Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courmayeur (homonymie).

Courmayeur
Blason de Courmayeur
Héraldique
Courmayeur
Courmayeur, vue de Plan-Chécrouit.
Nom francoprovençal Croméyeui
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de la Vallée d'Aoste Vallée d'Aoste 
Syndic Stefano Miserocchi
2017-2022
Code postal 11013
Code ISTAT 007022
Code cadastral D012
Préfixe tel. 0165
Démographie
Gentilé Courmayeurin, Courmayeurine
Population 2 805 hab. (2015[1])
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 00″ nord, 6° 58′ 00″ est
Altitude Min. 1 224 m
Max. 4 809 m
Superficie 20 961 ha = 209,61 km2
Divers
Saint patron Saint Pantaléon
Fête patronale 27 juillet
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Courmayeur

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Courmayeur

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Courmayeur
Liens
Site web comune.courmayeur.ao.it

Courmayeur est une commune italienne alpine de la haute région Vallée d'Aoste.

Sommaire

CitationsModifier

« Les deux hommes avaient quitté Courmayeur le matin même,
à l'heure où la rosée nocturne s'évapore en fumées bleues
des lourds toits de lauzes grises[2].
(Roger Frison-Roche, Premier de cordée) »

ToponymieModifier

Courmayeur est mentionné comme Curia majori à plusieurs reprises entre 1233 et 1381. Au XVIIe siècle, Magini et Sanson le dénomment Corte Maggiore (1620) et Cormoyeu (1648) respectivement. Ensuite l'on rencontre Cormaior (Borgonio, 1680), Cormaior (Vissher, 1695), Cormaggior (L'Isle, 1707), Cormaior (Stagnoni, 1772), et Cormaieur (Martinel, 1799). Depuis 1860 est fixé l'orthographe actuelle d'après le célèbre ouvrage La Vallée d'Aoste d'Édouard Aubert, confirmé par l'abbé Henry (Histoire populaire de la Vallée d'Aoste, 1929) et par l'abbé Gorret (Guide de la Vallée d'Aoste, 1877).
Après l'Italianisation des toponymes de la Vallée d'Aoste mise en œuvre par les fascistes, depuis 1939, la ville s'appelle Cormaiore pendant la dernière période du fascisme, et le toponyme Courmayeur est rétabli en 1946, avec l'instauration de la république italienne[3].

La carte d'Ortelius (1579) et celle du Parergon (1590) citent Courmayeur comme Auri Fodinæ, c'est-à-dire « mines aurifères », en raison de l'exploitation de l'or à cette époque dans le val Ferret.

Jean-Dominique-Marie Mollo, médecin juré des États du duché d'Aoste, voyait dans le nom de Courmayeur, le latin Curia Mayor en se basant sur la latinisation médiévale Curia majori. Il l'expliquait par l'existence d'une Cour de justice établie à Courmayeur à cause du grand nombre de personnes arrivées pour se dédier à l'exploitation des mines et à la métallurgie qui s'y rattache. Le nom Courmayeur indiquerait aussi un lieu d'assises du temps des Romains où se tenaient les assemblées des notables.

L'abbé Henry (Histoire populaire de la Vallée d'Aoste, 1929), émet l'hypothèse que Courmayeur puisse dériver également du latin Culmen majus « grande cime » pour un pays situé au pied d'une grande montagne, bien entendu, le Mont Blanc. Cependant, il ajoute à propos de la forme Curia majori que l'origine du terme ecclésiastique Curia est obscure : il suggère que Curia majori soit une mauvaise transcription médiévale de Curtis mayor, où curtis indiquait un ensemble de fermes.

L'ethnologue courmayeurin Jules Brocherel voit dans Curia majori une mauvaise latinisation de Cortem Majorem, indiquant une ferme, « une grande majeure », un fief se distinguant par son étendue et par son importance par rapport aux limitrophes du Valdigne. En outre, dans son Essai de toponymie de la Suisse romande, Henri Jaccard cite une localité de la commune de Vollèges appelée Cormayeux, qui signifie « grande ferme ».

Ces hypothèses étymologiques appellent plusieurs remarques : la plus ancienne basée sur une interprétation littérale de la forme latine, n'a pas de fondement. En effet, curia, à savoir cūria, ne peut pas expliquer le premier élément Cour- de Courmayeur, car c'est phonétiquement impossible : le [u] long latin a forcément donné un [y] en gallo-roman (cf. pūra > pure). En outre, la précence d'un [i] devant le [a] de la seconde syllabe, a provoqué la diphtongaison de la voyelle de la syllabe précédente, ça aurait donné * cuire. De même corium a donné cuir, * sūdia > suie, etc. Quant à l'hypothèse Culmen majus, en réalité * Culmen majus puisque cette forme n'est pas attestée, elle n'est étayée par aucune comparaison toponymique et surtout, impossible phonétiquement. En revanche, les autres propositions convergent toutes, puisque le bas latin cōrtem est aussi donné sous la forme curtis par les linguistes avec le sens de « cour de ferme »[4].

Amilcar Bertolin, se fondant sur des études de George Montandon, affirme que la forme en patois valdôtain Corméyaou indique une racine pré-romaine * korm, nom fossile très répandu dans les Alpes[3]. Il reprend en partie les travaux de Charles Rostaing qui identifie un élément oronymique pré-latin * corm, par exemple dans Courmes (Alpes-Maritimes, Corma 1176)[5].

Le hameau Entrèves, au contraire, signifie « Entre les eaux », à savoir celles de la Doire de Vény et de la Doire de Ferret.

Les toponymes Ferret et Val Vény sont d'origine obscure, même si ces deux noms pourraient se référer à des noms propres (Vény < * Veniacum, * Vendiacum ?)

Un décret signé le par le président de la junte régionale prévoit l'organisation d'un référendum le 1er juin 2014 visant la modification de l'article 1 du premier alinéa de la loi régionale du 9 décembre 1976, numéro 61 (Dénomination officielle des communes de la Vallée d'Aoste et protection de la toponymie locale) et le changement de la dénomination de la commune en « Courmayeur-Mont-Blanc »[6]. Le quorum n'ayant pas été atteint[7], la dénomination demeure inchangée.

GéographieModifier

 
Localisation de la commune de Courmayeur à l'intérieur de la Vallée d'Aoste.

Courmayeur est située au pied du massif du Mont-Blanc, aux sources de la Doire Baltée, dans le haut Valdigne. Avec une superficie de 209,61 km2, elle est la deuxième commune la plus étendue de la région, après Cogne.

Le mont Blanc est en partie situé sur la commune, ce qui fait de Courmayeur la commune la plus haute d'Italie et de l'Europe occidentale.

Le tracé de la frontière franco-italienne est contesté par l'IGN. Le tracé IGN passe par une ligne de crête au sud du sommet du mont Blanc, et cette partie entre la frontière et la crête sommitale est attribuée à la commune française de Saint-Gervais-les-Bains. Selon la Convention de délimitation entre la France et la Sardaigne, conclue à Turin le [8], et le traité de Paris (1947)[9], la frontière passe par le sommet du mont Blanc, et ce sommet serait donc partagé entre Chamonix et Courmayeur.

La commune se trouve au débouché du tunnel du Mont-Blanc. Elle est dominée par le mont Chétif, sur le sommet duquel se trouve une statue de la Sainte-Vierge, bénie personnellement par le pape Jean-Paul II.

L'éboulement de La SaxeModifier

L'éboulement du mont de La Saxe, au-dessus du hameau du même nom et visible depuis les hameaux d’Entrèves et de La Palud, est considéré comme l'un des plus intéressants d'Italie (8 400 000 m3)[10].

HistoireModifier

La renommée internationale de Courmayeur a été liée au début au tourisme thermal au XVIIe siècle, avec ses quatre sources d'eaux sulfureuses. Au milieu du XIXe siècle, les rois d'Italie y séjournaient régulièrement.

Ensuite, la renommée de Courmayeur s'étend au niveau international à l'époque de la naissance de l'alpinisme. En particulier lorsqu'aux années 1770 l'alpiniste et botaniste Horace-Bénédict de Saussure décide d'ouvrir une voie au mont Blanc, le guide Jean-Laurent Jordaney, originaire de Pré-Saint-Didier et surnommée Patience, l'accompagne sur le glacier du Miage et sur le mont Crammont. En 1786, les chamoniards Michel Paccard et Jacques Balmat conduisent Horace-Bénédict de Saussure à la conquête du mont Blanc. Courmayeur s'impose dès lors comme capitale de l'alpinisme italien, avec la fondation en 1850 de la Société des guides de Courmayeur-Mont-Blanc, la première d'Italie. Les guides courmayeurins sont les plus célèbres du Val d'Aoste, avec ceux du Breuil et ceux de Champoluc.

À partir du XXe siècle, à la suite de la construction des implantations de ski, Courmayeur est devenue l'une des plus importantes stations de ski valdôtaines, avec Breuil-Cervinia, et de l'arc alpin en général.

Politique et administrationModifier

Les syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
13 novembre 2007 27 novembre 2017 Fabrizia Derriard    
27 novembre 2017 En cours Stefano Miserocchi[11]    
Les données manquantes sont à compléter.

Monuments et lieux d'intérêtModifier

Architecture religieuseModifier

Architecture militaireModifier

Architecture civileModifier

  • Au hameau de Dolonne, les ruines de la maison Favre, une ancienne famille noble originaire du Valais, qui a été l'objet de plusieurs modifications, avec le blason de la maison de Savoie, celui des Favre, la croix de Malte, le lys de France, le monogramme du Christ, ainsi que d'autres figures[12].
  • Au hameau de Dolonne, la maison Derriard, ayant appartenu à la famille noble valdôtaine éponyme[13], dont le blason figure dans la salle des Écussons de la tour de Ville à Gressan.

Personnalités liées à CourmayeurModifier

Voir la catégorie : Personnalité liée à Courmayeur.
 
Vue du chef-lieu. À l'arrière-plan, le mont de la Saxe et le massif du Mont-Blanc.

ÉconomieModifier

Courmayeur fait partie de l’unité des communes valdôtaines du Valdigne - Mont-Blanc.

TourismeModifier

L'économie de Courmayeur se fonde surtout sur le tourisme, aussi bien en hiver qu'en été. Les hôtels les plus réputés sont l’hôtel Royal (fermé en été), l’hôtel Pavillon, l’auberge de la Maison (située à Entrèves), la Villa Novecento.

Les implantations de ski se trouvent à Plan-Chécrouit et au val Vény, elles peuvent être rejointes par une télécabine près du hameau Dolonne, par un téléphérique au départ de Courmayeur et par un téléphérique au départ d'Entrèves.

Domaine skiableModifier

Courmayeur
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays Italie
Site web www.courmayeur-montblanc.com
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 07″ nord, 6° 58′ 14″ est
Massif Alpes grées
Altitude 1 224 m
Altitude maximum 2 763 m
Altitude minimum 1 208 m
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 21
Téléphériques 4
Télécabines 2
Télésièges 8
Téléskis 3
Fils neige 4
Débit environ 24 800 (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 37
Noires 4
Rouges 22
Bleues 11
Total des pistes 95 km
  Installations
Nouvelles glisses
1 snowpark
Ski de fond
Nombre de pistes 2
Rouges 1
Bleues 1
Total des pistes 19 km
Neige artificielle
Canons 70 % du domaine

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

 
 

Géolocalisation sur la carte : Italie

 
 

Un très grand domaine skiable a été aménagé. Il compte 95 km de pistes. Il est implanté sur deux versants, délimité par une crête ainsi que le Mont Chétif (2 343 m).

L'un, de Plan Chécrouit (1 704 m), est particulièrement orienté face au soleil et à Courmayeur, sur une zone peu forestière. Les pistes y sont relativement larges et plus fréquentées. On y accède depuis Courmayeur même (1 224 m), à l'aide d'un téléphérique doté depuis 1978 de cabines de 134 places, ou du télécabine 8-places plus moderne de Dolonne un peu plus haut sur les pentes, d'où la première piste arrive.

Le deuxième versant, qui communique en divers endroits avec le premier, peut y être accédé depuis Entrèves (1 299 m), également via un téléphérique de 76 places construit en 1971. Plusieurs télésièges, partant tous du fond de vallée - Zerotta en est le point le plus bas - desservent diverses pistes tracées directement dans la forêt. Moins ensoleillé et relativement moins fréquenté, ce sous-domaine propose une neige relativement moins transformée par le passage des skieurs.

Le sommet du domaine est accessible à l'aide de deux téléphériques construits dans les années 1960. Si le premier, aux cabines de 26 places, dessert encore une piste, le deuxième, aux cabines de 15 places, rejoint la Crête d'Alp et implique pour les skieurs s'y rendant de redescendre ensuite via un itinéraire hors-piste. Le débit horaire de ces deux remontées est limité, ce qui est en phase avec le public cible - piétons et freeriders - plus réduit les empruntant. Un itinéraire rejoint le fond de vallée, puis après un parcours imposant de pousser relativement longuement sur les bâtons, le télésiège partant de Zerotta (1 525 m).

La saison d'exploitation hivernale commence généralement début décembre, et se termine à la mi-avril.

Il est également possible de skier sur près de 20 km de long dans la Vallée Blanche, qui rejoint Chamonix, en empruntant la remontée mécanique Skyway Mont Blanc depuis La Palud.

L'eau minérale CourmayeurModifier

Article détaillé : Courmayeur (eau).

Elle jaillit à 1 224 mètres d’altitude (source Youlaz) et se vend uniquement en France et en Italie (seulement en Vallée d'Aoste, pas dans le reste du pays).

ÉvénementsModifier

Le festival international du film noirModifier

Courmayeur est le siège du Courmayeur Noir In Festival, un festival du cinéma noir de renommée internationale, se déroulant au mois de décembre.

Événements sportifsModifier

Courmayeur a été le siège du Trophée Vallée d'Aoste de volley-ball féminin de 2004 à 2008.

Il accueille chaque année l'Open de la Vallée d'Aoste.

Le Tor des Géants, compétition d'endurance trail, a pour point de départ et d'arrivée la place Abbé-Henry.

Courmayeur est aussi le départ de la CCC lors de l'Ultra-Trail du Mont-Blanc.

Courmayeur a accueilli les championnats du monde de biathlon 1959.

L'arrivée de la 14e étape du Tour d'Italie 2019 fut également jugée à Courmayeur. Richard Carapaz y réalisait un coup double, remportant l'étape et endossant le maillot rose.

Activités sportivesModifier

C'est un lieu renommé pour l'alpinisme et le ski, ainsi que pour la randonnée en été. C'est une station d'étape du tour du Mont-Blanc.

Courmayeur est aussi renommé pour ses équipes de hockey sur glace :

Sports traditionnelsModifier

Dans cette commune se pratique le palet, l'un des sports traditionnels valdôtains.

Vallées latérales du massif du Mont-BlancModifier

Infrastructures et transportsModifier

Liaison téléphérique vers Chamonix-Mont-BlancModifier

Du hameau Pontal d'Entrèves, un téléphérique nommé Skyway Monte Bianco, reconstruit en 2015, monte dans le massif du Mont-Blanc à la pointe Helbronner. De là, la télécabine Panoramic Mont-Blanc survole le glacier du Géant jusqu'à l'aiguille du Midi où deux tronçons de téléphériques permettent de rejoindre Chamonix-Mont-Blanc.

Le parcours : mont Fréty (2 174 m), pointe Helbronner (3 462 m), aiguille du Midi (3 795 m), plan de l'Aiguille (2 310 m).

Liaisons routièresModifier

Courmayeur est reliée à l'Italie par l'autoroute A5, et à la France par le tunnel du Mont-Blanc. Elle se trouve à 100 km de Genève et à 250 km de Lyon.

Galerie de photosModifier

JumelagesModifier

HameauxModifier

Les hameaux de Courmayeur sont les suivants (la version en francoprovençal valdôtain est en italique entre parenthèses) :

  • Dolonne (Dolénna), Entrèves (Euntréve), La Palud (La Palu), Villair Dessous (Lo Velé-Dézó), Villair Dessus (Lo Velé-Damón), Larzey (Lo Lazèi), Entrelevie (Éntrelvie), La Villette (La Veletta), La Saxe (La Saha), Planpincieux, Lavachey, La Visaille (La Veusaille), Arnouvaz (Arp nouva).

Communes limitrophesModifier

Bourg-Saint-Maurice (FR-73), Chamonix-Mont-Blanc (FR-74), La Salle, La Thuile, Les Contamines-Montjoie (FR-74), Morgex, Orsières (CH-VS), Pré-Saint-Didier, Saint-Gervais-les-Bains (FR-74), Saint-Rhémy-en-Bosses.

Évolution démographiqueModifier

Habitants recensés

 


BibliographieModifier

  • Auguste Argentier, Courmayeur et Pré-Saint-Didier (Val d'Aoste) : leurs bains, leurs eaux & leurs environs, Damien Lyboz, Aoste, 1864.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier