Tour de France 2021

Édition 2021 du Tour de France, course cycliste française
Tour de France 2021 Cycling (road) pictogram.svg
Tour de France (51311760092).jpg
Le maillot jaune Tadej Pogačar, entouré par ses équipiers
Généralités
Course108e Tour de France
CompétitionUCI World Tour 2021 2.UWT
Étapes21
Dates26 juin – 18 juillet
Distance3 414,4 km
PaysFRA France
AND Andorre
Lieu de départBrest
Lieu d'arrivéeParis
Équipes23
Partants184
Classés141
Vitesse moyenne41,165 km/h
Résultats
VainqueurSLO Tadej Pogačar (UAE Team Emirates)
DeuxièmeDEN Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma)
TroisièmeECU Richard Carapaz (Ineos Grenadiers)
Classement par pointsGBR Mark Cavendish (Deceuninck-Quick Step)
Meilleur grimpeurSLO Tadej Pogačar (UAE Team Emirates)
Meilleur jeuneSLO Tadej Pogačar (UAE Team Emirates)
Super-combatifFRA Franck Bonnamour[1] (B&B Hotels p/b KTM)
Meilleure équipeBRN Bahrain Victorious
2021 Tour de France map.svg
◀ 20202022 ▶
Commons-logo.svgDocumentation Wikidata-logo S.svg

Le Tour de France 2021 est la 108e édition du Tour de France cycliste, organisée dans le cadre de l'UCI World Tour 2021. Le grand départ a lieu le à Brest et l'arrivée est jugée le à Paris, sur l'avenue des Champs-Élysées.

Le Slovène Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) sort vainqueur de l'épreuve pour la seconde année consécutive. Il remporte également, comme l'année précédente, les classements du meilleur jeune et du meilleur grimpeur, ainsi que trois victoires d'étapes. Le podium est complété par le Danois Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma), l'une des révélations de ce Tour de France, et l'Équatorien Richard Carapaz (Ineos Grenadiers).

Le Britannique Mark Cavendish (Deceuninck-Quick Step) remporte, cinq ans après sa dernière victoire sur le Tour, quatre sprints massifs, égalant le record de victoires d'Eddy Merckx ; il est également vainqueur pour la seconde fois du classement par points, dix ans après sa première victoire. Le Français Franck Bonnamour (B&B Hotels p/b KTM), participant à de nombreuses échappées, se voit attribuer le prix de la combativité pour sa première participation. Quant au classement par équipes, il est remporté par Bahrain Victorious, grâce notamment aux victoires de Dylan Teuns et Matej Mohorič.

ParcoursModifier

GénéralitésModifier

La 108e édition a été présentée le par Christian Prudhomme[2], directeur général du Tour de France, sur le plateau de Stade 2. Elle est longue de 3 414,4 kilomètres et répartie en vingt-et-une étapes : huit de plaine, six accidentées, six de montagne et deux contre-la-montre individuels. Outre la France, la principauté d'Andorre est le seul pays étranger visité. Elle parcourt quatre massifs : le Massif armoricain, le Massif central, les Alpes et enfin les Pyrénées. Dans l'Hexagone, neuf régions et trente-et-un départements sont traversés[3].

Le Grand Départ était initialement prévu à Copenhague (Danemark)[4]. Mais fin , les organisateurs pensent modifier le lieu du départ en raison de l'Euro de football, reporté en 2021, dont quatre matchs doivent se dérouler à Copenhague sur la même période, rendant le Grand Départ du Danemark impossible. Le départ doit également être avancé d'une semaine, car les Jeux Olympiques ont aussi été reportés, et dont la course en ligne de cyclisme sur route est programmée pour le . Le , le Grand Départ est officiellement déplacé à Brest[5]. Le , Amaury Sport Organisation (ASO) annonce le programme des cinq premières étapes qui resteront dans l’Ouest du pays, avec quatre étapes en Bretagne et une journée en Mayenne.

Le Grand Départ de BretagneModifier

 
Brest, ville du Grand Départ.

Brest accueille pour la quatrième fois le départ du Tour de France, après les éditions 1952, 1974 et 2008, ce qui en fait la deuxième ville (après Paris) ayant le plus souvent accueilli le départ de cette course. Les quatre premières étapes sont bretonnes (Brest - Landerneau, Perros-Guirec - Mûr-de-Bretagne, Lorient - Pontivy et Redon - Fougères)[6], chacune de ces étapes se déroulant dans un seul département, à savoir : le Finistère, les Côtes-d'Armor, le Morbihan puis l'Ille-et-Vilaine. Pour le premier jour de course, les coureurs quitteront la Cité du Ponant par le sud, via Daoulas, Le Faou, le pont de Térénez, Argol sur la presqu'île de Crozon, puis Pentrez plage et Locronan pour rejoindre la seconde plus grande ville et la préfecture du département, Quimper. Le tracé remonte vers le nord par Chateaulin et sa redoutable côte de Stang Ar Garront, Pleyben, Brasparts et les monts d'Arrée avec le Mont Saint-Michel de Brasparts et la côte de Saint-Rivoal. Le parcours passe ensuite par Saint-Éloy, Tréflévénez et Saint-Urbain avant de rejoindre l'arrivée située au sommet de la côte de la Fosse aux Loups (3 km à 5,7 %), sur les hauteurs de Landerneau, pour sacrer un puncheur, chose assez rare pour une première étape de Tour. Le lendemain, c'est au tour du département des Côtes-d'Armor d'être visité par la grande boucle, entre Perros-Guirec et la double ascension à Mûr-de-Bretagne, via la Côte de granit rose jusqu'à Trébeurden avant de se diriger vers Lannion, Paimpol puis Saint-Brieuc, et de rentrer définitivement dans les terres pour aller chercher un nouveau final d'étape pour puncheurs (2 km à 6,9 %).

Le troisième jour, c'est une étape plus calme qui attend les coureurs dans le Morbihan entre Lorient et Pontivy, la victoire ne devrait pas échapper aux sprinteurs. S'ensuit une deuxième étape pour le même type de coureur dans le département d'Ille-et-Vilaine entre Redon et Fougères.

Première semaine : du Nord-Ouest de la France aux AlpesModifier

La cinquième étape est la première en dehors des frontières de la Bretagne. Il s'agit d'un contre-la-montre individuel au cœur de la Mayenne, joignant la ville périphérique de Changé à sa préfecture Laval (dont l'arrivée est située devant « l'Espace Mayenne »), c'est la première des deux épreuves chronométrées au programme. Le lendemain, les coureurs quittent Tours et les bords de la Loire pour gagner Châteauroux : il s'agit d'une étape courte (144 km) mais sans doute nerveuse si le vent s'invite. La septième étape relie Vierzon au Creusot en traversant le Morvan sur une distance record de 249 km, soit du jamais vu depuis la 20e étape du Tour de France 2000. La victoire est destinée à un baroudeur ou à un puncheur au vu des difficultés de la journée, dont le point d'orgue est sans doute le signal d'Uchon (5,7 km à 5,7 %, et dont le dernier kilomètre est à 13,1 %).

Pour la première fois depuis le Tour de France 2014, il n'y a que deux étapes alpestres au programme cette année. La première relie Oyonnax au Grand-Bornand via Mont-Saxonnex (5,7 km à 8,3 %), le col de Romme (8,8 km à 8,9 %) et le col de la Colombière (7,5 km à 8,5 %), avant de plonger sur la commune touristique savoyarde. Quant à la seconde, elle se déroule entre Cluses et Tignes sur 144 km par la côte de Domancy (2,5 km à 9,4 %), le col des Saisies (9,4 km à 6,2 %), le col du Pré (12,6 km à 7,7 %), le cormet de Roselend (5,7 km à 6,5 %) et la montée finale vers la station alpine (21 km à 5,6 %).

Deuxième semaine : de la Savoie à l'Andorre, en passant par le VentouxModifier

Au lendemain du premier jour de repos, s'ensuit une étape pour les sprinteurs entre Albertville, ville organisatrice des JO d'hiver de 1992, et Valence, à la veille d'une étape autour du mont Ventoux. Pour cette onzième étape, les coureurs partent de Sorgues pour gravir le mont Ventoux depuis Sault (24,3 km à 5 %). Après être redescendu sur Malaucène, le peloton doit gravir le « mont Chauve » une seconde fois, cette fois-ci depuis Bédoin, soit par le plus réputé des trois versants possibles (15,7 km à 8,8 %). Toutefois, l'arrivée est placée à Malaucène après une ultime descente, c'est la première fois depuis 1994 que l'arrivée ne se trouve pas au sommet. Ensuite, deux étapes de transition sont au programme pour les coureurs. La douzième étape reliant Saint-Paul-Trois-Châteaux et Nîmes ; cette dernière avait déjà accueilli, en 2019, une étape autour de la ville. L'étape suivante, sans grande difficulté, part de la préfecture gardoise pour rejoindre une autre préfecture, celle de l'Aude, Carcassonne.

 
Nîmes accueille une arrivée et un départ d'étape.

La 108e édition ne compte pas moins de cinq étapes pyrénéennes. La quatorzième étape part de Carcassonne et arrive à Quillan, une traversée de 184 km dans les départements de l'Aude et de l'Ariège. Cette étape est classée accidentée, elle emprunte de nombreuses difficultés : le col du Bac, puis le col de Montségur (4,2 km à 8,6 %) et, dans les 80 derniers kilomètres, s'enchainent le col de la Croix des Morts (6,8 km à 5,8 %), la côte de Galinagues, le col Notre-Dame, la descente vers Axat, la remontée au col Campérié, le col de Saint-Louis (emprunté pour la première fois dans l'histoire du Tour ; 4,7 km à 7,4 %) pour enfin 17 km de descente et de faux plat vers Quillan. Céret, sous-préfecture pyrénéenne accueille le départ de la quinzième étape. Le département n'avait plus vu le Tour de France depuis 2009, lors de la victoire de Thomas Voeckler à Perpignan. Cette étape commence calmement avec, dès les premiers kilomètres, des petites côtes. Au bout d'une cinquantaine de kilomètres, la vallée empruntée, celle de la Têt, s'encaisse et la route commence à monter avec la longue et assez roulante côte de Mont-Louis (8,4 km à 5,7 %). Suivent une courte descente vers Enveitg, un faux plat montant jusqu'à Porté-Puymorens, puis l'enchaînement terrible du col de Puymorens (5,9 km à 4,6 %), la très courte descente, le court faux plat vers la station de ski du Pas de la Case, passage en principauté d'Andorre, et la montée raide (jusqu'à 7,5 % au maximum de la pente) jusqu'au point culminant de l'étape et de l'édition 2021 : le port d'Envalira (2 408 mètres avec 10,7 km à 6,2 %), le souvenir Henri-Desgrange va y être décerné. Une longue descente jusqu'à Encamp est empruntée pour ensuite pouvoir se hisser sur les pentes raides du col de Beixalís (6,4 km à 8,5 %). Suivent quinze kilomètres de descente vers Andorre-la-Vieille, la capitale andorrane pour aller chercher une victoire prestigieuse.

Troisième semaine : des Pyrénées au Bordelais, avant l'arrivée à ParisModifier

 
La montée à Luz-Ardiden, dernière ascension de la course.

À la suite du repos, les coureurs reprennent la route, toujours dans la principauté d’Andorre, le départ étant situé à la frontière, au Pas de la Case, avant de la quitter pour revenir en Ariège, franchir le col de Port, le col de la Core et l'habituel col de Portet-d'Aspet ; l'arrivée de cette seizième étape est située à Saint-Gaudens. La dix-septième étape, le jour de la fête nationale est composée d'un triptyque : partant de Muret, au large du massif, la route s’élève dans la dernière moitié de l'étape après le passage à Bagnères-de-Luchon ; trois géants se présentent ensuite devant les coureurs : le col de Peyresourde (13,2 km à 7 %), le col de Val-Louron (7,4 km à 8,3 %) et l'arrivée à 2 215 mètres d'altitude au col du Portet à Saint-Lary-Soulan. La dix-huitième étape est la dernière de montagne de cette édition, courte mais intense : tout d'abord, le col du Tourmalet est grimpé (17,1 km à 7,3 %), où le souvenir Jacques-Goddet est attribué, puis la montée vers la station de ski de Luz Ardiden (13,3 km à 7,4 %) constitue la dernière grande ascension de ce Tour. Le lendemain, l'étape est plate entre Mourenx et Libourne, représentant une occasion pour les sprinteurs après les difficiles étapes pyrénéennes.

La vingtième étape, le deuxième contre-la-montre de cette édition, est placé la veille de l'arrivée à Paris, comme lors du Tour 2019. Cette épreuve chronométrée dans le Bordelais relie Libourne à Saint-Émilion. Ces trente-et-un kilomètres sont la dernière occasion de perturber le classement final. Un dernier transfert aérien amène les coureurs en région parisienne, dans les Yvelines, à Chatou pour le départ de la dernière étape et le traditionnel défilé avant de rejoindre Paris pour les huit allers-retours habituels sur les Champs-Élysées, où il y a de fortes chances de voir un sprinteur remporter l'étape.

ÉquipesModifier

En tant qu'épreuve World Tour, les 19 équipes World Tour participent automatiquement à la course. En terminant meilleure formation de deuxième division, l'équipe Alpecin-Fenix a le droit, sans obligation, de prendre part à toutes les manches du calendrier World Tour. En l’occurrence, la formation a décidé de prendre part au Tour de France. Par ailleurs, ASO a également convié les équipes françaises Arkéa-Samsic, B&B Hotels-Vital Concept et Total Direct Energie, qui étaient déjà présentes sur la dernière édition. Ainsi, 23 équipes participeront à la course, soit une de plus qu'habituellement, en vertu d'un réglement de l'UCI qui autorise les organisateurs des grands tours à inviter une formation supplémentaire pour faire face aux conséquences de la pandémie de Covid-19[7].

WorldTeams (19)ProTeams (4)

Liste des participantsModifier

Chaque équipe est composée de huit coureurs, ce qui donne un total de 184 cyclistes sur la liste de départ. Sur ce nombre, 45 participent à leur premier Tour de France. Les coureurs viennent de 27 pays différents. 8 pays comptent plus de 10 coureurs dans la course : la France (33), la Belgique (22), l'Espagne (17), les Pays-Bas (14), l'Allemagne (12), le Danemark (11), le Royaume-Uni et l'Australie (10). Seulement neuf italiens sont au départ de la course, le chiffre le plus bas depuis 1984. Aucun pays n'est représenté pour la première fois sur le Tour. L'âge moyen des coureurs en course est de 29,63 ans, allant de 22 ans pour Fred Wright à 41 ans pour Alejandro Valverde. L'équipe DSM a la moyenne d'âge la plus jeune, tandis que l'équipe Israel Start-Up Nation a la moyenne d'âge la plus âgée. La taille moyenne des coureurs présents est de 1,81 m, tandis que le poids moyen est de 69,4 kg[8].

Sur la liste de départ, on compte 10 vainqueurs de grands tours : Chris Froome (Tour d'Espagne 2011, Tour de France 2013, Tour de France 2015, Tour de France 2016, Tour de France 2017, Tour d'Espagne 2017 et Tour d'Italie 2018), Vincenzo Nibali (Tour d'Espagne 2010, Tour d'Italie 2013, Tour de France 2014 et Tour d'Italie 2016), Primož Roglič (Tour d'Espagne 2019 et Tour d'Espagne 2020), Nairo Quintana (Tour d'Italie 2014 et Tour d'Espagne 2016), Tao Geoghegan Hart (Tour d'Italie 2020), Tadej Pogačar (Tour de France 2020), Simon Yates (Tour d'Espagne 2018), Alejandro Valverde (Tour d'Espagne 2009), Geraint Thomas (Tour de France 2018) et Richard Carapaz (Tour d'Italie 2019)[9].

On compte également 40 anciens vainqueurs d'étapes : Mark Cavendish est celui qui en compte le plus avec 30 victoires entre 2008 et 2016. Il devance Peter Sagan qui a remporté 12 étapes entre 2012 et 2019[10].

Favoris et principaux participantsModifier

Pour le classement généralModifier

 
Tadej Pogačar, tenant du titre et parmi les favoris de l'édition 2021.

Les deux grands favoris pour la victoire finale sont les Slovènes Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) et Primož Roglič (Jumbo-Visma), respectivement premier et deuxième de l'édition précédente. Les deux coureurs occupent les deux premières places du classement mondial et font partie des meilleurs grimpeurs et rouleurs du peloton. Depuis le début d'année, Pogačar a remporté le Tour des Émirats arabes unis, Tirreno-Adriatico et Liège-Bastogne-Liège, tandis que Roglič a gagné trois étapes de Paris-Nice et le Tour du Pays basque[11].

L'équipe Ineos Grenadiers est emmenée par le vainqueur du Tour de France 2018 Geraint Thomas et le lauréat du Tour d'Italie 2019 Richard Carapaz. Le Gallois a récemment terminé troisième du Critérium du Dauphiné et semble le mieux placé pour briller à la fois en montagne et sur les contre-la-montre, tandis que Carapaz est l'un des meilleurs grimpeurs du peloton actuel. Ils sont accompagnés du vainqueur du Tour d'Italie 2020 Tao Geoghegan Hart et de Richie Porte, troisième du Tour 2020 et vainqueur du dernier Critérium du Dauphiné. L'équipe Movistar aligne trois coureurs susceptibles de jouer un rôle au classement général, à savoir la nouvelle recrue Miguel Ángel López, accompagnée par les Espagnols Enric Mas et Alejandro Valverde[11].

Les autres candidats à une bonne place au général sont les Colombiens Nairo Quintana (Arkéa-Samsic), Rigoberto Urán et Sergio Higuita (EF Education-Nippo). Les coureurs cités comme outsiders sont Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma), Ben O'Connor (AG2R Citroën), David Gaudu (Groupama-FDJ), Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe), Michael Woods (Israel Start-Up Nation), Jack Haig (Bahrain Victorious), Wilco Kelderman (Bora-Hansgrohe), Julian Alaphilippe (Deceuninck-QuickStep), Guillaume Martin (Cofidis), Bauke Mollema (Trek-Segafredo) et Simon Yates (Team BikeExchange)[12],[13],[11].

Pour le classement par pointsModifier

Pour le classement par points, le grand favori est le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), septuple vainqueur du maillot vert, qui a pour objectif de remporter une nouvelle fois le classement. Ses principaux adversaires sont Wout Van Aert (Jumbo Visma), Michael Matthews (BikeExchange), Sonny Colbrelli (Bahrain Victorious), Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) et Arnaud Démare (Groupama-FDJ)[11].

Les autres sprinteurs présents au départ sont Caleb Ewan, Cees Bol, Tim Merlier, Mark Cavendish, Bryan Coquard, Nacer Bouhanni, Mads Pedersen, Christophe Laporte ou encore André Greipel[14].

Pour le classement du meilleur grimpeurModifier

Comme souvent, aucun favori ne se dégage pour le classement du meilleur grimpeur. Les anciens vainqueurs du maillot à pois présents au départ sont Rafał Majka (double lauréat en 2014 et 2016), Nairo Quintana, Christopher Froome, Warren Barguil, Julian Alaphilippe et Tadej Pogačar.

Outre les anciens lauréats, les noms le plus souvent cités sont Guillaume Martin (Cofidis), Esteban Chaves (Team BikeExchange), Ben O'Connor (AG2R Citroën) et Simon Yates (Team BikeExchange). D'autres coureurs peuvent prétendre à la victoire comme David Gaudu, Michael Woods, Jakob Fuglsang, Dan Martin, Vincenzo Nibali, Jack Haig, Valentin Madouas, Pierre Rolland, voire Kenny Elissonde.

Enfin, les grands favoris du général comme Richard Carapaz, Primož Roglič ou encore Miguel Ángel López sont également des vainqueurs potentiels du maillot à pois[15].

Pour le classement du meilleur jeuneModifier

L'unique favori du classement du meilleur jeune est le tenant du titre, Tadej Pogačar (UAE Team Emirates). Les autres coureurs attendus sont David Gaudu, Lucas Hamilton, Sergio Higuita, Jonas Vingegaard et Brandon McNulty.

Victoires d'étapeModifier

Déjà vainqueurs d'étape sur le Tour d'Italie et le Tour d'Espagne dans le passé, Nacer Bouhanni, Esteban Chaves et Matej Mohorič sont en lice sur ce Tour pour rejoindre la liste des cyclistes vainqueurs d'étapes sur les trois grands tours[16].

Barème des classementsModifier

Classement généralModifier

Le classement général individuel au temps s’établit par l’addition des temps réalisés par chaque coureur dans les 21 étapes compte tenu des pénalités et des bonifications en temps (10, 6 et 4 secondes pour les trois premiers de chaque étape en ligne et 8, 5 et 2 secondes pour chaque point bonus).

En cas d’égalité de temps au classement général, les centièmes de seconde enregistrés par les chronométreurs lors du contre-la-montre « individuel » sont réincorporés dans le temps total pour départager les coureurs. En cas de nouvelle égalité, il est fait appel à l’addition des places obtenues à chaque étape et, en dernier ressort, à la place obtenue dans la dernière étape disputée.

BonificationsModifier

Des bonifications sont attribuées dans toutes les arrivées des étapes en ligne, et donc à l’exception de l’étape contre-la-montre individuel. Elles sont de 10, 6 et 4 secondes aux trois premiers coureurs classés.

Des bonifications appelées Points Bonus sont attribuées au passage de cols ou au sommet de côtes situés à des endroits clés du parcours. Il y a au total 6 Points Bonus répartis dans les 2e, 7e, 8e, 11e, 14e et 15e étapes. Ces bonifications sont de 8, 5 et 2 secondes aux trois premiers coureurs classés.

Règle des 3 kilomètresModifier

La règle des « trois kilomètres », qui permet à un coureur victime d'un incident mécanique ou d'une chute dans les trois derniers kilomètres d'une étape d'être crédité du temps du groupe auquel il appartenait, ne s'applique pas pour la 5e et la 20e étape (contre-la-montre individuel) et pour les arrivées au sommet des 1re, 2e, 9e, 17e et 18e étapes.

Le final à Carcassonne étant jugé particulièrement technique par l'UCI, cette règle est étendue aux 4,5 kilomètres lors de la 13e etape[17].

Classements annexesModifier

Classement par pointsModifier

Le classement par points est établi en fonction du barème suivant :

  • Arrivée des étapes de plaine : 50, 30, 20, 18, 16, 14... jusqu'à 2 points pour le 15e coureur classé.
  • Arrivée des étapes de moyenne montagne : 30, 25, 22, 19, 17, 15, etc. jusqu'à 2 points pour le 15e coureur classé.
  • Arrivée des étapes de montagne : 20, 17, 15, 13, 12, 10, 9, etc. jusqu'à 1 point pour le 15e coureur classé.
  • Arrivée des étapes de contre-la-montre individuel : 20, 17, 15, 13, 12, 10, 9, etc. jusqu'à 1 point pour le 15e coureur classé.
  • Sprints intermédiaires : 20, 17, 15, 13, 12, 10, 9, etc. jusqu'à 1 point pour le 15e coureur classé.

Classement de la montagneModifier

 
Double ascension du Mont Ventoux sur cette édition.

Le classement de la montagne est établi en fonction du barème suivant :

  • Côtes hors catégorie : 20, 15, 12, 10, 8, 6, 4 et 2 points pour les 8 premiers coureurs classés ;
  • Côtes de 1re catégorie : 10, 8, 6, 4, 2 et 1 point pour les 6 premiers coureurs classés ;
  • Côtes de 2e catégorie : 5, 3, 2 et 1 point pour les 4 premiers coureurs classés ;
  • Côtes de 3e catégorie : 2 et 1 point pour les 2 premiers coureurs classés ;
  • Côtes de 4e catégorie : 1 point pour le premier coureur classé.

Les points attribués sont doublés lors de la 11e étape et du 2e passage au sommet du mont Ventoux et aux arrivées des 17e et 18e étapes.

Classement des jeunesModifier

Le classement des jeunes est réservé aux coureurs nés depuis le . Le premier d’entre eux au classement général individuel au temps est le leader journalier des jeunes. À l’issue de la dernière étape, il est déclaré vainqueur du classement des jeunes.

Classement par équipesModifier

Le classement général par équipes s’établit par l’addition des trois meilleurs temps individuels de chaque équipe. Dans les classements d’étape, en cas d’ex æquo, les équipes réalisant le même temps sont départagées par l’addition des places obtenues par leurs trois meilleurs coureurs au classement de cette étape. En cas de nouvelle égalité, les équipes sont départagées par la place de leur meilleur coureur au classement de l’étape.

Au classement général, en cas d’ex æquo, les équipes sont départagées par leur nombre de victoires d’étapes par équipe, puis par leur nombre de places de deuxième, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’un nombre de places obtenues par l’une ou l’autre permette d’établir leur classement définitif. S’il y a toujours égalité, les équipes sont départagées par la place de leur meilleur coureur au classement général individuel. Toute formation réduite à moins de 3 coureurs est éliminée du classement général par équipes.

Prix de la combativitéModifier

Le prix de la combativité récompense le coureur le plus généreux dans l’effort et manifestant le meilleur esprit sportif. Ce prix, attribué dans les étapes en ligne à l’exception de la dernière étape, est décerné par un jury présidé par le directeur de l’épreuve :

  • Le plus combatif de l’étape porte dans l’étape suivante des dossards de couleur rouge.
  • Un Super-combatif est désigné par les membres du jury à la fin du Tour de France.

RécompensesModifier

Au total, 2 288 450  sont distribués lors de ce Tour. Le vainqueur du classement général final remporte 500 000 , une prime étant versée jusqu'au dernier coureur classé (1 000 ).

Prix
Classement général Pour les classements généraux Classement d'étape Pour les classements d'étape
            Ligne
d'arrivée
Sprint
intermédiaire
Côte Meilleur jeune Combatif Meilleure équipe
Général Points Grimpeur Jeune Par équipes Super-combatif HC 1re 2e 3e 4e
1er 500 000  25 000  20 000  50 000  20 000  1er 11 000  1 500  800  650  500  300  200  500  2 000  2 800 
2e 200 000  15 000  15 000  30 000  2e 5 500  1 000  450  400  250 
3e 100 000  10 000  10 000  20 000  3e 2 800  500  300  150 
4e 70 000  4 000  5 000  12 000  4e 1 500 
5e 50 000  3 500  8 000  5e 830 
6e 23 000  3 000  6e 780 
7e 11 500  2 500  7e 730 
8e 7 600  2 000  8e 670 
9e 4 500  9e 650 
10e 3 800  10e 600 
11e 3 000  11e 540 
12e 2 700  12e 470 
13e 2 500  13e 440 
14e 2 100  14e 340 
15e 2 000  15e 300 
16e 1 500  16e
17e 1 300  17e
18e 1 200  18e
19e 1 100  19e
Tous les autres 1 000  20e
Par jour 500  300  300 

Un vainqueur d'étape remporte 11 000 . Les prix des poursuivants sont dégressifs jusqu'au 20e coureur auquel sont attribués 300 . Un prix est attribué aux trois premiers d'un sprint intermédiaire, qui a lieu une fois par étape. Des prix sont aussi attribués pour le passage d'une côte classée, pour le meilleur jeune de l'étape, pour le coureur le plus combatif d'une étape hors contre-la-montre, et pour la meilleure équipe de l'étape.

Deux prix spéciaux sont également attribués : le premier de l'ascension du Port d'Envalira remporte le Souvenir Henri-Desgrange, doté de 5 000 , la même somme est attribuée à celui qui gagne le Souvenir Jacques-Goddet, c'est-à-dire au premier à passer en tête au col du Tourmalet.

Déroulement de la courseModifier

26 - 28 juin : nombreuses chutes en Bretagne, Alaphilippe et Van der Poel en jauneModifier

Lors de la 1re étape, six coureurs s'échappent et se disputent les points au sommet des premières côtes de la journée. Dans la côte de Stang Ar Garront, Ide Schelling distance ses compagnons, qui seront ensuite repris par le peloton. Schelling franchit en tête la côte suivante et s'empare ainsi du maillot à pois. Il remporte aussi le sprint intermédiaire, tandis que Caleb Ewan règle le peloton pour la 2e place, devant Peter Sagan et Michael Matthews. Deux chutes secouent le peloton. La première intervient à 46 km de l'arrivée, à cause d'une spectatrice, dont la pancarte est percutée par Tony Martin. Miguel Ángel López ainsi que des sprinteurs comme Caleb Ewan, Wout Van Aert, Bryan Coquard ou le champion d'Italie Sonny Colbrelli, vont à terre. La seconde chute se produit à 7,5 km du but, touchant notamment López, Richie Porte et Christopher Froome. Dans la côte finale, le champion du monde Julian Alaphilippe attaque à 2,3 km de la ligne et remporte l'étape, avec huit secondes d'avance sur Matthews, Primož Roglič et 18 autres coureurs. Richard Carapaz, Pierre Latour et Van Aert terminent à 13 secondes, López et Guillaume Martin à min 49 s, Porte à min 16 s. Alaphilippe s'adjuge ainsi les maillots jaune et vert, avec 12 secondes d'avance sur Matthews, 14 sur Roglič et 18 sur leurs 18 poursuivants, dont le tenant du titre Tadej Pogačar, qui s'empare du maillot blanc.

Le lendemain, Mathieu Van der Poel attaque à 1,7 km du sommet, lors du premier passage de la côte de Mûr-de-Bretagne. Il franchit en tête la ligne du point bonus, devant le maillot blanc et Roglič. Lors du second passage, en haut duquel est jugée l'arrivée, Nairo Quintana puis Sonny Colbrelli attaquent, sans succès, puis Van der Poel s'envole à 900 m de la ligne et s'impose, 6 secondes devant Tadej Pogačar, Primož Roglič et Wilco Kelderman, huit secondes devant le groupe maillot jaune, composé de 23 éléments. Geraint Thomas, Jakob Fuglsang, Vincenzo Nibali et Miguel Ángel López concèdent 23 secondes, Michael Matthews min 40 s. Van der Poel s'empare du maillot jaune et du maillot à pois. Au classement général, il possède huit secondes d'avance sur le champion du monde, qui conserve la tête du classement par points, 13 sur Pogačar, 14 sur Roglič, 24 sur Kelderman, 26 sur 11 coureurs, 31 sur Latour, le champion de Belgique et Carapaz, 41 sur Thomas, Nibali et Fuglsang.

L'étape suivante est émaillée par de nombreuses chutes. Geraint Thomas chute au km 37. S'il parvient à reprendre sa place dans le peloton, Robert Gesink est contraint à l'abandon. Ide Schelling reprend la tête du classement de la montagne en devançant ses compagnons d'échappée au sommet de la côte de Cadoudal. Une chute intervient dans le peloton à 11,5 km de l'arrivée, retardant notamment Cavendish. Roglič goûte à son tour le bitume à 10 km du but et ne réussit pas à recoller sur le peloton. Arnaud Démare chute à 4,2 km de l'arrivée, retardant ainsi de nombreux coureurs. Jack Haig doit abandonner. Le sprint final est perturbé par la chute de Caleb Ewan à 150 m de la ligne, entraînant avec lui Peter Sagan. La clavicule fracturée, Ewan doit abandonner[18]. Tim Merlier obtient son premier succès sur la Grande boucle, en devançant Nacer Bouhanni. Alaphilippe prend la 6e place et conforte son maillot vert. 17 coureurs seulement sont crédités du temps du vainqueur, parmi lesquels Van der Poel, Van Aert et Carapaz. Enric Mas, Nibali, Fuglsang, Quintana, Kelderman et Latour concèdent 14 secondes, Pogačar, Bauke Mollema, David Gaudu, Alexey Lutsenko, Rigoberto Urán et Thomas 26 secondes, Roglič min 21 s. Van der Poel conserve son maillot jaune, avec huit secondes d'avance sur Alaphilippe, 31 sur Richard Carapaz et Wout Van Aert, 38 sur Wilco Kelderman, 39 sur Tadej Pogačar, 40 sur Mas et Nairo Quintana, 45 sur Pierre Latour, 52 sur Sergio Higuita, Mollema, Gaudu, Lutsenko, Esteban Chaves et Urán, min 7 s sur Geraint Thomas et min 35 s sur Primož Roglič.

29 juin - 2 juillet : le retour de Cavendish, Van der Poel résiste à PogačarModifier

Le dernier acte breton est bien plus calme que les précédents. Brent Van Moer et Pierre-Luc Périchon s'échappent. Derrière le duo de tête, Cavendish règle le peloton lors du sprint intermédiaire, devant Mørkov et Bouhanni. Van Moer attaque à 14,1 km de l'arrivée. Il mène un bras de fer intense face aux équipes de sprinteurs, mais il est repris à 150 m de la ligne. Cavendish va chercher un 31e succès sur les routes du Tour de France, cinq ans après son dernier bouquet. Il devance Nacer Bouhanni et Jasper Philispen. Cavendish prend également la tête du classement par points. Aucun changement n'est à signaler au classement général. Le lendemain, Tadej Pogačar gagne le premier contre-la-montre, avec une marge de 19 secondes sur le champion d'Europe de la spécialité Stefan Küng, 27 sur Jonas Vingegaard, 30 sur Wout Van Aert et 31 sur le maillot jaune. Ce dernier conserve la tête du classement général. Seuls ses trois premiers poursuivants sont à moins d'une minute du leader : le maillot blanc a huit secondes de retard, Van Aert 30 et Alaphilippe 48. Roglič profite de sa bonne performance (7e à 44 secondes) pour remonter dans le Top 10, à min 48 s de Van der Poel et juste derrière Vingegaard et Carapaz. Le début de la 6e étape est très rapide, le peloton ne souhaitant pas laisser partir les 8 fuyards du jour, parmi lesquels on retrouve notamment Kasper Asgreen, 11e du classement général à min 49 s, le champion olympique Greg Van Avermaet et Thomas De Gendt. Alors que le groupe est sur le point d'être repris, au km 31, le champion olympique relance seul, avant d'être rejoint 10 km plus loin par Roger Kluge. Le duo n'est repris qu'à 2,5 km de l'arrivée. Cavendish se montre le plus rapide lors du sprint final et conforte ainsi son maillot vert. Il devance Jasper Philipsen et Nacer Bouhanni.

La plus longue étape de l'épreuve est très animée. Le début d'étape est marqué par plusieurs tentatives d'échappée. Après 40 km de course, un groupe de 29 coureurs parvient à se détacher. On y retrouve notamment le maillot jaune, le maillot vert, le champion de Belgique, Kasper Agreen, Vincenzo Nibali ou encore Simon Yates. L'équipe UAE Emirates ne veut pas laisser partir ce groupe prestigieux, mais après de nombreux kilomètres à vive allure, elle se résigne à laisser filer l'échappée, qui va prendre près de sept minutes d'avance. Le champion de Slovénie Matej Mohorič franchit en tête la première côte de la journée, devant Brent Van Moer. Les deux hommes ne se relèvent pas, et sont rejoints à 46 km de l'arrivée par Jasper Stuyven et Victor Campenaerts. Ce dernier est distancé dans la côte de la Croix de la Libération, tandis que Nairo Quintana subit le même sort dans le peloton. Dans la montée du Signal d'Uchon, Mohorič attaque à 1,2 km du sommet et va chercher la tête du classement de la montagne, étant passé en tête de toutes les ascensions du jour. Dans le peloton, Primož Roglič est décroché et Richard Carapaz place une attaque tranchante. Le champion de Slovénie s'impose, entrant ainsi dans le cercle des coureurs ayant levé les bras sur les trois grands tours. Il devance de min 20 s Stuyven et de min 40 s le groupe maillot jaune, réglé par Magnus Cort Nielsen. Nibali termine avec près de trois minutes de retard. Le groupe maillot blanc reprend Carapaz dans la dernière ligne droite et franchit la ligne min 15 s après le gagnant. Roglič concède min 3 s, Quintana 18 min 37 s. Mathieu Van der Poel conserve son maillot jaune, avec 30 s d'avance sur Wout Van Aert et min 49 s sur Kasper Asgreen. Mohorič et Nibali remontent au pied du podium, à respectivement min 1 s et min 12 s du maillot jaune. Entre les deux, on retrouve Pogačar, à min 42 s. Alaphilippe est désormais 7e à min 43 s, tandis que Roglič chute au 33e rang, à min 11 s.

3 - 4 juillet : échappées victorieuses dans les Alpes, Pogačar prend le pouvoirModifier

La première étape alpine voit un renversement de situation : Thomas et Roglič sont distancés, puis Van der Poel finit par céder dans la montée du col de Romme. Pogačar place peu après une attaque à 30 km de l'arrivée, et il lâche Richard Carapaz avant de reprendre tous les échappés, sauf Dylan Teuns qui gagne l'étape au Grand-Bornand. Les autres favoris de l'équipe Ineos, Richie Porte et Tao Geoghegan Hart, ont été largement distancés. Wout Poels endosse le maillot à pois, et Tadej Pogačar le maillot jaune, avec min 48 s d'avance sur Wout Van Aert[19]. Cette domination du coureur slovène est confirmée lors de la 9e étape, disputée dans la pluie et le froid : alors que Roglič et Van der Poel n'ont pas pris le départ, une échappée permet à Ben O'Connor d'arriver à Tignes cinq minutes avant son premier poursuivant[20].

6 - 9 juillet : Cavendish égale Merckx, Van Aert et Politt gagnent en solitaireModifier

Mark Cavendish est à nouveau le plus rapide après le premier jour de repos, à Valence, devançant au sprint Wout Van Aert et Jasper Philipsen. Lors du sprint intermédiaire, en haut de la côte de La Placette, Sonny Colbrelli règle le peloton pour la 3e place, devant Michael Matthews et Philipsen. Le lendemain, la 11e étape voit une double ascension du Ventoux, pour la première fois dans l'histoire du Tour : David Gaudu subit une défaillance et il perdra 25 minutes au général, alors que Julian Alaphilippe franchit en tête le Ventoux lors du premier passage. Au second passage, c'est Wout Van Aert qui franchit le Ventoux par Bédoin : il arrive en solitaire à Malaucène[21].

Légèrement vallonnée, la 12e étape est remportée en solitaire par Nils Politt à Nîmes. La 13e étape, de plaine, est gagnée au sprint par Cavendish : c'est la 34e victoire sur le Tour du coureur mannois, autant que le « cannibale » Eddy Merckx.

10 - 13 juillet : trois étapes pour baroudeurs dans les PyrénéesModifier

Aux confins de l'Aude et de l'Ariège, la 14e étape voit une échappée qui permet au Français Guillaume Martin de monter de la 9e à la 2e place au classement général. Bauke Mollema, qui s'en est extirpé à 42 km de l'arrivée, gagne en solitaire à Quillan[22]. Le lendemain, Martin est décroché au Port d'Envalira, sommet du Tour 2021, et les favoris accélèrent dans la descente pour le distancer : le coureur de Cofidis redescend à la 9e place au général. L'étape est remportée par Sepp Kuss, devant Alejandro Valverde. La 16e étape, qui descend de l'Andorre jusqu'à Saint-Gaudens, est gagnée par l'Autrichien Patrick Konrad, qui a rejoint les échappés avant de partir seul à 36 km de l'arrivée : c'est sa première victoire sur un grand tour[23].

14 - 15 juillet : doublé pyrénéen pour Pogačar, Vingegaard et Carapaz sur le podiumModifier

Les seules arrivées au sommet du Tour 2021 correspondent aux 17e et 18e étapes. Les coureurs français se distinguent sur la 17e, le jour de la fête nationale : quatre d'entre eux font partie de l'échappée de six coureurs. Anthony Turgis passe en tête le col de Peyresourde, puis c'est Anthony Perez qui franchit en premier le col de Val-Louron, devant Dorian Godon qui le rejoint dans la descente vers la vallée d'Aure. Dans la dernière montée, hors catégorie, vers le col du Portet, Tadej Pogačar accélère à 8,4 km de l'arrivée et il reprend aussitôt le dernier de l'échappée, Anthony Perez. Le Slovène accélère à nouveau, et Rigoberto Urán, 3e au général, finit par céder. Seuls Jonas Vingegaard et Richard Carapaz réussissent à rester dans la roue de Pogačar, qui place une dernière accélération et gagne dans la brume à 2 215 m d'altitude, quelques secondes avant Vingegaard et Carapaz. Urán recule à la 4e place au général, alors que David Gaudu termine 4e de l'étape.

Sur la 18e étape, les échappés ont bien peu de marge : Matej Mohorič, Sean Bennett, Christopher Juul Jensen, rattrapés par Julian Alaphilippe et Pierre-Luc Périchon. Dans la montée du Tourmalet, les hommes de tête sont rejoints par un groupe de poursuivants comptant notamment David Gaudu. Alaphilippe finit par céder, Urán peine, et c'est Pierre Latour qui passe en tête le col, suivi par David Gaudu. Ce dernier est repris dans la montée finale vers Luz-Ardiden. Pogačar accélère, puis c'est le tour d'Enric Mas après la flamme rouge, repris et dépassé par Pogacar lui-même poursuivi par Carapaz et Vingegaard. Le trio s'impose au sommet dans le même ordre que la veille : Pogačar, Vingegaard, Carapaz ; Mas termine 4e, Valverde 10e, Gaudu 12e[24]. Rigoberto Urán termine 43e à 8 minutes 58 du vainqueur et recule à la 10e place au classement général.

16 - 18 juillet : victoire d'un baroudeur et doublé de Van Aert en conclusionModifier

Alors que la 19e étape semblait réservée aux sprinteurs, elle voit le succès d'une échappée au long cours dont s'extrait Matej Mohorič, vainqueur en solitaire à Libourne[25]. Le lendemain, le deuxième contre-la-montre du Tour 2021, disputé dans les vignes entre Libourne et Saint-Émilion, est remporté par Wout Van Aert. Pogačar a préféré rouler prudemment et termine 8e de l'étape[26]. La 21e et dernière étape est, elle aussi, remportée par Van Aert sur les Champs-Élysées, devant Jasper Philipsen et Mark Cavendish. Sur les 184 coureurs partis de Brest, 141 ont rejoint la ligne d'arrivée à Paris.

ÉtapesModifier

Landerneau, Pontivy, Changé, Vierzon, Sorgues, Malaucène, Quillan, Céret, Le Pas de la Case et Chatou sont pour la première fois villes-étapes du Tour de France[27]. Le parcours comporte trois arrivées au sommet. Ces arrivées ont lieu lors de la 9e étape (à Tignes), lors de la 17e étape (sur le Col du Portet) et sur la 18e étape (à Luz-Ardiden).

Étape[28] Date Villes étapes Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape sam. 26 juin BrestLanderneau
 
197,8   Julian Alaphilippe   Julian Alaphilippe
2e étape dim. 27 juin Perros-GuirecMûr-de-Bretagne - Guerlédan
 
183,5   Mathieu van der Poel   Mathieu van der Poel
3e étape lun. 28 juin LorientPontivy
 
182,9   Tim Merlier   Mathieu van der Poel
4e étape mar. 29 juin RedonFougères
 
150,4   Mark Cavendish   Mathieu van der Poel
5e étape mer. 30 juin ChangéLaval - Espace Mayenne
 
27,2   Tadej Pogačar   Mathieu van der Poel
6e étape jeu. 1er juillet ToursChâteauroux
 
160,6   Mark Cavendish   Mathieu van der Poel
7e étape ven. 2 juillet VierzonLe Creusot
 
249,1   Matej Mohorič   Mathieu van der Poel
8e étape sam. 3 juillet OyonnaxLe Grand-Bornand
 
150,8   Dylan Teuns   Tadej Pogačar
9e étape dim. 4 juillet ClusesTignes
 
144,9   Ben O'Connor   Tadej Pogačar
lun. 5 juillet Tignes
 
Journée de repos no 1
10e étape mar. 6 juillet AlbertvilleValence
 
190,7   Mark Cavendish   Tadej Pogačar
11e étape mer. 7 juillet SorguesMalaucène
 
198,9   Wout Van Aert   Tadej Pogačar
12e étape jeu. 8 juillet Saint-Paul-Trois-ChâteauxNîmes
 
159,4   Nils Politt   Tadej Pogačar
13e étape ven. 9 juillet NîmesCarcassonne
 
219,9   Mark Cavendish   Tadej Pogačar
14e étape sam. 10 juillet CarcassonneQuillan
 
183,7   Bauke Mollema   Tadej Pogačar
15e étape dim. 11 juillet Céret  Andorre-la-Vieille (AND)
 
191,3   Sepp Kuss   Tadej Pogačar
lun. 12 juillet   Andorre-la-Vieille (AND)
 
Journée de repos no 2
16e étape mar. 13 juillet   Le Pas de la Case (AND)Saint-Gaudens
 
169   Patrick Konrad   Tadej Pogačar
17e étape mer. 14 juillet MuretSaint-Lary-Soulan - Col du Portet
 
178,4   Tadej Pogačar   Tadej Pogačar
18e étape jeu. 15 juillet PauLuz-Ardiden
 
129,7   Tadej Pogačar   Tadej Pogačar
19e étape ven. 16 juillet MourenxLibourne
 
207   Matej Mohorič   Tadej Pogačar
20e étape sam. 17 juillet LibourneSaint-Émilion
 
30,8   Wout Van Aert   Tadej Pogačar
21e étape dim. 18 juillet ChatouParis - Champs-Élysées
 
108,4   Wout Van Aert   Tadej Pogačar

ClassementsModifier

Classement généralModifier

Classement général[29]
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Tadej Pogačar       Slovénie UAE Team Emirates en 82 h 56 min 36 s
2e Jonas Vingegaard   Danemark Jumbo-Visma + min 20 s
3e Richard Carapaz   Équateur Ineos Grenadiers + min 3 s
4e Ben O'Connor   Australie AG2R Citroën + 10 min 2 s
5e Wilco Kelderman   Pays-Bas Bora-Hansgrohe + 10 min 13 s
6e Enric Mas   Espagne Movistar + 11 min 43 s
7e Alexey Lutsenko   Kazakhstan Astana-Premier Tech + 12 min 23 s
8e Guillaume Martin   France Cofidis + 15 min 33 s
9e Pello Bilbao   Espagne Bahrain Victorious   + 16 min 4 s
10e Rigoberto Urán   Colombie EF Education-Nippo + 18 min 34 s
11e David Gaudu   France Groupama-FDJ + 21 min 50 s
12e Mattia Cattaneo   Italie Deceuninck-Quick Step + 24 min 58 s
13e Esteban Chaves   Colombie BikeExchange + 37 min 48 s
14e Louis Meintjes   Afrique du Sud Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux + 38 min 9 s
15e Aurélien Paret-Peintre   France AG2R Citroën + 39 min 0 s
16e Wout Poels   Pays-Bas Bahrain Victorious   + 50 min 35 s
17e Dylan Teuns   Belgique Bahrain Victorious   + 51 min 40 s
18e Ruben Guerreiro   Portugal EF Education-Nippo + 54 min 10 s
19e Wout Van Aert   Belgique Jumbo-Visma + 57 min 2 s
20e Bauke Mollema   Pays-Bas Trek-Segafredo + h 2 min 18 s
21e Sergio Henao   Colombie Qhubeka NextHash + h 3 min 53 s
22e Franck Bonnamour     France B&B Hotels p/b KTM + h 4 min 35 s
23e Jonathan Castroviejo   Espagne Ineos Grenadiers + h 6 min 20 s
24e Alejandro Valverde   Espagne Movistar + h 7 min 50 s
25e Sergio Higuita   Colombie EF Education-Nippo + h 9 min 16 s

Classements annexes finalsModifier

Classement par pointsModifier

Classement du meilleur grimpeurModifier

Classement du meilleur jeuneModifier

Classement général du meilleur jeune[29]
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Tadej Pogačar       Slovénie UAE Team Emirates en 82 h 56 min 36 s
2e Jonas Vingegaard   Danemark Jumbo-Visma + min 20 s
3e David Gaudu   France Groupama-FDJ + 21 min 50 s
4e Aurélien Paret-Peintre   France AG2R Citroën + 39 min 9 s
5e Sergio Higuita   Colombie EF Education-Nippo + h 9 min 16 s
6e Valentin Madouas   France Groupama-FDJ + h 11 min 39 s
7e Neilson Powless   États-Unis EF Education-Nippo + h 13 min 33 s
8e Mark Donovan   Royaume-Uni Team DSM + h 17 min 40 s
9e Jonas Rutsch   Allemagne EF Education-Nippo + h 29 min 33 s
10e Brent Van Moer   Belgique Lotto-Soudal + h 43 min 49 s

Classement par équipesModifier

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re Bahrain Victorious     Bahreïn en 249 h 16 min 47 s
2e EF Education-Nippo   États-Unis + 19 min 12 s
3e Jumbo-Visma   Pays-Bas + h 11 min 35 s
4e Ineos Grenadiers   Royaume-Uni + h 27 min 10 s
5e AG2R Citroën   France + h 31 min 54 s
6e Bora-Hansgrohe   Allemagne + h 36 min 44 s
7e Trek-Segafredo   États-Unis + h 47 min 4 s
8e Astana-Premier Tech   Kazakhstan + h 1 min 45 s
9e Movistar   Espagne + h 4 min 28 s
10e UAE Team Emirates   Émirats arabes unis + h 38 min 8 s

Classement du super combatifModifier

Lors de la première journée de repos à Tignes, le partenaire du prix de la combativité a proposé au public d'élire le coureur le plus combatif de la première semaine. Le Français Franck Bonnamour de l'équipe B&B Hotels p/b KTM remporte ce vote, devant le Sud-Africain Nicholas Dlamini (Qhubeka NextHash) et le Belge Wout Van Aert (Jumbo-Visma)[30].

Le Français Julian Alaphilippe de l'équipe Deceuninck-Quick Step est quant à lui désigné plus combatif de la seconde semaine, lors de la journée de repos à Andorre-la-Vieille. Il devance le Colombien Nairo Quintana (Arkéa-Samsic) et le Belge Wout Van Aert (Jumbo-Visma)[31].

Franck Bonnamour remporte le classement final, devant Wout Van Aert, notamment à la faveur du vote du public[32].

Évolution des classementsModifier

Évolution des leaders des classements par étape
Étape Vainqueur Classement général
 
Classement par points
 
Classement de la montagne
 
Classement du meilleur jeune
 
Classement par équipes
 
Prix de la combativité
 
1 Julian Alaphilippe Julian Alaphilippe Julian Alaphilippe Ide Schelling Tadej Pogačar Jumbo-Visma Ide Schelling
2 Mathieu van der Poel Mathieu van der Poel Mathieu van der Poel Edward Theuns
3 Tim Merlier Ide Schelling Bahrain Victorious Michael Schär
4 Mark Cavendish Mark Cavendish Brent Van Moer
5 Tadej Pogačar Jumbo-Visma Non décerné
6 Mark Cavendish Greg Van Avermaet
7 Matej Mohorič Matej Mohorič Matej Mohorič
8 Dylan Teuns Tadej Pogačar Wout Poels Bahrain Victorious Wout Poels
9 Ben O'Connor Nairo Quintana Ben O'Connor
10 Mark Cavendish Hugo Houle
11 Wout Van Aert Kenny Elissonde
12 Nils Politt Nils Politt
13 Mark Cavendish Quentin Pacher
14 Bauke Mollema Michael Woods Bauke Mollema
15 Sepp Kuss Wout Poels Wout Van Aert
16 Patrick Konrad Patrick Konrad
17 Tadej Pogačar Anthony Perez
18 Tadej Pogačar Tadej Pogačar David Gaudu
19 Matej Mohorič Matej Mohorič
20 Wout Van Aert Non décerné
21 Wout Van Aert Non décerné
Classements finaux Tadej Pogačar Mark Cavendish Tadej Pogačar Tadej Pogačar Bahrain Victorious Franck Bonnamour

Classement mondialModifier

Ce Tour de France attribue des points pour le classement mondial UCI 2021, individuel, par équipes et par nations, avec le barème suivant[33] :

Barème de points pour ce Tour de France
Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e 21e à 25e 26e à 30e 31e à 40e 41e à 50e 51e à 55e 56e à 60e
Classement général 1000 800 675 575 475 400 325 275 225 175 150 125 105 85 75 70 65 60 55 50 40 30 25 20 15 10
Classement d'étape 120 50 25 15 5
Classements finaux annexes[34] 120 50 25
Leader par étape 25

Points gagnés à l'issue de la courseModifier

Nombre de points marqués sur la course
Rang Coureur Équipe Général Etape Leader Annexe Total
1er   Tadej Pogačar UAE Emirates 1000 440 325 120 1885
2e   Jonas Vingegaard Jumbo-Visma 800 150 0 25 975
3e   Richard Carapaz Ineos Grenadiers 675 50 0 0 725
4e   Ben O'Connor AG2R Citroën 575 125 0 0 700
5e   Mark Cavendish Deceuninck-Quick Step 0 505 0 120 625
6e   Wilco Kelderman Bora-Hansgrohe 475 20 0 0 495
7e   Wout Van Aert Jumbo-Visma 55 425 0 0 480
8e   Enric Mas Movistar 400 15 0 0 415
9e   Alexey Lutsenko Astana-Premier Tech 375 0 0 0 375
10e   Guillaume Martin Cofidis 275 15 0 0 290

Classements mondiaux à l'issue de la courseModifier

Classement individuel
Rang Coureur Équipe Points
1er   Tadej Pogačar UAE Emirates 4088
2e   Wout Van Aert Jumbo-Visma 3881
3e   Primož Roglič Jumbo-Visma 3311
4e   Mathieu Van der Poel Alpecin-Fenix 2686
5e   Richard Carapaz Ineos Grenadiers 2584
6e   Julian Alaphilippe Deceuninck-Quick Step 2318
7e   Egan Bernal Ineos Grenadiers 2312
8e   Aleksandr Vlasov Astana-Premier Tech 1981
9e   Alejandro Valverde Movistar 1925
10e   Jakob Fuglsang Astana-Premier Tech 1775
Classement par équipes
Rang Équipe Points
1er   Ineos Grenadiers 10151
2e   Deceuninck-Quick Step 8611.2
3e   UAE Emirates 7600.66
4e   Jumbo-Visma 7516
5e   Bora-Hansgrohe 6123
6e   Bahrain Victorious 5949
7e   Astana-Premier Tech 5385
8e   Alpecin-Fenix 5267
9e   AG2R Citroën 4720
10e   Movistar 4511

Gains par équipesModifier

Les gains cumulés par équipes lors du Tour de France 2021 sont répertoriés dans le tableau ci-dessous[35].

Rang Équipe Pays Gains Meilleur classement
général
Victoire(s)
d'étape
Maillot jaune
(jours)
Classements annexes
1er UAE Team Emirates   Émirats arabes unis 619 580    1er 3 14   Classement de la montagne,
  Classement du meilleur jeune
2e Jumbo-Visma   Pays-Bas 359 520  2e 4 0 -
3e Barhain Victorious   Bahreïn 170 310  9e 3 0   Classement par équipe
4e Deceuninck-Quick Step   Belgique 149 690  12e 5 1   Classement par points
5e Ineos Grenadiers   Royaume-Uni 134 590  3e 0 0 -
6e AG2R Citroën   France 121 230  4e 1 0 -
7e Bora-Hansgrohe   Allemagne 109 370  5e 2 0 -
8e Alpecin-Fenix   Belgique 81 180  29e 2 6 -
9e EF Education-Nippo   États-Unis 69 610  10e 0 0 -
10e Trek-Segafredo   États-Unis 62 390  20e 1 0 -
11e Movistar   Espagne 50 140  6e 0 0 -
12e BikeExchange   Australie 44 610  13e 0 0 -
13e B&B Hotels p/b KTM   France 39 190  22e 0 0   Super-combatif
14e Groupama-FDJ   France 36 000  11e 0 0 -
15e Astana-Premier Tech   Kazakhstan 35 420  7e 0 0 -
16e Cofidis   France 34 390  8e 0 0 -
17e Arkéa-Samsic   France 32 430  28e 0 0 -
18e Israel Start-Up Nation   Israël 24 870  40e 0 0 -
19e Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux   Belgique 24 230  14e 0 0 -
20e Lotto-Soudal   Belgique 23 640  65e 0 0 -
21e TotalEnergies   France 21 960  46e 0 0 -
22e Team DSM   Allemagne 13 450  45e 0 0 -
23e Qhubeka NextHash   Afrique du Sud 11 650  21e 0 0 -

Suspicions de dopageModifier

Aspects extra-sportifsModifier

 
Eurosport (2015)

Médiatisation de l'épreuveModifier

Le Tour de France 2021 a été marqué par d'excellentes audiences pour France Télévisions. 3,8 millions de téléspectateurs (39,4 % de part d'audience) ont suivi en moyenne les 21 étapes retransmises en direct sur France 2, soit 340 000 téléspectateurs de plus que lors de l'édition précédente. Au total, la compétition a été suivie par près de 42,4 millions de téléspectateurs. L'étape reine du 14 juillet, entre Muret et Saint-Lary-Soulan, a obtenu la meilleure audience pour une étape du Tour depuis 2013, ce sont 5,9 millions de téléspectateurs en moyenne qui ont regardé la course sur France 2[36].

ProduitsModifier

Pour la troisième année consécutive, la marque Panini lance un nouvel album de vignettes, cette collection comporte 366 vignettes qui représentent les coureurs, les maillots des équipes, les vélos, les villes-étapes ou encore les cols les plus célèbres. De plus, cet album valorise les régions françaises avec la rubrique « Pour la petite histoire… » de l'historien Franck Ferrand[37].

PartenairesModifier

Caravane publicitaireModifier

En 2020, la caravane du Tour avait été réduite à cause de la crise sanitaire. Elle fait son retour en 2021. En effet, ce sont une trentaine de marques et 150 véhicules qui vont distribuer 12 millions de cadeaux promotionnels à la clé, tous recyclables. Le défilé est long de 10 km ; au total ce sont 650 personnes dont 480 caravaniers qui participent à la distribution[38].

Impact de la crise sanitaireModifier

En raison des restrictions sanitaires en vigueur en France au moment d'entamer l'édition 2021, la direction de course exige que le masque soit obligatoire au bord de la route. Pour les quatre premières étapes, aux aires de départ et d'arrivée, un pass sanitaire est exigé, il peut s'agir d'un test PCR ou antigénique de moins de 48 heures ou un certificat de vaccination à jour (sauf pour les enfants de moins de 11 ans qui ne sont pas concernés). De plus, dans certaines zones, des jauges de 1 500 à 4 000 personnes peuvent être fixées. Pour les coureurs, cinq tests covid sont obligatoires (deux avant le départ et trois durant la course), si une équipe possède au moins deux cas positifs, celle-ci doit quitter la course[39].

Malgré ces exigences, la grande majorité des spectateurs ne portait pas le masque au bord des routes du Tour.

InfographiesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (da) « Skal på podiet: Franskmand får det røde rygnummer i Paris », sur feltet.dk (consulté le 18 juillet 2021).
  2. Maxime Baron et Gaspard Bremond, « Tour de France. Christian Prudhomme : « La Grande Boucle 2021 sera moins montagneuse » », sur Ouest-France, (consulté le ).
  3. Collectif, « Parcours 2021 », sur storage-aso.lequipe.fr (consulté le ).
  4. « Le Tour de France 2021 s'élancera du Danemark », sur Europe 1.fr (consulté le ).
  5. « Le Tour 2021 de France s'élancera de Brest, en remplacement du Grand Départ de Copenhague », sur lequipe.fr, .
  6. Victor Tribot Laspière, Germain Arrigoni, « CARTE - Tour de France 2021 : découvrez le parcours probable de la 108e édition », sur www.francebleu.fr, (consulté le ).
  7. (es) « El Tour invita a los tres franceses y Alpecin », sur biciciclismo.com, .
  8. Peloton averages.
  9. Most grand tour wins by riders on the startlist for Tour de France 2021.
  10. Previous performance in this race for riders on the startlist.
  11. a b c et d Les prétendants sur cyclingnews.com ; consulté le=Premier semestre 2021.
  12. Tour de France. Qui sont les favoris de cette édition 2021 ?.
  13. Roglic, Pogacar, Ineos… Les favoris du Tour de France 2021.
  14. Tour de France 2021 : nos 6 favoris pour le maillot vert du classement par points.
  15. Tour de France 2021 : nos 6 favoris pour le maillot à pois du classement de la montagne
  16. Riders that can complete GT stage trilogy.
  17. « La règle des 3 derniers kilomètres étendue aux 4,5 km lors de la 13e étape du Tour de France », sur L'Équipe, (consulté le )
  18. « Caleb Ewan abandonne après sa chute dans le sprint de la 3e étape du Tour de France », sur L'Équipe,
  19. Arthur Frand, « Tadej Pogacar dominateur et nouveau leader du Tour de France, Dylan Teuns vainqueur de la 8e étape », sur L'Équipe, .
  20. Maxime Moulin, « Ben O'Connor, vainqueur à Tignes de la 9e étape, s'invite sur le podium du Tour de France », sur L'Équipe, .
  21. Arthur Frand, « Wout Van Aert vainqueur en solitaire de l'étape du double Ventoux », sur L'Équipe,
  22. Maxime Lacaze, « Guillaume Martin passe deuxième au classement général du Tour de France, la victoire d'étape pour Bauke Mollema », sur L'Équipe,
  23. « Tour de France : l’Autrichien Patrick Konrad remporte la 16e étape en solitaire à Saint-Gaudens », sur Europe 1 (consulté le )
  24. Maxime Lacaze, « Doublé pour Tadej Pogacar, à nouveau vainqueur d'étape à Luz Ardiden », sur L'Équipe,
  25. Maxime Moulin, « Matej Mohoric s'impose en solitaire pour la deuxième fois sur ce Tour de France 2021 », sur L'Équipe,
  26. Maxime Lacaze, « Wout van Aert gagne le deuxième contre-la-montre du Tour de France, Tadej Pogacar vers un second sacre », sur L'Équipe,
  27. « Carte - Tour de France 2021 : découvrez le parcours complet, étape par étape, de la 108e éditions », sur France Bleu, .
  28. « Route of Tour de France » [archive du ], sur Tour de France, Amaury Sport Organisation.
  29. a b c et d « Les classements officiels du Tour de France 2021 - Étape 21 », sur Tour de France, Amaury Sport Organisation (consulté le )
  30. Nicolas Gauthier, « Tour de France - Franck Bonnamour élu plus combatif de la 1re semaine », sur Cyclism'Actu, (consulté le ).
  31. Nicolas Gauthier, « Tour de France - Julian Alaphilippe, le plus combatif de la 2e semaine », sur Cyclism'Actu, (consulté le ).
  32. Arthur Frand, « Franck Bonnamour élu super-combatif », sur L'Equipe, (consulté le ).
  33. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.008, Barème des points applicables, dispositions générales - version au 1er janvier 2021 » [PDF], sur uci.ch (consulté le ).
  34. Classement par points et classement de la montagne.
  35. Les gains du Tour de France : l'équipe de Pogacar largement devant, celle de Van Aert deuxième
  36. « 42,4 millions de téléspectateurs ont suivi le Tour sur France Télévisions », sur lequipe.fr, .
  37. « Tour de France - L'album Panini du Tour sera de retour début juillet », sur sport-et-tourisme.fr, .
  38. « Tour de France 2021 : la caravane prête pour son grand retour », sur francetvinfo.fr, .
  39. « Tour de France 2021 : le masque sera obligatoire au bord de la route, "du bon sens" selon le directeur Christian Prudhomme », sur francetvinfo.fr, .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Tour de France 2021.

Liens externesModifier