Ouvrir le menu principal

Raymond Poulidor

coureur cycliste français
Raymond Poulidor
Raymond Poulidor en 1968.jpg
Raymond Poulidor en 1968.
Informations
Surnom
Poupou
L'Éternel Second
Naissance
Décès
Nationalité
Distinctions
Équipes professionnelles
Principales victoires

Raymond Poulidor, surnommé « Poupou », né le à Masbaraud-Mérignat dans la Creuse et mort le à Saint-Léonard-de-Noblat en Haute-Vienne, est un coureur cycliste français, professionnel de 1960 à 1977.

Bénéficiant d'une importante popularité en France, il est qualifié d'« éternel second » sur le Tour de France, épreuve qu'il a courue entre 1962 et 1976, qu'il n'a jamais gagnée et au cours de laquelle il n'a jamais porté le maillot jaune mais dont il détient le record de podiums (huit, dont trois deuxièmes places) et sur lequel il a remporté sept étapes. Il a en revanche gagné le Tour d'Espagne en 1964. Il fait partie des rares coureurs de l'histoire à avoir terminé au moins dix fois sur un podium final de grand tour.

Parmi ses 189 victoires, figurent notamment, quatre étapes du Tour d'Espagne, deux titres sur Paris-Nice, des classiques comme Milan-San Remo et la Flèche wallonne, ou encore un maillot de champion de France sur route. Il est aussi monté à quatre reprises sur le podium des championnats du monde de cyclisme sur route.

Repères biographiquesModifier

Raymond Poulidor naît le à Masbaraud-Mérignat, dans la Creuse. Ses parents, Martial (1899-1970) et Marie Marguerite Montlaron, y sont métayers, au domaine des Gouttes. Ils s'installent ensuite à Champnétery, dans la Haute-Vienne, où Raymond Poulidor passe son adolescence. Il est le cinquième enfant de la famille (et cinquième garçon, l'aîné étant mort à 15 mois[1]). Il lui reste trois frères : René, André et Henri, les deux derniers courant chez les amateurs dans des courses cyclistes régionales[2].

Il se marie à l'âge de vingt-cinq ans, le 16 avril 1961, à Champnétery avec Gisèle Bardet[3], postière de Saint-Léonard-de-Noblat et fille de gendarme[4]. Ils vivent à Saint-Léonard-de-Noblat et ont deux filles, Isabelle et Corinne qui a épousé Adrie van der Poel, sportif néerlandais, qui est lui-même ancien coureur cycliste, sacré champion du monde de cyclo-cross, à Montreuil, en 1996. Leur fils aîné David van der Poel court sur route dans l'équipe Corendon-Circus, tandis que le cadet, Mathieu van der Poel, a remporté l'Amstel Gold Race 2019 et été sacré à trois reprises champion du monde de cyclo-cross[5].

SurnomsModifier

Raymond Poulidor est surnommé « Pouli » par Ferdi Kübler[6]. Jean-Pierre Danguillaume le surnomme « La Pouliche »[6] qui serait, d'après Raphaël Géminiani, un raccourci de « La Pouliche d'or »[6].

C'est le journaliste sportif Émile Besson qui est à l'origine du surnom « Poupou »[6],[7] : en , il titre « Vas-y Poupou ! » dans L'Écho du Centre[8]. Il est également à l'origine du surnom « l'éternel second », dans L'Humanité[9].

Carrière cyclisteModifier

JeunesseModifier

 
Raymond Poulidor en 1961, Ciclismo 61, edizione Cicognia.

Raymond Poulidor va à l'école à Auriat, commune de la Creuse et y obtient le certificat d'études primaires. Son instituteur Albert Maurice Vialleville, passionné de sport, lui offre un abonnement à Miroir Sprint, dans lequel il découvre les champions français Louison Bobet et Raphaël Géminiani[10]. Il accompagne ses frères André et Henri lorsqu'ils disputent des courses cyclistes dans la région, le week-end, et roule avec des coureurs locaux, le soir, avec le vélo de sa mère. En 1952, André Marquet, un marchand de cycles de Sauviat-sur-Vige, offre à Raymond, qui a alors seize ans, un vélo demi-course de marque Alcyon. Il commence alors à s'entraîner quotidiennement, en le cachant à sa mère qui juge ce sport dangereux. Il prend sa première licence auprès du club limousin de « La pédale marchoise ». Il est sixième de sa première course, remportée par son frère Henri, à Saint-Moreil, et obtient, en mars 1954, une première victoire au Grand Prix de Quasimodo à Saint-Léonard-de-Noblat[11], où ses parents, métayers, exploitent une ferme[12].

En août 1956, il est invité à participer au Bol d'or des Monédières, à Chaumeil, en tant que meilleur coureur régional, aux côtés de coureurs professionnels comme Géminiani et Bobet. Il effectue une partie de la course en tête avec Bobet et termine à la sixième place. Quelques jours plus tard, il commence à envisager sérieusement une carrière de cycliste professionnel lorsqu'il reçoit 120 000 francs pour sa deuxième place lors d'une course à Peyrat-le-Château[13].

Âgé de vingt ans, il est cependant temps pour lui d'effectuer son service militaire[14]. Il est d'abord affecté en Allemagne, à Coblence, puis en Algérie, dans la région de Bône[15]. Il revient chez lui en décembre 1958. À cause du manque d'entraînement, il pèse quinze kilogrammes de plus qu'à son départ. Il s'entraîne durant l'hiver 1958/59 et au printemps gagne, avec huit minutes d'avance sur le professionnel Roger Buchonnet, la première course à laquelle il prend part. En août, il est deuxième du Grand Prix de Peyrat-le-Château derrière Jean Dotto. Il impressionne un autre participant professionnel, Bernard Gauthier. Celui-ci, membre de l'équipe Mercier, encourage Poulidor à devenir professionnel et parle de lui à son directeur sportif, Antonin Magne. Après l'avoir rencontré au critérium d'Arcachon, Antonin Magne l'engage pour un salaire de 25 000 francs au sein de l'Équipe cycliste Mercier[16].

Au total, Raymond Poulidor remporte 24 victoires en tant que cycliste amateur entre 1954 et 1959 puis passe professionnel en 1960 à 24 ans.

Carrière professionnelleModifier

Raymond Poulidor entre dans la légende en tant que « l'éternel second » du Tour de France et de Jacques Anquetil dans les années 1960 puis d'Eddy Merckx dans les années 1970. C'est une légende née d'exploits inachevés et d'infortunes rencontrées dans le Tour de France, mais une légende erronée au regard de ses 181 victoires toutes courses confondues alors qu'il n'a terminé deuxième que 92 fois au cours de sa carrière, et que trois fois lors de La Grande Boucle (dont une seule fois derrière Anquetil). Néanmoins, le public a surtout retenu, au-delà de ses victoires, son image simple de paysan limousin fruste et franc, sa santé physique et morale, ses places d'honneur chèrement acquises, sa guigne qui lui a valu le surnom affectueux de Poupou, ainsi que la longueur et la densité de sa carrière[17].

En 1960, Raymond Poulidor passe professionnel et devient le leader de l'équipe Mercier dirigée par Antonin Magne. Il est en contrat avec les Cycles Mercier durant toute sa carrière, sous différentes dénominations : « Mercier-BP » (1960-1967), « Fagor-Mercier » (1970-1971), « Gan-Mercier » (1972-1976) et « Miko-Mercier » (1977).

En 1961, Poulidor remporte le Milan-San Remo et est champion de France à Rouen sur route la même année. Il participe à son premier Tour de France en 1962. Il remporte la 19e étape entre Briançon et Aix-les-Bains tandis que le Belge Joseph Planckaert reste maillot jaune (repris le lendemain par Jacques Anquetil qui remportera son troisième Tour de France). Il termine troisième au classement général, troisième au classement du meilleur grimpeur et dixième au classement par points. La rivalité entre Anquetil et Poulidor est l'une des grandes oppositions du sport français, avec en point d'orgue un combat coude à coude sur les pentes du puy de Dôme dans le Tour 1964. Ce rapport de force entre les deux hommes est évoqué dans un sujet de l'émission Les Coulisses de l'exploit consacré à la carrière de Raymond Poulidor en 1969. Bien qu'ayant moins de victoires qu'Anquetil, Poulidor, grâce à sa popularité sera, à partir de 1964, davantage demandé dans les criteriums, où il pourra obtenir des rémunérations supérieures à celles de son rival [18]. La rivalité avec Eddy Merckx intervient dans la seconde partie de la carrière de Poulidor, trentenaire puis quadragénaire, ou « quadragêneur » selon Antoine Blondin. « Poupou » emporte le Paris-Nice 1972 mais s'incline dans le Tour 1974 malgré une victoire au Pla d'Adet.

 
Raymond Poulidor, Tour de France (27 juin 1966).

Raymond Poulidor n'a jamais remporté le Tour de France en quatorze participations (dont douze terminés) ni même porté le maillot jaune ne serait-ce qu'une journée. Il échoue à quatorze secondes du maillot jaune Anquetil lors de l'étape au sommet du puy de Dôme en 1964, ou encore, lors du prologue de 1973 à Scheveningen, à quatre-vingts centièmes de seconde de Joop Zoetemelk[19]. Ses inconditionnels affirment qu'il aurait dû gagner au moins trois Tours de France sans la malchance et sa maladresse :

  • le Tour 1964 (qu'il perd pour cinquante-cinq secondes) sans l'oubli d'un tour de piste à Monaco qui ne lui permet pas de contester à Anquetil la victoire et la minute de bonification associée ni même la demi-minute dévolue au deuxième de chaque étape alors qu’il avait passé la ligne en deuxième position lors du passage précédent ; sans une chute et une crevaison dans l'étape Andorre-Toulouse ; et sans un mauvais choix de braquet dans le puy de Dôme avec lequel il prend tout de même quarante-deux secondes à Anquetil ;
  • le Tour 1965 sans le secours « étonnant » d'Anglade à Gimondi dans le Ventoux ;
  • le Tour 1968 sans la moto qui le renverse le contraignant à abandonner à Aurillac alors que la victoire lui était promise.

En 1976, à quarante ans, Il participe à son dernier Tour de France et monte sur la troisième marche du podium.

Il détient cependant le record du nombre de podiums sur la grande boucle (huit) : trois fois classé deuxième (1964, 1965, 1974) et cinq fois troisième (1962, 1966, 1969, 1972, 1976). Par ailleurs, il remporte sept victoires d'étapes sans avoir endossé un jour le maillot jaune de leader du classement[20].

Vainqueur de 189 courses dont Milan-San Remo en 1961, la Flèche wallonne en 1963, le Tour d'Espagne en 1964, le Grand Prix des Nations, il est lauréat du Super Prestige Pernod en 1964. Puncheur de très haute lignée, très bon rouleur[21], il a gagné sur tous les terrains.

Après Antonin Magne, son second directeur sportif fut Louis Caput. Raymond Poulidor n'a eu qu'un seul agent-manager, en la personne de Roger Piel[22].

Au faîte de sa gloire, près de la moitié des Français le classent en tête de leurs idoles sportives et il reçoit pendant les tours de France plus de 1 000 lettres par jour[23]. Au XXe siècle, il est l'une des personnalités les plus populaires en France. Son voisin et ami Antoine Blondin parle de « poupoularité[5] », dans une chronique de 1967[24].

Après-carrièreModifier

 
Raymond Poulidor lors de la 30e Foire du livre de Brive-la-Gaillarde, le 5 novembre 2011.
 
Raymond Poulidor lors de l'Étoile de Bessèges 2012.

Au-delà de sa carrière sportive, qui s'achève en 1977 après 18 saisons d'une fidélité sans pareille à Mercier, Raymond Poulidor demeure lié indéfectiblement au cyclisme le reste de son existence[25].

Raymond Poulidor se retire du peloton en décembre 1977[26].

En 1978, il devient conseiller technique pour Manufrance puis animateur des ventes pour France Loire, entreprise pour laquelle il fait la promotion pendant plus d'une décennie des vélos à son nom dans les enseignes de la grande distribution[27]. La même année, il est commentateur du Tour de France pour TF1, puis pour Antenne 2 en 1988. Il est également consultant radio pour France-Inter et RTL[28].

Parallèlement, il tire profit de sa notoriété[29] en étant agent de communication pendant le Tour de France pour différentes firmes : Bic, Pâtigel, Les Grands Moulins de Paris, Poulain, La Maison du Café[30] puis, de 2001 à 2019, il intervient pour le compte de la banque Crédit lyonnais (partenaire officiel du maillot jaune)[31].

Dans les années 2000-2010, il est directeur sportif du Tour du Limousin. En janvier 2003, il est promu au grade d'officier de la Légion d'honneur[32]. En 2008, il accepte de devenir, après Henri Desgrange et Jacques Goddet, le troisième président d'honneur des Audax.

Ses mémoires, Poulidor par Poulidor, sont publiés en 2004 avec l’aide de Jean-Paul Brouchon et la préface d'Eddy Merckx[33]. Il avait déjà publié La Gloire sans maillot jaune avec Georges Dirand et Pierre Joly en 1967, un ouvrage qui dépassa les 100 000 exemplaires. En 2015 il sort Champion en collaboration avec Bernard Verret, « le meilleur de mes livres », assurait-il.

À la fin du mois de , au moment où le Tour de France est sur le point de s'achever, sa santé se détériore. En août, des examens révèlent l'usure avancée de son cœur. Il souffre d'un œdème pulmonaire et doit subir deux ponctions dans une clinique de Limoges. Après s'être égaré à Orléans[34], il est hospitalisé à partir du 27 septembre à Saint-Léonard-de-Noblat[35], où il meurt le des suites d'un état de fatigue générale[36]. Informé de son décès, Eddy Merckx déclare : « Il était bien plus que l’éternel second ! »[37]. Selon Lucien Aimar, Raymond Poulidor était « un homme simple »[38]. C'était un trait d'union entre les générations, pour Romain Bardet[39] et Christian Prudhomme[40].

Près de 500 personnes[41] assistent dans la collégiale Saint-Léonard de Saint-Léonard-de-Noblat aux obsèques de Raymond Poulidor, le [42],[43]. De nombreuses personnalités lui rendent un dernier hommage (dont trois vainqueurs du Tour de France, Bernard Hinault, Bernard Thévenet et Lucien Aimar, ou la ministre des Sports Roxana Maracineanu) avant la crémation prévue dans l'intimité[44].

Style, personnalité et capacités physiquesModifier

 
Raymond Poulidor en 1993.

Durant sa carrière, Raymond Poulidor bénéficie d'une solide constitution pour un cycliste (1,73 m/70 kg). Jamais malade, il a la particularité de rester efficace quelles que soient les conditions climatiques. Surnommé « La Pouliche » par ses équipiers, il utilise des braquets plus importants que ses adversaires grâce à sa puissance dans le bas du dos et à des quadriceps et ischio-jambiers très développés, comparativement à ses mollets. Il a notamment l'habitude d'opter pour un plateau unique de 52 dents dans le contre-la-montre du col d'Èze, qui sert d'étape finale sur Paris-Nice. Nicolas Perthuis décrit les effets de ce style : « Tirer plus gros, oui, mais avec la conséquence, en montagne, de devoir se mettre en danseuse plus souvent que ses adversaires avec les contraintes musculaires que cela impose. Même dans l'aspiration du peloton, Poulidor restait en prise avec ses braquets alors que ses adversaires moulinaient. Sur trois semaines de course, sa récupération musculaire ne pouvait qu’en pâtir. Quant à sa puissance développée, elle était légèrement impactée par une vélocité peu élevée. »[45].

Malgré son style peu économique, Poulidor, proche du public, passe de long moment à signer des autographes après chaque étape, au lieu d'en profiter pour récupérer. Il a également la réputation de ne pas être à l'aise dès qu'il faut frotter et il se fait régulièrement piéger dans la plaine, à une époque où les équipes n'hésitent pas à lancer la course de loin. Ainsi, il arrive le plus souvent au pied des premiers cols avec un débours de temps qu'il lui faut rattraper[45].

Rivalité avec Jacques AnquetilModifier

 
Raymond Poulidor, Jacques Anquetil et Federico Bahamontes sur le podium du Tour de France 1964.

Outre la rivalité avec Eddy Merckx sur la fin de sa carrière, c'est celle avec Jacques Anquetil qui est la plus marquante pour Poulidor, car elle « atteint une intensité émotionnelle rare »[46] lors du Tour de France 1964, et parce qu'elle dépasse le cadre sportif[47].

Leur rivalité naît en 1961. Alors qu'Anquetil apparaît comme le seul grand coureur du cyclisme français en début d'année, Poulidor remporte Milan-San Remo, puis bat Anquetil lors de la course de côte du mont Faron. Le 18 juin, il endosse le maillot bleu-blanc-rouge de champion de France, sur le circuit de Rouen-les-Essarts, chez Jacques Anquetil et devant 60 000 spectateurs qui le découvrent[48]. Il faut toutefois attendre 1962 pour que les deux hommes soient opposés sur les routes du Tour de France, puisqu'en 1961 Poulidor refuse de disputer la course en tant qu'équipier d'Anquetil. En huit participations à cette course, Jacques Anquetil est quatre fois en présence de son rival, mais ce n'est qu'en 1964 qu'ils se livrent réellement à un duel pour la victoire[49]. Ils arrivent cette année-là au départ de la « grande boucle » en ayant gagné chacun un grand tour : le Giro pour Anquetil et la Vuelta pour Poulidor. La victoire au Tour de France permettrait à l'un comme à l'autre de réaliser un doublé rare ; pour Poulidor, ce serait un premier succès dans cette course, et pour Anquetil un cinquième, record absolu. Le Tour de France apparaît comme l'épreuve pouvant déterminer le meilleur coureur du monde. L'intensité du duel doit aussi au déroulement de la course, indécise. Les deux coureurs sont longtemps au coude-à-coude, quand vient l'étape du puy de Dôme, dernière occasion pour Poulidor de dépasser Anquetil au classement général.

La rivalité entre Anquetil et Poulidor a passionné et divisé les Français, jusqu'à en faire un « point d'orgue des années soixante »[50]. Cette intensité doit à l'opposition de style entre les deux coureurs : Jacques Anquetil est considéré comme un « rouleur et un froid stratège [...] aux allures presque aristocratiques, Poulidor un grimpeur et un homme simple et chaleureux »[46]. Antoine Blondin illustre ainsi cette opposition[51] : « Il me semble que je dirais qu'Anquetil est un champion gothique, dont la rigueur s'élançait ; Poulidor un champion roman, dont le dépouillement se ramasse et se retient, sur le plan humain s'entend. »

Deux camps, les « anquetilistes » et les « poulidoristes », les derniers étant plus nombreux[52], s'identifient à leur coureur favori en fonction de ses caractéristiques. Selon l'historien Michel Winock, cette division reflète les transformations sociales de la France de l'époque[53] :

« Derrière ces deux stéréotypes, le public sent confusément que deux univers s'opposent, comme la modernité et l'archaïsme. L'un et l'autre coureur sont issus d'un milieu rural, mais ils n'évoluent pas dans la même civilisation agraire. Anquetil est représentatif d'une agriculture moderne. [...] Poulidor est la figure du "paysan résigné", qui ne se fait pas d'illusion [...]. Anquetil est le symbole d'une économie de marché, spéculative, entreprenante. Il boit du whisky, se déplace en avion. Dans le Tour comme dans la vie, c'est un patron.

Ce goût des Français en faveur de "Poupou", c'est un attendrissement nostalgique pour la société rurale dont ils émergent en ces années de mutation rapide. L'univers anquetiliste représente un avenir froid qu'ils redoutent. Du reste, la grande spécialité du Normand est la course contre la montre : la tyrannie des aiguilles est celle du monde industriel ; le Limousin, lui, est bien dans la montagne, c'est l'homme de la nature : il adapte ses journées aux mouvements saisonniers du soleil. Il éclate de santé. Les admirateurs de Poulidor savent bien qu'Anquetil est le plus fort, mais le fond de sa supériorité les glace ; ils y sentent l'artifice, la planification, la prépondérance technologique... »

Après la fin de leur carrière, Jacques Anquetil et Raymond Poulidor se réconcilient, au point de devenir de très bons amis. Quand Raymond Poulidor prend sa retraite en 1977, les deux champions travaillent quelques mois pour la même firme, les cycles France-Loire, qui fabriquent des vélos à leur nom. Ils sillonnent le pays ensemble pour assurer la promotion des produits. Sur le Tour de France, qu'ils continuent de suivre chaque année, ils participent régulièrement, le soir, à des parties de poker auxquelles participent le journaliste Pierre Chany et parfois même Eddy Merckx[54]. Peu avant sa mort, Jacques Anquetil confie à Raymond Poulidor : « C'est bête, la vie. Nous avons perdu quinze ans d'amitié[55]. » Conscient que le mal qui le ronge progresse inexorablement, Jacques Anquetil déclare à son ami, dans un trait d'esprit : « Il te faudra encore te contenter de la deuxième place. Je vais partir le premier[54]. » Raymond Poulidor évoque ainsi sa mémoire : « Les deux hommes que j'admire le plus : le général de Gaulle et Jacques Anquetil. Si je n'avais pas été coureur, j'aurais été anquetiliste[55]. »

Question du dopageModifier

Raymond Poulidor n'a jamais été suspecté de dopage en dix-sept ans de carrière. Toutefois, dans le journal L'Équipe du , il indiquait : « Bien sûr, nous aussi, on prenait bien quelques vitamines, quelques excitants, mais rien d'aussi risqué pour la santé ». Dans Cash investigation du , alors qu'Élise Lucet lui demande s'il a consommé des substances dopantes, Poulidor répond « non », mais lorsqu'elle lui demande s'il a consommé des amphétamines, il répond : « Oui, non ». L'interview prend fin, Poulidor, croyant que la caméra ne filme plus, finit par revenir plus en détail sur sa troublante réponse et reconnaît avoir pris ces substances dopantes[56] : « C'était des amphétamines. On prenait deux fois rien. On avait bien dit que les étudiants prenaient un ou deux Maxiton, c'était ça. Mais ça n'avait rien à voir avec maintenant. C'était pour tenir, c'était pour le moral. »

PalmarèsModifier

Palmarès année par annéeModifier

 
Tour de France, Raymond Poulidor. 27 juin 1966.
 
Prologue du Tour de France à Scheveningen, contre la montre, Raymond Poulidor. 30 juin 1973.
 
Poulidor en 1973.
 
Raymond Poulidor durant le Tour de France 1976.
 
Poulidor signant des autographes sur le Tour de France 1993.

Résultats sur les grands toursModifier

Tour de FranceModifier

Raymond Poulidor fait partie des coureurs ayant remporté au moins deux étapes du Tour de France sur plus de dix années.

  • 1962 : 3e, vainqueur de la 19e étape (Aix-les-Bains)
  • 1963 : 8e
  • 1964 : 2e, vainqueur de la 15e étape (Luchon)
  • 1965 : 2e, vainqueur des 5eb et 14e étapes (Châteaulin contre-la-montre, mont Ventoux)
  • 1966 : 3e, vainqueur de la 14eb étape (Vals-les-Bains contre-la-montre)
  • 1967 : 9e,   vainqueur du classement par équipes, vainqueur de la 22eb étape (Paris contre-la-montre).
  • 1968 : abandon (16e étape)
  • 1969 : 3e
  • 1970 : 7e
  • 1972 : 3e,   vainqueur du classement par équipes.
  • 1973 : abandon (13e étape)
  • 1974 : 2e, vainqueur de la 16e étape (Pla-d'Adet)
  • 1975 : 19e,   vainqueur du classement par équipes.
  • 1976 : 3e

Tour d'EspagneModifier

  • 1964 :   Vainqueur du classement général, vainqueur de la 15e étape (contre-la-montre),   maillot rouge pendant trois jours[57].
  • 1965 : 2e, vainqueur des 4e et 16e étapes (deux contre-la-montre),   maillot rouge pendant quatre jours,   vainqueur du classement par équipes.
  • 1967 : 9e, vainqueur de la 15e étape (contre-la-montre).
  • 1971 : 9e.

InterprétationsModifier

  • À propos du Tour de France 1971, auquel il n'a pas participé : « Je le précédais afin de reconnaître le parcours et de donner mes impressions car je travaillais pour une radio. Mais jamais je ne me suis senti si étranger à mon milieu qui est celui du vélo et de la compétition. »[58]
  • « …, le vrai Poulidor était né, le gars malchanceux qui a toujours des ennuis. Et que voulez-vous que j'y fasse ? À ce niveau, la popularité, c'est inexplicable. On ne peut pas empêcher les gens d'avoir de la sympathie pour vous. »[59]
  • En 2016, alors qu'il fête ses quatre-vingts ans et qu'il participe, désormais en tant que membre de la caravane du Tour depuis sa retraite sportive, à son 54e Tour de France, il déclare : « Le jour où je ne ferai plus le Tour, ce sera la fin. »[60]

HommagesModifier

 
Raymond Poulidor et Guy Penaud à Châlus en 2009, lors de l’inauguration d'une plaque commémorant le passage de Lawrence d'Arabie.

MusiqueModifier

  • En 1972, André Verchuren sort un 45 tours dans lequel il interprète la chanson Vive Poulidor qu'il a écrite et composée avec Jo Moutet et Jean-Pierre Doering.
  • En 1975, un disque 45 tours sorti chez Unidis contient la chanson Chantons vive Poulidor interprétée par la Chorale des écoliers de Bondy et Bruno[61].
  • En 2009 s'est formé à Amiens un groupe de punk rock nommé « Les Poulidoors »[62] dont les compositions traitent toutes de vélo et du Tour de France. Une chanson hommage à Raymond, Pou Pou Pou, dans laquelle est expliqué « pourquoi il finit toujours second » est parue en 2010 sur la compilation Gimme Somme Punk.
  • En 2013, son nom (ainsi que ceux d'Anquetil, Hinault, Fignon, etc.) est cité dans la chanson Les Héros de juillet de Didier Barbelivien[63].
  • En 2018, Ordoeuvre interprète La rengaine de Poulidor sur son album Entre Autres[64].
  • En 2019, la chanteuse belge Coline Malice interprète Poulidor sur son album Esquisse d'un monde amélioré[65].

DistinctionsModifier

Hommages diversModifier

  • Audax : son effigie figure sur la médaille n° 75 000 de 1979.
  • Le 1er novembre 1978, il inaugure un complexe sportif à son nom à Sainte-Geneviève-des-Bois dans l'Essonne[69]. Le 3 juillet 2019, il inaugure un vélodrome à son nom à Bonnac-la-Côte, près de Limoges[70].
  • Son patronyme est devenu une expression de la langue française, une antonomase : « être un Poulidor » signifie « terminer deuxième malgré son panache »[71]. L'anthropologue Marc Abélès parle du phénomène Poulidor dans le deuxième chapitre intitulé « Comment gagner en perdant : l'effet Poulidor » de son livre L’Échec en politique : « Le statut de perdant peut même contribuer à la réussite par un phénomène d’identification au perdant dans un pays où « on n’aimera jamais trop les premiers de la classe » (p. 44), où on « aime les perdants, et d’autant plus qu’ils se dressent face à ceux qui vont dès lors symboliser la réussite dans ses aspects les plus antipathiques » (p. 45)[72] ».
  • En 2005[73] est créé son fan club, l'association ARPAD (les Amis de R. Poulidor & A. Dufraisse) présidée par Claude Louis, ancien conseiller technique régional du Limousin et qui entretient la légende de ces deux champions[74].
  • En hommage à Raymond Poulidor, la 5e étape du Tour de France 2016, Limoges-Le Lioran passe par Saint-Léonard-de-Noblat, sa ville d'adoption[75].
  • Lors de sa 50e édition (du 5 au ), l'Étoile de Bessèges honorera la mémoire de Raymond Poulidor[76].
  • Vélo Magazine. Hommage « C'était Poupou ». Il ne porta jamais le maillot jaune, et admirait Anquetil...[77].

OdonymesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Raymond POULIDOR : "Ma vie sur un vélo" », Interview : émission L'Invité sur TV5 Monde, (consulté le 1er août 2019)
  2. Raymond Poulidor et Jean-Paul Brouchon, Poulidor par Raymond Poulidor, Mareuil Éditions, , p. 161
  3. Clément Mathieu, « En photos : Le mariage de Raymond Poulidor, son premier rendez-vous avec Match », sur parismatch.com (consulté le 19 novembre 2019)
  4. Jean-Claude Lamy, Mon Poulidor, Albin Michel, , p. 47.
  5. a et b « La Poupoularité », France Télévisions, (consulté le 25 juin 2013).
  6. a b c et d Entrée « Poulidor, Raymond (France) », dans Jacques Augendre, Le Tour, Paris, Solar, coll. « Abécédaire insolite », , 427 p., 20 cm (ISBN 978-2-263-05321-4, OCLC 762707498, notice BnF no FRBNF42445278, présentation en ligne), p. 285-291, citations p. 285 (lire en ligne [html]) (consulté le 3 juillet 2015).
  7. Jean-Emmanuel Ducoin, « Émile Besson, ou l’âge d’or des Géants de la route » [html], sur humanite.fr, L'Humanité, (consulté le 3 juillet 2015).
  8. Christophe Penot, « Raymond Poulidor, devenu vieux briscard… » [html], sur lncpro.fr, Ligue nationale de cyclisme (consulté le 3 juillet 2015).
  9. Henri Seckel, « L’ancien champion cycliste Raymond Poulidor est mort », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2019)
  10. Raymond Poulidor, Georges Dirand, Pierre Joly, La Gloire sans maillot jaune, Éditions J'ai lu, , p. 28
  11. Poulidor et Brouchon 2004, p. 22.
  12. Jean-Claude Lamy, Mon Poulidor, Albin Michel, , p. 21.
  13. Poulidor et Brouchon 2004, p. 23-24.
  14. Entre 1956 et 1957, Horb (Allemagne).
  15. Huby-Saint-Leu, son camarade de régiment en Algérie se souvient de Poulidor.
  16. Poulidor et Brouchon 2004, p. 24-35.
  17. Jacques Augendre, Souvenirs ou L'épopée du Tour de France, éditions de la Maison du boulanger, , p. 193
  18. Didier Beoutis, Le duel Anquetil Poulidor, Mareuil, (ISBN 978-2-37254-084-1), p. 190.
  19. Gilles Le Roc'h, « Tour de France : le maillot jaune de Fabian Cancellara en sursis » [html], sur fr.reuters.com, Reuters, (consulté le 3 juillet 2013).
  20. Mustapha Kessous, Clément Lacombe, Les 100 histoires du Tour de France, Presses Universitaires de France, , p. 87
  21. « Il a été plus fort que moi », rappelle Eddy Merckx. Le Parisien.
  22. « Raymond Poulidor fête ses 75 ans », sur Cyclisme Info par Jean-Paul Brouchon (consulté le 13 novembre 2019)
  23. Renaud de Laborderie et Paul Katz, « La France de Poulidor », L'Express, no 1147,‎ , p. 27
  24. Antoine Blondin, « Haute-Vienne que pourra... », L'Équipe,‎ 21 juillet 1967.
  25. Benoît Furic, J.-L. Gatellier, Raymond Poulidor est mort, L'Équipe, 13 novembre 2019.
  26. Raymond Poulidor, l’indétrônable chouchou du Tour de France, est mort.
  27. Raymond Poulidor et Jean-Paul Brouchon, Poulidor par Raymond Poulidor, Mareuil Éditions, , p. 164-165
  28. Paul Florenson, Maryse Brugière, Daniel Martinet, Douze ans de télévision, 1974-1986, La Documentation Française, , p. 191
  29. Grallet Guillaume, « Quelle vie après la gloire? », sur lexpress.fr,
  30. Raymond Poulidor et Jean-Paul Brouchon, Poulidor par Raymond Poulidor, Mareuil Éditions, , p. 166
  31. LCL rend hommage à Raymond Poulidor, son fidèle ambassadeur du Maillot jaune pendant 18 ans sur le Tour de France.
  32. sport.fr.
  33. POULIDOR PAR RAYMOND POULIDOR, édit. Jacob Duvernet, 2004, (ISBN 978-2847240696).
  34. Laurent Coursimault, « Décès - En septembre, Raymond Poulidor s'était égaré à Orléans : "On l'a récupéré... Il était hagard, perdu" », sur www.larep.fr, La République du Centre,
  35. Raymond Poulidor a le cœur usé
  36. Pierre Carrey, « Raymond Poulidor : la classe populaire », sur liberation.fr,
  37. « Eddy Merckx réagit au décès de Raymond Poulidor : « Il était bien plus que l’éternel 2e… » », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2019).
  38. « Lucien Aimar : « Un homme simple » - Cyclisme - Poulidor », sur L'Équipe (consulté le 13 novembre 2019)
  39. « Romain Bardet : « Raymond Poulidor était un trait d'union générationnel » », sur L'Équipe (consulté le 13 novembre 2019)
  40. « Christian Prudhomme : « Poulidor m'a donné l'amour du Tour » », sur L'Équipe (consulté le 13 novembre 2019)
  41. « Obsèques de Raymond Poulidor : amis, champions et anonymes réunis pour un dernier hommage », sur lexpress.fr
  42. « Hommage - Les adieux du monde du vélo et de Saint-Léonard-de-Noblat à Raymond Poulidor en images », sur www.lepopulaire.fr,
  43. Dernier hommage rendu mardi à l'ancien champion cycliste français.
  44. « Obsèques de Raymond Poulidor : de nombreuses personnalités vont lui rendre un dernier hommage », sur sudouest.fr,
  45. a et b « La Pouliche », Vélo Magazine du 6 décembre 2019
  46. a et b Mignot 2014, p. 82.
  47. Viollet 2007, p. 176.
  48. Vélo Magazine du 6 décembre 2019
  49. Lagrue 2004, p. 138, 146.
  50. Bœuf et Léonard 2003, p. 164-165.
  51. Lagrue 2004, p. 139.
  52. Lagrue 2004, p. 144.
  53. Mignot 2014, p. 83.
  54. a et b « 1987 : l'amitié vraie de Jacques Anquetil et Raymond Poulidor », sur eurosport.fr, Eurosport, (consulté le 9 juillet 2016).
  55. a et b Augendre 2014, p. 44.
  56. Jean-Claude Lamy, Mon Poulidor, Albin Michel, , p. 161.
  57. Le miroir des sports n°1017 - 1964 - Tour d'Espagne Poulidor. Le Miroir des sports, édition du lundi 4 mai 1964.
  58. L'équipe Cyclisme, juin 1974.
  59. Extrait d'une interview donnée à Michel Seassau, publiée dans un article du journal L'Équipe du 3 avril 1972, intitulé La France atteinte de « poulidorite », et comportant trois photos, dont l'une avec son épouse et leur fille Isabelle.
  60. « Raymond Poulidor : Le Tour, c'est toute ma vie », sur valeursactuelles.com, .
  61. Les écoliers de Bondy et Bruno - Chantons vive Poulidor. Paroles, écouter le morceau.
  62. « Les Poulidoors ».
  63. Paroles officielles ♪ Les héros de juillet ♪.
  64. La Rengaine de Poulidor, l’album numérique complet.
  65. Coline Malice « Poulidor ».
  66. « 14 avril 2002 : les 100 ans de Paris-Roubaix et l'inauguration du CMC de l'UCI à Aigle », sur uci.ch, Union cycliste internationale, (consulté le 22 septembre 2016).
  67. « Légion d'Honneur. Jalabert, Villeret et Poulidor », sur letelegramme.fr,
  68. liste récipiendaire du prix Henri Deutsch de la Meurthe.
  69. Complexe sportif Raymond Poulidor.
  70. « En piste - Le vélodrome communautaire Raymond Poulidor a pris son allure », sur www.lepopulaire.fr,
  71. « Poulidor. Plus qu’un nom, une expression », sur letelegramme.fr,
  72. Corinne Delmas, « Marc Abélès, L’Échec en politique », L'Homme, no 183,‎ , p. 233 (lire en ligne).
  73. « Les Amis de Raymond Poulidor et André Dufraisse (A.R.P.A.D) », sur poulidor.fr (consulté le 15 novembre 2019)
  74. « Raymond Poulidor à Marcillac-la-Croisille (Corrèze) : « bonjour, je voudrais juste vous serrer la main » », sur lamontagne.fr,
  75. Isabelle Gaudin, « Tour de France - Limoges ville d'arrivée et de départ en 2016 », France Bleu Creuse et France Bleu Limousin, (consulté le 15 avril 2016).
  76. L'Étoile de Bessèges rendra hommage à Raymond Poulidor.
  77. « C'était Poupou ».
  78. a et b « Raymond Poulidor, un nom pour des rues et des stades », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 16 novembre 2019)
  79. « Circuit Raymond Poulidor - Le Lac de Vassivière », sur www.lelacdevassiviere.com (consulté le 13 novembre 2019)
  80. Ces ronds-points mendois au nom célèbre....

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Ouvrages de Raymond PoulidorModifier

  • Raymond Poulidor, La gloire sans maillot jaune, Calmann-Lévy, 1968. (ASIN B0000DMUVQ)
  • Raymond Poulidor, avec la collaboration de Georges Dirand et de Pierre Joly, Mon âge d'or, Calmann-Lévy, 254 pages, 1972.
  • Raymond Poulidor, Poulidor intime, éditions Jacob-Duvernet, 2007.
  • Raymond Poulidor, Mes 50 Tours de France, éditions Jacob-Duvernet, 2012, 200 p. (ISBN 978-2847244304)
  • Raymond Poulidor, Jean-Paul Brouchon et Eddy Merckx (Préface), Poulidor par Raymond Poulidor, Mareuil Éditions, , 210 p. (ISBN 978-2372540025).
  • Raymond Poulidor, Poulidor intime, Mareuil Éditions, coll. « Sport LG », , 190 p. (ISBN 978-2372540056)
  • Raymond Poulidor et Bernard Verret, Champion !, Cherche Midi, coll. « Documents », , 368 p. (ISBN 978-2749143453)
  • Raymond Poulidor et Jean-Paul Brouchon, Le Poulidor, coll. « Sport Beaux Liv. », , 142 p. (ISBN 978-2372540230)
  • Raymond Poulidor et Patrick Jeudy, Poulidor 1er, Compagnie des Phares & Balises, coll. « DVD Français (Dolby Digital 2.0) », (ASIN B00W8H0VUC)

Ouvrages consacrés à Raymond PoulidorModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :