Classique (cyclisme)

course de renommée et dépassant généralement les 200 kilomètres

Les classiques sont les courses d'un jour les plus prestigieuses du calendrier international de cyclisme sur route. Elles sont pour la plupart courues en Europe occidentale depuis plusieurs décennies et leur longueur dépasse généralement les 200 kilomètres. Certaines remontent même au XIXe siècle. Elles ont normalement lieu environ à la même période chaque année. Au début du XXIe siècle, le terme « monuments » est apparu pour désigner les cinq classiques les plus prestigieuses, à savoir Milan-San Remo, le Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie[1].

Georges Pilkington Mills, vainqueur du premier Bordeaux-Paris, en 1891.

CatégorisationModifier

Entre 1989 et 2004, certaines classiques font partie de la Coupe du monde, d'autres du calendrier UCI. De 2005 à 2007, une dizaine de classiques rentrent dans le ProTour géré par l'Union cycliste internationale. Cet événement comprend également plusieurs courses par étapes et d'autres courses d'un jour. En 2008, plusieurs classiques quittent le ProTour en raison de différends entre l'UCI et Amaury Sport Organisation, qui organise notamment le Tour de France, mais également les classiques Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège et Paris-Tours. Cela conduit en 2009 à la création d'un Calendrier mondial UCI. Celui-ci devient l'UCI World Tour en 2011 et prend à nouveau en compte toutes les classiques à l'exception de Paris-Tours. On parle de semi-classiques pour désigner les courses d'un jour de prestige inférieur, mais parfois très anciennes également.

Les classiquesModifier

Ci-après la liste des courses professionnelles considérées comme des classiques :

La Primavera (la Printanière)

  •   Milan-San Remo (Italie) – Mi-mars. Première édition en 1907. C'est la plus longue des classiques en termes de distance (environ 300 km).

Classiques flandriennes

Classiques ardennaises

Classiques courues en été

Classiques des feuilles mortes

Anciennes classiques

Les semi-classiquesModifier

Ci-après la liste des courses professionnelles considérées comme des semi-classiques :

Les classiques « Monuments »Modifier

Les classiques les plus prestigieuses sont les cinq « Monuments du cyclisme », qui ont toutes été créées avant la Première Guerre mondiale et qui comptent à leur palmarès de nombreux grands champions[5].

Chaque course a une caractéristique particulière. La course la plus longue de la saison, Milan-San Remo ("la Classicissima" ou également "La Primavera") est souvent courue sous le soleil sur la Riviera italienne avec un parcours qui favorise les sprinteurs. Le Tour des Flandres ("De Ronde" ou "Vlaanderens Mooiste") est au contraire régulièrement disputé sous le mauvais temps, avec un parcours composé de courtes montées pavées et abruptes (des bergs). Paris-Roubaix ("L'Enfer du Nord" ou "La Reine des Classiques") est complètement plat et tire sa difficulté particulière des quelque cinquante kilomètres de passages pavés extrêmement rugueux. Le plus ancien Monument, Liège-Bastogne-Liège ("La Doyenne"), se tient dans les Ardennes wallonnes avec de nombreuses côtes de longueurs variables, parsemées sur les 260 kilomètres de la course, favorables aux puncheurs. Bien que ces quatre classiques aient lieu au printemps, au début de la saison cycliste, le dernier Monument, le Tour de Lombardie ("la Classique des feuilles mortes"), se court en fin de saison et est adapté aux grimpeurs.

NotesModifier

  1. « Classiques, mode d'emploi », sur rtbf.be,
  2. « Semi-classiques belges », sur cyclisme-sport.fr,
  3. « Semi-classiques italiennes », sur cyclisme-sport.fr,
  4. « Semi-classiques françaises », sur cyclisme-sport.fr,
  5. Le terme est, entre autres, utilisé par l'Union cycliste internationale ; voir le communiqué de presse du 18 juin 2010 Second Day of the UCI Management Committee Meeting

BibliographieModifier