Ouvrir le menu principal

Grand Prix automobile de Singapour 2015

Grand Prix de Singapour 2015
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 61
Longueur du circuit 5,065 km
Distance de course 308,828 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Ferrari,
h 1 min 22 s 118
(vitesse moyenne : 152,673 km/h)
Pole position Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Ferrari,
min 43 s 855
(vitesse moyenne : 175,521 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo,
Red Bull-Renault,
min 50 s 041
(vitesse moyenne : 165,702 km/h)

Le Grand Prix automobile de Singapour 2015 (2015 Formula 1 Singapore Airlines Singapore Grand Prix), disputé le sur le Circuit urbain de Singapour, est la 929e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit de la huitième édition du Grand Prix de Singapour comptant pour le championnat du monde de Formule 1, et de la treizième manche du championnat 2015. Il présente la particularité depuis sa première édition en 2008 de se disputer en nocturne.

Sebastian Vettel met fin à une série de vingt-trois pole positions consécutives de Mercedes Grand Prix, et sept de Lewis Hamilton, en dominant les qualifications sur le tracé urbain de Marina Bay. Il obtient la quarante-sixième pole position de sa carrière, sa première depuis le Grand Prix du Brésil 2013, la deux-cent-huitième de Ferrari qui n'avait plus placé une voiture en tête sur la grille depuis le Grand Prix d'Allemagne 2012. Le quadruple champion du monde réalise sa première pole position chez Ferrari en dominant largement la troisième phase des qualifications puisqu'il établit le meilleur temps dès sa première tentative puis enfonce le clou dans les ultimes secondes pour devancer son ancien coéquipier Daniel Ricciardo de plus d'une demi-seconde (543/1000e). Kimi Räikkönen, auteur du troisième temps, est en deuxième ligne, en compagnie de Daniil Kvyat, tandis que les Flèches d'Argent partent de la troisième ligne, Hamilton cinquième devant Nico Rosberg.

Sebastian Vettel, parti de la pole position, mène la course du premier au soixante-et-unième tour et remporte ainsi sa troisième victoire pour Ferrari cette saison, la quarante-deuxième de sa carrière, ce qui lui permet d'accéder au troisième rang du palmarès des vainqueurs de Grand Prix en dépassant Ayrton Senna. C'est également son quatrième succès personnel à Singapour. Il doit creuser l'écart sur Daniel Ricciardo en début de course puis à deux autres reprises à cause de deux sorties de la voiture de sécurité (après un accrochage entre Nico Hülkenberg et Felipe Massa au quinzième tour et en raison de la présence d'un spectateur sur la piste au trentième-huitième tour). Ricciardo, auteur du meilleur tour en course dans sa cinquante-deuxième boucle, se classe deuxième tandis que, parti de la troisième position sur la grille, Kimi Räikkönen termine à la même place ; deux Ferrari montent donc le podium pour la première fois depuis le Grand Prix d'Espagne 2013 alors qu'aucune Mercedes ne l'atteint, Nico Rosberg finissant quatrième et Lewis Hamilton abandonnant à cause d'une défaillance de sa pédale d'accélérateur. Valtteri Bottas se classe cinquième devant Daniil Kvyat et Sergio Pérez ; ils sont suivis dans les points par Max Verstappen, Carlos Sainz Jr. et Felipe Nasr.

Lewis Hamilton, malgré son abandon, conserve la tête du championnat du monde, avec 41 points de plus que Rosberg (252 points contre 211). Sebastian Vettel (203 points) se rapproche à huit points de Rosberg tandis que Kimi Räikkönen (107 points) et Valtteri Bottas (101 points) passent devant Felipe Massa qui reste à 97 points après son abandon. Daniel Ricciardo (73 points) passe devant son coéquipier Daniil Kvyat (66 points) et Sergio Pérez (39 points) devance désormais Romain Grosjean (38 points). Mercedes, avec 463 points, conserve la tête du championnat devant Ferrari (310 points) et Williams (198 points) ; suivent Red Bull Racing (139 points), Force India (69 points) et Lotus resté à 50 points. La Scuderia Toro Rosso, avec 41 points précède Sauber (26 points) et McLaren (17 points). Manor Marussia n'a pas encore inscrit de point.

Essais libresModifier

Première séance, le vendredi de 18 h à 19 h 30Modifier

 
L'évacuation de la monoplace d'Alexander Rossi après son crash.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Nico Rosberg Mercedes 1 min 47 s 995
2   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 48 s 314 + 0 s 319
3   Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 48 s 331 + 0 s 336
4   Sebastian Vettel Ferrari 1 min 48 s 494 + 0 s 499
5   Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 48 s 785 + 0 s 790
6   Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 49 s 380 + 1 s 385

La température ambiante est de 30 C° au départ de la première séance d'essais libres du Grand Prix de Singapour où débute en Formule 1 Alexander Rossi qui remplace Roberto Merhi chez Manor Marussia ; le jeune Américain, second du championnat en cours de GP2 Series, devrait terminer la saison avec cette équipe. Tous les pilotes s'élancent pour boucler leur tour d'installation à la fin duquel ils rentrent tous au stand. Force India arbore une livrée agrémentée d'une grille de mesure sur le côté gauche de sa Force India VJM08B. Il faut attendre plusieurs minutes pour que Nico Rosberg établisse le temps de référence, en 1 min 50 s 393 ; il améliore dans la foulée en 1 min 49 s 473 puis 1 min 49 s 184[2],[3],[4].

Après trente minutes d'essais, les pilotes rendent le train de pneus supplémentaire fourni par Pirelli et se relancent en piste. À nouveau, Rosberg améliore son meilleur temps, en 1 min 48 s 004 puis 1 min 47 s 995. Daniil Kvyat rencontre un problème d'unité de puissance dans la deuxième partie de la session, de même que Max Verstappen qui doit rentrer au stand pour permettre une intervention de ses mécaniciens sur son moteur[2],[3],[4].

En fin de séance, les équipes se préparent à la course du dimanche en faisant de longs relais avec le mélange de pneumatiques le plus dur proposé par Pirelli. Lewis Hamilton, en 1 min 48 s 314, prend le deuxième temps derrière son coéquipier et précède Daniel Ricciardo (1 min 48 s 331) et Sebastian Vettel (1 min 48 s 494). Le novice Alexander Rossi, dernier à seulement quelques centièmes de seconde de son équipier Will Stevens, conclut la séance dans le mur du virage no 18 alors qu'il ne reste que quelques minutes avant le drapeau à damier et provoque la sortie des drapeaux rouges et la fin prématurée de la session[2],[3],[4].

Deuxième séance, le vendredi de 21 h 30 à 23 hModifier

 
Daniel Ricciardo à Singapour en 2015.
Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[5]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Daniil Kvyat Red Bull-Renault 1 min 46 s 142
2   Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 46 s 181 + 0 s 039
3   Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 46 s 256 + 0 s 114
4   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 46 s 479 + 0 s 337
5   Sebastian Vettel Ferrari 1 min 46 s 487 + 0 s 345
6   Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 46 s 659 + 0 s 517

La piste est sèche au départ de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix de Singapour. Les pilotes s'élancent en piste dès son ouverture car ils cherchent à profiter au maximum de cette session pour rouler dans des conditions similaires à celles qu'ils rencontreront en course. Daniil Kvyat établit le temps de référence en 1 min 49 s 307 tandis que Will Stevens tape le mur dans le virage no 12, ce qui provoque la sortie des drapeaux rouges[6],[7],[8].

La séance est relancée quelques minutes plus tard et Daniel Ricciardo s'installe en tête du classement en 1 min 48 s 103. Kimi Räikkönen améliore en 1 min 47 s 659 mais s'incline face à Lewis Hamilton qui tourne en 1 min 47 s 633. Après une demi-heure, les premiers pilotes se relancent avec les pneus les plus tendres et Räikkönen reprend la main, en 1 min 46 s 181[6],[7],[8].

Daniil Kvyat, en 1 min 46 s 142 prend ensuite la tête et la conserve jusqu'à la fin de la session. Il devance Kimi Räikkönen de 39 millièmes de seconde (1 min 46 s 181) tandis que son coéquipier chez Red Bull Racing, Daniel Ricciardo, prend la troisième place devant Hamilton qui a raté son freinage lors de sa première sortie en tendres et, après un violent blocage de roue, a terminé sa route dans l'échappatoire. Alexander Rossi, qui avait tapé le mur à la fin de la première séance d'essais, n'a participé qu'aux vingt dernières minutes de la séance, prenant la piste directement en pneus tendres[6],[7],[8].

Troisième séance, le samedi de 18 h à 19 hModifier

 
Lewis Hamilton à Singapour en 2015.
Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[9]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Sebastian Vettel Ferrari 1 min 45 s 682
2   Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 46 s 132 + 0 s 450
3   Daniil Kvyat Red Bull-Renault 1 min 46 s 167 + 0 s 485
4   Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 46 s 359 + 0 s 677
5   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 46 s 802 + 1 s 120
6   Nico Rosberg Mercedes 1 min 47 s 223 + 1 s 541

La température ambiante est de 30 °C et le taux d'humidité de 76 % à quelques instants du départ de la dernière séance d'essais libres donné sur une piste sèche. Alors que les pilotes s'élancent pour boucler leur tour d'installation, Alexander Rossi réalise le temps de référence en 1 min 53 s 249 et devance son coéquipier Will Stevens qui tourne en 1 min 55 s 293. La séance commence mal pour Jenson Button, victime d'un problème qui empêche sa monoplace de démarrer. Un second souci survient quelques instants plus tard et les mécaniciens doivent travailler sur la McLaren MP4-30 jusqu'à la mi-séance[10],[11],[12].

Marcus Ericsson prend la tête en 1 min 50 s 770 mais ne peut résister face à Daniil Kvyat qui enchaîne les tours rapides (1 min 48 s 716, 1 min 47 s 968 et 1 min 47 s 629). Les trois équipes de pointe ce weekend (Red Bull Racing, Scuderia Ferrari et Mercedes Grand Prix) attendent plus de vingt minutes avant de laisser sortir leurs pilotes, à l'exception de Kvyat assidu dès le début de la séance. Sebastian Vettel le relaie en tête en 1 min 46 s 728, toujours chaussé des pneus les plus durs fournis par Pirelli. Lewis Hamilton et Nico Rosberg échouent à trois dixièmes de seconde de la Red Bull RB11. Max Verstappen rate un freinage et se fait remarquer avec un « tout droit », sans conséquence[10],[11],[12].

Les dix dernières minutes sont consacrées à l'évaluation des pneus tendres en conditions de qualification. Daniel Ricciardo s'empare du meilleur temps, en 1 min 46 s 359, quatre dixièmes de seconde devant Vettel. Kimi Räikkönen tourne ensuite en 1 min 46 s 132 puis s'incline derrière son coéquipier Vettel qui évolue en 1 min 45 s 682 ; les Mercedes échouent à plus d'une seconde de Vettel. Fernando Alonso prend la septième place à seulement un centième de seconde de Nico Rosberg. Si la Scuderia Toro Rosso réussit à placer ses deux monoplaces dans les dix premiers, au contraire de Force India qui connaît une séance difficile et de Lotus F1 Team aussi peu compétitive que lors des Essais Libres 2[10],[11],[12].

Séance de qualificationsModifier

Résultats des qualificationsModifier

Session Q1Modifier

 
Nico Rosberg à Singapour en 2015.

La piste est sèche au départ de la première phase de la séance qualificative du Grand Prix de Singapour qui se dispute sous la lumière artificielle de 1500 projecteurs. Alors que les pilotes ne tardent pas à s'élancer, on remarque que seuls les pilotes des écuries de pointe sont chaussés des pneus les plus durs, les autres partant avec le mélange le plus tendre pour accroître leurs chances d'accéder à la Q2. Les Lotus E23 Hybrid sont réglées avec une hauteur de caisse si basse que Romain Grosjean est en difficulté dans son tour d'installation et doit s'arrêter dans une zone de dégagement. Valtteri Bottas fixe le temps de référence en 1 min 48 s 094[13],[14],[15].

Kimi Räikkönen améliore en 1 min 47 s 077 mais voit sa performance battue par Daniel Ricciardo (1 min 46 s 805) puis par Daniil Kvyat. Sebastian Vettel prend la tête en 1 min 46 s 017 puis Räikkönen s'intercale entre les deux Red Bull RB11. Après avoir vu Nico Hülkenberg et Max Verstappen grimper de plusieurs places après avoir chaussé les pneus tendres, de nombreux pilotes, dont Nico Rosberg et Lewis Hamilton, optent pour la sécurité en les imitant[13],[14],[15].

Ainsi chaussé, Hamilton prend la tête en 1 min 45 s 765, mais Kvyat, en 1 min 45 s 340, améliore quelques instants plus tard. Sebastian Vettel prend le risque de rester au stand ; avec Ricciardo et Räikkönen, il est le seul à avoir économisé un train de pneus tendres lors de cette session. La fin de séance est intense en fond de classement et Jenson Button, en lutte contre les Sauber C34, accède in extremis à la deuxième phase qualificative. Les cinq pilotes éliminés sont Alexander Rossi et son coéquipier Will Stevens, Pastor Maldonado, Marcus Ericsson et son coéquipier Felipe Nasr[13],[14],[15].

Session Q2Modifier

 
Kimi Räikkönen à Singapour en 2015.

Les pilotes se relancent les uns après les autres, tous chaussés avec le composé le plus tendre proposé par Pirelli et Valtteri Bottas établit la première référence en 1 min 46 s 247[13],[16],[17].

So coéquipier Felipe Massa tourne ensuite en 1 min 45 s 701 puis Lewis Hamilton améliore en 1 min 45 s 650. Quelques instants plus tard, Daniel Ricciardo prend la tête en 1 min 45 s 291 puis son équipier Daniil Kvyat, en 1 min 44 s 979, bat la pole position de la saison précédente. Dans la foulée, Sebastian Vettel tourne en 1 min 44 s 743 ; cette performance reste la meilleure de cette session. En s'intercalant à nouveau entre les deux Red Bull Racing, Kimi Räikkönen prend ses distances sur les Mercedes Grand Prix de Lewis Hamilton et Nico Rosberg[13],[16],[17].

Tous les pilotes se relancent lors des dernières minutes sauf les quatre premiers Vettel, Kvyat, Räikkönen et Ricciardo. Carlos Sainz Jr. tape alors le mur et rejoint son stand au ralenti au volant d'une voiture qui roule « en crabe » à cause d'un bris de suspension, ce qui provoque la sortie des drapeaux jaunes et ruine les derniers espoirs de Fernando Alonso d'accéder à la Q3.Les cinq pilotes éliminés sont Button et son coéquipier Alonso, Sainz, Sergio Pérez et son coéquipier Nico Hülkenberg[13],[16],[17].

Session Q3Modifier

 
Sebastian Vettel à Singapour en 2015.

Les pilotes s'élancent les uns derrière les autres pour leur première tentative et Daniel Ricciardo réalise un premier tour chronométré en 1 min 44 s 607 qui le place devant Kimi Räikkönen tandis que Lewis Hamilton interrompt son tour lancé après avoir escaladé un vibreur. Plus rapide de trois dixièmes de seconde que son ancien coéquipier, Sebastian Vettel prend le commandement de la séance en 1 min 44 s 305 et devance donc Ricciardo, Räikkönen, Daniil Kvyat, Nico Rosberg (avec 1 s 544 de retard), Valtteri Bottas et Felipe Massa[13],[18],[19].

Tous se relancent pour une deuxième tentative et Ricciardo comprend, dès la fin de son premier secteur, qu'il ne pourra pas obtenir la pole position malgré son secteur excellent. Vettel améliore une nouvelle fois et tourne en 1 min 43 s 885, ce qui lui permet de réaliser la pole position. Kvyat améliore également et accède au quatrième rang, derrière Räikkönen. Hamilton et Rosberg prendront le départ depuis les cinquième et sixième position ; Bottas et Max Verstappen occupent la quatrième ligne devant Felipe Massa et Romain Grosjean[13],[18],[19].

Grille de départModifier

Résultats des qualifications[20]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1   Sebastian Vettel Ferrari 1 min 46 s 017 1 min 44 s 743 1 min 43 s 885
2   Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 46 s 166 1 min 45 s 291 1 min 44 s 428
3   Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 46 s 467 1 min 45 s 140 1 min 44 s 667
4   Daniil Kvyat Red Bull-Renault 1 min 45 s 340 1 min 44 s 979 1 min 44 s 745
5   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 45 s 765 1 min 45 s 650 1 min 45 s 300
6   Nico Rosberg Mercedes 1 min 46 s 201 1 min 45 s 653 1 min 45 s 415
7   Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 46 s 231 1 min 45 s 887 1 min 45 s 676
8   Max Verstappen Toro Rosso-Renault 1 min 46 s 483 1 min 45 s 635 1 min 45 s 798
9   Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 46 s 879 1 min 45 s 701 1 min 46 s 077
10   Romain Grosjean Lotus-Mercedes 1 min 46 s 860 1 min 45 s 805 1 min 46 s 413
11   Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 1 min 46 s 669 1 min 46 s 305
12   Fernando Alonso McLaren-Honda 1 min 46 s 600 1 min 46 s 328
13   Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 46 s 576 1 min 46 s 385
14   Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 1 min 46 s 465 1 min 46 s 894
15   Jenson Button McLaren-Honda 1 min 45 s 891 1 min 47 s 019
16   Felipe Nasr Sauber-Ferrari 1 min 46 s 965
17   Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 1 min 47 s 088
18   Pastor Maldonado Lotus-Mercedes 1 min 47 s 323
19   Will Stevens Manor Marussia-Ferrari 1 min 51 s 021
20   Alexander Rossi Manor Marussia-Ferrari 1 min 51 s 523
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 52 s 713 (107 % de 1 min 45 s 340)
 
La grille de départ du Grand Prix de Singapour 2015.
  • Will Stevens et Alexander Rossi, auteurs des dix-neuvième et vingtième temps qualificatifs sont pénalisés d'un recul de cinq places pour changement de boîte de vitesses, ce qui ne change rien à la composition de la grille de départ[21].

CourseModifier

Déroulement de l'épreuveModifier

Pour la première fois depuis le Grand Prix d'Allemagne 2012, une Ferrari occupe la pole position puisque Sebastian Vettel a réalisé le meilleur temps des qualifications devant Daniel Ricciardo. À l'extinction des feux, l'Allemand s'élance parfaitement et négocie le premier virage devant Ricciardo et Kimi Räikkönen qui a pris le meilleur sur Daniil Kvyat. Max Verstappen ne parvient pas à s'élancer et doit être poussé par ses mécaniciens ; il remonte finalement en piste avec un tour de retard sur le peloton. Au premier passage sur la ligne de chronométrage, Vettel possède trois secondes d'avance sur Ricciardo (il lui a pris une seconde dans chacun des secteurs) ; suivent Räikkönen, Kvyat, Lewis Hamilton, Nico Rosberg, Valtteri Bottas, Felipe Massa, Nico Hülkenberg et son coéquipier Sergio Pérez qui ont manqué de se percuter[22],[23],[24].

Vettel accroît rapidement son avance sur Ricciardo qui atteint près de 5 secondes au troisième tour. Lewis Hamilton en cinquième position n’arrive pas à suivre le rythme de Kvyat qui le précède ; les Williams FW37, elles aussi équipées du bloc Mercedes, se font même menaçantes derrière les Mercedes AMG F1 W06 Hybrid. Fernando Alonso, au volant de sa McLaren MP4-30 résiste, en onzième position, à Carlos Sainz Jr. et Romain Grosjean. Chez Force India, Pérez, dixième, demande à ses ingénieurs d'ordonner à Hülkenberg, neuvième, de le laisser passer car il s'estime retenu par son équipier ; les deux pilotes étant sur des stratégies identiques, sa demande est refusée. Grosjean, toujours bloqué derrière Alonso, rentre le premier au stand, dans le dixième tour, dans le but de réaliser l'undercut. Alonso s'arrête un tour plus tard (avec Sainz, Marcus Ericsson et Pastor Maldonado) et ressort devant la Lotus malgré un mauvais arrêt à cause d'un problème sur le train arrière. Toutefois Grosjean, grâce à ses pneus à température idéale et à l'aileron arrière mobile, réalise une habile manœuvre de dépassement peu après[22],[23],[24].

Hülkenberg stoppe au douzième tour, Kvyat et Massa au treizième. Quelques instants plus tard, à la sortie de la voie des stands, Nico Hülkenberg, lancé, accroche Felipe Massa, à la corde du premier virage. Tandis que le pilote Williams poursuit sa route, l'Allemand abandonne et est pénalisé d'un recul de trois places sur la grille du prochain Grand Prix du Japon. La direction de course déclenche également la voiture de sécurité virtuelle et tous les pilotes qui n'avaient pas encore changé de pneus rentrent au tour suivant. Lors de son arrêt, Jenson Button perd près d'une minute à cause d'un problème d'écrou de roue. Sous le régime de la voiture de sécurité virtuelle, Vettel devance Ricciardo, Räikkönen, Hamilton, Rosberg, Bottas, Pérez, Felipe Nasr, Grosjean, Alonso et Sainz. Après deux nouveaux arrêts au stand (pour faire contrôler sa voiture puis à cause d'une crevaison lente), Massa remonte en piste en quatorzième position, derrière la vraie voiture de sécurité. Verstappen refait peu à peu une partie de son tour de retard et rejoint les Manor Marussia, à 40 secondes de la tête de course[22],[23],[24].

La course n'est relancée qu'à l'entame du dix-neuvième tour. Sainz rencontre un problème et chute à la dix-septième position. Vettel a du mal à se détacher de Ricciardo, lui-même talonné par Räikkönen ; comme depuis le début de l'épreuve, les Mercedes d'Hamilton et Rosberg (en pneus durs) ne peuvent pas suivre le rythme du trio de tête (en pneus tendres). Au dix-huitième tour, les ingénieurs de Ferrari perdent momentanément tout affichage sur leurs écrans du muret des stands. Au vingt-septième tour, Hamilton informe son stand qu'il perd de la puissance : effectivement, il lui manque 40 km/h en bout de ligne droite et Rosberg, Kvyat, Bottas et Pérez le dépassent sans tarder ; la cartographie moteur semble être la cause de son ennui. Maldonado rentre pour changer de pneus au vingt-huitième tour alors que Sebastian Vettel creuse un écart de 3 s 5 sur Ricciardo en seulement deux boucles. Ericsson et Sainz rentrent au tour suivant, tandis que Massa, Hamilton et Alonso abandonnent de conserve. Kvyat, Pérez, Nasr et Verstappen stoppent au moment où un homme qui se promène sur le bord de la piste provoque une nouvelle sortie de la voiture de sécurité, au trente-septième tour. Tous les pilotes qui ne l'avait pas fait profitent de l'incident pour changer leurs pneumatiques et, au trente-neuvième tour, derrière la voiture de sécurité, Vettel devance Ricciardo, Räikkönen, Rosberg, Bottas, Kvyat, Pérez, Grosjean, Maldonado, Button, Nasr et Verstappen[22],[23],[24].

À la relance, à l'entame du quarante-et-unième tour, tous doivent éviter une Manor-Marussia en troisième position derrière la voiture de sécurité. Quelques instants plus tard, sur une tentative de freinage tardif, Button percute Maldonado et des débris de l'aileron avant de la McLaren jonchent la piste. Button rentre pour changer le museau de sa monoplace puis abandonne un peu plus tard à cause d'une panne de transmission. Au quarante-cinquième tour, Vettel précède Ricciardo de 3 secondes, Räikkönen de 5 s, Rosberg de 6 s et Bottas de 8 s ; suivent Kvyat, Pérez, Grosjean, Verstappen, Sainz, Maldonado et Nasr. Sainz et son équipier Verstappen pointent tous deux dans les points et luttent âprement avec Romain Grosjean dont les pneus sont à l'agonie. Les Toro Rosso STR10 prennent alors l'avantage et Toro Rosso intime, par deux fois et sans succès, à Verstappen de laisser passer Sainz jugé le plus à même de menacer Pérez. Vettel franchit la ligne d'arrivée en vainqueur devant Daniel Ricciardo et Kimi Räikkönen , suivent pour les points Rosberg, Bottas, Kvyat, Pérez, Verstappen, Sainz et Nasr[22],[23],[24].

Classement de la courseModifier

Classement de la course[25]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 5   Sebastian Vettel Ferrari 61 2 h 01 min 22 s 118 (152,673 km/h) 1 25
2 3   Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 61 + 1 s 478 2 18
3 7   Kimi Räikkönen Ferrari 61 + 17 s 154 3 15
4 6   Nico Rosberg Mercedes 61 + 24 s 720 6 12
5 77   Valtteri Bottas Williams-Mercedes 61 + 34 s 204 7 10
6 26   Daniil Kvyat Red Bull-Renault 61 + 35 s 508 4 8
7 11   Sergio Pérez Force India-Mercedes 61 + 50 s 836 13 6
8 33   Max Verstappen Toro Rosso-Renault 61 + 51 s 450 8 4
9 55   Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 61 + 52 s 860 14 2
10 12   Felipe Nasr Sauber-Ferrari 61 + 1 min 30 s 045 16 1
11 9   Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 61 + 1 min 37 s 507 17
12 13   Pastor Maldonado Lotus-Mercedes 61 + 1 min 37 s 718 18
13 8   Romain Grosjean Lotus-Mercedes 59 + 2 tours (retrait volontaire) 10
14 53   Alexander Rossi Manor Marussia-Ferrari 59 + 2 tours 20
15 28   Will Stevens Manor Marussia-Ferrari 59 + 2 tours 19
Abd. 22   Jenson Button McLaren-Honda 52 Boîte de vitesses 15
Abd. 14   Fernando Alonso McLaren-Honda 33 Boîte de vitesses 12
Abd. 44   Lewis Hamilton Mercedes 32 Accélérateur 5
Abd. 19   Felipe Massa Williams-Mercedes 30 Électronique 9
Abd. 27   Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 12 Accrochage 11

Pole position et record du tourModifier

Tours en têteModifier

Classements généraux à l'issue de la courseModifier

StatistiquesModifier

Le Grand Prix de Singapour 2015 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

Notes et référencesModifier

  1. (en) Formula One Management, « 2015 FORMULA 1 SINGAPORE AIRLINES SINGAPORE GRAND PRIX PRACTICE 1 », sur formula 1.com, (consulté le 18 septembre 2015)
  2. a b et c Paul Gombeaud, « F1 - Singapour L1 : Rosberg bombe le torse. Nico devance Hamilton, Ricciardo et Vettel. », sur nextgen-auto.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  3. a b et c Guillaume Navarro, « EL1 - Rossi débute dans le mur ; Ricciardo entre Mercedes et Ferrari. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  4. a b et c (en) Formula One Management, « FP1 - Ricciardo keeps Mercedes honest in Singapore », sur formula1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  5. (en) Formula One Management, « 2015 FORMULA 1 SINGAPORE AIRLINES SINGAPORE GRAND PRIX PRACTICE 2 », sur formula 1.com, (consulté le 18 septembre 2015)
  6. a b et c Daniel Thys, « F1 - Singapour L2 : Kvyat surprend son monde. La Red Bull brille dans la nuit de Singapour. », sur nextgen-auto.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  7. a b et c Benjamin Vinel, « EL2 - Kvyat meilleur temps, Red Bull à la fête ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  8. a b et c (en) Formula One Management, « FP2 - Kvyat puts Red Bull top at Marina Bay », sur formula1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  9. (en) Formula One Management, « 2015 FORMULA 1 SINGAPORE AIRLINES SINGAPORE GRAND PRIX PRACTICE 3 », sur formula 1.com, (consulté le 19 septembre 2015)
  10. a b et c Paul Gombeaud, « F1 - Singapour L3 : Les Ferrari ne se laissent plus faire ! Vettel devance Raikkonen et les Red Bull. », sur nextgen-auto.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  11. a b et c Benjamin Vinel, « EL3 - Vettel et Ferrari dominent, Mercedes en retrait. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  12. a b et c (en) Formula One Management, « FP3 - Ferrari and Red Bull leave Mercedes trailing », sur formula1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  13. a b c d e f g et h (en) Formula One Management, « Qualifying - Vettel storms to Singapore pole for Ferrari », sur formula1.com, (consulté le 23 septembre 2015)
  14. a b et c Guillaume Navarro, « Q1 - Les deux McLaren qualifiées ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 23 septembre 2015)
  15. a b et c Daniel Thys, « F1 - Vettel en pole position à Singapour. Q1 - 18 minutes », sur nextgen-auto.com, (consulté le 23 septembre 2015)
  16. a b et c Guillaume Navarro, « Q2 - Hülkenberg et Alonso éliminés, Sainz dans le mur. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 23 septembre 2015)
  17. a b et c Daniel Thys, « F1 - Vettel en pole position à Singapour. Q2 - 12 minutes », sur nextgen-auto.com, (consulté le 23 septembre 2015)
  18. a et b Guillaume Navarro, « Qualifications - Ferrari et Red Bull s'offrent le scalp de Mercedes ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 23 septembre 2015)
  19. a et b Daniel Thys, « F1 - Vettel en pole position à Singapour. Q3 - 12 minutes », sur nextgen-auto.com, (consulté le 23 septembre 2015)
  20. (en) Formula One Management, « 2015 FORMULA 1 SINGAPORE AIRLINES SINGAPORE GRAND PRIX QUALIFYING », sur formula 1.com, (consulté le 19 septembre 2015)
  21. « Singapour 2015 Grille de départ », sur statsf1.com, (consulté le 19 septembre 2015)
  22. a b c d et e Daniel Thys, « F1 - Vettel signe une victoire tranquille à Singapour. Sebastian reprend 25 points à Hamilton qui a abandonné. », sur nextgen-auto.com, (consulté le 24 septembre 2015)
  23. a b c d et e Guillaume Navarro, « Course - Vettel résiste à deux voitures de sécurité et un piéton ! », sur motorsport.com, (consulté le 24 septembre 2015)
  24. a b c d et e (en) Formula One Management, « Vettel beats Ricciardo in drama-filled Singapore race », sur formula1.com, (consulté le 24 septembre 2015)
  25. Formula One Management, « 2015 FORMULA 1 SINGAPORE AIRLINES SINGAPORE GRAND PRIX RACE », sur formula1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  26. « Singapour 2015 Qualifications », sur statsf1.com, (consulté le 19 septembre 2015)
  27. « Singapour 2015 Meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  28. « Singapour 2015 Tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  29. « Singapour 2015 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  30. « Singapour 2015 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  31. « Sebastian Vettel Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 19 septembre 2015)
  32. « Sebastian VETTEL Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  33. « Victoires par nombre », sur statsf1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  34. « Ferrari Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  35. « Ferrari Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  36. « Ferrari Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 19 septembre 2015)
  37. « Alexander Rossi Grands prix disputés », sur statsf1.com, (consulté le 19 septembre 2015)
  38. « Sebastian Vettel Points », sur statsf1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  39. « Constructeurs Pole positions consécutivement », sur statsf1.com, (consulté le 19 septembre 2015)
  40. « Moteurs Pole positions consécutivement », sur statsf1.com, (consulté le 20 septembre 2015)
  41. « Pilotes Pole positions consécutivement », sur statsf1.com, (consulté le 19 septembre 2015)
  42. « Pilotes Podiums troisième place », sur statsf1.com, (consulté le 14 novembre 2015)
  43. « Lewis Hamilton Abandons », sur statsf1.com, (consulté le 21 septembre 2015)
  44. « Ferrari - Podiums », sur statsf1.com, (consulté le 21 septembre 2015)
  45. Gaël Angleviel, « GP de Singapour 2015 : Présentation et Horaires. », sur francef1.fr, (consulté le 19 septembre 2015)

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :