Mûr-de-Bretagne

ancienne commune française du département des Côtes-d'Armor

Mûr-de-Bretagne
Mûr-de-Bretagne
La mairie.
Blason de Mûr-de-Bretagne
Blason
Mûr-de-Bretagne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Pontivy communauté
Statut Commune déléguée
Maire délégué
Mandat
Hervé Le Lu
2017-2020
Code postal 22530
Code commune 22158
Démographie
Gentilé Mûrois, Mûroise
Population 2 049 hab. (2014 en diminution de -2.48 % par rapport à 2009)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 03″ nord, 2° 59′ 05″ ouest
Altitude Min. 69 m
Max. 290 m
Superficie 29,80 km2
Élections
Départementales Mûr-de-Bretagne (chef-lieu)
Historique
Fusion
Commune(s) d'intégration Guerlédan
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Mûr-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Mûr-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
Mûr-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
Mûr-de-Bretagne

Mûr-de-Bretagne ([myʁ də bʁətaɲ]) est une ancienne commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Cette commune a fusionné au avec la commune de Saint-Guen pour devenir la commune de Guerlédan[1].

Géographie modifier

Situation modifier

Située en Argoat, Mûr-de-Bretagne est une petite ville avec des commerces, située à l’est du lac de Guerlédan. L'axe central breton (RN 164) passe au nord du village.

 
Carte de la commune.

Géologie modifier

Les schistes noirs ardoisiers ((« schistes à Calymènes (en) » des auteurs anciens) datant de l'ordovicien moyen (-470 et -453 millions d’années) ont été exploités en particulier à Saint-Gelven, Caurel et Mûr-de-Bretagne[2]. En 1884 Alphonse Debauve écrit que les carrières de Saint-Gelven fournissent alors environ 5 millions d'ardoises par an et celles de Mûr-de-Bretagne et Caurel environ 3 millions[3].

Toponymie modifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia de Mur en 1280, parrochia de Mur en 1283 et en 1284[4], Mur vers 1330, Mur en 1516, Mur en 1536, Meur en 1630[5], Mur en 1793, Mûr en 1861, Mur-de-Bretagne en 1856 et enfin Mûr-de-Bretagne à partir de 1957 (décret du )[4].

Le sens de mur est ici « muraille qui ceint une ville ou une place forte »[6] .

Le nom de la commune en breton est Mur[7].

Histoire modifier

Préhistoire modifier

Une allée couverte se trouve à Coët-Correc ; elle a été surmontée vers la fin du XIXe siècle par un calvaire en pierre sèche, construit par le propriétaire du terrain, et qui a été démantelé lors des fouilles archéologiques menées en 1984-1985[8].

Moyen-Âge modifier

Mûr-de-Bretagne est un démembrement de l'ancienne paroisse de l'Armorique primitive de Neulliac. La paroisse de Mûr est citée pour la première fois en 1368 comme bénéfice du diocèse de Quimper.

Selon un aveu de 1471, Mûr était au sein de la vicomté de Rohan, une des 46 paroisses ou trèves de la seigneurie proprement dite de Rohan[9].

Jean-Baptiste Ogée écrit que « la seigneurie de Mur est très ancienne », qu'elle « appartint d'abord aux comtes de Cornouaille », que ceux qui détenaient cette seigneurie étaient aussi « sires de Corlai » et étaient ordinairement connus sous le nom de comtes de Launay-Mur ; par exemple « Christophe de Launay (né vers 1230), fils puîné de Garcin de Mur[Note 1] et de Beatrix de Rostrenen, épousa Louise (née vers 1235 à Plumaugat), fille de Thibaud [Thibault] de la Rivière[Note 2], issu d'une famille située en la paroisse d'Auverné, diocèse de Nantes », que « son fils Geoffroi [Geffroy] prit le nom de la Rivière, que ses descendants ont toujours porté depuis », que parmi leurs descendants on trouve des hommes illustres comme Jean de La Rivière[Note 3], chancelier de Bretagne en 1450 du duc Pierre II de Bretagne), Robert de La Rivière qui fut évêque de Rennes en 1457, et que les seigneurs de La Rivière étaient sergents féodés du duché de Bretagne[10].

Temps modernes modifier

Le XVIe siècle modifier

Deux moulins appartenant à la famille de Rohan existaient à Poullibet [Poulhibet], l'un pour le blé noir, l'autre pour le seigle, dès le XVIe siècle[11].

Le XVIIe siècle modifier

En 1646, à Mûr-de-Bretagne, selon Julien Maunoir, même les notables « ignoraient (...) les noms des trois personnes divines », Père, Fils et Saint-Esprit[12].

En 1667, Yves-Olivier de la Rivière fut nommé gouverneur de Saint-Brieuc et, après lui, son fils aîné, Charles-Yves de la Rivière ; par lettres patentes en date de 1696, confirmées en date du la seigneurie de Plœuc fut érigée en comté au profit d'Yves-Olivier de la Rivière. Un comte de la Rivière fut en 1757 capitaine-lieutenant des Mousquetaires Noirs[10].

Mûr au XVIIIe siècle modifier

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Mur en 1778 :

« Mur ; sur une hauteur ; à peu de distance de la route de Pontivy à Corlay ; à 18 lieues ½ de Quimper, son évêché ; à 21 lieues ¼ de Rennes et à 3 lieues ¼ de Pontivy, sa subdélégation. Cette paroisse, dont la cure est à l'Ordinaire, ressortit au siège royal de Ploërmel, et compte 4 000 communiants[Note 4], y compris les habitants de Saint-Connec et Saint-Guen, ses trèves. M. le duc de Rohan en est le seigneur. Les basses justices de Coëtuhan et de Launay appartiennent à M. de Noyan, et la basse justice de la Roche-Guéhennec à M. de Moyan. Le territoire de Mur est montagneux au nord de son bourg ; mais au sud, à l'est et à l'ouest, on remarque des terres bien cultivées et fertiles, et des landes très étendues, qui paraissent mériter les soins du cultivateur[10]. »

Le château de Launay-Mur : la semi-légende de Gwengrézangor modifier

Le seigneur de Gwenguézangor, châtelain de Launay-Mûr, avait l'habitude de piller et détrousser les passants sans honte ni scrupule. Pensant que son épouse entretenait une relation amoureuse avec l'un de ses hommes d'armes, il fit emmurer vivant celui-ci dans une cheminée et enfermer son épouse dans une barrique toute garnie de clous à l'intérieur, qu'il fit jeter par-dessus les remparts dans un étang.

Jérôme-Marie Calvary-Tylan, propriétaire du château et maire de Mûr, trouva dans une cheminée murée les restes d'un homme en armes avec sa cuirasse, son casque et son épée, mais les ossements tombèrent en poussière au contact de l'air. Dans la décennie 1830, un paysan aurait trouvé un trésor non loin du château, et il se pourrait que ce soit le chevalier amoureux qui l'ait caché, lorsqu'il préparait sa fuite avec l'épouse du châtelain : cela donne une certaine véracité à cette légende[13].

Les ardoisières modifier

Certaines « perrières » (ardoisières) existaient déjà, entre Gouarec et Mûr-de-Bretagne sur les rives du Blavet, exploitées depuis au moins le XVIe siècle comme le prouve un aveu de 1571 de la seigneurie de La Roche Guéhennec.

Elles furent très actives entre le milieu du XIXe siècle et le début du XXe siècle, faisant vivre plusieurs centaines de familles. La Première Guerre mondiale et la mise en eau du barrage de Guerlédan précipitèrent leur déclin[14].

Le XIXe siècle modifier

Mûr est concerné par la construction du Canal de Nantes à Brest (Blavet canalisé) entre 1822 et 1842 ; le Blavet à cet endroit est à la limite ouest de la commune, plusieurs écluses (dont l'écluse n° 119, dite écluse de Trévejean[15] et l"écluse du Poulhibet) s'y trouvent ou sont sur le canal lui-même dont le tracé est parallèle et proche du cours naturel du Blavet, mais totalement sur le territoire communal.

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Mur en 1845 :

« Mur (sous l'invocation de Saint Pierre) : Commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom, moins ses trève Saint-Connect et Saint-Guen, devenues communes ; aujourd'hui cure de 2e classe ; chef-lieu de perception ; brigade de gendarmerie à pied. (...) Principaux villages : Poulihet, Kerberhic, Kerimel, Treffaut, Kervos, Kermarec, Squiriec, Lisquily, Nevert, Boconnaire, Coëtdrien, Kerguenal, Curlan, Kerhotesse, Kerquillaaume, Cosquer-Kerguillaume. Moulins d'Enbas, de la Roche, Launay, du Guer, de Poulihet ; à eau. Le bourg de Mur est situé sur une hauteur, à peu près au centre de la commune dont il est me chef-lieu, et sur la route royale n° 187, dite de Vannes à Lannion. (...) }Il y a deux menhirs près du village de Botrain. La principale industrie de cette commune consiste dans l'extraction et la vente d'ardoises, qui sont fort estimées, et qui ont la réputation de ne pas favoriser l'oxydation des clous. Il y a foire le troisième vendredi d'avril, le samedi après la Mi-Carême, le lundi après le 6 juillet, enfin le troisième vendredi d'octobre. Géologie : schiste argileux. On parle le breton[16]. »

Selon Joachim Gaultier du Mottay, en 1862, Mûr possède une école de garçons accueillant 104 élèves et une école de filles recevant 75 élèves ; dans la commune se trouve aussi « l'établissement rural de Kermur, créé pour l'exploitation de 160 hectares de landes au milieu desquelles il est construit, dans la situation la plus pittoresque, sur le coteau qui forme le versant de la butte si élevée de Menez-Niez ». Il précise aussi que l'extraction des ardoises occupe alors plus de 70 ouvriers et qu'« il est à regretter que les carrières qui les produisent ne soient pas exploitées avec plus de soin et de méthode [car] elles sont d'excellente qualité et passent pour ne pas oxyder les clous qui les fixent sur les couvertures » Il ajoute que l'on vient de construire un embarcadère à Penerpont, sur le canal de Nantes à Brest[17].

En 1870 la famille Le Pottier achète les deux moulins de Poullibet, qui furent remplacés entre 1900 et 1905 par une minoterie à cylindres, puis, après a construction du barrage de Guerlédan, par une turbine hydraulique. La minoterie, toujours en activité, a été rachetée en 2011 par la société "Grands Moulins de Paris"[11].

Le XXe siècle modifier

La Belle Époque modifier

Gustave Geffroy décrit ainsi Mûr-de-Bretagne au début du XXe siècle : « Mur de Bretagne (...) se hisse sur un plateau entouré de chênes et de châtaigniers et forme deux parties, dont l’une, la plus haute, est Sainte-Suzanne. Les maisons sont groupées en désordre autour d’une place où se trouve une halle »[18].

En 1902 une épidémie de fièvre typhoïde survnit dans les communes de Mûr-de-Bretagne, Caurel, Saint-Caradec, Saint-Gilles-Vieux-Marché et Saint-Guen[19].

La commune a été desservie par le passé par la ligne ferroviaire de Carhaix à Loudéac à voie métrique du Réseau breton, ouverte en partie en 1898 (mais la section entre Rostrenen et Loudéac ne fut mise en exploitation que le [20]) et fermée en 1967 (désormais reconvertie en voie verte).

En 1913 à Mur-de-Bretagne les écoles de garçons accueillaient 63 élèves pour l'école communale et 129 pour l'école privée, celles de filles 31 élèves pour l'école communale et 132 pour l'école privée[21].

La Première Guerre mondiale modifier

Le monument aux morts de Mûr-de-Bretagne porte les noms de 131 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[22].

L'Entre-deux-guerres modifier

 
Le barrage de Guerlédan vu côté aval.

La construction entre 1923 et 1930 du barrage de Guerlédan a interrompu la navigation sur le Blavet canalisé (aussi tronçon du canal de Nantes à Brest), mais aussi entraîné la création du lac de Guerlédan (l'écluse n° 120, dite du Moulin Neuf[23] a été engloutie sous les eaux du lac de Guerlédan en 1929 ; elle se trouvait au niveau des assises même du barrage ; en tout 17 écluses ont été englouties sous les eaux du lac). Ce barrage a permis la construction d'une usine hydroélectrique mise en service en 1930. Les eaux turbinées par la centrale hydroélectrique aboutissent dans un premier bassin formé derrière le "petit barrage de Guerlédan" situé à 650 m en aval du barrage, lequel permet de contrôler la variation du débit en aval et de contrôler les crues[24].

La Seconde Guerre mondiale modifier

Le monument aux morts de Mûr-de-Bretagne porte les noms de 19 personnes mortes pour la France durant la Seconde Guerre mondiale[22].

L'après Seconde Guerre mondiale modifier

Un soldat originaire de Mûr-de-Bretagne est mort durant la guerre d'Indochine et un pendant la guerre d'Algérie[22].

Le XXIe siècle modifier

La création de la nouvelle commune : Guerlédan modifier

La commune nouvelle de Guerlédan est créée par la fusion, le , des communes de Mûr-de-Bretagne et Saint-Guen.

Politique et administration modifier

Liste des maires modifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1809 1815 Guillaume Michel Fraboulet[Note 5]    
1815 1829 Mathurin Henrio[Note 6]   Laboureur.
1830 1868 Jérôme-Marie Calvary-Tylan[Note 7]   Notaire royal. Chevalier de la Légion d'honneur.
1868 1884 Jérôme Ange Calvary-Tylan[Note 8]   Notaire. Fils de Jérôme-Marie Calvary-Tylan, maire précédent. Conseiller d'arrondissement.
1884 1901 René Le Cerf[Note 9]   Député. Conseiller général.
1901 1908 Corentin Jan[Note 10]   Propriétaire cultivateur.
1908 1914 Léon Le Cerf[Note 11]   Lieutenant au 7e Régiment d'artillerie de campagne lors de son décès. Chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume. Croix de guerre. Fils de René Le Cerf, maire entre 1884 et 1901.
1914 1920     Pas de maire, mais divers conseillers municipaux se succèdent faisant fonction de maire.
1920   Antoine Guillo    
Les données manquantes sont à compléter.
? 1932
(décès)
Pierre-Marie Le Vaillant RG Instituteur
Conseiller d'arrondissement (1922 → 1932)
Les données manquantes sont à compléter.
1944 décembre 1956
(décès)
Jean-Baptiste Le Pottier Droite Cultivateur
Ancien conseiller d'arrondissement (1932 → 1940)
février 1957[25] mars 1971 Jean Quéré[26] MRP puis RI Menuisier-ébéniste, ancien résistant
Président de la Chambre des métiers des Côtes-du-Nord
Conseiller général de Mûr-de-Bretagne (1958 → 1976)
mars 1971 juin 1995 Raymond Hinault[27] PS Géomètre du cadastre, maire honoraire
juin 1995 mars 2008 Alain Auffret[28] DVD Agriculteur
Président de la CC Guerlédan Mûr-de-Bretagne (1995 → 2008)
mars 2008 mars 2014 Georges Tilly PS Cadre EDF retraité
Président de la CC Guerlédan Mûr-de-Bretagne (2008 → 2013)
mars 2014 31 décembre 2016 Hervé Le Lu DVD Directeur artistique
Les données manquantes sont à compléter.

Liste des maires délégués modifier

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
12 janvier 2017 en cours Hervé Le Lu SE-DVD Directeur artistique
Maire de Guerlédan (2017 → )
1er vice-président de LCBC (2017 → )
, conseiller départemental depuis 2021

Démographie modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[30],[Note 12].

En 2014, la commune comptait 2 049 habitants, en diminution de −2,48 % par rapport à 2009 (Côtes-d'Armor : 1,65 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8912 0961 8191 9512 3542 2832 2672 4132 403
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3332 3622 5342 5102 5082 5812 5282 4332 489
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5742 4362 4172 2542 1492 2332 2652 4092 116
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
2 1252 0752 1052 0912 0492 0902 0842 1082 049
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine modifier

Monuments modifier

 
La chapelle de Sainte-Suzanne.
  • Église paroissiale Saint-Pierre : à l'intérieur, autels et chaires sculptés par un artiste local. Sur la chaire, les panneaux sculptés représentent les sept péchés capitaux.

Sites naturels modifier

Tradition modifier

Quand un enfant tardait à marcher seul, on lui faisait mettre un pied devant l'autre sur la tombe d'un ancien recteur de la paroisse, messire Oliman de Kernéguez (mort en 1720 en odeur de sainteté), et on lui frottait les reins avec une poignée de terre prise contre la tombe[37]

Sports modifier

Cyclisme modifier

 
Peinture de Jean Robic - Mûr-de-Bretagne - Tour de France 2011.

La côte du Menez Hiez, ou côte de Mûr, se trouve sur la route départementale 767, à la sortie nord de Mûr-de-Bretagne. Longue de 2 km, elle monte à 6,8 %, avec des passages à 15 %[39]. Escaladée une première fois en 1938, elle devient célèbre en 1947, lors de la 19e étape du premier Tour de France de l'après-guerre [40]. Ce contre-la-montre Vannes-Saint-Brieuc — 139 km, le plus long de l'histoire du Tour[41] — est marqué par un coup de théâtre : le maillot jaune et favori du Tour, Vietto, connaît une terrible défaillance dans la côte de Mûr[42]. Il termine à 14 min 40 s d'Impanis, le vainqueur de l'étape[41]. Robic finit brillant deuxième, et se hisse de la cinquième à la troisième place du classement général, à 2 min 58 s du nouveau maillot jaune Brambilla[43]. Il reste deux étapes, et c'est Robic qui remporte finalement le Tour.

Le Tour grimpe encore la côte de Mûr en 2004 et en 2006[39]. Mûr-de-Bretagne est la ville d'arrivée de la 4e étape du Tour de France 2011 et de la 8e étape du Tour de France 2015 (Rennes – Mûr-de-Bretagne, longue de 181,5 km).

Lors de la 6e étape du Tour de France 2018, partant de Brest, la côte de Mûr est escaladée 2 fois, l'arrivée de l'étape se situant au sommet, après la 2e montée précédée d'une boucle passant par Saint-Mayeux et St Gilles Vieux Marché. C'est Dan Martin qui s'y imposa.

La densité du public dans le "Mûr" à chaque passage du Tour de France lui vaut le surnom « d’Alpe d’Huez de Bretagne »[44].

Les coureurs de la Bretagne Classic affrontent également la célèbre côte depuis l'édition de 2016 et le changement de format de la course qui se dispute en ligne et non plus en circuit[45].

Héraldique modifier

  Blasonnement :
D'azur à une croix engrêlée d'or, à un franc-canton de gueules, chargé de quatre mâcles d'argent posées 2,2.

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Bibliographie modifier

  • E. Le Barzic, Mûr de Bretagne et sa région, Quimper, Nature et Bretagne, coll. « Guide officiel du syndicat d'initiative », (réimpr. 1956, 1975), 480 p.

Notes et références modifier

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[46].

Notes modifier

  1. Garcin de Mûr, né en 1200, décédé en 1257, comte de Launay-Mûr, juveigneur de Rohan, seigneur de Mur et de Corlay.
  2. Thibault de la Rivière, né vers 1195, décédé vers 1256, chevalier, seigneur de Kersaudy, de la Rivière et d'Auverné.
  3. Jean de La Rivière assista en 1450 à l'hommage que rendit le duc Pierre II au roi Charles VII. Il prit part aussi, en qualité de chancelier, aux États généraux tenus à Vannes en 1451 et en 1455 et fut en 1457 capitaine de Saint-Aubin-du-Cormier.
  4. Personnes en âge de communier.
  5. Guillaume Michel Fraboulet, né en 1762 à Saint-Guen, décédé le à Mûr.
  6. Mathurin Henrio, né le à Saint-Guen, décédé le . à Mûr-de-Bretagne
  7. Jérôme-Marie Calvary-Tylan, né le au bourg de Mûr, décédé le à Mûr.
  8. Jérôme Ange Calvary-Tylan, né le à Mûr, décédé en 1891.
  9. René Le Cerf, né le à Paris, décédé le à Mûr-de-Bretagne.
  10. Corentin Jan, né le à Kerouarch en Mûr-de-Bretagne, décédé le à Mûr-de-Bretagne.
  11. Léon Le Cerf, né le à Mûr-De-Bretagne, décédé le à Fosses-la-Ville (Belgique).
  12. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références modifier

  1. Commune nouvelle. Feu vert pour le nom "Guerlédan", Le Télégramme, 4 novembre 2016
  2. Mélanges bretons et celtiques offerts à M. J. Loth, membre de l'Institut, professeur au Collège de France, Rennes, Plihon et Hommay, (lire en ligne).
  3. Alphonse Debauve, Procédés et matériaux de construction, t. 3, (lire en ligne).
  4. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Mur-de-bretagne »
  5. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Tome 3, Librairie Droz, Genève 1991, page 1474.
  7. « Résultats concernant « Mûr-de-Bretagne » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le ).
  8. « Le calvaire en pierre sèche de Coët-Correc à Mûr-de-Bretagne (Côtes-d'A1rmor) », sur pierreseche.com (consulté le ).
  9. Théodore Derome, « De l'usement de Rohanou du domaine congéable », Revue critique de législation et de jurisprudence,‎ , p. 257-258 (lire en ligne, consulté le ).
  10. a b et c Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 2, Nantes, Vatar Fils Aîné, (lire en ligne), p.550-552.
  11. a et b « Minoterie de Poullibet (Mûr-de-Bretagne fusionnée en Guerlédan en 2017) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  12. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  13. François Habasque, « Mûr », Annuaire des Côtes-du-Nord,‎ , pages 31 à 51 (lire en ligne, consulté le ).
  14. Jacques Garreau, Bernard Tanguy et Yves-Pascal Castel, "Bretagne intérieure", éditions Privat, 1995, (ISBN 2-7089-9082-9)
  15. « Maison éclusière 2 de Guerlédan, Trévejean (Mûr-de-Bretagne fusionnée en Guerlédan en 2017) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  16. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 2, Rennes, Molliex, (lire en ligne), page 81.
  17. Joachim Gaultier du Mottay, Géographie départementale des Côtes-du-Nord, (lire en ligne), pages 798 à 800.
  18. Gustave Geffroy, La Bretagne, Paris, Hachette, (lire en ligne), page 257.
  19. « Côtes-du-Nord. Loudéac », Journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Ouverture de lignes », Le Journal des transports : revue internationale des chemins de fer et de la navigation,‎ , p. 426 (lire en ligne, consulté le ).
  21. « La situation des écoles en Bretagne », Journal Le Radical,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. a b et c « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le )
  23. « Site d'écluse de moulin neuf n°120 (Mûr-de-Bretagne fusionnée en Guerlédan en 2017) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  24. « Centrale hydroélectrique dite barrage de Guerlédan (Mûr-de-Bretagne fusionnée en Guerlédan en 2017) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  25. « Mûr-de-Bretagne. M. Jean Quéré est élu maire », Ouest-France (archives du journal),‎
    « Hier à 10 h., le conseil municipal s'est réuni pour l'élection du maire, en remplacement de M. Jean Le Pottier, maire, décédé. M. Jean Quéré, deuxième adjoint, a été élu maire de Mûr-de-Bretagne. »
  26. « Mûr-de-Bretagne. Le décès de Jean Quéré, ancien maire », Ouest-France (archives du journal),‎
  27. « Maire de Mûr durant 24 ans, Raymond Hinault est décédé », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  28. Jean-François Podevin, « Mûr-de-Bretagne. Alain Auffret, ancien maire, est décédé », sur actu.fr, Le Courrier indépendant,
  29. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  33. Notice no PA00089349, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. Notice no 000PE000623, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Joconde, ministère français de la Culture
  35. Notice no PA00089348, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  36. « Site de l'écluse de Guerlédan, Trévejean ; Botplançon (écluse n° 119 du Canal de Nantes à Brest, située à Mûr-de-Bretagne) (Mûr-de-Bretagne fusionnée en Guerlédan en 2017) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  37. Yann Brékilien, "La vie quotidienne des paysans bretons au XIXe siècle", Librairie Hachette, 1966.
  38. Critérium de Mûr-de-Bretagne sur siteducyclisme
  39. a et b « La 8e étape Rennes-Mûr-de-Bretagne vue par Jean-Paul Ollivier et Bernard Hinault », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 10 juillet 2015 (consulté le 21 septembre 2016).
  40. Evanno, Yves-Marie, « Mûr-de-Bretagne et le Tour de France : une passion récente », Bretagne Culture Diversité, consulté le 2 mai 2021.
  41. a et b « Étape 19 : Vannes-Saint-Brieuc (C.L.M.) », sur lagrandeboucle.com, 2016 (consulté le 21 septembre 2016).
  42. « Arrivée d'étape à Mûr de Bretagne », sur adalea.fr (consulté le 21 septembre 2016).
  43. « Classement des étapes du Tour de France 1947 », sur ledicodutour.com (consulté le 21 septembre 2016).
  44. Evanno, Yves-Marie, « Mûr-de-Bretagne et le Tour de France : une passion récente », Bretagne Culture Diversité, consulté le 2 mai 2021.
  45. Thierry Peigné, « Les 4 jours de Plouay : l’événement du cyclisme en Bretagne », sur francetvinfo.fr, .
  46. Mûr-de-Bretagne sur le site de l'Institut géographique national (Visualiser le lien [archive]).

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :