Ouvrir le menu principal

Paris-Roubaix

compétition de cyclisme
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roubaix (homonymie).
Paris-Roubaix
Description de l'image Logo Paris-Roubaix.png.
Généralités
Sport Cyclisme sur route
Création 1896
Organisateur(s) ASO
Éditions 116 (en 2018)
Catégorie UCI World Tour
Type / Format Classique flandrienne
Périodicité Annuelle (avril)
Lieu(x) Drapeau de la France France
Participants 175 (en 2018)
Statut des participants Professionnel
Directeur Christian Prudhomme
Site web officiel www.paris-roubaix.fr

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Slovaquie Peter Sagan
Plus titré(s) Drapeau : Belgique Tom Boonen
Drapeau : Belgique Roger De Vlaeminck
(4 victoires)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la dernière compétition voir :
Paris-Roubaix 2018
Le vélodrome de Roubaix
Le vélodrome de Roubaix où ont lieu les 750 derniers mètres de la course

Paris-Roubaix est l'une des plus anciennes courses cyclistes, créée en 1896 par Théodore Vienne après l'ouverture du nouveau vélodrome de Roubaix. Cette classique flandrienne s'est disputée tous les ans jusqu'à nos jours, en mars ou en avril, interrompue seulement par les deux guerres mondiales. Depuis 1966, elle ne part plus de la région parisienne mais de Picardie : de Chantilly de 1966 à 1976 et de Compiègne, depuis 1977, avant de parcourir plus de deux cent cinquante kilomètres vers le nord.

Surnommée « l'enfer du Nord », « la dure des dures » comme le vantent les affiches de la 106e édition, « la Pascale » ou encore « la reine des classiques » voire « la plus belle des classiques », la course inclut plusieurs secteurs pavés, tel le décisif « Carrefour de l'Arbre », augmentant notablement les risques de chutes et de crevaison. La tranchée de Wallers-Arenberg, « découverte » par le régional Jean Stablinski en 1967, a failli coûter sa jambe à Johan Museeuw en 1998. Ses deux kilomètres sont « un rodéo où tout tremble ». Ce secteur pavé mythique, de son vrai nom la « Drève des Boules d'Hérin », ne figure toutefois pas au parcours en 2005 en raison d'effondrements souterrains ayant trop déformé la chaussée. Après sa restauration, cet authentique monument historique de la course a été réintégré au parcours en 2006.

D'autres secteurs, très étroits, ont été tracés entre les champs de betteraves et ils ne peuvent être empruntés qu'en file indienne. Quand l'épreuve se déroule sous la pluie, la boue ajoute à la difficulté et aux risques. Le vainqueur est non seulement un homme fort du peloton, mais il doit aussi être chanceux et bien soutenu par ses équipiers.

La course est très prestigieuse, comme le confirme la présence, dans le palmarès ci-dessous, du premier vainqueur du Tour de France, Maurice Garin (1897, 1898), des célèbres Fausto Coppi (1950) et Louison Bobet (1956), et de deux quintuples vainqueurs du Tour, Eddy Merckx (1968, 1970, 1973) et Bernard Hinault (1981) qui à l'arrivée lâche « Paris-Roubaix est une connerie ». Le record de victoires est détenu avec quatre succès par les Belges Roger De Vlaeminck, (1972, 1974, 1975 et 1977) et Tom Boonen, (2005, 2008, 2009 et 2012). Le record de victoires consécutives est partagé par le Français Octave Lapize (1909, 1910 et 1911) et l'Italien Francesco Moser (1978, 1979, 1980).

Cette classique, autrefois inscrite au calendrier de la Coupe du monde puis du ProTour, fait désormais partie de l'UCI World Tour. Cette course a été élevée au rang de Monument du cyclisme au même titre que Milan-San Remo, le Tour des Flandres, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie. Le vainqueur reçoit un trophée constitué d'un véritable pavé.

Sommaire

HistoireModifier

Genèse de Paris-RoubaixModifier

 
Action de la Société Anonyme du Vélodrome de Roubaix en date du 3. Mars 1899

Au début de l'année 1895, Théodore Vienne et Maurice Pérez, deux filateurs roubaisiens décident d'édifier un vélodrome à proximité du parc Barbieux, sur un terrain situé sur le territoire de la commune de Croix, à l'angle de la rue d'Hempempont et de la rue Verte. Le parc Barbieux, à cheval sur les communes de Roubaix et de Croix, est à l'époque un lieu prisé des sportmen et jouit de la réputation de plus beau parc du nord de la France. Il a également l'avantage d'être desservi par le Mongy et d'être situé à proximité de la gare de Croix - Wasquehal[1].

Sous la direction de l'architecte Dupire, les travaux débutent en avril 1895 et s'achèvent dès la fin du mois suivant. Le Vélodrome roubaisien, doté d'une piste en ciment d'une longueur de 333,33 m, est inauguré le dimanche avec une compétition composée de sept épreuves, devant plusieurs milliers de spectateurs. Durant les années suivantes, il voit s'affronter les meilleurs pistards de l'époque[2].

En cette fin de XIXe siècle, le calendrier des compétitions sur route est moins dense que sur piste. Paris-Brest-Paris et Bordeaux-Paris sont les courses les plus réputées. En février 1896, Vienne et Pérez ont l'idée de créer une course qui partirait de Paris pour arriver dans leur nouveau vélodrome[3]. Ils obtiennent le soutien du Vélo et de son directeur de l'époque, Paul Rousseau, en lui envoyant la lettre suivante :

« Cher Monsieur Rousseau,
Bordeaux-Paris approche, la grande épreuve annuelle a tant fait pour la propagande cycliste qu'il nous ait venu une idée. Que penseriez-vous d'une course d'entraînement précédant Bordeaux-Paris de quatre semaines ?
Paris-Roubaix présente un parcours de 280 kilomètres environ, ce serait donc un jeu d'enfant pour les futurs participants de Bordeaux-Paris. L'arrivée s'effectuerait au Vélodrome Roubaisien par quelques tours de piste. L'accueil fait à tous sera enthousiaste, d'autant plus que nos concitoyens n'ont jamais eu le spectacle d'une grande course sur route, à ce sujet du reste nous comptons assez d'amis pour croire que Roubaix est véritablement une ville hospitalière.
Comme prix nous inscrivons d'ores et déjà un premier prix de 1000 francs au nom du Vélodrome Roubaisien et allons nous occuper de le faire suivre d'une respectable série d'autres prix pour donner satisfaction à tous. Comme date, nous croyons que le 3 mai conviendrait parfaitement car les coureurs de Bordeaux-Paris seront déjà en bonne forme à cette date et il leur restera trois semaines jusqu'à la grande épreuve pour se remettre.
Et maintenant pouvons-nous compter sur le patronage du Vélo et sur votre concours pour l'organisation, le départ , etc.? Si oui, annoncez de suite notre great event et ouvrez dans vos colonnes la liste des engagements.
Veuillez agréer nos amicales salutations. »

L'organisation de la course est ainsi confiée au Vélo et au principal rédacteur de sa rubrique cycliste, Victor Breyer. Celui-ci est d'abord chargé de reconnaître la course. Il effectue une première partie du trajet, jusqu'à Amiens, dans une Panhard 6CV, puis s'élance le lendemain à bicyclette en direction de Roubaix. Épuisé après une journée passée sur les routes pavées et sous la pluie, Breyer envoie à Minart une missive lui demandant d'annuler ce « projet diabolique », qu'il considère comme dangereux pour les coureurs[4].

Des membres du clergé expriment également leur opposition à la course. Prévue pour le dimanche de Pâques, elle empêcherait coureurs et spectateurs d'assister à l'office. Vienne annonce la célébration d'une messe à la chapelle de la famille d'Orléans, près du lieu de départ. L'heure matinale de la course empêchera finalement la tenue de cet office[5].

Les premiers participants arrivent la veille de la course à la Brasserie de l'Espérance. Seuls la moitié des inscrits sont présents : 51 coureurs dont 45 professionnels signent la feuille de départ le matin du , au café Gillet près du bois de Boulogne, et s'élancent de la porte Maillot lorsque le directeur du Vélo, Paul Rousseau, donne le départ[6].

1896-1914Modifier

 
Le premier Paris-Roubaix. Le vainqueur est au-dessus du tampon du photographe (noms rapportés).
 
Josef Fischer, le gagnant 1896.

Cette première édition est remportée en solitaire par l'Allemand Josef Fischer. Il met plus de 9 heures pour parcourir les 280 km de course, passant par Beauvais (Oise), Amiens, Doullens (Somme) où se trouve la principale difficulté, Arras, Hénin-Liétard (Pas-de-Calais), Seclin, Lesquin, Hem (Nord)[7]. Ce parcours ne subit que peu de modifications durant les années suivantes. En 1906, le secteur de Hénin-Liétard-Carvin est contourné par Douai. À la suite de la catastrophe de Courrières, les mineurs de la région sont en grève et l'organisation craint pour la sécurité des coureurs[8]. Ce détour sera conservé lors des trois éditions suivantes en raison de l'accueil enthousiaste réservé à la course à Douai[9]. Le lieu d'arrivée reste le vélodrome jusqu'en 1914. Le départ change en revanche d'emplacement. En 1898, le préfet de police de Paris refuse que la course parte de la capitale en raison des embouteillages[10]. Jusqu'en 1913, la course démarre à Chatou, dans le département de Seine-et-Oise. L'édition 1901 est néanmoins l'occasion d'un dernier départ de la porte Maillot.

L'édition de 1898 est également celle d'un changement de formule. Afin d'enrayer la diminution du nombre d'engagés, les organisateurs autorisent l'entraînement des coureurs, y compris par des motocyclistes et automobilistes. En outre, une course motocycliste est organisée simultanément. Maurice Garin signe à cette occasion son deuxième succès et ne rejoint l'arrivée qu'avec trois quarts d'heure de retard sur le vainqueur de la course motocycliste[11]. La présence d'entraîneurs motorisés n'empêche pas la baisse de la participation (32 coureurs en 1899, 19 en 1900[12]), mais attire des pistards. Ce sont ainsi deux stayers, Albert Champion et Émile Bouhours, qui s'imposent lors des deux éditions suivantes[13], Bouhours battant le record. Maurice Garin obtient cette année-là son quatrième et dernier podium, malgré son refus d'effectuer les tours de vélodrome à l'arrivée[14].

 
Paris-Roubaix 1900

Plusieurs changements interviennent en 1901, afin de raviver l'intérêt de la course. L'entraînement motorisé est abandonné pour différencier davantage Paris-Roubaix de Bordeaux-Paris et éviter que ne se produisent de nouveaux accidents causés par les motos. Les entraîneurs humains restent autorisés (tandems, triplettes). L'organisation est confiée au nouveau quotidien L'Auto-Vélo, qui deviendra L'Auto, et le départ revient à la porte Maillot. Cette édition retrouve le succès, avec 60 participants[15]. Les entraîneurs sont abandonnés une première fois en 1904, de nouveau autorisés en 1905 puis progressivement interdits, d'abord pour la fin du parcours à partir de Beauvais en 1908[16] et définitivement en 1910[17]. Ces années voient le développement des groupes cyclistes constitués par les constructeurs. Les plus importants (Peugeot, Alcyon, La Française) sont capables de rassembler plusieurs prétendants à la victoire et pèseront sur le déroulement de la compétition[18].

Le palmarès de cette période de 1896 à 1914 est dominé par les coureurs français, qui gagnent 14 des 19 éditions[Note 1]. Cette hégémonie est expliquée par l'« importance du secteur professionnel français » et la participation limitée des coureurs étrangers, soit par manque de moyens de transport, soit en raison de la prévalence du cyclisme sur piste dans certains pays (les courses sur route sont notamment interdites en Allemagne, en Angleterre, aux Pays-Bas)[19].

Les coureurs emblématiques de cette époque sont Maurice Garin, double vainqueur (1897, 1898) et qui remportera le premier Tour de France en 1903, Octave Lapize, premier coureur parvenant à s'imposer trois fois sur Paris-Roubaix. Il gagne pour la première fois en 1909 alors qu'il est inconnu et remporte les deux éditions suivantes, ainsi que le Tour de France 1910. Enfin Charles Crupelandt demeure le seul lauréat roubaisien. Un tronçon pavé inauguré en 1996 à Roubaix porte son nom.

1919-1939Modifier

 
Gaston Rebry lors du Tour de France 1929

Après cinq ans d'interruption, Paris-Roubaix est de nouveau disputé le . Le peloton respecte une minute de silence au départ en hommage aux victimes de la guerre dont Lapize et Faber, morts au combat. Les principales figures de la course ont en outre mis fin à leur carrière, de sorte que le peloton est fortement modifié. L'itinéraire subit également les conséquences de la guerre. La fin du parcours est impraticable en raison notamment des bombardements et contraint la course à passer par Saint-Pol-sur-Ternoise et Béthune après Doullens[20]. Constatant la désolation de la région, le journaliste Victor Breyer écrit alors : «  Ici, c’est vraiment l’Enfer du Nord »[21].

Surtout, le vélodrome n'est plus en état d'accueillir l'arrivée. La piste en bois a notamment disparu. Les organisateurs doivent trouver un nouveau lieu d'arrivée. Il s'agit d'abord de l'avenue de Jussieu puis du stadium Jean-Dubrulle. À partir de 1922 et jusqu'en 1939, la course se conclut sur l'avenue des Villas qui devient avenue Gustave-Delory en 1937[22]. Trois éditions font exception : la ligne d'arrivée est placée au stade Amédée-Prouvost de Wattrelos en 1929, et à l'hippodrome des Flandres de Marcq-en-Barœul en 1935 et 1936[23] afin de percevoir les recettes du public placé en tribune[24].

Le palmarès de l'entre-deux-guerres est dominé par les coureurs belges. Ils remportent 15 des 21 éditions et occupent une grande partie des places d'honneur[Note 2]. Cette domination peut être expliquée par des facteurs culturels, géographiques et techniques. Paris-Roubaix est, avec le Tour des Flandres, la principale course de la saison. La bicyclette est un moyen de transport prisé en Belgique, en raison « de sa faible superficie et de sa densité urbaine ». Enfin, contrairement à la France qui modernise ses routes, le réseau belge est essentiellement constitué de « routes étroites et pavées »[25]. Gaston Rebry, triple vainqueur belge, est le premier coureur à recevoir le surnom de « Monsieur Paris-Roubaix » et exprime la force de ses compatriotes sur la course : « Ça est jour de kermesse pour nous aujourd'hui »[26]. Malgré la domination belge, le premier doublé Paris-Roubaix-Tour des Flandres est réalisé par le Suisse Heiri Suter en 1923[27]. Les coureurs italiens sont présents dès 1920. Malgré la présence de leurs meilleurs champions de l'époque (Costante Girardengo, Ottavio Bottecchia, Alfredo Binda)[28], ce n'est qu'en 1937 que Jules Rossi devient le premier vainqueur italien de Paris-Roubaix.

Paris-Roubaix pendant la Seconde Guerre mondialeModifier

La France entre en guerre en septembre 1939. Après des mois de « drôle de guerre », les forces allemandes lancent une offensive contre les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France le . Roubaix est occupée par les forces allemandes le .

Aucune course cycliste n'est disputée dans le Nord durant l'année. L'Auto tente d'organiser Paris-Roubaix mais la situation de Roubaix en zone des armées empêche d'y faire arriver la course. Une inversion du parcours est proposée, de Roubaix à Paris, mais se heurte au refus du Préfet de la Somme et du Grand Quartier Général. Un « Paris-Roubaix de guerre » a tout de même lieu sous le nom de Trophée Duralumin entre Le Mans et Paris. Rassemblant 63 coureurs dont seulement deux étrangers[29], il est remporté par Joseph Soffietti au Parc des Princes. En 1941 et 1942, le parcours originel ne peut pas être emprunté en raison du découpage de la France occupée - le Nord et le Pas-de-Calais sont dans la zone d'Administration militaire de la Belgique et du Nord - et l'existence d'une frontière sur la Somme délimitant la zone de peuplement allemand. C'est entre Paris et Reims que se court l'« ersatz de Paris-Roubaix » qui voit les victoires de Jules Rossi et Émile Idée[30].

En 1943, l'Auto obtient l'autorisation d'organiser la course entre Paris et Roubaix[31]. La compétition reprend son cours. À la Libération, le journal est interdit. Il est remplacé en 1946 par L'Équipe qui prend les rênes de Paris-Roubaix.

L'« Ère des seigneurs »Modifier

Disparition et sauvegarde des pavésModifier

À l'origine, les routes pavées ne constituent pas une spécificité de Paris-Roubaix. Durant les premières décennies, elles représentent une soixantaine de kilomètres du parcours : une quarantaine de kilomètres ininterrompus entre Hénin-Liétard et Roubaix, et une vingtaine dans les principales villes traversées. Les voies restantes sont encore en terre, sauf de rares secteurs déjà bitumés. Paris-Roubaix est alors davantage caractérisée par sa distance, plus courte que celle des classiques de l'époque, ce qui la rend plus nerveuse[32].

 
La Trouée d'Arenberg

Le bitume commence son apparition massive durant l'entre-deux-guerres. Un premier tronçon pavé est recouvert en 1939, entre Forest-sur-Marque et Hem. Cette évolution est alors considérée comme un progrès : « Dans six ans, toutes les routes de Paris-Roubaix seront modernisées », prédit un responsable des Ponts et chaussées. Après un arrêt pendant l'invasion allemande, la pose d'enrobé reprend dans les années 1940. Le nombre de kilomètres pavés tombe à 31 en 1955, et atteint son minimum en 1965 avec 22 km.

La difficulté de la course se déprécie. Par conséquent, les arrivées au sprint sont de plus en plus nombreuses, et la vitesse s'accroît. Les Paris-Roubaix les plus rapides sont ainsi disputés durant cette période. Rik Van Steenbergen en 1948[33] puis Peter Post en 1964 battent successivement le record de vitesse de la course et décrochent à l'occasion le Ruban jaune. Le record de 45,129 km/h établi par Post résistera jusqu'en 2017 quand une nouvelle marque sera établie à 45,204 km/h par Greg Van Avermaet[34].

Dès 1955, la parcours subit quelques modifications et s'allonge de vingt kilomètres en explorant le Pévèle afin de trouver de nouveaux secteurs. Des côtes pavées sont notamment trouvées à Mons-en-Pévèle : la côte de Moncheaux, puis le Caouin et le pas Roland, qui sont goudronnés l'un après l'autre[35]. En 1966, le parcours de Paris-Roubaix est modifié en profondeur. Le départ est situé à Chantilly et l'ensemble du nouveau tracé est déplacé vers l'est où se trouvent de nouvelles portions pavées[36]. La première d'entre elles est située à Hornaing, d'autres à Ferrain, Rieulay, Flines-les-Raches. Elles permettent de porter le total des routes pavées à une quarantaine de kilomètres[37]. À la demande de Jacques Goddet, la recherche de secteurs pavés se poursuit, notamment après le goudronnage du pas Roland en 1967[38]. En 1968, Jean Stablinski fait découvrir à Albert Bouvet une route pavée qui deviendra un lieu emblématique de Paris-Roubaix : la tranchée de Wallers-Aremberg[36].

Internationalisation et spécialisation des coureursModifier

Avec la création de la Coupe du monde de cyclisme sur route en 1989, l'élite du cyclisme international se segmente entre les coureurs spécialistes des classiques et les spécialistes des courses par étapes. Ainsi Miguel Indurain et Lance Armstrong, respectivement quintuple et ancien septuple vainqueurs du Tour de France durant les années 1990 et 2000, sont absents de Paris-Roubaix ainsi que d'autres épreuves majeures du début de saison[39]. Une segmentation se crée également parmi les coureurs de classiques, notamment entre spécialistes de courses dites « flandriennes » et de courses dites « ardennaises ». Paolo Bettini, triple vainqueur de la coupe du monde, n'a par exemple jamais participé à Paris-Roubaix[40].

Parmi les spécialistes des courses « flandriennes », la puissante équipe Mapei, capable d'aligner des équipes distinctes sur les classiques et sur les grands tours, domine Paris-Roubaix à la fin des années 1990 avec cinq victoires dont trois triplés (1996, 1998 et 1999) et avec l'un des coureurs emblématiques de cette course, vainqueur à trois reprises, Johan Museeuw. Le directeur sportif de l'équipe Patrick Lefevere, qui recevra le surnom d'« autre Monsieur Paris-Roubaix », prolonge cette domination dans les années 2000 avec les équipes Domo-Farm Frites (deux succès dont un nouveau triplé en 2001) et Quick Step (quatre succès avec Tom Boonen en 2005, 2008, 2009 et 2012).

UCI ProTour et Calendrier mondialModifier

 
Tom Boonen, quadruple vainqueur, ici lors de sa quatrième victoire en 2012.

En 2005, l'UCI met en œuvre une réforme du cyclisme sur route. Les épreuves du calendrier de l'UCI sont réparties sur cinq circuits continentaux, à l'exception des courses majeures qui forment l'UCI ProTour et auxquelles sont tenues de participer les meilleures équipes. Paris-Roubaix fait partie de ce calendrier en 2005 et 2006. Cette réforme est cependant l'objet de désaccords entre l'UCI et des principaux organisateurs de courses dont ASO, organisateur de Paris-Roubaix. Ainsi en 2007 ASO s'affranchit de la règle exigeant la présence des équipes ProTour sur les épreuves du calendrier en refusant l'équipe Unibet.com[41]. L'année suivante, les organisateurs retirent leurs courses du ProTour. Paris-Roubaix fait partie du calendrier de l'UCI sans délivrer de point pour le ProTour ni pour l'UCI Europe Tour. En 2009, l'UCI crée un nouveau calendrier mondial, comprenant le ProTour et un calendrier historique dont fait partie Paris-Roubaix. En 2011, la course intègre l'UCI World Tour.

L'édition 2018, remportée par le champion du monde Peter Sagan (une première depuis Bernard Hinault en 1981), est marquée par la mort du Belge Michael Goolaerts, victime d'un arrêt cardiaque.

ParcoursModifier

L'ancien parcours (1896-1965)Modifier

Les 63 premières éditions de Paris-Roubaix, de 1896 à 1965, se sont déroulées sur des parcours similaires. Partant de Paris ou de sa banlieue (Chatou et Saint-Denis notamment), la course passait par Pontoise, Beauvais, Amiens, Doullens, Arras, Hénin-Liétard, puis arrivait à Roubaix en contournant Lille par Seclin, Lesquin, Hem. Les principales entorses à ce tracé sont le détour par Douai de 1906 à 1909, dû à la volonté des organisateurs d'éviter Hénin-Liétard-Carvin à la suite de la catastrophe de Courrières, et le passage par Saint-Pol-sur-Ternoise et Béthune après Doullens en 1919, les routes habituelles étant impraticables au sortir de la guerre[42].

La première difficulté était une côte située à Cormeilles[43] au sommet de laquelle une prime de 1 000 ou 2 000 francs était attribuée au coureur passant en tête[44]. Le lieu emblématique de Paris-Roubaix à cette époque est la côte de Doullens dans la Somme. Elle a joué un rôle important dans la course durant les premières décennies et était considérée comme le premier « juge de paix ». Elle est située sur la route nationale 25 à la sortie de Doullens et mène au hameau de Beaurepaire. Longue de 2 500 m, elle était exposée au vent ce qui provoquait la formation de bordures au sein du peloton.

La suite de la course empruntait des routes pavées, dont notamment des secteurs stratégiques à Arras et Hénin-Carvin. Lorsque ces secteurs ont commencé à disparaître, de nouvelles routes ont été recherchées dans le Pévèle à partir de 1955. Plusieurs côtes pavées sont ainsi dénichées à Mons-en-Pévèle : les côtes de Moncheaux et de Mons, puis le Caouin en 1958 et le pas Roland[45]. La poursuite de la modernisation des routes, y compris de ces secteurs, conduit à l'adoption d'un nouveau parcours en 1966.

 
Le pavé emblème de la 100e édition du Paris-Roubaix

Principales difficultés[Note 3]Modifier

Secteur Localisation Longueur Difficulté
19 Trouée d'Arenberg 2 400 m 05      
11 Mons-en-Pévèle 3 000 m 05      
4 Carrefour de l'Arbre 2 100 m 05      
26 Quiévy > Saint-Python 3 700 m 04     
20 Haveluy > Wallers 2 500 m 04     
17 Hornaing > Wandignies-Hamage 3 700 m 04     
15 Tilloy-lez-Marchiennes > Sars-et-Rosières 2 400 m 04     
12 Auchy-lez-Orchies > Bersée 2 600 m 04     
7 Cysoing > Bourghelles 1 300 m 04     
5 Camphin-en-Pévèle 1 800 m 04     

PalmarèsModifier

Article détaillé : Palmarès de Paris-Roubaix.
Année Vainqueur Deuxième Troisième
1896   Josef Fischer   Charles Meyer   Maurice Garin[Note 4]
1897   Maurice Garin[Note 4]   Mathieu Cordang   Michel Frederick
1898   Maurice Garin[Note 4]   Auguste Stephane   Édouard Wattelier
1899   Albert Champion   Paul Bor   Ambroise Garin
1900   Émile Bouhours   Josef Fischer   Maurice Garin[Note 4]
1901   Lucien Lesna   Ambroise Garin   Lucien Itsweire
1902   Lucien Lesna   Édouard Wattelier   Ambroise Garin
1903   Hippolyte Aucouturier   Claude Chapperon   Louis Trousselier
1904   Hippolyte Aucouturier   César Garin   Lucien Pothier
1905   Louis Trousselier   René Pottier   Henri Cornet
1906   Henri Cornet   Marcel Cadolle   René Pottier
1907   Georges Passerieu   Cyrille Van Hauwaert   Louis Trousselier
1908   Cyrille Van Hauwaert   Georges Lorgeou   François Faber
1909   Octave Lapize   Louis Trousselier   Jules Masselis
1910   Octave Lapize   Cyrille Van Hauwaert   Eugène Christophe
1911   Octave Lapize   André Charpiot   Cyrille Van Hauwaert
1912   Charles Crupelandt   Gustave Garrigou   Maurice Leturgie
1913   François Faber   Charles Deruyter   Charles Crupelandt
1914   Charles Crupelandt   Louis Luguet   Louis Mottiat
1915-1918 Non disputé à cause de la Première Guerre mondiale
1919   Henri Pélissier   Philippe Thys   Honoré Barthélémy
1920   Paul Deman   Eugène Christophe   Lucien Buysse
1921   Henri Pélissier   Francis Pélissier   Léon Scieur
1922   Albert Dejonghe   Jean Rossius   Émile Masson
1923   Henri Suter   René Vermandel   Félix Sellier
1924   Jules Van Hevel   Maurice Ville   Félix Sellier
1925   Félix Sellier   Pietro Bestetti   Jules Van Hevel
1926   Julien Delbecque   Gustave Van Slembrouck   Gaston Rebry
1927   Georges Ronsse   Joseph Curtel   Charles Pélissier
1928   André Leducq   Georges Ronsse   Charles Meunier
1929   Charles Meunier   Georges Ronsse   Aimé Deolet
1930   Julien Vervaecke   Jean Maréchal   Antonin Magne
1931   Gaston Rebry   Charles Pélissier   Émile Decroix
1932   Romain Gijssels   Georges Ronsse   Herbert Sieronski
1933   Sylvère Maes   Julien Vervaecke   Léon Le Calvez
1934   Gaston Rebry   Jean Wauters   Frans Bonduel
1935   Gaston Rebry   André Leducq   Jean Aerts
1936   Georges Speicher   Romain Maes   Gaston Rebry
1937   Jules Rossi   Albert Hendrickx   Noël Declercq
1938   Lucien Storme   Louis Hardiquest   Marcel Van Houtte
1939   Émile Masson   Marcel Kint   Roger Lapebie
1940-1942 Non disputé à cause de la Seconde Guerre mondiale
1943   Marcel Kint   Jules Lowie   Louis Thiétard
1944   Maurice Desimpelaere   Jules Rossi   Louis Thiétard
1945   Paul Maye   Lucien Teisseire   Kléber Piot
1946   Georges Claes   Louis Gauthier   Lucien Vlaeminck
1947   Georges Claes   Adolf Verschueren   Louis Thiétard
1948   Rik Van Steenbergen   Émile Idée   Georges Claes
1949   Serse Coppi et   André Mahé[Note 5].   Frans Leenen
1950   Fausto Coppi   Maurice Diot   Fiorenzo Magni
1951   Antonio Bevilacqua   Louison Bobet   Rik Van Steenbergen
1952   Rik Van Steenbergen   Fausto Coppi   André Mahé
1953   Germain Derycke   Donato Piazza   Wout Wagtmans
1954   Raymond Impanis   Stan Ockers   Marcel Rijckaert
1955   Jean Forestier   Fausto Coppi   Louison Bobet
1956   Louison Bobet   Alfred De Bruyne   Jean Forestier
1957   Alfred De Bruyne   Rik Van Steenbergen   Leon Van Daele
1958   Leon Van Daele   Miguel Poblet   Rik Van Looy
1959   Noël Foré   Gilbert Desmet   Marcel Janssens
1960   Pino Cerami   Tino Sabbadini   Miguel Poblet
1961   Rik Van Looy   Marcel Janssens   René Vanderveken
1962   Rik Van Looy   Emile Daems   Frans Schoubben
1963   Emile Daems   Rik Van Looy   Jan Janssen
1964   Peter Post   Benoni Beheyt   Yvo Molenaers
1965   Rik Van Looy   Edward Sels   Willy Vannitsen
1966   Felice Gimondi   Jan Janssen   Gustaaf De Smet
1967   Jan Janssen   Rik Van Looy   Rudi Altig
1968   Eddy Merckx   Herman Van Springel   Walter Godefroot
1969   Walter Godefroot   Eddy Merckx   Willy Vekemans
1970   Eddy Merckx   Roger De Vlaeminck   Eric Leman
1971   Roger Rosiers   Herman Van Springel   Marino Basso
1972   Roger De Vlaeminck   André Dierickx   Barry Hoban
1973   Eddy Merckx   Walter Godefroot   Roger Rosiers
1974   Roger De Vlaeminck   Francesco Moser   Marc Demeyer
1975   Roger De Vlaeminck   Eddy Merckx   André Dierickx
1976   Marc Demeyer   Francesco Moser   Roger De Vlaeminck
1977   Roger De Vlaeminck   Willy Teirlinck   Freddy Maertens
1978   Francesco Moser   Roger De Vlaeminck   Jan Raas
1979   Francesco Moser   Roger De Vlaeminck   Hennie Kuiper
1980   Francesco Moser   Gilbert Duclos-Lassalle   Dietrich Thurau
1981   Bernard Hinault   Roger De Vlaeminck   Francesco Moser
1982   Jan Raas   Yvon Bertin   Gregor Braun
1983   Hennie Kuiper   Gilbert Duclos-Lassalle   Francesco Moser
1984   Seán Kelly   Rudy Rogiers   Alain Bondue
1985   Marc Madiot   Bruno Wojtinek   Seán Kelly
1986   Seán Kelly   Rudy Dhaenens   Adrie van der Poel
1987   Eric Vanderaerden   Patrick Versluys   Rudy Dhaenens
1988   Dirk Demol   Thomas Wegmüller   Laurent Fignon
1989   Jean-Marie Wampers   Dirk De Wolf   Edwig Van Hooydonck
1990   Eddy Planckaert   Steve Bauer   Edwig Van Hooydonck
1991   Marc Madiot   Jean-Claude Colotti   Carlo Bomans
1992   Gilbert Duclos-Lassalle   Olaf Ludwig   Johan Capiot
1993   Gilbert Duclos-Lassalle   Franco Ballerini   Olaf Ludwig
1994   Andreï Tchmil   Fabio Baldato   Franco Ballerini
1995   Franco Ballerini   Andreï Tchmil   Johan Museeuw
1996   Johan Museeuw   Gianluca Bortolami   Andrea Tafi
1997   Frédéric Guesdon   Jo Planckaert   Johan Museeuw
1998   Franco Ballerini   Andrea Tafi   Wilfried Peeters
1999   Andrea Tafi   Wilfried Peeters   Tom Steels
2000   Johan Museeuw   Peter Van Petegem   Erik Zabel
2001   Servais Knaven   Johan Museeuw   Romāns Vainšteins
2002   Johan Museeuw   Steffen Wesemann   Tom Boonen
2003   Peter Van Petegem   Dario Pieri   Viatcheslav Ekimov
2004   Magnus Bäckstedt   Tristan Hoffman   Roger Hammond
2005   Tom Boonen Non attribué[Note 6]   Juan Antonio Flecha
2006   Fabian Cancellara   Tom Boonen   Alessandro Ballan
2007   Stuart O'Grady   Juan Antonio Flecha   Steffen Wesemann
2008   Tom Boonen   Fabian Cancellara   Alessandro Ballan
2009   Tom Boonen   Filippo Pozzato   Thor Hushovd
2010   Fabian Cancellara   Thor Hushovd   Juan Antonio Flecha
2011   Johan Vansummeren   Fabian Cancellara   Maarten Tjallingii
2012   Tom Boonen   Sébastien Turgot   Alessandro Ballan
2013   Fabian Cancellara   Sep Vanmarcke   Niki Terpstra
2014   Niki Terpstra   John Degenkolb   Fabian Cancellara
2015   John Degenkolb   Zdeněk Štybar   Greg Van Avermaet
2016   Mathew Hayman   Tom Boonen   Ian Stannard
2017   Greg Van Avermaet   Zdeněk Štybar   Sebastian Langeveld
2018   Peter Sagan   Silvan Dillier   Niki Terpstra
Maurice Garin au Paris-Roubaix 1897...
...et lors de l'édition 1898.
 
Podium de l'édition 2015 de Paris-Roubaix : Zdeněk Štybar (2e), John Degenkolb (1er) et Greg Van Avermaet (3e).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les seuls vainqueurs étrangers de cette période étant l'Allemand Josef Fischer (1896), l'Italien Maurice Garin (1897 et 1898), le Belge Cyrille Van Hauwaert (1908) et le Luxembourgeois François Faber (1913).
  2. Ils sont ainsi neuf parmi les dix premiers en 1938.
  3. Pour l'édition 2014.
  4. a b c et d Né Italien, Garin obtient la nationalité française en décembre 1901, voir l'article Maurice Garin.
  5. En entrant sur le vélodrome, André Mahé avait été dirigé dans la mauvaise direction avant de franchir la ligne en tête, tandis que Serse Coppi avait suivi le bon tracé. Les deux cyclistes ont été déclarés vainqueurs.
  6. George Hincapie, initialement deuxième, a été déclassé par l'UCI.

RéférencesModifier

  1. Sergent 1991, p. 13
  2. Sergent 1991, p. 13-16
  3. Sergent 1991, p. 16-17
  4. Sergent 1991, p. 17-18
  5. Sergent 1991, p. 18
  6. Sergent 1991, p. 19
  7. Sergent 1991, p. 20-24
  8. Sergent 1991, p. 76-77
  9. Sergent 1991, p. 88
  10. Sergent 1991, p. 31
  11. Sergent 1991, p. 31-34
  12. Sergent 1991, p. 39
  13. Sergent 1991, p. 35
  14. Sergent 1991, p. 40
  15. Sergent 1991, p. 41
  16. Sergent 1991, p. 99
  17. Sergent 1991, p. 110
  18. Sergent 1991, p. 87
  19. Dorvillé, p. 113
  20. Sergent 1991, p. 136-137
  21. Philippe Bordas, Forcenés, Fayard, , p. 80
  22. Sergent 1991, p. 197
  23. Bouvet 2006, p. 134
  24. Sergent 1991, p. 168
  25. Dorvillé, p. 113-114
  26. Sergent 1991, p. 174-175
  27. Sergent 1991, p. 153
  28. Sergent 1991, p. 140, 156
  29. Bobet 2007, p. 32
  30. Sergent 1991, p. 12-14
  31. Sergent 1991, p. 15
  32. Bouvet 2006, p. 40
  33. Sergent 1991, p. 32
  34. « Le Paris-Roubaix le plus rapide de l'histoire », L'Équipe,‎ (ISSN 0153-1069, lire en ligne)
  35. Bouvet 2006, p. 55
  36. a et b Sergent 1991, p. 142
  37. Sergent 1991, p. 130
  38. Bouvet 2006, p. 42, 56
  39. Fleuriel, p. 115
  40. « Paolo, Patrik et les autres... », sur cyclismag.com, (consulté le 25 mars 2009)
  41. « Unibet.com ignored for Paris-Roubaix », sur cyclingnews.com, (consulté le 14 mars 2009)
  42. Sergent 1991, p. 137
  43. Sergent 1991, p. 173
  44. Sergent 1991, p. 175, 184
  45. Bouvet 2006, p. 55-56

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Gérard Ejnès (dir.), Jacques Hennaux (dir.), Serge Laget (dir.) et Philippe Bouvet, Paris-Roubaix : une journée en enfer, L'Équipe, , 223 p. (ISBN 2-915535-21-3)
  • Pascal Sergent, Paris-Roubaix. Tome I, 1896-1939 : chronique d'une légende, Roubaix, Véloclub de Roubaix, , 243 p. (notice BnF no FRBNF36158492)
  • Pascal Sergent, Paris-Roubaix. Tome II, 1943-1990 : chronique d'une légende, Roubaix, Véloclub de Roubaix, , 314 p. (notice BnF no FRBNF36162392)
  • Sébastien Fleuriel, Corinne Delmas et Christian Dorvillé, 100 Paris-Roubaix : Patrimoine d'un siècle, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, , 231 p. (ISBN 2859397582)
  • Jean-Yves Grégoire, De Paris à Roubaix par les pavés, Rando Editions, (ISBN 978-2-84182-369-7)
  • Jean Bobet, Le vélo à l'heure allemande, La Table ronde, , 219 p. (ISBN 978-2-7103-2983-1)  

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier