Ouvrir le menu principal

Tirreno-Adriatico

compétition de cyclisme
Tirreno-Adriatico
Description de l'image Logo Tirreno-Adriatico 2016.jpg.
Généralités
Sport cyclisme sur route
Création 1966
Organisateur(s) RCS Sport
Éditions 54 (en 2019)
Catégorie UCI World Tour
Type / Format course à étapes
Périodicité annuel (mars)
Lieu(x) Drapeau de l'Italie Italie
Statut des participants professionnels
Site web officiel www.tirrenoadriatico.it

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Slovénie Primož Roglič
Plus titré(s) Drapeau : Belgique Roger De Vlaeminck
(6 victoires)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition à venir voir :
Tirreno-Adriatico 2019

Tirreno-Adriatico, surnommée la Course des deux mers[1], est une course cycliste à étapes italienne. Cette épreuve créée en 1966 part des rives de la mer Tyrrhénienne pour arriver sur les côtes de l'Adriatique, plus précisément à San Benedetto del Tronto où l'épreuve s'est toujours conclue, sauf lors de la première édition[2].

La course parcourt les régions du Latium, de l'Ombrie, des Abruzzes et des Marches. La première édition de la course a lieu sur trois étapes. Depuis 2002, elle se déroule sur sept étapes. La course est traditionnellement disputée en début de saison (mars ou avril) et est considérée comme une préparation à la classique Milan-San Remo[3]. L'épreuve se déroule en partie en même temps que Paris-Nice.

De 2005 à 2007, elle faisait partie du calendrier du ProTour, avant que son organisateur RCS Sport ne s'en retire en 2008. En 2009 et 2010, elle fait partie du Calendrier mondial UCI, devenu UCI World Tour en 2011.

Avec six succès consécutifs acquis durant les années 1970, le Belge Roger De Vlaeminck détient le record de victoires[2],[4]

Sommaire

HistoireModifier

Tirreno-Adriatico est créée en 1966 par le club de cyclisme basé dans le Latium Forze Sportive Romane[5]. L'organisateur Franco Mealli crée la course pour proposer une course de préparation idéale aux coureurs italiens, sevrés de victoires sur Milan-San Remo depuis 1953. Comme toutes les illustres courses cyclistes italiennes ont lieu dans le nord de l'Italie, la course est nommée « Tre Giorni del Sud » (les Trois Jours du Sud en italien). La première édition de la course se déroule sur trois jours. Le départ a lieu le 11 mars 1966 à Rome et l'arrivée deux jours plus tard à Pescara[6] . Dino Zandegù remporte l'édition inaugurale. En 1967, la deuxième édition est tracée sur cinq étapes et remportée par Franco Bitossi.

Dans les années 1970, la jeune épreuve devient la course de préparation idéale pour la classique prestigieuse italienne Milan-San Remo qui a lieu une semaine plus tard. Le Belge Roger De Vlaeminck, spécialiste des classiques monopolise la course avec six victoires consécutives et quinze étapes remportées. Après le règne de De Vlaeminck, la course est le théâtre de la rivalité entre les icônes de cyclisme italien Giuseppe Saronni et Francesco Moser, chacun gagnant l'épreuve deux fois[6].

De 1984 à 2001, la course continue à grandir et passe de six à huit étapes. Le parcours est déplacé plus vers le nord de l'Italie centrale. Le Suisse Tony Rominger, spécialiste du contre-la-montre et le Danois Rolf Sørensen remportent la course à deux reprises dans les années 1990. À partir de 1996, Tirreno-Adriatico est organisé par RCS Sport (en), qui organise notamment le Tour d'Italie[7],[8],[9].

Depuis 2002, Tirreno-Adriatico est couru sur sept étapes. Le parcours s'étend de la mer Tyrrhénienne à l'ouest de l'Italie jusqu'à San Benedetto del Tronto, sur la mer Adriatique[6]. En 2005, la course est intégrée dans le calendrier inaugural de l'UCI ProTour, mais est reclassée en 2008 au niveau continental lorsque organisateur RCS Sport a retiré tous ses épreuves du calendrier de l'Union cycliste internationale. Depuis 2011, Tirreno-Adriatico fait partie de l'UCI World Tour.

Au cours des dernières années, la course emprunte régulièrement des étapes de montagne dans les Apennins, ce qui permet aux spécialiste des grands tours de se tester en début de saison en vue des courses par étapes à venir dans l'année. Les vainqueurs du Tour de France Vincenzo Nibali, Cadel Evans et Alberto Contador figurent notamment au palmarès de la course depuis 2010[10],[11]. Le grimpeur Colombien Nairo Quintana a remporté la 50e édition en 2015[12], puis a récidivé en 2017.

ParcoursModifier

 
Parcours de l'édition 2012

Dans ses premières années Tirreno-Adriatico commence le plus souvent près de Rome et même de Naples. Depuis les années 1990, le départ est donné généralement plus au nord dans les stations balnéaires de la côte toscane de la mer Tyrrhénienne, avant de traverser la péninsule italienne jusqu'à sa côte orientale et la mer Adriatique. Courue sur sept jours, la course propose plusieurs étapes plates pour les sprinteurs, d'autres pour les grimpeurs, un ou deux contre-la-montre et au moins une arrivée en montée pour les puncheurs[13].

Lors des éditions récentes, la course commence mercredi avec un court contre-la-montre par équipes ou un prologue et se poursuit avec les étapes pour les sprinteurs et une étape qui se termine en côte. Les étapes intermédiaires - courues le week-end - sont les étapes de haute montagne[14]. En 2015, l'étape du samedi s'est terminée avec une montée de 14 kilomètres vers le sommet du Selva Rotonda avant l'étape du dimanche, qui s'est conclue avec une arrivée en côte sur des pentes de plus de 25%[13]. L'arrivée de la course est jugée en milieu de semaine, le mardi, à San Benedetto del Tronto, dans la province d'Ascoli Piceno, dans la région des Marches. D'autres éditions, comme celle de 2019 (point culminant du parcours situé à 660 mètres d'altitude), évitent la montagne.

Trophées et maillots de leaderModifier

Bien que présenté en 2010, le trophée du vainqueur de la Tirreno-Adriatico est l'un des plus reconnaissables dans le cyclisme professionnel. En raison de son format de course qui fait aller les coureurs d'une côte à l'autre, le champion est présenté avec un grand trident doré, l'arme associée à Neptune, le dieu romain de la mer [15]. Il est officiellement nommé le « Sea Master Trophy » (le Trophée du Maître de la mer)[16]. Dans les jours précédant la course, le trophée est cérémonieusement sorti de la mer Tyrrhénienne par des plongeurs de la Garde côtière italienne. En accord avec le thème marin, le maillot du classement général est bleu.

PalmarèsModifier

 AnnéeVainqueurDeuxièmeTroisième
1966  Dino Zandegù  Vito Taccone  Rolf Maurer
1967  Franco Bitossi  Carmine Preziosi  Vito Taccone
1968  Claudio Michelotto  Italo Zilioli  Rudi Altig
1969  Carlo Chiappano  Albert Van Vlierberghe  Giuseppe Fezzardi
1970  Antoon Houbrechts  Italo Zilioli  Felice Gimondi
1971  Italo Zilioli  Georges Pintens  Marcello Bergamo
1972  Roger De Vlaeminck  Josef Fuchs  Tomas Pettersson
1973  Roger De Vlaeminck  Frans Verbeeck  Gösta Pettersson
1974  Roger De Vlaeminck  Knut Knudsen  Simone Fraccaro
1975  Roger De Vlaeminck  Knut Knudsen  Wladimiro Panizza
1976  Roger De Vlaeminck  Eddy Merckx  Gianbattista Baronchelli
1977  Roger De Vlaeminck  Francesco Moser  Giuseppe Saronni
1978  Giuseppe Saronni  Knut Knudsen  Francesco Moser
1979  Knut Knudsen  Giuseppe Saronni  Giovanni Battaglin
1980  Francesco Moser  Alfons De Wolf  Dante Morandi
1981  Francesco Moser  Raniero Gradi  Marino Amadori
1982  Giuseppe Saronni  Gerrie Knetemann  Greg LeMond
1983  Roberto Visentini  Gerrie Knetemann  Francesco Moser
1984  Tommy Prim  Erich Maechler  Roberto Visentini
1985  Joop Zoetemelk  Acácio da Silva  Stefan Mutter
1986  Luciano Rabottini  Francesco Moser  Giuseppe Petito
1987  Rolf Sørensen  Giuseppe Calcaterra  Tony Rominger
1988  Erich Maechler  Tony Rominger  Rolf Sørensen
1989  Tony Rominger  Rolf Gölz  Charly Mottet
1990  Tony Rominger  Zenon Jaskuła  Gilles Delion
1991  Herminio Díaz Zabala  Federico Ghiotto  Raúl Alcalá
1992  Rolf Sørensen  Raúl Alcalá  Fabian Jeker
1993  Maurizio Fondriest  Andreï Tchmil  Stefano Della Santa
1994  Giorgio Furlan  Evgueni Berzin  Stefano Colagè
1995  Stefano Colagè  Maurizio Fondriest  Dimitri Konyshev
1996  Francesco Casagrande  Alexander Gontchenkov  Gianluca Pianegonda
1997  Roberto Petito  Gianluca Pianegonda  Beat Zberg
1998  Rolf Jaermann  Franco Ballerini  Jens Heppner
1999  Michele Bartoli  Davide Rebellin  Stefano Garzelli
2000  Abraham Olano  Jan Hruška  Juan Carlos Domínguez
2001  Davide Rebellin  Gabriele Colombo  Michael Boogerd
2002  Erik Dekker  Danilo Di Luca  Óscar Freire
2003  Filippo Pozzato  Danilo Di Luca  Ruggero Marzoli
2004  Paolo Bettini  Óscar Freire  Erik Zabel
2005  Óscar Freire  Alessandro Petacchi  Danilo Hondo
2006  Thomas Dekker   Jörg Jaksche  Alessandro Ballan
2007  Andreas Klöden  Kim Kirchen  Alexandre Vinokourov
2008  Fabian Cancellara  Enrico Gasparotto  Thomas Lövkvist
2009  Michele Scarponi  Stefano Garzelli  Andreas Klöden
2010  Stefano Garzelli  Michele Scarponi  Cadel Evans
2011  Cadel Evans  Robert Gesink  Michele Scarponi
2012  Vincenzo Nibali  Christopher Horner  Roman Kreuziger
2013  Vincenzo Nibali  Christopher Froome  Alberto Contador
2014  Alberto Contador  Nairo Quintana  Roman Kreuziger
2015  Nairo Quintana  Bauke Mollema  Rigoberto Urán
2016  Greg Van Avermaet  Peter Sagan  Bob Jungels
2017  Nairo Quintana  Rohan Dennis  Thibaut Pinot
2018  Michał Kwiatkowski   Damiano Caruso  Geraint Thomas
2019  Primož Roglič  Adam Yates  Jakob Fuglsang

Statistiques et recordsModifier

Par coureursModifier

# Coureurs Victoires Deuxième Troisième Total
1   Roger De Vlaeminck 6 0 0 6
2   Francesco Moser 2 2 2 6
3   Giuseppe Saronni 2 1 1 4
  Tony Rominger 2 1 1 4
5   Nairo Quintana 2 1 0 3
6   Rolf Sørensen 2 0 1 3
7   Vincenzo Nibali 2 0 0 2
8   Knut Knudsen 1 3 0 4
9   Italo Zilioli 1 2 0 3
10   Michele Scarponi 1 1 1 3
  Óscar Freire 1 1 1 3
  Stefano Garzelli 1 1 1 3

Par paysModifier

# Pays Victoires Deuxième Troisième Total
1   Italie 24 22 23 69
2   Belgique 8 6 0 14
3   Suisse 5 3 5 13
4   Espagne 4 1 3 8
5   Pays-Bas 3 4 1 8
6   Colombie 2 1 1 4
7   Danemark 2 0 1 3
8   Norvège 1 3 0 4
9   Allemagne 1 2 4 7
10   Australie 1 1 1 3
11   Suède 1 0 2 3
12   Pologne 1 0 0 1
  Slovénie 1 0 0 1

Victoires d'étapesModifier

# Coureurs Victoires
1   Roger De Vlaeminck 15
2   Óscar Freire 11
3   Moreno Argentin 8
  Alessandro Petacchi 8
  Giuseppe Saronni 8
6   Peter Sagan 7
  Erik Zabel 7
8   Paolo Bettini 6
  Franco Bitossi 6
  Fabian Cancellara 6
  Rolf Sørensen 6
  Jan Svorada 6

Notes et référencesModifier

  1. Le parcours de Tirreno-Adriatico 2016 dévoilé sur cyclingpro.net
  2. a et b Baroni, Francesco (2008). La Bicicletta. Mito, tecnica e passione. Edizioni White Star. p.238-239. (ISBN 978-88-540-0635-5)
  3. Tirreno-Adriatico, la meilleure préparation pour Milan-San Remo sur lavenir.net
  4. "Tirreno–Adriatico Official Website – Palmares"
  5. (en) Franco Recanatesi, Nasce la Tirreno-Adriatico trampolino per la Sanremo, p. 10
  6. a b et c (it) « L’albo d’oro: breve storia della Tirreno-Adriatico riassunta in sei campioni », sur maredelpiceno.it (consulté le 9 décembre 2015)
  7. (it) « TIRRENO – ADRIATICO. TRA I DUE MARI SGUAZZERA’ ANCORA LO SQUALO? », sur ilciclismo.it, (consulté le 4 mars 2018)
  8. (it) « Tirreno Adriatico 7^ tappa: San Benedetto del Tronto (crono) km 9.1 », sur vcoazzurratv.it, (consulté le 4 mars 2018)
  9. (it) « Tirreno Adriatico: a Gaviria l’ultimo sprint, domani chiusura a cronometro », sur vcoazzurratv.it, (consulté le 4 mars 2018)
  10. « Tirreno-Adriatico 2011: Cadel Evans wins 'race of the two seas' following Fabian Cancellara's time trial victory », sur The Telegraph (consulté le 9 décembre 2015)
  11. Gregor Brown, « Nibali wins Tirreno-Adriatico overall », sur Cycling Weekly, IPC Media Company (consulté le 9 décembre 2015)
  12. Tirreno-Adriatico : Revanche de Cancellara, victoire finale de Quintana sur eurosport.fr/
  13. a et b Mikkel Condé, « Tirreno-Adriatico Preview », sur cyclingtips.com (consulté le 9 décembre 2015)
  14. Susie Hartigan, « Five ways to awesome: A Tirreno-Adriatico preview », sur podiumcafe.com (consulté le 9 décembre 2015)
  15. Joe Lindsey et Whit Yost, « Cycling’s Best (and Weirdest) Prizes and Trophies », sur bicycling.com (consulté le 9 décembre 2015)
  16. (it) I trofei della Tirreno-Adriatico sur gazzetta.it

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :