Championnats du monde de cyclo-cross 2024

Les championnats du monde de cyclo-cross 2024, soixante-quinzième édition des championnats du monde de cyclo-cross, se déroulent du 2 au à Tábor en Tchéquie.

Championnats du monde de cyclo-cross 2024
Généralités
Sport Cyclo-cross
Organisateur(s) Union cycliste internationale
Édition 75e
Lieu(x) Tábor
Drapeau de la Tchéquie Tchéquie
Date 2 février-
Épreuves 7
Site web officiel mstabor2024.cz

Navigation

Organisation modifier

Les championnats du monde de cyclo-cross sont organisés sous l'égide de l'Union cycliste internationale. C'est la quatrième fois que l'épreuve est organisée à Tábor en Tchéquie après les championnats du monde de 2001, 2010 et 2015. Auparavant, deux championnats du monde avaient été organisés sur le territoire de l'actuelle Tchéquie qui faisait alors partie de la Tchécoslovaquie en 1972 à Prague et en 1987 à Mladá Boleslav.

Parcours modifier

Le circuit de Tabor est connu pour ses montées et descentes abruptes, ainsi que pour ses virages serrés (60 virages par tour de circuit). Les coureurs doivent faire preuve d'une grande agilité et d'une excellente maîtrise du vélo pour négocier ces obstacles avec succès.

Une caractéristique notable du circuit de Tabor est la présence d'un escalier, que les coureurs doivent monter et descendre à pied avec leur vélo. Cela ajoute un défi supplémentaire à la course et demande une grande explosivité et une bonne technique[1].

Programme modifier

Les horaires de course sont donnés en heure locale[2].



Favoris modifier

Pour la course élite masculine, le tenant du titre et quintuple champion du monde, à savoir le Néerlandais Mathieu van der Poel, est le grand favori. Il compte 12 succès en 13 cyclo-cross lors cette saison et n'a pas à affronter ses deux principaux rivaux Wout van Aert et Tom Pidcock. Les principaux outsiders sont les Belges Thibau Nys, Michael Vanthourenhout et Eli Iserbyt, le Britannique Cameron Mason, ainsi que les Néerlandais Joris Nieuwenhuis, Pim Ronhaar et Lars van der Haar[3],[4]. De son côté, l'ancien triple champion du monde Zdeněk Štybar fait ses adieux au cyclisme à Tábor devant son public.

Chez les femmes, les deux Néerlandaises Fem van Empel et Puck Pieterse, respectivement première et deuxième des mondiaux 2023, sont les deux spécialistes les plus attendues[5]. Elles ont comme principales adversaires leurs compatriotes Lucinda Brand et Ceylin del Carmen Alvarado[6].

Les Néerlandaises Leonie Bentveld, Lauren Molengraaf, la Britannique Zoe Bäckstedt et la Luxembourgeoise Marie Schreiber devraient se jouer le podium chez les féminines de moins de 23 ans. Côté masculin, les espoirs les plus attendus sont le Néerlandais Tibor Del Grosso, ainsi que les Belges Jente Michels et Emiel Verstrynge[3].

Pour la course masculine des juniors, le titre devrait revenir au Français Aubin Sparfel ou à l'Italien Stefano Viezzi, tandis que les juniors filles citées pour la victoire sont la Britannique Cat Ferguson, la Française Célia Gery et la Slovaque Viktória Chladoňová.

En ce qui concerne le relais mixte, en l'absence des Pays-Bas, tenants du titre, sont annoncés comme favoris la Grande-Bretagne (deuxième en 2023), la France (championne d'Europe) et la Belgique.

Résultats modifier

Hommes modifier

Sur la course espoirs, une chute en tête de course dans les premiers hectomètres provoque le retard de plusieurs prétendants au podium tels que les belges Ward Huybs et Aaron Dockx et les français Martin Groslambert et Rémi Lelandais. Un quatuor composé de Léo Bisiaux, Jente Michels, Emiel Verstrynge et Tibor Del Grosso prend alors quelques secondes d'avance. Ce dernier parvient à s'isoler dès le deuxième tour et conserve la tête jusqu'à l'arrivée sans jamais être inquiété par ses poursuivants belges[7].

Chez les juniors, Aubin Sparfel prend le meilleur départ, rapidement rejoint par Stefano Viezzi et Kryštof Bažant. Derrière, ce ceux les néerlandais et les français qui tentent de réduire l'écart, en particulier Jules Simon et Keije Solen. Après deux tours, Sparfel et Viezzi conservent une quinzaine de secondes d'avance sur Bažant et Solen, tandis qu'Albert Withen Philipsen fait parler sa puissance pour remonter les concurrents un à un et se rapprocher des quatre coureurs de tête. Dans le dernier tour, une crevaison prive Sparfel du podium tandis que les erreurs de Viezzi permettent à Solen de se rapprocher peu à peu de l'homme de tête. L'italien parvient finalement à conserver suffisamment d'avance pour s'imposer devant le néerlandais, tandis que Bažant prend la troisième place[8].

Le grand favori Mathieu van der Poel se retrouve seul en tête dès le départ de la course élites, Joris Nieuwenhuis étant le seul à pouvoir le suivre à quelques secondes, tandis que les autres concurrents se retrouvent à près de trente secondes à la fin du premier tour. Dans le deuxième, Michael Vanthourenhout et Pim Ronhaar parviennent à s'extraire du groupe des poursuivants et luttent pour la troisième place. Les positions restent inchangées pendant les tours suivants, van der Poel augmentant peu à peu son avance, pendant que Vanthourenhout s'isole en troisième position. Après avoir mené la course de bout en bout, van der Poel remporte finalement son sixième titre mondial. Nieuwenhuis résiste quant à lui au retour de Vanthourenhout pour signer un doublé néerlandais[9].

Épreuves Or Argent Bronze
Élites[10]   Mathieu van der Poel   Joris Nieuwenhuis   Michael Vanthourenhout
Moins de 23 ans[11]   Tibor Del Grosso   Emiel Verstrynge   Jente Michels
Juniors[12]   Stefano Viezzi   Keije Solen   Kryštof Bažant

Femmes modifier

Chez les juniors, les trois favorites, Viktória Chladoňová, Cat Ferguson et Célia Gery, prennent rapidement la tête de la course et s'isolent de leurs concurrentes dès la fin du premier tour. Aucune des trois ne parvient à faire de différence jusqu'à la fin du troisième et dernier tour, lorsque la française place une attaque dans l'une des dernières montées du circuit. L'anglaise tente de résister mais une faute de sa part lors du franchissement du pont scelle le résultat et la victoire française[13],[14].

Sur la course des élites, Ceylin Alvarado et Fem van Empel prennent le meilleur départ et cette dernière obtient rapidement quelques secondes d'avance sur ses compatriotes Lucinda Brand et Puck Pieterse. L'écart ne cesse de grandir au fur et à mesure de la course, tandis que Pieterse et Brand font rapidement la différence sur les autres candidates au podium. Cette dernière s'isole finalement dans le troisième et avant-dernier tour pour s'assurer la médaille d'argent. Les positions restent figées jusqu'à l'arrivée, permettant à van Empel de remporter un second titre mondial consécutif[15].

En catégorie espoirs, Zoe Bäckstedt possède rapidement une dizaine de secondes d'avance sur le reste des concurrentes après un départ très rapide. Dès la fin du premier tour, l'écart est de plus de vingt secondes sur Kristýna Zemanová, Leonie Bentveld et Marie Schreiber, et atteint la minute à l'issue du second. Les positions restent inchangées pour les trois premières places et l'anglaise s'impose facilement, tandis que Zemanová, poussée par son public, accélère dans le dernier tour pour prendre la médaille d'argent devant Bentveld[16].

Épreuves Or Argent Bronze
Élites[17]   Fem van Empel   Lucinda Brand   Puck Pieterse
Moins de 23 ans[18]   Zoe Bäckstedt   Leonie Bentveld   Kristýna Zemanová
Juniors[19]   Célia Gery   Cat Ferguson   Viktória Chladoňová

Mixte modifier

Malgré un déraillement en début de course, Rémi Lelandais place la France en tête à l'issue du premier relais. Martin Groslambert puis Célia Gery accentuent ensuite l'avance française, avant que Lauriane Duraffourg ne cède la position de leader à Oscar Amey pour la Grande-Bretagne. L'avant-dernier relais est couru par les élites féminines dans la plupart des équipes. Hélène Clauzel prend alors un peu d'avance sur Anna Kay tandis qu'en troisième place Sanne Cant creuse l'écart sur ses poursuivantes. Dans le dernier relais, Aubin Sparfel tient tête à Cameron Mason, malgré leur différence de catégorie (junior et élite). Il s'impose finalement au sprint, tandis que Michael Vanthourenhout complète le podium[20].

Épreuves Or Argent Bronze
Relais[21]   France   Grande-Bretagne   Belgique

Classements modifier

Courses élite modifier

Hommes
Pos Cycliste Pays Temps
  Mathieu van der Poel   Pays-Bas 58 min 14 s
  Joris Nieuwenhuis   Pays-Bas + 37 s
  Michael Vanthourenhout   Belgique + min 6 s
4. Pim Ronhaar   Pays-Bas + min 36 s
5. Eli Iserbyt   Belgique + min 8 s
6. Jens Adams   Belgique + min 21 s
7. Michael Boroš   Tchéquie + min 29 s
8. Witse Meeussen   Belgique + min 35 s
9. Thibau Nys   Belgique + min 44 s
10. Felipe Orts   Espagne + min 48 s
Femmes
Pos Cycliste Pays Temps
  Fem van Empel   Pays-Bas 46 min 19 s
  Lucinda Brand   Pays-Bas + min 20 s
  Puck Pieterse   Pays-Bas + min 54 s
4. Ceylin Alvarado   Pays-Bas + min 37 s
5. Laura Verdonschot   Belgique + min 52 s
6. Sara Casasola   Italie + min 59 s
7. Annemarie Worst   Pays-Bas + min 40 s
8. Clara Honsinger   Pays-Bas + min 45 s
9. Inge van der Heijden   Pays-Bas + min 49 s
10. Maghalie Rochette   Canada + min 52 s

Moins de 23 ans modifier

Hommes
Pos Cycliste Pays Temps
  Tibor Del Grosso   Pays-Bas 52 min 2 s
  Emiel Verstrynge   Belgique + 27 s
  Jente Michels   Belgique + 27 s
4. Léo Bisiaux   France + min 13 s
5. Rémi Lelandais   France + min 28 s
6. Ian Ackert   Canada + min 39 s
7. Victor Van de Putte   Belgique + min 40 s
8. Yordi Corsus   Belgique + min 43 s
9. Martin Groslambert   France + min 46 s
10. Arne Baers   Belgique + min 18 s
Femmes
Pos Cycliste Pays Temps
  Zoe Bäckstedt   Grande-Bretagne 48 min 24 s
  Kristýna Zemanová   Tchéquie + 44 s
  Leonie Bentveld   Pays-Bas + 55 s
4. Isabella Holmgren   Canada + min 8 s
5. Marie Schreiber   Luxembourg + min 42 s
6. Xaydée Van Sinaey   Belgique + min 14 s
7. Lauren Molengraaf   Pays-Bas + min 26 s
8. Lauriane Duraffourg   France + min 51 s
9. Julie Brouwers   Belgique + min 3 s
10. Fleur Moors   Belgique + min 5 s

Juniors modifier

Hommes
Pos Cycliste Pays Temps
  Stefano Viezzi   Italie 42 min 1 s
  Keije Solen   Pays-Bas + s
  Kryštof Bažant   Tchéquie + 31 s
4. Aubin Sparfel   France + 48 s
5. Albert Withen Philipsen   Danemark + min 2 s
6. Théophile Vassal   France + min 17 s
7. Michiel Mouris   Pays-Bas + min 25 s
8. Jules Simon   France + min 35 s
9. Senna Remijn   Pays-Bas + min 43 s
10. Louis Tanguy   France + min 47 s
Femmes
Pos Cycliste Pays Temps
  Célia Gery   France 37 min 1 s
  Cat Ferguson   Grande-Bretagne + s
  Viktória Chladoňová   Slovaquie + 14 s
4. Puck Langenbarg   Pays-Bas + min 4 s
5. Kateřina Douděrová   Tchéquie + min 12 s
6. Vida Lopez De San Roman   États-Unis + min 54 s
7. Mae Cabaca   Pays-Bas + min 55 s
8. Imogen Wolff   Grande-Bretagne + min 3 s
9. Amálie Gottwaldová   Tchéquie + min 6 s
10. Anaïs Moulin   France + min 30 s

Relais mixte modifier

Relais mixte[21]
Pos Pays Temps
    France h 1 min 23 s
    Grande-Bretagne + s
    Belgique + 32 s
4   Canada + min 6 s
5   Italie + min 17 s
6   Tchéquie + min 18 s
7   États-Unis + min 6 s
8   Slovaquie + min 57 s
9   Pologne + min 7 s
10   Autriche + min 56 s

Tableau des médailles modifier

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1   Pays-Bas 3 3 2 8
2   France 2 0 0 2
3   Grande-Bretagne 1 2 0 3
4   Italie 1 0 0 1
5   Belgique 0 1 3 4
6   Tchéquie 0 1 1 2
7   Slovaquie 0 0 1 1
Total 7 7 7 21

Notes et références modifier

  1. Des virages en pagaille, les bons souvenirs de van der Poel : ce qu’il faut savoir sur les Mondiaux de Tabor
  2. Programme officiel
  3. a et b Championnats du Monde Cyclo-cross UCI : Tábor attend de nouvelles performances historiques
  4. Mondiaux de cyclo-cross : Mathieu Van der Poel moins dominateur ? : Il a un peu brouillé les cartes
  5. Cyclo-cross / Mondiaux 2024 : Fem van Empel - Puck Pieterse, rivales et amies
  6. Van der Poel's 'full circle' and Dutch dominance at Tábor CX Worlds - preview
  7. « Mondiaux de cyclocross : Verstrynge et Michels en argent et bronze chez les U23, le Néerlandais Del Grosso vainqueur », sur rtbf.be, (consulté le )
  8. « Cyclo-cross. Aubin Sparfel crève au pire moment, le titre mondial junior pour Stefano Viezzi », sur ouest-france.be, (consulté le )
  9. « Mathieu Van der Poel champion du monde de cyclo-cross pour la sixième fois », sur lequipe.fr, (consulté le )
  10. (en) « Men Elite Individual Results » [PDF], sur chronorace.blob.core.windows.net, (consulté le )
  11. (en) « Men Under 23 Individual Results » [PDF], sur chronorace.blob.core.windows.net, (consulté le )
  12. (en) « Men Junior Individual Results » [PDF], sur chronorace.blob.core.windows.net, (consulté le )
  13. « Célia Gery sacrée championne du monde juniores, Amandine Muller 11e », sur lalsace.fr, (consulté le )
  14. « Cyclo-cross. Célia Gery sacrée championne du monde chez les juniors, 2e titre pour la France », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  15. « Direct vidéo Mondiaux de cyclocross : Fem van Empel à nouveau titrée, podium 100% néerlandais », sur rtbf.be, (consulté le )
  16. « [Cyclo-cross] Backstedt sans rivale, pas de médaille pour Schreiber », sur lequotidien.lu, (consulté le )
  17. (en) « Women Elite Individual Results » [PDF], sur chronorace.blob.core.windows.net, (consulté le )
  18. (en) « Women Under 23 Individual Results » [PDF], sur chronorace.blob.core.windows.net, (consulté le )
  19. (en) « Women Junior Individual Results » [PDF], sur chronorace.blob.core.windows.net, (consulté le )
  20. « Cyclo-cross. La France sacrée championne du monde de relais mixte », sur ouest-france.fr,
  21. a et b (en) « Team Mixed Relay Results » [PDF], sur chronorace.blob.core.windows.net, (consulté le )

Liens externes modifier