Consonne occlusive alvéolaire sourde

son consonantique
(Redirigé depuis API t)

La consonne occlusive alvéolaire sourde est un son consonantique fréquent dans de nombreuses langues. Son symbole dans l'alphabet phonétique international est [t], un T minuscule, mais celui-ci peut aussi représenter une consonne occlusive dentale sourde ; la dentale et l’alvéolaire peuvent être distinguées en utilisant [t̪] avec le signe diacritique indiquant l’articulation dentale et [t], sans signe diacritique[1], ou [t͇], avec le signe diacritique des extensions de l’alphabet phonétique international, pour l’articulation alvéolaire.

Consonne occlusive alvéolaire sourde
Symbole API t
Numéro API 103
Unicode U+0074

Symbole API alternatif
Numéro API alternatif 103 + 675
Unicode alternatif U+0074 + U+0347

X-SAMPA t
Kirshenbaum t

Selon les langues, il peut être simple [t], aspiré [tʰ], palatalisé [tʲ], labialisé [tʷ], pharyngalisé [tˁ], éjectif [tʼ], etc.

CaractéristiquesModifier

Voici les caractéristiques de la consonne occlusive alvéolaire sourde :

  • Son mode d'articulation est occlusif, ce qui signifie qu'elle est produite en obstruant l’air du chenal vocal.
  • Son point d'articulation est alvéolaire, ce qui signifie qu'elle est articulée avec soit la pointe (apical) soit la lame (laminal) de la langue contre la crête alvéolaire.
  • Sa phonation est sourde, ce qui signifie qu'elle est produite sans la vibration des cordes vocales.
  • C'est une consonne orale, ce qui signifie que l'air ne s’échappe que par la bouche.
  • C'est une consonne centrale, ce qui signifie qu’elle est produite en laissant l'air passer au-dessus du milieu de la langue, plutôt que par les côtés.
  • Son mécanisme de courant d'air est égressif pulmonaire, ce qui signifie qu'elle est articulée en poussant l'air par les poumons et à travers le chenal vocatoire, plutôt que par la glotte ou la bouche.

Dans différentes languesModifier

Cette consonne /t/ existe dans de nombreuses langues, avec la graphie suivante :

En anglais et allemand, le /t/, écrit t ou T, peut aussi être aspiré [tʰ] ; les deux réalisations sont allophones.

L'italien possède le /t/, par exemple dans les mots mito, tranne et alto


Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexesModifier