Ouvrir le menu principal

Cable News Network

chaîne de télévision d'information en continu aux États-Unis

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CNN.

Cable News Network
logo de Cable News Network

Création
Dates clés 1996 : rachat par WarnerMedia
Fondateurs Ted Turner
Forme juridique Société anonyme
Slogan The Most Trusted Name in News
Siège social Atlanta, Géorgie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Actionnaires Turner Broadcasting SystemVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Télévision
Société mère Turner Broadcasting System (WarnerMedia)
Filiales CNN International, CNN en Español, CNN Türk, CNN Airport, CNN Headline News
Site web https://www.cnn.com

Cable News Network (CNN) est une chaîne de télévision d'information en continu américaine fondée en 1980 par Ted Turner. La société est rachetée en 1996 par WarnerMedia.

La chaîne est connue pour sa couverture en direct dramatique (et parfois sensationnaliste) de breaking news, ou édition spéciale en français, qui peut durer des jours voire des semaines ; et pour ses efforts d'être neutre, ce qui l'a conduite à des accusations de faux équilibre médiatique.

CNN est réputé pour favoriser les candidats du Parti démocrate[1].

DescriptionModifier

Elle appartient à une entité commerciale dénommée CNN News Group, qui se compose de plusieurs chaînes incluant CNN/U.S. et CNN en Español pour les États-Unis, CNN International, ainsi que CNN Türk et CNNj.

CNN International est disponible dans le monde entier. La petite sœur de CNN/U.S. est le leader de l'information et une ressource indispensable pour toutes les rédactions de la planète.

HistoriqueModifier

Lancement et expansionModifier

 
La newsroom de la chaîne.
 
Vue aérienne du siège d'Atlanta.
 
Bus CNN Express utilisé pour suivre la campagne de l'élection présidentielle américaine de 2008.

CNN a été fondée en 1980 par Ted Turner. Les autres chaînes de télévision, proposant de l'information au format traditionnel, se moquaient alors d'elle.[réf. nécessaire] Ces railleries ont disparu au profit de tentatives d'imitation au fur et à mesure que s'accroissait l'audience de leur rivale. CNN est un gouffre financier à son lancement, la chaîne perdant jusqu'à 2 millions de dollars par mois. Ce n'est qu'en 1985 que CNN enregistre ses premiers bénéfices (14 millions de dollars) et commence à connaître un véritable essor au niveau national. Le lancement de CNN International en permet à CNN de devenir un réseau mondial alors que la couverture en direct de l'accident de la navette spatiale Challenger en lui donne une exposition sans précédent sur le marché américain[2].

CNN a introduit le concept de l'information 24 heures sur 24. Déjà connue pour ce fait, elle devient célèbre dans le monde entier lors de la Guerre du Koweït de 1990-1991 en couvrant intégralement, souvent en direct, le déroulement du conflit depuis l'invasion du Koweït jusqu'au cessez-le-feu. Les images de tirs dans la nuit de Bagdad sont restées célèbres. Ces images de combats, parfois fournies par l'US Army, étaient alors reprises dans le monde entier par toutes les chaînes de télévision.

Intégration dans le groupe Time WarnerModifier

Depuis 1996, elle fait partie du groupe Time Warner. Les premières synergies entre les deux groupes se matérialisent le avec la création de CNN Sports Illustrated (en) qui rassemble des équipes de CNN et du magazine Sports Illustrated détenu par Time Warner. Cette chaîne d'information sportive en continu qui entre en concurrence directe avec ESPNews ne rencontrera jamais son public et sera finalement supprimée le .

Tom Johnson, patron de CNN à l'époque, annonce en un plan de réduction des coûts tout en maintenant un plan de développement conséquent, avec notamment le lancement de CNN en Español le [3].

Aujourd'hui CNN doit faire face à une concurrence sévère. Elle a face à elle des chaînes d'informations en continu concurrentes sur le marché américain (FOX News, MSNBC par exemple), mais aussi sur le marché international (BBC World, Russia Today, Euronews, Al Jazeera, France 24, Africa 24, etc.). Chaque pays veut désormais lancer sa chaîne d'informations en continu ayant vocation à être diffusée à travers le monde. Avoir une chaîne d'informations en continu, est perçu comme un moyen d'influencer le monde par la diffusion de la culture, des valeurs et finalement du point de vue du pays émetteur.

Le siège de CNN et la plupart des studios sont situés à Atlanta, dans le CNN Center, qui peut aujourd'hui être visité. Cependant, le groupe dispose de studios supplémentaires dans les grandes villes des États-Unis : New York, Chicago, Washington, D.C.. Elle en a aussi dans plusieurs régions du monde comme Abu Dhabi, Londres, Hong Kong qui sont respectivement les maisons mères de leur studio au Moyen-Orient, en Europe et en Asie/Pacifique. Elle disposait aussi d'un bureau en Iran mais fut contrainte de s'en aller après l'élection de 2009 et le maintien au pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad.

La chaîne s'est fait parfois remarquer en localisant maladroitement des villes sur son infographie, comme lors du G20 de 2011 à Cannes qui était localisé en Espagne du nord-ouest[4]. La chaîne a également localisé Hong Kong en Amérique du sud[5], l'Irak en Europe[6], Auckland en Australie[7] ou encore Londres dans le Norfolk[8].

Fin 2014, la chaîne cesse sa diffusion en Russie à la suite de l'arrivée d'une réglementation qui interdisait la diffusion de publicité sur le câble[9]. Cependant, en février 2015, CNN a annoncé avoir demandé une licence de diffusion pour pouvoir à nouveau émettre dans le pays[10].

En 2016-2017, la chaîne qui veut rivaliser avec le New York Times, le Washington Post et d'autres titres procède à la création d’une équipe d’enquête, composée de ses meilleurs journalistes d’investigation et renforcée de plusieurs recrues[11]. En opposition avec Donald Trump, elle se voit taxée par celui-ci de « Clinton News Network » pendant la campagne présidentielle de 2016, Trump l'accusant de propager ce qu'il qualifie de fausses informations sur son compte[11].

La démission en juin 2017 de trois journalistes vedettes de la chaîne, qui avaient dû se rétracter et s'excuser après qu'il est apparu qu'un article qui reliait Trump à un fonds d'investissement russe n'était basé que sur une seule source anonyme et qu'ils ne pouvaient pas garantir l'exactitude de leurs affirmations, semble renforcer les arguments du président américain contre CNN[11]. Pour le journaliste politique américain Glenn Greenwald, cet épisode illustre l'imprudence journalistique dans le traitement médiatique des liens qui existeraient entre la Russie et Trump[12]. Il note que ces fautes journalistiques « vont toutes dans la même direction : faire du battage médiatique et exagérer la menace posée par le Kremlin »[12].

Le même mois, John Bonifield, un des producteurs de la chaîne américaine CNN, affirme à un membre du Projet Veritas (en) qui le filme en caméra cachée que l'affaire de l'ingérence russe dans la campagne de Trump pourrait être principalement fallacieuse[13], mais que CNN continuerait à la relater pour améliorer son audience. Selon lui, le directeur général (il désigne sans doute par cela le président Jeff Zucker (en)) aurait demandé expressément aux journalistes de continuer à enquêter sur ce sujet après la couverture de l'accord de Paris sur le climat. Bonifield estime également que si le précédent président Barack Obama avait été soumis au même traitement, le public aurait cessé de regarder la chaîne[14]. Donald Trump estime qu'il est donc désormais prouvé que CNN arrange des fake news. Paul Farhi, du Washington Post, note que Bonifield, producteur de reportages sur la santé et le médical, n'est pas interrogé sur sa connaissance réelle du traitement par CNN des problématiques politiques, et critique fortement la méthode utilisée[15]. La chaîne précise que Bonifield ne fait qu'exprimer son opinion sur la question et qu'il ne fait pas partie des équipes chargées de cette enquête[13] ; elle dit ne pas vouloir le sanctionner pour cette interview, car selon le communiqué, « la diversité des opinions est ce qui rend CNN forte »[14].

Par ailleurs, le Centre Shorenstein sur les médias et la politique (en) de l'université Harvard examinant dans une étude la manière dont les journalistes de dix grands médias avaient couvert Donald Trump durant les cent premiers jours de sa présidence montre que la tonalité de la couverture des nouvelles est négative à 93 % pour CNN[16].

La chaîne de nouvelles est souvent critiquée par la droite américaine et l'Alt-right pour son prétendu biais anti-Trump et sa prétendue diffusion de fausses nouvelles contre l'administration Trump[17].

CorrespondantsModifier

Les Senior international correspondant, ou grand reporter en français, sont tous basés dans une ville d'un pays abritant les locaux de CNN (souvent la même, comme celle de Londres) mais peuvent très bien couvrir des événements partout dans le monde. La base indiquée correspond en réalité à leur lieu de vie habituel. C'est exactement le même cas pour les reporters basés au quatre coins des États-Unis, qui peuvent être appelés à couvrir un événement dans leur zone géographique. Ces correspondants officient aussi bien pour CNN que pour CNN International.

ProgrammesModifier

Anciennes carrefours de l'infoModifier

  • American Morning (Matinale Américaine) présentée par Paula Zahn (2001/2003), Bill Hemmer (2002/2005), Soledad O'Brien (2003/2005), Miles O'Brien et Carol Costello (juin 2005-avril 2007), Kiran Chetry et John Roberts (avril 2007-2011), Christine Romans et Carol Costello (avril-décembre 2011).
  • Early Edition, créé en 2000 de 7h à 9h par Leon Harris et Carol Lin (jusqu'à mars 2001).
  • Morning News (Matinale Info), crée en 2000 de 9h à 12h par Daryn Kagan et Bill Hemmer (jusqu'à avril 2001).
  • Newsday par Frank Sesno et Jeanne Meserve pour le 12h-12h30 (2000/2001).
  • CNN Today par Lou Waters et Natalie Allen pour le 13h-15h (2000/2001).
  • CNN Live Today de 10h à 12h20 par Daryn Kagan ou Rick Sanchez ou Leon Harris (2001/2006).

Émissions actuellement à l'antenneModifier

Semaine

Du lundi au vendredi

  • Early Start (4h-6h) : Christine Romans et Dave Briggs
  • New Day (6h-9h) : Alisyn Camerota et John Berman
  • CNN Newsroom (9h-11h) : Poppy Harlow et Jim Schiutto
  • At This Hour (11h-12h) : Kate Bolduan
  • Inside Politics (12h-13h) : John King
  • CNN Right Now (13h-14h) : Brianna Keilar
  • CNN Newsroom (14h-16h) : Brooke Baldwin
  • The Lead (16h-17h) : Jake Tapper
  • The Situation Room (17h-19h) : Wolf Blitzer
  • OutFront (19h-20h) : Erin Burnett
  • AC360 (20h-21h) : Anderson Cooper
  • Cuomo Prime Time (21h-22h) : Chris Cuomo
  • CNN Tonight (22h-0h) : Don Lemon

Samedi :

  • CNN Newsroom (4h-6h, simultané à CNNI) : présentateurs en alternance
  • New Day Weekend (6h-9h) : Victor Blackwell et Christi Paul
  • Smerconish (9h-10h) : Michael Smerconish
  • CNN Newsroom (10h-11h) : Victor Blackwell et Christi Paul
  • CNN Newsroom (11h-15h) : Fredricka Whitfield
  • CNN Newsroom (15h-18h) : Ana Cabrera
  • S.E. Cupp Unfiltered (18h-19h) : S.E. Cupp
  • The Axe Files (19h-20h) : David Axelrod
  • CNN Newsroom (20h-21h) : Ana Cabrera

Dimanche :

  • CNN Newsroom (4h-6h, simultané à CNNI) : présentateurs en alternance
  • New Day Weekend (6h-8h) : Victor Blackwell et Christi Paul
  • Inside Politics (8h-9h, simultané à CNNI) : John King
  • State of the Union (9h-10h, simultané à CNNI) : Jake Tapper
  • Fareed Zakaria GPS (10h-11h, simultané à CNNI) : Fareed Zakaria
  • Reliable Sources (11h-12h, simultané à CNNI) : Brian Shelter
  • CNN Newsroom (14h-17h) : Fredricka Whitfield
  • CNN Newsroom (17h-21h) : Ana Cabrera
  • CNN Newsroom (2h-4h, simultané à CNNI) : présentateurs en alternance

BudgetModifier

CNN dispose d’un budget annuel d’environ 700 millions de dollar en 2001[18].

Chaînes du groupe CNNModifier

Les actuelles depuis 2005Modifier

Les anciennesModifier

  • CNN Sports Illustrated (alias CNNSI), chaîne d'informations sportives qui a cessé ses activités en 2002.
  • CNNfn, chaîne d'informations financières qui a cessé ses activités en 2004.

ControversesModifier

En octobre 2007, une étude d'Harvard montre les différences de traitement entre les candidats démocrates et républicains dans les cinq premiers mois des primaires présidentielles[1]. L'étude montre que CNN avait tendance à traiter les démocrates plus favorablement que les républicains, et Barack Obama plus favorablement que ses adversaires démocrates.

En octobre 2016, Wikileaks publie des emails envoyés par la contributrice de CNN Donna Brazile à l'équipe de campagne d'Hillary Clinton, avant les débats entre Clinton et son adversaire dans la primaire démocrate Bernie Sanders. Dans ces emails, Donna Brazile indique à l'équipe de campagne de la candidate certaines questions qui lui seront posées lors de débats organisés par CNN[19]. La collaboration entre la chaîne et Donna Brazile a pris fin après ces révélations.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Shorenstein Center et Project for Excellence in Journalism, « The Invisible Primary — Invisible No Longer », sur shorensteincenter.org, (consulté le 21 juillet 2019).
  2. Guy Dutheil, « Pour son vingtième anniversaire, CNN met l'accent sur l'international », sur Le Monde, (consulté le 21 décembre 2017)
  3. Alain Mercier, « La chaîne américaine CNN est priée de surveiller ses dépenses », Le Monde,‎ , p. 29
  4. Pour CNN, le G20 de Cannes se situe... en Espagne - Le Point, 3 novembre 2011
  5. Quand CNN situe Hong Kong à Rio - Loïc Struys, 7sur7, 8 octobre 2013.
  6. Bourde : Pour CNN, Cannes se situe... en Espagne ! - Emilie Perez, La dépêche, 3 novembre 2011.
  7. (en) CNN accidentally says Auckland is an Australian city during New Year's Eve coverage - NewsComAu, 2 janvier 2014.
  8. (en) And now it's over to London (that big city in Norfolk). CNN's geography leaves a lot to be desired - Andrew Levy, Daily Mail, 4 février 2012.
  9. CNN va suspendre sa diffusion en Russie - Les Échos, 12 novembre 2014.
  10. (en) CNN Set to Begin Broadcasting in Russia Again - The Moscow Times, 26 février 2015
  11. a b et c La démission de trois journalistes de CNN offre une victoire symbolique à Donald Trump - Le Monde, 28 juin 2017.
  12. a et b (en) CNN Journalists Resign: Latest Example of Media Recklessness on the Russia Threat - Glenn Greenwald, Theintercept.com, 27 juin 2017.
  13. a et b (en) Cynthia Littleton, « President Trump Bashes CNN as Video Surfaces of Producer Criticizing Russia Coverage », Variety,
  14. a et b (en) Roger Yu, « CNN shrugs off Veritas video as Trump lashes out at network », USA Today,
  15. Paul Farhi, « What the latest James O’Keefe video leaves out », The Washington Post,
  16. (en) News Coverage of Donald Trump’s First 100 Days - Shorensteincenter.org, 18 avril 2017 (couverture journalistique des 100 premiers jours de Donald Trump par sept médias américains et trois européens}.
  17. (en) Brian Stelter, « Stelter: Why Trump's media attacks are still shocking », CNN Business, (consulté le 29 novembre 2017).
  18. Renaud Lambert, « Telesur : le « Sud » s'arme pour renverser le monopole médiatique du « Nord » », Acrimed,‎ (lire en ligne, consulté le 24 février 2018)
  19. « Etats-Unis : que contiennent les courriels de l’équipe d’Hillary Clinton publiés par WikiLeaks ? », sur lemonde.fr, (consulté le 28 juillet 2019).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier