Championnat d'Europe de football 2020

16e édition du Championnat d'Europe de football
UEFA Euro 2020
Description de l'image UEFA Euro 2020 logo.png.
Généralités
Sport FootballVoir et modifier les données sur Wikidata
Organisateur(s) UEFA
Édition 16e
Lieu(x) Londres
Munich
Bakou
Copenhague
Glasgow
Séville
Budapest
Rome
Amsterdam
Bucarest
Saint-Pétersbourg
Date
Participants 24 équipes
(55 en phase qualificative)
Matchs joués 51 matches
Affluence 1 100 688 (environ 21 582 spectateurs par match)
Site(s) 11 villes
Site web officiel UEFA Euro 2020

Palmarès
Tenant du titre Portugal (1)
Vainqueur Italie (2)
Finaliste Angleterre
Demi-finalistes Espagne
Danemark
Buts 142 (2,79 buts par match)
Meilleur joueur Gianluigi Donnarumma
Meilleur(s) buteur(s) Cristiano Ronaldo
Patrik Schick (5 buts)
Meilleur(s) passeur(s) Steven Zuber (4 passes)

Navigation

Les joueurs italiens célèbrent leur titre avec Sergio Mattarella.

Le Championnat d'Europe de football 2020, officiellement UEFA Euro 2020, est la seizième édition du Championnat d'Europe de football, compétition par équipes nationales masculines de football organisée par l'Union des associations européennes de football (UEFA).

Il était préalablement programmé du au , mais, en raison de la pandémie de Covid-19 qui sévit en Europe, l'UEFA décide de le reporter d'un an, du au . Son nom « UEFA Euro 2020 » reste toutefois inchangé, même s'il est parfois surnommé « Euro 2021 » dans le langage courant.

Pour le soixantième anniversaire de la première édition du tournoi, la Coupe d'Europe des nations 1960, et pour la première fois de son histoire, il n'est pas organisé par un ou deux pays mais aux quatre coins d'Europe, par onze villes hôtes situées dans onze pays[Note 1], les demi-finales et la finale ayant lieu au stade de Wembley à Londres.

Tous les anciens vainqueurs de la compétition sont présents (Espagne, Italie, Allemagne, France, Pays-Bas, Danemark et Portugal, ainsi que Russie pour URSS et Tchéquie pour Tchécoslovaquie) à l'exception de la Grèce dont c'est la deuxième absence consécutive à une phase finale. L'Euro 2020 marque la première participation de la Finlande et de la Macédoine du Nord, ainsi que le retour des Pays-Bas et du Danemark, absents en 2016. L'Écosse participe à sa première compétition internationale depuis 1998. En revanche, l'Islande, l'Irlande, l'Irlande du Nord, la Roumanie et l'Albanie, présentes à l'Euro 2016, n'ont pas réussi à se qualifier. Enfin, deux pays hôtes, la Roumanie et l'Azerbaïdjan, ne qualifient pas leur équipe nationale.

Le Portugal remet en jeu son titre. Le match d'ouverture de la compétition entre la Turquie et l'Italie a lieu à Rome le et est remporté par les Italiens (3-0). Le 1er tour, prolifique, est marqué par la désillusion de la Turquie, annoncée outsider de la compétition, qui termine avec trois défaites et le pire bilan comptable de l'Euro, ainsi que par les résultats décevants de la Russie et de la Pologne. À l'inverse, l'Autriche, le pays de Galles, la Tchéquie et la Suède sont les bonnes surprises du 1er tour, tandis que la Hongrie et la Finlande ont délivré de bonnes prestations malgré leur élimination. De nombreux favoris sont éliminés dès les huitièmes de finale : le Portugal, la France, l'Allemagne, ainsi que la Croatie et les Pays-Bas. La Suisse et l'Ukraine réalisent leur meilleur parcours en atteignant les quarts de finale. Le Danemark, sensation du tournoi, atteint les demi-finales où s'arrête également le parcours de l'Espagne. L'Angleterre joue six de ses sept matchs dans son stade de Wembley et dispute sa première finale à l'Euro le contre l'Italie qui remporte son deuxième titre européen (1-1, tab 3-2).

Cette édition est la plus prolifique en buts dans l'histoire de la compétition avec 142 buts marqués, loin devant l'Euro 2016 (108 buts).

Désignation des villes organisatricesModifier

Au , date limite initialement fixée par l'UEFA aux nations candidates pour soumettre une lettre d'intention, trois candidatures avaient été reçues :

Sept autres candidatures, un temps envisagées, n'ont finalement pas été présentées :

Mais le , le comité exécutif de l'UEFA décide de faire jouer cette compétition dans des villes de toute l'Europe[1],[2], et non au sein d'un ou plusieurs pays organisateurs, suivant ainsi le souhait de son président Michel Platini. Il s'agit de célébrer les soixante ans de la première édition de la compétition (la Coupe d'Europe des nations 1960), d'éviter d'engager des dépenses pour les infrastructures (autoroutes, aéroports, stades, hôtels…) alors que la crise économique de 2008 n'est pas terminée[3] et de rappeler la relation historique de l'UEFA avec celle des villes d'Europe depuis la Coupe des villes de foires créée en 1954 et ancêtre de la Ligue Europa.

À la suite de cette annonce, les candidatures de pays devenues obsolètes, chaque pays d'Europe est invité à présenter une ville pour un des douze lots dits « standards », constitué de trois matchs de groupes et un huitième ou un quart de finale, ou pour un lot spécial, à savoir les deux demi-finales et la finale (il n'y a pas de match pour la troisième place).

Après avoir initialement proposé la ville de Lyon[4], la France décide de retirer sa candidature en 2014. En effet, le pays a déjà organisé l'édition précédente du Championnat en 2016. Le président de la Fédération française de football Noël Le Graët déclare vouloir laisser leurs chances à « d'autres villes et pays européens pour 2020 »[5].

Le , date limite pour la soumission des candidatures officielles, dix-neuf pays ont formellement déposé un dossier de candidature d’une ville chacun pour l’Euro 2020.

Le , le président de l'UEFA annonce officiellement les 13 villes retenues. La fédération allemande s'est désistée de la candidature à la finale, en présentant celle pour l'Euro 2024. La fédération anglaise a démenti un accord, arguant qu'elle a le meilleur dossier et le plus grand stade. Munich reçoit néanmoins un lot standard 1 (quart de finale). Bakou est plébiscitée alors que l'Azerbaïdjan était la dernière candidature sérieuse. Il restait 10 lots pour 12 candidatures, et Cardiff (21 points de vote) et Solna (Stockholm, 18 points de vote) sont les deux candidatures malheureuses.

Le , l'UEFA retire Bruxelles de la liste des villes hôtes du fait des retards pris dans la conception du nouveau stade, l'Eurostadium, qui sera par la suite annulé. Ses quatre matchs sont rapatriés sur Londres. Bruxelles avait réclamé le match d'ouverture à titre symbolique, alors qu'Amsterdam a obtenu davantage de votes[6],[7].

Lot spécialModifier

Les 2 demi-finales et la finale, stade d'au moins 60 000 places :

Lot standard 1Modifier

3 matchs de poules + un quart de finale, stade d'au moins 60 000 places :

Lot standard 2Modifier

3 matchs de poules + un huitième de finale, stade d'au moins 30 000 places :

Report à 2021Modifier

Le , l'UEFA décide de reporter la compétition d'un an, en 2021, en raison de la pandémie de Covid-19[8], afin de permettre la fin des différentes compétitions de clubs alors suspendues dans toute l'Europe. Cela sera la première fois qu'un Euro se dispute une année impaire. Les dates sont provisoirement fixées du au . Le , elle précise toutefois que la compétition gardera le nom « UEFA Euro 2020 [9]». Le , Israël, qui possède une bonne gestion de la crise sanitaire, propose sa candidature à l’organisation intégrale de l’événement, afin qu’il puisse accueillir un large public[10]». Le , les villes de Bilbao et Dublin sont retirées officiellement de la liste des villes et elles n'accueilleront pas de matchs de l'Euro en raison de conditions sanitaires trop strictes pour garantir la présence du public à au moins 25 % comme le souhaitait l'UEFA. C'est Séville qui remplace Bilbao pour accueillir trois matchs du premier tour dans le groupe E (ceux de l'équipe d'Espagne) et un huitième de finale, Saint-Pétersbourg récupère quant à lui les trois autres matchs du groupe E et Londres recevra un deuxième huitième de finale[11].

Le , l'UEFA confirme que tous les matchs de l'Euro se dérouleront en présence de spectateurs mais avec des jauges adaptées aux conditions sanitaires[12],[13]. Ainsi, Budapest vise le 100 % de la capacité du stade, mais avec des conditions d'entrée strictes pour les spectateurs. Saint-Pétersbourg et Bakou ont confirmé des jauges de 50 %. Amsterdam, Bucarest, Copenhague, Glasgow, Rome et Séville accueilleront 25 % - 33 % de la capacité du stade. Londres a confirmé une capacité minimale de 25 % pour les trois premiers matches de groupe et le match de huitième de finale. Enfin, Munich annonce qu'il accueillera 14 000 spectateurs, ce qui correspond à environ 20 % de la capacité du stade.

OrganisationModifier

Déroulement de la compétitionModifier

Lors du 38e Congrès ordinaire de l'UEFA à Astana au Kazakhstan, les 54 associations membres ont unanimement adopté, au travers d'une résolution, l'instauration d'une nouvelle compétition internationale au sein de l'UEFA : la Ligue des nations de l'UEFA. Cette compétition, ayant pour but de remplacer les matchs amicaux internationaux souvent sans grands enjeux, et dont la première édition a lieu lors de la saison 2018-2019, répartit en quatre ligues, de quatre groupes chacune, les 55 équipes nationales membres de l'UEFA, en fonction de leur Coefficient UEFA. La Ligue des nations fait désormais partie des éliminatoires du championnat d'Europe, chacune des quatre ligues se voyant octroyer une place qualificative pour la phase finale. Des matches de barrage entre les équipes vainqueurs des quatre groupes d'une même ligue, programmés en mars de l'année de l'Euro, déterminent l'attribution de quatre des 24 places qualificatives.

Les vingt autres places sont attribuées à l'issue de la phase éliminatoire qui commence en (et non pas en , directement après la Coupe du monde, comme lors des éditions précédentes) et prend fin en . Les dix vainqueurs des dix groupes de qualification (cinq groupes de cinq équipes et cinq groupes de six équipes) ainsi que leurs dix dauphins se voient attribuer une place pour la phase finale de .

Si l'un des vainqueurs de groupes de la Ligue des Nations s'est déjà qualifié pour la phase finale de l'Euro par le biais des éliminatoires, il sera remplacé par l'équipe suivante la mieux classée dans la même ligue. Dans le cas où, dans une ligue, il y aurait moins de quatre équipes non encore qualifiées pour l'Euro, les places en matches de barrage seront attribuées à l'équipe suivante la mieux classée dans la ligue inférieure.

En outre, ce nouveau format offrira donc aux équipes ayant un moins bon coefficient UEFA la possibilité de participer à la compétition.

Lors du premier tour s'affronteront six groupes de quatre équipes. Les deux premières de chaque groupe seront qualifiées pour les huitièmes de finale, ainsi que les quatre meilleurs troisièmes.

Le système sera donc analogue aux coupes du monde qui s'étaient déroulées de 1986 à 1994, ainsi qu'à la précédente édition de l'Euro. Le tirage au sort des éliminatoires a eu lieu le à Dublin. Le tirage au sort de la phase finale a eu lieu le à Bucarest[14]. Le match d'ouverture a eu lieu le à Rome. La finale aura lieu le à Londres au stade de Wembley.

VolontairesModifier

Une nouvelle fois, les volontaires vont jouer un grand rôle dans l'organisation et le bon déroulement de l'Euro 2020.

Le processus d'inscription a été lancé au début de l'été 2019 dans les 12 villes hôtes[15].

Les onze villes hôtes et leur stadeModifier

Chaque ville accueille trois matchs de phase de groupes ainsi qu'au moins un match de phase à élimination directe :

  • Ville hôte d'un huitième de finale
  • Ville hôte d'un quart de finale
  • Ville hôte de deux huitièmes de finale, des demi-finales et de la finale
Londres Munich Rome Bakou
Stade de Wembley Allianz Arena Stadio Olimpico Stade olympique
51° 33′ 00″ N, 0° 16′ 30″ O 48° 13′ 08″ N, 11° 37′ 11″ E 41° 56′ 30″ N, 12° 27′ 17″ E 40° 25′ 47″ N, 49° 55′ 11″ E
Capacité : 90 000 Capacité : 67 598 Capacité : 73 000 Capacité : 68 700
Groupe D Groupe F Groupe A Groupe A
New Wembley Stadium and Arch from Olympic Way - geograph.org.uk - 2406320.jpg München - Allianz-Arena (Luftbild).jpg L'Olimpico - panoramio.jpg Baku Olympic Stadium panorama 1.JPG
Saint-Pétersbourg
Europe blank laea location map

Légende :
Blue 00ffff pog.svg Groupe A
Pink pog.svg Groupe B
Pink-Red pog.svg Groupe B/E

Orange pog.svg Groupe C
Green pog.svg Groupe D
Red pog.svg Groupe E
Purple pog.svg Groupe F

Voir l’image vierge
Villes hôtes de l'Euro 2020
Bucarest
Stade de Saint-Pétersbourg Arena Națională
59° 58′ 22″ N, 30° 13′ 13″ E 44° 26′ 14″ N, 26° 09′ 09″ E
Capacité : 69 500 Capacité : 55 600
Groupe B et E Groupe C
RUS-2016-Aerial-SPB-Krestovsky Stadium 01.jpg Stadionul National - National Arena 3.jpg
Amsterdam Séville
Johan Cruyff Arena Stade La Cartuja
52° 18′ 51″ N, 4° 56′ 31″ E 37° 25′ 02″ N, 6° 00′ 16″ O
Capacité : 54 990 Capacité : 57 619
Groupe C Groupe E
Amsterdam Arena Roof Open.jpg Panoramio - V&A Dudush - Estadio Olímpico 57 619.jpg
Budapest Glasgow Copenhague
Stade Ferenc-Puskás Hampden Park Parken Stadium
47° 29′ 33″ N, 19° 03′ 05″ E 55° 49′ 33″ N, 4° 15′ 07″ O 55° 42′ 08″ N, 12° 34′ 19″ E
Capacité : 67 889 (nouveau stade) Capacité : 52 063 Capacité : 38 065
Groupe F Groupe D Groupe B
Puskás Aréna 05.jpg 2012 Olympic Football - Honduras v Morroco.jpg DONG Cup finalen 2004 Parken.jpg

BilletsModifier

L'UEFA a annoncé que la demande de ticket a fait un bond de 200 % par rapport à l'Euro 2016. Ce ne sont pas moins de 28,3 millions de demandes qui ont été reçues par l'union, alors que seulement 2,5 millions de tickets sont disponibles. Deux matches partent favoris : la finale, évidemment, qui se déroulera à Wembley, mais également le match qui opposera la France et l'Allemagne à Munich[16].

Communication et produits dérivésModifier

Modifier

Logotype de l'Euro.

Le logo officiel de la compétition a été présenté le par l'UEFA.

Son design marqué par un pont en arche sur la partie inférieure est une représentation universelle de lien et d'unité. Le logo a été décliné en plusieurs version distinctes, incorporant un emblème ou monument de chaque ville hôte[17].

SloganModifier

Le slogan de la compétition, dévoilé par l'UEFA, est : « Live it. For real ». Ce slogan a été créé pour encourager les fans à se rendre au stade et dans les villes hôtes pour vivre la compétition[18].

Chanson officielleModifier

L'artiste qui composera la chanson officielle a été dévoilé par l'UEFA le  ; il s'agit du DJ néerlandais Martin Garrix[19]. Le titre s'intitule We Are The People et est réalisé en collaboration avec Bono et The Edge du groupe U2[20]. Le titre est dévoilé pour la première fois le [21]. À noter que la cérémonie d'ouverture s'est tenue le au Stadio Olimpico de Rome[22].

MascottesModifier

La mascotte est présentée le avant le match qualificatif Pays-Bas-Allemagne. Il se nomme Skillzy, un personnage inspiré de la culture du freestyle, du street football et du panna[23].

Ballon officiel de l'Euro.
Ballon officiel des demi-finales et de la finale de l'Euro.

BallonModifier

Adidas a présenté le le ballon officiel de la compétition baptisé Uniforia[24].

Le design du ballon est composé d'une base blanche avec un graphique noir effet « coup de pinceau » agrémenté par des touches de bleu, de jaune et de rose. Ce design commémore ainsi la notion de ponts qui se croisent, alliant frontières et diversité à travers une collision unique entre art et football. Les coordonnées GPS des 12 villes hôtes initiales figurent également sur le ballon à travers des motifs complexes.

Pour les demi-finales et la finale disputées à Londres, une version spécifique baptisée Uniforia Finale a été présenté le [25]. Contrairement au ballon des 48 premiers matchs, le design du ballon est de couleur argentée avec des graphismes simplifiées de vert, rouge, cyan et rose, inspirés des symboles londoniens et de couleurs traditionnelles, sur un fond sombre représentant le ciel nocturne de Londres. Une représentation en filigrane du stade de Wembley est présente ainsi que les coordonnées GPS de la capitale britannique.

ÉliminatoiresModifier

  • Équipes qualifiées pour l’Euro 2020
  • Équipes éliminées
  • Le tirage au sort des éliminatoires a lieu le dimanche au Convention Centre de Dublin en Irlande. La phase de groupes débute le et se conclut le . Les barrages seront disputés en , le 26 et 27 pour les demi-finales, et le 30 et 31 pour les finales.

    Au total, 55 équipes vont se disputer 20 des 24 places qualificatives. Elles ont été réparties en cinq groupes de six et cinq groupes de cinq. Les 20 places qualificatives sont distribuées aux vainqueurs et deuxièmes de groupes, qui s'assurent donc directement une participation à la phase finale de la compétition.

    Composition des groupesModifier

    • Sélection directement qualifiée.
    • Sélection qualifiée via les barrages.
    • Sélection éliminée aux barrages.
    • Sélection éliminée en phase éliminatoire.
    Composition des 10 groupes
    Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D Groupe E Groupe F Groupe G Groupe H Groupe I Groupe J
    Angleterre
    Tchéquie
    Ukraine
    Portugal
    Allemagne
    Pays-Bas
    Suisse
    Danemark
    Croatie
    Pays de Galles
    Espagne
    Suède
    Pologne
    Autriche
    France
    Turquie
    Belgique
    Russie
    Italie
    Finlande
    Hongrie
    Slovaquie
    Macédoine du Nord Écosse
    Kosovo
    Bulgarie
    Serbie Irlande du Nord
    Biélorussie
    Irlande
    Géorgie
    Roumanie
    Norvège
    Israël Islande Bosnie-Herzégovine
    Monténégro Luxembourg
    Lituanie
    Estonie Gibraltar Azerbaïdjan Îles Féroé
    Malte
    Slovénie
    Lettonie
    Albanie
    Andorre
    Moldavie
    Chypre
    Kazakhstan
    Saint-Marin
    Grèce
    Arménie
    Liechtenstein

    BarragistesModifier

    À l'issue de la phase éliminatoire principale, 16 équipes sont repêchées pour disputer les barrages (quatre groupes de quatre).

    Les groupes de barragesModifier

    Acteurs de l'EuroModifier

    QualifiésModifier

    Pour la première fois dans l'histoire du championnat d'Europe des Nations il n'y a pas de qualifié d'office pour la phase finale[Note 3]. 20 équipes (sur les 24 du tournoi final) se sont qualifiées à l'issue des éliminatoires de l'Euro 2020, soit les deux premiers de chacun des dix groupes de la phase éliminatoire. Les quatre dernières places seront attribuées lors des barrages pour lesquels sont repêchées les meilleures équipes (non-qualifiées pour l'Euro) de chacune des quatre ligues A, B, C et D de la Ligue des nations.

    Plusieurs équipes, bénéficieront de ce format de qualification. Ainsi, la Macédoine du Nord (première participation à l'Euro) et l'Écosse (dernière participation à l'Euro 1996), sont repêchés pour les barrages et gagnent leurs places à l'Euro. La Finlande finit deuxième derrière l'Italie, et participe à sa première compétition internationale.

    À l'inverse, l'Irlande, l'Irlande du Nord, la Roumanie et l'Islande, toutes présentes à l'édition précédente, échouent aux barrages. L'Islande, quart-de-finaliste du précédent Euro et qualifiée à la Coupe du Monde 2018, déçoit particulièrement. D'autre part, la Grèce est absente une nouvelle fois de l'Euro après avoir manqué les barrages en raison de son mauvais classement en Ligue des Nations (présente en Ligue C). Elle est la seule nation anciennement championne d'Europe absente de cette compétition.

    Pays Date de qualification Participations au tournoi final Meilleur résultat
    (en tournoi final uniquement)
    Dernière participation (résultat obtenu) Classement FIFA du (avant la compétition)[26]
    Belgique
    Groupe I - 1re place
    +5,
    (1972, 1980, 1984, 2000, 2016)
    Médaille d'argent, Europe Finaliste (1)
    (1980)
    2016
    (1/4 de finaliste)
    1
    Italie
    Groupe J - 1re place
    +9,
    (1968, 1980, 1988, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012, 2016)
    Médaille d'or, Europe Vainqueur (1)
    (1968)
    2016
    (1/4 de finaliste)
    7
    Russie
    Groupe I - 2e place
    +5,[Note 4]
    (1996, 2004, 2008, 2012, 2016)
    1/2 finaliste (1)
    (2008)
    2016
    (Premier tour)
    38
    Pologne
    Groupe G - 1re place
    +3,
    (2008, 2012, 2016)
    1/4 de finaliste (1)
    (2016)
    2016
    (1/4 de finaliste)
    21
    Ukraine
    Groupe B - 1re place
    +2,[Note 4]
    (2012, 2016)
    Premier tour (2)
    (2012, 2016)
    2016
    (Premier tour)
    24
    Espagne
    Groupe F - 1re place
    +10,
    (1964,1980,1984, 1988, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012, 2016)
    Médaille d'or, Europe Vainqueur (3)
    (1964, 2008, 2012)
    2016
    (1/8 de finaliste)
    6
    France
    Groupe H - 1re place
    +9,
    (1960, 1984, 1992, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012, 2016)
    Médaille d'or, Europe Vainqueur (2)
    (1984, 2000)
    2016
    (Finaliste Médaille d'argent, Europe)
    2
    Turquie
    Groupe H - 2e place
    +4,
    (1996, 2000, 2008, 2016)
    1/2 finaliste (1)
    (2008)
    2016
    (Premier tour)
    29
    Angleterre
    Groupe A - 1re place
    +9,
    (1968,1980, 1988, 1992, 1996, 2000, 2004, 2012, 2016)
    1/2 finaliste (2)
    (1968, 1996)
    2016
    (1/8 de finaliste)
    4
    Tchéquie
    Groupe A - 2e place
    +6,[Note 5]
    (1996, 2000, 2004, 2008, 2012, 2016)
    Médaille d'argent, Europe Finaliste (1)
    (1996)
    2016
    (Premier tour)
    40
    Finlande
    Groupe J - 2e place
    +0,
    (Première apparition)
    - - 54
    Suède
    Groupe F - 2e place
    +6,
    (1992, 2000, 2004, 2008, 2012, 2016)
    1/2 finaliste (1)
    (1992)
    2016
    (Premier tour)
    18
    Allemagne
    Groupe C - 1re place
    +12,
    (1972,1976,1980, 1984, 1988, 1992, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012, 2016)
    Médaille d'or, Europe Vainqueur (3)
    (1972, 1980, 1996)
    2016
    (1/2 finaliste)
    12
    Pays-Bas
    Groupe C - 2e place
    +9,
    (1976,1980, 1988, 1992, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012)
    Médaille d'or, Europe Vainqueur (1)
    (1988)
    2012
    (Premier tour)
    16
    Croatie
    Groupe E - 1re place
    +5,[Note 6]
    (1996, 2004, 2008, 2012, 2016)
    1/4 de finaliste (2)
    (1996, 2008)
    2016
    (1/8 de finaliste)
    14
    Autriche
    Groupe G - 2e place
    +2,
    (2008, 2016)
    Premier tour (2)
    (2008, 2016)
    2016
    (Premier tour)
    23
    Portugal
    Groupe B - 2e place
    +7,
    (1984, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012, 2016)
    Médaille d'or, Europe Vainqueur (1)
    (2016)
    2016
    (Vainqueur Médaille d'or, Europe)
    5
    Suisse
    Groupe D - 1re place
    +4,
    (1996, 2004, 2008, 2016)
    1/8 finaliste (1)
    (2016)
    2016
    (1/8 de finaliste)
    13
    Danemark
    Groupe D - 2e place
    +8,
    (1964, 1984, 1988, 1992, 1996, 2000, 2004, 2012)
    Médaille d'or, Europe Vainqueur (1)
    (1992)
    2012
    (Premier tour)
    10
    Pays de Galles
    Groupe E - 2e place
    +1,
    (2016)
    1/2 finaliste (1)
    (2016)
    2016
    (1/2 finaliste)
    17
    Hongrie
    Barrages de la Ligue A
    +3,
    (1964, 1972, 2016)
    1/2 finaliste (2)
    (1964, 1972)
    2016
    (1/8 finaliste)
    37
    Slovaquie
    Barrages de la Ligue B
    +1,[Note 5]
    (2016)
    1/8 finaliste (1)
    (2016)
    2016
    (1/8 finaliste)
    36
    Écosse
    Barrages de la Ligue C
    +2,
    (1992, 1996)
    Premier tour (2)
    (1992, 1996)
    1996
    (Premier tour)
    44
    Macédoine du Nord
    Barrages de la Ligue D
    +0,
    Première apparition (en tant que nation indépendante)
    - - 62

    Non-qualifiés de l'édition 2016Modifier

    Pays hôtes non-qualifiésModifier

    Camps de baseModifier

    Camps de base des équipes de l'Euro 2020[27]
    Équipe Camp de base
    Allemagne Herzogenaurach
    Angleterre Burton upon Trent
    Autriche Seefeld in Tirol
    Belgique Tubize
    Croatie Rovinj
    Danemark Elseneur
    Écosse Middlesbrough
    Espagne Las Rozas de Madrid
    France Clairefontaine-en-Yvelines
    Finlande Repino
    Hongrie Budapest
    Italie Florence
    Macédoine du Nord Bucarest
    Pays-Bas Zeist
    Pays de Galles Bakou (phase de groupes)
    Vale of Glamorgan (phase à élimination directe)
    Pologne Sopot
    Portugal Budapest
    Russie Khimki
    Slovaquie Saint-Pétersbourg
    Suède Maynooth
    Suisse Bakou
    Rome
    Tchéquie Prague
    Turquie Bakou
    Ukraine Bucarest

    Effectifs des équipesModifier

    Le , l'UEFA a annoncé, compte tenu de la situation sanitaire actuelle liée à la pandémie de Covid-19, que les effectifs de joueurs sont portés à 26 joueurs au lieu de 23 habituellement. Cependant, seuls 23 joueurs au maximum pourront être inscrits sur la feuille de match pour chaque rencontre (conformément à la Loi 3 des Lois du Jeu de l’IFAB, qui autorise au maximum 12 remplaçants pour les matches des équipes nationales A), dont trois gardiens. Après la soumission de la liste de joueurs, le , le règlement actuel autorise un nombre illimité de remplacements en cas de blessure ou de maladie grave avant le premier match, sous réserve de la présentation d’un certificat médical. À des fins de clarté, les joueurs testés positifs au Covid-19 ou qui ont été déclarés « cas contact » de personnes testées positives – et doivent donc être mis en quarantaine – sur décision des autorités compétentes sont considérés comme des cas de maladie grave et peuvent donc être remplacés avant le premier match, sous réserve de l’approbation de l’Administration de l’UEFA. Les nouvelles dispositions autoriseront aussi le remplacement des gardiens avant chaque match du tournoi en cas d’incapacité physique, même si un ou deux gardiens de la liste de joueurs sont encore disponibles. Afin de garantir l’intégrité de la compétition, un joueur qui a été remplacé sur la liste de joueurs ne pourra plus y figurer[28].

    Les arbitresModifier

    Le , l'UEFA a désigné les dix-neuf arbitres centraux qui vont officier lors du championnat d'Europe 2020[29]. Pour la deuxième fois de l'histoire après l'édition 2000, un arbitre non-européen, l'argentin Fernando Rapallini est sélectionné comme arbitre lors d'un championnat d'Europe. Deux nouveautés apparaissent également dans cette liste. La première est la présence d'arbitres vidéo et la deuxième est la présence pour la première fois d'une femme, Stéphanie Frappart en tant qu'arbitre de réserve.

    Arbitres de terrain
    Arbitres Arbitres assistants
    Felix Brych Mark Borsch
    Stefan Lupp
    Cüneyt Çakır Bahattin Duran
    Tarik Ongun
    Carlos del Cerro Grande Juan Carlos Yuste Jiménez
    Roberto Alonso Fernández
    Andreas Ekberg Mehmet Culum
    Stefan Hallberg
    Orel Grinfeld Roy Hassan
    Idan Yarkoni
    Ovidiu Hațegan Sebastian Gheorghe
    Radu Ghinguleac
    Sergei Karasev Igor Demeshko
    Maksim Gavrilin
    István Kovács (en) Vasile Marinescu
    Mihai Artene
    Björn Kuipers Serder van Roekel
    Erwin Zeinstra
    Danny Makkelie Hessel Steegstra
    Jan de Vries
    Antonio Mateu Lahoz Pau Cebrián Devis
    Roberto Díaz Pérez del Palomar
    Michael Oliver Stuart Burt
    Simon Peter Bennett
    Daniele Orsato Alessandro Giallatini
    Fabiano Preti
    Fernando Rapallini (en) Juan Pablo Bellati
    Diego Bonfá
    Daniel Siebert Jan Seidel
    Rafael Foltyn
    Artur Soares Dias Rui Licino Barbosa Tavares
    Paulo Alexandre Santos Soares
    Anthony Taylor Gary Beswick
    Adam Nunn
    Clément Turpin Nicolas Danos
    Cyril Gringore
    Slavko Vinčić (en) Tomaž Klančnik
    Andraž Kovačič
    Arbitres vidéo
    Arbitres VAR Arbitres VAR pour hors-jeu
    Bastian Dankert (en)
    Christian Dingert (en)
    Marco Fritz (en)
    Christian Gittelmann
    Stuart Attwell (en)
    Christopher Kavanagh (en)
    Lee Betts
    Alejandro Hernández Hernández (en)
    Juan Martínez Munuera (en)
    José María Sánchez Martínez (en)
    Íñigo Prieto
    Jérôme Brisard
    François Letexier
    Benjamin Pagès
    Marco Di Bello (en)
    Massimiliano Irrati (en)
    Paolo Valeri (en)
    Filippo Meli
    Kevin Blom
    Pol van Boekel (en)
    Paweł Gil
    João Pinheiro (en)
    Arbitres de réserve
    Arbitres de réserve Arbitres assistants de réserve
    Bartosz Frankowski (en) Marcin Boniek
    Stéphanie Frappart Mikaël Berchebru
    Srđan Jovanović (en) Uroš Stojković
    Georgi Kabakov (en) Martin Margaritov
    Davide Massa (en) Stefano Alassio
    Sandro Schärer (en) Stéphane De Almeida

    Calendrier des rencontresModifier

    Calendrier des rencontres par groupe et par tour
    Dates 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 1er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
    juin juillet
    Groupe A 1 1 2 2
    Groupe B 2 1 1 2
    Groupe C 2 2 2
    Groupe D 1 1 2 2
    Groupe E 2 1 1 2
    Groupe F 2 2 2
    Huitièmes de finale 2 2 2 2
    Quarts de finale 2 2
    Demi-finales 1 1
    Finale 1
    • Nombre de matchs disputés par journée

    Phase de groupesModifier

    Tirage au sortModifier

    Le tirage au sort de la phase finale de l'Euro 2020 a eu lieu le à Bucarest[30].

    • Les équipes seront placées dans les chapeaux en fonction du classement général des qualifications européennes sur la base de leurs résultats aux éliminatoires de l'UEFA Euro 2020.
    • Chaque pays hôte qualifié sera garanti de jouer deux matches de phase de groupes à domicile.
    • Si deux équipes hôtes se qualifient directement pour le tournoi final et se retrouvent dans le même groupe, un tirage au sort décidera quelle équipe accueillera leur confrontation.
    Composition des chapeaux à l'issue des éliminatoires[31]
    Chapeau 1 Chapeau 2 Chapeau 3 Chapeau 4
    Belgique France Portugal Pays de Galles
    ItalieH Pologne Turquie Finlande
    AngleterreH Suisse DanemarkH HongrieH
    AllemagneH Croatie Autriche Slovaquie
    EspagneH Pays-BasH Suède ÉcosseH
    Ukraine RussieH Tchéquie Macédoine du Nord
    Composition des six groupes pour le premier tour
    Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D Groupe E Groupe F
    Turquie Danemark Pays-Bas Angleterre Espagne Hongrie
    Italie Finlande Ukraine Croatie Suède Portugal
    Pays de Galles Belgique Autriche Écosse Pologne France
    Suisse Russie Macédoine du Nord Tchéquie Slovaquie Allemagne

    Critères de départageModifier

    En cas d'égalité de points à l'issue des trois journées, les équipes sont classées ou départagées suivant les critères, dans l'ordre :

    1. Plus grand nombre de points obtenus dans les matches de groupe disputés entre les équipes concernées ;
    2. Meilleure différence de buts dans les matches de groupe disputés entre les équipes concernées ;
    3. Plus grand nombre de buts marqués dans les matches de groupe disputés entre les équipes concernées ;
    4. Si, après l’application des critères 1, 2 et 3 plusieurs équipes sont toujours à égalité, les critères 1, 2 et 3 sont à nouveau appliqués exclusivement aux matches entre les équipes restantes. Si cette procédure ne donne pas de résultat, les critères 5 à 10 s’appliquent dans l'ordre ;
    5. Meilleure différence de buts générale ;
    6. Plus grand nombre de buts marqués ;
    7. Plus grand nombre de victoires ;
    8. Cas particulier : si deux équipes à égalité parfaite de points et de buts marqués et concédés se rencontrent lors de la dernière journée et font match nul, une séance de tirs au but en fin de match est prévue afin de les départager. Cette procédure n'est pas utilisée si plus de deux équipes ont le même nombre de points ;
    9. Plus petit nombre de points disciplinaires dans tous les matches du groupe suivant le barème : -1 point pour un carton jaune, -3 points pour deux cartons jaunes menant à un carton rouge, -3 points pour un carton rouge direct, -4 points pour un carton jaune suivi d'un carton rouge direct ;
    10. Position dans le classement général des qualifications européennes.

    Groupe A (Rome et Bakou)Modifier

    Turquie vs Pays de Galles
    Classement du Groupe A
    v · m
    Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
    1 Italie 9 3 3 0 0 7 0 +7
    2 Pays de Galles 4 3 1 1 1 3 2 +1
    3 Suisse 4 3 1 1 1 4 5 -1
    4 Turquie 0 3 0 0 3 1 8 -7


    1re journéeModifier

    Match d'ouverture Turquie 0 - 3 Italie Stadio Olimpico, Rome

    21h00 CEST
    (0 - 0) But inscrit après 53 minutes 53e (csc) Demiral (Berardi Passe décisive)
    But inscrit après 66 minutes 66e Immobile (Spinazzola Passe décisive)
    But inscrit après 79 minutes 79e Insigne (Immobile Passe décisive)
    Spectateurs : 12 916
    Arbitrage : Danny Makkelie
    Arbitre vidéo : Kevin Blom
    Rapport

    Match 2 Pays de Galles 1 - 1 Suisse Stade olympique, Bakou

    15h00 CEST
    (Passe décisive Morrell) Moore But inscrit après 74 minutes 74e (0 - 0) But inscrit après 49 minutes 49e Embolo (Shaqiri Passe décisive) Spectateurs : 8 782
    Arbitrage : Clément Turpin
    Arbitre vidéo : François Letexier
    Rapport

    2e journéeModifier

    Match 14 Turquie 0 - 2 Pays de Galles Stade olympique, Bakou

    18h00 CEST
    (0 - 1) But inscrit après 43 minutes 43e Ramsey (Bale Passe décisive)
    But inscrit après 90+5 minutes 90+5e Roberts (Bale Passe décisive)
    Spectateurs : 19 762
    Arbitrage : Artur Soares Dias
    Arbitre vidéo : João Pinheiro
    Rapport

    Match 15 Italie 3 - 0 Suisse Stadio Olimpico, Rome

    21h00 CEST
    (Passe décisive Berardi) Locatelli But inscrit après 26 minutes 26e
    (Passe décisive Barella) Locatelli But inscrit après 51 minutes 51e
    (Passe décisive Tolói) Immobile But inscrit après 89 minutes 89e
    (1 - 0) Spectateurs : 12 445
    Arbitrage : Sergei Karasev
    Arbitre vidéo : Bastian Dankert
    Rapport

    3e journéeModifier

    Match 25 Italie 1 - 0 Pays de Galles Stadio Olimpico, Rome

    18h00 CEST
    (Passe décisive Verratti) Pessina But inscrit après 39 minutes 39e (1 - 0) Spectateurs : 11 541
    Arbitrage : Ovidiu Hațegan
    Arbitre vidéo : Paweł Gil
    Rapport

    Match 26 Suisse 3 - 1 Turquie Stade olympique, Bakou

    18h00 CEST
    (Passe décisive Zuber) Seferović But inscrit après 6 minutes 6e
    (Passe décisive Zuber) Shaqiri But inscrit après 26 minutes 26e
    (Passe décisive Zuber) Shaqiri But inscrit après 68 minutes 68e
    (2 - 0) But inscrit après 62 minutes 62e Kahveci (Çalhanoğlu Passe décisive) Spectateurs : 17 138
    Arbitrage : Slavko Vinčić
    Arbitre vidéo : Bastian Dankert
    Rapport

    Le groupe A, dont les matchs se jouent à Rome et Bakou, regroupe l'Italie avec la Turquie, le pays de Galles et la Suisse. Depuis sa non-qualification surprise à la Coupe du monde 2018, l'Italie s'est qualifiée pour l'Euro avec dix victoires sous l'impulsion de Roberto Mancini et part favorite du groupe même si son milieu de terrain Marco Verratti revient d'une blessure au genou[32]. Elle va disputer ses trois matchs à Rome du fait de la non-qualification de l'Azerbaïdjan. La Turquie détient l'un des meilleurs bilans des éliminatoires avec seulement trois buts encaissés. Elle a remporté une victoire et décroché un nul en phase qualificative contre la France, championne du monde en titre (2-0 ; 1-1)[33], ainsi que battu nettement la Norvège (3-0) et les Pays-Bas (4-2) au début des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Elle peut s'appuyer sur la forme de ses joueurs lillois, Burak Yılmaz, Yusuf Yazıcı et Zeki Çelik[34]. Demi-finaliste de l'Euro 2016, le pays de Galles ne s'est pas qualifié pour la Coupe du monde en 2018, mais a devancé la Slovaquie et la Hongrie pour se qualifier à l'Euro. Il s'appuie sur la forme de Harry Wilson et sur son attaquant vedette Gareth Bale[32]. La Suisse a souvent été présente aux grands rendez-vous, dépassant tous les premiers tours de compétition depuis 2014. Elle affiche une série de cinq victoires depuis [32] mais son calendrier est l'un des plus désavantageux de la compétition, ses deux matchs disputés à Bakou étant séparés par son déplacement à Rome contre l'Italie.

    Lors du match d'ouverture, l'Italie s'impose largement en deuxième mi-temps contre la Turquie qui ne confirme pas ses performances aux éliminatoires (3-0)[35]. Dans l'autre rencontre, la Nati domine la 1re mi-temps et ouvre le score au début de la 2e mi-temps mais le pays de Galles réagit par sa surprise Kieffer Moore et obtient le match nul (1-1)[36]. Dans la 2e journée, le pays de Galles bat une décevante équipe de Turquie malgré un penalty manqué par Gareth Bale (2-0)[37] tandis que l'Italie devient la 1re équipe qualifiée pour le tour suivant en réitérant son succès de la 1re journée, cette fois contre la Suisse avec un doublé de Manuel Locatelli (3-0)[38]. La Squadra Azzura perd néanmoins son capitaine Giorgio Chiellini sur blessure[39]. Le match Suisse - Turquie est une finale de groupe[39]. La Suisse s'impose contre la Turquie et se place en ballotage pour se qualifier parmi les meilleurs troisièmes de groupe (3-1)[40] pendant que le pays de Galles se qualifie en s'inclinant courtement contre l'Italie qui confirme sa première place (1-0)[41]. La qualification de la Suisse se confirme le lendemain du match avec les défaites de l'Ukraine et de la Finlande[42]. La Turquie, annoncée comme un des outsiders de la compétition[43], termine lanterne rouge de l'Euro avec trois défaites en autant de matchs et une différence de buts de -7[44]. Elle est considérée comme une des grandes déceptions de la phase de groupes[45].

    Groupe B (Saint-Pétersbourg et Copenhague)Modifier

    Belgique vs Russie
    Classement du Groupe B
    v · m
    Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
    1 Belgique 9 3 3 0 0 7 1 +6
    2 Danemark 3 3 1 0 2 5 4 +1
    3 Finlande 3 3 1 0 2 1 3 -2
    4 Russie 3 3 1 0 2 2 7 -5


    1re journéeModifier

    Match 3 Danemark 0 - 1 Finlande Parken Stadium, Copenhague

    18h00[Note 7] CEST
    (0 - 0) But inscrit après 60 minutes 60e Pohjanpalo (Uronen Passe décisive) Spectateurs : 15 200
    Arbitrage : Anthony Taylor
    Arbitre vidéo : Stuart Attwell
    Rapport

    Match 4 Belgique 3 - 0 Russie Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

    21h00 CEST
    (Passe décisive Mertens) Lukaku But inscrit après 10 minutes 10e
    Meunier But inscrit après 34 minutes 34e
    (Passe décisive Meunier) Lukaku But inscrit après 88 minutes 88e
    (2 - 0) Spectateurs : 26 264
    Arbitrage : Antonio Mateu Lahoz
    Arbitre vidéo : Alejandro Hernández Hernández
    Rapport

    2e journéeModifier

    Match 13 Finlande 0 - 1 Russie Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

    15h00 CEST
    (0 - 1) But inscrit après 45+2 minutes 45+2e Mirantchouk (Dziouba Passe décisive) Spectateurs : 24 540
    Arbitrage : Danny Makkelie
    Arbitre vidéo : Pol van Boekel
    Rapport

    Match 17 Danemark 1 - 2 Belgique Parken Stadium, Copenhague

    18h00 CEST
    (Passe décisive Højbjerg) Poulsen But inscrit après 2 minutes 2e (1 - 0) But inscrit après 55 minutes 55e T. Hazard (De Bruyne Passe décisive)
    But inscrit après 70 minutes 70e De Bruyne (E. Hazard Passe décisive)
    Spectateurs : 23 395
    Arbitrage : Björn Kuipers
    Arbitre vidéo : Pol van Boekel
    Rapport

    3e journéeModifier

    Match 29 Russie 1 - 4 Danemark Parken Stadium, Copenhague

    21h00 CEST
    Dziouba But inscrit après 70 minutes 70e (pén.) (0 - 1) But inscrit après 38 minutes 38e Damsgaard (Passe décisive Højbjerg)
    But inscrit après 59 minutes 59e Poulsen
    But inscrit après 79 minutes 79e Christensen
    But inscrit après 82 minutes 82e Mæhle (Passe décisive Højbjerg)
    Spectateurs : 23 644
    Arbitrage : Clément Turpin
    Arbitre vidéo : François Letexier
    Rapport

    Match 30 Finlande 0 - 2 Belgique Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

    21h00 CEST
    (0 - 0) But inscrit après 74 minutes 74e (csc) Hrádecky (Passe décisive Vermaelen)
    But inscrit après 81 minutes 81e Lukaku (Passe décisive De Bruyne)
    Spectateurs : 18 545
    Arbitrage : Felix Brych
    Arbitre vidéo : Marco Fritz
    Rapport

    Le groupe B est le seul où les deux pays hôtes, la Russie et le Danemark, sont qualifiés au moment du tirage au sort. Un autre tirage détermine que le choc Russie - Danemark va se jouer à Copenhague et non à Saint-Pétersbourg. La composition du groupe est déjà presque totalement connue avant le tirage au sort : la Belgique, qui est la seule tête de série disponible à ne pas faire partie des pays hôtes, est assurée d'être tirée dans ce groupe, l'Ukraine ne pouvant pas être opposée à la Russie. Troisième de la Coupe du monde 2018 et meilleur bilan comptable des éliminatoires, la Belgique est favorite du groupe et un des prétendants à la victoire finale[47]. La Russie reste sur un quart-de-finale chez elle en 2018 et une campagne de qualification aisée, mais aussi un revers important en Ligue des nations contre la Serbie (0-5). Le Danemark est sur une dynamique forte et n'a perdu que deux matchs officiels en cinq ans. La Finlande participe à sa première compétition internationale, emmenée par son buteur Teemu Pukki qui a porté Norwich City vers la Premier League, son capitaine Tim Sparv et son milieu Glen Kamara qui a porté le Rangers FC.

    Le premier match entre équipes scandinaves est marqué par le malaise cardiaque de Christian Eriksen qui entraîne son hospitalisation et une heure d'interruption du match jusqu'à ce que le joueur soit déclaré dans un état stable. Dans ces conditions particulières, la Finlande réussit l'exploit de battre le Danemark grâce à un but en seconde période de Joel Pohjanpalo (1-0)[48]. Le match entre la Belgique et la Russie, qui se retrouvent après les éliminatoires, se solde par une large victoire des Diables rouges par des buts de Romelu Lukaku, auteur d'un doublé et Thomas Meunier contre une Sbornaïa limitée, à l'image de son défenseur Andreï Semionov (3-0)[49]. Lors d'une deuxième journée marquée par l'hommage à Eriksen, la Russie réagit à Saint-Pétersbourg contre la Finlande sur le « front de Carélie » (1-0)[50]. Les jeunes Russes Igor Diveev et Matveï Safonov, qui ont remplacé leurs homologues décevants du premier match, s'illustrent[51]. Dans l'autre rencontre, l'entrée de Kevin De Bruyne, absent depuis sa blessure au visage en finale de la Ligue des Champions, permet à la Belgique de venir difficilement à bout du Danemark qui avait ouvert le score (2-1). Les Diables Rouges se qualifient ainsi pour les huitièmes de finale[52]. Lors de la dernière journée, la Russie, la Finlande et le Danemark peuvent tous terminer 2e[53]. Le scénario offre aux supporters ce qui est qualifié de « terrible ascenseur émotionnel »[54]. Malgré une 1re période « compliquée » contre la Russie, le Danemark ouvre le score par un but spectaculaire de Mikkel Damsgaard, puis l'emporte largement en 2de période, profitant notamment d'une erreur du défenseur Roman Zobnine[54]. Quatrième au coup d'envoi, le Danemark passe 3e puis 2e grâce à la défaite en fin de match de la Finlande contre la Belgique (0-2)[54],[55]. La Russie remonte temporairement en 3e place grâce à la réduction du score d'Artyom Dziouba sur penalty suivie de la défaite finlandaise, avant d'encaisser deux autres buts danois synonymes d'élimination à la différence de buts particulière (1-4). Les buts danois redressent la Finlande en 3e place, mais en ballotage défavorable pour une qualification[55]. Le Danemark est la première équipe de l'histoire de l'Euro à se qualifier après avoir perdu ses deux premiers matchs[56]. Le scénario miracle ne se produit pas pour la Finlande qui voit son élimination confirmée par la victoire de la Croatie et le nul du Portugal, malgré les défaites de la Slovaquie et de la Pologne.

    Groupe C (Amsterdam et Bucarest)Modifier

    Classement du Groupe C
    v · m
    Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
    1 Pays-Bas 9 3 3 0 0 8 2 +6
    2 Autriche 6 3 2 0 1 4 3 +1
    3 Ukraine 3 3 1 0 2 4 5 -1
    4 Macédoine du Nord 0 3 0 0 3 2 8 -6


    1re journéeModifier

    Match 6 Autriche 3 - 1 Macédoine du Nord Arena Națională, Bucarest

    18h00 CEST
    (Passe décisive Sabitzer) Lainer But inscrit après 19 minutes 19e
    (Passe décisive Alaba) Gregoritsch But inscrit après 78 minutes 78e
    (Passe décisive Laimer) Arnautović But inscrit après 89 minutes 89e
    (1 - 1) But inscrit après 28 minutes 28e Pandev Spectateurs : 9 082
    Arbitrage : Andreas Ekberg
    Arbitre vidéo : Bastian Dankert
    Rapport

    Match 7 Pays-Bas 3 - 2 Ukraine Johan Cruyff Arena, Amsterdam

    21h00 CEST
    Wijnaldum But inscrit après 52 minutes 52e
    Weghorst But inscrit après 58 minutes 58e
    (Passe décisive Aké) Dumfries But inscrit après 85 minutes 85e
    (0 - 0) But inscrit après 75 minutes 75e Yarmolenko (Iaremtchouk Passe décisive)
    But inscrit après 79 minutes 79e Iaremtchouk (Malinovskyi Passe décisive)
    Spectateurs : 15 837
    Arbitrage : Felix Brych
    Arbitre vidéo : Marco Fritz
    Rapport

    2e journéeModifier

    Match 16 Ukraine 2 - 1 Macédoine du Nord Arena Națională, Bucarest

    15h00 CEST
    (Passe décisive Karavayev) Yarmolenko But inscrit après 29 minutes 29e
    (Passe décisive Yarmolenko) Iaremtchouk But inscrit après 34 minutes 34e
    (2 - 0) But inscrit après 57 minutes 57e Alioski Spectateurs : 10 001
    Arbitrage : Fernando Rapallini
    Arbitre vidéo : Alejandro Hernández Hernández
    Rapport

    Match 18 Pays-Bas 2 - 0 Autriche Johan Cruyff Arena, Amsterdam

    21h00 CEST
    Depay But inscrit après 11 minutes 11e (pén.)
    (Passe décisive Malen) Dumfries But inscrit après 67 minutes 67e
    (1 - 0) Spectateurs : 15 243
    Arbitrage : Orel Grinfeld
    Arbitre vidéo : Paweł Gil
    Rapport

    3e journéeModifier

    Match 27 Macédoine du Nord 0 - 3 Pays-Bas Johan Cruyff Arena, Amsterdam

    18h00 CEST
    (0 - 1) But inscrit après 24 minutes 24e Depay (Malen Passe décisive)
    But inscrit après 51 minutes 51e Wijnaldum (Depay Passe décisive)
    But inscrit après 58 minutes 58e Wijnaldum (Depay Passe décisive)
    Spectateurs : 15 227
    Arbitrage : István Kovács
    Arbitre vidéo : Marco di Bello
    Rapport

    Match 28 Ukraine 0 - 1 Autriche Arena Națională, Bucarest

    18h00 CEST
    (0 - 1) But inscrit après 21 minutes 21e Baumgartner (Alaba Passe décisive) Spectateurs : 10 472
    Arbitrage : Cüneyt Çakır
    Arbitre vidéo : Massimiliano Irrati
    Rapport

    Le groupe C est l'une des deux poules de la compétition dont les deux pays hôtes ne sont pas tête de série. De ce fait, l'Ukraine savait avant le tirage au sort qu'elle serait versée dans le groupe C, car ne pouvant pas être dans le même groupe que la Russie. Considérée comme une surprise potentielle de l'Euro, la Zbirna ukrainienne doit son statut de tête de série à une campagne de qualification réussie où elle est parvenue à devancer le champion d'Europe portugais (2-1 ; 0-0) et à étriller la Serbie (5-0)[57]. Néanmoins, les Pays-Bas restent les favoris du groupe C[58]. Les Oranjes néerlandais font leur retour en compétition après leurs absences à l'Euro 2016 et la Coupe du monde 2018[58]. La non-qualification de la Roumanie leur assure de jouer leurs trois matchs de poule à domicile à Amsterdam. L'Autriche bénéficie d'un large contingent de joueurs évoluant en Allemagne bien qu'elle n'ait jamais remporté de victoire en phase finale de l'Euro[59]. La Macédoine du Nord participe à sa première compétition internationale et fait office de petit poucet, bien que les Lions rouges aient remportés quelques succès dont la surprenante victoire en Allemagne (2-1) aux éliminatoires de la Coupe du monde 2022[58].

    Lors du premier match du groupe, la Macédoine du Nord tient pendant longtemps la dragée haute aux Autrichiens mais doit finalement s'incliner après avoir encaissé deux buts dans le dernier quart d'heure (3-1). L'Autriche remporte ainsi la première victoire de son histoire dans cette compétition et son premier match dans une grande compétition depuis 31 ans[60]. De leur côté, les Pays-Bas battent difficilement l'Ukraine (3-2) au terme d'un match riche en rebondissements. Après une première période entraînante mais sans but, les Pays-Bas enflamment le match en seconde période en marquant deux buts en quelques minutes par Georginio Wijnaldum et Wout Weghorst, mais les Ukrainiens reviennent à 2-2 grâce à Andriy Yarmolenko et Roman Iaremtchouk. Il faut attendre les cinq dernières minutes pour que Denzel Dumfries n'offre la victoire aux Néerlandais[61]. Deux équipes connaissent leur sort dès la deuxième journée. Les Pays-Bas, qui remportent à domicile leur deuxième match face à une Autriche trop peu entreprenante (2-0)[62], s'assurent la première place tout en officialisant l'élimination de la Macédoine du Nord, battue quelques heures auparavant et assurée de terminer dernière du groupe. En effet, l'Ukraine se relance en marquant deux buts en 1re mi-temps par les mêmes Andriy Yarmolenko et Roman Iaremtchouk, bien que la Macédoine du Nord oppose une forte résistance en 2de mi-temps (2-1)[63]. Dans un match sans enjeu, les Pays-Bas battent la Macédoine du Nord lors d'un match marqué par les adieux du leader macédonien Goran Pandev qui met fin à sa carrière internationale (3-0)[64],[65]. Le match entre l'Ukraine et l'Autriche est un « seizième de finale »[66]. Alors qu'un match nul peut qualifier les deux équipes, scénario exclu par le sélectionneur ukrainien Andriy Chevtchenko[67], l'Autriche décroche sa première qualification pour la phase à élimination directe de l'Euro en battant une équipe d'Ukraine méconnaissable[68] en ballotage défavorable dans le classement des 3e[69] (1-0)[70]. Les Ukrainiens se qualifient de justesse grâce aux défaites de la Russie et de la Finlande dans le groupe B[71], puis de la Slovaquie et de la Pologne dans le groupe E[72].

    Groupe D (Londres et Glasgow)Modifier

    Classement du Groupe D
    v · m
    Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
    1 Angleterre 7 3 2 1 0 2 0 +2
    2 Croatie 4 3 1 1 1 4 3 +1
    3 Tchéquie 4 3 1 1 1 3 2 +1
    4 Écosse 1 3 0 1 2 1 5 -4


    1re journéeModifier

    Match 5 Angleterre 1 - 0 Croatie Stade de Wembley, Londres

    15h00 CEST
    (Passe décisive Phillips) Sterling But inscrit après 57 minutes 57e (0 - 0) Spectateurs : 18 497
    Arbitrage : Daniele Orsato
    Arbitre vidéo : Massimiliano Irrati
    Rapport

    Match 8 Écosse 0 - 2 Tchéquie Hampden Park, Glasgow

    15h00 CEST
    (0 - 1) But inscrit après 42 minutes 42e Schick (Coufal Passe décisive)
    But inscrit après 52 minutes 52e Schick
    Spectateurs : 9 847
    Arbitrage : Daniel Siebert
    Arbitre vidéo : Marco Fritz
    Rapport

    2e journéeModifier

    Match 20 Croatie 1 - 1 Tchéquie Hampden Park, Glasgow

    18h00 CEST
    (Passe décisive Kramarić) Perišić But inscrit après 47 minutes 47e (0 - 1) But inscrit après 37 minutes 37e (pén.) Schick Spectateurs : 5 607
    Arbitrage : Carlos del Cerro Grande
    Arbitre vidéo : Juan Martínez Munuera
    Rapport

    Match 21 Angleterre 0 - 0 Écosse Stade de Wembley, Londres

    21h00 CEST
    Spectateurs : 20 306
    Arbitrage : Antonio Mateu Lahoz
    Arbitre vidéo : Alejandro Hernández Hernández
    Rapport

    3e journéeModifier

    Match 31 Tchéquie 0 - 1 Angleterre Stade de Wembley, Londres

    21h00 CEST
    (0 - 1) But inscrit après 12 minutes 12e Sterling (Grealish Passe décisive) Spectateurs : 19 104
    Arbitrage : Artur Soares Dias
    Arbitre vidéo : João Pinheiro
    Rapport

    Match 32 Croatie 3 - 1 Écosse Hampden Park, Glasgow

    21h00 CEST
    (Passe décisive Perišić) Vlašić But inscrit après 17 minutes 17e
    (Passe décisive Kovačić) Modrić But inscrit après 62 minutes 62e
    (Passe décisive Modrić) Perišić But inscrit après 77 minutes 77e
    (1 - 1) But inscrit après 42 minutes 42e McGregor Spectateurs : 9 896
    Arbitrage : Fernando Rapallini
    Arbitre vidéo : Alejandro Hernández Hernández
    Rapport

    Le groupe D propose plusieurs affiches aux airs de retrouvailles. La Croatie, vice-championne du monde, a plusieurs fois rencontré l'Angleterre qu'elle a éliminée en demi-finale de la Coupe du monde 2018 (2-1, ap.)[73] avant que les Three Lions ne prennent leur revanche sur les Vatreni en Ligue des nations (2-1). La Tchéquie et la Croatie ont été dans le même groupe à l'Euro 2016 et s'étaient neutralisées dans une rencontre perturbée par des jets de fumigènes croates. La Tchéquie retrouve également l'Angleterre à qui elle a infligé sa première défaite depuis 2009 aux éliminatoires (2-1) alors que les Anglais s'étaient largement imposés au match aller (5-0). Enfin, à la suite de sa victoire aux barrages de la phase qualificative, l'Écosse participe à nouveau à l'Euro, 25 ans après sa dernière participation lors de l'édition 1996[73]. Du fait de la non-qualification directe de l'Écosse, l'Angleterre joue ses trois matchs de poule dans le stade de Wembley dont le match entre rivaux britanniques. L'Écosse bénéficie néanmoins de l'avantage de jouer deux matchs de poule à domicile, dans le stade Hampden Park de Glasgow[73]. La Croatie et l'Angleterre, finaliste et demi-finaliste de la Coupe du monde 2018, sont favorites du groupe D[73]. Les Anglais, portés par une jeune génération prometteuse notamment au milieu et en attaque (24,8 ans d'âge moyen, seulement 9 joueurs présents en 2018), ambitionnent d'atteindre au moins les demi-finales (par ailleurs disputées à Wembley), tandis que les Croates, auteurs d'une campagne 2018-2020 difficile[73] qui a vu le vieillissement de plusieurs cadres, doivent vaincre la malédiction du vice-champion du monde[74]. L'Italie en 1996, l'Allemagne en 2004, la France en 2008 et les Pays-Bas en 2012 ont tous été éliminés dès le premier tour de l'Euro qui a suivi leur parcours de finaliste[74].

    Lors du 1er match, l’Angleterre prend sa revanche de la Coupe du monde sur la Croatie grâce à un but de Raheem Sterling sur un service de Kalvin Phillips (1-0). Dominateurs mais parfois maladroits dans le dernier geste[75], les Anglais remportent pour la première fois de leur histoire leur match d’ouverture d’un Championnat d'Europe[76]. Dans l'autre match, la Tchéquie vient à bout de l'Écosse grâce à un doublé de Patrik Schick, qui inscrit notamment un but spectaculaire depuis le milieu du terrain, estimé à 45,5 mètres de distance (2-0)[77]. Les matches de la 2e journée se soldent par des scores nuls. L'Angleterre et l'Écosse se neutralisent (0-0), avec un seul tir cadré pour les premiers, et deux franches occasions de but pour les seconds[78] dans un match marqué par la mauvaise performance du capitaine anglais et avant-centre Harry Kane[78], fustigé par la presse de son pays[79]. Dans l'autre rencontre entre la Croatie et la Tchéquie, Ivan Perišić répond à un penalty transformé par Patrik Schick (à ce stade le meilleur buteur de l'Euro avec trois réalisations) qui s'est « fait justice » lui-même après avoir reçu un coup de coude de Dejan Lovren dans la surface, faute confirmée par la VAR (1-1)[80]. La Tchéquie et l'Angleterre sont qualifiées au minimum en tant que meilleurs 3e à la suite de la défaite de l'Ukraine et de la Finlande. Avant la dernière journée, les scénarios possibles du groupe prêtent à des calculs délicats[81]. Dans le match décisif qui les oppose, la Croatie et l'Écosse doivent impérativement s'imposer pour se qualifier[81]. Alors que l'Angleterre bat la Tchéquie d'un but rapide de Rahem Sterling dans un match fermé (1-0)[82], la Croatie brise la malédiction des vice-champions du monde[83] en marquant trois buts, dont un de l'extérieur du pied de Luka Modrić, contre une équipe d'Écosse combative (3-1)[84]. La Croatie devance la Tchéquie au nombre de buts marqués et s'empare in extremis de la 2e place[84].

    Groupe E (Séville et Saint-Pétersbourg)Modifier

    Classement du Groupe E
    v · m
    Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
    1 Suède 7 3 2 1 0 4 2 +2
    2 Espagne 5 3 1 2 0 6 1 +5
    3 Slovaquie 3 3 1 0 2 2 7 -5
    4 Pologne 1 3 0 1 2 4 6 -2


    1re journéeModifier

    Match 9 Pologne 1 - 2 Slovaquie Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

    18h00 CEST
    (Passe décisive Rybus) Linetty But inscrit après 46 minutes 46e (0 - 1) But inscrit après 18 minutes 18e (csc) Szczęsny (Mak Passe décisive)
    But inscrit après 69 minutes 69e Škriniar (Hamšík Passe décisive)
    Spectateurs : 12 862
    Arbitrage : Ovidiu Hațegan
    Arbitre vidéo : Marco Di Bello
    Rapport

    Match 10 Espagne 0 - 0 Suède Stade La Cartuja, Séville

    21h00 CEST
    Spectateurs : 10 559
    Arbitrage : Slavko Vinčić
    Arbitre vidéo : Bastian Dankert
    Rapport

    2e journéeModifier

    Match 19 Suède 1 - 0 Slovaquie Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

    15h00 CEST
    Forsberg But inscrit après 77 minutes 77e (pén.) (0 - 0) Spectateurs : 11 525
    Arbitrage : Daniel Siebert
    Arbitre vidéo : Marco Fritz
    Rapport

    Match 24 Espagne 1 - 1 Pologne Stade La Cartuja, Séville

    21h00 CEST
    (Passe décisive Moreno) Morata But inscrit après 25 minutes 25e (1 - 0) But inscrit après 54 minutes 54e Lewandowski (Jóźwiak Passe décisive) Spectateurs : 11 742
    Arbitrage : Daniele Orsato
    Arbitre vidéo : Massimiliano Irrati
    Rapport

    3e journéeModifier

    Match 33 Suède 3 - 2 Pologne Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

    18h00 CEST
    Forsberg But inscrit après 2 minutes 2e
    (Passe décisive Kulusevski) Forsberg But inscrit après 59 minutes 59e
    (Passe décisive Kulusevski) Claesson But inscrit après 90+4 minutes 90+4e
    (1 - 0) But inscrit après 61 minutes 61e Lewandowski (Zieliński Passe décisive)
    But inscrit après 84 minutes 84e Lewandowski (Frankowski Passe décisive)
    Spectateurs : 14 252
    Arbitrage : Michael Oliver
    Arbitre vidéo : Chris Kavanagh
    Rapport

    Match 34 Slovaquie 0 - 5 Espagne Stade La Cartuja, Séville

    18h00 CEST
    (0 - 2) But inscrit après 30 minutes 30e (csc) Dúbravka (Sarabia Passe décisive)
    But inscrit après 45+3 minutes 45+3e Laporte (Moreno Passe décisive)
    But inscrit après 56 minutes 56e Sarabia (Alba Passe décisive)
    But inscrit après 67 minutes 67e F. Torres (Sarabia Passe décisive)
    But inscrit après 71 minutes 71e (csc) Kucka (P. Torres Passe décisive)
    Spectateurs : 11 204
    Arbitrage : Björn Kuipers
    Arbitre vidéo : Pol van Boekel (en)
    Rapport

    Les matchs du groupe E devaient initialement être disputés à Bilbao et Dublin. En raison d'un manque de garanties sur la présence minimale de 25 % du public à cause de la pandémie de Covid-19, l'UEFA annonce le que les matchs de Bilbao sont relocalisés à Séville et ceux de Dublin à Saint-Pétersbourg[85]. Du fait de la non-qualification de l'Irlande, l'Espagne, favorite du groupe, joue à domicile ses trois matchs de poule[86], bien qu'elle se présente avec une équipe inexpérimentée et privée de son meneur Sergio Ramos. Malgré une qualification obtenue aisément, la Roja a connu quelques faux-pas qui interrogent comme une défaite en Ukraine (0-1) ou un nul en Suisse (1-1)[86]. Elle reste sur une préparation perturbée par le Covid-19, tout comme la Suède[87]. Après avoir atteint les quarts de finale de la Coupe du monde 2018, les Blågult suédois du capitaine Andreas Granqvist ont le statut d'outsiders du groupe[88]. En , le retour d'un Zlatan Ibrahimović âgé de 39 ans suscite l'agitation médiatique, mais celui-ci doit déclarer forfait pour blessure. Malgré cela, la Suède reste l'une des sélections les plus âgées de l'Euro (28,7 ans de moyenne d'âge). Elle repose sur un important groupe de joueurs qui évoluent en Russie dont le trio Viktor Claesson, Kristoffer Olsson et Marcus Berg qui évoluent au seul FK Krasnodar. L'autre outsider du groupe est la Pologne qui reste sur une élimination dès le 1er tour de la Coupe du monde 2018 après avoir atteint les quarts de finale de l'Euro 2016[89]. Bien que la Pologne se soit qualifiée sans encombre pour la compétition, le sélectionneur Jerzy Brzęczek a été démis de ses fonctions à la surprise générale et remplacé par Paulo Souza[90]. La Slovaquie a connu une phase qualificative difficile où le sélectionneur Pavel Hapal a été remplacé par Štefan Tarkovič[91]. Elle se qualifie pour l'Euro en passant par les barrages, venant à bout de l'Irlande (0-0, tab 4-2) et de l'Irlande du Nord (2-1 ap.)[91].

    Dans le match d'ouverture du groupe, la Slovaquie surprend son voisin polonais et s'impose (2-1). Quelques heures plus tard, Espagnols et Suédois se quittent sur un terne match nul (0-0), le premier sans but de la compétition. Le , pour les deuxièmes matches du groupe, la Suède s'impose dans la douleur face à la Slovaquie, sur un penalty marqué en fin de match par Emil Forsberg après une faute du gardien Martin Dúbravka sur Robin Quaison (1-0)[92]. Cela permet à l'équipe suédoise de prendre une option sur la qualification en huitièmes de finale. Dans l'autre rencontre de cette deuxième journée, l'Espagne ne parvient pas à battre la Pologne, malgré un penalty tiré et raté par Gerard Moreno[93]. Alvaro Morata avait ouvert le score en première mi-temps, mais en s'élevant plus haut que tout le monde, Robert Lewandowski égalise de la tête dans le deuxième acte (1-1). Ce résultat fait les affaires de la Suède, en tête avec 4 points, alors que la Pologne, dernière avec 1 point, conserve une chance de se qualifier pour les huitièmes de finale à condition de gagner son match[93]. La dernière journée, à suspense, offre plusieurs rebondissements. Quelques minutes après avoir repoussé un penalty d'Álvaro Morata, le gardien slovaque Martin Dúbravka commet une erreur qui permet à l'Espagne d'ouvrir le score[94]. La Slovaquie s'incline lourdement et est éliminée de la compétition (0-5)[72]. Dans l'autre rencontre à Saint-Pétersbourg, la Suède prend l'avantage grâce à un doublé d'Emil Forsberg et se classe 1re du groupe avant que Robert Lewandowski, qui a trouvé aussi la barre transversale, n'égalise pour la Pologne par un doublé à son tour à cinq minutes de la fin du temps réglementaire, reléguant la Suède à la 2e place derrière l'Espagne[95]. En toute fin de match, alors que la Pologne pousse pour marquer le but de la qualification, Viktor Claesson redonne l'avantage à la Suède qui reprend sa 1re place (3-2). Elle affrontera l'Ukraine en huitièmes de finale, équipe qu'elle a contribué à sauver par son résultat[95]. Encore battue en Russie, la Pologne est éliminée dès le 1er tour comme à la Coupe du monde 2018[95].

    Groupe F (Munich et Budapest)Modifier

    Classement du Groupe F
    v · m
    Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
    1 France 5 3 1 2 0 4 3 +1
    2 Allemagne 4 3 1 1 1 6 5 +1
    3 Portugal 4 3 1 1 1 7 6 +1
    4 Hongrie 2 3 0 2 1 3 6 -3


    1re journéeModifier

    Match 11 Hongrie 0 - 3 Portugal Stade Ferenc-Puskás, Budapest

    18h00 CEST
    (0 - 0) But inscrit après 84 minutes 84e Guerreiro (Rafa Passe décisive)
    But inscrit après 87 minutes 87e (pén.) Ronaldo
    But inscrit après 90+2 minutes 90+2e Ronaldo (Rafa Passe décisive)
    Spectateurs : 55 662
    Arbitrage : Cüneyt Çakır
    Arbitre vidéo : Massimiliano Irrati
    Rapport

    Match 12 France 1 - 0 Allemagne Allianz Arena, Munich

    21h00 CEST
    (Passe décisive Hernandez) Hummels But inscrit après 19 minutes 19e (csc) (1 - 0) Spectateurs : 13 000
    Arbitrage : Carlos del Cerro Grande
    Arbitre vidéo : Juan Martínez Munuera
    Rapport

    2e journéeModifier

    Match 22 Hongrie 1 - 1 France Stade Ferenc-Puskás, Budapest

    15h00 CEST
    (Passe décisive Sallai) Fiola But inscrit après 45+2 minutes 45+2e (1 - 0) But inscrit après 66 minutes 66e Griezmann Spectateurs : 55 998
    Arbitrage : Michael Oliver
    Arbitre vidéo : Chris Kavanagh
    Rapport

    Match 23 Portugal 2 - 4 Allemagne Allianz Arena, Munich

    18h00 CEST
    (Passe décisive Jota) Ronaldo But inscrit après 15 minutes 15e
    (Passe décisive Ronaldo) Jota But inscrit après 67 minutes 67e
    (1 - 2) But inscrit après 35 minutes 35e (csc) Dias (Gosens Passe décisive)
    But inscrit après 39 minutes 39e (csc) Guerreiro (Kimmich Passe décisive)
    But inscrit après 51 minutes 51e Havertz (Gosens Passe décisive)
    But inscrit après 60 minutes 60e Gosens (Kimmich Passe décisive)
    Spectateurs : 12 926
    Arbitrage : Anthony Taylor
    Arbitre vidéo : Stuart Attwell
    Rapport

    3e journéeModifier

    Match 35 Portugal 2 - 2 France Stade Ferenc-Puskás, Budapest

    21h00 CEST
    Ronaldo But inscrit après 31 minutes 31e (pén.)
    Ronaldo But inscrit après 60 minutes 60e (pén.)
    (1 - 1) But inscrit après 45+2 minutes 45+2e (pén.) Benzema
    But inscrit après 47 minutes 47e Benzema (Pogba Passe décisive)
    Spectateurs : 54 886
    Arbitrage : Antonio Mateu Lahoz
    Arbitre vidéo : Alejandro Hernández Hernández (en)
    Rapport

    Match 36 Allemagne 2 - 2 Hongrie Allianz Arena, Munich

    21h00 CEST
    (Passe décisive Hummels) Havertz But inscrit après 66 minutes 66e
    Goretzka But inscrit après 84 minutes 84e
    (0 - 1) But inscrit après 11 minutes 11e Szalai (Sallai Passe décisive)
    But inscrit après 68 minutes 68e Schäfer (Szalai Passe décisive)
    Spectateurs : 12 413
    Arbitrage : Sergei Karasev
    Arbitre vidéo : Massimiliano Irrati (en)
    Rapport

    Le groupe F, dont les rencontres se jouent à Munich et Budapest, est le plus relevé de la compétition et a été qualifié de « groupe de la mort » avec le tenant du titre et les deux derniers champions du monde en titre[96]. Championne du monde en titre en 2018 mais autrice d'une double contre-performance contre la Turquie aux éliminatoires (1-1 ; 0-2), la France de Didier Deschamps ambitionne de reproduire le doublé historique Coupe du monde-Euro qu'elle avait réalisé en 1998-2000. Parmi les vingt-six sélectionnés de l'équipe de France, quatorze joueurs ont participé à la victoire en Coupe du monde 2018. L'effectif comprend quatre joueurs du Bayern Munich qui a remporté la Ligue des champions, ainsi que Marcus Thuram, fils de Lilian Thuram, et Karim Benzema qui effectue son retour chez les Bleus après cinq ans d'absence. Tenant du titre, le Portugal reste sur une Coupe du monde 2018 moyenne et un parcours qualificatif compliqué qui l'a vu terminer derrière l'Ukraine (0-0 ; 1-2), d'où son positionnement dans le 3e chapeau du tirage au sort. Il dispose néanmoins d'un mélange avantageux de joueurs d'expérience et de jeunes. Cristiano Ronaldo est le joueur le plus capé de l'Euro avec 174 sélections (cinquième participation à un Euro). Onze joueurs sélectionnés ont contribué à la victoire portugaise à l'Euro 2016 contre la France (1-0 ap.). La Selecção comprend quatre joueurs des Wolverhampton Wanderers, club qui bénéficie du réseau de l'agent de Cristiano Ronaldo Jorge Mendes. Double demi-finaliste de l'Euro, l'Allemagne reste sur une élimination dès le 1er tour de la Coupe du monde 2018 par la Corée du Sud (0-2). Malgré une qualification obtenue aisément, la Mannschaft a subi plusieurs revers inquiétants comme la correction contre l'Espagne en Ligue des nations (0-6) ou le revers à domicile contre la Macédoine du Nord aux éliminatoires du Mondial 2022 (1-2). La sélection comprend huit joueurs du Bayern Munich et cinq joueurs de l'effectif vainqueur de la Coupe du monde 2014. Manuel Neuer, Mats Hummels, Tony Kroos et Thomas Müller participent à leur troisième Euro et le sélectionneur Joachim Löw entame son quatrième Euro. La Hongrie de Marco Rossi, qui retrouve le Portugal dans son groupe comme en 2016[97], a arraché sa qualification contre l'Islande en barrages de l'Euro 2020 (2-1) après avoir terminé 4e de son groupe[98]. Neuf joueurs ont fait partie de l'équipe huitième de finaliste de l'Euro 2016. Touchée par plusieurs blessures, la Hongrie est privée de son joueur vedette Dominik Szoboszlai, blessé, mais aussi du milieu Zsolt Kalmár et du défenseur Szilveszter Hangya. Péter Gulásci du RB Leipzig a succédé au gardien Gábor Király. Willi Orbán et le jeune Attila Szalai tiennent la défense. Le capitaine Ádám Szalai mène le secteur offensif qui comprend aussi Roland Sallai, tandis que le milieu est soutenu par Ádám Nagy et László Kleinheisler ainsi que le joueur d'origine française Loïc Nego[98]. Pays hôte, la Hongrie bénéficie de l'avantage d'être le seul pays à ne pas avoir de limite d'affluence dans sa Puskás Arena[99].

    Lors de la 1re journée dans un stade Ferenc-Puskás à guichets fermés, la Hongrie met en difficulté le Portugal qui ne s'impose qu'en fin de match avec trois buts dont un doublé de Cristiano Ronaldo (3-0)[100]. Ce dernier bat le record de buts et d'apparitions à l'Euro avec 11 buts, dépassant Michel Platini, et 39 apparitions[101]. Peu avant le coup d'envoi de la revanche de la demi-finale de l'Euro 2016 entre les deux derniers champions du monde allemand et français, l'Allianz Arena de Munich évite de justesse un drame ; un militant de Greenpeace heurte le câble de la Spidercam en paramoteur dans le ciel munichois et effectue une chute à grande vitesse dans l'enceinte, se blessant avec deux personnes[102]. Après cette frayeur, la France bat l'Allemagne grâce à un but contre son camp de Mats Hummels (1-0). Les Bleus retrouvent la solidité défensive qui les avait conduits au titre mondial en 2018, s'appuyant sur leur milieu de terrain Adrien Rabiot, N'Golo Kanté et Paul Pogba, élu homme du match[103]. Dans l'ambiance « brûlante » des 33 °C (37 °C au ressenti) d'une Puskás Arena pleine à craquer[104], les Magyarok hongrois, portés par le public, secouent le champion du monde français et ouvrent le score par Attila Fiola sur contre-attaque. C'est la première fois en onze matchs que l'équipe de France est menée à la mi-temps[105]. Elle égalise néanmoins en 2e mi-temps par Antoine Griezmann (1-1)[105]. Les Hongrois célèbrent le nul comme une victoire[106]. L'autre rencontre voit l'Allemagne renverser le Portugal au terme d'un match spectaculaire après avoir encaissé l'ouverture du score (4-2)[107]. Avant la 3e journée, la France valide sa qualification au minimum comme meilleure 3e à la suite des défaites de l'Ukraine, de la Russie et de la Finlande[108]. Toutes les autres équipes du groupe peuvent se qualifier en gagnant leur match. La rencontre Allemagne - Hongrie, dont l'avant-match est marqué par le Rainbowgate, voit l'ouverture du score surprenante de la Hongrie par Ádám Szalai qui élimine provisoirement l'Allemagne. Dans la revanche de la finale de l'Euro 2016, le Portugal ouvre le score contre la France sur un penalty de Cristiano Ronaldo ce qui lui permet de prendre provisoirement la tête du groupe. Cependant, un doublé de Karim Benzema sur penalty en fin de 1re mi-temps puis sur un tir croisé au début du 2d acte donne l'avantage à la France et relègue provisoirement le Portugal en 4e position, synonyme d'élimination. Un nouveau penalty transformé par Cristiano Ronaldo, qui marque pour la 109e fois en sélection et égale le record d'Ali Daei en équipe d'Iran, redresse le Portugal, ce qui assure sa qualification (2-2)[109]. En Allemagne, la Hongrie répond à l'égalisation allemande de Kai Havertz de la 66e minute par un but d'András Schäfer à la 68e. La Mannschaft se retrouve de nouveau éliminée jusqu'à l'égalisation de Leon Goretzka à la 84e minute (2-2). La France termine 1re, suivie de l'Allemagne 2e et du Portugal parmi les meilleurs 3e (comme en 2016), deux favoris qui ont risqué l'élimination, puis de la Hongrie 4e dont la prestation « héroïque » est saluée par la presse locale et internationale[110].

    Meilleurs troisièmesModifier

    ClassementModifier

    Quatre équipes classées troisièmes de leur poule sont repêchées pour compléter le tableau des huitièmes de finale. Pour désigner les 4 meilleurs troisièmes (parmi les 6 au total), un classement est effectué en comparant les résultats dans leur groupe respectif de chacune des équipes :

    Règles de départage :

    1. Plus grand nombre de points obtenus ;
    2. Meilleure différence de buts ;
    3. Plus grand nombre de buts marqués ;
    4. Plus petit nombre de points disciplinaires. Barème : deux cartons jaunes dans le même match ou un carton rouge direct donnent -3 points, et un carton jaune donne -1 point ;
    5. Position dans le classement général des éliminatoires.
    Classement
    Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
    1 Drapeau du Portugal Portugal (Grp. F) 4 3 1 1 1 7 6 +1
    2 Drapeau de la Tchéquie Tchéquie (Grp. D) 4 3 1 1 1 3 2 +1
    3 Drapeau de la Suisse Suisse (Grp. A) 4 3 1 1 1 4 5 -1
    4 Drapeau de l'Ukraine Ukraine (Grp. C) 3 3 1 0 2 4 5 -1
    5 Finlande (Grp. B) 3 3 1 0 2 1 3 -2
    6 Drapeau de la Slovaquie Slovaquie (Grp. E) 3 3 1 0 2 2 7 -5

    Le Portugal, la Tchéquie, la Suisse et l'Ukraine sont qualifiés pour les huitièmes de finale.

    Appariements en huitièmes de finaleModifier

    Puisque quatre des six groupes placent une troisième équipe dans le tableau final, les différentes combinaisons formées par les groupes de provenance des équipes qualifiées servent à les répartir contre les premiers des groupes B, C, E et F (voir tableau final ci-dessus), comme suit[111] :

    Appariements des huitièmes de finale en fonction des groupes d'origine des repêchés du premier tour
    Groupes d'origine
    des meilleurs 3e
    Adversaires de
    [1B] Belgique [1C] Pays-Bas [1E] Suède [1F] France
    A B C D [3A] Suisse [3D] Tchéquie [3B] Finlande [3C] Ukraine
    A B C E [3A] Suisse [3E] Slovaquie [3B] Finlande [3C] Ukraine
    A B C F [3A] Suisse [3F] Portugal [3B] Finlande [3C] Ukraine
    A B D E [3D] Tchéquie [3E] Slovaquie [3A] Suisse [3B] Finlande
    A B D F [3D] Tchéquie [3F] Portugal [3A] Suisse [3B] Finlande
    A B E F [3E] Slovaquie [3F] Portugal [3B] Finlande [3A] Suisse
    A C D E [3E] Slovaquie [3D] Tchéquie [3C] Ukraine [3A] Suisse
    A C D F [3F] Portugal [3D] Tchéquie [3C] Ukraine [3A] Suisse
    A C E F [3E] Slovaquie [3F] Portugal [3C] Ukraine [3A] Suisse
    A D E F [3E] Slovaquie [3F] Portugal [3D] Tchéquie [3A] Suisse
    B C D E [3E] Slovaquie [3D] Tchéquie [3B] Finlande [3C] Ukraine
    B C D F [3F] Portugal [3D] Tchéquie [3C] Ukraine [3B] Finlande
    B C E F [3F] Portugal [3E] Slovaquie [3C] Ukraine [3B] Finlande
    B D E F [3F] Portugal [3E] Slovaquie [3D] Tchéquie [3B] Finlande
    C D E F [3F] Portugal [3E] Slovaquie [3D] Tchéquie [3C] Ukraine
    • Combinaison réalisée

    Phase à élimination directeModifier

    Tableau finalModifier

      Huitièmes de finale
    v · m
      Quarts de finale   Demi-finales   Finale
                                 
      - Stade La Cartuja, Séville     - Allianz Arena, Munich     - Stade de Wembley, Londres     - Stade de Wembley, Londres
     
      Belgique 1
     
      Portugal 0  
      Belgique 1
      - Stade de Wembley, Londres
        Italie 2  
      Italie 2 ap
      - Stade Krestovski, St-Pétersbourg
      Autriche 1  
      Italie 1 tab (4)
      - Arena Națională, Bucarest
        Espagne 1 ap (2)  
      France 3 ap (4)
      - Stade de Wembley, Londres
      Suisse 3 tab (5)  
      Suisse 1 ap (1)
      - Parken Stadium, Copenhague
        Espagne 1 tab (3)  
      Croatie 3
      - Stadio Olimpico, Rome
      Espagne 5 ap  
      Italie 1 tab (3)
      - Hampden Park, Glasgow
        Angleterre 1 ap (2)
      Suède 1
       
      Ukraine 2 ap  
      Ukraine 0
      - Stade de Wembley, Londres
        Angleterre 4  
      Angleterre 2
      - Stade olympique, Bakou
      Allemagne 0  
      Angleterre 2 ap
      - Stade Ferenc-Puskás, Budapest
        Danemark 1  
      Pays-Bas 0
       
      Tchéquie 2  
      Tchéquie 1
      - Johan Cruyff Arena, Amsterdam
        Danemark 2  
      Pays de Galles 0
       
      Danemark 4  
     


    Huitièmes de finaleModifier

    Match 37 Pays de Galles 0 - 4 Danemark Johan Cruyff Arena, Amsterdam

    18h00 CEST
    (0 - 1) But inscrit après 27 minutes 27e Dolberg (Damsgaard Passe décisive)
    But inscrit après 48 minutes 48e Dolberg
    But inscrit après 88 minutes 88e Mæhle (Jensen Passe décisive)
    But inscrit après 90+4 minutes 90+4e Braithwaite (Cornelius Passe décisive)
    Spectateurs : 14 645
    Arbitrage : Daniel Siebert
    Arbitre vidéo : Bastian Dankert
    Rapport

    Ce premier huitième de finale voit une opposition inédite entre le Danemark, qualifié à la deuxième place du groupe B avec seulement 3 points, et le pays de Galles, 2e du groupe A avec 4 points. Le début de rencontre est à l'avantage du pays de Galles, qui se procure quelques situations offensives. Cependant, le Danemark ouvre le score sur l'une de ses premières offensives à la suite d'une belle frappe enveloppée de Kasper Dolberg. Dès lors, les Danois se montrent plus dominateurs et doublent même la mise en tout début de seconde période, avec un second but pour Dolberg. Le reste de la partie est globalement maitrisé par les Danois, qui ajoutent deux buts supplémentaires en toute fin de match par l'intermédiaire de Joakim Mæhle et de Martin Braithwaite, qui concluent une seconde très bonne performance de suite pour les Danois, qui restaient déjà sur une brillante et décisive victoire 4-1 sur la Russie. Le Danemark devient de ce fait la première équipe à marquer quatre buts dans deux matchs de suite à l'Euro. Son record est de courte durée, battu par celui de l'Espagne qui enchaîne deux matchs avec cinq buts marqués quelques jours plus tard.


    Match 38 Italie 2 - 1 ap Autriche Stade de Wembley, Londres

    21h00 CEST
    (Passe décisive Spinazzola) Chiesa But inscrit après 95 minutes 95e
    (Passe décisive Acerbi) Pessina But inscrit après 105 minutes 105e
    (0 - 0, 0 - 0, 2 - 0) But inscrit après 114 minutes 114e Kalajdžić (Schaub Passe décisive) Spectateurs : 18 910
    Arbitrage : Anthony Taylor
    Arbitre vidéo : Stuart Attwell
    Rapport

    Sur le papier, ce huitième semble être le plus déséquilibré. Pourtant, les Autrichiens réalisent une très bonne performance. Ils parviennent à contrer toutes les offensives italiennes en première mi-temps. En deuxième période, les Italiens jusque-là brillants dans la compétition sont méconnaissables et se retrouvent à défendre face au pressing autrichien. Ils finissent même par encaisser le premier but de la rencontre signé Marko Arnautović, mais ce dernier est signalé hors-jeu sur l'action. Après 90 minutes, le score reste vierge et la partie se prolonge. Grâce aux bons changements tactiques opérés par Mancini, la Squadra Azzura trompe à deux reprises l'arrière-garde autrichienne par Chiesa et Pessina. Les Autrichiens réduisent la marque par Kalajdžić, mais cela ne suffit pas à empêcher la qualification des Italiens pour les quarts de finale.


    Match 40 Pays-Bas 0 - 2 Tchéquie Stade Ferenc-Puskás, Budapest

    18h00 CEST
    (0 - 0) But inscrit après 68 minutes 68e Holeš (Kalas Passe décisive)
    But inscrit après 80 minutes 80e Schick (Holeš Passe décisive)
    Spectateurs : 52 834
    Arbitrage : Sergei Karasev
    Arbitre vidéo : Stuart Attwell
    Rapport

    Le tournant de ce huitième de finale a lieu après 52 minutes de jeu, alors que les deux équipes sont à égalité 0-0. Donyell Malen rate une énorme occasion devant le gardien tchèque Tomáš Vaclík, et dans la foulée, sur un longue relance, Matthijs de Ligt lutte avec Patrik Schick, chute, et lui enlève le ballon des pieds avec sa main. Cette action jugée volontaire vaut un carton rouge au défenseur néerlandais[112]. Réduits à dix, les Oranje perdent le fil du match, leurs adversaires s'enhardissent, partent à l'attaque et concrétisent deux fois[112]. À la 62e minute, une combinaison sur coup-franc aboutit à une tête victorieuse de Tomáš Holeš. Á dix minutes de la fin, ce dernier est le plus prompt à se saisir du ballon au milieu du terrain, charge et lance Schick qui ne laisse aucune chance à Maarten Stekelenburg. L'élimination des Pays-Bas en huitièmes constitue la première grande surprise de cet Euro[112].


    Match 39 Belgique 1 - 0 Portugal Stade La Cartuja, Séville

    21h00 CEST
    (Passe décisive Meunier) T. Hazard But inscrit après 42 minutes 42e (1 - 0) Spectateurs : 11 504
    Arbitrage : Felix Brych
    Arbitre vidéo : Marco Fritz
    Rapport

    Dans un match cadenassé, les tenants du titre portugais se procurent le plus grand nombre d'occasions, mais soit ils ne cadrent pas, soit ils trouvent Thibaut Courtois à la parade. Le seul tir cadré des Belges dans ce huitième de finale est une belle frappe flottante de Thorgan Hazard déclenchée à l'extérieur de la surface à la 42e minute, et qui trompe Rui Patrício[113]. L'entraîneur portugais Fernando Santos a beau dire « Ils ont tiré six fois et ont marqué sur leur seul tir cadré ; nous avons tiré 29 fois »[114], le Portugal reste sans solution face à la défense belge qui préserve son but d'avance jusqu'au bout. Inefficace, Cristiano Ronaldo a sans doute disputé à Séville son dernier match à l'Euro, compétition à laquelle il aura participé cinq fois (record) et dans laquelle il aura marqué 14 buts (record)[114].


    Match 42 Croatie 3 - 5 ap Espagne Parken Stadium, Copenhague

    18h00 CEST
    Pedri But inscrit après 20 minutes 20e (csc)
    Oršić But inscrit après 85 minutes 85e
    (Passe décisive Oršić) Pašalić But inscrit après 90+2 minutes 90+2e
    (1 - 1, 3 - 3, 3 - 5) But inscrit après 38 minutes 38e Sarabia
    But inscrit après 57 minutes 57e Azpilicueta (F. Torres Passe décisive)
    But inscrit après 77 minutes 77e F. Torres (P. Torres Passe décisive)
    But inscrit après 100 minutes 100e Morata (Olmo Passe décisive)
    But inscrit après 103 minutes 103e Oyarzabal (Olmo Passe décisive)
    Spectateurs : 22 771
    Arbitrage : Cüneyt Çakır
    Arbitre vidéo : Bastian Dankert (en)
    Rapport

    Vice-championne du monde, la Croatie retrouve l'Espagne qu'elle avait battue à l'Euro 2016, mais elle est privée d'Ivan Perišić, positif au Covid-19[115]. Les deux équipes ont réalisé un 1er tour mitigé mais restent sur la dynamique de leur victoire au dernier match de la phase de poules contre respectivement l'Écosse et la Slovaquie. La Croatie ouvre le score sur un but gag de Pedri sur une passe en retrait que le gardien Unai Simón laisse filer dans le but. La Roja se remet de cette ouverture du score en inscrivant trois buts par Pablo Sarabia, César Azpilicueta et Ferran Torres. Alors que les Vatreni semblent sonnés et incapables de réagir, Mislav Oršić relance son équipe à cinq minutes de la fin avant que Mario Pašalić accomplisse l'exploit dans le temps additionnel d'arracher la prolongation. Sur des buts d'Álvaro Morata et de Mikel Oyarzabal, l'Espagne reprend un avantage de deux buts et élimine le vice-champion du monde au terme d'un match fou, démontrant des capacités psychologiques[116]. Quelques jours après le record du Danemark qui était devenu la première équipe à marquer quatre buts dans deux matchs d'affilée à l'Euro, l'Espagne devient la première équipe à marquer cinq buts dans deux matchs de suite.


    Match 41 France 3 - 3 ap Suisse Arena Națională, Bucarest

    21h00 CEST
    (Passe décisive Mbappé) Benzema But inscrit après 57 minutes 57e
    (Passe décisive Griezmann) Benzema But inscrit après 59 minutes 59e
    Pogba But inscrit après 75 minutes 75e
    (0 - 1, 3 - 3, 3 - 3) But inscrit après 15 minutes 15e Seferović (Zuber Passe décisive)
    But inscrit après 81 minutes 81e Seferović (Mbabu Passe décisive)
    But inscrit après 90 minutes 90e Gavranović (Xhaka Passe décisive)
    Spectateurs : 22 642
    Arbitrage : Fernando Rapallini (en)
    Arbitre vidéo :