Ouvrir le menu principal

Grand Prix automobile de Monaco 2019

Grand Prix de Monaco 2019
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 78
Longueur du circuit 3,337 km
Distance de course 260,286 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton,
Mercedes,
h 43 min 28 s 437
(vitesse moyenne : 150,928 km/h)
Pole position Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton,
Mercedes,
min 10 s 166
(vitesse moyenne : 171,211 km/h)
Record du tour en course Drapeau de la France Pierre Gasly,
Red Bull-Honda,
min 14 s 279
(vitesse moyenne : 161,730 km/h)

Le Grand Prix automobile de Monaco 2019 (Formula 1 Grand Prix de Monaco 2019) disputé le 26 mai 2019 sur le circuit de Monaco, est la 1003e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit de la soixante-sixième édition du Grand Prix de Monaco comptant pour le championnat du monde de Formule 1 et la sixième manche du championnat 2019.

Pour la quatrième fois en six courses, les Mercedes monopolisent la première ligne de la grille de départ. Lewis Hamilton réalise la quatre-vingt-cinquième pole position de sa carrière (sa deuxième de la saison) en battant son coéquipier Valtteri Bottas de 86 millièmes de seconde sous le drapeau à damiers, améliorant, en 1 min 10 s 166, le record du circuit. Sur la deuxième ligne, Max Verstappen se montre plus véloce que Sebastian Vettel, relégué à huit dixièmes des Flèches d'Argent. La troisième ligne est composée de Kevin Magnussen et Daniel Ricciardo qui obtient son meilleur résultat en qualifications avec Renault ; ils précèdent Daniil Kvyat et Pierre Gasly, auteur du cinquième temps mais pénalisé d'un recul de trois places. Carlos Sainz Jr. et Alexander Albon partent de la cinquième ligne. Une erreur stratégique dans le stand de la Scuderia Ferrari lors de la première phase des qualifications provoque l'élimination prématurée de Charles Leclerc ; à domicile, il s'élance donc en seizième position.

Mercedes Grand Prix remporte sa sixième course en six Grands Prix disputés mais ne réalise pas de doublé. Lewis Hamilton mène l'épreuve de bout en bout, comme deux semaines plus tôt en Espagne, cette fois suivi comme son ombre et menacé durant soixante-six tours par Max Verstappen. C'est la soixante-dix-septième victoire de sa carrière, sa quatrième cette saison, son 140e podium et son dix-septième Grand Prix mené du premier au dernier tour. Il est cependant victime d'une erreur de son écurie qui le chausse en pneus médiums lors de son passage au stand du onzième tour alors que ses rivaux repartent en gommes dures. Terminant la course avec ses gommes très dégradées, particulièrement à l'avant, Hamilton profite de la puissance supérieure de son moteur dans la ligne droite des stands et dans le tunnel pour résister au pilote de la Red Bull RB15 qui revient systématiquement à sa hauteur dans les virages lents (l'épingle du Loews en particulier) ; il porte une attaque à la chicane du port à trois tours de l'arrivée : les deux voitures se touchent mais sans dommages.

La course débute par une tentative de remontée de Charles Leclerc qui, après avoir passé Lando Norris et Romain Grosjean, bute sur Nico Hülkenberg au virage de la Rascasse. Le pilote Ferrari crève son pneu arrière droit puis déchappe dans son tour de rentrée et abîme son fond plat. La voiture de sécurité sort alors au onzième tour pour trois boucles, afin de nettoyer la piste jonchée de débris de carbone. Si Leclerc abandonne peu après, Verstappen tasse Bottas dans la voie des stands, ressortant devant lui non sans avoir provoqué sa crevaison : le Finlandais doit repasser par la pitlane et perd la troisième place au profit de Vettel ; Verstappen écope pour sa part d'une pénalité de cinq secondes pour avoir provoqué cet incident. Bien que franchissant la ligne d'arrivée dans les échappements d'Hamilton, il rétrograde au quatrième rang, derrière Vettel et Bottas deuxième et troisième sur le podium. Pour ses efforts constants, Verstappen est élu « pilote du jour ».

Comme au Grand Prix de Chine, Pierre Gasly sécurise la cinquième place au point de pouvoir s'arrêter à quelques tours de l'arrivée pour chausser des pneumatiques tendres et réaliser le meilleur tour en course. Au gré de la longueur de leurs relais et de la manière dont ils parviennent à conserver leurs pneumatiques en bon état, les autres pilotes se battent pour les accessits : Carlos Sainz Jr. prend la sixième place devant un groupe compact constitué de Daniil Kvyat, Alexander Albon, Daniel Ricciardo et Romain Grosjean, à nouveau dixième bien qu'ayant franchi la ligne d'arrivée en neuvième position : il a été pénalisé de cinq secondes pour avoir mordu la ligne jaune à la sortie des stands.

Avec 137 points, Hamilton conserve la première place du championnat devant Bottas (120 points). Vettel (82 points) reprend la troisième place à Verstappen (78 points) qui devance Leclerc resté à 57 points ; suivent Gasly (32 points), Sainz (18 points), Magnussen (14 points), Pérez et Räikkönen (13 points) et Norris (12 points). Chez les constructeurs, Mercedes (257 points sur 264 possibles) précède Ferrari (139 points) et Red Bull Racing (110 points) ; suivent McLaren (30 points) Racing Point (17 points), Haas (16 points), Toro Rosso (16 points), Renault (14 points) et Alfa Romeo (13 points). Williams ne compte toujours aucun point.

Pneus disponiblesModifier

Pneus disponibles à Monaco[1]
Pneus pour piste sèche Pneus pluie
Durs (Type C3) Médiums (Type C4) Tendres (Type C5)      
Intermédiaires
    
      Pluie

Contexte avant le Grand PrixModifier

Procès Rich EnergyModifier

Le fabricant de cycles Whyte Bikes a porté plainte contre Rich Energy, le sponsor de Haas F1 Team pour le plagiat de son logo, les deux emblèmes représentant un cerf quasi identique. La justice ayant donné raison au fabricant de vélos, celui-ci est en mesure d'exiger que Rich Energy cesse d'utiliser son logo actuel ou s'acquitte d'un dédommagement financier. L'affaire doit faire l'objet d'une nouvelle audience au tribunal sous un mois ; les monoplaces et casques des pilotes Haas F1 Team continuent toutefois d'arborer le logo au Grand Prix de Monaco[2].

Décès de Niki LaudaModifier

 
L'inscription en écriture cursive reprise par de nombreuses écuries en hommage à Lauda.

La livrée des Mercedes a été modifiée afin de rendre hommage à Niki Lauda, mort à 70 ans le 20 mai. Pour saluer leur président non-exécutif, une des étoiles du capot moteur a été peinte en rouge et le museau des W10 comporte l'inscription « Danke Niki » ainsi que la signature du triple champion du monde de F1[3]. Le jeudi, l'équipe présente ses monoplaces avec un halo rouge et une inscription « Niki we miss you »[4].

Six autres écuries ont apposé des hommages sur leurs monoplaces. McLaren a inscrit « 1984 » entouré d'une couronne de lauriers en référence à son troisième et dernier titre de champion du monde obtenu au volant d'une de leur monoplace ; les Scuderia Ferrari et Haas F1 Team ont repris le nom « Niki Lauda » dans sa célèbre typographie cursive, la Scuderia Toro Rosso et Red Bull Racing arborent une photographie en noir et blanc du pilote avec un « Danke Niki » aux couleurs du drapeau autrichien ; Williams F1 Team arbore également un « Danke Niki »[5].

Sebastian Vettel utilise ce weekend un casque intégralement rouge, reprenant les codes stylistiques utilisés par le triple champion du monde durant sa carrière[6]. Lewis Hamilton dispute l'épreuve avec un casque spécial, rouge et blanc[7].

Lewis Hamilton, marqué par la mort de Lauda dont il était proche, a demandé à Mercedes de ne pas participer aux rendez-vous médiatiques prévues le mercredi, dont sa participation à la conférence de presse de la FIA. Mercedes et la FIA ont accepté cette demande et son équipier Valtteri Bottas l'a remplacé à la conférence de presse. L'ancien pilote John Watson, qui a couru en Formule 1 du temps de Lauda, s'en est vivement pris à son compatriote : « Si cela avait été Lewis qui était mort, Niki aurait pris la parole, aurait utilisé son langage très cru pour dire à quel point Lewis était un pilote exceptionnel et un champion d'exception. Mais Lewis n'a pas connu l'époque où nous risquions réellement nos vies lors de chaque Grand Prix que nous disputions. Donc oui, je trouve son absence pathétique. J’aimerais bien savoir comment il peut justifier ça. Il aurait dû parler par respect pour celui qu'il considère comme son ami. Être tellement en colère suite au décès de quelqu'un au point d'être incapable de parler de son admiration pour Niki qui l'a tant aidé durant sa carrière, c'est juste pathétique[8]. »

Le dimanche sur la grille de départ, tous les pilotes se mettent en cercle autour de son casque, pour rendre hommage à Niki Lauda en portant sa légendaire casquette rouge, sur laquelle est écrit « Niki »[9].

Trois-centième engagement en Grand Prix de Kimi RäikkönenModifier

Le Grand Prix de Monaco constitue le 300e engagement de Kimi Räikkönen en Formule 1. Il est le cinquième pilote à atteindre ce seuil, après Rubens Barrichello, Fernando Alonso, Michael Schumacher et Jenson Button. Fidèle à son flegme, le Finlandais déclare : « Au bout du compte, c'est juste un chiffre ; bien sûr les choses ont évolué depuis ma première course mais, après cela, une fois que vous avez disputé un certain nombre de courses cela ne change pas beaucoup. C'est plus ou moins le même agenda, jour après jour, année après année. Bien sûr, certains pays changent parfois mais le même agenda demeure. Le seul changement, c’est quand une course se déroule de nuit […] Peu importe les pistes, tout ce qui arrive de weekend en weekend, année après année, c’est plus ou moins un copier-coller. » Son écurie communique sur cet évènement en présentant une parodie du film 300, Kimi Räikkönen étant représenté en Léonidas[10].

Pour autant, il ne s'agit pas de son 300e départ en Grand Prix puisque le Finlandais ne prit ni le départ du Grand Prix automobile des États-Unis 2005 ni celui du Grand Prix automobile de Malaisie 2017[11].

Essais libresModifier

Première séance, le jeudi de 11 h à 12 h 30Modifier

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[12]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 12 s 106
2   Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 12 s 165 + 0 s 059
3   Valtteri Bottas Mercedes 1 min 12 s 178 + 0 s 072
4   Charles Leclerc Ferrari 1 min 12 s 467 + 0 s 361
5   Sebastian Vettel Ferrari 1 min 12 s 823 + 0 s 717
6   Pierre Gasly Red Bull-Honda 1 min 13 s 170 + 1 s 064
  • Alors que Hamilton, Verstappen et Bottas se tiennent dans un mouchoir de poche (72 millièmes de seconde les séparant à l'issue d'une heure et demi de roulage), Romain Grosjean et Kevin Magnussen sont visés par un drapeau noir particulier puisqu'à l'initiative de leur propre écurie. Après seulement quelques tours de piste, les deux pilotes Haas F1 Team ont regagné à leur stand, comme l'intime ce drapeau agité en bord de piste par les commissaires car un problème de radio empêchait le stand d'avoir le moindre contact avec eux. L'équipe a d'abord essayé de les faire rentrer en utilisant le panneautage sur le muret mais les pilotes ne l'ont pas vu. Haas a alors demandé à la FIA d'intervenir avec la présentation du drapeau noir. À Monaco, les communications radio sont difficiles à cause des nombreux immeubles et du tunnel[13],[14].

Deuxième séance, le jeudi de 15 h à 16 h 30Modifier

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[15]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 11 s 118
2   Valtteri Bottas Mercedes 1 min 11 s 199 + 0 s 081
3   Sebastian Vettel Ferrari 1 min 11 s 881 + 0 s 763
4   Pierre Gasly Red Bull-Honda 1 min 11 s 938 + 0 s 820
5   Alexander Albon Toro Rosso-Honda 1 min 12 s 031 + 0 s 913
6   Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 12 s 052 + 0 s 934

Troisième séance, le samedi de 12 h à 13 hModifier

Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[16]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Charles Leclerc Ferrari 1 min 11 s 265
2   Valtteri Bottas Mercedes 1 min 11 s 318 + 0 s 053
3   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 11 s 478 + 0 s 213
4   Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 11 s 539 + 0 s 274
5   Pierre Gasly Red Bull-Honda 1 min 11 s 738 + 0 s 473
6   Antonio Giovinazzi Alfa Romeo-Ferrari 1 min 12 s 170 + 0 s 905
  • Au bout de dix-sept minutes, Sebastian Vettel tire tout droit à Sainte-Dévote et écrase sa SF90 dans les protections. Il abîme sa suspension avant-gauche et détruit son aileron ; une course contre la montre s'engage alors pour que sa monoplace soit réparée à temps pour les qualifications[17].

Séance de qualificationsModifier

Résultats des qualificationsModifier

Résultats des qualifications[18]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 11 s 542 1 min 10 s 835 1 min 10 s 166
2   Valtteri Bottas Mercedes 1 min 11 s 562 1 min 10 s 701 1 min 10 s 252
3   Max Verstappen Red Bull-Honda 1 min 11 s 597 1 min 10 s 618 1 min 10 s 641
4   Sebastian Vettel Ferrari 1 min 11 s 434 1 min 11 s 227 1 min 10 s 947
5   Pierre Gasly Red Bull-Honda 1 min 11 s 740 1 min 11 s 457 1 min 11 s 041
6   Kevin Magnussen Haas-Ferrari 1 min 11 s 865 1 min 11 s 363 1 min 11 s 109
7   Daniel Ricciardo Renault 1 min 11 s 767 1 min 11 s 543 1 min 11 s 218
8   Daniil Kvyat Toro Rosso-Honda 1 min 11 s 602 1 min 11 s 412 1 min 11 s 271
9   Carlos Sainz Jr. McLaren-Renault 1 min 11 s 872 1 min 11 s 608 1 min 11 s 417
10   Alexander Albon Toro Rosso-Honda 1 min 12 s 007 1 min 11 s 429 1 min 11 s 653
11   Nico Hülkenberg Renault 1 min 12 s 097 1 min 11 s 670
12   Lando Norris McLaren-Renault 1 min 11 s 845 1 min 11 s 724
13   Romain Grosjean Haas-Ferrari 1 min 11 s 837 1 min 12 s 027
14   Kimi Räikkönen Alfa Romeo-Ferrari 1 min 11 s 993 1 min 12 s 115
15   Antonio Giovinazzi Alfa Romeo-Ferrari 1 min 11 s 976 1 min 12 s 185
16   Charles Leclerc Ferrari 1 min 12 s 149
17   Sergio Pérez Racing Point-BWT Mercedes 1 min 12 s 233
18   Lance Stroll Racing Point-BWT Mercedes 1 min 12 s 846
19   George Russell Williams-Mercedes 1 min 13 s 477
20   Robert Kubica Williams-Mercedes 1 min 13 s 751
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 16 s 434 (107 % de 1 min 11 s 434)
  • Une erreur stratégique du stand Ferrari provoque l'élimination de Charles Leclerc en Q1. Il n'est pas relancé en piste après sa première tentative alors que son coéquipier ressort des stands au dernier moment, réalise le meilleur temps et provoque, par contrecoup, son élimination. Le soir, le patron de l'écurie Mattia Binotto donne une conférence de presse pour expliquer cette bourde lourde de conséquences : « Le temps nécessaire pour passer en Q2 est calculé en fonction de ce que nous pourrions voir arriver sur la piste, en prenant en compte les secteurs en temps réel de nos adversaires et des autres pilotes. Quand ce temps est calculé, nous prenons normalement une marge de sécurité. Cette marge est assez bonne pour nous permettre un certain nombre de tolérances et d'incertitudes que l'on pourrait rencontrer. Certainement, aujourd'hui, cette marge n'était pas suffisante ou très faible. Il y a deux raisons à cela. D'abord, l'amélioration de la piste a été très importante à la fin de la Q1, ensuite, probablement que nos calculs n'ont pas pris suffisamment en compte la capacité des pilotes à gagner en confiance à Monaco et avec le recul, il est clair que cette marge aurait dû être augmentée. Notre marge de sécurité n’était pas suffisante. Nous aurions dû ne pas tenir compte de l'avis du muret des stands mais nous ne l'avons pas fait. C'est navrant pour Charles et c'est une honte pour l’équipe »[19],[20],[21].

Grille de départModifier

  • Antonio Giovinazzi, auteur du quinzième temps, est pénalisé d'un recul de trois places sur la grille de départ pour avoir gêné Nico Hülkenberg ; le pilote italien était au ralenti en Q1 lorsque la Renault, arrivée dans ses échappements, a dû couper son effort au virage de la Rascasse. « Le pilote de la voiture no 99 était entre les virages no 16 et no 18 quand il a été informé que la voiture no 27 était derrière lui. À ce moment, il était au milieu de la piste et a clairement gêné la voiture no 27 ». Les commissaires ont considéré que le pilote de la voiture no 99 était dans un tour d'installation et avait l'opportunité de laisser de la place, qu'il ait reçu un avertissement de son équipe ou non ; il s'élance de la dix-huitième place[22].
  • Pierre Gasly, auteur du cinquième temps, est pénalisé d'un recul de trois places sur la grille de départ pour avoir gêné Romain Grosjean durant la Q2 ; il a ralenti son compatriote qui était dans un tour rapide en étant sur la trajectoire. « Le pilote de la voiture no 8 a dû freiner fort pour éviter un accident avec la no 10. À ce moment-là, la voiture no 8 était dans un tour rapide sur cette zone » ont jugé les commissaires ; il s'élance de la huitième place[23].
La grille de qualification du Grand Prix de Monaco 2019.
La grille de départ du Grand Prix de Monaco 2019.

CourseModifier

Classement de la courseModifier

Classement de la course[24]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 44   Lewis Hamilton Mercedes 78 1 h 43 min 28 s 437 (150,928 km/h) 1 25
2 5   Sebastian Vettel Ferrari 78 + 2 s 602 4 18
3 77   Valtteri Bottas Mercedes 78 + 3 s 162 2 15
4 33   Max Verstappen Red Bull-Honda 78 + 5 s 537 (dont 5 s de pénalité) 3 12
5 10   Pierre Gasly Red Bull-Honda 78 + 9 s 946 8 10 + 1
6 55   Carlos Sainz Jr. McLaren-Renault 78 + 53 s 454 9 8
7 26   Daniil Kvyat Toro Rosso-Honda 78 + 54 s 574 7 6
8 23   Alexander Albon Toro Rosso-Honda 78 + 55 s 200 10 4
9 3   Daniel Ricciardo Renault 78 + 1 min 00 s 894 6 2
10 8   Romain Grosjean Haas-Ferrari 78 + 1 min 01 s 034 (dont 5 s de pénalité) 13 1
11 4   Lando Norris McLaren-Renault 78 + 1 min 06 s 801 12
12 11   Sergio Pérez Racing Point-Mercedes 77 + 1 tour 16
13 27   Nico Hülkenberg Renault 77 + 1 tour 11
14 20   Kevin Magnussen Haas-Ferrari 77 + 1 tour (dont 5 s de pénalité) 5
15 63   George Russell Williams-Mercedes 77 + 1 tour 19
16 18   Lance Stroll Racing Point-Mercedes 77 + 1 tour (dont 5 s de pénalité) 17
17 7   Kimi Räikkönen Alfa Romeo-Ferrari 77 + 1 tour 14
18 88   Robert Kubica Williams-Mercedes 77 + 1 tour 20
19 99   Antonio Giovinazzi Alfa Romeo-Ferrari 76 + 2 tours (dont 10 s de pénalité) 18
Abd. 16   Charles Leclerc Ferrari 16 Dégâts 15

Pole position et record du tourModifier

Tours en têteModifier

Classements généraux à l'issue de la courseModifier

StatistiquesModifier

Le Grand Prix de Monaco 2019 représente :

  • la 85e pole position de Lewis Hamilton, sa deuxième à Monaco et sa seconde de la saison[30] ;
  • la 77e victoire de Lewis Hamilton[31] ;
  • le 140e podium de Lewis Hamilton[32] ;
  • le 17e Grand Prix mené de bout en bout par Lewis Hamilton[33] ;
  • la 93e victoire de Mercedes Grand Prix en tant que constructeur[34] ;
  • la 179e victoire de Mercedes en tant que motoriste[35].

Au cours de ce Grand Prix :

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :


RéférencesModifier

  1. (en) « 2019 MONACO GRAND PRIX TYRES COUMPOUND CHOICES », sur press.pirelli.com, (consulté le 28 mars 2019)
  2. Benjamin Vinel et Jonathan Noble, « Procès Rich Energy : pas de nouvelle livrée chez Haas », sur fr.motorsport.com, (consulté le 23 mai 2019)
  3. Scott Mitchell, « Mercedes va rendre hommage à Lauda à Monaco », sur fr.motorsport.com, (consulté le 23 mai 2019)
  4. Grégory Demoen, « La Mercedes vire au rouge à Monaco ! », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 24 mai 2019)
  5. Grégory Demoen, « Mort de Lauda : sept équipes de F1 lui rendent hommage », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 23 mai 2019)
  6. Basile Davoine, « Le casque hommage de Vettel pour Lauda à Monaco », sur fr.motorsport.com, (consulté le 23 mai 2019)
  7. Basile Davoine, « F1 - HAMILTON A AUSSI REPRIS LE CASQUE DE LAUDA », sur news.sportauto.fr, (consulté le 27 mai 2019)
  8. Grégory Demoen, « Mort de Lauda : l'attitude de Hamilton vivement critiquée », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 23 mai 2019)
  9. L'essentiel, « Les pilotes en casquette rouge pour Niki Lauda », sur L'essentiel, (consulté le 27 mai 2019)
  10. Alexandre Combralier, « 300 courses ? Räikkönen s'en fiche un peu… », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 22 mai 2019)
  11. Guillaume Alvarez, « Räikkönen va franchir un cap spécial à Monaco. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 23 mai 2019)
  12. Formula One Management, « FORMULA 1 GRAND PRIX DE MONACO 2019 - PRACTICE 1 », sur formula1.com, (consulté le 23 mai 2019)
  13. Emmanuel Touzot, « Monaco, EL1 : Hamilton donne le ton devant Verstappen », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 23 mai 2019)
  14. Basile Davoine, « Un étonnant drapeau noir pour les pilotes Haas à Monaco », sur fr.motorsport.com, (consulté le 23 mai 2019)
  15. Formula One Management, « FORMULA 1 GRAND PRIX DE MONACO 2019 - PRACTICE 2 », sur formula1.com, (consulté le 23 mai 2019)
  16. Formula One Management, « FORMULA 1 GRAND PRIX DE MONACO 2019 - PRACTICE 3 », sur formula1.com, (consulté le 24 mai 2019)
  17. Grégory Demoen, « GP de Monaco - Libres 3 : Leclerc en tête, Vettel dans le mur », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 26 mai 2019)
  18. Formula One Management, « FORMULA 1 GRAND PRIX DE MONACO 2019 - QUALIFYING », sur formula1.com, (consulté le 24 mai 2019)
  19. Grégory Demoen, « Ferrari explique sa bourde des qualifs et s'excuse », sur f1i.auto-moto.com (consulté le 26 mai 2019)
  20. Basile Davoine, « Ferrari explique son erreur et sa prise de risque avec Leclerc », sur fr.motorsport.com (consulté le 26 mai 2019)
  21. Alexandre Combralier, « Binotto explique la bourde stratégique derrière l'élimination de Leclerc. L'évolution de la piste a été sous-estimée », sur motorsport.nextgen-auto.com (consulté le 26 mai 2019)
  22. Emmanuel Touzot, « Trois places de pénalité sur la grille pour Giovinazzi pour avoir gêné Hülkenberg. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 25 mai 2019)
  23. Emmanuel Touzot, « Gasly à son tour pénalisé de trois places sur la grille. Le Français a gêné Grosjean. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 26 mai 2019)
  24. Formula One Management, « FORMULA 1 GRAND PRIX DE MONACO 2019 - RACE RESULT », sur formula1.com, (consulté le 26 mai 2019)
  25. « Monaco 2019 - Qualifications », sur statsf1.com, (consulté le 25 mai 2019)
  26. « Monaco 2019 - Meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le 26 mai 2019)
  27. « Monaco 2019 Tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le 26 mai 2019)
  28. « Monaco 2019 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 26 mai 2019)
  29. « Monaco 2019 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le 26 mai 2019)
  30. « Lewis Hamilton pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 25 mai 2019)
  31. « Lewis Hamilton Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 25 mai 2019)
  32. « Statistiques pilotes - Podiums par nombre », sur statsf1.com, (consulté le 27 mai 2019)
  33. « En tête de bout en bout », sur statsf1.com, (consulté le 25 mai 2019)
  34. « Mercedes Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 25 mai 2019)
  35. « Moteur Mercedes Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 25 mai 2019)
  36. « Premières lignes verrouillées », sur statsf1.com, (consulté le 27 mai 2019)
  37. Fabien Gaillard, « Verstappen élu "Pilote du Jour" du GP de Monaco 2019 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 26 mai 2019)
  38. Vincent Lalanne-Sicaud, « F1 - GP DE MONACO : LES DONNÉES CLÉS », sur news.sportauto.fr, (consulté le 22 mai 2019)
  39. « You can't Park there, guys », sur Twitter, (consulté le 29 mai 2019)
  40. Vincent Lalanne-Sicaud, « Pas de pénalité pour Hamilton et Verstappen », sur news.sportauto.fr, (consulté le 29 mai 2019)