Max Verstappen

pilote automobile néerlandais

Max Verstappen
Description de cette image, également commentée ci-après
Max Verstappen en 2017.
Biographie
Nom complet Max Emilian Verstappen
Surnom Mad Max, Super Max
Date de naissance (25 ans)
Lieu de naissance Hasselt, Flandre (Belgique)
Nationalité Drapeau des Pays-Bas Néerlandais
Drapeau de la Belgique Belge
Nationalité sportive Drapeau des Pays-Bas Néerlandais
Site web www.verstappen.nl
Carrière
Années d'activité Depuis 2014
Qualité Pilote automobile
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
2015-2016 Toro Rosso23 (0)
2016- Red Bull140 (35)
Statistiques
Numéro permanent 33
Nombre de courses 163
Pole positions 20
Meilleurs tours en course 21
Podiums 77
Victoires 35
Champion du monde 2021, 2022

Max Verstappen (prononcé : /mɑks vɛrˈstɑpə(n)/) né le à Hasselt, est un pilote automobile néerlandais, double champion du monde de Formule 1 en 2021 et 2022. Fils de l'ancien pilote Jos Verstappen, il fait ses débuts en Formule 1 en 2015, au sein de la Scuderia Toro Rosso. Il est à 17 ans et 166 jours, le plus jeune pilote de l'histoire à prendre le départ d'un Grand Prix et devient ensuite, en Malaisie, le plus jeune pilote à marquer des points.

La saison suivante, après quatre Grands Prix, Red Bull le transfère de Toro Rosso à Red Bull Racing où il remplace Daniil Kvyat qui fait le chemin inverse. Dès sa première course avec l'équipe autrichienne, en Espagne, Verstappen remporte son premier Grand Prix, devenant, à 18 ans et 227 jours, le plus jeune vainqueur en Formule 1. Au Brésil, il devient également, à 19 ans et 44 jours, le plus jeune pilote à réaliser un meilleur tour en course ; il achève la saison à la cinquième place du championnat avec sept podiums. Si 2017 et 2018 sont gâchées par plusieurs abandons causés par des erreurs et des problèmes techniques, il remporte de nouveaux succès à Sepang, Mexico et Spielberg.

L'année suivante, Red Bull s'associe avec Honda, ce qui permet à Verstappen de réaliser sa première pole position, lors du Grand Prix de Hongrie, et d'offrir au motoriste japonais ses premières victoires depuis son retour dans la discipline. En 2020, s'il rivalise avec les Mercedes, il ne remporte que deux victoires et termine troisième du championnat. En 2021, pour la première fois de sa carrière, Max Verstappen est en mesure de se battre pour le titre mondial et atteint son but, en devenant le 34e champion du monde de Formule 1, ainsi que le premier champion néerlandais de la discipline ; grâce à un dépassement sur son rival Lewis Hamilton, dans le dernier tour d'une manche finale controversée, à Abou Dabi. Avec dix victoires, autant de pole positions, et un record de dix-huit podiums sur la saison[n 1], le protégé de Red Bull met fin à la période de domination des pilotes Mercedes qui durait depuis 2014. L'année suivante, il prolonge son contrat avec l’écurie autrichienne jusqu'en 2028 et s’adjuge un second titre mondial en battant le record de victoires sur une saison (quinze), en gagnant le championnat à quatre courses du terme et en creusant un écart de 146 points sur Charles Leclerc, son dauphin au classement des pilotes.

Biographie

Origines et famille

Max Verstappen naît le à Hasselt en Belgique. Il grandit en Belgique dans la province de Limbourg. Il est le fils de Jos Verstappen, pilote néerlandais de Formule 1, et de Sophie-Marie Kumpen, une ancienne pilote de karting de haut niveau qui possède plusieurs victoires de prestige à son actif (notamment au Trophée Margutti 1995[1]) ; cette dernière est la cousine de Anthony Kumpen, pilote belge de grand tourisme et la fille de Paul Kumpen, ancien pilote d'endurance et fondateur de l'écurie PK Carsport. Ses parents se séparent en 2008 après plusieurs accès de violence qui conduisent son père, Jos, au tribunal[2]. Max Verstappen a une sœur cadette, Victoria-Jane, née en 1999.

Les débuts en karting

« Fils de » comme Jacques Villeneuve, Nico Rosberg ou encore Damon Hill, Max Verstappen baigne dans le milieu du sport automobile depuis son plus jeune âge[3]. Alors que son père est toujours pilote de Formule 1 en activité, il monte dans un kart pour la première fois à 4 ans à Genk[3]. Dès lors, il roule dès qu'il le peut, en effectuant du quad ou de la moto-cross ; ou encore sur sa PlayStation[3]. Il fait ses débuts en compétition en 2005 dans le championnat local de la province de Limbourg en Belgique, dont il termine vice-champion, ainsi qu'au championnat junior des Pays-Bas[4].

En 2006, en catégorie Minimax, il remporte le Rotax Max Challenge Belgium. L'année suivante, toujours en Minimax, Verstappen remporte trois des quatre championnats auxquels il participe, aux Pays-Bas et en Belgique. En 2008, pour ses débuts dans la catégorie, il remporte le championnat de Belgique en cadets et s'engage lors de la saison 2009, en KF5 en championnats belge et hollandais.

L'année suivante, Max passe en championnat européen ; il remporte la Bridgestone Cup, les WSK Euro Series et obtient la deuxième place de la coupe du monde en catégorie KF3. La saison 2011 est plus difficile pour le Néerlandais qui gagne néanmoins les WSK Euro Series. En 2012, passé en catégorie KF2, il participe aux championnats extra-européens, notamment les SuperNationals de Las Vegas, aux États-Unis.

Premiers essais en monoplace

Max Verstappen entame sa première saison de monoplace par un stage en Floride organisé par Ferrari qui a convié plusieurs jeunes pilotes dont le champion de Formule 3 Raffaele Marciello, ainsi qu'Antonio Fuoco, Tatiana Calderón, Nicholas Latifi et Lance Stroll.

Aux Florida Winter Series, disputées en cinq manches en janvier et février avec des monoplaces de Formule Abarth sur des circuits floridiens tels que Sebring, Verstappen réalise trois pole positions et obtient deux victoires. Il est par la suite confirmé en championnat d'Europe de Formule 3 au sein de l'écurie néerlandaise Van Amersfoort qui a fait débuter son père en monoplace en 1991.

2014 : révélation en championnat d'Europe de Formule 3

 
Max Verstappen en Formule 3 sur le circuit d'Hockenheim.

Après un début de saison largement dominé par Esteban Ocon, Max Verstappen obtient plusieurs victoires durant l'été et devient le principal rival du Français, toujours en tête du championnat à la mi- alors qu'il reste six courses à disputer. Il termine troisième du championnat avec 67 points de retard sur Ocon.

Il est approché par Red Bull qui l'intègre au sein du Red Bull Junior Team qui a pour but d'encadrer les meilleurs jeunes pilotes de compétition automobile et de les faire progresser jusqu'en Formule 1[5]. Le , quelques jours après avoir rejoint Red Bull, Verstappen est annoncé officiellement comme titulaire au sein de la Scuderia Toro Rosso pour la saison 2015 de Formule 1[6]. Si sa désignation surprend quelques observateurs qui s'interrogent sur son peu d'expérience et son jeune âge, mais aussi parce que le Red Bull Junior Team compte déjà des pilotes plus aguerris comme Carlos Sainz Jr. ou Pierre Gasly, Helmut Marko, le responsable de la détection des jeunes pilotes, justifie son choix du fait des « performances extraordinaires » réalisées par Verstappen.

Max Verstappen participe à plusieurs séances d'essais au cours des derniers Grands Prix de la saison pour obtenir sa superlicence nécessaire en Formule 1. Lors de la première séance d'essais libres du Grand Prix du Brésil, au volant de la Toro Rosso STR9 de Jean-Éric Vergne, il réalise le sixième temps[7].

2015 : débuts en Formule 1 avec la Scuderia Toro Rosso

 
Max Verstappen lors du Grand Prix de Malaisie 2015.

Il participe au championnat du monde de Formule 1 alors que ce n'est que sa deuxième saison en sport automobile. Qualifié en douzième position pour son premier Grand Prix, à Melbourne, Verstappen devient le plus jeune pilote de l'histoire à prendre le départ d'un Grand Prix[8]. Longtemps parmi les dix premiers, il abandonne sur incident mécanique dans le trente-quatrième tour. Sous la pluie de Sepang, il se qualifie en sixième position et, le lendemain, devient à 17 ans et 180 jours, le plus jeune pilote à marquer des points en championnat du monde de Formule 1 en terminant septième[9]. Treizième sur la grille de départ du Grand Prix de Chine, il remonte en huitième position puis abandonne à cause d'un incident mécanique à trois tours du terme[10]. Une semaine plus tard au Grand Prix de Bahreïn, il est de nouveau contraint à l'abandon à la suite de problèmes électriques sur sa monoplace[11].

Au Grand Prix d'Espagne, où débute la tournée européenne, il égale sa meilleure place en qualification, sixième, derrière son coéquipier Carlos Sainz Jr. mais, en terminant onzième, ne marque aucun point[12]. À Monaco, Max Verstappen percute violemment Romain Grosjean à cause d'un freinage tardif au virage de Sainte-Dévote et arrache sa suspension avant-gauche ; il finit sa course en s'encastrant dans les barrières de sécurité ; les commissaires de course le pénalisent d'un retrait de cinq places sur la grille de départ de la prochaine course pour son comportement jugé dangereux en piste. Au Grand Prix d'Autriche, parti du septième rang, il marque pour la deuxième fois de la saison en terminant huitième. Au Grand Prix de Hongrie, il réalise sa meilleure performance depuis ses débuts en terminant quatrième ; il marque pour la troisième fois de la saison et pointe à la onzième place du championnat du monde.

Après la pause estivale, Max Verstappen finit huitième du Grand Prix de Belgique et prend la dixième place du championnat du monde, avec 26 points. Au Japon, qualifié en dix-septième position, il termine la course neuvième, juste devant son équipier. Quelques jours plus tard, il fête ses 18 ans en obtenant son permis de conduire[13]. Au Grand Prix des États-Unis, après une course à rebondissements au cours de laquelle la voiture de sécurité intervient à trois reprises, il obtient une nouvelle quatrième place. Au terme de sa première saison en Formule 1, il est entré à dix reprises dans les points et a inscrit 49 points, soit trente-et-un de plus que son équipier. Il se classe douzième du championnat du monde des pilotes, devant son coéquipier Sainz Jr. Ces résultats probants lui permettent de renouveler son contrat de pilote au sein de l'écurie Toro Rosso.

2016 : promotion chez Red Bull en cours de saison

 
Verstappen au volant de la Toro Rosso en 2016 à Bahreïn.

À Melbourne, lors du Grand Prix inaugural, Max Verstappen réalise la meilleure qualification de sa carrière avec une cinquième place sur la grille ; le lendemain, après un problème au stand il termine dixième de la course. À Bahreïn, sa sixième place finale lui permet de pointer à la huitième place du championnat du monde. En Chine, qualifié en neuvième position, il termine la course huitième, juste devant son coéquipier. Neuvième au départ du Grand Prix de Russie, il atteint la sixième position puis abandonne sur incident mécanique.

Le , entre les Grands Prix de Russie et d'Espagne, Red Bull annonce son transfert de la Scuderia Toro Rosso vers Red Bull Racing par échange de sa place avec Daniil Kvyat, impliqué dans un double incident à Sotchi ayant provoqué l'abandon de Sebastian Vettel. Christian Horner, le directeur de Red Bull Racing déclare : « Max a prouvé qu'il avait déjà beaucoup de talent, ses performances chez Toro Rosso ont été impressionnantes et nous sommes ravis de lui donner l'opportunité de piloter pour Red Bull. Nous avons la chance d'avoir quatre pilotes avec des longs contrats, nous pouvons donc les transférer d'une équipe à une autre. Daniil pourra continuer sa progression chez Toro Rosso, dans une écurie qu'il connaît bien et où il pourra démontrer tout son potentiel[14]. » En remportant le Grand Prix d'Espagne, pour son premier départ au sein du Red Bull Racing, il devient, à 18 ans, 7 mois et 15 jours, le plus jeune vainqueur de l'histoire de la Formule 1[15],[16]. Au Grand Prix suivant, à Monaco, il casse son châssis lors de la séance d'essai puis, repêché après une non-qualification, abandonne en course après un nouvel accident.

 
Max Verstappen fêtant sa victoire au Grand Prix d'Espagne 2016.

Lors du Grand Prix d'Autriche, il profite d'un accident entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton dans le dernier tour pour terminer deuxième après avoir doublé Rosberg, au ralenti à cause de son aileron avant bloqué sous sa voiture. Au Grand Prix d'Allemagne, quatrième des qualifications, Verstappen lutte un temps pour la victoire et se classe troisième, juste devant Nico Rosberg, respectant ainsi une consigne d'équipe lui demandant de s'effacer derrière son coéquipier. Son comportement en course lors du Grand Prix de Belgique, bien qu'il n'ait pas été sanctionné par les commissaires de course, crée la polémique chez divers pilotes et responsables d'écuries. En Malaisie, grâce à une seconde place derrière son équipier Daniel Ricciardo, il permet à Red Bull de réaliser son premier doublé depuis 2013. Une semaine plus tard, au Japon, il résiste à Lewis Hamilton dans les derniers tours et termine sur le podium, à la deuxième place. Au Brésil, où il dépasse sous la pluie onze pilotes dans les seize derniers tours (en se montrant particulièrement créatif dans le choix de ses trajectoires), pour prendre la troisième place, il devient, à 19 ans, 1 mois et 14 jours, le plus jeune pilote de l'histoire à réaliser un meilleur tour en course[17]. Son dépassement par l'extérieur sur Nico Rosberg lors de ce Grand Prix est élu plus beau dépassement de la saison[18]. Au terme de la saison, il termine cinquième du championnat avec 204 points.

2017 : une année marquée par sept abandons et deux victoires

 
Verstappen au Grand Prix de Chine 2017.

Lors de la première course de la saison, au Grand Prix d'Australie, Max Verstappen se qualifie cinquième et termine le Grand Prix à la même place. En Chine, après une qualification ratée, il pointe en seizième position sur la grille de départ. Le dimanche, le Néerlandais gagne neuf places dans le premier tour, profite de la sortie de la voiture de sécurité pour se rapprocher de la tête de course et effectue plusieurs dépassements décisifs pour se classer troisième derrière Lewis Hamilton et Sebastian Vettel. Une semaine plus tard à Bahreïn, il abandonne pour la première fois de la saison. Cinquième à l'arrivée du Grand Prix de Russie, il est accroché par Kimi Räikkönen, lui-même poussé par Valtteri Bottas, dès le premier virage du Grand Prix d'Espagne ce qui le contraint à l'abandon. Au Canada et en Azerbaïdjan, il subit deux abandons sur problème technique alors qu'il se battait pour le podium. Lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, il réintègre les points en terminant quatrième de l'épreuve.

 
Crevaison de Verstappen à Monza en 2017.

En Belgique après la pause estivale, Verstappen connaît son sixième abandon de la saison. À Monza, en tout début de course, victime d'une touchette avec Felipe Massa qui crève son pneu avant droit, il est relégué en fond de classement ; il remonte au fil des tours et termine l'épreuve dixième, à un tour du vainqueur. Qualifié en première ligne lors du Grand Prix de Singapour, il abandonne dès les premiers mètres après une collision avec les pilotes Ferrari. En deuxième ligne au départ du Grand Prix de Malaisie, il dépasse le leader Lewis Hamilton au quatrième tour de course et remporte la deuxième victoire de sa carrière, le lendemain de son vingtième anniversaire. Une semaine plus tard au Japon, il obtient le dixième podium de sa carrière grâce à une deuxième place. Au Grand Prix des États-Unis, il connaît un weekend difficile à cause d'un problème moteur qui le relègue en fond de grille. Le lendemain, troisième sous le drapeau à damiers, il reçoit cinq secondes de pénalité pour avoir dépassé Räikkönen hors de la piste et est reclassé à la quatrième place. Lors du Grand Prix du Mexique, qualifié en deuxième position sur la grille, juste derrière Vettel, il réussit le meilleur envol et pointe en tête dès le premier virage, ce qui lui permet d'obtenir sa deuxième victoire de la saison. Max Verstappen se classe sixième du championnat avec 168 points.

2018 : troisième saison chez Red Bull

 
Max Verstappen, avec la Red Bull RB14, lors des qualifications du Grand Prix de Chine 2018.

Lors du Grand Prix inaugural, à Melbourne, Max Verstappen se qualifie en quatrième position ; le lendemain, il termine sixième du Grand Prix après avoir effectué un tête-à-queue. Il abandonne dès les premiers tours du Grand Prix de Bahreïn, victime d'une crevaison à l'arrière-gauche après une touchette avec Lewis Hamilton. Une semaine plus tard, en Chine, alors qu'il se battait pour une place sur le podium, il percute Sebastian Vettel qu'il envoie en tête-à-queue et reçoit dix secondes de pénalité ; quatrième sous le drapeau à damiers, il est ainsi reclassé à la cinquième place. Au Grand Prix d'Azerbaïdjan, en fin d'épreuve alors qu'elles luttent pour une place sur le podium, les deux Red Bull s'accrochent et abandonnent après que Daniel Ricciardo a tenté de dépasser son coéquipier. Pour le retour en Europe, lors du Grand Prix d'Espagne, il bénéficie de l'abandon de Kimi Räikkönen et de la mauvaise stratégie de Vettel pour se classer troisième. Après un weekend difficile à Monaco, Verstappen obtient son second podium de la saison lors du Grand Prix du Canada, en terminant troisième. Lors du Grand Prix de France, il profite d'un accident entre Vettel et Bottas dans le premier tour pour finir deuxième. Qualifié en quatrième position sur la grille du Grand Prix d'Autriche, il gagne une place dès le premier tour et grâce à une bonne stratégie, il obtient la quatrième victoire de sa carrière, la première de Red Bull Racing sur son circuit. Cinquième des qualifications en Grande-Bretagne, il abandonne en course à cause d'un problème de boîte de vitesses. En Hongrie, il subit son troisième abandon de la saison à cause d'une perte de puissance moteur.

Au Grand Prix de Belgique, après la pause estivale, il s'élance septième et franchit la ligne d'arrivée troisième, à trente secondes du vainqueur Sebastian Vettel. Qualifié en deuxième position derrière Hamilton lors du Grand Prix de Singapour, Max Verstappen termine l'épreuve à la même place. Au Japon, il se classe troisième derrière les pilotes Mercedes et termine deuxième du Grand Prix des États-Unis, après une passe d'armes avec Lewis Hamilton en fin de course. Au Mexique, qualifié en deuxième position, juste derrière son équipier, il réussit un meilleur envol, pointe en tête dès le premier virage et s'impose pour la deuxième fois de la saison. Ainsi, il établit le nouveau record du plus grand nombre de Grands Prix remportés sans jamais avoir obtenu la moindre pole position[19],[20]. Au quarante-quatrième tour du Grand Prix du Brésil, Esteban Ocon, chaussé de pneus neufs, tente, dans les esses de Senna, de se dédoubler face à Max Verstappen, alors en tête de la course mais percute le pilote néerlandais qui part en tête-à-queue et doit laisser la victoire à Lewis Hamilton ; Ocon est alors pénalisé d'un stop-and-go pour conduite agressive envers le leader[21]. À la fin de la course, Verstappen, très énervé, bouscule le Français lors de la procédure obligatoire de la pesée et est condamné à deux jours de travail d'intérêt général[22]. Il termine troisième du dernier Grand Prix de la saison et se classe quatrième du championnat avec 249 points.

2019-2020 : la confirmation

 
Verstappen au Grand Prix de Chine 2019.

Au Grand Prix d'Australie, pour l'ouverture de la saison, Max Verstappen termine troisième derrière les pilotes Mercedes, apportant à Honda son premier podium depuis son retour en tant que motoriste en 2015. Lors des derniers tours du Grand Prix de Bahreïn, il profite du problème moteur de Leclerc pour revenir sur lui, cependant, le double abandon des pilotes Renault amène la voiture de sécurité en piste pour sécuriser le secteur : la course se termine sous ce régime et doit ainsi se contenter de la quatrième place. En Chine, parti cinquième, ses tentatives d'undercut face aux pilotes de la Scuderia Ferrari fonctionnent, puisqu'il les contraint à couvrir sa stratégie. Ainsi, alors que Mercedes réalise un troisième doublé consécutif, il s'intercale entre les deux voitures rouges, derrière Sebastian Vettel qu'il attaque au dix-neuvième tour, et devant Charles Leclerc à qui il ravit la quatrième place. Lors du Grand Prix d'Espagne, qui marque le début de la saison européenne, il profite d'un bon départ pour passer Vettel au premier virage et se classe troisième. À Monaco, il franchit la ligne d'arrivée deuxième mais reçoit cinq secondes de pénalité pour avoir tassé Valtteri Bottas dans la voie des stands : il est ainsi reclassé à la quatrième place.

Au Grand Prix d'Autriche, il perd des places dans les premiers virages après un mauvais départ mais remporte l'épreuve en doublant Charles Leclerc dans les derniers tours, mettant un terme à l'hégémonie de Mercedes depuis le début de la saison. En Grande-Bretagne, à la mi-course, alors qu'il se bat pour conserver sa troisième place, il est percuté par Vettel et finit cinquième. Lors du Grand Prix d'Allemagne, il s'impose pour la première fois à Hockenheim malgré un départ raté et un tête-à-queue vers la mi-course. Une semaine plus tard, en Hongrie, il réalise la première pole position de sa carrière ; le lendemain, il se bat longtemps pour défendre sa première place mais à quatre tours du terme, ses pneus complètement dégradés lui font lâcher prise face à Lewis Hamilton et il termine deuxième. Après son abandon en Belgique, le Néerlandais se classe huitième en Italie puis termine troisième du Grand Prix de Singapour ; il rejoint Leclerc à la troisième place du championnat, avec 200 points. Aux États-Unis, il monte sur son septième podium de l'année en terminant troisième, derrière les Mercedes. Lors du Grand Prix du Brésil, après s’être élancé de la pole position, Verstappen obtient sa troisième victoire de la saison malgré une fin de course animée. Deuxième du dernier Grand Prix, à Abou Dabi, il se classe troisième du championnat avec 278 points.

 
Max Verstappen lors des essais hivernaux à Barcelone en 2020.

Le , il prolonge son contrat avec Red Bull Racing pour trois années supplémentaires, jusqu'à la fin de la saison 2023[23]. La pandémie de Covid-19 perturbe fortement le championnat 2020, comme l'ensemble des manifestations sportives dans le monde ; si bien que la saison débute en Autriche le . Lors de la première course de l'année, Max Verstappen abandonne sur problème technique alors qu'il se battait pour le podium. Une semaine plus tard, en Styrie, il se qualifie en première ligne ; en difficulté vers la mi-course, il est doublé par Bottas et termine troisième. Au Grand Prix de Hongrie, en allant se mettre en grille avec des pneus intermédiaires, la piste étant mouillée après une averse, il sort de la piste, percute le mur de pneus et abîme l'avant de sa RB16. Ses mécaniciens parviennent à réparer sa voiture sur la grille en douze minutes ; au départ, le Néerlandais gagne quatre places et se retrouve troisième. La piste séchant rapidement, les voitures regagnent les stands au bout de quatre tours pour passer les gommes lisses. Dans la manœuvre, il dépasse Stroll et franchit la ligne d'arrivée deuxième. En Grande-Bretagne, isolé à la troisième place, il profite de la crevaison de Valtteri Bottas en fin d'épreuve pour se classer deuxième.

Qualifié en quatrième position sur la grille du Grand Prix du 70e anniversaire, il gagne une place dès le premier tour ; une bonne stratégie lui permet d'obtenir sa première victoire de la saison. Troisième des qualifications, derrière les Mercedes, en Espagne, Verstappen profite d'un bon départ sur le côté propre de la piste pour dépasser Bottas au premier virage et terminer second. Lors du Grand Prix d'Italie, il subit son deuxième abandon à cause d'une perte de puissance moteur ; sa série de six podiums consécutifs s'achève sur le circuit de Monza. Après son retrait en Toscane, il obtient les points de la deuxième place en Russie et à l'Eifel. Troisième du Grand Prix du Portugal, il monte sur le quarantième podium de sa carrière. Sur le circuit d'Imola, qui fait son retour au calendrier après quatorze ans d'absence, il est victime de l'explosion de son pneu arrière droit dans le cinquante-et-unième passage, ce qui l'expédie en tête à queue dans les graviers et provoque son abandon. Au Grand Prix de Bahreïn, il effectue une course solitaire en deuxième position et obtient son troisième meilleur tour en course de la saison. À l'occasion du dernier Grand Prix, il obtient son unique pole position de l'année ; le lendemain, il mène l'intégralité de la course et remporte son dixième succès en carrière. Max Verstappen, qui comptabilise onze podiums en tout, termine troisième du championnat avec 214 points.

2021 : champion du monde

Auteur de la pole position, au volant de la RB16B, lors du Grand Prix inaugural à Bahreïn, il dépasse, en fin d'épreuve, Lewis Hamilton par l'extérieur mais met ses quatre roues au-delà du vibreur ; la direction de course lui intimant de rendre la position, Verstappen s'exécute et termine deuxième. À Imola, troisième sur la grille, il prend la tête de la course sur une piste détrempée, dès la première chicane en dépassant le Britannique de façon musclée pour remporter la onzième victoire de sa carrière. Au Grand Prix du Portugal, malgré quelques difficultés d'adhérence, il profite d'une erreur de Bottas vers la mi-course pour terminer deuxième. Une semaine plus tard, en Espagne, deuxième des qualifications, il effectue un bon départ pour passer Lewis Hamilton au premier virage ; celui-ci passe alors à une stratégie à deux arrêts et reprend l'avantage en fin d'épreuve ; Verstappen finit second. À Monaco, il bénéficie de l'abandon prématuré de Charles Leclerc qui avait réalisé le meilleur temps du samedi après-midi, mais laisse l'emplacement de la pole position vide en raison d'une casse mécanique durant son tour de mise en grille. Après un cavalier seul, le Néerlandais s'impose et prend, pour la première fois de sa carrière, la tête du championnat[24]. Après cinq manches, il estime que Red Bull commet moins d'erreurs que Mercedes, et précise : « Mercedes et Hamilton n'ont jamais eu à se battre pour le titre ces dernières années. Même avec Sebastian Vettel, on ne peut pas dire qu'il s’agissait réellement d’une lutte pour le titre. La donne est donc différente pour eux cette année et nous devons continuer à les mettre sous pression afin qu'ils continuent à faire des erreurs[25] ».

 
Verstappen fêtant sa victoire au Grand Prix d'Autriche 2021.

Lors de la sixième manche à Bakou, Max Verstappen caracole en tête quand son pneu arrière gauche explose à pleine vitesse dans la grande ligne droite, le contraignant à l'abandon à cinq tours de l'arrivée, et laissant la victoire à son coéquipier Sergio Pérez. À la suite de son crash et d'un drapeau rouge, un nouveau départ est donné pour deux tours ; Hamilton, qui a l'occasion de lui reprendre la tête du championnat, part tout droit dans l'échappatoire et ne marque aucun point[26]. Au Grand Prix de France, il obtient la pole position, le meilleur tour en course, remporte l'épreuve et réalise son premier hat trick. Lors du Grand Prix de Styrie, dans le fief de son écurie, il s'élance depuis la pole position et mène l'intégralité des soixante-et-onze tours pour acquérir sa quatrième victoire de la saison ; une semaine plus tard, sur le même circuit, il survole à nouveau la course et s'adjuge le premier grand chelem de sa carrière (victoire, pole position, meilleur tour et course menée de bout en bout) et porte à trente-deux points son avance sur Lewis Hamilton en tête du championnat. Le , à Silverstone, premier vainqueur d'une qualification sprint, il obtient sa quatrième pole position consécutive. Le lendemain, lors du premier tour de course, le Néerlandais résiste aux attaques de Lewis Hamilton qui se porte à plusieurs reprises à sa hauteur ; dans le virage de Copse, le pilote Mercedes, qui tente de s'infiltrer à l'intérieur, percute la roue arrière droite de la Red Bull qui traverse le bac à graviers à pleine vitesse et s'écrase dans le mur de pneus à 51 g. Après s'être difficilement extrait de sa monoplace, Verstappen doit être conduit à l'hôpital pour des examens de contrôle où des contusions sont diagnostiquées. Lors de la onzième manche en Hongrie, qualifié en troisième position sur la grille, il est victime d'un carambolage au départ où sa voiture subit des dégâts irrémédiables. Il dispute toutefois les soixante-dix tours à son volant et passe la ligne d'arrivée en dixième position, qui se transforme en neuvième place après la disqualification de Sebastian Vettel. Hamilton qui se classe deuxième, en profite pour lui ravir la tête du championnat du monde.

Au Grand Prix de Belgique, après la pause estivale, il réalise sa sixième pole position de la saison ; à cause de conditions climatiques dantesques, le Grand Prix, lancé à 18 h 17, se résume à trois tours derrière la voiture de sécurité et le classement est arrêté au terme du premier tour. Vainqueur grâce à sa position de pointe, Max Verstappen marque la moitié des points (12,5) et revient à trois unités du Britannique. En obtenant, lors de son Grand Prix national, sa septième victoire de la saison, il s'impose devant ses dizaines de milliers de supporters de l'Oranje Army et reprend la tête du championnat. Avec dix-sept victoires, il devient le pilote comptant le plus de succès sans avoir remporté de titre mondial. Une semaine plus tard, à Monza, il s'accroche dans la première chicane avec Lewis Hamilton et provoque leur double abandon. Dans la soirée, après avoir été entendu avec son rival par les commissaires, Verstappen, jugé responsable, écope d'une pénalité de trois places sur la grille de départ du Grand Prix de Russie. Durant le weekend de Sotchi, où Mercedes est invaincue depuis la première édition en 2014, il se dit imperméable à la pression dans la lutte pour le titre, répondant à une suggestion de son rival selon laquelle celle-ci pourrait lui faire perdre ses moyens. Il dit plutôt : « Je pense que si quelqu'un me connaît vraiment, je suis vraiment relax à propos de toutes ces choses et rien ne me dérange, je suis très cool. C'est vraiment la meilleure sensation d'avoir une voiture, une très bonne voiture, qui vous permet d'arriver à chaque weekend de course en sachant que vous pouvez vous battre pour la victoire. Peu importe d'être en tête du championnat ou pas. Ses commentaires, cela montre bien qu'il ne me connaît pas[27]. »

Lors de cette quinzième manche, à Sotchi, le changement de son unité de puissance hors quota alloué, le rejette à la dernière place sur la grille. L'averse qui s'abat sur le circuit à moins de dix tours de l'arrivée et un passage en pneus intermédiaires dans un timing idéal suivi d'une série de dépassements, lui permet de se classer deuxième derrière Lewis Hamilton qui obtient sa centième victoire et reprend la tête du championnat ; le Néerlandais limite toutefois, de manière inespérée, son retard à deux points[28]. Il se classe à nouveau deuxième du Grand Prix de Turquie derrière Valtteri Bottas et reprend la tête du championnat avec six points d'avance sur Hamilton ce qui constitue le quatrième changement de leader du championnat en six courses[29]. Deux semaines plus tard, lors du Grand Prix des États-Unis, parti de la pole position, il remporte l'épreuve en battant son principal rival, grâce à une stratégie rondement exécutée.

 
Max Verstappen au Grand Prix des États-Unis 2021.

Helmut Marko ayant noté qu'il fallait dix victoires pour assurer le titre mondial[30], Max Verstappen s'en rapproche en s'imposant pour la troisième fois au Mexique. Il a donc gagné la moitié des dix-huit manches disputées à ce stade de la saison, et se ménage une avance de 19 points sur Lewis Hamilton, relégué à plus de 16 secondes à l'arrivée. Le pilote néerlandais construit sa victoire sur l'Autódromo Hermanos Rodríguez en bondissant de sa troisième place sur la grille de départ, pour dépasser les deux Mercedes par l'extérieur au premier virage, avant de s'échapper et de contrôler l'ensemble de la course[31]. La semaine suivante au Brésil, Hamilton pénalisé pour un nouveau moteur thermique monté sur sa W12, doit s'élancer dixième sur la grille de départ, alors que Max Verstappen, deuxième au départ, déborde le poleman Valtteri Bottas et prend les commandes de la course. Mais son rival, qui bénéfice d'un surcroit de puissance avec son moteur neuf, remonte jusqu'à se retrouver deuxième, et le dépasse au 59e tour, non sans que le Néerlandais se soit défendu dix boucles plus tôt en l'emmenant hors de la piste dans le virage no 4 du circuit d'Interlagos. Le Britannique s'impose et réduit son retard à 14 points. Arrivé le weekend suivant sur le circuit international de Losail pour disputer le nouveau Grand Prix du Qatar, il est pénalisé d'un recul de cinq places sur la grille de départ pour non-respect d'un double drapeau jaune lors des qualifications. Si son principal adversaire, en pole position, l'emporte en menant l'épreuve de bout en bout, le pilote Red Bull remonte rapidement à la deuxième place et s'adjuge le point bonus du meilleur tour ; son avance au championnat à deux courses du terme est désormais de huit points[32].

Hamilton remporte l'avant-dernière course à Djeddah et les deux rivaux se présentent pour la finale à Abou Dabi à égalité de points en tête du championnat. Lors de cette dernière épreuve, Max Verstappen part en pole position, mais le pilote Mercedes prend un meilleur départ et mène la course à sa main jusqu'au 53e des 58 tours du circuit de Yas Marina. Un accident de Nicholas Latifi provoque alors la sortie de la voiture de sécurité, Verstappen en profite pour changer immédiatement ses pneus pour repartir en « tendres », alors que Lewis Hamilton reste en piste. Cinq voitures retardataires sont intercalées entre eux, puis sont autorisées à dépasser la Safety Car pour rejoindre le peloton dans l'avant-dernier tour. Elle s'écarte à l'attaque de la dernière boucle, et le Néerlandais avec ses pneus plus frais, n'a aucun mal à dépasser Hamilton dans le cinquième virage pour filer vers sa dixième victoire de la saison, et le titre mondial à 24 ans et 73 jours[33]. Il met ainsi fin à la période de domination des pilotes Mercedes qui durait depuis le début de l'ère hybride en 2014 et détrône le quadruple tenant du titre[33], établissant par ailleurs un nouveau record de dix-huit podiums sur une année[34].

À l'inverse d'Hamilton, qui avait conservé son no 44 après ses six titres de champion du monde avec Mercedes (depuis 2014), tandis que Nico Rosberg sacré en 2016 s'était retiré de la Formule 1 dans la foulée immédiate de son titre, Max Verstappen choisi de porter le no 1 du champion du monde en titre pour la saison 2022 : « Combien de fois peut-on faire ça ? Je ne sais pas, c'est peut-être la seule fois que je peux le faire dans ma vie. Je pense que c'est le meilleur numéro possible. Je le mettrai sur la voiture »[35]. Fin décembre, Verstappen est élu meilleur pilote de la saison 2021, aussi bien par les votes des directeurs d'écuries, que par ceux des autres pilotes de Formule 1[36].

2022 : année record pour un deuxième titre

 
Max Verstappen en Autriche, avec la Red Bull RB18 no 1, numéro exclusif au champion du monde sortant.

Le , quelques jours après avoir testé la Red Bull RB18 sur le Circuit de Catalunya, Max Verstappen signe un nouveau contrat pour l'écurie avec laquelle il court depuis 2016. Il déclare : « J’aime vraiment faire partie de l’équipe Red Bull Racing, donc choisir de rester jusqu’à la saison 2028 a été une décision facile. J’adore cette équipe et l’année dernière a été tout simplement incroyable. Notre objectif depuis que nous nous sommes engagés ensemble en 2016 était de gagner le championnat et nous l’avons fait, alors maintenant, il s’agit de garder le numéro 1 sur la voiture à long terme ». Christian Horner ajoute « Avec notre nouvelle division, Red Bull Powertrains, qui travaille sur la nouvelle réglementation des moteurs pour 2026, nous voulions nous assurer que nous avions le meilleur pilote sur la grille »[37].

Lors du premier Grand Prix de la saison, à Bahreïn, alors qu'il roule en deuxième position derrière Charles Leclerc, son moteur, privé d'alimentation en essence le contraint à l'abandon à trois tours du but ; son coéquipier Sergio Pérez est victime du même problème deux boucles plus tard. Une semaine plus tard à Djeddah, il obtient le vingt-et-unième succès de sa carrière, après un combat roues contre roues avec Leclerc dans les derniers tours de la course. Il s'agit de la septième saison consécutive depuis 2016, où il remporte au moins une victoire[38]. Après avoir abandonné au Grand Prix d'Australie, il s'adjuge le Grand Chelem à Imola avec un total de points inédit (la nouvelle formule du sprint lui ayant apporté 8 points pour sa victoire du samedi, auxquels s'ajoutent ceux de son succès dominical, agrémenté du meilleur tour d'une course qu'il mène de bout en bout pour en marquer 34 d'un coup), ce qui lui permet de remonter à la deuxième place du championnat pilote à 27 points du Monégasque. Au premier Grand Prix de Miami de l'histoire, il se qualifie troisième des qualifications derrière les Ferrari ; le lendemain, il gagne une place dès le premier tour avant de doubler Leclerc pour s'imposer. En Espagne, le pilote néerlandais subit des problèmes de DRS et effectue une sortie de piste, mais grâce à une stratégie agressive, il parvient à remporter sa quatrième victoire de la saison et bénéficie de l'abandon de son rival pour prendre la tête du championnat du monde.

Lors du Grand Prix de Monaco, Verstappen connait un weekend en demi-teinte mais tire profit des égarements stratégiques de Ferrari pour terminer sur le podium, à la troisième place. Vainqueur en Azerbaïjan, puis au Canada, il consolide sa position au championnat. Au Grand Prix de Grande-Bretagne, alors qu'il est en tête de la course, il percute des débris qui provoquent des dégâts sur son fond plat ; malgré une voiture handicapée aérodynamiquement, il parvient à franchir la ligne d'arrivée septième. Deuxième en Autriche, il acquiert lors du Grand Prix de France, sa septième victoire de l'année. Une semaine plus tard, au Grand Prix de Hongrie, il se qualifie en dixième position après un problème technique survenu lors de son ultime tentative en qualification ; le lendemain, il profite d'une stratégie rondement exécutée pour s'imposer, malgré un tête-à-queue vers la mi-course. Auteur du meilleur temps en Belgique, il s'élance quatorzième sur la grille à cause d'une pénalité moteur. En course, le Néerlandais taille son chemin dans le peloton et se retrouve en tête après seulement douze tours, puis définitivement après le ballet des arrêts au stand, en débordant Carlos Sainz dans la dix-huitième boucle. Lors de son Grand Prix national, il s'adjuge son second hat trick de la saison. Septième sur la grille du Grand Prix d'Italie, il remporte l'épreuve pour la première fois ; désormais, son avance au championnat est telle qu'il peut être sacré champion du monde dès la course suivante, à Singapour, qu'il termine à la septième place.

Sous une pluie battante, il gagne le Grand Prix du Japon écourté à 28 tours, devant Leclerc et Pérez mais le Monégasque reçoit une pénalité et est reclassé troisième ; dès lors, Max Verstappen remporte son second titre de champion du monde. En s'imposant à Austin et à Mexico, le pilote Red Bull acquière le record de victoires sur une saison, avec quatorze succès. Au Brésil, il connait un weekend compliqué, qu'il termine à la sixième place et obtient une dernière victoire lors du Grand Prix d'Abou Dabi, après s'être adjugé la vingtième pole position de sa carrière.

Carrière avant la Formule 1

Résultats en karting

Saison Championnat Écurie Classement
2005 Dutch N.A.B. Championship - Mini Junior 16e
Championnat de Limbourg - Mini Junior 2e
2006 Rotax Max Challenge Belgium - Minimax Verstappen Racing 1er
2007 Rotax Max Challenge Belgium - Minimax Jos Verstappen 1er
Rotax Max Challenge Belgium National - Minimax 1er
Championnat des Pays-Bas Rotax Max - Minimax 1er
Chrono Dutch Rotax Max Challenge - Minimax 35e
2008 BNL Karting Series - Minimax Verstappen Racing 1er
Rotax Max Challenge Belgium - Minimax Jos Verstappen 1er
Championnat de Belgique - Cadets Jos Verstappen 1er
Championnat VAS Rotax - Mini n.c
2009 BNL Karting Series - Minimax Pex Racing Team 1er
Championnat de Belgique - KF5 Pex Racing Team 1er
Championnat VAS Rotax - Minimax 1er
2010 Bridgestone Cup Europe - KF3 1er
WSK Nations Cup - KF3 CRG 1er
WSK World Series - KF3 1er
CIK-FIA Coupe du Monde - KF3 CRG 2e
WSK Euro Series - KF3 1er
CIK-FIA Championnat d'Europe - KF3 CRG 5e
Winter Cup - KF3 CRG 2e
2011 Winter Cup - KF3 2e
Trophée d'Europe du Nord - KF3 n.c
CIK-FIA Coupe du Monde - KF3 CRG 29e
WSK Euro Series - KF3 CRG 1er
2012 CIK-FIA Coupe du Monde - KF2 2e
SuperNationals - KF2 PSL Karting 21e
CIK-FIA Championnat du Monde - KF1 CRG 8e
CIK-FIA Championnat d'Europe - KF2 Intrepid 10e
Coupe du Monde - KZ2 CRG 33e
Benelux Karting Series - KZ2 10e
WSK Euro Series - KF2 Intrepid 6e
WSK Master Series - KF2 Intrepid 1er
Winter Cup - KF2 1er
2013 South Garda Winter Cup - KF2 1er
CIK-FIA Championnat du Monde - KZ 1er
WSK Euro Series - KZ1 1er
CIK-FIA Championnat du Monde - KF CRG 3e
CIK-FIA Championnat d'Europe - KF CRG 1er
CIK-FIA Championnat d'Europe - KZ CRG 1er

Résultats en formules de promotion

Saison Championnat Écurie Courses Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Points inscrits Classement
2014 Florida Winter Series   Ferrari Driver Academy 12 2 3 3 5 non attribution 3e
Championnat d'Europe de Formule 3   Van Amersfoort Racing 33 10 7 7 16 411 3e
Masters de Formule 3   Motopark Academy 1 1 1 0 1 non attribution 1er

Résultats en championnat du monde de Formule 1

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole Positions Victoires Meilleurs
tours
Podiums Abandons Points inscrits Classement
2015 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR10 Renault V6 turbo hybride Pirelli 19 0 0 0 0 5 49 12e
2016 Scuderia Toro Rosso
Red Bull Racing
Toro Rosso STR11
Red Bull RB12
Ferrari V6 turbo hybride
TAG Heuer V6 turbo hybride
Pirelli 21 0 1 1 7 3 204 5e
2017 Red Bull Racing Red Bull RB13 TAG Heuer V6 turbo hybride Pirelli 20 0 2 1 4 7 168 6e
2018 Aston Martin Red Bull Racing Red Bull RB14 TAG Heuer V6 turbo hybride Pirelli 21 0 2 2 11 4 249 4e
2019 Aston Martin Red Bull Racing Red Bull RB15 Honda V6 turbo hybride Pirelli 21 2 3 3 9 2 278 3e
2020 Aston Martin Red Bull Racing Red Bull RB16 Honda V6 turbo hybride Pirelli 17 1 2 3 11 5 214 3e
2021 Red Bull Racing Honda Red Bull RB16B Honda V6 turbo hybride Pirelli 22 10 10 6 18 3 395,5 Champion
2022 Oracle Red Bull Racing Red Bull RB18 Red Bull Powertrains V6 turbo hybride Pirelli 22 7 15 5 17 2 454 Champion
Total 163 20 35 21 77 31 2011,5
Résultats détaillés des saisons de Max Verstappen en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 Classement Points
inscrits
2015 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR10 Renault V6 turbo hybride Energy F1-2015 P AUS
Abd.
MAL
7
CHN
17*
BHR
Abd.
ESP
11
MON
Abd.
CAN
15
AUT
8
GBR
Abd.
HON
4
BEL
8
ITA
12
SIN
8
JPN
9
RUS
10
USA
4
MEX
9
BRE
9
ABU
16
12e 49
2016 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR11 Ferrari V6 turbo hybride Type 060 P AUS
10
BHR
6
CHN
8
RUS
Abd.
5e 204
Red Bull Racing Red Bull RB12 TAG Heuer V6 turbo hybride R.E.16 ESP
1
MON
Abd.
CAN
4
EUR
8
AUT
2
GBR
2
HON
5
ALL
3
BEL
11
ITA
7
SIN
6
MAL
2
JPN
2
USA
Abd.
MEX
4
BRE
3
ABU
4
2017 Red Bull Racing Red Bull RB13 TAG Heuer V6 turbo hybride R.E.17 P AUS
5
CHN
3
BHR
Abd.
RUS
5
ESP
Abd.
MON
5
CAN
Abd.
AZE
Abd.
AUT
Abd.
GBR
4
HON
5
BEL
Abd.
ITA
10
SIN
Abd.
MAL
1
JPN
2
USA
4
MEX
1
BRE
5
ABU
5
6e 168
2018 Aston Martin Red Bull Racing Red Bull RB14 TAG Heuer V6 turbo hybride R.E.18 P AUS
6
BHR
Abd.
CHN
5
AZE
Abd.
ESP
3
MON
9
CAN
3
FRA
2
AUT
1
GBR
15*
ALL
4
HON
Abd.
BEL
3
ITA
5
SIN
2
RUS
5
JPN
3
USA
2
MEX
1
BRE
2
ABU
3
4e 249
2019 Aston Martin Red Bull Racing Red Bull RB15 Honda V6 turbo hybride RA619H P AUS
3
BHR
4
CHN
4
AZE
4
ESP
3
MON
4
CAN
5
FRA
4
AUT
1
GBR
5
ALL
1
HON
2
BEL
Abd.
ITA
8
SIN
3
RUS
4
JPN
Abd.
MEX
6
USA
3
BRE
1
ABU
2
3e 278
2020 Aston Martin Red Bull Racing Red Bull RB16 Honda V6 turbo hybride RA620H P AUT
Abd.
STY
3
HON
2
GBR
2
70e
1
ESP
2
BEL
3
ITA
Abd.
TOS
Abd.
RUS
2
EIF
2
POR
3
EMI
Abd.
TUR
6
BAH
2
SAK
Abd.
ABU
1
3e 214
2021 Red Bull Racing Honda Red Bull RB16B Honda V6 turbo hybride RA621H P BAH
2
EMI
1
POR
2
ESP
2
MON
1
AZE
18*
FRA
1
STY
1
AUT
1
GBR
Abd.
HON
9
BEL
1
P-B
1
ITA
Abd.
RUS
2
TUR
2
USA
1
MEX
1
BRE
2
QAT
2
ARA
2
ABU
1
Champion 395,5
2022 Oracle Red Bull Racing Red Bull RB18 Red Bull Powertrains V6 turbo hybride RBPTH001 P BAH
19*
SAU
1
AUS
Abd.
EMI
1
MIA
1
ESP
1
MON
3
AZE
1
CAN
1
GBR
7
AUT
2
FRA
1
HON
1
BEL
1
P-B
1
ITA
1
SIN
7
JAP
1
USA
1
MEX
1
SAO
6
ABU
1
Champion 454
Légende : ici

Records de précocité

Records

  • 18 podiums sur une saison (2021)
  • 15 victoires sur une saison (2022)[46]

Victoires en championnat du monde de Formule 1

# Année Manche Date Grand Prix Circuit Position de départ Écurie Voiture
1 2016 5/21 15 mai 2016 Espagne Barcelone 4e Red Bull-TAG Heuer RB12
2 2017 15/20 1 octobre 2017 Malaisie Sepang 3e Red Bull-TAG Heuer RB13
3 2017 18/20 29 octobre 2017 Mexique Mexico 2e Red Bull-TAG Heuer RB13
4 2018 9/21 1 juillet 2018 Autriche Spielberg 4e Red Bull-TAG Heuer RB14
5 2018 19/21 28 octobre 2018 Mexique Mexico 2e Red Bull-TAG Heuer RB14
6 2019 9/21 30 juin 2019 Autriche Spielberg 2e Red Bull-Honda RB15
7 2019 11/21 28 juillet 2019 Allemagne Hockenheim 2e Red Bull-Honda RB15
8 2019 20/21 17 novembre 2019 Brésil Interlagos Pole position Red Bull-Honda RB15
9 2020 5/17 9 août 2020 70e anniversaire Silverstone 4e Red Bull-Honda RB16
10 2020 17/17 13 décembre 2020 Abou Dabi Yas Marina Pole position Red Bull-Honda RB16
11 2021 2/22 18 avril 2021 Émilie-Romagne Imola 3e Red Bull-Honda RB16B
12 2021 5/22 23 mai 2021 Monaco Monaco 2e Red Bull-Honda RB16B
13 2021 7/22 20 juin 2021 France Paul-Ricard Pole position Red Bull-Honda RB16B
14 2021 8/22 27 juin 2021 Styrie Spielberg Pole position Red Bull-Honda RB16B
15 2021 9/22 4 juillet 2021 Autriche Spielberg Pole position Red Bull-Honda RB16B
16 2021 12/22 29 août 2021 Belgique Spa-Francorchamps Pole position Red Bull-Honda RB16B
17 2021 13/22 5 septembre 2021 Pays-Bas Zandvoort Pole position Red Bull-Honda RB16B
18 2021 17/22 24 octobre 2021 États-Unis Austin Pole position Red Bull-Honda RB16B
19 2021 18/22 7 novembre 2021 Mexique Mexico 3e Red Bull-Honda RB16B
20 2021 22/22 12 décembre 2021 Abou Dabi Yas Marina Pole position Red Bull-Honda RB16B
21 2022 2/22 27 mars 2022 Arabie saoudite Djeddah 4e Red Bull RB18
22 2022 4/22 24 avril 2022 Émilie Romagne Imola Pole position Red Bull RB18
23 2022 5/22 8 mai 2022 Miami Autodrome de Miami 3e Red Bull RB18
24 2022 6/22 22 mai 2022 Espagne Barcelone 2e Red Bull RB18
25 2022 8/22 12 juin 2022 Azerbaïdjan Bakou 3e Red Bull RB18
26 2022 9/22 19 juin 2022 Canada Circuit Gilles-Villeneuve Pole position Red Bull RB18
27 2022 12/22 24 juillet 2022 France Paul-Ricard 2e Red Bull RB18
28 2022 13/22 31 juillet 2022 Hongrie Hungaroring 10e Red Bull RB18
29 2022 14/22 28 août 2022 Belgique Spa-Francorchamps 14e Red Bull RB18
30 2022 15/22 4 septembre 2022 Pays-Bas Zandvoort Pole position Red Bull RB18
31 2022 16/22 11 septembre 2022 Italie Monza 7e Red Bull RB18
32 2022 18/22 9 octobre 2022 Japon Suzuka Pole position Red Bull RB18
33 2022 19/22 23 octobre 2022 États-Unis Austin 2e Red Bull RB18
34 2022 20/22 30 octobre 2022 Mexique Mexico Pole position Red Bull RB18
35 2022 22/22 20 novembre 2022 Abou Dabi Yas Marina Pole position Red Bull RB18

Articles connexes

Notes

  1. Ses 18 podiums en 22 courses (81,82 %) lui permettent de battre le record de Michael Schumacher, qui en avait obtenu 17 en 17 courses en 2002 (100 %). D'autres pilotes, tels Sebastian Vettel en 2011 et Lewis Hamilton en 2015, totalisent également 17 podiums en une saison, sur 19 courses, soit 89,47 %. En 1963, Jim Clark était monté sur 9 podiums en 10 courses, soit 90 %.

Références

  1. (en) « Andrea Margutti Trophy - Formula A 1995 standings », sur driverdb.com (consulté le ).
  2. (en) Verstappen in court on assault charge - Steven English, Autosport, .
  3. a b et c Françoise Inizan, « « Tout de suite, il a été rapide » : Max Verstappen, le prodige néerlandais qui électrise la F1, baigne dans l'univers de la course automobile depuis sa naissance. Son père, Jos, un ancien pilote, raconte il a fait de son fils une insolente « Racing machine ». », L'Équipe Magazine, no 1965,‎ , p. 42-48.
  4. Verstappen : « Gagner avec son fils, c’est extraordinaire » - Kartmag, .
  5. (en) Niels Hendrix, « Max Verstappen joins the Red Bull Junior Team », sur verstappen.nl, (consulté le ).
  6. (en) Stefan Meens, « Max Verstappen will make Formula 1 debut in 2015 with Scuderia Toro Rosso », sur verstappen.nl, (consulté le ).
  7. Formula One administration, « FORMULA 1 GRANDE PREMIO PETROBRAS DO BRASIL 2014 PRACTICE 1 », sur formula1.com, (consulté le ).
  8. « Verstappen moins bien que Sainz », sur f1i.fr, .
  9. « Verstappen brille sous la pluie », sur f1i.fr, (consulté le ).
  10. « Verstappen, ce héros ! », sur f1i.fr, (consulté le ).
  11. (en) « No light in the night », sur scuderiatororosso.com, .
  12. « Qualifs : Rosberg bat Hamilton pour la pole », sur f1i.fr, .
  13. « Max Verstappen (Toro Rosso) obtient son permis de conduire », L'Équipe, 30 septembre 2015.
  14. Olivier Ferret, « Max Verstappen remplace Daniil Kvyat chez Red Bull jusqu'à la fin de la saison », sur nextgen-auto.com, (consulté le ).
  15. Grégory Demoen, « Verstappen s’offre sa première victoire en F1 ! », sur f1i.fr, (consulté le ).
  16. Olivier Ferret, « Verstappen, plus jeune vainqueur d’un Grand Prix », sur nextgen-auto.com, (consulté le ).
  17. « Meilleurs tours par âge », sur statsf1.com, (consulté le )
  18. Formula One Aministration, « Your top overtake of 2016 - a case of Max beats Verstappen! », sur formula1.com, (consulté le )
  19. Grégory Demoen, « Le record dont Verstappen se serait bien passé. », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le )
  20. Grégory Demoen, « L'insolite statistique de Max Verstappen. », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le )
  21. Basile Davoine, « Incident avec Verstappen », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  22. Basile Davoine, « Agression de Verstappen », sur fr.motorsport.com, (consulté le )
  23. Basile Davoine et Emmanuel Touzot, « Verstappen prolonge de trois ans chez Red Bull ! », fr.motorsport.com,‎ (lire en ligne)
  24. Frédéric Ferret, « Victoire et première place au général, Max Verstappen a tout raflé au Grand Prix de Monaco », sur lequipe.fr, (consulté le )
  25. Rémy Georges, « Verstappen : « Mercedes commet plus d’erreurs… » », sur f1i.autojournal.fr, (consulté le )
  26. Maxime Claudel, « Grand Prix d'Azerbaïdjan - Verstappen out, Hamilton fautif : Pérez vainqueur, Vettel 2e, Gasly 3e », sur eurosport.fr, (consulté le )
  27. (en) Formula One Management, « "It shows he doesn’t know me" – Verstappen brushes off Hamilton's suggestion title race pressure is getting to him », sur formula1.com, (consulté le )
  28. Stéphane Vrignaud, « Grand Prix de Russie - Max Verstappen (Red Bull) : "Même si j'étais parti en tête, j'aurais terminé deuxième". », sur eurosport.fr, (consulté le )
  29. (en) Formula One Management, « Turkish GP Facts & Stats: Championship lead changes hands for 4th time in 6 races », sur formula1.com, (consulté le )
  30. Olivier Ferret, « Marko vise encore 2 victoires pour assurer le titre à Verstappen », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le )
  31. Pierre Van Vliet, « Verstappen : « J’ai pu imposer mon rythme » », sur f1i.autojournal.fr, (consulté le )
  32. Stéphane Vrignaud, « Grand Prix du Qatar - Bonus-malus : Lewis Hamilton (Mercedes) et Fernando Alonso (Alpine) rois du désert », sur eurosport.fr, (consulté le )
  33. a et b Frédéric Ferret, « Entre Max Verstappen et Lewis Hamilton, final de rêve lors du Grand Prix d'Abu Dhabi », sur lequipe.fr, (consulté le )
  34. « Podiums dans une année », sur statsf1.com, (consulté le )
  35. « Max Verstappen portera le n°1 la saison prochaine », sur lequipe.fr, (consulté le )
  36. « Les pilotes de F1 votent pour Max Verstappen », sur lequipe.fr, (consulté le )
  37. Olivier Ferret, « Officiel : Verstappen prolonge son contrat F1 avec Red Bull jusqu’en 2028 », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le )
  38. « Victoires Années consécutives », sur statsf1.com, (consulté le )
  39. « Grand Prix - Par âge », sur statsf1.com, (consulté le )
  40. « Point - Par âge », sur statsf1.com, (consulté le )
  41. « En tête - Par âge », sur statsf1.com, (consulté le )
  42. « Podium - Par âge », sur statsf1.com, (consulté le )
  43. « Victoire - Par âge », sur statsf1.com, (consulté le )
  44. « Meilleurs tour - Par âge », sur statsf1.com, (consulté le )
  45. (en) « Plus jeune pilote à atteindre 50 podium », (consulté le )
  46. « Pilotes - victoires dans une année », sur statsf1.com, 31 octobres 2022 (consulté le )

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :