Orchies

commune française du département du Nord

Orchies
Orchies
L'hôtel de ville.
Blason de Orchies
Blason
Orchies
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Communauté de communes Pévèle-Carembault
Maire
Mandat
Ludovic Rohart
2020-2026
Code postal 59310
Code commune 59449
Démographie
Gentilé Orchésiens
Population
municipale
8 736 hab. (2018 en augmentation de 5,46 % par rapport à 2013)
Densité 800 hab./km2
Population
agglomération
16 337 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 28′ 32″ nord, 3° 14′ 42″ est
Altitude Min. 22 m
Max. 49 m
Superficie 10,92 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Orchies
(ville-centre)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Orchies
(bureau centralisateur)
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Orchies
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Orchies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orchies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orchies
Liens
Site web http://www.ville-orchies.fr/

Orchies est une commune française située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France en Flandre romane. Ses habitants sont appelés les "Orchésiens".

Le nom jeté des habitants est les Pourchots[1], signifiant « porc » en picard.

La ville est aussi réputée pour être la capitale mondiale de la chicorée, car c'est là que l'entreprise Leroux est basée, et que l'usine se situe.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Elle est distante de 26 km (A23) de Lille, 30 km (A23) de Valenciennes, 19 km de Douai et 19 km de Tournai.

Orchies est la plus grande ville de la région du Pévèle. Elle est située dans le parc naturel régional Scarpe-Escaut

Communes limitrophesModifier

Transports et déplacementsModifier

Desserte routièreModifier

Orchies se situe :

Transports en communModifier

Autobus

Orchies constitue un centre de réseau particulièrement important. Le réseau interurbain du Nord (secteur Arc en ciel 2) fait passer 6 lignes d'autobus par Orchies, dont cinq d'entre elles ayant leur terminus à la gare d'Orchies.

Des bus scolaires assurant des liaisons principalement de et vers le Collège du Pévèle, l'Institut de Genech ou le lycée Charlotte Perriand (Genech) passent par Orchies.

 
Orchies - Façade extérieure de la gare
Train

Située sur les lignes de Fives à Hirson, de Somain à Halluin et de Pont-de-la-Deûle à Bachy-Mouchin, Orchies est équipée d'une gare ouverte desservie par des TER Hauts-de-France. Ces trains permettent de rejoindre Lille-Flandres, Valenciennes, Aulnoye-Aymeries, Jeumont, Cambrai, Hirson et Charleville-Mézières depuis Orchies.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 701 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Cappelle-en-Pévèle », sur la commune de Cappelle-en-Pévèle, mise en service en 1962[8] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,7 °C et la hauteur de précipitations de 735,1 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 16 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[14].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Orchies est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Orchies, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[18] et 17 041 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[21],[22].

Le Pôle d’Échange de la gare a été aménagé. L'objectif est d'améliorer l'intermodalité des transports. Il permet de connecter efficacement les lignes de bus et le chemin de fer (lignes de Fives à Hirson, de Somain à Halluin et de Pont-de-la-Deûle à Bachy-Mouchin).

Un schéma de cohérence territorial (SCOT) est en cours[Quand ?] de réalisation sur le Douaisis. La communauté de communes du Cœur de Pévèle est l'une des quatre intercommunalités faisant partie du périmètre.

Orchies fait partie du Pays Pévèlois, au sens de la LOADDT.

Orchies bénéficie du projet Piste, menée dans le cadre du programme européen Interreg III[Quand ?]. Il s'agit d'un projet transfrontalier de formation-insertion socio-professionnelle de jeunes en difficulté. Leur insertion s'effectue par leur implication dans des travaux de restauration et de valorisation du patrimoine. Par le biais d'un chantier-école, le gîte « Albert herman » a été restauré[Quand ?].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (64,6 %), zones urbanisées (26,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,1 %), prairies (1,7 %), zones agricoles hétérogènes (1,5 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

ToponymieModifier

La commune tirerait son nom du mot Oorschie en flamand[25].

On a longtemps pensé que Ptolémée a considéré Orgiacum (supposé être l'ancien nom galloromain d'Orchies) comme capitale des Atrébates, alors que d'autres sources citaient plutôt Nemetacum. Le géographe allemand Philippe Cluvier a estimé que Ptolémée s'était trompé. La confusion a persisté depuis le XVIe siècle dans divers ouvrages d'Histoire de l'antiquité et en particulier de la Gaule antique [26].

Selon Pierre Leman (Conservateur en chef du Patrimoine) P. Cluvier a extrait de la littérature savante de son temps le terme d' Origiacum comme signifiant Orchies, mais des analyses récentes ont conclu que Orgiacum n'a jamais existé chez Ptolémée ; le mot résulterait d'une succession d'erreurs de copistes des manuscrits de Ptolémée, erreurs ensuite reprises par les éditeurs et imprimeurs jusqu'au XXe siècle. Nemetacum serait donc bien capitale incontestée du peuple des Atrébates. Il note aussi que les fouilles archéologiques faites à Orchies n'ont d'ailleurs jamais pu mettre au jour les traces d'une capitale antique[26], ajoutant que même si Origiacum avait existé, l'onomastique ne conclurait pas à un lien avec le nom Orchies[26].

HistoireModifier

En 1297 Philippe le Bel fait son entrée dans la ville pendant sa campagne contre le comte de Flandre révolté : Orchies est rattachée ensuite au domaine royal en 1305 par le traité d'Athis-sur-Orge (c'est le Transport de Flandre). Néanmoins, la ville fut rendue au comté de Flandres à l'occasion du mariage du frère du roi Charles V, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi, avec l'héritière du comté de Flandre. En 1477 la ville fut pillée par les troupes du roi de France Louis XI dans la guerre contre Maximilien de Habsbourg pour récupérer la province à la suite de l'extinction des ducs de Bourgogne. La ville ne redevint française qu'en 1668 par le traité d'Aix-la-Chapelle, qui met fin à la guerre de Dévolution entre la France et l'Espagne.

De 1708 à 1712 les troupes anglo-hollandaises occupèrent la ville.

Elle est prise de nombreuses fois par les coalisés, puis reprise par la France, durant les guerres de la Révolution française. Le premier siège victorieux est celui des Autrichiens, qui entrent dans la ville le [27].

 
La place d'Orchies en 1914 (photographie d'archive allemande).
Première Guerre mondiale

La ville[28],[29], incendiée par les troupes allemandes le [30], est totalement détruite en 1914 lors de la Première Guerre mondiale[31],[32],[33].

Elle est libérée le par les forces anglaises du 1er bataillon du Cambridgeshire Régiment ; cet épisode est connu des historiens et mentionné dans l'historique de ce régiment[réf. nécessaire]. La reconstruction de la ville dure jusqu'en 1925[34]

Elle a été décorée de la croix de guerre 1914-1918 le [35].

Seconde Guerre mondiale

Lors de la bataille de France, la population fuit en mai-juin 1940 vers la Bretagne[réf. nécessaire]. Le , Orchies est bombardé et incendié par l'aviation allemande. Quinze ans seront nécessaires pour reconstruire une nouvelle fois la ville[34].

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle est décorée de la croix de guerre 1939-1945[36].

Politique et administrationModifier

 
Orchies dans son canton (dans sa composition d'avant 2014) et son arrondissement.

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Douai du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la sixième circonscription du Nord.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton d'Orchies[37]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, est modifié, passant de 9 à 16 communes.

IntercommunalitéModifier

La commune a créé fin 2001 la communauté de communes Cœur de Pévèle, avec Beuvry-la-Forêt.

Dans le cadre de la Réforme des collectivités territoriales françaises, cette intercommunalité fusionne avec d'autres[38], pour former le la communauté de communes Pévèle Carembault, dont la commune est désormais membre.

Tendances politiques et résultatsModifier

Lors du premier tour des élections municipales le , vingt-neuf sièges sont à pourvoir ; on dénombre 6 757 inscrits, dont 2 647 votants (39,17 %), 45 votes blancs (1,70 %) et 2 538 suffrages exprimés (95,88 %). La liste étiquetée divers gauche Pour Orchies menée par le maire sortant Ludovic Rohart recueille 2 147 voix (84,59 %) et remporte ainsi vingt-huit sièges au conseil municipal contre un pour la liste communiste Rassemblement populaire et citoyen pour Orchies menée par Nadine Canteloup[39] avec 298 voix (11,74 %). La liste d'extrême gauche Lutte ouvrière - faire entendre le camp des travailleurs menée par Léa Demory n'obtient pas de siège avec 93 voix (3,66 %)[40],[41].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1799 1800 Simon Herbo    
1800 1808 Charles François Deroubaix    
1803 env. 1807 env. François Herbo    
1808 1825 Guillaume Henri Joseph Estevez    
1825 1830 Lubrez Mereau    
1830 1832 Baudin[Qui ?]    
1832 1847 Victor Leper    
1847 1851 François Gruyelle-Mallet    
juin 1852[42] juillet 1864[43] Augustin Guilbert-Estevez[44] Majorité ministérielle Avocat
Député du Nord (5e collège) (1847 → 1848)
Conseiller général d'Orchies (1848 → 1861)
1864 1866 Gilbert François Josson-Mullié[45]   brasseur et propriétaire, chevalier de la Légion d'honneur, décédé à Orchies le 06/09/1868
1866 1866 Auguste Caby[Qui ?]    
1866 1878 Victor Leper    
1878 1882 Napoléon Sturne    
1886 1908 François Herbo Radical-socialiste Conseiller général d'Orchies (1900 → 1910)
1908 1914 Emile Joseph L'herminé    
1914 1918 Joseph Carpentier    
1919 1925 Georges Laurent    
1925 1929 Gustave Médard    
1929 1940 Toussaint Gosselin    
1940 1944 Victor Hugot    
1944 1945 Alfred Delannoy    
1945 1947 François Carrin    
1947 1965 Edmond Salé    
1965 1973 Edmond Liégeois    
janvier 1974 1997 Constant Dewez PS  
1997 octobre 2005 Jean Deregnaucourt PS  
2005 juillet 2018[Note 7],[46] Dominique Bailly[47] PS Agent des impôts
Sénateur du Nord (2011 → 2017)
Président de la CC Cœur de Pévèle (2001 → 2013)
Conseiller régional (1998 → 2011)
Démissionnaire
juillet 2018[48],[49] En cours
(au 22 juillet 2018)
Ludovic Rohart PS > UDI  

JumelageModifier

 
Jumelages et partenariats d’Orchies. 
Jumelages et partenariats d’Orchies. 
VillePays
Kelso Royaume-Uni

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[50]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[51].

En 2018, la commune comptait 8 736 habitants[Note 8], en augmentation de 5,46 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 9622 7782 8413 0863 4253 4843 5683 5243 508
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 6063 7083 6883 7213 5753 7573 8593 9184 137
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 3054 4384 6543 5554 6364 9555 0464 7465 278
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
5 8635 9725 7565 5876 9457 4728 1728 1788 472
2018 - - - - - - - -
8 736--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[52].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune dénombre 8 172 habitants en 2005, soit une progression de 9,3 % depuis 1999. Elle se répartit entre 48 % d'hommes et 52 % de femmes.

En 2005, Orchies compte 3065 ménages, soit une progression de 13,1 % depuis 1999. La part des ménages d'une personne a progressé, atteignant 24,3 % du total des ménages en 2005. Le nombre moyen de personnes par ménage est de 2,6. L'état matrimonial de la population orchésienne de 15 ans et plus se répartit entre 49,6 % de marié(e), 35,5 % de célibataire, 6,3 % de divorcé(e) et 8,6 % de veuf (veuve).

Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Orchies en 2007 en pourcentage[53].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
1,3 
4,4 
75 à 89 ans
8,3 
8,5 
60 à 74 ans
10,4 
18,6 
45 à 59 ans
17,3 
23,6 
30 à 44 ans
22,1 
22,8 
15 à 29 ans
20,5 
21,8 
0 à 14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[54].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

SportsModifier

Le Basket Club d'Orchies (BCO) évolue depuis 2016 en NM1, troisième division de la Fédération Française de Basket-Ball[réf. nécessaire].

Secteur pavé d'OrchiesModifier

 
secteur pavé d'Orchies
  • aussi dénommé Pavé du chemin des abattoirs est un secteur pavé emprunté lors de la course cycliste Paris-Roubaix situé dans la commune avec une difficulté actuellement classée trois étoiles[55].
  • Quatre Jours de Dunkerque 2014: Au départ d'Hazebrouck, le jeudi 8 mai 2014, la deuxième étape de l'épreuve d'une longueur de 166,9 kilomètres se terminait dans la commune [56]. Comportant à trois reprises le secteur pavé d'Orchies, cette étape fut disputée dans des conditions climatiques difficiles, marquées par de la pluie et du vent, ce qui accentue la difficulté du passage des pavés[57].

ÉconomieModifier

Orchies est le siège de la Société Leroux (130 p., 28M € CA en 2018). Cette entreprise est Leader mondial pour la production et la transformation de la chicorée. En 2008, Leroux a fêté ses 150 ans.

De nombreuses entreprises sont implantées sur la zone d'activités de la Carrière Dorée (19 hectares), localisée à proximité immédiate de l'échangeur autoroutier. La société SEPAC est responsable de l'aménagement et de la commercialisation de la zone.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Architecture civile
 
Maison Hennion Leduc sur la Grand'Place
  • La grand'Place a été totalement rénovée en 2007[58]
En 1992, l'édifice est surélevé d'un étage, pratiquement invisible de l’extérieur[58].
Architecture religieuse
  • L'église Notre-Dame de l'Assomption, qui a été totalement détruite pendant les deux Guerres mondiales[60],[61], contient un carillon de 48 cloches, coulées en 1995 en Allemagne. Des concerts permettent d'écouter l'instrument[30]
Patrimoine industriel
 
Orchies (Nord, Fr) abattoir communal
  • On peut aussi remarquer les faïences décoratives ornant certaines façades, notamment celle des anciens abattoirs.
  • L'usine de la Société Leroux.
  • L'ancienne Brasserie Bocquet, 49 rue Léon Rudent[62] et l'ancienne brasserie Waymel[63], 28 rue Jules Ferry, toutes deux de la fin du XIXe siècle.

MuséeModifier

 
Assiette produite par la manufacture de faïence du moulin des Loups

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Orchies se blasonnent ainsi : « D'argent au lion de sable armé et lampassé de gueules, regardant une croisette du même en chef, le tout entouré d'une chaîne de gueules mise en orle. » (Y figurent aussi en bas les croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945).

FolkloreModifier

Orchies a pour géants Porchy, Constance, Pierric, Bela Rada, P'tit Jehan, Tab et Lô, et Marco le jardinier[64].

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Dominique Bailly, réélu pour le mandat 2014-2020, démissionne le . Ludovic Rohart assure l'intérim en sa qualité de premier adjoint, jusqu'au .
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Un été, des sobriquets : non, les Bazuellois ne sont pas endormis ! », La Voix du Nord, 30 août 2010.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Cappelle-en-Pévèle - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Orchies et Cappelle-en-Pévèle », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Cappelle-en-Pévèle - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Orchies et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 d'Orchies », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  26. a b et c Léman P (1992) À propos de l'identification « Origiacum = Orchies » chez les éditeurs et traducteurs de Ptolémée. Revue du Nord, 74(296), 185-188 |doi : 10.3406/rnord.1992.5999.
  27. Thierry Aprile, La Ire République : 1792-1804, de la chute de la monarchie au Consulat, Paris, Pygmalion/Gérard Watelet, 1999, p. 28 (ISBN 2-85704-595-6).
  28. Maigret, horloger, « Carte postale : Orchies - Grande Place, côté ouest - Maison espagnole », Fonds des Albums Valois - Département du Nord - Volume 8, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, années 1900 (consulté le ).
  29. « Carte postale : 7945 Orchies - Grand'Place », Fonds des Albums Valois - Département du Nord - Volume 8, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, années 1900 (consulté le ).
  30. a et b « Orchies : l'église et son carrillon, avant et après », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Cliché Cayez, Section photographique de l'armée, « Photo : Orchies. La grand'place : maisons incendiées », Fonds des Albums Valois - Département du Nord - Volume 8, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  32. Cliché Cayez, Section photographique de l'armée, « Photo : Orchies. La grand'place : maisons incendiées », Fonds des Albums Valois - Département du Nord - Volume 8, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  33. Cliché Cayez, Section photographique de l'armée, « Photo : Orchies. La grand'place et l'église incendiée », Fonds des Albums Valois - Département du Nord - Volume 8, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  34. a et b Jacques Ovart, « Orchies a eu longtemps une ceinture de remparts », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Journal officiel du 13 août 1920, p. 11820.
  36. « Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945 » [PDF], Mémorial des batailles de la Marne - 51 Dormans, (consulté le ), p. 34.
  37. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. « Orchies: le conseil municipal dit oui à une communauté de communes élargie : Le maire Dominique Bailly, en présentant la dernière question à l’ordre du jour de la réunion du conseil municipal de jeudi, a clairement affirmé son choix à l’assemblée: « Pour notre collectivité et nos concitoyens, c’est notre intérêt d’approuver l’intégration de notre communauté de communes dans une plus grande composée de 38 communes et couvrant la grande Pévèle ». », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Arnaud Déthée, « Nadine Canteloup veut « rendre le pouvoir » aux habitants », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24162,‎ , p. 17.
  40. « Élections municipales, Orchies », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 34.
  41. « Élections municipales 2020 - 1er tour, Orchies », L'Observateur du Douaisis, no 897,‎ , p. 10.
  42. Dictionnaire des parlementaires français... depuis le 1er mai 1789 jusqu'au 1er mai 1889, publié sous la direction de MM. Adolphe Robert, Edgar Bourloton & Gaston Cougny - Edition 1891
  43. notice biographique sur M.Guilbert-Estevez - 1867
  44. « Augustin, Louis, Constant Guilbert-Estevez », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  45. « Affiche : Le Maire d'Orchies à ses concitoyens », France 1852-1870. Second Empire. Élections. Élections municipales. 1865. Affiches textes, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  46. Claire Tahon, « Orchies : Dominique Bailly démissionne de son poste de maire », L'Observateur,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Premier adjoint de Jean Deregnaucourt en 2001, Dominique Bailly accède au fauteuil majoral en 2005. Réélu en 2008, il fait son entrée au Sénat en septembre 2011. Non seulement réélu maire en mars 2014, il est aussi élu questeur au Palais du Luxembourg à la suite des élections sénatoriales en septembre 2014. A 58 ans, il renonce à ses fonctions électives pour se consacrer à une entreprise privée ».
  47. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Réunion du conseil municipal du 29 mars 2014 » [PDF], Comptes-rendus des conseils municipaux, sur http://www.ville-orchies.fr (consulté le ).
  48. Marie-Caroline Debaene, « Ludovic Rohart, au nom du père, deviendra maire : Sauf raz-de-marée, Ludovic Rohart, 48 ans, devrait devenir maire d’Orchies, à la suite de la démission de l’ex-socialiste Dominique Bailly. Le conseil municipal élira, ce dimanche, à 11 heures, le nouveau patron de la ville. Rencontre avec ce passionné de la cité de la Chicorée, adjoint aux finances », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Christophe Benoit, « Le nouveau maire Ludovic Rohart veut « être digne de la confiance » des Orchésiens : Le dauphin de Dominique Bailly, maire sortant, a été élu à une très large majorité lors du conseil municipal, ce dimanche matin en mairie d’Orchies. Il n’y a pas eu de surprise, mais une intense émotion, très palpable, pour le nouveau maire, pour son prédécesseur et pour les Orchésiens venus très nombreux », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  51. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  52. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  53. « Évolution et structure de la population à Orchies en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  54. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  55. « Le parcours 2013 », sur letour.fr, .
  56. Alexis Rose, « A. Démare les écœure tous », sur cyclismactu.net, .
  57. Anthony Thomas-Commin, « Démare insubmersible », sur lequipe.fr, L'Équipe, .
  58. a et b « Orchies en bref », sur http://www.ville-orchies.fr (consulté le ).
  59. « Hôtel Warocquier », notice no PA59000127, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. Cliché Cayez, Section photographique de l'armée, « Photo : Orchies. L'église incendiée », Fonds des Albums Valois - Département du Nord - Volume 8, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  61. « Une église pleine de sens #1 », Histoire Orchies, Pour ceux d'Orchies, (consulté le ).
  62. « Brasserie Bocquet, actuellement salle de gymnastique », notice no IA59000149, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  63. « Brasserie Waymel », notice no IA59000150, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. Benjamin Dubrulle, « Le SOS de passionnés pour sauver des géants abandonnés », La Voix du Nord, no 24596,‎ , p. 14-15