Jeux olympiques d'été de 2020

XXXIIe édition des Jeux olympiques d'été

Jeux olympiques d'été de 2020
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau du Japon Japon
Ville hôte Tokyo
Coordonnées 35° 40′ 15″ N, 139° 46′ 19″ E
Date Du 23 juillet au
Ouverture officielle par Naruhito
Empereur du Japon
Participants
Pays 204 (+2 délégation CIO)
Athlètes 11 092 (attendus)[1]
( masc. et fém.)
Compétition
Nouveaux sports Escalade sportive, karaté, skateboard, surf, basket-ball à trois et BMX freestyle
Nombre de sports 33
Nombre de disciplines 50
Épreuves 339
Symboles
Serment olympique Ryōta Yamagata
et Kasumi Ishikawa
athlète japonais
et pongiste japonaise
Flamme olympique Naomi Osaka
joueuse de tennis japonaise
Mascotte Miraitowa
Géolocalisation
Géolocalisation sur la carte : Tokyo
(Voir situation sur carte : Tokyo)
City locator 4.svg
Tokyo
Géolocalisation sur la carte : Japon
(Voir situation sur carte : Japon)
City locator 4.svg
Tokyo
Chronologie

Les Jeux olympiques d'été de 2020, officiellement appelés Jeux de la XXXIIe olympiade de l'ère moderne, sont les deuxièmes Jeux d'été organisés à Tokyo (Japon) après ceux de 1964. Ils se déroulent finalement du au (suivis par les Jeux paralympiques du au ). Les dates initialement prévues du au ont été décalées en raison de la pandémie de Covid-19.

L'élection de la ville hôte a eu lieu le à Buenos Aires lors de la 125e session du Comité international olympique avec trois villes en lice pour accueillir les Jeux : Istanbul, Tokyo et Madrid. Il s'agissait alors du plus faible nombre de villes candidates retenues depuis les Jeux olympiques d'été de 1988.

En , en raison de la pandémie de Covid-19, le Premier ministre du Japon Shinzō Abe demande le report des Jeux d'un an, soit en 2021, aussitôt accepté par le CIO. Le nom des Jeux reste inchangé : « Jeux olympiques de Tokyo 2020 ». Les Jeux de 1916, 1940 et 1944 avaient été annulés durant les deux guerres mondiales, mais c'est la première fois qu'ils sont reportés.

Un an plus tard, le , la sécurité sanitaire n'étant toujours pas garantie, une mesure, également inédite dans l'histoire des JO, est prise : la tenue des Jeux sans spectateurs venant de l'étranger.

Le relais de la flamme olympique est finalement interdit au public, début , sur les dernières étapes dans plusieurs départements et à Tokyo même, à cause d’une reprise de la pandémie via son variant « delta » (30 % des personnes atteintes). La flamme arrive à Tokyo le dans un stade vide.

Pour la même raison, il est décidé par toutes les parties prenantes (dont le CIO), le , que les Jeux olympiques se dérouleront à huis clos (aucun spectateur, venu de l’étranger ou non) sur les sites de Tokyo.

Une minorité d’épreuves se déroulent dans d'autres départements, lesquels prennent aussi des mesures à leur discrétion, comme Izu (cyclisme), rare site à accepter des spectateurs.

Il s'agit, là encore, de deux décisions inédites dans l'histoire des JO.

Les épreuves se tiennent dans plusieurs villes japonaises, principalement à Tokyo, dans la « zone Héritage », dont plusieurs sites ont déjà servi pour les Jeux de 1964, et la « zone de la baie de Tokyo », qui symbolise l'avenir de la ville.

Sélection de la ville hôteModifier

Villes candidatesModifier

La liste des six villes requérantes a été annoncée par le CIO le [2]. Bien que retenue, la ville de Rome a retiré sa candidature in extremis, le gouvernement italien décidant de refuser son soutien à la veille du dépôt définitif des dossiers le [3]. Les villes requérantes étaient donc finalement cinq.

Finalement, le , la commission exécutive du CIO ne conserve que trois villes candidates qui sont, dans l'ordre officiel défini par le CIO[4] :

  •   Istanbul (Turquie), depuis le (cinquième candidature de la ville après avoir postulé sans succès à l'organisation des Jeux olympiques 2000, 2004, 2008 et 2012)[5] ;
  •   Tokyo (Japon), depuis le (après l'échec de sa candidature à l'organisation des Jeux olympiques 2016, déjà ville hôte des Jeux olympiques en 1964)[5] ;
  •   Madrid (Espagne), proposée le et confirmée en juillet (quatrième candidature de la ville après avoir postulé sans succès à l'organisation des Jeux olympiques 1972, 2012 et 2016)[5].

Villes requérantesModifier

Candidature abandonnéeModifier

  •   Rome (Italie), est proposée par le CONI le , mais la ville est poussée à renoncer à sa candidature le à la suite du refus du gouvernement de Mario Monti de garantir les éventuels surcoûts[8].

VoteModifier

Le vote a lieu le à Buenos Aires, en Argentine. Tokyo est désignée au 2e tour face à Istanbul. La ville de Madrid avait été éliminée lors du 1er tour.

Résultats du choix de la ville organisatrice
Ville candidate Pays 1er tour 1er tour bis 2e tour
Tokyo   Japon 42 60
Istanbul   Turquie 26 49 36
Madrid   Espagne 26 45 -

Le quotidien Le Monde révèle le des informations qui semblent confirmer une corruption lors de l'attribution des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo[9].

Impact de la pandémie de Covid-19Modifier

Report des Jeux à 2021Modifier

Le , le comité d'organisation s'inquiète de la maladie à coronavirus 2019 dont l'épidémie prend de l'ampleur. Toshiro Muto déclare notamment : « Nous sommes extrêmement inquiets, dans le sens où l’avancée de l’épidémie pourrait tempérer l’intérêt et l’enthousiasme pour les Jeux »[10]. Courant , l'hypothèse d'une annulation des Jeux inquiète les athlètes, puis des fédérations nationales et internationales et des comités nationaux olympiques annoncent tour à tour leur intention de ne pas envoyer des athlètes à Tokyo aux dates prévues.

Le , face à ce qui est devenu une pandémie, le président du CIO, Thomas Bach, indique que « l’annulation [des J.O. de Tokyo] n'est pas à l'ordre du jour » mais reconnaît qu'il est envisagé « un scénario de report »[11]. La décision devant être prise d'ici fin . Trois scénarios seraient étudiés s'il y avait un report : automne 2020, été 2021 ou été 2022[12]. Le même jour, les comités olympique et paralympique canadiens décident qu'aucun athlète canadien ne sera envoyé aux JO de Tokyo si ces derniers ne sont pas reportés à une date ultérieure[13]. Le comité olympique australien annonce lui aussi de ne pas envoyer d'athlètes australiens aux JO[14].

Le , par la voix de son Premier ministre d’alors, Shinzō Abe, le Japon annonce avoir demandé au CIO le report des Jeux de Tokyo à 2021[15],[16]. « Le président Thomas Bach a accepté à 100 % » dit-il[17]. Le même jour, le CIO annonce officiellement le report. Les deux parties doivent décider d'une nouvelle date pour la tenue des Jeux en 2021. Plus précisément : « Les Jeux de la XXXIIe Olympiade à Tokyo devaient être reprogrammés après 2020 mais au plus tard à l'été 2021 »[18]. Le CIO précise que le nom des Jeux restera inchangé : « Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020 »[18]. Ils auront lieu du vendredi au dimanche [19], tout au moins si la pandémie de Covid-19 est contenue d'ici là[20].

Hormis les Jeux de 1916, 1940 et 1944, annulés durant les deux guerres mondiales, c'est la première fois en 124 ans d'histoire des Jeux olympiques modernes que des Jeux sont reportés et que les Jeux d'été perdent leur rythme quadriennal. C'est aussi la première fois qu'ils se déroulent en année impaire.

Le , le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, confirme que les Jeux olympiques 2020 seront annulés s'ils ne peuvent se tenir aux dates prévues en 2021[21].

Cependant, le vice-président du Comité international olympique, John Coates, également responsable de la coordination des JO de Tokyo, assure, à l’AFP, le , que les Jeux auront bien lieu « avec ou sans » coronavirus et confirme leur début au [22].

Le , au cours d'une session extraordinaire, la Diète du Japon a promulgué une loi rendant officiel le décalage exceptionnel de trois jours fériés, en 2021. Le jour de la mer est déplacé du troisième lundi de juillet au jeudi , veille de la cérémonie d'ouverture des Jeux. Le jour du sport est avancé de trois mois, du deuxième lundi d’octobre au vendredi , jour de la cérémonie d’ouverture. Le jour de la montagne, initialement avancé de deux jours, au , est décalé au dimanche 8, jour de la cérémonie de clôture[23],[24] — de nombreux députés du PLD ont refusé que le jour de la montagne coïncide avec le jour anniversaire du bombardement atomique de Nagasaki ()[25],[26]. Selon la législation japonaise, le tombant un dimanche, le lundi suivant devient un jour férié de substitution[23]. Le texte législatif, adopté par le parlement japonais, vise à prévenir les embouteillages et susciter l'engouement pour l'événement sportif planétaire[25],[23]. En , une mesure similaire avait été votée, en vue des JO programmés pour l'été 2020[23].

Début , tandis que la pandémie de Covid-19 perdure dans l'archipel nippon et dans de nombreux autres pays, le quotidien Yomiuri shinbun publie un sondage montrant que plus de 80 % des personnes interrogées sont défavorables à la venue d'étrangers durant les Jeux. La situation sanitaire incertaine inquiète une population japonaise qui approuve majoritairement un report ou l'annulation de l'événement sportif planétaire. Le , le comité d'organisation, la gouverneure de Tokyo, le gouvernement du Japon, le Comité international olympique et le Comité international paralympique annoncent conjointement que les Jeux se dérouleront sans public venant de l’étranger. La décision inédite dans l'histoire des JO implique le remboursement de quelque 630 000 billets vendus hors du Japon[27],[28],[29],[30].

Quatre jours plus tard, le relais de la flamme olympique, impliquant dix mille coureurs, s'élance du J-Village, situé à Hirono et Naraha (préfecture de Fukushima), pour une traversée de quatre mois des quarante-sept préfectures du Japon, jusqu'au stade olympique national de Tokyo, lieu de la cérémonie d'ouverture des Jeux[31],[32]. Malgré les désistements de dizaines de célébrités au relais de la flamme olympique[33], la crainte d'une propagation facilitée du coronavirus et une réprobation majoritaire dans l'opinion publique, les parties prenantes dans l'organisation de ces Jeux ont insisté pour maintenir l'un des événements phares des « Jeux de la reconstruction » qu'elles veulent présenter au monde, dix ans après la catastrophe de Fukushima et en pleine lutte mondiale contre la pandémie de Covid-19[34],[35],[31],[32]. La justification morale qu'ils mettent en avant est cependant aussi motivée par un budget qui a gonflé de trois milliards en un an, jusqu'à atteindre 15,4 milliards de dollars ; les intérêts commerciaux du CIO, la tendance de l'administration nippone à la rigidité bureaucratique et la fierté de la nation japonaise à faire au moins aussi bien que leurs voisins chinois, organisateur des prochains Jeux olympiques d'hiver de 2022[34], et coréens, qui ont accueilli la compétition internationale de sports d'hiver trois ans plus tôt[36].

Ce relais de la flamme olympique était censé susciter de l'enthousiasme, mais il est finalement interdit au public, début , sur les dernières étapes dans plusieurs départements et à Tokyo même, à cause d’une reprise de la pandémie via son variant « delta » (30 % des personnes atteintes). À la place, de petites cérémonies sont organisées symboliquement sans public et la flamme arrive à Tokyo le dans un stade vide[37].

Pour la même raison, il est décidé par toutes les parties prenantes (dont le CIO), le , que les Jeux olympiques se dérouleront à huis clos (i.e. aucun spectateur venu de l’étranger ou non) sur les sites de Tokyo[38].

La plupart des sites des JO sont situés dans la capitale japonaise, mais certaines épreuves se déroulent dans d’autres départements, lesquels prennent aussi des mesures à leur discrétion[39]. Exceptionnellement, certains de ces sites, comme Izu (cyclisme), ont finalement accepté des spectateurs vivant au Japon[40],[41],[42].

Une fois de plus, il s’agit de deux décisions inédites dans l’histoire des JO[37],[38],[39].

OrganisationModifier

CommissionsModifier

John Coates est nommé par le président du CIO, Thomas Bach, à la tête de la Commission de coordination des Jeux de Tokyo[43].

Modifier

Le logo de la candidature japonaise représente des fleurs de cerisier (en japonais, sakura), fleur symbole de Tokyo, disposées en cercle (allusion au drapeau du Japon, aux couleurs du mouvement olympique -sauf le noir- et avec du violet, couleur de la métropole tokyoïte).

Le logo officiel des Jeux présenté en est retiré en septembre de la même année en raison des controverses qu'il a générées, accusé de plagiat envers le logo du théâtre de Liège[44].

Le nouveau logo officiel des Jeux a été dévoilé au public japonais fin [45]. Il représente un cercle en damier de couleur indigo suivant le motif ichimatsu moyō[46]. Ce logo a été choisi à l'issue d'un concours national remporté par l'artiste japonais Asao Tokoro. Selon ce dernier, chaque rectangle du logo figure un pays participant aux Jeux[47].

MascottesModifier

Le Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo annonce le la présélection de trois paires de mascottes pour les Jeux olympiques d'été de 2020[48], parmi les 2 042 propositions reçues. Le choix final est accordé aux élèves des écoles primaires japonaises par l'intermédiaire d'un vote ouvert du au . Les écoles internationales du Japon comme les écoles japonaises à l'étranger peuvent également voter. La paire de mascottes gagnantes, dénommées Miraitowa et Someity, a été dévoilée le . Créée par Ryo Taniguchi, un illustrateur de Fukuoka[49], elle a obtenu 53 % des suffrages des 205 755 classes ayant participé à la sélection — 70 % des écoles du pays[50].

CalendrierModifier

Toutes les dates sont par rapport à l'heure locale (UTC+9).

Le calendrier d'origine était du au . Pour reporter les Jeux olympiques en 2021, toutes les épreuves sont retardées de 364 jours (un jour de moins qu'une année complète pour conserver les mêmes jours de la semaine), déplaçant le nouveau calendrier du au [51].

Selon le précédent historique de la natation aux Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin et du patinage artistique aux Jeux olympiques de 2018 à Pyeongchang, les finales de natation doivent avoir lieu le matin pour permettre des émissions en direct aux heures de grande écoute en Amérique du Nord. NBC a payé des frais substantiels pour les droits aux Jeux olympiques, de sorte que le CIO a autorisé NBC à influencer la programmation des événements afin de maximiser l'audience de télévision américaine lorsque cela était possible. Le , NBC a accepté une prolongation de contrat de 7,75 milliards de dollars américains pour diffuser les Jeux olympiques pendant les Jeux de 2032[52], ce qui en fait l'une des principales sources de revenus du CIO[53]. Les radiodiffuseurs japonais ont critiqué cette décision, car la natation est l'un des événements olympiques les plus populaires du pays[54],[55].

Légende
     Cérémonies  C  Jour de compétition   4   Nombre de finales
Calendrier général des Jeux olympiques de 2020 avec le nombre de finales par jour et par sport
Sports Jour de compétition (juillet / août)
21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 1 2 3 4 5 6 7 8
Cérémonies   O C
Athlétisme   1 3 4 5 6 5 8 8 7 1
Aviron   C C C C 2 4 4 4
Badminton   C C C C C C 1 1 1 2
Baseball   C C C C C C C C C 1
Basket-ball Basket-ball à 5   C C C C C C C C C C C C C 1 1
Basket-ball à 3   C C C C 2
Boxe   C C C C C C C C C 2 1 1 1 4 4
Canoë-kayak En eau calme   C 4 C 4 C 4
En eau vive / slalom   C 1 1 C 1 1
Cyclisme BMX   C 2 C 2
Sur piste   1 2 1 2 2 1 3
Sur route   1 1 2
VTT   1 1
Équitation   C C 1 1 C C C 2 C 1 C 1
Escalade   C C 1 1
Escrime   2 2 2 1 1 1 1 1 1
Football   C C C C C C C C C C C 1 1
Golf   C C C 1 C C C 1
Gymnastique Artistique   C C 1 1 1 1 4 3 3 GE
Rythmique   C 1 1
Trampoline   1 1
Haltérophilie   1 2 1 2 1 2 1 2 1 1
Handball   C C C C C C C C C C C C C C 1 1
Hockey sur gazon   C C C C C C C C C C C C 1 1
Judo   2 2 2 2 2 2 2 1
Karaté   3 3 2
Lutte   C 3 3 3 3 3 3
Natation Natation   C 4 4 4 5 5 4 4 5 1 1
Synchronisée   C C 1 C 1
Plongeon   1 1 1 1 C C 1 C 1 C 1 C 1
Water-polo   C C C C C C C C C C C C C C 1 1
Pentathlon moderne   C 1 1
Rugby à sept   C C 1 C C 1
Skateboard   1 1 1 1
Softball   C C C C C 1
Surf   C C 2
Taekwondo   2 2 2 2
Tennis   C C C C C C 1 1 3
Tennis de table   C C 1 C C 1 1 C C C C 1 1
Tir   2 2 2 C 2 1 2 C 2
Tir à l’arc   C 1 1 1 C C C 1 1
Triathlon   1 1 1
Voile   C C C C C C 2 2 2 2 2
Volley-ball Beach-volley   C C C C C C C C C C C C C 1 1
en salle   C C C C C C C C C C C C C C 1 1
21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 1 2 3 4 5 6 7 8
Jour de compétition (juillet / août)

ParticipantsModifier

Compte tenu de la pandémie de Covid-19, la participation des différents sportifs est soumise au protocole sanitaire qui pourra être mis en place et pourra évoluer au fur et à mesure du temps.

Nations participantesModifier

En 2019, la Russie est exclue des Jeux olympiques 2020 par l'agence mondiale antidopage pour cause de dopage organisé[56]. Comme pour les Jeux olympiques d'hiver de 2018, des athlètes et des équipes[57] russes peuvent participer sous une bannière neutre « ROC » (pour Russian Olympic Committee) aux Jeux olympiques[58].

Le , le Canada a annoncé qu'il ne participera pas aux Jeux olympiques de 2020, à la suite de la pandémie liée à la COVID-19, si les Jeux ne sont pas reportés d'un an[59]. À la suite de la vague d'épidémie mondiale et l’annonce du report des Jeux en 2021, les différents comités olympiques suspendent leur annonce de participation.

En , le comité olympique nord-coréen renonce aux Jeux olympiques pour vouloir « protéger les athlètes de la crise sanitaire mondiale causée par le Covid-19 »[60]. Malgré des échanges avec le CIO pour que le pays revienne sur sa décision, le comité exécutif a réattribué le les quotas d'athlètes de la Corée du Nord[61].

Le , la Guinée renonce aux Jeux olympiques en raison de la recrudescence de variants de la Covid-19. Le gouvernement, par le biais du ministre des Sports, Sanoussy Bantama Sow, évoque, dans une lettre adressée au comité olympique guinéen, le souci de préserver la santé des athlètes guinéens. Il indique avoir décidé avec regret l'annulation de la participation de son pays aux Jeux de Tokyo[62]. Le , à la suite d'une rencontre entre le comité olympique guinéen, le ministère des sports et l'ambassade de Guinée au Japon, la participation de la Guinée aux Jeux olympiques est finalement confirmée[63],[64].

Les 206 délégations participantes aux Jeux de 2020[65]
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
54 pays 41 pays 44 pays 49 pays 17 pays

Les délégations les plus nombreuses sont :

  1.   États-Unis : 620 sportifs dans 44 disciplines ;
  2.   Japon : 590 sportifs dans 46 disciplines ;
  3.   Australie : 471 sportifs dans 41 disciplines ;
  4.   Chine : 405 sportifs dans 41 disciplines ;
  5.   France : 403 sportifs dans 41 disciplines ;
  6.   Allemagne : 402 sportifs dans 37 disciplines ;
  7.   Grande-Bretagne : 376 sportifs dans 35 disciplines ;
  8.   Canada : 371 sportifs dans 40 disciplines.

Principaux sportifs ayant déclaré forfait ou suspendusModifier

  • Christian Coleman, sprinteur américain, est suspendu deux ans en [67].
  • Siraba Dembélé, capitaine de l'équipe de France de handball, est blessée en [68].
  • Le triple-sauteur cubain Jordan Diaz, en ayant quitté ses coéquipiers en marge d'un meeting en Europe, a été exclu de la sélection olympique nationale[69].
  • Rafael Nadal (no 3 mondial), Dominic Thiem (no 5 mondial) et Roger Federer (no 9 mondial) ont annoncé leur forfait pour le tournoi olympique de tennis[70],[71].
  • Julian Alaphilippe, cycliste français et champion du monde en titre dans sa discipline a décidé de déclarer forfait en pour des raisons de paternité[72]

Le report d'un an des Jeux put permettre à des athlètes qui auraient été suspendus en 2020 de pouvoir potentiellement participer aux Jeux une année après[73].

Plusieurs sportifs ont dû déclarer forfait[74],[75] parce qu'ils ont été testés positif au Covid-19 pendant la compétition ou tout juste avant :

Incident avec Krystsina TsimanouskayaModifier

Après le début des Jeux olympiques, les autorités sportives nationales de Biélorussie ont forcé la sprinteuse Krystsina Tsimanouskaya à participer au relais 4 × 400 m en plus des épreuves prévues. Tsimanouskaya a affirmé que cette décision avait été prise sans son consentement et a critiqué les autorités sportives nationales[84],[85]. Le , elle a été emmenée de force à l'aéroport de Haneda par son Comité national olympique[réf. nécessaire]. Elle a refusé de prendre un vol pour retourner en Biélorussie et avait l'intention de demander l'asile en Autriche[86]. Mais finalement son choix de terre d’accueil fut la Pologne qui lui proposait un visa humanitaire[87].

SitesModifier

Les sites seront principalement répartis en deux zones : la « zone Héritage », qui doit son nom au fait que plusieurs sites ont déjà servi pour les Olympiades de 1964, et la « zone de la baie de Tokyo ».

Sites sans compétition
Lieu Usage Statut
Hôtel impérial Membres du CIO Existant
Harumi Futo Village olympique
Tokyo Big Sight Centre des médias Existant


Zone héritageModifier

Sept sites sont situés dans le quartier central des affaires de Tokyo, au nord-ouest du village olympique. Plusieurs de ces sites ont également été utilisés pour les Jeux olympiques d'été de 1964.

Sites olympiques de la zone héritage
Liste Événements Capacité Statut
Nouveau stade olympique national Cérémonies d'ouverture et de clôture 68 000 Nouveau
Athlétisme
Football (finale femmes)
Gymnase olympique de Yoyogi Handball 13 000 Existant
Tokyo Metropolitan Gymnasium Tennis de table 10 000 Existant
Nippon Budōkan Judo 14 000 Existant
Karaté
Tokyo International Forum Haltérophilie 5 000 Existant
Jardins du Kōkyo 5 000 Tribunes provisoires
Kokugikan Arena Boxe 11 000 Existant

Zone de la baie de TokyoModifier

Vingt sites sont situés à proximité de la baie de Tokyo, au sud-est du village olympique, principalement sur Ariake, Odaiba et les îles artificielles environnantes.

Sites olympiques de la zone de la baie de Tokyo
Lieu Événements Capacité Statut
Parc de Kasai Rinkai Canoë-kayak (slalom) 7 500 Nouveau
Oi Seaside Park Hockey sur gazon 15 000 Nouveau
Centre aquatique olympique Aquatique (natation, plongée et nage synchronisée) 18 000 Nouveau
Centre international de natation de Tatsumi Water-polo 4 700 Existant
Parc de Yumenoshima Tir à l'arc 5 600 Nouveau
Ariake Arena Volley-ball 12 000 Nouveau
Parc de sports urbains d'Ariake Cyclisme (BMX) 6 000 Temporaire
Skateboard 7 000
Centre de gymnastique olympique Gymnastique (artistique, rythmique et trampoline) 12 000 Temporaire
Ariake Tennis Park Tennis 20 000
court central : 10 000, court 1 : 5 000,
court 2 : 3 000 et 8 courts de 250 places chacun
Rénové
Base nautique d'Odaiba Triathlon 5 500 Tribunes provisoires
Aquatique (natation en eau libre)
Parc Shiokaze Beach-volley 12 000 Temporaire
Canal et Parc de la Forêt de la Mer Équitation (concours complet) 20 000 Temporaire
Aviron 16 000 Tribunes provisoires
Canoë-kayak (sprint) 13 000
Parc de sports urbains d'Aomi Basket-ball à trois 7 000 Temporaire
Escalade sportive 8 400

Autres sitesModifier

Autres sites olympiques
Lieu Événements Capacité
Camp Asaka Tir 3 200
Musashino Forest Sports Plaza Pentathlon moderne (épreuve d'escrime) 6 000
Badminton
Stade Ajinomoto Football 50 000
Pentathlon moderne
Rugby à VII
Saitama Super Arena Basket-ball 22 000
Eno-shima, baie de Sagami Voile
Tsurigasaki Beach Surfing Venue (Ichinomiya) Surf 10 000
Makuhari Messe Escrime 6 000
Taekwondo
Lutte 8 000
Baji Koen Equitation 20 000
Kasumigaseki Country Club Golf 30 000
Vélodrome d'Izu Cyclisme sur piste 5 000
Japan Cycle Sports Center VTT cross-country
Yokohama Stadium Baseball 30 000
Softball
Fukushima Azuma Baseball Stadium Baseball 14 300
Softball

Stades de footballModifier

 
Dôme de Sapporo.
Stades de football utilisés lors des Jeux
Stade[88] Ville Capacité
Stade Nissan Yokohama 70 000
Stade Saitama Saitama 62 000
Stade de Miyagi Sendai 48 000
Stade Ajinomoto Tokyo 49 000
Stade de Kashima Kashima 42 000
Dôme de Sapporo Sapporo 42 000
Nouveau stade olympique national Tokyo 60 000

Marathon et marcheModifier

Les épreuves du marathon et de marche, initialement programmées à Tokyo, ont été, le , déplacées au parc Ōdōri, à Sapporo, sur l'île d'Hokkaidō, qui a été l'hôte des JO d'hiver de 1972, pour épargner aux athlètes de courir sous la chaleur estivale étouffante de la ville[89],[90], malgré l'opposition de la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike.

Programme des Jeux olympiques d'été de 2020Modifier

L'agenda olympique 2020, approuvé fin 2014, permet de mettre fin au quota imposant une limite de 28 sports divisés en 310 épreuves. En fait, les sports ne sont plus limités mais les épreuves sont toujours limitées à 310 et les athlètes à 10 500[91]. Mais le CIO veut l'ajout de sports additionnels.

Un jury[92] choisit les sports après avoir reçu la proposition de 26 fédérations sportives[93].

Changements proposésModifier

Le CIO avait par contre décidé de retirer un sport du programme des Jeux olympiques de 2020, la lutte, présente depuis les Jeux antiques. Mais après des protestations, il fut réintégré au programme olympique par le CIO au détriment du squash[94].

Le , le Comité d'organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 propose au CIO dix-huit épreuves supplémentaires dans cinq sports différents[95] : baseball/softball, escalade sportive, karaté, skateboard et surf.

Nouveaux sportsModifier

La commission exécutive du Comité international olympique s'est déclarée favorable à cette proposition le [96],[93]. La décision finale est prise le lors de la 129e session du CIO à Rio, comme stipulé par la Charte olympique : les cinq sports sont intégrés au programme à Tokyo. Les 474 athlètes en plus et les 18 épreuves supplémentaires ne comptent pas pour les quotas établis mais ils ne sont pas définitivement inscrits au programme olympique[97] (ils ne sont pas sûrs de figurer aux Jeux olympiques suivants).

Le , le CIO annonce que des épreuves de baseball et de softball auront lieu à Fukushima[98].

Nouvelles épreuvesModifier

Le , le CIO dévoile la liste des disciplines au programme des Jeux olympiques de 2020 avec l'arrivée de quinze épreuves supplémentaires[99]. Ainsi, sont ajoutées au programme « des épreuves plus jeunes, plus urbaines, avec davantage de femmes »[99], telles que le basket-ball à trois, le BMX freestyle, les épreuves mixtes par équipes en judo[100], en athlétisme (relais 4 × 400 m mixte), en natation (relais 4 × 100 m 4 nages mixte), ainsi qu'en tir à l'arc, en triathlon (relais), en tennis de table (double mixte) et en voile. Par ailleurs, des épreuves féminines sont ajoutées au détriment d'épreuves masculines, en haltérophilie, en aviron, en canoë-kayak, et en boxe[99]. Le nombre total d'épreuves aux Jeux olympiques de Tokyo sera de 339, contre 306 à Rio en 2016 et 302 à Londres en 2012. Sur une base d'environ 10 500 athlètes, leur nombre est réduit de 285 pour cette édition 2020[99].

Liste des sports et épreuvesModifier

Sports/disciplines Hommes Femmes Mixtes Total
Disciplines au programme des Jeux de Tokyo[101].
  Athlétisme 24 23 1 48
  Aviron 7 7 14
  Badminton 2 2 1 5
  Baseball 1 0 1
  Basket-ball
5 × 5
3 × 3
2
1
1
2
1
1
4
2
2
  Boxe 8 5 13
Canoë-kayak
  Course en ligne
  Slalom
8
6
2
8
6
2
16
12
4
Cyclisme
  Cyclisme sur route
  Cyclisme sur piste
  VTT
  BMX
11
2
6
1
2
11
2
6
1
2
22
4
12
2
4
  Équitation
Saut d'obstacles
Dressage
Concours complet
6
2
2
2
6
2
2
2
  Escalade 1 1 2
  Escrime 6 6 12
  Football 1 1 2
  Golf 1 1 2
Gymnastique
  Gymnastique artistique
  Gymnastique rythmique
  Trampoline
9
8

1
9
6
2
1
18
14
2
2
  Haltérophilie 7 7 14
  Handball 1 1 2
  Hockey sur gazon 1 1 2
  Judo 7 7 1 15
  Karaté 4 4 8
  Lutte
Libre
Gréco-romaine
12
6
6
6
6

18
12
6
Sports aquatiques
  Natation
  Plongeon
  Natation synchronisée
  Water-polo
23
18
4

1
25
18
4
2
1
1
1



49
37
8
2
2
  Pentathlon moderne 1 1 2
  Rugby à sept 1 1 2
  Skateboard 2 2 4
  Softball 0 1 1
  Surf 1 1 2
  Taekwondo 4 4 8
  Tennis 2 2 1 5
  Tennis de table 2 2 1 5
  Tir
Carabine
Pistolet
Tir aux plateaux
6
2
2
2
6
2
2
2
3
1
1
1
15
5
5
5
  Tir à l'arc 2 2 1 5
  Triathlon 1 1 1 3
  Voile 5 4 1 10
Volley-ball
  En salle
  Beach-volley
2
1
1
2
1
1
4
2
2
Total 165 156 18 339

Les JO de Tokyo permettent de développer la mixité homme-femme grâce aux 18 épreuves mixtes deux fois plus nombreuses que les neuf épreuves de 2016 et d'atteindre un taux de 48,6 % de participantes jamais atteint précédemment. La part devrait être de 50 % en 2024 à Paris[102].

Tableau des médaillesModifier

Le tableau suivant présente les quinze premières nations au classement des médailles de leurs athlètes[103] :

  • Pays organisateur (Japon)
Rang Nation Or Argent Bronze Total
1   États-Unis 39 41 33 113
2   Chine 38 32 18 88
3   Japon 27 14 17 58
4   Grande-Bretagne 22 21 22 65
5   Comité olympique russe 20 28 23 71
6   Australie 17 7 22 46
7   Pays-Bas 10 12 14 36
8   France 10 12 11 33
9   Allemagne 10 11 16 37
10   Italie 10 10 20 40
11   Canada 7 6 11 24
12   Brésil 7 6 8 21
13   Nouvelle-Zélande 7 6 7 20
14   Cuba 7 3 5 15
15   Hongrie 6 7 7 20

Le Burkina Faso, Saint-Marin et le Turkménistan ont remporté durant ces jeux leurs premières médailles lors d'une olympiade.

Droits télévisésModifier

Avant les sponsors et en l’absence de spectateurs, les droits de diffusion deviennent la source principale de revenus des JO.

Le CIO lancera la chaîne olympique pour les Jeux.

Le , le CIO a annoncé qu'il envisageait de constituer les droits télévisés aux États-Unis en un lot unique de quatre éditions des Jeux olympiques au lieu de deux : les Jeux d'été de 2016 et de 2020 et les Jeux d'hiver de 2014 et de 2018. Le chef négociateur du CIO Richard Carrion a déclaré à l'Associated Press que les enchères pour les droits se tiendraient entre NBC, ESPN, Fox et peut-être une association CBS/Turner. « Nous comprenons qu'il s'agit d'une décision importante pour chacune de ces chaînes, a dit le membre du CIO pour Porto Rico. Ils auront mon soutien s'ils sont prêts à s'engager pour quatre Jeux, et s'associer avec nous jusqu'en 2020 »[104].

Le président du CIO Jacques Rogge dirige la Commission des droits télévisés exclusifs et des nouveaux médias, mais l'organisation des enchères incombe à Carrion, qui rencontre régulièrement les chaînes pour maintenir leur intérêt pour la diffusion de Sotchi 2014 et Rio 2016. En groupant quatre éditions des Jeux, Carrion a deux autres éditions des Jeux, mais les Jeux de 2018 ont lieu en Corée et la ville hôte des Jeux de 2020 sera élue en 2013. Le CIO a essayé de retarder le processus le plus possible après la récession pour obtenir une meilleure enchère. Les droits télévisés américains sont la plus grande source de revenus du CIO[104].

Finalement, le , le CIO a accordé les droits télévisés pour quatre éditions des Jeux à NBC dans un marché de plus de quatre milliards de dollars[105].

Pour le Japon, le CIO attribue, le , les droits de retransmission et de diffusion des Jeux à son partenaire de diffusion Japan Consortium, composé de la NHK, le groupe public audiovisuel japonais, et la NAB, association japonaise des diffuseurs commerciaux. La NHK annonce utiliser, entre autres, et pour certaines épreuves, le système -dont elle est à l’origine- de très haute-définition SHV (Super Hi-Vision) ou encore Télévision à ultra-haute définition version 8K, record mondial, à ce jour, de résolution.

Ces droits sont étendus au-delà de la durée même des Jeux de Tokyo, pour d’éventuelles rediffusions ultérieures[106].

En France, Canal+ annonce en avoir cédé ses droits à Eurosport, qui détient déjà les créneaux payants des JO d'hiver de 2022 et les JO d'été de 2024[107],[108].

Ci-dessous la liste des diffuseurs sélectionnés :

Conditions de travailModifier

Au , trois ouvriers travaillant sur des chantiers liés à l'organisation des Jeux olympiques sont morts, dont l'un par suicide en raison de longues heures de travail devenues insupportables[115].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « Gender equality and youth at the heart of the Paris 2024 Olympic Sports Programme », sur www.olympic.org, (consulté le )
  2. Six villes requérantes pour les Jeux Olympiques de 2020 - Comité International Olympique - .
  3. Roma 2020, il governo dice no Monti: «Non possiamo correre rischi».
  4. Les organisateurs des prochains Jeux présentent leurs rapports d'activité à la commission exécutive du CIO, Comité international olympique, .
  5. a b et c « JO 2020 : le choix de Tokyo », sur Lesechos.fr (consulté le ).
  6. Oltre a Tokyo si candida anche Baku, La Repubblica.
  7. Article sur la candidature sur le Site du Comité olympique asiatique.
  8. Richard Heuzé, « Rigueur oblige, il n'y aura pas de JO à Rome en 2020 », Le Figaro, (consulté le ).
  9. Yann Bouchez, « JO de Tokyo 2020 : les courriels qui renforcent les soupçons de corruption », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  10. AFP, « Coronavirus: les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo se disent « extrêmement inquiets » », sur Le Soir, (consulté le ).
  11. (en-US) « 22 March: Letter from President Thomas Bach OLY to athletes », sur Athlete365, (consulté le ).
  12. « Les JO de Tokyo 2020 peut être reportés mais pas annulés », sur SportBusiness.Club, (consulté le ).
  13. « Le Canada n'enverra pas d'athlètes à Tokyo si les Jeux se tiennent à l'été 2020 », Radio-Canada (consulté le ).
  14. (en) PTI, « Australia follows Canada, tells athletes to prepare for 2021 Olympics », The Hindu (consulté le ).
  15. Florent Dabadie, « Tokyo, le temps du bougon : Le report des Jeux Olympiques suscite la tristesse des Japonais. Pire, c'est le confinement qui les guette, en cette période chérie où fleurissent les cerisiers. », L'Équipe, no 23983,‎ , p. 8.
  16. Clément Guillou, « JO de Tokyo : comment le report s’est imposé », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. AFP, « Le Japon a proposé un report d'un an des Jeux », sur eurosport.fr (consulté le ).
  18. a et b Communiqué commun du Comité international olympique et du comité d'organisation de TOKYO 2020, sur Olympic.org, consulté le .
  19. « Le CIO, l'IPC, le Comité d'organisation de Tokyo 2020 et le gouvernement métropolitain de Tokyo annoncent les nouvelles dates des Jeux olympiques et Paralympiques de 2020 », sur Comité International Olympique Committee, (consulté le ).
  20. AFP, « Pour Shinzo Abe, les Jeux olympiques de Tokyo ne pourront « pas avoir lieu si la pandémie n’est pas contenue » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Rédaction avec AFP, « Si la pandémie n'est pas maîtrisée en 2021, les Jeux Olympiques seront annulés », sur léquipe.fr, (consulté le ).
  22. AFP, « Pour John Coates du CIO, les JO de Tokyo se tiendront «avec ou sans» le covid-19 », Le Figaro, (consulté le ).
  23. a b c et d (ja) Naoki Kiyoshima, « 2021年の祝日がようやく決定、システム対応は万全か » [« Les jours fériés pour 2021 sont enfin arrêtés, mais ce système de décalage [calendaire] est-il idéal? »], sur tech.nikkei.com, Nihon keizai shinbun,‎ (consulté le ).
  24. « Les jours fériés au Japon en 2021 », sur www.nippon.com, mise à jour du 27 novembre 2020 (consulté le ).
  25. a et b (en) « Japan Diet OKs Bill to Move Holidays for Tokyo Games » [« Le Japon adopte une proposition de loi pour décaler des jours fériés nationaux, à l'occasion des JO »], sur jen.jiji.com, Jiji Press, (consulté le ).
  26. (en) Keishi Nishimura et Takahiro Okubo, « Moves afoot to revisit declaring A-bomb day as a national holiday » [« Révision législative en cours, pour faire du jour anniversaire du bombardement de Nagasaki une fête nationale »], article archivé sur Archive.today, Asahi shinbun, (consulté le ).
  27. « Les spectateurs étrangers privés de Jeux olympiques de Tokyo », Libération, (consulté le ).
  28. (en) Motoko Rich et Ben Dooley, « Spectators From Overseas Are Barred From Tokyo Olympics » [« Les spectateurs venant de l’étranger interdits de JO »], sur The New York Times, (consulté le ).
  29. Alexandra Lopez, « Les spectateurs étrangers ne pourront pas assister aux JO », France Info, (consulté le ).
  30. AFP, « JO de Tokyo : pas de spectateurs venant de l’étranger, une première », sur europe1.fr, (consulté le ).
  31. a et b Philippe Mesmer, « Au Japon, le relais de la flamme olympique démarre dans une ambiance morose », Le Monde, (consulté le ).
  32. a et b (en) Hikari Hida et Ben Dooley, « Shadowed by Pandemic, Olympic Torch Relay Begins in Japan » [« Éclipsé par la pandémie, le relais de la flamme olympique démarre au Japon »], The New York Times, (consulté le ).
  33. (en) Tadashi Murakami, « Celebrities decline to run in Tokyo Olympics torch relay over lengthy uncertainty » [« Des célébrités annulent leur participation au relais de la flamme olympique, à cause d'une incertitude prolongée »], Mainichi shinbun, (consulté le ).
  34. a et b (en) Hikari Hida et Motoko Rich, « Why ‘Cursed’ Olympics Are Pressing Ahead Amid a Pandemic » [« Pourquoi persiste-t-on à maintenir des Jeux "maudits" dans un contexte pandémique »], The New York Times, (consulté le ).
  35. « Le J-Village, départ de la flamme olympique : un retour au football après la gestion du tsunami », sur nippon.com, (consulté le ).
  36. Yann Roche, « Tokyo 2020 : les Jeux de l’honneur pour le Japon », The Conversation, (consulté le ).
  37. a et b AFP, « JO : la flamme olympique arrive à Tokyo pour un relais sans public », sur www.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  38. a et b Philippe Pons, « Les Jeux olympiques de Tokyo, à huis clos et sous état d’urgence », Le Monde, (consulté le ).
  39. a et b AFP, « JO : pas de spectateurs à Tokyo à cause de la pandémie », sur www.leparisien.fr, (consulté le ).
  40. Alan Marchal, « Le vélodrome d'Izu, seul site olympique ouvert au public: "On est tous très conscients de la chance que nous avons" », sur www.dhnet.fr, (consulté le ).
  41. Éric Desrosiers, « J’ai vu le public japonais », sur www.le devoir.com, (consulté le ).
  42. Kyodo news et alamy, « Sans titre (photo commentée) », sur Alamy, (consulté le )
  43. Comité international olympique, « Le CIO annonce la composition des commissions de coordination de Tokyo 2020 et Buenos Aires 2018. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur olympic.org, (consulté le ).
  44. AFP/AP, « Accusé de plagiat, le logo des JO 2020 de Tokyo ne sera plus utilisé », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. AFP, « Accusé de plagiat, le Japon dévoile son nouveau logo pour les JO 2020 », Le HuffPost, (consulté le ).
  46. ichimatsu moyō (市松模様?, Lit. « motif d'Ichimatsu ») désigne un motif traditionnel de la culture japonaise créé par l'acteur de kabuki Sanogawa Ichimatsu (1722-1762) pensionnaire du Nakamura-za de Kyōto. Sanogawa portait souvent sur scène des kimono bleus et blancs recouverts de ce motif.
  47. AFP, « Accusé de plagiat, le Japon dévoile son nouveau logo pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020 », HuffPost, (consulté le ).
  48. « Tokyo 2020 dévoile une pré-sélection de mascottes olympiques », Europe 1, (consulté le ).
  49. (en) Casey Quackenbush, « Japan Picks Its Mascots for the Tokyo 2020 Olympics », Time, (consulté le )
  50. (en) Kyodo News, « Tokyo 2020 mascots chosen by kids, with design resembling games logo », (consulté le ).
  51. « Tokyo Olympics to start in July 2021 after coronavirus rescheduling », sur The Guardian, (consulté le )
  52. « Olympics on NBC through 2032 », Gannett Company,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  53. (en) « Fewer Russians Could Be a Windfall for U.S. Olympic Business » [archive du ], The New York Times, (consulté le )
  54. (en) Liam Morgan, « FINA back holding swimming finals in morning at Tokyo 2020 Olympics », Inside the Games (en),‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  55. (en) Michael Pavitt, « Tokyo 2020 swimming finals set for prime-time in United States as agreement reached to hold morning medal races », Inside the Games (en),‎ 192 septembre 2018 (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  56. « La Russie exclue des Jeux Olympiques et des Championnats du monde », L'Équipe, (consulté le ).
  57. « Mondial 2022 : la Russie pourra participer aux qualifications, mais pas à la phase finale », L'Équipe, (consulté le ).
  58. a et b « Les athlètes russes sous la bannière "ROC" aux JO de Tokyo et de Pékin », sur RTBF.be, .
  59. « Équipe Canada n’enverra pas d’athlètes aux Jeux d’été de 2020 en raison des risques liés à la COVID-19 », sur olympique.ca, COC, (consulté le ).
  60. AFP, « La Corée du Nord renonce aux Jeux olympiques », Le Monde, .
  61. (en) Karolos Grohmann et Toby Davis, « IOC reallocates North Korea's qualification spots for Tokyo Games », Reuters, (consulté le ).
  62. AFP, « La Guinée renonce aux JO de Tokyo à cause du coronavirus », L'Équipe, (consulté le ).
  63. Tokpanan Doré, « Urgent – JO de Tokyo : revirement de situation, les athlètes bougent ce soir (ministre) », guineenews.org, .
  64. Bangaly Steve Touré, « Exclusif. JO de Tokyo : la Guinée y participera finalement ! », Mediaguinee, .
  65. Liste de tous les athlètes
  66. C'est-à-dire Taïwan, cf. (en) « Chinese Taipei: The medal-winning Olympic nation you won't find on any maps », The New Zealand Herald, (consulté le ).
  67. Dopage : le sprinteur américain Christian Coleman suspendu deux ans
  68. Handball. Siraba Dembélé, capitaine des Bleues, blessée et forfait pour les JO de Tokyo
  69. Tokyo 2020 : le triple sauteur cubain Jordan Diaz fuit sa sélection et n'ira pas aux Jeux
  70. Jeux Olympiques - Nadal et Thiem absents, Del Potro devrait renoncer
  71. « De nouveau touché au genou, Roger Federer déclare forfait pour les JO de Tokyo », sur Eurosport, (consulté le )
  72. « Julian Alaphilippe renonce aux Jeux Olympiques », sur L'Équipe (consulté le )
  73. « Une chance inespérée pour les athlètes suspendus », lapresse.ca, 13 avril 2020.
  74. JO de Tokyo : quel bilan pour les "Jeux de la pandémie" ?
  75. Ces athlètes privés de JO à cause du Covid-19
  76. JO de Tokyo : quatre forfaits supplémentaires pour cause de Covid-19
  77. Sam Kendricks positif au Covid et forfait pour le concours de perche aux JO de Tokyo
  78. Tennis : Coco Gauff forfait pour Tokyo après un test positif au Covid-19
  79. le golfeur américain Bryson DeChambeau, positif au Covid-19, déclare forfait
  80. [
  81. Placé en protocole Covid, Beal déclare forfait pour les JO
  82. Candy Jacobs, skateuse positive au Covid et privée de JO : « Mon monde s'est effondré »
  83. Positif au Covid-19, le cycliste allemand Simon Geschke absent de la course sur route des JO de Tokyo
  84. «Они накосячили с девчонками» — белорусская легкоатлетка Тимановская заявила, что «очень крутое начальство» поставило ее на эстафету на Олимпиаде без ее ведома
  85. Из-за косяка чиновников (они включили дурака и не признают вину) у беларусов в Токио подвисла эстафета 4 по 400. В нее заявляют девушек совсем другого профиля – и это просто жесть
  86. « Belarus Olympics: Krystsina Tsimanouskaya refusing to fly home », sur BBC News, (consulté le )
  87. Sarah Bakaloglou, « La sprinteuse biélorusse Krystsina Tsimanouskaya se dit soulagée d'être en Pologne », sur rfi.fr, (consulté le )
  88. (en) « Olympic sport football », sur tokyo2020.jp, (consulté le ).
  89. « Jeux olympiques 2020: les marathons de Sapporo partiront et se termineront au Parc Odori », sur Le Soir, (consulté le ).
  90. Comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, « Sapporo Odori Park », sur Tokyo 2020, (consulté le ).
  91. « Le programme des jeux de l'olympiade »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur Olympic.org, .
  92. Présidé par Fujio Mitarai (président honoraire de la principale fédération japonaise d'organisations économiques, la Keidanren) et vice-présidé par Toshiro Muto (directeur général de Tokyo 2020) et composé de Tsuyoshi Akiyama (vice-gouverneur de Tokyo), Tsuyoshi Aoki (vice-président et secrétaire général du Comité Olympique japonais), Tomiaki Fukuda (président de la Fédération japonaise de lutte), Joichi Ozakai (directeur général de Association japonaise des sports) et Atsuko Toyama (ancien ministre de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie, MEXT).
  93. a et b « Proposition du COJO de Tokyo 2020 pour l'ajout de nouveaux sports – Rapport de la commission du programme olympique » [PDF], sur Olympic.org, .
  94. (en) Martyn Ziegler, Olympics: Wrestling fends off squash and baseball to earn 2020 return less than a year after being dropped, The Independent, .
  95. « Le Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 propose au CIO dix-huit épreuves supplémentaires dans cinq sports différents »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur tokyo2020.jp, (consulté le ).
  96. « Déclaration en faveur des nouveaux sports proposés par Tokyo 2020 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  97. « A Tokyo 2020, les Jeux s'offriront un coup de jeune », sur FrancsJeux, .
  98. AFP, « JO-2020 : des épreuves de baseball à Fukushima », Tribune de Genève, (consulté le ).
  99. a b c et d (en) « Programme de Tokyo 2020 : des épreuves plus jeunes, plus urbaines, avec davantage de femmes », sur Comité international olympique, .
  100. Romane Dicko « Je ne tiens déjà plus en place ! », lessportives.fr, 25 septembre 2021, par Tiffany Henne
  101. (en) « OFFICIAL PROGRAMME OF THE OLYMPIC GAMES TOKYO 2020 », sur olympic.org (consulté le )
  102. Le Monde, « JO de Tokyo 2021 : une mixité parfois en trompe-l’œil », Le Monde,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  103. « Décompte des Médailles Olympiques », sur olympics.com/tokyo-2020/
  104. a et b Bidders Want U.S. TV Rights Through 2020; Sochi Progress.
  105. (en) MIchael McCarthy, « NBC wins U.S. TV rights to four Olympic Games through 2020 », USA Today.
  106. a et b CIO, « Le CIO attribue les droits de diffusion des Jeux de 2018 à 2024 pour le Japon », sur www.olympics.com, (consulté le )
  107. a et b « La chaîne Canal+ cède les droits des Jeux Olympiques 2020 à Eurosport - JO 2020 - Médias », sur L'Équipe (consulté le )
  108. « JO de Tokyo 2020 : Canal+ vend ses droits à Eurosport », sur ozap.com (consulté le )
  109. Accord ARD/ZDF/Discovery autour des Jeux olympiques.
  110. Par Asif Hossain, « Radio-Canada nommé diffuseur officiel des Jeux olympiques jusqu’en 2024 », sur Site officiel du Comité olympique canadien | Équipe Canada | Jeux olympiques 2016, (consulté le ).
  111. a et b (en) « IOC awards TV rights in Germany, Korea, France », Forbes.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  112. a b c et d « Le CIO attribue les droits de diffusion (TV et autres plateformes) des Jeux Olympiques de 2018 à 2024 en Europe à Discovery et Eurosport », sur olympics.com, CIO, (consulté le ).
  113. (en) « IOC awards US broadcast rights for 2014, 2016, 2018 and 2020 Olympic Games to NBCUniversal », Olympic.org,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  114. « Accord avec Discovery : la SSR retransmettra les Jeux olympiques 2018 et 2020 », sur srgssr.ch (consulté le ).
  115. franceinfo avec AFP, « JO de Tokyo : la mort d'un troisième ouvrier relance le débat sur les conditions de travail », sur Franceinfo, (consulté le )

BibliographieModifier

  • Christian Kessler, « Les Jeux olympiques de Tokyo en 2021 : une nouvelle revanche du Japon sur l'histoire ? », Questions internationales, La Documentation française, numéro de mars-avril 2021, p. 11-115.
  • Christian Kessler, « Les Jeux olympiques de Tokyo », La Revue des ressources, septembre 2020.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier