Ouvrir le menu principal

Ursula von der Leyen

femme politique allemande

Ursula von der Leyen
Illustration.
Ursula von der Leyen en 2019.
Fonctions
Présidente de la Commission européenne
(élue)
En attente d’investiture –
Élection
Gouvernement Commission Von der Leyen
Législature 9e
Prédécesseur Jean-Claude Juncker
Ministre fédérale allemande de la Défense

(5 ans et 7 mois)
Chancelier Angela Merkel
Gouvernement Merkel III et IV
Prédécesseur Thomas de Maizière
Successeur Annegret Kramp-Karrenbauer
Ministre fédérale du Travail
et des Affaires sociales

(4 ans et 17 jours)
Chancelier Angela Merkel
Gouvernement Merkel II
Prédécesseur Franz Josef Jung
Successeur Andrea Nahles
Ministre fédérale de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse

(4 ans et 5 jours)
Chancelier Angela Merkel
Gouvernement Merkel I et II
Prédécesseur Renate Schmidt
Successeur Kristina Köhler
Ministre des Affaires sociales, des Femmes, de la Famille et de la Santé de Basse-Saxe

(2 ans, 8 mois et 18 jours)
Ministre-président Christian Wulff
Gouvernement Wulff I
Prédécesseur Gitta Trauernicht
Successeur Mechthild Ross-Luttmann
Biographie
Nom de naissance Ursula Gertrud Albrecht
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Ixelles (Belgique)
Nationalité Allemande
Parti politique CDU
Père Ernst Albrecht
Diplômée de Université Gottfried Wilhelm Leibniz de Hanovre
London School of Economics and Political Science
Profession Médecin

Signature de Ursula von der Leyen

Ursula von der Leyen
Ministres fédéraux de la Défense d'Allemagne
Ministres fédéraux du Travail d'Allemagne
Ministres fédéraux de la Famille d'Allemagne.

Ursula Gertrud von der Leyen [ˈʔʊʁzula ˈɡɛʁtʁuːt fɔn deːɐ̯ ˈlaɪən][1] Écouter, née Albrecht le à Ixelles (Belgique), est une femme politique allemande. Membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), elle est ministre fédérale entre 2005 et 2019 et doit devenir présidente de la Commission européenne en novembre 2019.

À la suite de la victoire de Christian Wulff aux élections régionales de 2003 en Basse-Saxe, elle devient ministre de la Famille du Land. Elle est choisie deux ans plus tard par Angela Merkel pour occuper le ministère fédéral de la Famille dans sa première grande coalition. Proche de la chancelière, elle mène une politique familiale jugée aux antipodes des positions de son parti en favorisant notamment le développement des crèches et en instituant un salaire parental.

Elle est reconduite en octobre 2009, puis nommée ministre fédérale du Travail à peine un mois plus tard, du fait de la démission de Franz Josef Jung. À la suite de la démission du président fédéral Horst Köhler le 31 mai 2010, elle est perçue comme favorite pour lui succéder, mais c'est finalement Wulff qui est choisi par la coalition au pouvoir.

Elle devient ministre fédérale de la Défense en décembre 2013, étant la première femme à occuper ce poste. Sa désignation à ce poste régalien puis sa reconduction en mars 2018 en font alors l'une des potentielles successeures de la chancelière Merkel.

En , elle est élue présidente de la Commission européenne par le Parlement européen avec une majorité réduite de neuf voix. Elle démissionne alors du gouvernement allemand. Elle doit succéder à Jean-Claude Juncker et devenir ainsi la première femme à la tête de la Commission.

Situation personnelleModifier

OriginesModifier

 
Von der Leyen est une descendante par adoption de Sarah Ladson (célèbre modèle du peintre Thomas Sully) et biologiquement des frère et sœur de celle-ci, James H. Ladson et Elizabeth Ladson, qui appartenaient à une famille de grands planteurs à Charleston en Caroline du Sud. Von der Leyen a vécu pendant une année sous le pseudonyme de Rose Ladson.

Elle descend d'une famille de la bourgeoisie hanséatique, avec des connexions aristocratiques, et dont l'origine remonte au XVIIe siècle[2].

La plupart des ancêtres d’Ursula von der Leyen sont en effet originaires des États autrefois indépendants de Hanovre et de Brême, dans le nord de l’actuelle Allemagne. Elle a par ailleurs une arrière-grand-mère américaine d’ascendance principalement britannique, des ancêtres français et italiens plus éloignés, et quelques ascendances dans ce qui est aujourd’hui les États baltes, appartenant alors encore à l’Empire russe. La famille Albrecht figurait parmi les familles dites hübsche (patriciennes, de haute bourgeoisie) de l’Électorat de Hanovre — entité qui avait conclu une union personnelle avec le Royaume-Uni —, et les ancêtres de Von der Leyen étaient médecins, juristes, universitaires et fonctionnaires depuis le XVIIe siècle. Son trisaïeul George Alexander Albrecht se transporta à Brême au XIXe siècle, où il prospéra comme négociant en coton, devint un hanséate (c’est-à-dire membre de l’élite dans l’une des villes hanséatiques) et occupa la fonction de consul d’Autriche-Hongrie à partir de 1895. Il épousa Louise Knoop, fille du baron Ludwig Knoop, l’un des entrepreneurs les plus fortunés du XIXe siècle dans l’Empire russe[3].

 
Armoiries de la famille noble von der Leyen.

Le bisaïeul de Von der Leyen était le négociant en coton Carl Albrecht (1875–1952), qui épousa Mary Ladson Robertson (1883–1960), Américaine issue de la famille Ladson, qui appartenait à l’aristocratie sudiste de Charleston en Caroline du Sud. Ses ancêtres américains ont joué un rôle notable dans la colonisation britannique de l’Amérique du nord et dans la traite trans-atlantique. Mary Ladson Robertson en effet était la fille d’Edward Twells Robertson, marchand de coton de Charleston, et de Sarah Gilmor Ladson, descendante de trois des enfants du révolutionnaire américain et lieutenant-gouverneur de Caroline du Sud James Ladson, de plusieurs gouverneurs coloniaux britanniques, et des tout premiers colons anglais dans les Barbades, dans la Caroline, en Virginie et en Pennsylvanie[4],[5]. Parmi les ancêtres de Von der Leyen figurent également les gouverneurs John Yeamans, James Moore, Robert Gibbes, Thomas Smith et Joseph Blake, mais aussi Joseph Wragg et Benjamin Smith, qui se rangent parmi les plus grands marchands d’esclaves en Amérique du Nord britannique. Au moment où l’esclavage fut aboli aux États-Unis, son ancêtre James H. Ladson (1795–1868) détenait autour de 200 esclaves[6]. Mary Ladson Robertson, qui était affiliée à la National Society of the Colonial Dames of America, était aussi une descendante du député-gouverneur de Pennsylvanie Samuel Carpenter et de Christopher Branch, l’un des premiers colons anglais, et était apparentée à Thomas Jefferson[7]. Carl Albrecht et Mary Ladson Robertson étaient les parents du grand-père d’Ursula von der Leyen, le psychologue Carl Albrecht, connu pour avoir conçu une nouvelle méthode de méditation et pour ses recherches en matière de conscience mystique[8].

FormationModifier

Elle passe son enfance en Belgique, où elle fréquente l'École européenne dès 1964, ce qui lui vaut d'être bilingue allemand et français[9]. Elle s’exprime en outre couramment en anglais, notamment pour avoir vécu pendant au total cinq années au Royaume-Uni et aux États-Unis[10]. Elle passe par ailleurs pour une éminente cavalière et a été active dans le sport équestre de compétition[11].

En 1976, elle obtient un Abitur en mathématiques et sciences. Elle étudie les sciences économiques aux universités de Göttingen et de Münster entre 1977 et 1980. Elle fréquente la London School of Economics, sous un nom d'emprunt, du fait de la notoriété de son père en pleine période de montée des groupes terroristes d'extrême gauche en Allemagne de l'Ouest, comme la Fraction armée rouge[12].

À partir de 1980, elle entreprend des études de médecine à l'université Gottfried Wilhelm Leibniz de Hanovre, qui durent sept ans. À l'issue de ce cursus, elle défend sa thèse et devient docteure en 1991. Elle quitte l’Allemagne l'année suivante pour passer quatre ans à l’université Stanford où elle suit des cours d’économie.

Le 27 septembre 2015, le site internet anti-plagiat VroniPlag Wiki déclare avoir trouvé des « passages avec du plagiat » dans 27 pages de la thèse de doctorat d'Ursula von der Leyen. Elle rejette ces allégations et demande qu'un comité indépendant mène une enquête sur ces allégations[13]. Après avoir effectué une vérification préliminaire, l'université ouvre une procédure formelle d'examen[14] ; néanmoins, en mars 2016, à la suite d’une enquête universitaire, il est décidé de ne pas lui retirer son titre de docteur[15]. De nombreux experts comme les professeurs de droit Volker Rieble et Gerhard Dannemann se montrent en désaccord avec cette décision[16],[17],[18].

En octobre 2015, un représentant de l'université Stanford critique Von der Leyen pour avoir indiqué sur son CV qu'elle a participé à des activités universitaires sans avoir reçu des crédits scolaires pour celles-ci[19]. Par la suite, la presse rend public qu'elle prétendait avoir fréquenté l'université Stanford en tant « qu'auditrice invitée », alors que ce poste n'existe pas[20],[21].

Vie familialeModifier

Née en 1958 à Ixelles, dans l’agglomération bruxelloise, Ursula von der Leyen y réside jusqu’à l’âge de 13 ans et y fréquente l’École européenne de Bruxelles I. Son père Ernst Albrecht était l’un des premiers fonctionnaires européens, travaillant à ce titre dès la création de la Commission européenne en 1958, d’abord au sein de la commission Hallstein, comme chef de cabinet auprès du commissaire européen à la Concurrence Hans von der Groeben, puis de 1967 à 1970 comme directeur de la direction générale de la Concurrence[22].

En 1971, elle déménage avec ses parents pour Lehrte, dans la région de Hanovre, après que son père a été nommé PDG de l’entreprise alimentaire Bahlsen et qu’il s’est engagé dans la politique du Land de Basse-Saxe[23]. Son père exercera comme ministre-président de Basse-Saxe de 1976 à 1990[24],[25]. Son frère Hans-Holger, dirigeant d'entreprises, est le président-directeur général de Deezer depuis février 2015[26].

En 1977, elle commence des études d’économie à l’université de Göttingen. Au plus fort des années de plomb en Allemagne de l’Ouest, elle cherche refuge à Londres en 1978, après que sa famille a été avisée que la Fraction armée rouge (RAF) avait conçu le projet de l’enlever, au motif qu’elle était la fille d’un homme politique de premier plan. Elle passe plus d’une année à se cacher dans la capitale britannique, où elle vit sous la protection de Scotland Yard, et s’inscrit, sous le nom d’emprunt de Rose Ladson, à la London School of Economics[27],[28],[29]. Un diminutif allemand de Rose, Röschen, était son « petit nom » depuis l’enfance[30], tandis que Ladson est le patronyme de la famille de sa bisaïeule américaine, laquelle famille est originaire du Northamptonshire. Elle déclarera ensuite qu’elle « a vécu plus qu’elle n’a étudié »[31], et que Londres était « l’épitomé de la modernité : liberté, joie de vivre, tâter de tout », ce qui lui a donné « une liberté intérieure [qu’elle a] gardée » par la suite[27]. Elle retourne en Allemagne en 1979, mais reste sous la protection d’un service de sécurité pour plusieurs années encore[32].

En 1986, elle se marie avec le médecin Heiko von der Leyen, issu de la famille von der Leyen, de Krefeld, qui a fait fortune dans le commerce de la soie. Heiko von der Leyen deviendra professeur de médecine et PDG d’une entreprise d’ingénierie médicale. La famille Von der Leyen est de confession luthérienne et membre de l’Église évangélique d’Allemagne[33]. Le couple, qui a fait connaissance dans la chorale de l’université de Göttingen[34], a eu sept enfants, nés entre 1987 et 1999[35],[36] : David (1987), Sophie (1989), Donata (1992), les jumelles Victoria et Johanna (1994), Egmont (1998) et Gracia (1999)[37]. Elle est la nièce du chef d’orchestre George Alexander Albrecht et la cousine germaine du directeur musical de l’Opéra national des Pays-Bas, Marc Albrecht[38].

Carrière professionnelleModifier

Elle est médecin assistant à la maternité de l’université de Hanovre entre 1988 et 1992, et obtient son doctorat en médecine en 1991. Après la naissance de ses jumelles, elle est pendant un temps, de 1992 à 1996, femme au foyer à Stanford, en Californie, pendant que son mari est membre du corps facultaire à l’université Stanford[39].

Elle revient en Allemagne en 1996, et occupe de 1998 à 2002 un poste d’assistante chercheuse et de chargée de cours au département d’épidémiologie, de médecine sociale et des systèmes de santé à la faculté de médecine de l’université de Hanovre. En 2001, elle obtient dans cette institution le titre de licenciée en santé publique[40].

Parcours politiqueModifier

Débuts et ascension en Basse-SaxeModifier

Elle rejoint l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), dont son père a été vice-président fédéral, en 1990. Elle entame son parcours politique 11 ans plus tard, lorsqu'elle remporte un mandat d'élue locale au sein de l'assemblée de la région de Hanovre. Lors des élections régionales du 2 février 2003, elle est élue à 44 ans députée au Landtag de Basse-Saxe dans la circonscription orientale de Lehrte avec 39 % des voix.

Le scrutin ayant permis au chrétien-démocrate Christian Wulff de former une coalition noire-jaune avec les libéraux, Ursula von der Leyen est nommée le 4 mars ministre des Affaires sociales, des Femmes, de la Famille et de la Santé. Au cours du 18e congrès fédéral de la CDU, convoqué à Düsseldorf en décembre 2004, elle intègre le bureau (präsidium) du parti.

Ministre fédérale de la FamilleModifier

En août 2005, la candidate de la CDU/CSU à la chancellerie fédérale, Angela Merkel, la nomme au sein de son équipe de campagne (kompetenzteam), chargée des questions sociales. Le scrutin est remporté par les chrétiens-démocrates mais aucune majorité n'émerge au Bundestag. Merkel constitue alors une grande coalition avec le SPD le 22 novembre suivant, au sein de laquelle Ursula von der Leyen est nommée ministre fédérale de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse.

Garde des enfantsModifier

Elle conduit une politique familiale novatrice. Elle encourage ainsi le développement des crèches afin que les femmes puissent concilier travail et éducation des enfants, en contradiction avec la vision de la famille de son propre parti[41]. En 2005, elle fait adopter une loi (Kinderförderungsgesetz) qui garantit un budget de 4,3 milliards d'euros pour financer des systèmes de garde des enfants[réf. nécessaire].

Salaire parentalModifier

En 2007, elle assure par ailleurs la mise en place d'un salaire parental, qui permet au parent s'arrêtant de travailler de toucher jusqu'à 1 800 euros par mois pendant les quatorze premiers mois de l'enfant au plus[42], hommes compris[43].

Elle propose en outre la création d'un congé parental rémunéré (Elternzeit) de deux mois pour les pères. Ce projet est critiqué par l'évêque catholique Walter Mixa, qui l'accuse de vouloir transformer les femmes en « machines à donner naissance ». Le président du groupement régional de la CSU Peter Ramsauer ironise sur le fait que les hommes n'ont pas besoin de « stage de changement de couches ». Elle emporte le soutien de l'opinion publique au moyen d'une campagne de communication gouvernementale, critiquée pour son coût de trois millions d'euros alors qu'elle véhicule un message perçu comme politisé[44].

Blocage de la pédopornographieModifier

 
Caricature d'Ursula von der Leyen en « Zensursula ».

Elle se montre également favorable à un blocage des sites Internet de pédopornographie par les fournisseurs d'accès sur la base d'une liste élaborée par l'Office fédéral de police criminelle (BKA)[45],[46].

Elle se voit affublée du sobriquet de « Zensursula » (en français : « Censursula »), un mot-valise associant le prénom de la ministre et le terme « censure » (Zensur)[47]. L'association du sujet de la pédopornographie à la censure d'Internet aurait alors causé un intérêt croissant dans le Parti pirate[48].

En juillet 2009, elle déclare que la lutte contre la pédopornographie en ligne était rendue difficile puisque les personnes responsables se servaient de serveurs localisés en Afrique et en Inde. Selon elle, « la pédopornographie est légale »[49] dans ce dernier pays, basant son propos sur une étude effectuée par le Centre international pour enfants disparus et sexuellement exploités en 2006. La pédopornographie se trouvant en réalité illégale dans le sous-continent, la ministre présente ses excuses par la suite[réf. nécessaire].

Ministre fédérale du TravailModifier

 
Ursula von der Leyen en 2013.

Élue députée fédérale au Bundestag lors des élections législatives fédérales du 27 septembre 2009, elle est reconduite à son ministère le 28 octobre suivant. Toutefois, à la suite de la démission de Franz Josef Jung, elle est appelée le 30 novembre à le remplacer comme ministre fédérale du Travail et des Affaires sociales.

Au début de l'année 2010, elle doit faire face aux conséquences d'une décision du Tribunal constitutionnel fédéral qui invalide la réforme de l'assurance chômage (Hartz IV) de Gerhard Schröder et Wolfgang Clement pour cause d'insuffisance des allocations et déclare à ce titre que « ce jugement est incontestable et la société va devoir payer, c'est clair »[50].

À l'occasion du 23e congrès fédéral de la CDU à Karlsruhe, le , elle est élue vice-présidente du parti, sous la présidence d'Angela Merkel, avec 85,12 % des voix[51].

Elle est favorable à la création d'un salaire minimum[43]. En 2013, elle défend sans succès l'instauration de quotas de femmes au sein des conseils d'administration. Ce quota exigerait qu'il y ait au moins 20 % de femmes au sein des conseils d'administration d'ici 2018 et qui augmenterait à 40 % d'ici 2023[52].

Pressentie pour la présidence fédéraleModifier

Après la démission du président fédéral Horst Köhler le , elle est présentée comme favorite pour être candidate de la coalition noire-jaune à l'élection présidentielle anticipée, disposant notamment du soutien de Merkel[53].

Les trois formations lui préfèrent finalement Christian Wulff[54].

Ministre fédérale de la DéfenseModifier

 
Ursula von der Leyen en 2014.

Lors des négociations pour la formation du troisième cabinet Merkel, constitué d'une nouvelle grande coalition, le ministère du Travail est attribué au Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD). Un temps pressentie comme ministre fédérale de la Santé, avec des compétences élargies à la réforme des retraites, Ursula von der Leyen est finalement nommée ministre fédérale de la Défense le 17 décembre 2013. C'est la première fois qu'une femme prend ces responsabilités et la seconde fois qu'un ministère fédéral régalien est dirigé par une femme. Cette nomination est perçue comme renforçant son statut de successeur potentielle de la chancelière Merkel[55].

Guerre d'AfghanistanModifier

Au cours de ses 12 premiers mois de mandat, elle rend visite trois fois aux troupes de la Bundeswehr déployées en Afghanistan. Elle gère ainsi le retrait graduel de l'armée allemande, en parallèle de la réduction de la présence de l'OTAN[56].

Au cours de l'été 2014, elle a joué un rôle clé dans la décision de l'Allemagne de réapprovisionner les forces peshmerga kurdes avec des armes létales[57]. En septembre 2015, elle se dit ouverte à l'idée de reporter le retrait de 850 soldats allemands installés dans le nord du pays prévu en 2016, après la prise inattendue par les Talibans de la ville de Kondoz, où les troupes fédérales avaient été stationnées[58].

Crises géopolitiquesModifier

À la suite de critiques de la part de hauts responsables allemands sur la répression militaire du président turc Recep Tayyip Erdoğan à l'encontre des militants kurdes en août 2015, elle décide de laisser la mission des batteries Patriot, qui a duré trois ans en Turquie du sud, s'écouler au lieu de demander le soutien de la part du parlement pour la prolonger. Elle prend également la décision d'engager 65 millions d'euros pour établir une présence permanente sur la base Incirlik dans le cadre de l'engagement allemand contre l'organisation terroriste État islamique[59].

Lors de la conférence de Munich sur la sécurité, elle revendique la décision allemande de ne pas approvisionner l'Ukraine en armes. Elle souligne l'importance pour l'Europe d'être unie dans le conflit ukraino-russe et affirme que les négociations avec la Russie sont possibles, contrairement à Daesh. Selon elle, l'Allemagne perçoit la situation conflictuelle comme une occasion de démontrer qu'au XXIe siècle, les pays développés doivent régler leurs conflits par la négociation[60]. Pour elle, fournir des armes aux autorités ukrainiennes afin de les aider à se défendre pourrait avoir des conséquences imprévues et fatales : « La livraison d'armes serait un accélérateur de feu. Cela pourrait donner un prétexte au Kremlin d'intervenir ouvertement dans ce conflit »[61].

Au début de l'année , elle obtient du Bundestag l'envoi d'un contingent de 650 soldats au plus au Mali dans le cadre de la MINUSMA[62].

Réforme des forces arméesModifier

En 2014, elle propose un régime pour rendre la Bundeswehr plus attrayante pour les nouvelles recrues, en offrant même des garderies aux enfants des soldats, en limitant les affectations pour qu'elles s'alignent avec les périodes scolaires ainsi que des augmentations importantes des primes pour les affectations dangereuses[63],[64].

En 2017, après un scandale, elle interdit la vénération de symboles faisant référence au nazisme dans l'armée allemande[65].

Achat et vente de matériel militaireModifier

 
Ursula von der Leyen et Mike Pompeo, en 2018.

Au début de son mandat, elle s'engage à mieux gérer le budget pour le matériel militaire après avoir publié un rapport préparé par KPMG sur les échecs répétés du contrôle des fournisseurs, des coûts et des délais de livraison, par exemple avec l'avion de transport Airbus A400M, l'Eurofighter Typhoon et le véhicule de combat blindé Boxer[66].

Au début de 2015, elle critique ouvertement Airbus pour les délais de livraison de l'avion de transport A400M en déclarant que la compagnie avait de graves problèmes avec la qualité du produit. Sous sa direction, le ministère a accepté de recevoir 13 millions d'euros comme indemnisation pour les délais de la livraison des deuxième et troisième avions A400M ; en 2016, elle demande 12,7 millions d'euros supplémentaires comme indemnisation pour les délais de livraison du quatrième avion[réf. nécessaire].

Durant son séjour en Inde en 2015, elle annonce un contrat avec le gouvernement pour bâtir six petits sous-marins diesel-électrique TKMS, un projet de 11 milliards de dollars[67],[68].

ImpopularitéModifier

Bénéficiant d’une popularité relativement élevée à partir de 2005, elle voit les bonnes opinions en sa faveur diminuer lors de son passage au ministère de la Défense[69]. Alors que l’armée lui reproche ses méthodes de travail, elle est régulièrement accusée de mauvaise gestion du budget de son ministère[69]. En 2019, sa popularité tombe sous les 30 % et une étude d'opinion réalisée pour le quotidien Bild indique que les Allemands la perçoivent comme le deuxième personne la moins compétente au Gouvernement[69]. Après le Conseil européen de , seuls 33 % des Allemands sondés par l’institut Infratest dimap estiment qu’elle ferait une bonne présidente de la Commission européenne[70].

Élection à la présidence de la Commission européenneModifier

 
Ursula von der Leyen en 2019 au Parlement européen.

Le 2 juillet 2019, les chefs d'État et de gouvernement réunis en Conseil européen proposent qu'Ursula von der Leyen soit désignée présidente de la Commission européenne en remplacement du Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, en poste depuis 2014[71]. Issue de l’aile gauche du Parti populaire européen (PPE)[72], elle est suggérée par Emmanuel Macron à Angela Merkel afin de débloquer les négociations entre dirigeants européens[73],[74], alors que la candidature du social-démocrate néerlandais Frans Timmermans, qui faisait l'objet de l'accord des dirigeants européens présents au sommet du G20 quelques jours plus tôt, a été rejetée par des figures du PPE et les dirigeants polonais et hongrois[74]. Devant l'hostilité du Parti social-démocrate d'Allemagne, membre de son gouvernement, à l'égard du choix final d'Ursula von der Leyen, Angela Merkel s’abstient lors du vote sur son nom, tout en votant en faveur de l'ensemble des nominations pour les différents postes[74]. Ce choix rompt avec le système du spitzenkandidat, consistant à proposer comme président de la Commission la tête de liste du parti européen arrivé en tête des élections européennes, qui avait conduit à l'élection de Jean-Claude Juncker en 2014[74].

Pour ses auditions par les groupes du Parlement européen, elle s'avère, selon Emmanuel Berretta du Point, contrainte d'« en rester aux généralités » la plupart du temps, alors que les députés exigent des réponses tranchées sur les sujets sensibles. Elle se prononce cependant pour laisser le temps nécessaire aux Britanniques pour mener à bien les négociations du Brexit, allant ainsi à l'encontre de la position d'Emmanuel Macron. Après son audition, le groupe des Verts/Alliance libre européenne annonce qu'il votera contre elle[75].

Son discours devant le Parlement européen est marqué par sa promesse d'un « green deal » (plan d’investissement durable de 1 000 milliards d’euros) visant à faire de l'Europe « le premier continent neutre » en carbone en 2050. Elle s'engage également pour une commission paritaire, un droit d’asile européen, la reconnaissance intégrale du droit d’initiative du Parlement européen, une nouvelle convention sur l'avenir de l'Europe, un système de réassurance chômage européen pour aider les pays en crise, l'instauration d'un salaire minimum, la taxation des multinationales présentes dans l’Union, la création d'un budget de la zone euro, ou encore la fin de l’unanimité des États sur les dossiers fiscaux. Elle se dit également prête à un nouveau report de la date de sortie du Royaume-Uni, alors fixée au 31 octobre 2019[76],[77],[72]. Contexte estime que « malgré son étiquette politique chrétienne-démocrate, le programme dévoilé par la future présidente de la Commission européenne sent bon la social-démocratie »[72].

Le 16 juillet 2019, le Parlement européen l'élit comme présidente de la Commission européenne à une courte majorité : elle obtient 383 voix sur 747, soit 51,3 %[78]. Son score théorique était de 444 voix compte tenu du soutien annoncé des groupes du Parti populaire européen, de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates et de Renew Europe[79],[76]. Elle est notamment dépourvue du soutien des délégations françaises, belges et allemandes de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates, tandis que Droit et justice et le Mouvement 5 étoiles votent en sa faveur, ce qui lui permet probablement d'être élue[76]. Si elle reconnaît que la mise à l’écart, par les chefs d’État et de gouvernement, des spitzenkandidaten issus du Parlement, a créé « beaucoup de ressentiment », Le Monde explique aussi la faiblesse de son score par « des divisions au sein des groupes, des critiques contre la procédure de désignation à laquelle le Conseil (les États) a eu recours et certaines zones d’ombre dans les annonces faites le matin même par la prétendante »[79]. Contexte indique : « Elle a surtout pu être élue – d’extrême justesse – grâce aux concessions de dernière minute faites à une alliance qui réunit Verts, centristes et socialistes. Ces formations, qui se disent ambitieuses sur le climat, forment de facto le centre de gravité du nouvel hémicycle. » Ursula von der Leyen reprend notamment l’idée d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 50 % d’ici à 2030, une proposition défendue par ces trois groupes alors que le PPE refuse tout objectif chiffré[72].

Elle deviendra ainsi la première femme présidente de la Commission européenne[80], et la seconde personnalité allemande à occuper le poste après Walter Hallstein, premier président de la Commission[81]. Il s'agit du quatrième mandat consécutif pour une personnalité du Parti populaire européen, après les deux mandats de José Manuel Barroso et celui de Jean-Claude Juncker[76].

Prises de positionModifier

Politique étrangèreModifier

 
Ursula von der Leyen à la base aérienne d'Incirlik, en 2016

Elle défend en 2014 la nécessité pour l'Allemagne de développer une politique étrangère plus ferme[82]. Le gouvernement valide ainsi en septembre suivant l'envoi d'armes aux forces armées kurdes et irakiennes, rompant la tradition allemande de ne pas exporter de matériel militaire vers une zone de conflit[83].

Réagissant à la détérioration des relations euro-russes lors de la crise de Crimée, elle estime que « la dépendance au bon fonctionnement de la relation commerciale avec l'Europe est beaucoup plus importante en Russie » et que les sanctions imposées par les Européens pourraient pousser les oligarques et la société civile russes à réagir auprès de Vladimir Poutine[84]. Elle appelle par ailleurs l'OTAN à mieux protéger les pays baltes dans ce contexte[85].

Lors de la crise migratoire de 2015, elle critique les violences policières hongroises anti-réfugiés à la frontière serbe mais, selon le politologue Dániel Deák, « plaidait secrètement pour le renforcement des frontières et l'arrêt de l'immigration illégale contre la position d'Angela Merkel »[86].

Le 18 janvier 2019, elle publie une tribune dans The New York Times où elle soutient l'existence de l'OTAN et plaide pour plus de coopération sur les enjeux de défense entre les pays occidentaux[87].

Intégration européenneModifier

 
Ursula von der Leyen et son homologue néerlandaise Jeanine Hennis-Plasschaert, en 2016.

Dans une entrevue accordée au journal Der Spiegel en 2011, elle exprime sa préférence pour « des États-Unis d'Europe – gérés sur le modèle de l'État suisse, de l'Allemagne ou des États-Unis » qui renforceraient la grandeur de l'Europe tout en s'accordant sur des questions importantes telles que la finance, la fiscalité et la politique économique[88]. Au cours de la même année, Angela Merkel critique fortement sa ministre, pour avoir exigé que la Grèce offre des garanties pour les prêts d'urgence afin d'éviter un défaut de paiement[89].

En 2015, elle déclare qu'une armée européenne doit être envisagée sur le long terme « peut-être pas par mes enfants, mais par mes petits enfants »[90]. Au mois de mars, elle rencontre ses homologues français Jean-Yves Le Drian et polonais Tomasz Siemoniak pour encourager la coopération entre leurs trois pays dans les zones de crise. Il s'agit ainsi de la première réunion au niveau du Triangle de Weimar depuis 2007[91]. À la suite du référendum du Royaume-Uni sur l'appartenance à l'Union Européenne en 2016, elle assure que le Royaume-Uni avait « paralysé » les efforts des autres États européens d'intégration dans une politique de sécurité et « bloquait toujours tout ce qui était caractérisé comme étant européen »[92].

Droits homosexuelsModifier

Elle a vivement encouragé le mariage homosexuel en Allemagne, où il est légal depuis 2017[86].

DécorationsModifier

RéférencesModifier

  1. Prononciation en haut allemand standardisé retranscrite selon la norme API.
  2. Jean-Marc Gonin et Nicolas Barotte, « Ursula von der Layen, mère courage », in Le Figaro Magazine, semaine du 27 décembre 2013, p. 24-26.
  3. (de) « Der denkmalgeschützte Bau drohte zu verfallen: Altes Knoop-Mausoleum für 90000 Euro restauriert », Bild,‎ (lire en ligne)
  4. (de) Deutsches Geschlechterbuch, vol. 17, Görlitz, , « Article « Albrecht » ».
  5. (en) Arthur Meredyth Burke, The Prominent Families of the United States of America (lire en ligne).
  6. (en) The history of Georgetown County, South Carolina, University of South Carolina Press, , p. 297.
  7. Register of the National Society of the Colonial Dames of America in the State of South Carolina, p. 35, The Society, 1945.
  8. (de) Frauke Fischer, « Ehrengast mit Bremer Wurzeln », Weser Kurier, Brême, Bremer Tageszeitungen AG,‎ (lire en ligne).
  9. (de) « Small Talk auf höchster Ebene », Der Tagesspiegel,‎ (lire en ligne)
  10. (de) Alice von Bota, « Small Talk auf höchster Ebene », Tagesspiegel,‎ (lire en ligne).
  11. (de) « Reit-EM: Ursula Von der Leyen macht im Sattel eine gute Figur », Düsseldorf, Rheinische Post (consulté le 18 juillet 2019).
  12. Marie-Pierre Gröndahl, « Ursula von der Leyen - À bride abattue vers le pouvoir », Paris Match, semaine du 9 janvier 2014, pages 70-73.
  13. (en) « Gay Adoption Debate Flusters Conservatives », (consulté le 20 février 2017).
  14. (en) « German defence minister denies plagiarism », (consulté le 20 février 2017).
  15. (de) « Ursula von der Leyen als Exempel? », (consulté le 20 février 2017).
  16. (de) Hermann Horstkotte, « Freispruch aus Mangel an Beweisen », Die Zeit,
  17. (de) « Kritiker bewerten Arbeit als „eindeutiges Plagiat“ »,
  18. (de) « Plagiate: „Hannover steht leider nicht alleine da“ », Der Tagesspiegel,
  19. (en) « German Defence Minister Von der Leyen cleared of plagiarism », (consulté le 20 février 2017).
  20. (en) « Stanford accuses von der Leyen of misrepresentation », (consulté le 20 février 2017).
  21. (de) « Was von der Leyen gewesen sein will, gibt es gar nicht », (consulté le 20 février 2017).
  22. (en) Alex Barker, Michael Peel, Claire Jones, Ian Mount et Hannah Roberts, « Christine Lagarde and Ursula von der Leyen: meet the EU's next leaders », Financial Times,‎ (lire en ligne)
  23. (de) « Ursula von der Leyen - Biografie WHO'S WHO », sur www.whoswho.de
  24. (en) « Ursula von der Leyen: Is this the next woman to become Chancellor of », The Independent,‎ (lire en ligne)
  25. Nathalie Versieux, « Ursula von der Leyen, la gente d'armes de l'Allemagne », Libération,‎ , p. 10-11 (lire en ligne).
  26. « Un nouveau patron chez Deezer », sur Les Echos, (consulté le 3 juillet 2019)
  27. a et b (en) Robert Mendick et Justin Huggler, « Ursula von der Leyen, nominee for EU top job, lived in London under alias to escape Baader-Meinhof gang », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  28. (en) David Crosslan, « Heir to Angela Merkel' appointed Germany's first female defence minister », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne).
  29. « Dr. Ursula von der Leyen »,
  30. (de) Constantin Magnis, « Röschen geht in die Verteidigung », Cicero, .
  31. (de) Jochen Bittner et Peter Dausend, « "Mehr gelebt als studiert" », Die Zeit, no 26,‎ (lire en ligne).
  32. (en) « Who is Germany's Ursula von der Leyen, the surprise candidate set to take the EU's top job? »,
  33. (en) Derek Scally (à Berlin), « Ursula von der Leyen profile: Who is proposed new EU Commission president? », The Irish Times, Dublin,‎ (lire en ligne).
  34. (en) Erik Kirschbaum, « Feisty German minister stands up to Merkel », Agence Reuters, .
  35. (de) « Ursula von der Leyen », Wirtschaftswoche,‎ (lire en ligne).
  36. (en) « Feisty German minister stands up to Merkel », (consulté le 20 février 2017).
  37. (de) « Von der Leyen will Lebenslauf nicht manipuliert haben », (consulté le 20 février 2017).
  38. (it) « Chi è Ursula von der Leyen, che sarà la nuova presidente della Commissione Europea », Il Post,
  39. Moulson Geir, « Von der Leyen: pro-EU fixture in Merkel's Cabinets », AP NEWS,
  40. « Who is Ursula von der Leyen, the New EU Commission President? », Time
  41. Pierre Bocev et Ursula von der Leyen, « L'enfant doit être un enrichissement, pas un problème », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  42. « La nouvelle ministre allemande du Travail est déjà une star », Gala, le
  43. a et b Le magazine du Monde, 24 décembre 2011, page 18.
  44. (en) « The Good Mother, and Modern Politician », (consulté le 20 février 2017)
  45. (de) Pédopornographie : le rêve du blocage d'Internet - Focus
  46. (de) « Die fragwürdigen PR-Kampagnen der Bundesregierung », (consulté le 20 février 2017)
  47. (de) « Kinderpornografie: Der Traum von der Internetsperrung », (consulté le 20 février 2017)
  48. (de) « "Zensursula" geht in die Offensive= », (consulté le 20 février 2017)
  49. (de) « Stoppschild für Zensursula », (consulté le 20 février 2017)
  50. « Brève : Hartz IV », sur le site de la Fondation Robert-Schuman,
  51. (de) « Merkel: „Schwarz-Gelb alternativlos“ », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne)
  52. (de) « "Liebe Ist Für Alle Da" wird verboten », (consulté le 20 février 2017)
  53. « La ministre du travail favorite pour la présidence allemande », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  54. « Christian Wulff candidat à la présidence allemande », L'Express,‎ (lire en ligne)
  55. « Allemagne : Ursula von der Leyen, la ministre qui se rêve chancelière », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  56. (en) « German defense minister makes surprise Afghanistan visit », (consulté le 7 février 2017)
  57. (en) « Meet Europe’s Rising Defense Stars », (consulté le 7 février 2017)
  58. (en) « Germany says no rigid deadlines for troops' stay in Afghanistan », (consulté le 7 février 2017)
  59. (de) « Erste Deutsch-Türkische Regierungskonsultationen in Berlin », (consulté le 7 février 2017)
  60. (en) « Germany, Turkey to finalize deal on Incirlik base work in weeks-spokesman », (consulté le 7 février 2017)
  61. (en) « Ukraine Insists Any Pact With Russia Must Adhere to Terms of September Accord », (consulté le 7 février 2017)
  62. (en) « Germany says Hungary’s use of tear gas is ‘not acceptable’ », (consulté le 7 février 2017)
  63. (en) « German parliament approves more soldiers for Mali, Iraq », (consulté le 20 février 2017)
  64. (en) « German army to offer soldiers crèches and flat-screen TVs », (consulté le 20 février 2017)
  65. « L’armée allemande veut rompre définitivement avec son passé nazi », ouest-france.fr, 10 mai 2017.
  66. (en) « After army creches and cosy barracks, Germany has new idea for troops – shorter working hours », (consulté le 20 février 2017)
  67. (en) « Germany seeks further 12.7 mln euros from Airbus for A400M delays », (consulté le 20 février 2017)
  68. (en) « Will India Purchase German Stealth Submarines? », (consulté le 20 février 2017)
  69. a b et c Martin Lemaire, « Ursula Von der Leyen : si impopulaire en Allemagne, aujourd'hui numéro 1 de l'UE », sur linternaute.com, (consulté le 9 juillet 2019).
  70. (de) « Die Deutschen zweifeln an von der Leyen », sur dw.com, (consulté le 9 juillet 2019).
  71. « Accord au sommet de l'UE sur les nominations clés », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2019).
  72. a b c et d Jean Comte, « C’est l’histoire d’un Parlement européen de droite qui se met à pencher à gauche », sur contexte.com, (consulté le 26 août 2019).
  73. Cécile Ducourtieux et Jean-Pierre Stroobants, « Postes-clés de l’Union européenne : la France et l’Allemagne sont les grandes gagnantes », sur lemonde.fr, (consulté le 3 juillet 2019).
  74. a b c et d Ludovic Lamant, « Mercato des dirigeants de l'UE: les capitales piétinent le parlement européen », sur mediapart.fr, (consulté le 4 juillet 2019).
  75. Emmanuel Berretta, « Europe : Ursula von der Leyen bousculée par les socialistes et les Verts », sur lepoint.fr, (consulté le 14 juillet 2019).
  76. a b c et d Ludovic Lamant, « UE: von der Leyen passe tout juste l’obstacle du Parlement », sur Mediapart, (consulté le 16 juillet 2019).
  77. Jean-Pierre Stroobants, « Ursula von der Leyen promet un « green deal » pour faire de l’UE « le premier continent neutre » en carbone en 2050 », sur lemonde.fr, (consulté le 16 juillet 2019).
  78. Emmanuel Berretta, « Ursula von der Leyen devient la première femme présidente de la Commission », sur lepoint.fr, (consulté le 17 juillet 2019).
  79. a et b Jean-Pierre Stroobants, « Elue sans enthousiasme, Ursula von der Leyen s’expose à des débuts difficiles à la tête de la Commission européenne », sur lemonde.fr, (consulté le 16 juillet 2019).
  80. (en) « Ursula von der Leyen elected European Commission President », sur Politico.eu,
  81. http://www.lefigaro.fr/international/a-bruxelles-la-strategie-d-influence-de-l-allemagne-20190630
  82. (en) « Spurred by Global Crises, Germany Weighs a More Muscular Foreign Policy », (consulté le 20 février 2017)
  83. (en) « Seeking Global Role, German Military Stumbles », (consulté le 20 février 2017)
  84. (en) « No more shirking », (consulté le 20 février 2017)
  85. (en) « Ukraine Crisis Limits Merkel’s Rapport With Putin », (consulté le 20 février 2017).
  86. a et b Joël Le Pavous, « Ursula von der Leyen, l'atout de Viktor Orbán à la Commission européenne », sur Slate, (consulté le 2 août 2019).
  87. (en-US) Ursula von der Leyen, « Opinion | The World Still Needs NATO », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2019)
  88. (en) « German defense chief von der Leyen calls for stronger NATO backing in Ukraine crisis », (consulté le 20 février 2017).
  89. (en) « Merkel Succession Beckons After Von der Leyen’s Defense Posting », (consulté le 20 février 2017).
  90. (en) « Hollande, von der Leyen, Europe observe Armistice Day », (consulté le 20 février 2017).
  91. (en) « News Juncker calls for collective EU army », (consulté le 20 février 2017).
  92. (en) « MoD Siemoniak: EU needs new security strategy », (consulté le 20 février 2017).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier