Tim Wellens

coureur cycliste belge

Tim Wellens, né le à Saint-Trond, est un coureur cycliste belge, membre de l'équipe Lotto-Soudal. Professionnel depuis 2012, il a notamment remporté l'Eneco Tour en 2014 et 2015 et le Tour de Pologne 2016.

Tim Wellens
Image dans Infobox.
Tim Wellens au Tour de France 2015
Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialités
Équipes amateurs
2002-2006Team Cycliste de Hesbaye
2007-2009Avia
2010Davo-Lotto
2011Omega Pharma-Lotto Davo
01.2012-06.2012[n 1]Lotto-Belisol U23
Équipes professionnelles
Principales victoires
Courses par étapes
Eneco Tour 2014 et 2015
Tour de Pologne 2016
Tour du Guangxi 2017
Classique
Grand Prix cycliste de Montréal 2015
Etapes de grands tours
Tour d'Italie (2 étapes)
Tour d'Espagne (2 étapes)

BiographieModifier

Jeunesse et carrière amateurModifier

Né le à Saint-Trond, Tim Wellens est le fils de Leo Wellens, cycliste professionnel de 1981 à 1988. Les frères de celui-ci, Paul et Johan, ont également été coureurs professionnels dans les années 1970 et 1980. Ensemble, les trois frères Wellens ont disputé le Tour de France 1981 au sein de l'équipe Sunair-Sport 80-Colnago aux côtés de Freddy Maertens[1].

Tim Wellens commence le cyclisme à l'âge de dix ans, au Team cycliste Hesbaye[1]. Son frère Yannick est également licencié dans ce club[2]. En catégorie aspirants (12 à 14 ans), Tim Wellens est champion de Wallonie[1]. À partir de 2007, il est membre de l'équipe Avia, en catégorie juniors. En 2008, il remporte le championnat de Belgique de cross-country de sa catégorie. En 2009, il gagne la Classique des Alpes juniors, une étape du Tour d'Istrie, épreuve de la Coupe des Nations qu'il termine à la deuxième place du classement général, et une étape de Liège-La Gleize.

En 2010, il intègre l'équipe Davo-Lotto, réserve de l'équipe professionnelle Omega Pharma-Lotto, et renommée Omega Pharma-Lotto Davo en 2011 puis Lotto-Belisol U23 en 2012. Il y retrouve son frère, qui a entretemps couru pour Beveren 2000. Il court à partir de 2010 en catégorie espoirs[3]. Durant cette saison, il gagne le classement des monts du Triptyque ardennais et se classe septième du Tour des Pays de Savoie, son principal objectif de l'année[3]. En 2011, en Coupe des Nations, il gagne le classement de la montagne du Toscane-Terre de cyclisme, dont il manque de gagner une étape, étant victime d'une crevaison dans le final[2]. En juin, il est cinquième du Tour des Pays de Savoie. Il reçoit dès l'été 2011 l'assurance de devenir professionnel en 2013 au sein de l'équipe sponsorisée par Lotto[4].

En 2012, il est septième du Circuit des Ardennes, deuxième du Toscane-Terre de cyclisme derrière Fabio Aru. Il devient professionnel le 1er juillet de cette année au sein de l'équipe Lotto-Belisol. Il dispute néanmoins le Tour de l'Avenir avec l'équipe de Belgique espoirs. Il en prend la dixième place.

Carrière professionnelleModifier

Tim Wellens dispute ses premières courses avec Lotto-Belisol au deuxième semestre 2012. En octobre, il prend la dixième place du Tour de Pékin, dernière épreuve de l'UCI World Tour 2012.

Il commence sa saison 2013 au Tour Down Under, en Australie, où il est cinquième de la deuxième étape. Il dispute ensuite le Tour de Catalogne en tant qu'équipier de Jurgen Van den Broeck. Figurant dans le groupe d'échappés se disputant la victoire lors de la dernière étape, il en est écarté par une crevaison à trois kilomètres de l'arrivée. Au printemps, une blessure au genou l'écarte du Tour d'Italie, qui aurait été son premier grand tour. En juin, il se fait remarquer au Critérium du Dauphiné en participant à plusieurs échappées. Le mois suivant, il est leader de Lotto-Belisol au Tour de Wallonie, dont il prend la septième place[5].

En 2014, il participe à son premier grand tour, le Tour d'Italie. Il se met en avant en terminant second lors de la 6e étape et puis de la 17e étape. En août de la même année, il obtient sa première victoire professionnelle lors de l'Eneco Tour. Lors de la septième et dernière étape, il réussit à conserver la première place et devient le premier Belge à remporter cette course[6]. Il est sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde[7] qu'il ne termine pas. Une semaine plus tard, il prend la quatrième place du Tour de Lombardie. À l'issue de cette saison, il est considéré comme un leader de son équipe[8] et voit son contrat prolongé[9].

Tim Wellens commence l'année 2015 en Espagne, où il est notamment deuxième du Trofeo Serra de Tramuntana. En mars, il prend la dixième place de Paris-Nice et la quinzième place de Milan-San Remo. Le mois suivant, il est deuxième de la cinquième étape du Tour du Pays basque, derrière Mikel Landa. Il dispute ensuite les classiques ardennaises. Il anime le final de la Flèche wallonne : attaquant dans la côte de Cherave, il aborde seul en tête le mur de Huy et est repris dans les derniers hectomètres[10]. En juin, pendant le Critérium du Dauphiné, il abandonne au cours de l'étape-reine à cause d'une douleur à la selle[11]. En juillet, Tim Wellens dispute son premier Tour de France. Venu avec l'objectif de tenter de gagner une étape, il se trouve en méforme et ne parvient pas à prendre la moindre échappée. Après avoir songé à abandonner[12], il termine 129e, à quatre heures du vainqueur Chris Froome. En août, il s'impose avec cinquante secondes d'avance lors de la sixième étape de l'Eneco Tour, à Houffalize. Il prend alors la tête du classement général qu'il conserve le lendemain pour remporter, pour la deuxième fois cette course à étapes. Puis, le , il remporte, sous une pluie diluvienne, le Grand Prix cycliste de Montréal devant Adam Yates et l'ancien champion du monde Rui Costa.

Après avoir commencé sa saison en Espagne fin janvier, Tim Wellens obtient sa première victoire de 2016 lors de Paris-Nice. Il en gagne la dernière étape, en battant au sprint Alberto Contador et Richie Porte. Il termine treizième du classement général. Malade, il est forfait pour Milan-San Remo[13]. Au printemps, il dispute le Tour d'Italie, où il s'impose lors de la sixième étape. En juillet, il remporte le Tour de Pologne. Il prend la tête du classement général lors de la cinquième étape, qu'il remporte en solitaire avec près de quatre minutes d'avance[14]. L'étape du lendemain est annulée à cause des conditions météorologiques, et il accroit son avance sur ses suivants au classement général lors de la dernière étape, un contre-la-montre dont il prend la treizième place[15]. En août, il est l'un des cinq membres de l'équipe de Belgique lors de la course sur route des Jeux olympiques de Rio, remportée par Greg Van Avermaet. Il est également le représentant belge lors du contre-la-montre de ces Jeux, dont il prend la vingtième place. En mauvaise forme durant les semaines qui suivent[16], il prend la quatorzième place du Grand Prix de Québec en septembre.

En 2018, il s'impose sur le Tour d'Andalousie, dont il a gagné la quatrième étape. Le , il remporte la Flèche brabançonne et dédie sa victoire à Michael Goolaerts décédé trois jours plus tôt sur Paris-Roubaix. Après des places d'honneurs sur les classiques ardennaises (6e de l'Amstel Gold Race et 7e de la Flèche wallonne), il prolonge son contrat jusqu'en 2020 au sein de l'équipe Lotto. Il prend ensuite le départ de son troisième Giro où il remporte notamment la 4e étape[17]. En août, il termine troisième du BinckBank Tour[18] et de la Bretagne Classic[19].

En 2019, après avoir notamment brillé dans le tour d'Andalousie et le tour de Belgique, il prend part à son troisième Tour de France. Lors de la troisième étape, il lâche ses compagnons d'échappée dans la montagne de Reims, et reste seul en tête jusqu'à la côte de Mutigny, avant d'être dépassé par Julian Alaphilippe. Wellens obtient ainsi le prix de la combativité et s'empare du maillot à pois du prix de la montagne, qu'il conserve jusqu'au 25 juillet. Au mois d'août il termine troisième du classement général du BinckBank Tour[20].

En 2020, il participe au Tour d'Espagne où il remporte les 5e et 14e étapes.

Lors de la troisième étape de l'Étoile de Bessèges 2021, il fait partie de l'échappée, puis part à seize kilomètres de l'arrivée et gagne en solitaire. Il devient ainsi premier au classement général[21], et remporte la course devant Michał Kwiatkowski.

Palmarès et classements mondiauxModifier

Palmarès amateurModifier

Palmarès professionnelModifier

Résultats sur les grands toursModifier

Tour de FranceModifier

3 participations

Tour d'ItalieModifier

3 participations

Tour d'EspagneModifier

1 participation

Résultats sur les classiquesModifier

Ce tableau présente les résultats de Tim Wellens sur courses d'un jour de l'UCI World Tour auxquelles il a participé, ainsi qu'aux différentes compétitions internationales.

Légende
AB Abandon HD Hors-délais - Pas de participation × Pas d'épreuve
Année Circuit Het Nieuwsblad Strade Bianche Milan-San Remo Tour des Flandres Paris-Roubaix Amstel Gold Race Flèche wallonne Liège-
Bastogne-Liège
Classique de Saint-Sébastien EuroEyes Cyclassics Bretagne Classic Grand Prix de Québec Grand Prix de Montréal Tour de Lombardie Jeux olympiques Championnat du monde
2012 - - - - - - - - - - - Ab. 34e 50e - -
2013 - - - - - - 139e Ab. 102e 140e 115e 51e 20e - × -
2014 - - - - - 68e 61e 43e 44e - 6e 108e 24e 4e × Ab.
2015 - - 15e - - 19e 31e 93e 31e - 110e 120e Vainqueur 71e × -
2016 - - - - - 10e 65e 48e 13e - 96e 14e 43e Ab. Ab. -
2017 - 2e 18e - - 42e 18e 35e Ab. - 83e 5e 12e 20e × -
2018 69e - - - - 6e 7e 16e Ab. - 3e 28e 21e 5e × -
2019 3e 10e - 34e - Ab. 17e 11e Ab. - 8e 9e 4e 20e × 35e
2020 28e - - Ab. × × 21e 33e × × - × × HD × 39e
2021 - 24e 78e - 25e 29e 36e 24e - - - - - - - -

Classements mondiauxModifier

  Année20102011201220132014201520162017201820192020
UCI World Tour nc 184e208e25e25e34e21e18e
Classement mondial59e20e9e17e77e
UCI Europe Tour999e720e nc nc nc nc 459e28e5e16e63e
UCI America Tour nc nc nc nc nc nc 435e nc nc nc nc
Légende : nc = non classéSource : UCI

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Du 1er janvier 2012 au 30 juin 2012
  2. Du 1er juillet 2012 au 31 décembre 2014

RéférencesModifier

  1. a b et c « Tim Wellens roule chez lui », sur dhnet.be, (consulté le )
  2. a et b « Tim Wellens, grimpeur d’avenir », sur lavenir.net, (consulté le )
  3. a et b « Tim Wellens sans complexe en espoirs », sur directvelo.com, (consulté le )
  4. « Tim Wellens pro chez Lotto en 2013 », sur directvelo.com, (consulté le )
  5. « Néo-pros : Le point avec Tim Wellens », sur directvelo.com, (consulté le )
  6. « Tim Wellens vainqueur final à l'Eneco Tour »,
  7. Nicolas Danton, « Mondiaux 2014 - La sélection belge sans surprise », sur cyclismactu.net,
  8. (nl) « Lotto-Belisol heeft nieuwe kopman, VDB moet zich bewijzen voor Tour », sur nieuwsblad.be, (consulté le )
  9. « Saison 2015 - La Lotto-Soudal avec 28 coureurs », sur cyclismactu.net, (consulté le )
  10. « Tim Wellens : "Je visais la victoire" », sur cyclismactu.net, (consulté le )
  11. « Wellens en Vandenbergh geven op in koninginnenrit Dauphiné », sur nieuwsblad.be, (consulté le )
  12. (nl) « Tim Wellens sleept zich naar Parijs: ‘Heb aan opgeven gedacht’ », sur nieuwsblad.be, (consulté le )
  13. « Wellens malade et privé de la Primavera », sur sport.be, (consulté le )
  14. « Tim Wellens, vainqueur en solitaire, prend la tête du général au Tour de Pologne », sur rtbf.be, (consulté le )
  15. « Pour Tim Wellens, le Tour de Pologne était bien plus qu'une préparation pour Rio », sur rtbf.be, (consulté le )
  16. « Tim Wellens candidat à sa propre succession au Canada », sur rtbf.be, (consulté le )
  17. Giro : Tim Wellens remporte la quatrième étape, Rohan Dennis reste en rose - L'Équipe, 8 mai 2018.
  18. Nicolas Horlait, « BinckBank Tour : Michael Matthews conclut en beauté, Matej Mohoric remporte le général », sur cyclingpro.net, (consulté le )
  19. Quentin rouillé, « Bretagne Classic Ouest-France : Naesen s’impose après une course épique », sur cyclingpro.net, (consulté le )
  20. Frédéric Gachet, « Binck Bank Tour - Et. 7 : Classements », sur directvelo.com, (consulté le )
  21. Jean-Luc Gatellier, « Le Belge Tim Wellens remporte la 3e étape de l'Étoile de Bessèges », sur L'Équipe,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :