Conséquences de la pandémie de Covid-19

effets indirects de la pandémie de Covid-19 sur l'économie et la société

La pandémie de Covid-19 a d'importantes conséquences économiques, financières, sociales, culturelles, environnementales, politiques, scolaires, judiciaires et sanitaires et sur la santé mentale.

Un double choc d'offre (lié à la baisse de la production) et de demande (lié à la baisse de la consommation notamment sur les services) se produit[1] et de nombreuses entreprises se retrouvent à l'arrêt total ou partiel, faisant craindre des phénomènes de pénurie sur les biens essentiels, en même temps que des mesures de confinement sanitaire sont prises, concernant la moitié de l'humanité[2].

Les marchés financiers commencent à chuter le , en raison d'une augmentation significative du nombre de cas de Covid-19 en dehors de la Chine continentale[3],[4]. La baisse se poursuit par séquences[5],[6],[7] jusqu'au 23 mars, notamment sur les marchés européens et nord-américains, avec la pire journée de l'histoire de la bourse de Paris le 12 mars[8], dans un phénomène de krach boursier.

De très nombreux événements citoyens, d'entreprises et grand public (sportifs, musicaux, salons, élections…) sont annulés ou reportés[9].

Le confinement a des effets psychiques, sur la consommation, sur les modes de sociabilité, mais aussi sur l'environnement (réapparition de la faune en ville, baisse des émissions de CO2…)[10].

Le , le Fonds monétaire international renomme la crise « Grand Confinement » (Great Lockdown), en référence à la Grande Dépression et à la Grande Récession[11].

L'ampleur de la crise amène un grand nombre d'acteurs politiques, économiques, intellectuels à imaginer des modalités pour réinventer la société après le confinement.

Sur le plan macroéconomique, le recul de l'activité économique et les mesures de soutien entraînent au niveau mondial une augmentation des dettes publiques sans précédent.

Au niveau international, en raison de l'accroissement des inégalités et des écarts de richesse mises en évidence par la crise pandémique, qui risquent de plonger 6 à 8 % de la population mondiale dans la pauvreté[12], de nouvelles expériences pour implémenter le revenu universel de base sont mises en place[13].

ContexteModifier

La pandémie de Covid-19, une pandémie d'une maladie infectieuse émergente, la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19), est provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2. Elle apparaît le dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, puis se propage dans le monde entier.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte dans un premier temps la République populaire de Chine et ses autres États membres[14], puis prononce l'état d'urgence de santé publique de portée internationale le [14].

Le , un premier cas est découvert hors de Chine continentale. Deux navires de croisière (le MS Westerdam et le Diamond Princess) sont aussi touchés. Le nombre total de malades hors de la Chine dépasse les 1 500 à la mi-[15].

À partir de janvier 2020, le gouvernement chinois met en œuvre des procédures lourdes de confinement, et place plusieurs villes puis toute une région en quarantaine, fermant de nombreux sites publics et déployant d'importants moyens sanitaires.[réf. nécessaire]

Le , le nombre de nouveaux cas déclarés quotidiennement hors de Chine est plus élevé que dans ce pays[16],[17],[18].

Le , l'épidémie de Covid-19 est déclarée pandémie[19],[20] par l'OMS, qui demande des mesures de protection essentielles pour prévenir la saturation des services de soins intensifs[21] et renforcer l'hygiène préventive et les gestes barrières (lavage des mains, interdiction de cracher dans la rue, incitation à la distanciation physique, interdiction des attroupements, port du masque, suppression des contacts physiques, bises et serrements de mains, fin des attroupements et des grandes manifestations ainsi que des déplacements et voyages non indispensables, promotion du lavage des mains, mise en application de quarantaineetc.). La lutte contre cette pandémie mondiale provoque des annulations en série de manifestations sportives et culturelles sur toute la planète, la mise en place par de nombreux pays de mesures de confinement pour freiner la formation de nouveaux foyers de contagion, la fermeture des frontières de nombreux pays, et un krach boursier du fait des incertitudes et des craintes qu'elle fait peser sur l'économie mondiale. Elle a aussi des effets en termes d'instabilité sociale et économique.

Le taux de létalité provisoire est plus bas que lors des précédentes épidémies à coronavirus[22], avec pour estimation environ 1 à 2 % sur les cas dépistés[23].

Au , environ 1 529 500 cas cumulés sont confirmés dans le monde, dont environ 339 500 personnes guéries et 89 500 morts[15]. L'épidémie est mondiale tous les territoires sont touchés par cette crise sanitaire durable.

Voir en particulier :

Rupture de stock et pénuriesModifier

L'inquiétude liée à la pandémie se traduit dans certains pays par des achats en quantités inhabituelles de denrées alimentaires non périssables (pâtes, conserves, etc.) et de papier toilette débouchant sur des ruptures de stock ponctuelles dans de nombreuses grandes surfaces.

D'autre part, la Pandémie met en tension les chaînes logistiques d'approvisionnement des moyens nécessaires aux traitements des malades (masques, blouses, gants, médicaments, respirateurs, etc.). La mondialisation des achats ne permet pas de palier l'insuffisance des stocks stratégiques et le manque d'autosuffisance locale dans les productions.

Des pénuries mondiales apparaissent sur le marché des masques FFP2.

AlimentairesModifier

 
Rupture de stock de certaines boissons dans un supermarché de Londres, Royaume-Uni, 10 mars 2020
 
Rupture de stock de boîtes de conserve dans un supermarché de la ville de San Luis Potosí, le 20 mars 2020, provoquée par les achats de panique dans la semaine suivant l'arrivée des 10 premiers cas confirmés de covid-19 dans l'État de San Luis Potosí, Mexique

La pandémie de Covid-19 fait craindre des pénuries alimentaires[24]. En conséquence, plusieurs pays émettent des restrictions temporaires à l'exportation de certains produits alimentaires de base, parmi lesquels le Viêt Nam et le Cambodge (sur le riz)[25],[26], le Kazakhstan (sur plusieurs produits dont le blé, le sucre et les pommes de terre)[27], l'Algérie (sur plusieurs produits dont la semoule et la farine)[28] ou encore l'Ukraine (sur le sarrasin)[29].

Malgré des ruptures de stocks pour certaines denrées de base, il n'y a aucune pénurie durant la pandémie de Covid-19 en France. Les filières agroalimentaires pouvant continuer à produire, moyennant des ajustements[30]. Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie dans le gouvernement Édouard Philippe, assure : « La sécurité d’approvisionnement en produits alimentaires et de première nécessité est garantie dans les jours et les semaines à venir […]. 90 à 95 % des références sont disponibles[30].. » L'État appelle à la rationalité et à la solidarité des citoyens[31].

Moyens médicaux et médicamentsModifier

Préoccupés par des problèmes potentiels d'approvisionnement ou de pénurie dus à la pandémie et à ses conséquences, de nombreux pays interdisent ou limitent à titre temporaire l'exportation de certains médicaments ou équipements médicaux, ou de protection médicale. D'après une étude, pour le seul mois de mars 2020, 36 États dans le monde ont adopté de telles mesures[32].

Parmi les pays ayant pris de telles mesures se trouvent notamment la Belgique[33], la France[34], le Royaume-Uni[35], la Roumanie[36], la Hongrie[37], la Serbie[38], la Bulgarie[39], la Turquie[40], le Maroc[41], l'Algérie[42], le Kenya[43], la Corée du Sud[44], l'Indonésie[45], la Malaisie[46], la Colombie[47], ou encore l'Inde[48]. En avril 2020, les États-Unis ordonnent à leur tour l'arrêt des exportations de masques et d'autres équipements de protection nécessaires à la lutte contre le Covid-19[49].

Le 15 mars 2020, la Commission européenne annonce la limitation à l'échelle de l'Union européenne des exportations hors-UE des masques et d'autres équipements médicaux de protection[50]. Toute exportation hors-UE de ce type de matériel est désormais soumise à autorisation[51].

L'augmentation brutale de la demande engendre dès février dans certains hôpitaux et pharmacies une pénurie de masque chirurgical et FFP, de solution hydroalcoolique et de matériel médical (respirateur artificiel notamment). Le personnel de réanimation est également souvent débordé.

Pour essayer de prévenir une éventuelle pénurie en France, l'ANSM a annoncé le 17 mars, la limitation de vente de paracétamol par les pharmaciens. Ce sera une seule boîte par patient en bonne santé et deux boîtes maximum pour ceux qui présentent des symptômes de douleur ou de fièvre[52].

Masque chirurgical et masque de protection FFPModifier

 
Pénurie de masques chirurgicaux dans une pharmacie de Nagano, Japon, 3 février 2020

En 2009, l’État français détenait 723 millions de masques de protection FFP2 et 1 milliard de masques chirurgicaux[53], puis la décision a été prise de ne pas renouveler certains stocks arrivant à péremption[54] car en cas de besoin soudain les usines de production étaient capables d’être actives très rapidement, notamment en Chine. Pour Olivier Véran, l'État français dispose en 2020 d'un stock de 150 millions de masques chirurgicaux et d'aucun stock de masques de protection FFP2[55].

En mars, en France, les masques FFP2 ne sont plus disponibles en pharmacies ni dans les magasins de bricolage et les masques chirurgicaux se font rares, alors qu'à Daegu (Corée du Sud) des files d'acheteurs se forment[56]. Ceci alimente un marché noir, des prix en ligne déraisonnables et des ventes de masques contrefaits, périmés ou défectueux[57].

Au , les pays européens s'interrogent sur leur capacité à gérer la pandémie[58],[59],[60].

Solution hydro-alcooliqueModifier

 
Vendeur ambulant de gel hydroalcoolique, le 1er avril 2020 durant la pandémie de covid-19, sur le parking d'un supermarché de San Luis Potosí (San Luis Potosí, Mexique)

En France notamment, des pénuries de solution hydroalcoolique apparaissent. Le ministre de la Santé Olivier Véran le autorise les pharmacies à produire leur propre solution hydroalcoolique[61].

Respirateur artificielModifier

L'Italie comme nombre de pays manque de respirateurs pour ses patients atteint d'insuffisance respiratoire, la Chine y envoie en 1 000 respirateurs artificiels[62]. La production nationale de pays tels que l'Allemagne, la France, les États-Unis et le Royaume-Uni est multipliée notamment grâce à la mobilisation d'entreprises du secteur automobile.

AutresModifier

 
Pénurie de papier toilette dans un supermarché de Washington DC, États-Unis
 
Affiche dans un supermarché de Delft, Pays-Bas, demandant aux clients de ne pas acheter plus d'un paquet de papier toilette, 13 mars 2020

Des achats de panique entraînant des ruptures de stock de papier toilette sont observées dans plusieurs pays[63].

En début de confinement en Malaisie, l’entreprise Karex, qui fabrique un préservatif sur cinq dans le monde, ferme de manière temporaire ses trois usines. Le gouvernement malaisien autorise la réouverture des usines mais à 50 %. Cette forte baisse de production par rapport à la normale entraîne un ralentissement dans la chaîne approvisionnement (livraisons humanitaires, gouvernementales, etc.). Le Fonds des Nations unies pour la population craint donc une pénurie mondiale de préservatifs[64].

Conséquences économiquesModifier

« La crise économique due à l’épidémie est unique en son genre, s’il fallait tenter de la comparer à quelque chose, ce serait à une catastrophe naturelle. Un tremblement de terre, un ouragan, un tsunami… mais à l’échelle planétaire »[65].

Chocs d'offre et de demandeModifier

Les conséquences économiques de la propagation du SARS-CoV-2 sont brutales, sous l'effet d'un double choc de l'offre (baisse de la production du fait de la mise à l'arrêt d'usines notamment) et de la demande (baisse de la consommation du fait du confinement des individus, de la diminution des transports et des voyages[66] avec fin avril la totalité des 217 destinations internationales qui imposent des restrictions de circulation[67]. La crise économique est considérée comme inédite à la fois de par sa nature (consécutive d'une crise sanitaire) et dans son ampleur[68],[69].

En avril 2020, le FMI prévoit une chute du PIB de 3 % dans le monde et 7,5 % dans la zone euro[70].

En Europe, les réponses économiques, qui font l'objet d'un grand consensus entre économistes [71], incluent la fourniture de 3 000 milliards d'euros de liquidités aux banques par l'Eurosystème, de façon à ce qu'elles puissent continuer à prêter aux entreprises et aux particuliers[72]. L'Eurosystème achète également 750 milliards de titres de dette supplémentaires (pour arriver à 1 000 milliards en 2020) pour que les taux d'intérêt puissent rester bas[73].

La crise se distingue de celle de 2008 en cela que le système bancaire est considérablement plus solide[74].

En France, l'État garantit les prêts à hauteur de trois cents milliards d'euros[75] et au 19 avril, les banques ont fait l'objet de 290 000 demandes d'emprunts pour un montant de 55 milliards d'euros[68]. Pour les entreprises en difficulté avec leurs banques, la Banque de France renforce la médiation du crédit[76]. L'État décide également de reports de charges et d'impôts, pour faire face aux besoins de trésorerie[77]. Un fonds de solidarité pour les petites entreprises est créé[78].

Choc sur l'emploiModifier

Dans la zone euro l'augmentation du chômage a été limité grâce aux mesures de soutien à l’emploi permettant d’amortir le choc. Le taux de chômage est passé de 7,4 %, en décembre 2019, à 8,3 %, en décembre 2020[79].

En France, un dispositif de chômage partiel est mis en place[80], dont 9,6 millions de personnes bénéficient au 21 avril[81]. Les entreprises sont invitées à verser une prime de 1 000 euros aux salariés qui continuent à venir travailler[82].

Dû à la pandémie du Covid-19, selon la Dares, 72 523 ruptures de contrats de travail sont envisagées dans le cadre de plans de sauvegarde de l'emploi initiés depuis le [83]. De mars jusqu'en août 2020, c'était déjà trois fois plus que sur la même période en 2019[84]. Certains salariés et le gouvernement s’interrogent sur l’effet d'aubaine dont profiteraient les entreprises pour mettre en œuvre des restructurations[85],[86]. La crise du Covid-19 a paralysé des pans entiers de l'économie : les transports, les secteurs de l'aéronautique et de l'automobile, leurs sous-traitants font partie des plus touchés ainsi que le tourisme. Certaines entreprises déjà fragiles, notamment dans le secteur du textile ou de l'habillement sont aussi durement touchés[87].

Au début de la crise aux États-Unis, en un mois à partir de mars 2020, 22 millions de personnes ont été licenciées en un mois[88]. Les données publiées à la fin septembre par le ministère du travail montrent le caractère très inégalitaire de la crise économique, le développement du télétravail favorisant nettement les plus diplômés. Le taux de destruction des emplois faiblement rémunérés était huit fois plus élevé que celui des emplois bien payés. Les salariés et indépendants munis de diplômes universitaires étaient proportionnellement quatre fois plus nombreux à pouvoir travailler à domicile que les travailleurs ne possédant pas de diplôme universitaire[89].

En 2020, la France est le pays qui a le plus utilisé le chômage partiel en Europe, avec 34 % de ses employés à son pic, devant l’Italie 30 %, l’Espagne 21 % et l’Allemagne 15 %[90].

Depuis début 2020, les pays qui vivent du tourisme voient disparaître des dizaines de millions d’emplois provocant un « tsunami social ». Les femmes et les travailleurs précaires, jeunes ou peu diplômés, seront les premiers concernés. La chute de 74% du nombre de visiteurs internationaux, en 2020, a déjà provoqué la suppression de 62 millions d’emplois, estime le Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC)[91].

À la suite des réouvertures de l'économie aux États-Unis, en certaines entreprises ont fait face à une pénurie de travailleurs. Une enquête recensait que seulement une offre d'emploi sur quinze trouvait preneur. 40 % de ses emplois allaient à des candidats âgés de 16 à 19 ans. Une raison ressortie pour expliquer cet écart serait que les mesures de soutien économique nécessitaient un historique d'emploi, et les jeunes n'en ayant pas, n'ont pas eu accès aux subventions qui pénalisaient le retour à l'emploi[92].

Prévision récession et repriseModifier

Une récession de 9 % sur l'année 2020 est anticipée et la dette publique augmente à 115 % du PIB[93]. Le ministre de l'action et des comptes publics Gérald Darmanin n'envisage pas une hausse des impôts mais table sur un retour de la croissance (et donc des recettes fiscales) pour la rembourser[94]. Le FMI prévoit un retour à la croissance en France en 2021, avec une prévision de 6 %[95] alors que la Banque de France estime une croissance de 5 %[96]. L'intervention publique permet d'amortir les deux tiers du choc, selon le Gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau[68], qui estime que si la crise est bien gérée, le choc sera « sévère, mais temporaire »[97].

En zone euro, le PIB est en chute historique de 6,8 % en 2020. Après un an de pandémie, l’économie est en suspens, soutenue artificiellement par les États grâce aux plans de soutien, la fin et l'état de sortie de crise pour les pays sont encore des inconnus[98].

Exportations et importationsModifier

La crise de la Covid-19 a eu un effet négatif sur les exportations de la grande majorité des pays occidentaux. Le déficit commercial de la France s'est toutefois plus aggravé que celui de ses voisins européens : la chute des exportations en valeur au deuxième trimestre 2020 a été de 34% par rapport au niveau de fin 2019, contre -25% en Allemagne et -28% en Espagne et en Italie[99].

La spécialisation française de l'aéronautique (aérodépendance) explique à elle seule le tiers de la perte des parts de marché mondiale à l'exportation de la France en 2020. Les exportations aéronautiques et automobiles ont été les plus touchées[100]. Toutefois, c'est la dureté du confinement qui a duré jusqu'à la mi-2020 qui explique une majeure partie de la baisse des exportations[99].

Les importations de matériels destinés à lutter contre la pandémie ont aussi alourdi le déficit. La France a déboursé 5,9 milliards d'euros pour acheter les masques manquants, c'est de l'ordre de la moitié du montant des importations totales de matériels médicaux liés à la crise sanitaire. Cette somme représente à titre d'exemple la moitié du budget de la ville de Paris[100],[101].

On observe toutefois, en 2020, une poursuite des exportations agricoles, ainsi qu'une augmentation forte des exportations en lien avec la santé. Elles ne sont toutefois pas suffisantes pour compenser les pertes liées, principalement voire quasi exclusivement, au commerce automobile et aéronautique[99].

Mobilisation des entreprises pharmaceutiquesModifier

Les entreprises pharmaceutiques se livrent à une course de vitesse dans la mise au point de vaccins contre le Covid-19 et leurs productions industrielles à l'échelle planétaire à l'issue de laquelle le chiffre d'affaires pour le Big Pharma sera très important. Le retard de l’Institut Pasteur et de Sanofi sur les vaccins marque le décrochage de la recherche française. La France a investi trois fois moins dans la recherche publique que le Royaume-Uni ou l’Allemagne pour lutter contre la pandémie[102].

En 2020, la secrétaire d'État au budget Eva De Bleeker a dévoilé les prix des vaccins négociés par l'Union européenne à l'encontre des clauses de confidentialité et du secret des affaires dont les industriels pensaient pouvoir compter[103]. La révélation du prix des vaccins contre le Covid-19, négociés par Bruxelles pour les contrats signés avec les entreprises pharmaceutiques, embarrasse l’industrie et la Commission européenne. La Belgique achètera à six fabricants : 1,78 euro l’unité pour AstraZeneca, 6,93 euros pour Johnson & Johnson, 7,56 euros pour Sanofi/GSK, 10 euros pour CureVac, 12 euros pour Pfizer-BioNTech, 14,68 euros pour Moderna. Soit, pour la Belgique, un coût global de plus de 279 millions d’euros pour 33,5 millions de doses[104].

Impact sur la pauvretéModifier

Dans un rapport intitulé le prix de la dignité[105], publié en avril 2020 par la confédération d'ONG Oxfam international, on estime qu'entre 6 % et 8 % de la population mondiale pourrait basculer dans la pauvreté en raison de l'arrêt économique suscité par la pandémie. Selon le groupement international d'assocations, cela peut constituer un recul de dix ans général en matière de lutte contre la pauvreté, et un recul de trente ans dans certaines régions comme en Afrique subsaharienne, au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord, ces populations étant menacées de tomber sous le seuil de pauvreté à la suite de la pandémie[12].

Conséquences financièresModifier

Engagement de l'ÉtatModifier

« Une étude de l'OFCE qui mesure l'effort budgétaire des pays en additionnant les mesures de soutien et celles des plan de relance montre que, juste avant tout la deuxième vague, la France avait mis sur la tablées gros 4 points de PIB, contre 5,6 en Italie, 5,8 en Allemagne, 6,5 en Espagne, 7,2 au Royaume-Uni, 10,6 aux États-Unis »[106].

Aux États-Unis, un immense plan d’aide a été décidé par le Congrès. Les transferts financiers sont passés globalement de 3 125 milliards de dollars à 4 268 milliards de dollars. ils ont compris les aides fédérales pour les allocations-chômage, et le chèque fiscal[107].

En France, on peut se référer à la position de la présidence de la République s'adressant aux entreprises et aux hôpitaux, et les appelant à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour lutter contre l'épidémie, et ce « Quoi qu'il en coûte »[108], car « La santé n'a pas de prix ». Des dépenses budgétaires sont engagées pour atténuer les conséquences économiques à court terme de la crise économique « Tout sera mis en oeuvre pour protéger nos salariés et pour protéger nos entreprises, quoi qu'il en coûte, là aussi »[109].

Krach boursierModifier

Un krach boursier touche les économies mondiales en durant la pandémie de Covid-19, ainsi qu'en raison des désaccords entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie.

Il participe à la crise économique de la Covid-19.

 
Évolution du Dow Jones et du CAC 40 de à

Baisse du prix de l'énergieModifier

Le cours du pétrole a chuté consécutivement au ralentissement de l'économie chinoise puis de la concurrence entre l'Arabie Saoudite et la Russie avec des cours très volatiles d'un jour à l'autre ; le baril de Brent passant sous la barre des 60 dollars le , le plus bas depuis trois mois[110],[111]. Le , c'est celui du WTI qui passe sous le seuil de 50 dollars avant de descendre brièvement à un prix plancher de 20,2 dollars le avant de remonter à 25 dollars le 19 mars[112].

 
L'évolution du prix du baril West Texas Intermediate de janvier 2019 à mars 2020.

Parmi les effets les plus médiatisés sur les marchés mondiaux, le , le prix du pétrole devient momentanément négatif (les vendeurs paient les acheteurs). Cette situation est liée à la fois à la baisse de la demande consécutive de la crise, et à l’augmentation paradoxale de l’offre décidée par l’OPEP, à la suite d'un désaccord avec la Russie sur la réduction concertée de la production[113].

Le , à la clôture de la bourse de New York, le prix du baril de pétrole américain WTI (West Texas Intermediate) a coté à -37,63 $. Du jamais vu. Les acheteurs d'or noir ont payé pour s'en débarrasser à cause des capacités de stockage saturées du fait de l'absence de consommation[114].

Sur le marché européen de l'électricité, EDF et ses concurrents sont confrontés en mars 2020 à la forte baisse de la demande d'électricité causée par les mesures de confinement appliquées en réaction à la pandémie de Covid-19 et à la chute des prix du marché de gros de l'électricité qui en a résulté.

Sur le marché de gros EPEX SPOT, le à 15 h, la France toujours en confinement sanitaire a connu un cours négatif toute la journée et EDF a dû consentir à ses clients de gros un pic de prix négatif de l'électricité aux alentours de −75 €/MWh[115],[116].

Aux États-Unis, d'après le magazine économique Forbes, entre le 18 mars et le « la valeur nette des 600 plus grosses fortunes américaines a augmenté de 434 milliards de dollars », une augmentation de 15 %[117]

Progression de l'endettementModifier

En , la Réserve fédérale des États-Unis alerte sur le niveau élevé d’endettement des ménages et entreprises qui ont emprunté grâce à des taux très bas depuis le début de la crise du Covid-19. Elle met en garde contre le risque élevé d’impayés pouvant mettre en jeu la stabilité financière[118].

Les mesures de soutien à l'économie de la part des différents gouvernements, couplées à la diminution des PIB, entraine une hausse des dettes publiques sans précédent, avec des ratios dette publique/PIB en forte augmentation : 60 000 milliards de dollars soit 131% du PIB pour les seuls pays avancés, avec des ratios moindres pour les autres pays, mais posant dans tous les cas la question de leur remboursement ou de leurs modalités de remboursement[119].

La dette publique française atteint 120 % du Produit intérieur brut(PIB)[120]. En Italie elle monte à 158% du PIB en 2020[121].

Selon Institute of International Finance, l'économie mondiale a fini l'année 2020 avec 20 000 milliards de dette de plus qu'à la fin 2019 pour atteindre le montant de 277 000 milliards de dollars [106].

Sur profits d'entreprises pharmaceutiquesModifier

Pfizer et Moderna, deux entreprises américaines, prévoient un chiffre d'affaires de, respectivement, 26 et 18 milliards de dollars en 2021 grâce à leurs vaccins à ARN messager. Pfizer a gagné 3,5 milliards de dollars de profit au 1er trimestre 2021 sur les vaccins à ARN messager (l’allemand BioNTech, en partenariat avec Pfizer sur le vaccin contre la Covid-19, devrait en faire autant). On attend des résultats de même ordre de grandeur rapporté à son chiffre d'affaires pour Moderna cette jeune entreprise, qui, jusqu’à présent, n’avait jamais réalisé de bénéfices[122].

Accroissement des fortunesModifier

Selon Oxfam, les dix plus grosses fortunes mondiales ont vu leur fortune augmenter, de 540 milliards de dollars au total, entre le et le . Les 1 000 plus fortunés ont recouvré toutes leurs pertes en seulement neuf mois, notamment « grâce à un soutien sans précédent des gouvernements pour leur économie », qui a permis au « marché boursier de prospérer »[123].

Selon Forbes, à titre d'exemple, le Français Stéphane Bancel patron de Moderna, a vu sa fortune estimée à 3,3 milliards d’euros. Uğur Şahin, fondateur et dirigeant de BioNTech avec sa femme Özlem Türeci directrice médicale de la société, possède aujourd’hui une fortune de 3,3 milliards d’euros[122],[124].

Conséquences politiquesModifier

Pouvoir exécutif perturbéModifier

À titre d'exemple des responsables politiques contaminés, on peut citer Boris Johnson, Jair Bolsonaro, Donald Trump, Emmanuel Macron[125], Andrés Manuel López Obrador[126]… Les pouvoirs exécutifs des États ont été perturbés durant les temps des soins et d'isolements mais la continuité des États a été préservée.

Renforcement du rôle de l'ÉtatModifier

Pendant la crise sanitaire, l’État-providence, protecteur et stratège, joue son rôle dans de nombreux pays. Un fait qui pourrait faire évoluer les mentalités en Europe[127]. Les États ont adopté des politiques de soutien budgétaire, creusant leurs déficits.

Dans une autre direction, on se demande si l'Union européenne ne pourrait pas vivre un « moment hamiltonien » de l’émission de dette commune des États, en allusion à une étape importante de la construction des États-Unis d’Amérique comme État fédéral à la fin du XVIIIe siècle[127].

Restriction des libertésModifier

À la suite du développement de la pandémie de Covid-19, dans un but de santé publique, des décisions politiques ont été prises : état d'urgence sanitaire, confinement, autorisations de sortie et contrôles de la circulation des personnes, limitation des déplacements en trains, en avions, en bateaux, en voitures, contrôles renforcés aux frontières, limitation des réunions publiques et privées, fermetures administratives ou limitations d'affluence dans les bars, restaurants, musées, théâtres, cinéma, salles de spectacles, parcs de loisirs, stades, salles de sports, associations sportives, établissements scolaires ou universitaires et de nouvelles mesures de couvre-feu se mettent en place. En 2021, du à la multiplication de virus mutants par exemple au Royaume-Uni, le passage de frontières vers ou en provenance de pays hors UE sont interdits sauf « motifs impérieux » (y compris pour les Français de retour)[128]. Quelques pays mettent en œuvre des mesures d'isolement strict à l’hôtel à l’arrivée sur leur territoire [129]. l’Australie, qui applique la stratégie « zéro Covid » a interdit le retour d'Inde de ses propres citoyens sous peine de prison[130].Une surveillance numérique est mise en place par certains pays, au moyen de suivi des téléphones mobiles. Ces mesures d'exception sont applicables à titre temporaire. Les mesures peuvent concerner des périodes et territoires différenciés en fonction de l'intensité de circulation du virus et de paramètres de capacités des structures hospitalières[131],[132],[133],[134]. La consommation d'alcool sur l'espace public peut être interdite pour limiter les regroupements sur les quais, places, espaces verts[135].

En , un vote en Hongrie donne des pouvoirs quasi illimités au Premier ministre Viktor Orban[134].

En , l’état d’urgence a été décrété en Arménie, Moldavie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Kazakhstan, ainsi que deux régions d'Ukraine, Roumanie, au Portugal, en Italie, en Espagne[136],[137].

Fin 2020, la Suède a choisi les recommandations, plutôt que le confinement, orientation, responsabilisante préservant les libertés, originale sur la scène internationale. La commission d'enquête, nommée par le gouvernement pour évaluer la gestion de la crise sanitaire dans le royaume a remis en cause stratégie suédoise: « La stratégie consistant à protéger les plus âgés a échoué »[138].

Face à la deuxième vague, les restrictions se multiplient en Europe. L’Espagne doit ainsi décréter, dimanche 25 octobre 2020, un nouvel état d’alerte, ouvrant la voie à l’instauration d’un couvre-feu dans plusieurs régions[139].

Le , une organisation intergouvernementale, International Idea, s'inquiéte des mesures problématiques pour les droits humains ou du respect des règles démocratiques pour combattre la pandémie de Covid-19. De l'Inde aux États-Unis en passant par la Chine ou la Bulgarie, plus de six pays sur dix ont pris de telles mesures qui sont considérées comme «illégales, disproportionnées, sans limite de temps ou superflues»[140].

Selon Amnesty International, « Certains dirigeants ont tenté de normaliser les mesures d’urgence autoritaires qu’ils ont mis en place pour combattre le Covid-19 », les régimes autoritaires à travers le monde instrumentalisent la pandémie de Covid-19 pour accroître la répression[141].

Contestation institutionnelleModifier

Même si dans le cadre d'une pandémie mondiale, l'argument sanitaire peut se justifier, les mesures les décisions prises par les États membres de l’UE devaient être « strictement proportionnées », « à ce qui est nécessaire » et qu’elles ne « doivent pas durer indéfiniment ». C’est la position d'Ursula von der Leyen présidente de la Commission Européenne[134].

En France, selon la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH), le dispositif établi par la loi du sur l’état d’urgence sanitaire conduit à une concentration du pouvoir de restreindre les droits et libertés entre les mains du gouvernement que la République n’a jamais connue en temps de paix[142]. Selon le défenseur des droits, et une partie des députés d'opposition, ces décisions mettent en tension les libertés publiques de notre démocratie et les risques associés à la pandémie. Ces mesures d'exception sont applicables à titre temporaire[143],[144].

Le gouvernement français décrète l’état d’urgence sanitaire à partir du , pour un mois (le dernier s'est terminé le 10 juillet). Il pourra être prorogé au-delà par une loi votée au Parlement, après avis du conseil scientifique[145]. Le , les députés votent la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. La prolongation de ce régime d’exception est établi jusqu’au [146]. Selon Jean-Marie Burguburu, président de la Commission nationale consultative des droits de l'homme, « Les mesures attentatoires aux libertés doivent respecter un triple critère : une nécessité, une proportionnalité, et un caractère temporaire. Cette mesure ne peut pas durer indéfiniment, or, avec l’état d’urgence prolongé jusqu’en février 2021, on aura quasiment vécu une année entière sous état d’urgence, c’est énorme »[147].

Les mesures prises ont participé au classement de la France dans le Democracy Index 2020, rapport du département consacré à la recherche dans The Economist, du rang de « démocratie à part entière » à celui de « démocratie défaillante », aux côtés notamment du Portugal[148],[149].

Au Canada, la légalité des décrets et arrêtés adoptés par le gouvernement du Québec pour lutter contre la Covid-19 en particulier le confinement est Contesté mais la Cour d’appel rejette la requête[150].

En , en Espagne, la victoire sur une ligne très droitière et populiste, lors des régionales à Madrid, est celle d’Isabel Diaz Ayuso, qui avait pris pour slogan « Liberté ». Celle ci a refusé d’imposer des restrictions strictes contre la pandémie de Covid-19 en opposition au gouvernement central afin de protéger les entreprises, notamment les bars et les restaurants, qui sont restés ouverts[151].

Contestation publiqueModifier

En 2020, dès les première mesures, dans plusieurs pays d’Europe, des mouvements de contestation des mesures sanitaires prises pour enrayer l’épidémie de coronavirus sont apparus. Ils ont parfois donné lieu à des manifestations, comme en Belgique mettant en avant la Convention européenne des droits de l’homme[152],[153] et en Allemagne[154],[155]. Le , la manifestation « la fin de la pandémie Jour de la liberté » a rassemblé plus de 17 000 personnes, à Berlin[156].

En , les pays européens se reconfinent les uns après les autres, et la contestation sociale prend de l'ampleur particulièrement en Espagne en Italie[157].

En , en France, des centaines de manifestants se sont rassemblés à Marseille et 1 500 personnes à Nice pour protester contre les restrictions. « Culture sacrifiée » ou encore « Couvre-feu ? Nous ne sommes pas en guerre » sont affichés sur des pancartes. Des centaines de catholiques se sont réunis dans plusieurs villes de France pour demander la levée de l'interdiction des messes en public. Au Portugal, 500 manifestants avaient bravé aussi les restrictions à Lisbonne pour une « marche pour la liberté »[158].

En 2021, en France, des manifestations se multiplient : à la Réunion, une manifestation à l'appel du collectif Parents 974, Voix libre 974, 5000 Pié d’bwa et Médecins covid 974 (Réinfocovid) a eu lieu le 30 janvier à Saint-Pierre pour manifester sur les conséquences de l’état d’urgence permanent entre autres sur les enfants, celui-ci entraînant de lourdes pathologies psychosociales et mentales du fait de son prolongement ininterrompu depuis mars 2020[159], d'autres manifestations musicales ont également lieu depuis mars 2021 parrainées par Ingrid Courrèges, Jann Halexander, Sultana ou l’artiste HK, ceux-ci manifestant également cette fois contre l'impact du confinement sur l'influence culturelle française et les conséquences négatives qui en découlent[160].

En , au Danemark, une manifestation anti restrictions organisée par un groupe radical contre la « coercition » et la « dictature » du semi-confinement anti-Covid. En Espagne, des milliers de personnes manifestent à Madrid contre les mesures sanitaires, Les Pays-Bas connaissent des manifestations anti couvre-feu[161].

En , des centaines de manifestants contre les confinements sanitaires en Autriche, en Belgique et aux Pays-Bas, sont arrêtés par les forces de police[162].

En , en France, le mouvement de colère du monde culturel prend de l’ampleur. Après le théâtre de l’Odéon, à Paris, les intermittents du spectacle envahissent les salles de spectacles un peu partout dans le pays, réclamant leur réouverture[163]. De nouvelles manifestations rassemblent des milliers de personnes en Allemagne, en Suisse, en Grande-Bretagne, en Bulgarie ou encore en Autriche pour dénoncer les mesures sanitaires contre la pandémie restreignant les libertés[164].

En , une manifestation contre les nouvelles restrictions rassemble jusqu’à 300 personnes à Helsinki (Finlande) alors que les rassemblements publics de plus de six personnes sont interdits en raison de la pandémie du Covid-19. Elles ont donné lieu à vingt arrestations[165].

Le , à Berlin, une manifestation contre les restrictions se tient, alors que la loi renforçant les pouvoirs du gouvernement fédéral, dans la lutte contre la troisième vague de la pandémie est votée. La police disperse les quelques 8 000 manifestants, qui refusaient de quitter les lieux[166].

Le , au Royaume-Uni et en Suisse, des milliers de manifestants se mobilisent contre les restrictions anti-Covid. À Londres, plusieurs organisations avaient appelé les Britanniques à manifester contre les dernières mesures de confinement encore en vigueur, ainsi que contre la potentielle mise en place de passeports vaccinaux[167].

Restriction pour la pratique des cultesModifier

Dans de nombreux pays, les rassemblements religieux sont interdits.

Culte catholiqueModifier

L’Église catholique conteste l’interdiction des messes[168]. Les pratiquants catholiques s'élèvent parfois contre l'interdiction de la messe[169]. Des interdictions vont jusqu'à s'étendre aux messes en plein air[170].

En Suisse, le nombre de participants aux messes est limité à dix personnes[171].

Les évêques de France jugent l’interdiction de rassemblement religieux portant atteinte à la liberté de culte. En conséquence, le président de la conférence des évêques de France dépose en novembre 2020 un recours devant le conseil d'État[168]. Pendant Pâques 2020 l’interdiction de regroupement interdit aux pratiquants catholiques de se rendre à la messe; le pape célèbre seul dans la basilique de saint pierre la messe qui est radiodiffusée[172]. Le confinement interdisant les rassemblements religieux, les 4 468 catéchumènes devant se faire baptiser à Pâques, ne sont pas baptisés[173].

L'islam et le coronavirusModifier

L’islam, comme par ailleurs la plupart des religions, a été affecté par la crise du coronavirus. Les mesures de distanciation physique mises en place dans beaucoup de pays en 2020[174], ont rendu impossible les rendez-vous religieux dans les lieux de culte[175]. La Mecque, ville sainte pour les musulmans qui accueille normalement des milliers de fidèles en pèlerinage, s’est retrouvée déserte.

Impact sur le bouddhismeModifier

En ce qui concerne le bouddhisme, quand les villes du monde ont été confinées, les monastères et espaces zen sont restés ouverts. Plusieurs communautés bouddhistes ont permis à leurs fidèles de suivre des cours de méditations en ligne.

C’est une époque spirituellement sensible. D'ailleurs, le frère Chân Pháp Hữu a exprimé publiquement, la peur ressentie dans les monastères[176].

La majeure partie des rites a été empêchée à cause de la distanciation sociale. Par exemple, lors des cérémonies de naissances bouddhistes, les offrandes faites aux moines ou au Bouddha, n'ont pu avoir lieu. Par ailleurs, les pratiques pour accéder au nirvana, à des pèlerinages ou entre autres aux lectures du Tripitaka ont été annulées.

Enfin, le plus grand bouleversement pour les familles bouddhistes a été l'impossibilité d'accomplir les rites pré-funéraires et funéraires[177].

Impact sur les électionsModifier

Malgré la Covid-19, les Américains ont voté en masse pour l'élection présidentielle de novembre 2020 entre autres grâce à un système de vote par correspondance et au vote par anticipation en bureau de vote dans les semaines précédant l'élection[178], permettant une anticipation du « jour J ». Le taux de participation est au plus haut depuis plus d'un siècle (les experts prédisent qu'il pourrait atteindre les 67 %), 144 millions de votes, un niveau jamais atteint jusqu'ici aux États-Unis[179].

Des élections et des votes populaires sont reportés : 58 pays ont choisi de reporter leurs scrutins à cause du Covid-19. Le succès des élections dépend de deux critères : le consensus politique et une autorité électorale compétente, qui communique clairement sur les conditions sanitaires du vote[180].

Le référendum constitutionnel du 29 mars 2020 en Italie est reporté[181].

Les pays d'Afrique qui devaient organiser des élections au cours du second semestre 2020 devront décider s'il faut aller de l'avant ou reporter à une date ultérieure. Des enseignements précieux ont été tirés des élections importantes qui se sont tenues lors des précédentes épidémies d'Ebola[182].

En , l’exécutif de Hong Kong annonce le report d’un an des législatives prévues en septembre 2020 mettant en avant la menace du Covid-19. Selon l’opposition, c'est un prétexte. Celle ci comptait capitaliser lors de ce scrutin sur sa popularité acquise lors des manifestations de 2019[183]. La Chine va imposer un contrôle renforcé des candidats aux élections à Hongkong[184].

En , au Portugal, l'élection présidentielle se déroule en plein confinement. Le taux d’abstention se situe à plus de 50 %. Les analystes redoutaient une abstention bien plus importante en raison de l’explosion des cas de coronavirus. Le pays occupe, la semaine de l'élection, le premier rang mondial en nombre de nouveaux cas et de décès par rapport à sa population[185].

En , le Chili repousse d’un mois l’élection de l’Assemblée constituante. Selon le gouvernement et les parlementaires, la forte recrudescence des contaminations au SARS-CoV-2 ne permettait pas d’assurer de bonnes conditions sanitaires ni une participation suffisante[186].

En , malgré la pandémie du Covid-19, plus de 5,1 millions d’électeurs se sont déplacés pour l'élection régionale à Madrid en Espagne. La participation est estimée à 75%, soit une hausse de plus de 10 points par rapport au précédent scrutin. Cette très forte mobilisation refléte la portée nationale du scrutin[151].

FranceModifier

En France, les élections municipales françaises de 2020 sont organisées dans des conditions d’hygiène renforcées mais l'abstention n'en est pas moins massive.

Lors du 1er tour on compte autour de 45 % de participation. Jamais la participation à un scrutin de municipales n'a été aussi faible. Le vote organisé alors que le gouvernement a décrété la fermeture de tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays » suscite des controverses et de nombreux responsables politiques demandaient le report de ce premier tour[187],[188],[189]. Selon un sondage, 39 % des abstentionnistes ne souhaitaient pas se rendre dans un bureau de vote à cause du coronavirus[190].

Le maintien du second tour des municipales, initialement prévu le 29 mars et reprogrammé au dimanche , fait face à une abstention record sur fond de crise du Covid-19 de l'ordre de 60 %[191].

Le second tour des élections municipales en France, pour les communes n'ayant pas élu leur maire dès le premier tour, est organisé le dimanche [192], avec des précautions sanitaires exceptionnelles dues à l'épidémie de Covid-19 : port du masque obligatoire dans les bureaux de vote, gel hydroalcoolique et priorité aux personnes vulnérables pour voter.

En France, l’Assemblée nationale adopte à l’unanimité un projet de loi de report des élections régionales et départementales aux 13 et (initialement prévus en mars 2021)[193].

Report de réformesModifier

En France, la réforme des retraites ainsi que la réforme de l'assurance chômage, contestées politiquement (et socialement) sont suspendues jusqu'à nouvel ordre.

Critique des gouvernementsModifier

En , les Français ont été l'un des peuples les plus critiques envers leur gouvernement en Europe, selon un sondage rapportant 66 % de désapprobation[194].

Un rapport d'étape administratif d'octobre 2020 met en avant une mauvaise communication lors de la première vague de la pandémie qui aurait entamé la confiance des Français dans les autorités médicales, scientifiques et politiques : « la confiance a été ébranlée au début de la crise par les polémiques sur les masques et, dans une moindre mesure, sur les tests »[195].

Une étude d'opinion de l’institut OpinionWay, commandée par le Cevipof de Institut d'études politiques et publiée en , enquête sur l'état d’esprit des habitants de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni et de l’Italie. En tant que « baromètre de la confiance politique », il étudie, en particulier, le ressenti sur la gestion de la situation épidémique de Covid-19. Il en ressort la lassitude et la fatigue des Européens mais aussi leur capacité de résilience. Les habitants sont aussi critiques à l’égard des gouvernements ou exécutifs et inquiets quant aux conséquences économiques de la Covid-19, ils basent leur espoir d'un retour à la normale sur la vaccination[196].


Conséquences socialesModifier

Usage d'internet et fracture numériqueModifier

Les mesures sanitaires visant à limiter les contacts physiques entre personnes mènent rapidement à un usage accru des technologies numériques de l'information et de la communication.

Ainsi, l'Institut national de l'audiovisuel français note que « tous les pays qui ont instauré un confinement pour faire face à la pandémie de Covid-19 » ont connu une « explosion record » de la consultation d’informations en ligne, les médias battant de plus des records d'audience. La pandémie tendrait à accélérer les transformations des usages médiatiques ou socio-numériques et de l'espace public en ligne, sans toutefois constituer un bouleversement radical[197].

Au cours de la pandémie de Covid-19, le télétravail a été proposé chaque fois que cela était possible dans toute l'Europe[198].

La pandémie entraîne également de manière très significative le choix des décideurs de préconiser et favoriser l'enseignement à distance[199]. De très nombreuses écoles, universités et instituts de formation basculent rapidement vers un enseignement à distance, avec des fermetures d'écoles dans 191 pays à la mi-avril, touchant 1,5 milliard d'élèves et 63 millions d'enseignants du primaire et du secondaire. Cet enseignement recours massivement aux moyens numériques, ce qui crée des problèmes d'accès à l'éducation pour de très nombreuses personnes, les infrastructures numériques, les compétences et l'équipement des institutions et des élèves étant très divers. Le problème posé par cette fracture numérique mène à des appels à utiliser d'autres médias pour l'apprentissage, comme les émissions de radio et de télévision. Des problèmes d'adaptation se posent également dans les pays et institutions bien équipés[199],[200].

De manière générale, la pandémie entraîne une hausse du temps d'écran, y compris chez les enfants, menant à des risques accrus pour ces derniers, notamment de cyberharcèlement, de pédocriminalité et d'exploitation sexuelle[201].

Pauvreté et inégalitésModifier

Un million de Français ont basculé dans la pauvreté au cours de la crise sanitaire. Les étudiants, les intérimaires, les chômeurs, mais aussi autoentrepreneurs et artisans constituent les catégories les plus vulnérables[202]. L’aide alimentaire a considérablement augmenté. La Fédération française des banques alimentaires a ainsi augmenté ses distributions de 25 %. Le ministère de la Santé estime, début septembre, que 8 millions de personnes ont besoin de cette aide, alors qu’elles n’étaient que 5,5 millions en 2019[202].

La chef économiste de l'OCDE, Laurence Boone, indique en que la France devrait retrouver courant 2022 sa situation économique de 2019, tout en précisant que la situation sociale sera « pire » qu'avant la pandémie en raison de l’augmentation des inégalités : « On n'a jamais vu une crise aussi inégalitaire: non seulement le Covid affecte les personnes qui vivent dans de mauvaises conditions, qui font des métiers difficiles, qui doivent prendre les transports en commun, mais les secteurs qui sont touchés le plus, ce sont ceux qui concentrent le plus de jeunes, de moins qualifiés, et de contrats précaires. D'autant que, de l'autre côté de l'échelle sociale, la crise n'a pas empêché les ménages les plus aisés de continuer de s'enrichir, notamment ceux détenant un patrimoine financier et qui ont bénéficié du dynamisme des marchés boursiers, abreuvés de liquidités par les banques centrales[203]. »

Selon la Banque mondiale, 150 millions de personnes dans le monde ont plongé dans la pauvreté à cause des effets de la crise sanitaire[204].

D'après le magazine économique Forbes, entre le 18 mars et le « la valeur nette des 600 plus grosses fortunes américaines a augmenté de 434 milliards de dollars », une augmentation de 15 %[205]. Début décembre, cette augmentation s'élève à plus de 1 000 milliards de dollars[206].

Selon Oxfam, il a fallu neuf mois aux plus riches pour retrouver leur niveau de fortune d'avant la pandémie, il faudra plus de dix ans aux personnes les plus pauvres pour s'en relever. Selon la Banque mondiale, si les pays du monde « interviennent sans attendre pour réduire les inégalités », la pauvreté pourrait revenir à son niveau pré-Covid « en seulement trois ans »[123].

Selon La Presse, les leaders afroaméricains demandent une révision des politiques systémiques qui ont rendu leur communauté plus vulnérable à la Covid-19[207].

Revenu de base d'urgence et revenu universel de baseModifier

En , plus de 500 universitaires et personnalités du monde entier ont signé une lettre ouverte exhortant les gouvernements à mettre en place un revenu de base d'urgence pendant la pandémie[208].

Ses partisans ont affirmé qu'un revenu de base d'urgence pourrait apporter un soutien vital aux petites entreprises et aux indépendants, dont beaucoup ont été négligés dans les plans de relance financière des gouvernements pendant la pandémie[208].

Le , l'Espagne - l'un des pays les plus durement touchés au début de la pandémie - a proposé des paiements mensuels de 1 015 € (1 145 $) aux familles les plus pauvres du pays. L'Allemagne a annoncé en qu'elle mettait à l'essai un tel système dans le cadre d'une étude de trois ans, en accordant des paiements mensuels de 1 400 dollars (1 200 euros) à 120 Allemands et en visant à comparer les résultats avec ceux de 1 380 personnes qui ne reçoivent pas ces paiements[208],[209].

En Espagne, le programme, qui soutient 850 000 ménages, a été le plus grand test à ce jour d'une idée appelée revenu de base universel (RBI) - dans laquelle les gens reçoivent un paiement en espèces chaque mois qu'ils peuvent dépenser comme ils le souhaitent[209]. Des millions de personnes ont perdu leur emploi alors que l'économie se contractait rapidement, mettant ainsi en danger les citoyens les plus vulnérables[209].

L'idée de mettre en place un revenu universel de base après la pandémie, de manière permanente dans le monde a été soutenue par des économistes, comme une mesure de justice distributive, et par des professionnels du Programme des Nations unies pour le développement[210],[208].

Effets sur la vie privée et les modes de sociabilitéModifier

Les mesures de confinement ont profondément transformées les modes de sociabilité des habitants d'un certain nombre de villes. Ainsi, à Rome, Sofia Scialoja raconte que désormais, la jeunesse romaine utilise de nombreuses applications comme Houseparty pour compenser l'impossibilité de se retrouver à l'extérieur, les rendez-vous galants se font désormais en tenue de sport, car le sport est une des raisons valables pour sortir, ou avec son chien, qu'il est encore autorisé de sortir, et les balcons se remplissent chaque soir de spectacles improvisés de citoyens désœuvrés[211]. Le confinement s'est par ailleurs accompagné de façon plus générale d'un accroissement des tâches domestiques, majoritairement assumées par les femmes[212],[213],[214]. En France, on note que le confinement a été marqué d'une augmentation de la pratique de revenge porn via l'application Snapchat[215].

L'impact social du confinement due à la crise sanitaire a été fort marqué dans les relations amoureuses (couples dont les conjoints vivent séparément). Le confinement a fait que les habitants ne peuvent pas sortir de chez eux même si les raisons présentées sont liées à des raisons conjugales. Il est donc important de relever les impacts liés aux liens sociaux en ce qui concerne les couples physiquement séparés.

Les liens sociaux subjectifs de la population ont été relativement peu compromis par les mesures de distanciation physique mises en place pour lutter contre la pandémie ce printemps. Les liens conjugaux ont été rompus par la séparation d’un événement imprévu. Cette modification a été péjorative pour le couple dont les conjoints sont séparés physiquement, n’habitant pas sous le même toit. Un des fondements du lien social c’est le processus de socialisation dans lequel le couple intervient. Tout peut se déstabiliser avec une simple séparation subite et temporaire.  

Répartition des tâches domestiquesModifier

Avec le confinement, la répartition des tâches domestiques au sein d’un couple à la maison a changé. On peut définir les tâches ménagères comme l'ensemble des tâches d’entretien matériel des membres du ménage, de son logement et de son équipement. En effet le confinement a eu des conséquences au niveau des familles et leur organisation[216]. Le temps total consacré aux taches domestiques s'est généralement accru au sein des ménages. Avec les confinement, il y a eu redistribution des taches ménagères au sein d'un couple. Le partage reste assez inégal : les hommes ont une participation nettement plus faible que les femmes, à part pour les taches qui exigent que l'on sorte de chez soi, comme les courses[217].

Violences domestiquesModifier

À fin mars, le nombre de signalements de violences conjugales est en hausse de 30 %[218].

Pour faire face à cette augmentation, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner annonce qu’un système d’alerte est mis en place dans les pharmacies. Les personnes victimes de violences conjugales peuvent utiliser un code, comme « masque 19 » pour donner l’alerte. Cette technique qui fonctionne déjà en Espagne semble porter ses fruits en France[219].

Sécurité routièreModifier

La pandémie de covid 19 a eu un effet sur la sécurité routière, du à la moindre usage de la voiture(confinement, limitation de voyage, couvre-feu…), dans des pays comme le Royaume-Uni et l'Australie. Par exemple, en Australie on compte 1 106 tués en 2020, soit 6,7% de moins que l'année précédente.

En France métropolitaine, 2 550 personnes sont mortes sur les routes en 2020, c'est le nombre le plus bas de l'histoire, et inférieur aux 3 244 personnes décédées sur les routes en 2019(ce qui correspond à une baisse de 21 %), soit 694 vies sauvées [220].

À l'échelle de la France entière la baisse de mortalité est de 716 vies sauvées (20 %) en passant de 3 498 tués en 2019 à 2 782 en 2020.

Sur les routes hors agglomération de France métropolitaine, la baisse de mortalité est de 23 %.

Usage des transports publicsModifier

En 2020, les entreprises du secteur des transports publics enregistrent une baisse importante des usages(par exemple − 43 % de fréquentation sur les réseaux de la RATP). Ils sont en attente de la reprise de la fréquentation[221].

Relations entre grand-parents et petits-enfantsModifier

Hans Kluge, responsable pour l’Europe de l’OMS affirme que 50 % des victimes européennes du coronavirus résidaient dans des établissements pour les personnes âgées et handicapées. « La France a oublié ses personnes âgées »[222].

En France, selon le journal québécois, Le Devoir, « la pandémie a accentué la stigmatisation des personnes âgées ». Un exemple est que les autorités françaises n’ont pas comptabilisé le nombre de décès résultant du Covid-19 dans les maisons de retraite. « Faut-il en conclure que leurs décès étaient insignifiants par rapport à ceux des jeunes adultes[223] ? » Certains ont été « sacrifiés [...] pour ne pas surcharger les services de soins intensifs ». Pour ces raisons, les personnes âgées ont eu des attitudes différentes[222].

Certains s'isolent, une étude réalisée par l’université de Michigan, montre qu’entre mars et juin 2020, aux EUA, 56 % des personnes à l’âge entre 50 et 80 ans se sentaient isolées, comparé à 27 %, le résultat obtenu lors d’une recherche analogue en octobre 2018.

D’autres ont maintenu le contact à travers l’utilisation de réseaux sociaux (70 % des sujets de cette même étude) ou par des visioconférences (57 % des sujets). Pourtant, cela n’a pas diminué les sentiments d’isolement (58 % des sujets ayant utilisé les réseaux sociaux face à 51 % pour ceux qui n’avaient pas utilisé ceux-ci). Presque la moitié des sujets ont déclaré avoir maintenu des interactions avec leurs voisins[224].

Pour les grand-parents qui s’occupaient déjà de leurs petits-enfants dû à l’impossibilité des parents, il a été observé que dû aux différentes difficultés telles que perte d’emploi et soin quotidien de leurs petits-enfants leur a augmenté le niveau de stress parental et la détresse mentale menant à des actions telles qu'agression psychologique et corporelle et négligence envers les enfants, d’après une étude parue dans le Journal of Family Violence[225].

Actuellement, il y a un débat entre « sacrifier les plus vieux et sauver les jeunes ». On considère que ce sont ces derniers qui sont les plus affectés. Nous observons un vrai développement de l’âgisme (phénomène regroupant les stéréotypes, les préjugés et la discrimination dont sont victimes les personnes en raison de leur âge.)[226] qui est de plus en plus évident aux EUA, le phénomène aurait été « amplifié pendant la pandémie ». L’expression “#BoomerRemover” avec 700 000 likes et 65 000 posts est le nouveau surnom qu’ont donné les jeunes Occidentaux au Covid-19 montre que ce fait est aussi présent dans d’autres pays[222].

Vie dans les EHPADModifier

Cette épidémie a touché toute la population et notamment les personnes âgées, handicapées, atteintes de polypathologies ou souffrant de problèmes psychiatriques, vivant dans les établissements médico-sociaux, ont été les grands oubliés du système de santé qui, dans l’urgence, s’est en effet d’abord organisé autour de l’hôpital.

Interdiction des visites dans les EHPAD, isolement dans les chambres… Certaines mesures de protection des personnes âgées ou vulnérables prises durant la pandémie de Covid-19 posent question.

Pour de nombreux résidents, l’environnement familial ou amical est le seul lien qui les rattache au monde extérieur et leur raison essentielle de vivre. Les en priver durablement risquerait de provoquer une altération de leur état de santé de façon irrémédiable. Si la logique est de ne prendre aucun risque, sa contrepartie produit misère et souffrance. La responsabilité du politique, c’est justement de savoir prendre des risques. Si j’entends bien les mesures de protection, il faut toujours mettre en tension ce qui est pertinent sur le plan de la santé publique et ce qui l’est sur le plan de la santé individuelle.

Baisse de la natalitéModifier

En janvier 2021, un effondrement de la natalité en lien avec la pandémie est constaté dans plusieurs pays[227].

Conséquences scolairesModifier

Les mesures de fermeture des écoles prises dans de nombreux pays ont des conséquences particulièrement graves pour les enfants des milieux défavorisés[228].

Le confinement et l'école deux jours sur quatre, alternativement en présentiel et en distanciel (mars à juin 2020 en France), a brisé la relation entre les enseignants et les élèves et fait ressentir une fracture numérique des élèves d’écoles, de collèges, de lycées et d’universités n’ayant pas d’ordinateur ou pas assez performant ou ayant une trop mauvaise connexion ou connexion limitée avec petite enveloppe de données. 4% des élèves soit 500 000 élèves ont décroché au total. De plus, le brevet et le bac 2020 sont notés sur la base du contrôle continu, ce qui est totalement inédit en France depuis mai 1968. L'obligation de porter un masque en classe décrétée en France a des « effets alarmants »[229].

Jean-Paul Brighelli[230], de même que des collectifs de parents[231],[232],[233], dénoncent les dégâts causés par l'obligation faite aux enfants (6 - 10 ans) de porter un masque à l'école , à partir de septembre 2020.

En raison de la fermeture des universités, le mal-être des étudiants, confinés dans de petits logements, contraints aux cours en distanciel, sans petits boulots ni liens sociaux, est préoccupant[234].

En raison de la pandémie, l'Olympiade mathématique internationale de 2020 et l'Olympiade mathématique internationale de 2021 ont dû être organisées depuis le pays de chaque participant.

Conséquences judiciairesModifier

En France, 6 600 condamnés auraient bénéficié de libérations anticipées dues à la pandémie de covid 19 et une trentaine d'entre eux auraient été réincarcérés[235],[236].

Conséquences sur la santé publiqueModifier

Jugulation des épidémies hivernales habituellesModifier

Les mesures sanitaires prises pour faire face à la pandémie de Covid-19 ont eu pour effet de juguler les épidémies hivernales habituelles de grippe, bronchite ou gastro-entérite[237]

Des souches grippales comme la souche H3N2 (grippes A) ou la souche Yamagata (grippes B) n’ont plus été détectées dans les tests nasopharyngés des malades depuis [238].

Retards dans la prévention et prise en charge d'autres maladiesModifier

La prise en charge des maladies chroniques est notamment retardée.

La saturation des hôpitaux, du personnel malade, et la réorientation de moyens humains et financiers vers le traitement des Covid-19, lors des périodes de pic pandémique et de confinement, on a observé une diminution ou ou un ralentissement de nombreux services hospitaliers et ambulatoires dédiés à d'autres maladies, avec notamment :

  • une quasi-interruption des opérations chirurgicales non essentielles (ex : -97 % des chirurgies électives du genou en Belgique) et des consultations externes (ex : -91 % en Belgique, où à respectivement quatre et 21 semaines après la reprise des soins électifs, 67 % et 89 % des chirurgies électives avaient néanmoins reprises (avec donc un certain nombre de patients traités avec retard par rapport à la normale), et 81 % et 91 % des consultations ambulatoires[239] ;
  • Une diminution mondiale de près de 64 % des diagnostic (échocardiogramme, Échographie transœsophagienne, angiographie coronarienne et test d'effort) et de traitement des maladies cardiovasculaires dans le monde (lors des premiers mois de la pandémie, d'après un questionnaire à plus de 900 institutions médicales de 108 pays fait par de l'AIEA. La diminution a été plus importante dans le pays pauvres (-81 % dans les quatre pays pauvres ayant participé à l'enquête)[240] ;
  • La médecine nucléaire (traitement du cancer…) selon l'AIEA (septembre 2020) a aussi été affectée. Selon 434 réponses venues de 72 pays à une enquête de l'AIEA, les procédures de diagnostic ont en début de pandémie diminué (en moyenne) de 54 % ; les scanners TEP/CT ont diminué de 36 %, les scintigraphies pulmonaires de 56 %, les scintigraphies osseuses de 60 %, les études myocardiques de 66 % et les études thyroïdiennes de 67 %. 81 % des centres interrogés pratiquaient des thérapies aux radionucléides (réduites de 45 % en moyenne pour la période d'enquête) [241];
  • la télésanté a été utilisée en 2020 dans 60 % des centres des pays à revenu élevé, dans 50 % environ de pays à revenu intermédiaire et dans aucun des pays les plus pauvres[240].

En mobilisant le corps médical, en débordant les hôpitaux et en détournant de nombreux budgets de recherche et de prévention, la pandémie a aussi fortement freiné la prévention, le dépistage et le traitement d'autres maladies infectieuses mortelles[242]. Un article du Lancet en 2020[243] puis un rapport du Fonds mondial en 2021, ont alerté sur le recul des efforts faits en 2019 et 2020 contre le VIH, la tuberculose (TB) et le paludisme dans plus de 100 pays à revenus faibles ou moyens. Il a conclu que la COVID-19 a été le revers le plus important dans la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme rencontré par le Fonds mondial depuis sa création 20 ans plus tôt ; « les effets d'entraînement sur le VIH, la tuberculose et le paludisme pourraient dépasser l'impact direct du COVID-19 »[242].

  • VIH : beaucoup des patients vivant avec le VIH ont reçu des médicaments antirétroviraux (+ 9 % entre 2019 et 2020) grâce aux fait qu'on leur a fourni des médicaments pour plusieurs mois pour éviter les visites fréquentes chez le médecin. Par contre le nombre de personnes touchées par les distributions de préservatifs ou d'aiguilles et seringues propres a chuté de 11 % (en moyenne), pendant que les tests de dépistage diminuaient de 22 % entre 2019 et 2020, retardant le traitement et favorisant de nouvelles contaminations[242]. Le nombre de tests s'est effondré entre 2019 et 2020 dans la plupart des pays (12 millions de tests en moins en Inde, et plus de 4 millions en moins en Uganda, seuls le Congo et le Nigéria ont progressé). Au Malawi, « en raison de fake news circulant sur leur sécurité, de nombreuses femmes et jeunes filles hésitent à demander des soins médicaux de peur d'être vaccinées »[242].
  • pour la tuberculose (maladie infectieuse qui tue le plus dans le monde, avec environ 4000 morts/jour)[244], en dépit d'alertes d'épidémiologistes appelant à ne pas cesser la lutte contre cette maladie en période pandémique[245],[246],[247],[248], les salles d'isolement et outils de diagnostic, ainsi que les pneumologues ont été détournées vers les malades de la Covid, faisant que le nombre de tests pour la tuberculose a entre 2019 et 2020 chuté de 18 % (environ un million de personnes tentées en moins), et « pour la tuberculose ultrarésistante, la baisse était de 37 % ». Les cas de co-infection tuberculose-Covid posent des problèmes particuliers[249],[250],[251]. Le suivi de la santé des migrants a aussi été rendu difficile[252]. La tuberculose avait tué environ 1,4 million de personnes en 2019, ce chiffre risque d'augmenter[242].
  • le paludisme semble stabilisé mais à des taux encore inacceptables (400 000 morts/an pour 220 000 millions de cas/an). Les distributeurs de moustiquaires imprégnées d'insecticide, qui ont réussi à s'adapter à la pandémie (+17% de moustiquaires distribuées entre 2019 et 2020), mais le nombre de test a diminué de 4,3 % dans la même période selon l'OMS[242].

Santé mentaleModifier

La pandémie de Covid-19 entraîne une dégradation générale de la santé mentale (dépression, troubles du sommeil, troubles alimentaires, anxiété, pensées suicidaires...). Elle touche particulièrement les personnes âgées, les malades du Covid-19 et les soignants et le enfants, adolescents et étudiants, mais aussi des dirigeants d'entreprise, les chômeurs, les artisans et les commerçants, les femmes et étudiants en précarité ou en télétravail[253].

La pandémie de Covid-19 aura un impact « à long terme » sur la santé mentale, alerte l’OMS qui estime que « ce n’est pas juste la contamination, ou la peur d’être contaminé qui a affecté la santé mentale de la population ». « Le stress procuré par les inégalités socioéconomiques et les effets de la quarantaine, du confinement, de la fermeture des écoles et des lieux de travail ont eu des conséquences énormes »[254]. Une étude australienne estime qu'en 2020, les troubles anxieux et la dépression ont augmenté de plus de 25 % dans le monde, notamment chez les femmes et les plus jeunes[255].

Conséquences environnementalesModifier

La diminution importante de l'activité humaine a des conséquences immédiates sur l'environnement[256].

Dans le cadre du « Green Deal », dix-sept ministres européens (Autriche, Danemark, Finlande, Italie, Lettonie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Espagne, Suède, France, Allemagne, Grèce, Slovaquie, Irlande, Slovénie et Malte) signent un texte sur le site climatechangenews.com[257] pour une relance environnementale économique post Covid-19. Cette « réponse européenne commune » a pour vocation de développer d'autant plus les investissements dans la mobilité durable, l’énergie renouvelable, la restauration des bâtiments, la recherche et l’innovation et enfin, l’économie circulaire[258]. La Commission présentera un plan d’évaluation d'impact de ses objectifs pour 2030 d’ici septembre 2020. Elle annonce également réduire de 50 à 55 % les émissions de gaz à effet de serre en comparaison aux niveaux de l’année 1990[257].

Conséquences culturellesModifier

AudiovisuelModifier

Le groupe audiovisuel Mediawan lance le 6 avril, une nouvelle chaîne éphémère #ALaMaison qui propose durant le confinement, des programmes éducatifs et familiaux et contribue au soutien des soignants[259]. Elle est diffusée par quatre principaux fournisseurs d’accès, ainsi que par Canal+, Fransat et Molotov TV.

En matière de radio, on assiste à diverses adaptations :

HumourModifier

À cause du premier confinement national, sur les réseaux sociaux, les notes d'humour circulent avec notamment la création de détournements d'images cultes, d'astuces[269], de blagues d'internautes[270] ainsi que de nombreux mèmes[271],[272].

Durant cette période, chaque soir à 20 h[273], depuis son appartement parisien, le comédien Noam Cartozo anime Questions pour un balcon avec ses voisins en direct sur Instagram, une parodie de l'émission Questions pour un champion[274],[275].

Le 21 avril 2020, le groupe Les Goguettes cartonne (4 600 000 vues au ) avec sa parodie T'as voulu voir le salon sur l'air de la chanson Vesoul de Jacques Brel portant sur le vécu de la période de confinement due au coronavirus[276].

Festivals et festivitésModifier

De nombreux événements sont annulés ou reportés en raison de la pandémie, notamment :

Salons et expositionsModifier

Conséquences sportivesModifier

De nombreuses compétitions sportives sont suspendues ou annulées en raison de la pandémie.

AthlétismeModifier

Basket-ballModifier

En basket-ball, la NBA, les championnats de France (Jeep Elite), d'Italie (Lega A), d'Allemagne (BBL) sont suspendus, ainsi que toutes les compétitions européennes (EuroLigue, EuroCoupe, Ligue des champions)[réf. nécessaire].

BiathlonModifier

Cyclisme sur routeModifier

FootballModifier

Formule 1Modifier

Formule EModifier

GolfModifier

HandballModifier

HippismeModifier

Hockey sur gazonModifier

  • Les deux matchs de ligue professionnelle entre la Chine et la Belgique prévus le et à Changzhou sont reportés à une date non précisée[345].
  • Les deux matchs de ligue professionnelle entre la Chine et l'Australie prévus le et à Changzhou sont reportés à une date non précisée[346].
  • Les matchs des équipes nationales australiennes et néo-zélandaises de hockey sur gazon masculin et féminin prévus du au en Europe sont reportés à une date non précisée[347],[348]: Espagne-Australie (catégorie masculine) à Valence, Pays-Bas-Nouvelle-Zélande à Rotterdam, Allemagne-Australie à Mönchengladbach, Pays-Bas-Australie à Bois-le-Duc et Allemagne-Nouvelle-Zélande à Hambourg.
  • Les matchs de ligue professionnelle masculine et féminine entre l'Allemagne et la Belgique prévus le et à Mönchengladbach et à Hambourg sont reportés à une date non précisée[349].
  • Les deux matchs de ligue professionnelle entre les États-Unis et la Chine prévus le et à Chapel Hill sont reportés à une date non précisée[350].
  • Une fois la pandémie déclarée le 13 mars, la FIH et les onze associations nationales (ainsi que les neuf associations féminines) impliquées dans la compétition ont décidé de la suspendre jusqu'au 15 avril. En outre, il a été convenu que la compétition actuelle est maintenue, aucun match ne sera joué après les Jeux olympiques d'été de 2020 et en fonction de l'évolution de la situation et des décisions des autorités publiques, chaque match pouvant être organisé entre fin avril et avant les Jeux olympiques d'été de 2020 pourra donc se jouer[351].

Hockey sur glaceModifier

JudoModifier

  • Le 3 mars 2020, le Grand Prix de judo de Rabat(Maroc), où Teddy Riner champion olympique de judo, devait renouer avec la compétition un mois après sa défaite au Grand Slam de Paris ou Tournoi de Paris(sa première depuis plus de neuf ans, après une série de 154 combats remportés), a été annulé en raison de l'épidémie de coronavirus[355].
  • La Fédération internationale de judo (FIJ) a décidé de l'annulation des trois tournois du circuit mondial, le Grand Slam d'Ekaterinbourg (Russie), et les Grands Prix de Tbilissi (Géorgie) et Antalya (Turquie), devant se tenir avant avril 2020[356].
  • Les Championnats d'Europe de judo initialement programmés du 1er au 3 mai à Prague, dans la capitale tchèque, ont été reportés du 19 au 21 juin en raison de la pandémie de coronavirus, a indiqué, la Fédération Européenne de Judo(FEJ) [356](il a été à nouveau reporté au mois de novembre 2020).
  • Le Grand Slam de Tokyo ou Coupe Jigorō Kanō, se tenant traditionnellement au Tokyo Metropolitan Gymnasium, épreuve phare du calendrier international, est annulé[357], a annoncé la FIJ le 23 septembre 2020. Déjà reporté, le tournoi devait se dérouler en décembre 2020.

MotocyclismeModifier

Patinage artistiqueModifier

Rallye-raidModifier

Rugby à septModifier

Rugby à XVModifier

  • Plusieurs rencontres du Tournoi des Six Nations en rugby à XV prévues aux mois de et sont reportées à une date non précisée : Italie-Écosse (catégorie féminine) à Legnano[362], Irlande-Italie (catégorie masculine) à Dublin[363], Italie-Angleterre (catégories masculine, féminine, junior) à Rome, Padoue et Vérone[364], Écosse-France (catégorie féminine) à Glasgow[365] ;
  • Les championnats professionnels français du Top 14 et de Pro D2 sont suspendus avant que la FFR ne décide début avril de stopper définitivement tous les championnats amateurs[366].
  • Tous les championnats britanniques sont interrompus[367] à l'exception de la Premiership qui espère une reprise pour finir la saison[368].

TennisModifier

  • Le , le Masters d'Indian Wells (tournoi ATP et WTA) situé en Californie[369] est annulé à la suite d'un cas confirmé de coronavirus dans la vallée de Coachella;
  • Dans les jours qui suivent, l'ATP, la WTA et l'ITF annoncent successivement une suspension de tous les tournois officiels de leurs calendriers jusqu'au 26 avril pour les circuits masculins (ATP et Challenger)[370] et jusqu'au 20 avril pour le circuit féminin et l'ITF World Tennis Tour[371]. Cela implique notamment l'annulation de tournois comme :
  • Le tournoi de Roland-Garros qui devait se dérouler du au est reporté du au , juste après l'US Open[373],[374].
  • Le , la WTA et l'ATP et l'ITF prolongent la suspension des compétitions jusqu'au 7 juin[375], ce qui implique l'annulation des Masters de Rome et de Madrid. C'est donc toute la saison européenne sur terre battue qui est supprimée à cause de la pandémie de Covid-19.
  • Le , la WTA, l'ATP et l'ITF prolongent la suspension des compétitions jusqu'au [376], annulant ainsi toute la saison sur gazon y compris Wimbledon. C'est la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale qu'un tournoi du Grand Chelem n'aura pas lieu.

Tir à l'arcModifier

  • La pratique individuelle en extérieur est autorisé.
  • La pratique en salle est réservé aux mineurs jusqu'en , date après laquelle personne n'a plus le droit d'accéder aux infrastructures intérieurs hormis les archers de haut niveau.
  • Les championnats de France de tir à l'arc extérieur et de tir parcours 2020 sont suspendus[377].
  • Les compétitions en salle sont autorisées en octobre et novembre, puis la saison est annulé à la suite de l'annonce du second confinement.
  • Le tournoi internationale de Nîmes est maintenu du 29 au 31 janvier 2021, mais avec un nombre réduits de participant, la plupart européens.

Volley-ballModifier

Débat sur le report ou l'annulation des Jeux olympiques d'été 2020Modifier

Les Jeux olympiques d'été de 2020 doivent se tenir du au à Tokyo.

Le , le Comité international olympique (CIO) s'inquiète au sujet de la pandémie de coronavirus. Toshiro Muto déclare notamment : « Nous sommes extrêmement inquiets, dans le sens où l'avancée de l'épidémie pourrait tempérer l'intérêt et l'enthousiasme pour les Jeux »[378].

Courant , l'hypothèse d'une annulation des Jeux inquiète de plus en plus les athlètes[379]. En toute hypothèse, seul le CIO a le pouvoir de décider le maintien, le report ou l'annulation des Jeux olympiques[380].

Après plusieurs semaines d'hésitation, le CIO officialise le le report des JO à l'été 2021, une première en temps de paix[381]. Ils se dérouleront finalement du au [382] et les Jeux paralympiques du au .

Notes et référencesModifier

  1. « De la crise sanitaire à la crise économique : comprendre en infographie », sur Covid-19 et économie, les clés pour comprendre – Banque de France, (consulté le ).
  2. « Avec la moitié de l’humanité confinée, les vibrations de la Terre sont plus perceptibles », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Rob McLean, Laura He et Anneken Tappe, « Dow plunges 1,000 points, posting its worst day in two years as coronavirus fears spike », sur CNN (consulté le ).
  4. « FTSE 100 plunges 3.7 per cent as Italy confirms sixth coronavirus death » [archive du ], CityAM, (consulté le ).
  5. Elliot Smith, « Global stocks head for worst week since the financial crisis amid fears of a possible pandemic », CNBC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. Fred Imbert, « Dow falls 350 points Friday to cap the worst week for Wall Street since the financial crisis », CNBC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. Elliot Smith, « European stocks fall 12% on the week as coronavirus grips markets », CNBC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Coronavirus : krach boursier en Europe et à Wall Street, pire journée de l'histoire pour la Bourse de Paris », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Archived copy » [archive du ] (consulté le ).
  10. « Élément Terre - Pandémie de coronavirus : quels effets sur l'environnement ? », sur France 24, (consulté le ).
  11. « Le «Grand Confinement» : le FMI a déjà trouvé un nom à cette crise économique », sur leparisien.fr, .
  12. a et b « Coronavirus : Oxfam craint une explosion de la pauvreté », sur Les Echos, (consulté le )
  13. (en) Salil B. Patel et Joel Kariel, « Universal basic income and covid-19 pandemic », BMJ, vol. 372,‎ , n193 (ISSN 1756-1833, PMID 33500257, DOI 10.1136/bmj.n193, lire en ligne, consulté le )
  14. a et b « Déclaration sur la réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international (RSI) concernant la flambée de nouveau coronavirus (2019-nCoV) », sur www.who.int (consulté le ).
  15. a et b « WORLD Tracking coronavirus: Map, data and timeline (mis à jour en temps réel) », sur www.bnonews.com.
  16. « Coronavirus : l'OMS évoque un risque de "pandémie" », sur RTL.fr (consulté le ).
  17. Julie-Solveig Saint-Germes, « Coronavirus. Où en est-on de l’épidémie dans le monde, en Europe, en Chine et en France ? », sur ouest-france, .
  18. Paul Benkimoun, « Covid-19 : les foyers prolifèrent hors de Chine », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  19. Le Monde avec AFP, « Aéroports fermés, mesures de confinement… le monde s’organise face à la pandémie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. (en) Jamie Gumbrecht, « WHO declares novel coronavirus outbreak a pandemic », sur CNN.
  21. (en) Xiaobo Yang& al. (2020) Clinical course and outcomes of critically ill patients with SARS-CoV-2 pneumonia in Wuhan, China: a single-centered, retrospective, observational study ; The Lancet Respiratory Medicine ; February 24.
  22. (en) « Novel Coronavirus (2019-nCoV) situation reports », sur www.who.int (consulté le ).
  23. (en) David L. Heymann et Nahoko Shindo, « COVID-19: what is next for public health? », The Lancet, vol. 395, no 10224,‎ , p. 542–545 (ISSN 0140-6736 et 1474-547X, PMID 32061313, DOI 10.1016/S0140-6736(20)30374-3, lire en ligne, consulté le ).
  24. Ram Etwareea, « Le Covid-19 fait planer le spectre d’une pénurie alimentaire », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  25. Karine Yoakim Pasquier, « CORONAVIRUS : vers une pénurie alimentaire mondiale? », sur Lepetitjournal.com, .
  26. « Cambodia to ban some rice exports April 5 due to coronavirus », The Straits Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. « Kazakhstan bans export of key food products amid coronavirus spread - Xinhua - English.news.cn », sur www.xinhuanet.com (consulté le ).
  28. « Alger suspend l’exportation de 17 produits. Quel impact pour l’économie du pays face au Covid-19? », sur Sputniknews.com (consulté le ).
  29. « nytimes.com/reuters/2020/04/03… »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  30. a et b « Coronavirus – Pas de pénurie alimentaire à craindre », sur www.quechoisir.org (consulté le ).
  31. « Coronavirus COVID-19 : magasins dévalisés, non il n'y a pas de pénurie alimentaire », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le ).
  32. (en) « Countries race to limit or ban mask and ventilator exports - Marketplace », sur Marketplace, (consulté le ).
  33. « Coronavirus : l'AFMPS interdit l'exportation hors Europe de certains médicaments pour éviter une pénurie », sur RTBF Info, (consulté le ).
  34. AFP, « Démunie face au coronavirus, l'Afrique se jette sur la chloroquine », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  35. (en) « The Institute of Export and International Trade », sur The Institute of Export and International Trade (consulté le ).
  36. Bogdan Neagu, « Romania suspends exports of medicines as coronavirus cases reach 47 », sur Euractiv.com, .
  37. (en) Reuters Editorial, « Hungary bans export of coronavirus treatment ingredient », sur Reuters.com, .
  38. « Serbia bans medicine exports for 30 days - PM », sur Seenews.com (consulté le ).
  39. (en) « Covid-19 : Bulgaria’s Health Minister bans exports of quinine-based medicines », sur The Sofia Globe, (consulté le ).
  40. (en) Selcan Hacaoglu, « Turkey Restricts Exports of Medical Protective Gear », sur bloomberg.com, .
  41. « Deux millions de masques saisis par les services de douane au Maroc », sur Sputniknews.com (consulté le ).
  42. (en) « Algeria: Export ban on all kinds of food and medical products (COVID-19) », sur www.globaltradealert.org (consulté le ).
  43. (en) « Kenya: Introduction of export ban on face masks following the COVID-19 outbreak », sur www.globaltradealert.org (consulté le ).
  44. Herald, « South Korean government takes full control of face mask supply, bans exports », The Korea Herald,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. « Indonesia Bans Exports of Hand Sanitizer, Face Masks to Tackle Shortage », sur www.bloomberg.com, (consulté le ).
  46. « Coronavirus: Malaysia bans face mask exports but prices to go up », The Straits Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. « Finance Colombia » Colombia Bans The Export Of Key Medical & Sanitary Supplies », sur www.financecolombia.com (consulté le ).
  48. « India limits medicine exports after supplies hit by coronavirus », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Le Figaro avec Reuters, « Coronavirus: Trump ordonne l'arrêt des exportations de masques », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  50. « L'Union européenne va limiter les exportations de masques vers l'extérieur », Libération,‎ (lire en ligne).
  51. « Coronavirus : Bruxelles, arbitre de la guerre des masques », sur Le Point, (consulté le ).
  52. « Paracétamol : une seule boîte par personne dans les pharmacies », sur www.pourquoidocteur.fr (consulté le ).
  53. « Chronique d'une pandémie annoncée : la gestion du "stock national santé" par l'EPRUS », sur www.senat.fr (consulté le ).
  54. Francis Delattre, « Rapport d'information fait au nom de la commission des finances sur l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS), », sur www.senat.fr (consulté le ).
  55. « Doctrine de protection des travailleurs face aux maladies hautement pathogènes à transmission respiratoire », sur www.economie.gouv.fr (consulté le ).
  56. « Face au coronavirus, la folie des masques s’empare de la planète », Nouvel Obs,‎ .
  57. « Le marché noir des masques de protection contrefaits explose en Chine », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  58. « Coronavirus : pourquoi la France n'est pas (encore) prête », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  59. (en-US) Denise Roland et Stephen Fidler, « Coronavirus Tests Europe’s Differing Health Systems », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le ).
  60. « Coronavirus : les inquiétudes pour l'économie grandissent en Europe », sur Les Echos, (consulté le ).
  61. « Coronavirus : Le gel hydroalcoolique pourra être fabriqué en pharmacie, son prix fixé par l'Etat », sur parismatch.com, (consulté le ).
  62. « Coronavirus : aux abois, l'Italie va être aidée par la Chine », sur Franceinfo, (consulté le ).
  63. « Coronavirus : dans le monde, la fièvre du stockage et une ruée sur le papier toilette », sur www.lemonde.fr, .
  64. « Le coronavirus pourrait amener à une pénurie "désastreuse" de préservatifs », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  65. Marc Bettinelli, « Coronavirus : la crise économique due à l’épidémie est unique, voici pourquoi », Le Monde, (consulté le ).
  66. « De la crise sanitaire à la crise économique : comprendre en infographie », Banque de France, (consulté le ).
  67. « Coronavirus : des restrictions en place dans tous les pays du monde selon l'OMT », Air-Journal, .
  68. a b et c Bruna Basini et Rémy Dessarts, « Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau : « Il faudra rembourser cet argent » », JDD, .
  69. François Villeroy de Galhau, « François Villeroy de Galhau : « Riposte à la crise économique en trois actes » », Le Figaro, .
  70. « Le FMI prévoit une chute record du PIB de 7,5 % en zone euro et de 3 % dans le monde en 2020 », Le Figaro, 14 avril 2020-04-14.
  71. François Villeroy de Galhau, « Il n'y a pas de miracle : nous devrons porter plus longtemps des dettes publiques plus élevées », Le Monde, .
  72. « Comment la Banque de France agit-elle pour soutenir l’économie face à la crise sanitaire du Covid-19 ? », Banque de France, six avril 2020 (consulté le ).
  73. « Coronavirus : la BCE débloque 750 milliards d'euros pour acheter de la dette », Le Figaro/AFP, (consulté le ).
  74. Yves Calvi et Esther Serrajordia, « Coronavirus : le PIB plonge d'environ 6 % au 1er trimestre », RTL, .
  75. « Prêt Garanti État : 300 milliards d'euros pour soutenir les entreprises impactées par le Covid-19 | Bpifrance servir l'avenir », bpifrance.fr (consulté le ).
  76. « Quel rôle pour la Médiation du crédit ? », Banque de France, (consulté le ).
  77. Marc Vignaud Marc, « Coronavirus – Macron : « Nous ne laisserons pas une crise économique se propager » », Le Point, (consulté le ).
  78. Sarah Ugolini, « Coronavirus : comment bénéficier du fonds de solidarité aux entreprises ? », RTL, .
  79. Eric Albert, « Covid-19 : dans la zone euro, l’explosion du chômage n’a pas eu lieu », Le Monde, (consulté le )
  80. « Décret no 2020-325 du 25 mars 2020 relatif à l'activité partielle », Légifrance, (consulté le ).
  81. « Près de 10 millions de salariés sont au chômage partiel en France », 20 Minutes, .
  82. Frédéric Bianchi, « Coronavirus: une prime de 1 000 euros pour inciter les salariés à travailler », BFM TV, 20 mars 2020\consulté le=22 avril 2020.
  83. « Opinion | Reconversion des salariés par la formation : soyons efficaces et réactifs ! », sur Les Echos, (consulté le )
  84. « Plans sociaux: le nombre des départs envisagés s'envole depuis le 1er mars », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  85. « La vague des plans sociaux s'amplifie malgré des prévisions moins pessimistes », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  86. « General Electric: «Nous ne laisserons pas passer» les plans sociaux d’«aubaine», prévient Bruno Le Maire », La Voix du Nord, (consulté le ).
  87. Jean-Michel Lahire, « Le carnet noir des plans sociaux », L'Est républicain, (consulté le ).
  88. « Le coronavirus a mis 22 millions de personnes au chômage en un mois aux États-Unis », Le HuffPost, (consulté le ).
  89. Jerome Karabel, « Un trumpisme sans Donald Trump », sur Le Monde diplomatique,
  90. Eric Albert, « Covid-19 : la sortie du chômage partiel, un défi pour l’Europe », Le Monde, (consulté le )
  91. Clément Guillou, « L’arrêt du tourisme mondial en raison de la crise sanitaire provoque un tsunami social », Le Monde, (consulté le )
  92. (en-US) The Editorial Board, « Opinion | The Great American Labor Shortage », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  93. « Dette à 115,2% et déficit à -9,1% du PIB », sur www.ifrap.org (consulté le )
  94. « Gérald Darmanin : « On a préféré l'endettement à la faillite » », France Inter, .
  95. « Le FMI prévoit une croissance de 6% pour la France en 2021 », sur La Tribune (consulté le )
  96. « F. Villeroy de Galhau (France Inter, 14/12/20) : "Le plein effet des vaccins se ressentira fin 2021" - YouTube », sur www.youtube.com (consulté le )
  97. « François Villeroy de Galhau (Banque de France) : La Banque de France annonce une chute des ventes des biens et services de 24 % sur l'ensemble du mois de mars - 15/04 », sur bfmbusiness.bfmtv.com (consulté le ).
  98. Eric Albert, « Covid-19 : en zone euro, une chute historique du PIB de 6,8 % en 2020 », Le Monde, (consulté le )
  99. a b et c « Les exportations françaises en 2020 : l’aérodépendance », sur Banque de France, (consulté le )
  100. a et b Guillaume de Calignon, « Covid : le déficit commercial de la France s'est dangereusement creusé en 2020 », Les Échos, (consulté le )
  101. « Les masques font leur trou », Le Canard enchaîné,‎
  102. Pauline Gensel, « Covid-19 : la Cour des comptes plaide pour un financement pérenne de la recherche », Le Monde, (consulté le )
  103. « Histoire Belge », Le Canard enchaîné,‎
  104. Jean-Pierre Stroobants, « La révélation du prix des vaccins contre le Covid-19 embarrasse l’industrie et la Commission européenne », Le Monde, (consulté le )
  105. « Le prix de la dignité », sur Oxfam International, (consulté le )
  106. a et b Christian Chavagneux, Pandémie mondiale, effet local, Alternatives économiques janvier 2021
  107. Arnaud Leparmentie, « En 2020, les Etats-Unis ont traversé la pire récession depuis 1946 », Le Monde, (consulté le )
  108. « Le “quoi qu’il en coûte” d’Emmanuel Macron face à la crise du Covid-19 va nous coûter très cher ! », Capital, 6 février 2021
  109. « Quoi qu'il en coûte" : Emmanuel Macron lance un appel général à la mobilisation contre le coronavirus », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  110. « Coronavirus : pourquoi fait-il baisser le prix du pétrole ? », sur Franceinfo, (consulté le ).
  111. « Le coronavirus pousse le marché pétrolier au bord de la panique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  112. (en) « Oil (WTI) Commodity », sur markets.businessinsider.com (consulté le ).
  113. « Le prix du pétrole est-il vraiment devenu négatif ? », sur Covid-19 et économie, les clés pour comprendre – Banque de France, (consulté le ).
  114. Boursorama, « Pétrole : pourquoi le prix du baril de brut américain est tombé à un niveau si bas », sur Boursorama, (consulté le ).
  115. Les données des bourses, RTE France (consulté le 17 mai 2020), voir la journée du 13 avril 2020.
  116. « le Covid fait disjoncter EDF: Le courant gratuit d'EDF », Le Canard enchaîné, .
  117. Léa Polverini, « Les milliardaires américains ont gagné 398 milliards pendant la pandémie de Covid-19 », Slate, .
  118. « Conséquences économiques de la pandémie, changement climatique : des thèmes qui inquiètent le monde de la finance », Le Monde, (consulté le ).
  119. Banque Lazard, « La dette des Etats - Avis de turbulences », sur lazard.com,
  120. « Covid-19: la dette française pour soutenir l'économie est "assez soutenable" mais "l'argent n'est pas gratuit", estime la cheffe économiste de l'OCDE », sur Francetvinfo, (consulté le )
  121. « Italie : l’économie mettra du temps à remonter la pente, dette vertigineuse », Capital, (consulté le )
  122. a et b Zeliha Chaffin, « Vaccins contre le Covid-19 : Pfizer et Moderna engrangent les milliards de dollars », Le Monde, (consulté le )
  123. a et b Olivier Bénis, « La crise du Covid n'a eu aucun impact négatif durable sur les plus riches, selon Oxfam », sur France Inter, (consulté le )
  124. « Ces médecins et scientifiques devenus milliardaires grâce au Covid-19 », sur strategika.fr, (consulté le )
  125. Alexandre Lemarié, Olivier Faye, « Emmanuel Macron atteint du Covid-19 : le sommet de l’Etat secoué », Le Monde, (consulté le ).
  126. « Covid-19 dans le monde : le président mexicain testé positif », Le Monde avec AFP, (consulté le ).
  127. a et b « Covid-19 : la crise a renforcé le rôle de l’État et pourrait consolider l’Europe », Sud Ouest, (consulté le ).
  128. « Le Conseil d’Etat suspend l’obligation pour les Français de l’étranger de faire valoir un « motif impérieux » pour rentrer », Le Monde avec AFP, (consulté le ).
  129. Cécile Bouanchaud, « Ceux qui ne l’ont pas vécu ne peuvent pas comprendre » : en quarantaine à l’hôtel, des voyageurs racontent un moment « hors du temps », Le Monde, (consulté le ).
  130. Isabelle Dellerba, « Les Australiens interdits de revenir d’Inde sous peine de prison », Le Monde, (consulté le )
  131. « Coronavirus : ce que contient la loi instaurant un « état d’urgence sanitaire » votée par le Parlement », Le Monde, (consulté le ).
  132. « Le Covid-19 malmène nos libertés individuelles, mais jusqu’à quand ? », Courrier international, (consulté le ).
  133. Olivier Bénis, Christine Siméone, « L'épidémie de Covid-19 en France, un an de restrictions à géométrie variable », sur France Inter, (consulté le ).
  134. a b et c « Coronavirus: les libertés individuelles mises à mal par les mesures d'urgence en Europe », RFI, (consulté le ).
  135. Anne-Aël Durand, Maxime Vaudano, Jérémie Baruch, Mathilde Damgé, Assma Maad, Gary Dagorn, Raphaëlle Aubert, Léa Sanchez, Jonathan Parienté, Pierre Breteau, « Confinement : ce qui va désormais être autorisé, restreint ou interdit en France », Le Monde, (consulté le ).
  136. « Epidémie de coronavirus : confinement, fermeture des frontières, état d'urgence… Quelles sont les principales mesures prises par les pays européens ? », sur Francetvinfo, (consulté le ).
  137. « Les principales mesures prises en Europe face au coronavirus », Le Courrier picard, (consulté le ).
  138. Anne-Françoise Hiver, « Covid-19 : la stratégie suédoise remise en cause », Le Monde, (consulté le ).
  139. « Coronavirus : l’Espagne vers l’état d’urgence, durcissement des mesures en Italie… Les restrictions se multiplient en Europe », Le Monde, (consulté le ).
  140. « Covid-19. Libertés et démocratie écornées dans six pays sur dix, selon un rapport », Ouest-France, avec AFP, (consulté le )
  141. Valérie Crova, « Les régimes autoritaires instrumentalisent la pandémie de Covid-19 pour accroître la répression selon Amnesty », sur France Inter, (consulté le )
  142. « État d'urgence sanitaire et État de droit », sur cncdh.fr, (consulté le ).
  143. « Restrictions de libertés liées au Covid-19 : la Défenseure des droits tire la sonnette d'alarme », sur Orange.fr, (consulté le ).
  144. Nicolas Berrod, « Covid-19 : le régime post-état d’urgence sanitaire prolongé, l’opposition indignée », Le Parisien, (consulté le )
  145. Jean-Baptiste Jacquin, « Covid-19 : le retour de l’état d’urgence, qui se banalise », Le Monde, (consulté le ).
  146. « Covid-19 : les députés votent la prorogation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février », Le Monde, (consulté le ).
  147. « « Jusqu’où va-t-on aller » dans les restrictions de libertés », Le Télégramme, (consulté le ).
  148. « Covid : la démocratie recule partout dans le monde… et en France », sur Contrepoints, (consulté le )
  149. « Covid-19 : avec les restrictions sanitaires, la France classée comme «démocratie défaillante» par The Economist », Le Figaro (consulté le )
  150. « Contestation du confinement: la Cour d’appel rejette la requête », sur lapresse.ca, (consulté le )
  151. a et b « En Espagne, la droite et sa figure montante Isabel Diaz Ayuso », Le Monde, (consulté le )
  152. Jean-François Noulet, « Coronavirus : qui sont ceux qui s'opposent aux mesures sanitaires ? Que veulent-ils ? », sur rtbf.be, (consulté le )
  153. « Coronavirus en Belgique : Unia appelle à questionner la proportionnalité des mesures limitant droits et mouvements », sur rtbf.be, (consulté le )
  154. « En Allemagne, une montée inquiétante de la contestation », sur Courrier international, (consulté le )
  155. « Des Allemands se rebiffent à nouveau contre les restrictions liées au coronavirus », sur Courrier international, (consulté le )
  156. Maxence Gevin, « Allemagne : 17.000 personnes défilent sans masque à Berlin contre les mesures sanitaires », sur LCI, (consulté le )
  157. « Covid-19 : l'Europe se reconfine, la contestation sociale s'étend », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  158. « Coronavirus: les libertés individuelles mises à mal par les mesures d'urgence en Europe », sur RFI, (consulté le ).
  159. https://www.clicanoo.re/Societe/Article/2021/01/28/Des-collectifs-citoyens-organisent-un-rassemblement-samedi-pour-trouver
  160. https://bellaciao.org/fr/spip.php?article164416
  161. « Covid-19 : des restrictions et des contestations », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le )
  162. « Des europeens manifestent contre les mesures sanitaires et sont arretes », sur euronews, (consulté le )
  163. « Covid-19 : les intermittents du spectacle occupent les théâtres », sur francetvinfo, (consulté le )
  164. « Covid-19 : De nouvelles manifestations contre les restrictions sanitaires en Allemagne et en Suisse », sur Le Monde avec AFP, (consulté le )
  165. « Coronavirus : vingt arrestations lors des manifestations contre les restrictions en Finlande », Le Monde avec AFP, (consulté le )
  166. « Manifestations contre les restrictions à Berlin alors qu’un durcissement de la loi sanitaire est voté », Le Monde avec AFP, (consulté le )
  167. « Au Royaume-Uni et en Suisse, des milliers de manifestants contre les restrictions anti-Covid », Le Monde avec AFP, (consulté le )
  168. a et b « Confinement. L’Église catholique conteste l’interdiction des messes », sur ouest-france.fr (consulté le ).
  169. « Nouveaux rassemblements de catholiques pour le retour de la messe », sur RTL Info (consulté le ).
  170. « A Bergerac, le préfet de la Dordogne interdit la messe en plein air », sur France Bleu, (consulté le ).
  171. « Valais: pas plus de 10 personnes à la messe – Portail catholique suisse », sur cath.ch (consulté le ).
  172. « Les prêtres confinés »
  173. « Interdiction des cultes: ce que représente vraiment la messe pour les catholiques »
  174. « Coronavirus : des premiers cas au premier mois de confinement, les principales étapes de l’évolution de l’épidémie en France »
  175. « Covid-19 en Afrique : les mosquées ferment », sur TV5MONDE, (consulté le )
  176. « La pratique en cas de pandémie / Pratiquer en temps de confinement et de déconfinement », sur Village des Pruniers, (consulté le )
  177. Frida Benattia, « Comment le Covid-19 malmène les rites et le temps du deuil », sur theconversation.com, (consulté le )
  178. « Le vote anticipé bat un record aux Etats-Unis, avec déjà plus de 50 millions de suffrages à la présidentielle », sur Le Monde, (consulté le ).
  179. Neïla Beyler, Basile Dekonink, « Election américaine : les chiffres clés d'un scrutin historique », Les Échos, (consulté le ).
  180. « Élections: 58 pays ont choisi de reporter leurs scrutins à cause du Covid-19 », Le Figaro, (consulté le ).
  181. « Coronavirus : l'Italie adopte un plan d'aide aux familles et aux entreprises de 7,5 milliards d'euros », sur Les Echos, (consulté le ).
  182. « Coronavirus : l'Italie adopte un plan d'aide aux familles et aux entreprises de 7,5 milliards d'euros », sur un.org, AfriqueRenouveau, (consulté le ).
  183. « Avec le report des législatives, Hongkong, unique « zone libre » de Chine, plonge dans un vide constitutionnel », sur Le Monde AFP, (consulté le ).
  184. « La Chine va imposer un contrôle renforcé des candidats aux élections à Hongkong », sur Le Monde AFP, (consulté le ).
  185. « Portugal : le président sortant Marcelo Rebelo de Sousa largement réélu dès le premier tour », Le Monde AFP, (consulté le ).
  186. Flora Genoux, « Covid-19 : le Chili repousse d’un mois l’élection de l’Assemblée constituante », Le Monde, (consulté le )
  187. « Municipales 2020 : appelé à un report du premier tour, l’exécutif tient sa ligne », sur Le Monde avec AFP,Reuters, (consulté le ).
  188. Eric Chaverou, « Municipales en temps de Covid-19 : une abstention historique, un second tour en question », sur France Culture, (consulté le ).
  189. Manon Rescan, « Elections municipales : une participation « faiblissime » au premier tour », Le Monde, .
  190. « Municipales : 4 abstentionnistes sur 10 ne se sont pas rendus aux urnes à cause du coronavirus », sur francetvinfo.fr, .
  191. « Municipales 2020 : une abstention record sur fond de crise du Covid-19 », sur L'Obs, (consulté le ).
  192. Fabien Dabert, « Municipales 2020 : le 2e tour est bien reporté, que deviennent les résultats de dimanche ? », sur www.linternaute.com (consulté le ).
  193. « Les élections régionales et départementales se tiendront les 13 et 20 juin », sur Le Monde avec AFP, (consulté le ).
  194. « Crise sanitaire : les Français sont les plus sévères en Europe vis-à-vis de leurs dirigeants », sur LCI (consulté le ).
  195. « Un rapport sur la gestion du COVID-19 critique avec le gouvernement », Challenges, (consulté le ).
  196. Matthieu Goar, « Covid-19 : les exécutifs européens face à la lassitude des opinions », Le Monde, (consulté le ).
  197. Nikos Smyrnaios, « Le confinement n’a pas révolutionné l’espace public numérique, mais il a accéléré sa transformation », sur LaRevuedesMédias.ina.fr, Institut national de l'audiovisuel, (consulté le ).
  198. Organisation internationale du travail, Le travail à domicile en réponse à l’épidémie de COVID-19: guide de l’employeur, Genève, , 34 p. (ISBN 9789220322604, lire en ligne).
  199. a et b « Covid-19 : l’UNESCO s’inquiète de la fracture numérique dans l'enseignement à distance », sur news.un.org, ONU Info, (consulté le ).
  200. Hicham Ait Oujmid, « La Fracture Numérique à l'époque du COVID-19 », sur Ecoactu.ma, (consulté le ).
  201. UNICEF, « Les enfants exposés à des risques accrus sur Internet durant la pandémie de COVID-19 », sur unicef.org/fr, (consulté le ).
  202. a et b « Covid-19 : la crise sanitaire a fait basculer un million de Françaises et de Français dans la pauvreté », Le Monde, .
  203. « La crise sanitaire va creuser les inégalités, alerte la cheffe économiste de l'OCDE », sur LOrientLeJour.com,
  204. « Avec la pandémie, les riches s'enrichissent, les pauvres s'appauvrissent », sur Reporterre.net, .
  205. Léa Polverini, « Les milliardaires américains ont gagné 398 milliards pendant la pandémie de Covid-19 », Slate, .
  206. « Milliardaires américains : pour eux, la pandémie c'est un jackpot à 1 000 milliards de dollars », L'Humanité,
  207. « Les inégalités raciales refont surface aux États-Unis avec la pandémie », sur LaPresse.ca, (consulté le )
  208. a b c et d (en-US) « Universal basic income gains support during the pandemic », sur worldfinance.com (consulté le )
  209. a b et c (en) Carrie Arnold, « Pandemic speeds largest test yet of universal basic income », Nature, vol. 583, no 7817,‎ , p. 502–503 (DOI 10.1038/d41586-020-01993-3, lire en ligne, consulté le )
  210. (en) « Senior UN official calls for universal basic income to tackle growing inequality », sur news.un.org/en, UN News, (consulté le )
  211. Sofia Scialoja, « Coronavirus en Italie : « la suspension temporaire de la société ouverte n’est pas la fin de l’ouverture ! » », sur legrandcontinent.eu, (consulté le ).
  212. Femmes-hommes : inégaux devant la crise du coronavirus ?, tv5monde.com, 20 mai 2020, par Lucie Monier-Reyes
  213. Confinement : les femmes, plus nombreuses qu'avant à devoir prendre en charge la préparation des repas, FranceBleu.fr, 7 mai 2020, par Olivia Cohen
  214. Confinement : les mères allemandes présentent la facture, liberation.fr, 29 mai 2020, par Johanna Luyssen
  215. « Harcèlement sexuel : avec le confinement, le retour en force des comptes « fisha » sur les réseaux sociaux », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  216. Roland Pfefferkorn, « Le partage inégal des « tâches ménagères » », Les Cahiers de Framespa. Nouveaux champs de l’histoire sociale, no 7,‎ (ISSN 1760-4761, DOI 10.4000/framespa.646, lire en ligne, consulté le )
  217. (en) Francesca Marchetta et Hugues Champeaux, « Confinement : des ménages en surmenage », sur TheConversation.com (consulté le )
  218. « Hausse des violences conjugales pendant le confinement », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  219. « Les victimes de violences conjugales peuvent alerter leur pharmacien pendant le confinement », Madame Figaro, (consulté le ).
  220. « Sécurité routiere 2550 morts en 2020 chiffre le plus bas de l'histoire », Le Figaro,
  221. Eric Béziat, « Covid-19 : les transports publics français en souffrance mais « résilients » », Le Monde, (consulté le )
  222. a b et c « À la une de l’hebdo. Coronavirus : la lutte des âges », sur Courrier international, (consulté le )
  223. Texte collectif, « Il faut mettre fin à l’âgisme », sur Ledevoir.com, (consulté le )
  224. (en) Université du Michigan, « "Loneliness Among Older Adults Before and During the COVID-19 Pandemic" (=Isolement au sein des personnes agées avant et pendant la pandémie du Covid 19) »
  225. (en) « "Understanding the Relationships between Parenting Stress and Mental Health with Grandparent Kinship Caregivers’ Risky Parenting Behaviors in the Time of COVID-19" », Journal of Family of Violence,‎ (lire en ligne)
  226. OMS, « COVID-19 et Décennie pour le vieillissement en bonne santé », SÉRIE CONNEXIONS, PARUTION NO 1,‎ (lire en ligne)
  227. « Le Covid fait craindre un "baby krach" », sur LeFigaro.fr,
  228. « Conséquences de la fermeture des écoles », Site de l'UNESCO, consulté le 9 février 2021
  229. « Masques à l'école primaire : "Les enfants sont baignés dans un climat anxiogène général" », Marianne, 26 novembre 2020
  230. « Jean-Paul Brighelli : "Comment peut-on enseigner avec un masque?" », Le Figaro, 27 août 2020
  231. « Coronavirus : un collectif de parents sarthois veut déposer un recours contre le port du masque à l'école », France bleu, 1er mars 2021
  232. « Coronavirus : Les parents opposés au masque à l'école ne désarment pas », 20 minutes, 12 mars 2021
  233. « Saint-Girons : le mouvement "Enfance et Liberté" contre le port du masque à l'école prend de l’ampleur », LA DEPECHE, 10 janvier 2021
  234. Louis Chahuneau, « Coronavirus : les tentatives de suicide se multiplient chez les étudiants », sur RTL avec AFP, (consulté le )
  235. « Covid-19: Sur les 6.600 détenus libérés pendant la crise, combien ont été réincarcérés ? », Huffpost, 17 juin 2020
  236. Des dizaines de milliers de prisonniers ont-ils été libérés de prison pendant la crise sanitaire, comme l'affirme Nicolas Bay ?, francetvinfo, 16 juin 2020
  237. « Grippe, gastro, comment le Covid-19 a éclipsé les épidémies habituelles de l'hiver en 2021 », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  238. « Deux souches de grippe ont disparu depuis le Covid-19 », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  239. (en) Y. N. Tan, Pj. Vandekerckhove et P Verdonk, « The long road to recovery: at six months since the first COVID-19 wave, elective orthopedic care has still not fully recovered in Belgium », Journal of Experimental Orthopaedics, vol. 7, no 1,‎ , p. 99 (ISSN 2197-1153, PMID 33349907, PMCID PMC7752098, DOI 10.1186/s40634-020-00316-9, lire en ligne, consulté le )
  240. a et b (en) Andrew J. Einstein et Leslee J. Shaw, « International Impact of COVID-19 on the Diagnosis of Heart Disease », sur Journal of the American College of Cardiology, (DOI 10.1016/j.jacc.2020.10.054, consulté le ), p. 173–185
  241. (en) Lutz S. Freudenberg et Diana Paez, « Global Impact of COVID-19 on Nuclear Medicine Departments: An International Survey in April 2020 », sur Journal of Nuclear Medicine, (ISSN 0161-5505, PMID 32709733, PMCID PMC7456173, DOI 10.2967/jnumed.120.249821, consulté le ), p. 1278–1283
  242. a b c d e et f (en) Leslie Roberts, « How COVID is derailing the fight against HIV, TB and malaria », Nature,‎ , d41586–021–02469-8 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/d41586-021-02469-8, lire en ligne, consulté le )
  243. (en) Paul Adepoju, « Tuberculosis and HIV responses threatened by COVID-19 », The Lancet HIV, vol. 7, no 5,‎ , e319–e320 (ISSN 2352-3018, PMID 32277870, DOI 10.1016/S2352-3018(20)30109-0, lire en ligne, consulté le )
  244. Amyn A Malik, Nauman Safdar, Subhash Chandir et Uzma Khan, « Tuberculosis control and care in the era of COVID-19 », Health Policy and Planning, vol. 35, no 8,‎ , p. 1130–1132 (ISSN 0268-1080, DOI 10.1093/heapol/czaa109, lire en ligne, consulté le )
  245. (en) Tsegahun Manyazewal, Yimtubezinash Woldeamanuel, Henry M. Blumberg et Abebaw Fekadu, « The fight to end tuberculosis must not be forgotten in the COVID-19 outbreak », Nature Medicine, vol. 26, no 6,‎ , p. 811–812 (ISSN 1546-170X, DOI 10.1038/s41591-020-0917-1, lire en ligne, consulté le )
  246. Lucia Cilloni, Han Fu, Juan F Vesga et David Dowdy, « The potential impact of the COVID-19 pandemic on the tuberculosis epidemic a modelling analysis », EClinicalMedicine, vol. 28,‎ , p. 100603 (ISSN 2589-5370, DOI 10.1016/j.eclinm.2020.100603, lire en ligne, consulté le )
  247. (en) Philippe Glaziou, « Predicted impact of the COVID-19 pandemic on global tuberculosis deaths in 2020 », medRxiv,‎ , p. 2020.04.28.20079582 (DOI 10.1101/2020.04.28.20079582, lire en ligne, consulté le )
  248. (en) Peter Sands, « HIV, tuberculosis, and malaria: how can the impact of COVID-19 be minimised? », The Lancet Global Health, vol. 8, no 9,‎ , e1102–e1103 (ISSN 2214-109X, PMID 32673576, DOI 10.1016/S2214-109X(20)30317-X, lire en ligne, consulté le )
  249. (en) « Tuberculosis and COVID-19 interaction: A review of biological, clinical and public health effects », Pulmonology, vol. 27, no 2,‎ , p. 151–165 (ISSN 2531-0437, DOI 10.1016/j.pulmoe.2020.12.012, lire en ligne, consulté le )
  250. (en) Marina Tadolini, Luigi Ruffo Codecasa, José-María García-García et François-Xavier Blanc, « Active tuberculosis, sequelae and COVID-19 co-infection: first cohort of 49 cases », European Respiratory Journal, vol. 56, no 1,‎ (ISSN 0903-1936 et 1399-3003, PMID 32457198, DOI 10.1183/13993003.01398-2020, lire en ligne, consulté le )
  251. (en) Marina Tadolini, José-María García-García, François-Xavier Blanc et Sergey Borisov, « On tuberculosis and COVID-19 co-infection », European Respiratory Journal, vol. 56, no 2,‎ (ISSN 0903-1936 et 1399-3003, PMID 32586888, DOI 10.1183/13993003.02328-2020, lire en ligne, consulté le )
  252. (en) I. Motta, R. Centis, L. D’Ambrosio et J.-M. García-García, « Tuberculosis, COVID-19 and migrants: Preliminary analysis of deaths occurring in 69 patients from two cohorts », Pulmonology, vol. 26, no 4,‎ , p. 233–240 (ISSN 2531-0437, DOI 10.1016/j.pulmoe.2020.05.002, lire en ligne, consulté le )
  253. « Covid-19 : la santé mentale des Français mise à mal », Le Monde, (consulté le ).
  254. « La pandémie de Covid-19 aura un impact « à long terme » sur la santé mentale, alerte l’OMS », Ouest-France avec AFP, (consulté le ).
  255. Luc Ruidant, « Covid-19 : forte hausse des cas de dépression et d'anxiété en 2020 », sur Site-UpdateSpecialiste-FR, (consulté le ).
  256. Yohan Blavignat, « La nature est-elle vraiment la grande gagnante de la pandémie de Covid-19 ? », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  257. a et b (en) « European Green Deal must be central to a resilient recovery after Covid-19 », sur Climate Home News, (consulté le ).
  258. « Dix ministres européens appellent à une relance post-Covid « verte » », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  259. « Confinement : #Alamaison, une chaîne de télé gratuite pour toute la famille », Le Parisien, (consulté le ).
  260. François Quairel, « COVID-19 - Quand les animateurs et journalistes font de la radio...à la maison », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  261. Brulhatour, « Covid-19 : l'émission "Bruno dans la radio" diffusée en direct sur W9 », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  262. a et b François Quairel, « Covid-19 : France Bleu joue la carte de la syndication de programmes », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  263. François Quairel, « Covid-19 : la station France Bleu Belfort-Montbéliard fermé provisoirement », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  264. Brulhatour, « COVID-19 : Radio France ferme ses portes au public jusqu'au 19 avril », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  265. François Quairel, « NRJ Group : toutes les locales fermées, plusieurs émissions délocalisées », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  266. Brulhatour, « Covid-19 : une grande opération de soutien scolaire avec Radio Classique », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  267. François Quairel, « Covid-19 : 10 radios régionales en Occitanie s'unissent pour une opération de promotion », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  268. Brulhatour, « Covid-19 : les auditeurs de Radio France invités à participer à un grand choeur virtuel », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  269. « Humour, astuces, ironie...comment le confinement est vécu sur les réseaux sociaux », sur CNews, .
  270. Courrier international - Paris, « Réseaux sociaux. Coronavirus : rien de tel que l’humour pour supporter le confinement », sur Courrier international, .
  271. Léa Bitton, « Malgré l'épidémie du coronavirus, les internautes ne manquent pas d'humour », sur Paris Match, .
  272. Candice Mellot, « Confinement : les 110 blagues les plus drôles repérées sur le net », sur Marie France, .
  273. Louis de Bergevin, « Coronavirus : avec "Questions pour un balcon", le comédien Noam Cartozo veut "donner du sourire" pendant le confinement », sur France Info, .
  274. Louis de Bergevin, « “Questions pour un balcon” : comment un jeu entre voisins parisiens est devenu un phénomène international », sur France Inter, .
  275. Jérôme Vermelin, « VIDÉO - Confiné, il fait le show avec "Questions pour un balcon" », sur LCI, .
  276. Marion Bargiacchi, « Le groupe les Goguettes cartonne avec sa parodie de Brel sur le coronavirus », sur France Bleu, .
  277. « Le défilé du Nouvel an chinois annulé à Paris à cause du coronavirus », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  278. « Coronavirus en Italie : plus de 130 cas, le carnaval de Venise annulé », sur www.nouvelobs.com (consulté le ).
  279. a et b « Coronavirus: le MIPTV est annulé et le festival Canneseries est quant à lui reporté », sur Nice-Matin, (consulté le ).
  280. « Coronavirus: Tomorrowland Winter annulé », sur Le Soir, (consulté le ).
  281. (en-US) « Tomorrowland – Updates » (consulté le ).
  282. France Info, Direct Coronavirus, 6 mars 2020
  283. (en) « Cancellation of Cultural Programme 2020 », (consulté le ).
  284. (en) UER, « Eurovision 2020 in Rotterdam is cancelled », sur eurovision.tv, (consulté le ).
  285. « Site officiel du Printemps de Bourges », sur printemps-bourges.com (consulté le ).
  286. « Art Basel annule sa foire de Hong Kong en raison du coronavirus », sur rts.ch, (consulté le ).
  287. « Le Mobile World Congress annulé : 28.000 chambres d'hôtel à la poubelle », sur lecourrier.es, (consulté le ).
  288. « Le coronavirus contraint Swatch Group à annuler son rendez-vous horloger », sur www.letemps.ch, (consulté le ).
  289. « Le Salon des inventions reporté à septembre en raison du coronavirus », sur Radio télévision suisse, (consulté le ).
  290. Dan Popa, « Le salon automobile de Pékin reporté », sur www.journalauto.com (consulté le ).
  291. « Coronavirus : le salon de l'automobile de Genève annulé », sur RTL.fr, (consulté le ).
  292. « L'ITB de Berlin est annulé », sur lechotouristique.com.
  293. « MCH annule l'édition 2020 de Baselworld en raison du coronavirus », sur www.zonebourse.com, (consulté le ).
  294. « Salon du Livre Paris 2020 annulé à cause du Coronavirus », sur www.sortiraparis.com (consulté le ).
  295. (en) Todd Spangler, « E3 2020 canceled after ‘Overwhelming Concerns’ about Coronavirus », sur Variety, (consulté le ).
  296. « Le salon de l’Agriculture 2021 est annulé à cause du Covid-19 », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  297. « Athlé - Chine - Les Championnats du monde en salle prévus à Nankin (Chine) reportés en 2021 », sur lequipe.fr, .
  298. Dan Palmer, « World Athletics Indoor Championships moved to 2023 after second postponement », sur www.insidethegames.biz, (consulté le )
  299. « Athlé - Coronavirus : les Mondiaux d'athlétisme auront lieu en juillet 2022 », sur lequipe.fr, .
  300. « Le marathon de Tokyo ne sera pas ouvert aux amateurs en raison du coronavirus - Fil Info - Athlétisme », sur Sport24.fr, Le Figaro, (consulté le ).
  301. « Pyongyang Marathon 2020 Cancelled », sur Koryo Tours, (consulté le ).
  302. Lefèvre, « Coronavirus : le marathon de Paris reporté », Le Parisien, (consulté le ).
  303. « Coronavirus : Le semi-marathon de Paris annulé », sur Eurosport, (consulté le ).
  304. « Harmonie Mutuelle Semi de Paris - Actualités », sur harmoniemutuellesemideparis.com (consulté le ).
  305. « Les Mondiaux de semi-marathon reportés au 17 octobre - Athlé - Semi-marathon », sur L'Équipe, (consulté le ).
  306. « Athlé - Cross - Coronavirus : Les Championnats de France de cross annulés », sur L'Équipe (consulté le ).
  307. « Coronavirus: Le Tour des Emirats arrêté après 5 étapes, les équipes bloquées dans leur hôtel », sur RTBF.be (consulté le ).
  308. « Coronavirus: la course cycliste des Strade Bianche annulée », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le ).
  309. « Coronavirus: Milan-Sanremo annulé, un monument cycliste tombe », TV5 Monde, (consulté le ).
  310. « Coronavirus : Gand-Wevelgem et le Grand Prix E3 annulés », sur velo-club.net.
  311. « Coronavirus: la dernière étape de Paris-Nice annulée », sur RMC Sport (consulté le ).
  312. « Le Giro ne partira pas de Hongrie en 2020 », sur Eurosport.fr, .
  313. « Le Giro 2020 reporté pour cause de coronavirus », sur TodayCycling.com, (consulté le ).
  314. « L'UCI demande l'annulation des courses jusqu'au 3 avril », sur L'Équipe, .
  315. « Cyclisme-Coronavirus : le Tour du Pays basque et le Tour des Alpes reportés », sur lequipe.fr, .
  316. « Cyclisme-Coronavirus: Paris-Roubaix, la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège reportés à cause du coronavirus », sur lequipe.fr, .
  317. « Cyclisme - Après Paris-Roubaix, le Tour des Flandres est aussi annulé », Le Télégramme, .
  318. « Cyclisme-Coronavirus : l'Amstel Gold Race reportée à son tour », sur lequipe.fr, .
  319. « Cyclisme-Coronavirus : le Tour de Romandie n'aura pas lieu », sur lequipe.fr, .
  320. « Cyclisme-Coronavirus : le Tour de Suisse annulé », sur lequipe.fr, .
  321. « Cyclisme-VTT : les Mondiaux reportés », sur lequipe.fr, .
  322. « Cyclisme-Coronavirus : les Championnats du monde de BMX reportés », sur lequipe.fr, .
  323. « Le Tour de France n'aura pas lieu à huis clos, aucune course jusqu'au 1er juin », sur lequipe.fr, .
  324. « Le championnat d'Allemagne suspendu », sur Sport 24, Le Figaro, .
  325. « Coronavirus: la Liga suspendue pour au moins deux journées », sur RMC SPORT, (consulté le ).
  326. Etienne Moatti, « Coronavirus : l'Euro 2020 reporté d'un an, la Ligue des champions et la Ligue Europa suspendues », sur L'Équipe.fr, .
  327. « Coronavirus : la Copa America 2020 reportée d'un an », sur L'Équipe.fr, .
  328. « Coronavirus : La MLS suspendue jusqu'au 11 avril », France Football, (consulté le ).
  329. « An update on the Men’s 2020 Tournament », sur www.internationalchampionscup.com, .
  330. « Annulation de l'ICC, tournoi estival des géants du foot - Foot - Coronavirus », sur L'Équipe, .
  331. « Le Grand Prix de Chine de F1 va être annulé », sur Nextgen-Auto.com (consulté le ).
  332. Patrick Angler, « OFFICIEL : Suspension du Grand Prix de Chine de F1 en raison de l’épidémie du coronavirus. », sur F1ACTU.COM, (consulté le ).
  333. (en) « Formula 1, FIA and AGPC announce cancellation of the 2020 Australian Grand Prix », Blog,‎ (lire en ligne).
  334. a et b « Officiel - Les GP de Bahreïn et du Vietnam sont reportés », sur fr.motorsport.com (consulté le ).
  335. a et b « Les GP des Pays-Bas, d'Espagne et de Monaco reportés », sur fr.motorsport.com (consulté le ).
  336. « Le Grand Prix de Monaco n'aura pas lieu en 2020 », sur fr.motorsport.com (consulté le ).
  337. (en) « Azerbaijan Grand Prix postponed as coronavirus outbreak continues (en anglais) », sur formula1.com (consulté le ).
  338. « Formule E: l’ePrix de Sanya en Chine annulé à cause du coronavirus », sur Le Soir Plus, (consulté le ).
  339. « Officiel : l'E-Prix de Rome est reporté à cause du coronavirus », sur Motorsport, (consulté le ).
  340. a et b « La Formule E suspend son championnat pour deux mois », motorsport.fr, .
  341. « L'E-Prix de Jakarta est officiellement reporté », motorsport.fr, .
  342. « Coronavirus : le Kenya Open reporté - Golf - Coronavirus », sur L'Équipe (consulté le ).
  343. « L’union sacrée du Handball Professionnel masculin », sur Site officiel du championnat, (consulté le ).
  344. « Saison 2019-2020 : Arrêt définitif des championnats amateurs et annulation de la Coupe de France », sur www.ffhandball.fr, (consulté le ).
  345. (en) « FIH Hockey Pro League: China-Belgium on Hold », sur www.fihproleague.com, .
  346. (en) « FIH Hockey Pro League: China-Australia on Hold », sur www.fihproleague.com, .
  347. (en) « FIH Hockey Pro League: Australia matches planned in Europe put on Hold », sur www.fihproleague.com, .
  348. « New Zealand matches in the Netherlands and Germany put on hold », sur fihproleague.com, (consulté le ).
  349. « Les rencontres de Pro League face à l'Allemagne également postposées », sur hockeybelgium.lesoir.be, .
  350. (en) « FIH Hockey Pro League put on hold until 15 April », sur www.teamusa.org/USA-Field-Hockey, .
  351. (en) « FIH Hockey Pro League put on hold until 15 April », sur www.fihproleague.com, .
  352. « National League: pas de playoffs. Saison terminée », sur RTSSport.ch, (consulté le ).
  353. (en) « Summary of European hockey leagues' in light of #Coronavirus following Friday's decision to cancel the British EIHL for remainder of season, 11th Euro top pro league to do so.pic.twitter.com/ZbXQexxmHg », sur twitter.com, (consulté le ).
  354. « Coronavirus : la NHL suspendue à son tour - Hockey - NHL », sur L'Équipe (consulté le ).
  355. « Coronavirus : le Grand Prix de judo de Rabat annulé, Teddy Riner au chômage technique », Le Parisien, (consulté le ).
  356. a et b « Coronavirus : les Championnats d'Europe de judo reportés de début mai à fin juin », La Provence, (consulté le ).
  357. « Coronavirus : le Grand Slam de Tokyo annulé », L'Équipe, (consulté le ).
  358. « La catégorie MotoGP™ ne disputera pas de course au Qatar », sur www.motogp.com (consulté le ).
  359. RDS, Championnats du monde de Montréal annulés, 12 mars 2020
  360. « VIDEO. Le rallye Aïcha des gazelles du Maroc qui devait partir de Nice reporté en raison du coronavirus », sur Nice-Matin, (consulté le ).
  361. (en + fr + es + ja) « World Rugby Statement: Singapore and Hong Kong Sevens rescheduled », sur www.world.rugby, (consulté le ).
  362. (en) Scottish Rugby, « Coronavirus: Italy v Scotland Women among games postponed », sur bbc.com, (consulté le ).
  363. « Coronavirus: Le match du Tournoi des Six Nations Irlande-Italie reporté », sur msn.com (consulté le ).
  364. (it) Notizie Oggi, 6 mars 2020.
  365. (en) Scottish Rugby, « Women's Six Nations: Scotland v France postponed after home player tests positive for coronavirus », sur bbc.com, (consulté le ).
  366. « Rugby - Coronavirus : la FFR arrête définitivement toutes les saisons en amateurs », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  367. « Fin de saison pour le rugby Anglais à l’exception de la Premiership », sur Rugbyrama.fr, Eurosport, (consulté le ).
  368. « Rugby - La Premiership suspendue indéfiniment, mais la Ligue souhaite finir la saison », sur lequipe.fr, .
  369. « Tennis. Le tournoi d'Indian Wells annulé à cause du coronavirus », sur bienpublic.com (consulté le ).
  370. (en) « ATP suspends Tour for six weeks due to Public Health & Safety issues over COVID-19 », sur ATP Tour (consulté le ).
  371. (en) « ITF announces postponement of all ITF events until 20 April », sur ITFtennis.com, ITF, .
  372. (en) « WTA Tour suspended until May 2 », sur WTAtennis.com, Women's Tennis Association (consulté le ).
  373. « Roland-Garros se jouera du 20 septembre au 4 octobre 2020 », sur rolandgarros.com (consulté le ).
  374. « Roland Garros | Overview | ATP Tour | Tennis », sur ATP Tour (consulté le ).
  375. (en) « WTA and ATP announce further suspension of tennis through June 7 », sur WTAtennis.com, Women's Tennis Association (consulté le ).
  376. (en) « WTA and ATP announce further suspension of Tours », sur ATPtour.com, ATP, (consulté le ).
  377. « Comité Directeur 29 avril 2020 : Reprise du tir à l’arc et Championnats de France ».
  378. « Coronavirus: les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo se disent « extrêmement inquiets » », sur lesoir.be, .
  379. « "Les athlètes s’inquiètent" : l'annulation des Jeux olympiques de Tokyo à cause du coronavirus en question », sur Franceinfo, (consulté le ).
  380. « Coronavirus: les Jeux olympiques de Tokyo peuvent-ils être annulés ou reportés? », sur Nice-Matin, (consulté le ).
  381. « Coronavirus : les Jeux de Tokyo officiellement reportés en 2021 », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  382. « Coronavirus : reportés, les JO de Tokyo ouvriront le 23 juillet 2021 », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier