Ouvrir le menu principal

Louvain

ville du Brabant flamand, Belgique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louvain (homonymie).

Louvain
(nl) Leuven
Louvain
L’hôtel de ville
Blason de Louvain
Héraldique
Drapeau de Louvain
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Arrondissement Louvain
Bourgmestre Mohamed Ridouani (sp.a) (2019-24)
Majorité sp.a, Groen, CD&V (2019-24)
Sièges
sp.a
N-VA
Groen
CD&V
Open Vld
Vlaams Belang
PVDA
47 (2019-24)
14
11
10
8
2
1
1
Section Code postal
Louvain
Heverlee
Kessel-Lo
Wilsele
Wijgmaal
3000
3001
3010
3012
3018
Code INS 24062
Zone téléphonique 016
Démographie
Gentilé Louvaniste
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
101 396 ()
50,27 %
49,73 %
1 790 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
17,39 %
66,18 %
16,43 %
Étrangers 11,74 % ()
Taux de chômage 6,35 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 16 345 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 53′ nord, 4° 42′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
56,63 km2 (2005)
30,69 %
12,95 %
51,95 %
4,40 %
Localisation
Localisation de Louvain
Situation de la ville au sein de l'arrondissement de Louvain et de la province du Brabant flamand

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 12.svg
Louvain

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 12.svg
Louvain
Liens
Site officiel leuven.be

Louvain (prononciation : /lu.vɛ̃/, en néerlandais : Leuven /ˈløː.və(n)/Écouter, en allemand : Löwen /ˈløː.vən/) est une ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande, chef-lieu de la province du Brabant flamand et chef-lieu de l'arrondissement qui porte son nom. Elle est arrosée par la Dyle, affluent du Rupel. Au Louvain comptait 100 244 habitants[1].

C'est une ville universitaire où siège la Katholieke Universiteit Leuven (en français : Université catholique de Louvain), branche flamande née de la scission de la plus ancienne université de Belgique. Louvain est aussi connue pour abriter le siège de l'entreprise AB InBev, la plus grande brasserie du monde. Louvain est la capitale de la bière en Belgique.

Sommaire

HistoireModifier

Article détaillé : Histoire de Louvain.

La première mention de Louvain remonte à 891 (Loven), quand une armée Viking y est défaite par l'empereur d'Allemagne Arnulf de Carinthie. Selon la légende, les couleurs de la ville, rouge-blanc-rouge, veulent montrer les rives de la rivière Dyle couvertes de sang après la bataille.

Située sur cette rivière et à proximité de la forteresse des ducs de Brabant, Louvain devint le centre de commerce le plus important du duché entre le XIe et le XIVe siècle. Un signe de son ancienne importance comme ville drapière se marque grâce à la toile de lin de Louvain, connue dans les textes à la fin du XIVe siècle et au XVe siècle sous le nom de Lewyn (orthographes : Leuwyn, Levyne, Lewan (e), Lovanium, Louvain).

Au XVe siècle, un nouvel âge d'or commença en 1425 avec la fondation par un prince français, le duc de Brabant Jean de Bourgogne (1403-1427), (Jean IV de Brabant) de la plus grande et la plus ancienne université des Pays-Bas : l'Université de Louvain. Cette université fut supprimée en 1797 et remplacée par l'École centrale de Bruxelles. En 1817, l'Université d'état de Louvain redonne à la ville son université. En 1835, cette dernière est remplacée par l'Université Catholique de Louvain (UCL).

Au XVIIIe siècle, Louvain se développa même en importance du fait d'une brasserie florissante destinée à devenir plus tard Interbrew (rebaptisée récemment en InBev), la plus grande société de brasserie du monde (en termes de quantités brassées). La brasserie Stella Artois, qui appartient à InBev domine avec ses grands bureaux tout le nord-est de la ville, entre la gare de chemin de fer et le canal vers Malines.

Le 23 novembre 1870, un ballon monté parti de Paris, alors assiégé par les Prussiens, termine sa course à Louvain[2].

En 1874, un tramway à cheval dessert la gare et la chaussée de Bruxelles. En 1892, un réseau de tramways vicinaux est constitué. En 1912, un réseau urbain est électrifié.

Article détaillé : Tramway de Louvain.
 
Louvain en 1915

Au XXe siècle, chacune des deux guerres mondiales infligea des dégâts énormes à la ville, détruisant deux fois la bibliothèque de l'université. La bibliothèque fut complètement reconstruite après la Première Guerre mondiale grâce à des fonds recueillis aux États-Unis par souscription et à des indemnités de guerre payées par l'Allemagne. Après la Seconde Guerre mondiale, les bâtiments, qui avaient entièrement brûlé, furent reconstruits.

Louvain fut le théâtre d'une très importante crise politique et communautaire à la fin des années soixante qui mena à la création d'une entité universitaire francophone juridiquement indépendante, implantée dans sa majeure partie à Louvain-La-Neuve, et qui s'intitule officiellement Université catholique de Louvain (UCLouvain).

Les Archives de l’État sont présentes à Louvain depuis 2001, à la suite de la scission de la province de Brabant en 1995. Elles occupent le sous-sol et le rez-de-chaussée du Collège Villers, un bâtiment classé situé à la Vaartstraat (non loin de la gare et de la grand-place).

La ville est notamment connue pour être le premier centre mondial regroupant les archives du philosophe allemand Edmund Husserl, fondateur de la Phénoménologie (philosophie). Les "Archives Husserl" ont été fondées par le philosophe belge Herman Leo Van Breda à l'Institut supérieur de philosophie de Louvain, où ont enseigné, entre autres, Jacques Lacan, Paul Ricœur, Emmanuel Levinas, Maurice Merleau-Ponty, Jacques Derrida et Karl Popper.

Le répertoire du rituel des classes d’âge de Louvain a été inscrit en 2011 par l'UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité[3].

HéraldiqueModifier

 
La commune possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 18 novembre 1996. La plus ancienne utilisation de la barre d'argent comme armoiries de Louvain date d'un sceau datant de 1621. On peut voir le petit écu entre deux tours ou une ville fortifiée. Les armoiries sont identiques aux armoiries historiques de la Lorraine. Au début du XIIe siècle, le comte Godfried de Louvain devient duc de Basse-Lorraine et ses armoiries sont ensuite transférées à la ville.

Au Moyen Âge, la ville a également utilisé une devise : "Louange au-dessus, toujours Louange à Dieu", ou quelque chose comme "Louvain avant tout, mais louez toujours le Seigneur".

Au XVIIe siècle, la ville utilisa également une couronne au-dessus de l'écu, dont la taille et la forme changèrent régulièrement au cours des siècles. En 1810, le conseil communal adopta officiellement les anciennes armoiries, Louvain faisait alors partie de l'empire français, mais maintenant avec une couronne. Cela ne dura pas longtemps, car le 25 février 1813, la ville reçut de nouvelles armoiries. L'ancienne couronne n'a pas été accordée, mais les armoiries ont été augmentées d'un quartier libre avec un "N." couronné. C'était le symbole utilisé par les villes ou le deuxième rang au sein de l'empire français. En outre, la ville était habilitée à utiliser un casque avec comme emblème une couronne murale sur laquelle s'élevait un bâton ou un Mercure flanqué d'une branche d'olivier et de chêne. Après la chute de l’Empire français, la ville continua l’usage de l’ancien écu, mais ne s’en plaignit jamais pour un usage officiel auprès du gouvernement néerlandais. De même, après l'indépendance de la Belgique en 1830, la ville ne demanda pas de nouvelles armoiries. Finalement, le 29 avril 1845, la ville se voit accorder à nouveau des armoiries officielles. Celles-ci ont montré les armoiries historiques, mais maintenant avec un casque et comme une crête un lion tenant les armoiries des ducs de Brabant, identiques aux armoiries nationales. Les ducs de Brabant descendaient des comtes de Louvain.

En 1924, la ville fut mentionnée dans la liste des villes martyres de l'armée française en raison des souffrances de la Première Guerre mondiale. Elle fut donc autorisée à utiliser la croix de guerre française. Le conseil communal a donc demandé de nouvelles armoiries, portant maintenant la croix française. Ces armoiries ont été accordées le 2 mars 1926.

Comme à l'accoutumée en Belgique à l'époque, les armoiries étaient décrites par décret royal en deux langues, le français et le néerlandais. Cependant, le petit écu est décrit correctement dans le texte français comme étant doré sur noir, mais dans le texte néerlandais comme or sur argent. Comme Louvain est situé dans la partie néerlandophone de la Belgique, le texte néerlandais devrait avoir la préférence, mais sa description était héraldiquement incorrecte. Donc, les armoiries ont été tirées selon la description française.

À la suite des fusions de 1977, le 2 avril 1979, les armes ont été augmentées de trois châteaux, un pour chacune des anciennes municipalités. Ces armoiries sont restées en usage jusqu'en 1997, date à laquelle la ville est revenue aux armes à partir de 1926, maintenant décrites correctement.
Blasonnement : De gueules, à la fasce d'argent, Le bouclier surmonté d'un important casque d'argent, de treillis, de collier, bordé et couronné d'une couronne de ville à quatre tours d'or, doublée et suturée de gorge, de couvertures d'argent et de gorge. Signe du casque : un lion d'argent [debout] assis, tenant un bouclier de sabre, chargé d'un lion d'or, griffu et à gorge égarée. Le bouclier orné de croix de guerre française avec palme, le ruban partant du pied de bouclier. (Traduction libre)
  • Délibération communale : 4 janvier 1995
  • Arrêté de l'exécutif de la communauté : 18 novembre 1996
  • Moniteur belge : 25 mars 1997
Source du blasonnement : Heraldy of the World[4].



 
Blason de 1979 à 1997.
Blasonnement : De gueules accompagnée de trois tours toutes d'argent posées 2 et 1, à la fasce d'argent. (Traduction libre)



 
Blason de 1813 à 1845.
Blasonnement : De gueules à la fasce d'argent ; franc quartier des villes de seconde classe, qui est à dextre d'azur à un N d'or surmonté d'une étoile rayonnante du même.



GéographieModifier

Sections de la villeModifier

Louvain est divisée en cinq sections :

Géographie politiqueModifier

Louvain est le chef-lieu du Brabant flamand. La ville est située à l'est de la région.

Cours d'eauModifier

Louvain est bordée par la Dyle, qui n'est pas navigable à cet endroit.

La Dyle entre dans Louvain par la Grande écluse de Louvain (Grote Spui en néerlandais), une écluse fortifiée construite au Moyen Âge et qui a joué pendant 200 ans le triple rôle de barrage de régulation des eaux, de maillon des fortifications de la ville et de point de contrôle des marchandises[5].

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

Elle comptait, au , 101 683 habitants (51 044 hommes et 50 639 femmes), soit une densité de 1 795,57 habitants/km²[6] pour une superficie de 56,63 km².

Graphe de l'évolution de la population de la commune (la commune de Louvain étant née de la fusion des anciennes communes de Louvain, de Heverlee, de Kessel-Lo, de Wilsele et de Wijgmaal, les données ci-après intègrent les cinq communes dans les données avant 1977).

 
  • Source : DGS - Remarque : 1806 jusqu'à 1970 = recensement ; depuis 1971 = nombre d'habitants chaque 1er janvier[7]

ToponymieModifier

Le nom Louvain se rencontre pour la première fois en 891 sous la forme Luvanium ou Loven (voir aussi le drapeau et la devise du blason). On peut donc diviser le mot en deux parties, à savoir Lo et Ven. « Lo » voulait alors dire « forêt » et « Ven » « marais ». Une explication possible pour Louvain est donc « le marais près de la forêt »[8]. L'explication est plausible, du fait que, lors de l'occupation de Louvain par les Vikings, ces derniers ont bâti un mur défensif autour de leur camp, sauf du côté marécageux qu'ils jugeaient infranchissable.[réf. nécessaire]

Nom et surnomsModifier

Les surnoms des habitants sont les « Pierrots » et les « tireurs de vaches ». Le premier renvoie aux habitants de la vieille paroisse (Saint-Pierre) et le second à un fait historique de 1691, à l'occasion duquel les habitants ont tiré la nuit sur des silhouettes qu'ils devinaient. Ils étaient assiégés à ce moment-là par les Français et s'imaginaient tirer sur des soldats ennemis. Au matin suivant ils se sont rendu compte qu'ils avaient canonné un troupeau de vaches.

ParticularitésModifier

Une ville universitaireModifier

 
Revers de la médaille du 75e Anniversaire de la Réinstallation de l'Université Catholique de Louvain 1834-1909, signée Frantz Vermeylen, bronze, 60mm, dans la salle des pas-perdus des Halles de Louvain, située Ladeuzeplein.
 
La bibliothèque de l'université.

La ville de Louvain a été le siège d'institutions universitaires de renom qui s'y sont succédé.

La capitale de la brasserieModifier

En raison de la présence séculaire de la brasserie Artois (qui a formé le groupe Interbrew, aujourd'hui devenu AB InBev) et de l'animation étudiante, Louvain passe aussi pour la capitale de la bière en Belgique. Une autre petite brasserie de production, la brasserie Domus se trouve dans le centre de la ville.

Sites culturels, historiques et touristiquesModifier

CultesModifier

Le principal lieu de culte de Louvain est la collégiale Saint-Pierre. Citons aussi les églises Notre-Dame et Saint-Jacques ainsi que l'abbaye de Sainte-Gertrude et les deux béguinages (le grand et le petit).

Louvanistes célèbresModifier

 
Le jacquemart (sonneur de cloche) de la collégiale Saint-Pierre.
Article détaillé : Catégorie:Naissance à Louvain.
Article détaillé : Catégorie:Décès à Louvain.

Bourgmestres de Louvain depuis 1830Modifier

Période Bourgmestre Parti Notes
1830 - 1833 Jean de Neeff (1773-1833) (nl) Unionisme
1833 - 1842 Guillaume Van Bockel (nl) Unionisme
1842 - 1852 Ferdinand d'Udekem de Guertechin Parti libéral
1852 - 1863 Charles de Luesemans Parti libéral
1864 - 1869 Henri Peemans (nl) Parti libéral
1869 - 1872 Theodoor Smolders (nl) Parti catholique
1872 - 1895 Leopold Vander Kelen (nl) Parti libéral
1896 - 1900 Frederik Lints (nl) Parti libéral
1901 - 1904 Vital Decoster (nl) Parti libéral
1905 - 1914 Leo Colins (nl) Parti libéral
1914 - 1918 Oorlogsburgemeester (Première Guerre mondiale) Alfred Nerincx (1914 - 1918)
1918 - 1921 Leo Colins (nl) Parti libéral
1922 - 1926 Ferdinand Smolders Parti catholique
1927 - 1932 Remi Van der Vaeren (nl) Parti catholique
1933 - 1938 Raoul Claes Parti libéral
1939 - 1941 Remi Van der Vaeren (nl) Parti catholique
1941 - 1944 Oorlogsburgemeester (Deuxième Guerre mondiale) - Richard Bruynoghe (nl) (1941 - 1944)
1944 - 1947 Remi Van der Vaeren (nl) Parti catholique
1947 - 1952 Alfons Smets (nl) CVP
1952 - 1958 François Tielemans (nl) BSP
1958 - 1976 Alfons Smets (nl) CVP
1977 - 1994 Alfred Vansina (nl) CVP
1995 - 2018 Louis Tobback sp.a f.f. Carl Devlies (1998)
2019 - en cours Mohamed Ridouani (nl) sp.a

JumelagesModifier

 
Le Jardin botanique (Kruidtuin).

La ville de Louvain est jumelée avec[10] :

Elle entretient également des pactes d'amitié avec :

Elle possède également un « village d'adoption » :

TransportsModifier

RoutesModifier

Louvain est bordée par la E40 d'une part et la E314 d'autre part. Elle possède son ring propre, le R 23. Louvain est également traversée par la   qui relie Bruxelles à Maastricht et la   qui relie Bruxelles à Liège.

TrainsModifier

Article détaillé : Gare de Louvain.

Louvain dispose d'une gare sur la ligne 36 entre Bruxelles-Nord et Liège-Guillemins.

AirModifier

Louvain est située à une quinzaine de kilomètres à l'est de l'aéroport de Bruxelles avec lequel il est connecté via le chemin de fer et 3 lignes de bus (De Lijn).

SportModifier

Louvain possède plusieurs équipes de sport dont un club de football évoluant en Jupiler Pro League, le Oud-Heverlee Louvain souvent abrégée OHL, une autre équipe de sport de haut niveau évolue également à Louvain, il s'agit du club de basket-ball, le Leuven Bears.

Au niveau des autres clubs populaires de la ville, l'équipe de hockey sur glace, l'IHC Louvain s'illustre comme étant un des meilleurs club de Belgique comptant actuellement deux sacres nationaux remportés dans les années 2000, la ville compte également une équipe de handball, évoluant en deuxième division nationale.

Principaux clubs de la villeModifier

Football

Basket-ball

Hockey-sur-glace

Handball

Football  

Principaux clubs disparus de la villeModifier

Football

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Population de droit par commune au 1 novembre 2016 » [PDF], sur SPF Économie, PME, Classes moyennes et Énergie (consulté le 19 janvier 2017).
  2. Ballon N° 34 : « L'Égalité »
  3. UNESCO, « Le répertoire du rituel des classes d’âge de Louvain »
  4. https://www.heraldry-wiki.com/heraldrywiki/index.php?title=Leuven
  5. (nl) Inventaire du patrimoine immobilier de la Région flamande (Inventaris Onroerend Erfgoed)
  6. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
  7. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20190101.pdf
  8. Justus Lipsius, Leuven - Beschrijving van de stad en haar universiteit, p. 53 ; J. A. Torfs, Geschiedenis van Leuven van den vroegsten tijd tot op heden, p. 24.
  9. Joseph Delmelle, Abbayes et béguinages de Belgique, Rossel Édition, Bruxelles, 1973, p. 45.
  10. Zustersteden

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier