Amaury Sport Organisation

organisateur d'événements sportifs français

Amaury Sport Organisation[3] (ASO) est un organisateur d'événements sportifs français gérant notamment le Tour de France, Liège-Bastogne-Liège, Paris-Roubaix, Paris-Nice, le Rallye Dakar, le Championnat du monde de rallye-raid, le Marathon de Paris, l'Open de France et le Roc d'Azur.

ASO
logo de Amaury Sport Organisation
Logo de Amaury Sport Organisation

Création 1er septembre 1991 (immatriculation de la société)
Forme juridique Société anonyme
Siège social Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
Drapeau de la France France
Direction Jean-Étienne Amaury
Actionnaires actionnariat familial
Activité Autres activités liées au sport
Produits Organisation d'événements sportifs
Société mère E.P.A. (Éditions Philippe Amaury)
Filiales Thierry Sabine Organisation (TSO)
Effectif en diminution 250 (2021)[1]
SIREN 383160348[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.aso.fr/

Chiffre d'affaires en augmentation 227,1 millions d'euros (2021)[1]
+16 %
Résultat net en augmentation 71,2 millions d'euros (2021)[1]
+20 %

ASO fait partie du groupe de presse Amaury qui possède le quotidien sportif L'Équipe.

Histoire

modifier

En 1947, l'État autorise Le Parisien libéré et L'Équipe à organiser le Tour de France, suspendu depuis 1939. En , L'Équipe est absorbée par les Editions Amaury, qui devient alors l'unique propriétaire de la course.

ASO est créée en septembre 1991. Elle comprend alors la Société du Tour de France, organisatrice du Tour de France, qui devient la branche cyclisme, et TSO (Thierry Sabine Organisation) organisatrice du rallye le Dakar.

En 1998, ASO prend en main l'organisation du Marathon de Paris, créé par le Stade français en 1976.

En 2002, ASO rachète le Paris-Nice cycliste[4].

En 2003, ASO prend en main l'organisation de l'Open de France de golf, créé en 1906.

En 2004, en association avec la Fédération française d'équitation, ASO organise la première édition des Rencontres internationales des disciplines équestres.

En 2008, ASO rachète 49 % du capital d'Unipublic (organisateur du Tour d'Espagne)[5]. En octobre, Patrice Clerc, qui dirigeait ASO depuis 2000, est remplacé par Jean-Étienne Amaury.

En 2008, les Dakar Series sont créés en complément du Rallye Dakar, un mini-championnat annuel de quelques rallye-raids internationaux.

En 2010, ASO rachète le Critérium du Dauphiné libéré au Dauphiné libéré[6].

En 2011 est créé le 10 km de L'Équipe, course se situant dans les 11e et 12e arrondissements de Paris (devenu Adidas 10 K Paris depuis 2018).

En 2012, ASO rachète le Tour de France à la voile aux Éditions Larivière.

Les revenus d'ASO sont passés de 121 millions à 180 millions d'euros entre 2008 et 2013, 55 % étant assurés par le Tour de France cycliste. La rentabilité du groupe est supérieure à 20 %[7]. Selon Pierre Ballester, à cette époque, ASO « a pris un virage politique et industriel, en privilégiant l’impact financier au détriment de l’éthique d’un sport. Les dirigeants d’ASO ont donné le champ libre à la marchandisation du cyclisme[8] ».

Événements organisés

modifier

Athlétisme :

Cyclisme masculin :

Cyclisme féminin :

Vélo tout-terrain :

  • L'Oxygen Challenge
  • Roc d'azur, depuis l'édition 2011.
  • Roc des Alpes, 1re édition en 2013

Golf :

Voile :

Rallye-raid :

Sports équestres :

  • Rencontres internationales des disciplines équestres

Courses d'obstacles :

Communication

modifier

En 2018, le groupe ASO fait pression auprès de Vice France, dont il est partenaire commercial, et obtient le retrait d'un article défavorable au Rallye Dakar[9].

Notes et références

modifier
  1. a b et c « Fiche de l'entreprise AMAURY SPORT ORGANISATION : Bilan gratuit - Siren 383160348 », sur verif.com (consulté le )
  2. Sirene, (base de données) 
  3. « Informations légales et comptables », sur www.societe.com (consulté le )
  4. « Le Tour rachète Paris-Nice à Laurent Fignon », sur lesechos.fr, (consulté le )
  5. « L'Équipe - L'actualité du sport en continu. », sur L'Équipe (consulté le ).
  6. Le Dauphiné chez ASO
  7. Nicolas Richaud, « Le Tour, « cash machine » d'ASO », sur lesechos.fr,
  8. « Le vélo, les tricheurs « Peut-on contrecarrer le monde marchand ? » », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Alexandre Hervaud, Jérôme Lefilliâtre et Quentin Müller, « Vice France, un business de petite vertu », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussi

modifier

Article connexe

modifier

Liens externes

modifier