Ouvrir le menu principal

Salon international de l'agriculture

Foire-exposition parisienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SIA.

Salon international de l'agriculture
Logo
Logo
Entrée du Salon en 2007.
Entrée du Salon en 2007.
Type Salon agricole
Pays Drapeau de la France France
Localisation Porte de Versailles, Paris
Coordonnées 48° 49′ 56″ nord, 2° 17′ 03″ est
Date de la première édition 9 au 15 mars 1964
Date d'ouverture dernière semaine de février
Date de clôture première semaine de mars
Organisateur(s) Comexposium
Site web http://www.salon-agriculture.com

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Salon international de l'agriculture

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Salon international de l'agriculture
Le Concours Général Agricole en mars 1906.

Le Salon international de l'agriculture (couramment désigné, en abrégé, Salon de l'agriculture) est une foire-exposition annuelle organisée à Paris au parc des expositions de la porte de Versailles dans la dernière semaine du mois de février ou dans la première semaine du mois de mars. C'est la plus importante foire agricole de France, très orientée vers le grand public.

Sommaire

HistoriqueModifier

L'organisation de concours officiels, notamment à l'occasion de réunions de comices agricoles locaux, avec attribution de prix, s'inspire des initiatives privées du XVIIIe siècle. En 1843, une véritable organisation se met en place à l’initiative de l’Inspecteur Général des Écoles vétérinaires Yvart avec la création, par arrêté ministériel du 31 mars 1843, du premier concours officiel d'animaux de boucherie qui cherche à rivaliser avec les progrès réalisés par les éleveurs anglais dans l'amélioration des races animales. De 1844 à 1867, ce concours « des animaux gras » se tient à Poissy, puis à Versailles, pour entrer enfin dans la capitale, au Champ de Mars en 1855 pour le « premier Concours agricole universel »[1].

L'exposition universelle de 1855 comprend en effet un volet agricole, présentant au public des plantes, des machines et des techniques agricoles[2]. Le 1er concours général agricole (CGA) est officiellement lancé à Paris en mars 1870, au Palais de l’Industrie, sur les Champs Élysées[3]. C’est la première fois que sont réunis, dans le centre de Paris, des animaux de boucherie, des volailles et des produits laitiers, des produits agricoles divers ainsi que des machines agricoles. Très vite, les animaux reproducteurs, introduits au concours en 1876, prennent le pas sur les animaux de boucherie. Le CGA devient le fer de lance de la sélection des races françaises. Parallèlement, le concours de produits poursuit son développement : la manifestation s’étoffe de manière à offrir le panorama le plus complet de l’agriculture nationale et devient à partir de 1909, la « semaine de l’Agriculture de Paris ».

La Première Guerre mondiale interrompt le CGA qui ne reprend qu’en 1923, abandonnant définitivement les animaux de boucherie au profit des seuls « animaux reproducteurs » des races bovines, ovines, porcines, caprines et des chiens de berger. En 1925, la manifestation emménage au parc des expositions de la porte de Versailles. En plus de 14O ans, ce concours a évolué. Concours d'animaux à l'origine, il accueille aujourd'hui les produits du terroir, les produits laitiers et les vins. Le premier CGA de l’après-Seconde Guerre mondiale a lieu en 1951 après 12 ans d’interruption.

L'édition 1958 du Concours général agricole et du Salon international de la machine agricole se déroule à Strasbourg, au parc des expositions du Wacken. Il s'agit de la seule et unique édition s'étant tenue hors de Paris. La Semaine agricole n'aura cependant attiré que 100 000 visiteurs alors que les organisateurs en attendaient 300 000 et, dès l'année suivante, le salon regagne Paris[4].

La question se pose très vite de faire à nouveau évoluer le CGA afin d’en faire une véritable « semaine de l’agriculture ». Edgard Pisani, alors ministre de l’Agriculture[5], crée en avril 1963, le Centre national des expositions et concours agricoles (CENECA), société d'économie mixte dont les fonctions sont « d’assumer la responsabilité des expositions et concours agricoles à caractère national ou international et, en particulier, celle du Concours général de Paris. » Le CGA se dote alors d'une grande vitrine commerciale dès 1964 : le Salon international de l'agriculture ouvre ses portes du 9 au 15 mars[6], qui voit le jour sous l'impulsion du ministre. Ce 1er Salon ouvre ses portes en mars et séduit plus de 300 000 visiteurs. En 1975, le salon en reçoit 500 000. La séparation, en 1991, du Salon international de l’agriculture et du salon international du machinisme agricole (SIMA) n’affectera que temporairement le salon qui atteint des records de fréquentation dès le milieu des années 1990.

Edition Année Dates Lieu Nb exposants Nb visiteurs Réf.
44e 2007 3 mars 11 mars Parc des expositions de la porte de Versailles 1 120 [7]
45e 2008 23 février 2 mars Parc des expositions de la porte de Versailles 1 017 608 372 [8]
49e 2012 25 février 4 mars Parc des expositions de la porte de Versailles 1 000 680 200 [9]
[10]50e 2013 22 février 2 mars Parc des expositions de la porte de Versailles 1 300 [11]693 752 [12]
51e 2014 22 février 2 mars Parc des expositions de la porte de Versailles 1 300 703 407 [13]
[14]52e 2015 21 février 1er mars Parc des expositions de la porte de Versailles 1 050 691 058 [15]
[16]53e 2016 27 février 6 mars Parc des expositions de la porte de Versailles 1 200 611 015 [15]
54e 2017 25 février 5 mars Parc des expositions de la porte de Versailles près de 1000 618 958 [17]
55e 2018 24 février 4 mars Parc des expositions de la porte de Versailles près de 1000 672 568 [18]
56e 2019 23 février 3 mars Parc des expositions de la porte de Versailles environ 1000 633 213 [19]
57e 2020 22 février 1 mars Parc des expositions de la porte de Versailles

OrganisationModifier

Le Salon de l'agriculture s'organise en plusieurs zones réparties par thèmes (bovins, ovin, canins...) dans les différents bâtiments (il y a huit halls d'exposition disponibles) du parc des expositions de la porte de Versailles[20].

Répartition thématiqueModifier

Les stands des exposants sont regroupés en quatre univers :

 
Animaux. Pavillon "élevage".
  • L'élevage et ses filières ; Fleuron du Salon International de l’Agriculture, l’univers Elevages et ses filières met en avant le meilleur des filières animales présentes pour la plupart dans le cadre du prestigieux Concours Général Agricole. Une véritable immersion est proposée au sein de ces filières de l’amont à l’aval. [21];
  • Produits des régions de France, d'Outre-mer et du monde ; Cet univers du Salon International de l’Agriculture est une invitation au voyage, une immersion dans le meilleur des agricultures du globe. Des produits de terroir aux goûts exotiques des îles en passant par des spécialités des 5 continents : un véritable festival de saveurs ![22] ;
  • Cultures et filières végétales, jardin et potager ; Les végétaux sont omniprésents dans nos vies. De la grande culture au jardinage en passant par l’arboriculture, le Salon International de l’Agriculture reflète cette belle palette de productions. L’univers se concentre autour de l’Odyssée Végétale, un véritable point d’attraction pédagogique et ludique qui réunit tous les principaux acteurs de la filière française et qui met en avant un large éventail de productions : fruits et légumes, démarches collectives autour du vin, semences pour le jardinage… [23] ;
  • Services et métiers de l'Agriculture; Des cultures à l’élevage, en passant par la forêt, les enjeux de l’agriculture évoluent en permanence, les attentes et les priorités des professionnels changent : quel est le parcours pour s’installer en agriculture en 2019 ? Pourquoi et comment se convertir à l’agriculture biologique ? A quels services accéder pour se former et déployer son activité ? Comment mieux s’organiser entre producteurs, par exemple au sein de coopératives.[24].

OrganisateursModifier

Le salon est organisé par le CENECA (Centre national des expositions et des concours agricoles), en partenariat avec le ministère de l'Agriculture, de l'Agro-alimentaire et de la Forêt.

Par une convention qui fixe les orientations et les grandes lignes stratégiques, le CENECA confie la gestion du salon à Comexposium. Le protocole et les visites officielles sont gérés directement par le CENECA. Il est par ailleurs propriétaire du Salon du cheval de Paris. Jean-Luc Poulain est actuellement le président du CENECA et du Salon international de l’agriculture.

Salons connexesModifier

Tous les deux ans (années impaires), se tient, au parc des expositions de Paris-Nord à Villepinte (Seine-Saint-Denis), le SIMA (Salon international du machinisme agricole), réservé aux professionnels et spécialisé dans les domaines du machinisme agricole et forestier et des équipements pour l'élevage[25].

Tous les deux ans (années paires), en concomitance avec le Salon international de l'agriculture, se déroule le Salon du fromage et des produits laitiers qui est la plus grande vitrine d'exposition du savoir-faire fromager. Avec 150 exposants de sept pays et 5 997 visiteurs (dont 21 % de visiteurs étrangers), ce salon professionnel permet la rencontre entre les fournisseurs et les acheteurs de la filière lait[26].

Aspects économiquesModifier

Le Salon international de l'agriculture est devenu la plus grande manifestation agricole française et la plus grande manifestation européenne dans ce domaine, demeurant plus que jamais le rendez-vous incontournable de la génétique et de l’élevage. Le salon est également devenu une vitrine exemplaire de l’agriculture au sens large, il illustre les organisations de producteurs. Les organisations de producteurs sont des regroupements d'agriculteurs qui produisent le même type de produits et qui mettent en commun leurs moyens techniques et logistiques, permettant ainsi de réduire les coûts grâce aux économies d’échelles effectuées[27]. Une organisation de producteurs est aux yeux de la loi : volontaire c'est-à-dire que les agriculteurs membres sont maîtres de la façon dont ils se regroupent. Elle vise à maintenir le plus possible d'exploitants agricoles dans le secteur de l'agriculture et cette organisation doit apporter une amélioration des conditions de vies des agriculteurs membres. De plus l'organisation productive doit produire en quantité, en qualité et en régularité suivant la demande des circuits de distributions. Enfin elle doit permettre un partage de la valeur ajoutée (richesse créée par les différents acteurs économiques, elle permet de mesurer l'apport aux productions précédentes) satisfaisant et que ce partage soit bien répartie entre les membres de cette organisation productive.

Les grandes enseignes de la distribution et les entreprises de transformation, de plus en plus impliquées dans des politiques de traçabilité vis-à-vis des consommateurs ont rejoint la manifestation à partir de 1996.

En 2013, 693 752 visiteurs, grand public et professionnels, ont arpenté les allées du parc de la Porte de Versailles. 96 % des visiteurs du salon sont satisfaits de leur visite. Rythmé par de nombreuses animations quotidiennes et une ambiance festive, le salon surprend toujours par les nombreuses variétés d'animaux, la diversité et la richesse des produits exposés.

Concours général agricole (CGA)Modifier

Le Salon international de l'agriculture accueille, chaque année, le concours général agricole, outil de promotion de la richesse, de la qualité des produits et transformations issus de l'artisanat et de l'industrie agroalimentaires et de l'agriculture. Pour cela, le jury de ce concours classe et prime les meilleurs transformations et produits des industriels, artisans, agriculteurs et producteurs fermiers du territoire français à la condition préalable qu'ils s'y soient déplacés et inscrits. Parce qu'il est organisé sous le contrôle du ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt et obéit à un processus rigoureux de présélections et de sélections, le concours général agricole est connu et reconnu pour son impartialité et la valeur de ses résultats[réf. nécessaire].

Aspects politiquesModifier

Importance dans les médiasModifier

Les médias jouent un rôle important dans la médiatisation du salon de l'agriculture, avec une large couverture médiatique, ainsi que des stands de RTL, Public Sénat, Campagne TV, France 3 et France Ô[28].

Cette médiatisation est liée à la venue de nombreuses personnalités politiques comme le président de la République (qui ouvre traditionnellement le salon), le premier ministre ou les chefs des principaux partis politiques français ou encore des personnalités religieuses[29]. Un des buts, souvent évoqué de ces visites, est de séduire le public en venant au plus proche de la population et en apparaissant sous une autre apparence que celle du politicien qui fait de nombreux discours. Cette approche plus « naturelle » du personnel politique est importante à l'approche des échéances électorales car il est important de soigner son image et de paraître le plus convaincant possible[30].

La médiatisation permet aussi de tenir informé le public de l'importance de ce salon, en effet durant la semaine du salon on en entend parler partout. C'est donc devenu un événement phare car le salon de l'agriculture a une dimension internationale. Il permet de montrer aux voisins européens la diversité de la production agricole française notamment pour le maintien de la politique agricole commune. Cette PAC est très importante car elle aide financièrement les agriculteurs français et depuis quelques années donne des subventions plus élevés pour les agriculteurs produisant dans le respect de l'environnement[31].

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Luc Mayaud, « La plus grande ferme de France », L'Histoire, no 196,‎ , p. 10
  2. Édouard Gorges, Revue de l'exposition universelle de 1855, t. V : Agriculture, Paris, Ferdinand Sertorius, , 69 p. (lire en ligne).
  3. Voir sur salon-agriculture.com.
  4. « En 1958 le salon de l'agriculture au Wacken », article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 26 février 2015.
  5. Dans les gouvernements de Michel Debré (1961-1962) et de Georges Pompidou (1962-1966).
  6. Anonyme, « En 2013, le Salon de l'agriculture fête ses 50 ans », Alim'agri, magazine du Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, no 1555,‎ , p. 28-30.
  7. Le salon a été inauguré le premier jour par Jacques Chirac. Avec un nouvel aménagement, il s'étendait sur 138 000 m2 avec 1 120 exposants et 3 800 animaux. Parmi les 80 pays étrangers, étaient représentés pour la première fois, la Russie, le Japon et la Syrie. Cette édition a été marquée par le retour d'une fréquentation habituelle que la crise de la grippe aviaire l'année précédente avait affectée et par le passage des principaux candidats à l'élection présidentielle, passage quasi obligé en année électorale.
  8. Comme chaque année, le salon a reçu le Concours général agricole ; 35 visites officielles y ont été organisées et 200 délégations étrangères s’y sont rendues. Inauguré par le nouveau président de la République Nicolas Sarkozy, il s'est retrouvé avec un badaud au milieu de la foule qui lui lance « Touche moi pas, tu me salis ! », auquel le président a répondu « Casse-toi, pauv' con ! ».
  9. « Salon international de l’agriculture : où en est l’agriculture française ? 4700 animaux sont exposés », sur http://www.agro-media.fr/.
  10. En 2013 le salon a fêté ses 50 ans autour du concept de « l’agriculture au cœur »… au cœur des hommes… des villes… des arts… À cette occasion ce n'est plus un seul animal qui a été mis à l'honneur mais sept : une vache, un âne, une chienne, une chèvre, une jument, un bélier et une cochette. Les 7 animaux représentaient les 7 espèces animales présentes au Concours général agricole.
  11. Dont 115 308 visiteurs professionnels.
  12. 37 pays représentés ; 917 éleveurs présents ; 2 300 animaux sont exposés : dans le détail, sept familles d'espèces animales domestiques sont représentées sur le salon : bovins, ovins, caprins, porcins, équins, asiniens (âne, poney) et canins — soit, 370 races et 1 900 éleveurs participants à l'édition 2013 ; 53 visites officielles.
  13. 22 pays représentés ; 4 000 animaux répartis dans 6 hall d'exposition.
  14. http://www.salon-agriculture.com/
  15. a et b  ; 3 859 animaux répartis dans 6 hall d'exposition.
  16. http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/salon-de-l-agriculture-2016-ce-qu-il-faut-savoir-pour-s-y-rendre-7782044742/
  17. https://www.salon-agriculture.com/Media/SIA-Medias/Fichiers/CP/CP-bilan-2017
  18. « Bilan en chiffres de l'édition 2018 », sur www.salon-agriculture.com (consulté le 7 mars 2019)
  19. La Rédaction et Mis à jour le 04/03/19 12:07, « Salon de l'Agriculture : fréquentation en baisse mais un bilan positif », sur www.linternaute.com (consulté le 7 mars 2019)
  20. Plan du salon.
  21. « Élevage et ses Filières », sur www.salon-agriculture.com (consulté le 20 mai 2019)
  22. https://www.salon-agriculture.com/Animations/Les-4-univers/Produits-des-Regions-de-France-d-Outre-Mer-et-du-Monde
  23. https://www.salon-agriculture.com/Animations/Les-4-univers/cultures-et-filieres-vegetales-jardin-et-potager
  24. https://www.salon-agriculture.com/Animations/Les-4-univers/Services-et-Metiers-de-l-Agriculture
  25. « Salon des fournisseurs de l’agriculture et de l’élevage (SIMA) », sur http://www.simaonline.com/ (76e édition en février 2014).
  26. « Salon du fromage et des produits laitiers », sur http://www.salon-fromage.com/ (14e édition du 23 au 26 février 2014).
  27. http://agriculture.gouv.fr/organisation-economique
  28. http://www.francebleu.fr/infos/la-franche-comte-au-salon-de-l-agriculture-paris-1300456
  29. Quinze évêques au Salon de l'agriculture, BFM TV 1er mars 2016 http://www.bfmtv.com/politique/francois-hollande-est-arrive-salon-lagriculture-717722.html
  30. Hollande au Salon de l'agriculture: du plaisir des papilles à la "visite de travail", BFM TV, 22 février 2014 http://www.bfmtv.com/politique/francois-hollande-est-arrive-salon-lagriculture-717722.html
  31. http://agriculture.gouv.fr/Infographie-Chronologie-de-la,2426

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Luc Mayaud (préf. Louis Mermaz), 150 ans d'excellence agricole en France : histoire du Concours général agricole, Paris, Belfond, , 195 p. (ISBN 2-7144-2656-5)
  • Yann Arthus-Bertrand (préf. Claude Michelet), Des bêtes & des hommes, Paris, Éditions de la Martinière, (réimpr. 2001 et 2002), 176 p. (ISBN 2-7324-2487-0)
  • Françoise Cariès et Raphaël Gaillarde, Le Livre officiel du Salon de l'Agriculture : la plus grande ferme du monde, Michel Lafon,

Liens externesModifier