ).
  2. a et b Philippe Bouvet, « Van der Poel, fils et petit-fils prodige », sur lequipe.fr, L'Équipe, .
  3. a et b (en) Gregor Brown, « Mathieu van der Poel wins junior road Worlds title », IPC Media, Cycling Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Le petit-fils de Raymond Poulidor champion du monde juniors » [« The grandson of Raymond Poulidor is junior world champion »], Radio France internationale, RFI.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « 1957–1966: Anquetil 5–0 Poulidor », BBC, BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a et b (nl) « Broers Van der Poel beiden kampioen » [« Brothers Van der Poel are both champions »], Koninklijke Wegener NV, De Gelderlander,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. a et b Vélo Magazine du 1er mars 2019
  8. Bart Hazen et Jamie Mack, « Erik Kramer and David van der Poel Dutch National Champions in the Youth Categories », PFS, Cyclocross Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Van Aert victorious in Junior race », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Van der Poel wins Dutch junior 'cross title », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Dan Seaton, « Mathieu van der Poel takes worlds Junior CX title », Competitor Group, Inc., VeloNews,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Van der Poel takes junior title », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Chris Bagg et Christine Vardaros, « Mathieu van der Poel Wins First Race of the World Championship in Koksijde », PFS, Cyclocross Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Frédéric Gachet, « Ronde des Vallées à Hémonstoir — Et. 3: Classements » [« Ronde des Vallées à Hémonstoir — Stage 3 Classification »], Association Le Peloton, Directvelo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Final Results / Résultats finaux: Road Race Men Juniors / Course en ligne Hommes Junior » [PDF], Sport Result, Tissot Timing, (consulté le ).
  16. Alexandre Mignot, « Van der Poel termine la saison invaincu! » [« Van der Poel finished the season undefeated! »], Swar Agency SPRLS, Cyclism'Actu,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Van der Poel repeats as European junior champion », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. Laura Weislo, « Dutch top medal count at Louisville 'cross Worlds », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Aside from Marianne Vos's sixth rainbow jersey in the women's race, the Dutch were top two in the juniors with Mathieu van der Poel and Martijn Budding, won the U23s thanks to a tenacious ride by Mike Teunissen, and Lars van der Haar was third in the elites. »

  19. Nicolas Gachet, « Course de la Paix Juniors — Et. 1: Classements » [« Course de la Paix Juniors — Stage 1 Classification »], Association Le Peloton, Directvelo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « The yellow Pedersen has closed up the Course de la Paix winning », CK Slavoj Terezín, Závod míru juniorů,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. a et b « UCI Juniors Nations Cup: The Danish increase lead », Union cycliste internationale, UCI.ch,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. a et b (lb) « Wëntger Gemengeblad N°24 » [« Wincrange Municipal Bulletin No. 24 »](Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], Wincrange.lu, Administration Communale de Wincrange, (consulté le ), p. 21.
  23. Frédéric Gachet, « Ain'Ternational Valromey Tour — Et. 4: Classements » [« Ain'Ternational Valromey Tour — Stage 4 Classification »], Association Le Peloton, Directvelo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. (nl) « Welten beste nieuweling in Chaam » [« Welten best newcomer in Chaam »], Koninklijke Wegener NV, Brabants Dagblad,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Bij de junioren ging de titel naar Mathieu van der Poel, de zoon van oud-prof Adrie van der Poel. [In the juniors, the title went to Mathieu van der Poel, the son of former professional Adrie van der Poel.] »

  25. « UCI Juniors Nations Cup: France takes the lead in Brittany », Union cycliste internationale, UCI.ch,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. a b c et d (de) « Holländer Mathieu van der Poel überlegener Sieger — GP Rüebliland ging in Brugg zu Ende » [« Dutchman Mathieu van der Poel, the clear winner — GP Rüebliland went to Brugg to end »], Elite Timing GmbH, Radsport.ch,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. Gregor Brown, « Logan Owen came close, but picked "the wrong moment to go" », Competitor Group, Inc., VeloNews,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « I knew he'd [van der Poel] be a favorite coming into the day. He has a really good kick on that steep climb. »

  28. Shane Stokes, « Decraene earns junior title for Belgium », VeloNation LLC, VeloNation,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. « Mathieu van der Poel wins junior men's road race title », BSkyB, Sky Sports,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. Stephen Farrand, « Van der Poel wins junior men's world title », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. Ben Atkins, « Mathieu van der Poel confirms cross talent to take junior road rainbow », VeloNation LLC, VeloNation,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. Chris Case, « Mathieu Van Der Poel v. Logan Owen: A tale of two juniors whose ending has yet to be written », Competitor Group, Inc., VeloNews,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. (nl) Dimitri Eeckhaut, « Mathieu van der Poel meteen beste belofte in Ronse » [« Mathieu van der Poel immediately best promise in Ronse »], De Persgroep Nederland, Het Laatste Nieuws,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. « Vanthourenhout wins World Cup in Valkenburg », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. « Mathieu van der Poel prevails in Tabor World Cup », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. Peter Hymas, « Van der Poel quickly transitions to top of U23 cyclo-cross », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. « Van der Poel victorious in first Superprestige round », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. (nl) Algemeen Nederlands Persbureau, « Van der Poel kan kunststukje niet herhalen bij EK beloften » [« Van der Poel can not repeat feat at European Championships for Prospects »], AD NieuwsMedia, Algemeen Dagblad,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. Kyle Moore, « Young crossers Van der Poel and Van Aert confirming talent », VeloNation LLC, VeloNation,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. « Albert triumphs at Scheldecross », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. Kyle Moore, « Albert triumphs in Scheldecross at Antwerp in BKCP sweep », VeloNation LLC, VeloNation,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. (nl) « Fotofinish bezorgt Niels Albert zege tegen Mathieu Van der Poel » [« Photo finish gives Niels Albert win against Mathieu Van der Poel »], Corelio, Sportwereld–Het Nieuwsblad,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. « Mathieu van der Poel wins Superprestige Diegem », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. « Van Aert wins GP Sven Nys U23 », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. « Van der Poel powers to World Cup victory in Rome », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. « Mathieu van der Poel wins Boels Classic Internationale Cyclo-cross Heerlen », Future plc, Cyclingnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. a et b Frédéric Gachet, « Ronde van Limburg : classement », sur directvelo.com, .
  48. Van der Poel, entre route et cyclo-cross, son cœur balance sur directvelo.com
  49. Van der Poel : « Le Mondial, une course comme les autres » sur directvelo.com
  50. Men Under 23 - Championnats du Monde UCI / UCI World Championships (ESP/CM) sur uci.ch
  51. Mathieu van der Poel avec les pros en Superprestige sur cxstats.com
  52. Superprestige #1 : Mathieu van der Poel déjà vainqueur sur cxstats.com
  53. « La France sans son champion », sur rtbf.be, (consulté le ).
  54. « Le petit-fils de Poulidor champion », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  55. « CC - Coupe du Monde #6 - Elite : Classements », sur directvelo.com, (consulté le ).
  56. Championnats du Monde — Un phénomène sur velo101.com
  57. « Le Néerlandais Van der Poel sacré champion du monde », sur lesoir.be, (consulté le ).
  58. Bpost Bank Trofee — L'arc-en-ciel lui va si bien sur velo101.com
  59. Mathieu Van der Poel opéré des genoux
  60. Mathieu van der Poel, un crossman à La Bresse
  61. Mathieu van der Poel opéré des genoux
  62. « L'actu du 7 août », sur velo101.com, (consulté le ).
  63. Frédéric Gachet, « Championnat d'Europe - Elites Hommes : Classement », sur directvelo.com, (consulté le ).
  64. ats/lmo, « VTT: Le titre européen pour Lars Forster », sur rts.ch, (consulté le ).
  65. L'Équipe du
  66. rayeur pour Mathieu Van der Poel
  67. Grand prix de Denain : la victoire après la frayeur pour Mathieu Van der Poel
  68. Mathieu van der Poel; « Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer »
  69. Mathieu van der Poel fourth in WorldTour debut at Gent-Wevelgem
  70. À Travers la Flandre : Mathieu Van der Poel s'impose en réglant l'échappée au sprint
  71. Cyclisme Mondiaux (H) - Championnats du monde : Mathieu van der Poel : « La lumière s'est éteinte »
  72. Cyclo-cross - Toon Aerts met fin à la série d'invincibilité de Mathieu Van der Poel
  73. Mathieu van der Poel renoue très rapidement avec la victoire à Overijse
  74. « Mathieu Van der Poel élu sportif néerlandais de l'année 2019 - Cyclisme - HOL », sur L'Équipe (consulté le ).
  75. « Championnats du monde : Mathieu Van der Poel conserve son titre en Suisse », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  76. « Championnat d'Europe - Elites Hommes : Classement », sur directvelo.com, (consulté le ).
  77. Aurélie Sacchelli, « Cyclisme – Championnats du monde : Van der Poel renonce », sur sport365.fr, (consulté le ).
  78. « Mathieu Van der Poel s'impose au Mur de Grammont et remporte le BinckBank Tour », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  79. B. F., « Mathieu Van der Poel vainqueur du Tour des Flandres », sur L'Équipe, .
  80. « Mathieu van der Poel sacré champion du monde de cyclo-cross pour la quatrième fois, devant Wout van Aert », sur L'Équipe (consulté le ).
  81. « Cyclisme : Mathieu van der Poel s’adjuge les Strade Bianche », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  82. « Kasper Asgreen remporte le Tour des Flandres devant Mathieu Van der Poel », sur L'Équipe (consulté le ).
  83. « Mathieu van der Poel s'impose à Mûr-de-Bretagne et prend le maillot jaune à Julian Alaphilippe », sur L'Équipe, .
  84. « Tour de France : Van der Poel sauve son maillot jaune après un contre-la-montre dominé par Pogacar », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  85. « Pourquoi, malgré son abandon, Mathieu van der Poel a marqué le Tour de France », sur ledauphine.com (consulté le ).
  86. « Mathieu van der Poel abandonne après une chute spectaculaire lors de l'épreuve de VTT des JO de Tokyo », sur L'Équipe, .
  87. « Mathieu van der Poel forfait pour les Mondiaux de VTT », sur L'Équipe, (consulté le ).
  88. Mathieu van der Poel remporte l'Antwerp Port Epic
  89. Mathieu Van der Poel : « J'ai eu peur que ma saison de cyclo-cross soit finie »
  90. Coupe du monde : Wout van Aert devance Mathieu van der Poel à Termonde
  91. Mathieu van der Poel blessé et toujours à l'arrêt
  92. Mathieu van der Poel opéré d'un genou en Belgique
  93. « Mondiaux de cyclisme : van der Poel, l’un des favoris, abandonne après une nuit au poste de police », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  94. « Mathieu van der Poel condamné à 1 500 dollars d'amende et autorisé à rentrer chez lui », sur lequipe.fr, L'Équipe, .
  95. « La justice australienne annule la sanction de Mathieu van der Poel après les Mondiaux sur route », sur L'Équipe (consulté le ).
  96. Julien Lamotte, « Cyclo-cross : Mathieu van der Poel décroche le titre de champion du monde au terme d'un nouveau duel d'anthologie avec Wout van Aert », sur France Télévisions, .
  97. « francetvinfo.fr/sports/cyclisme/milan-san-remo-2023-mathieu-van-der-poel-remporte-en-solitaire-le-premier-monument-de-la-saison ».
  98. « Les classements officiels du Tour de France 2023 - Étape 21 », sur letour.fr, .
  99. a et b Louis Moulin, « Mathieu Van der Poel se tire des méandres de Glasgow pour devenir champion du monde sur route », sur Libération, .
  100. Adrien Hémard-Dohain, « Mondiaux de cyclisme : Mathieu van der Poel, un arc-en-ciel rayonnant et historique », sur FranceInfo Sport, .
  101. « Mondiaux de cyclisme : Mathieu van der Poel, un arc-en-ciel rayonnant et historique ».
  102. « Cyclisme. « Un choix logique » : Mathieu van der Poel prolonge jusqu’en 2028 avec Alpecin-Deceuninck », sur ouest-france.fr, Ouest-France, .
  103. « Mathieu Van der Poel remporte l'E3 Saxo Classic en solitaire, Wout Van Aert troisième », sur lequipe.fr, L'Équipe, .
  104. Luc Herincx, « Mads Pedersen gagne Gand-Wevelgem en s'offrant Mathieu Van der Poel au sprint », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  105. Denis Ménétrier, « Mathieu Van der Poel remporte son troisième Tour des Flandres après un raid en solitaire de 45 kms », sur Le Monde, (consulté le )
  106. Tom Gagniare, « Tour des Flandres : Mathieu Van der Poel, évidemment », sur Le Figaro, (consulté le )
  107. « Mathieu Van der Poel absolument intouchable sur le Tour des Flandres », sur L'Équipe, (consulté le )
  108. Jean-Baptiste Duluc, « Tour des Flandres - Après le cyclo, la route : la rivalité Van Aert-Van der Poel ne s'arrête plus », sur eurosport.fr, .
  109. 5 conclusions from the men's Tour of Flanders
  110. Cyclo-cross: van der Poel domine les Belges aux Mondiaux
  111. Un bestial Van der Poel se exhibe en Siena y se lleva la Strade Bianche
  112. Watch how Mathieu van der Poel rockets to victory at Strade Bianche
  113. « Mathieu Van der Poel déplace 1.372 watts pendant 17 secondes pour remporter la Strade », (consulté le ).

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :